Page:Noel - Dictionnaire de la fable, 1801, Tome 1.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
Préface. xj

Mais, j’en demande pardon aux admirateurs d’Ossian, je n’ai rien trouvé dans ses poésies dont je pusse aug-

__________________________________


Avec joie il le contemplait,
Et non sans raison, je le pense :
On fixe toujours son portrait
Avec un air de complaisance.
Mais je dois vous dire, entre nous,
Que parfois d’un regard jaloux
Il observait la différence.
Il le voyait par ses vertus
Etonnant ces rives lointaines,
Sachant pardonner aux Clitus
Et consulter les Callisthènes ;
Par-tout où son bras fut vainqueur
Portant la paix, non l’incendie,
Et protégeant Alexandrie
Par respect pour le fondateur.
De retour du lointain rivage,
Quand sur le Bernard sourcilleux
Bonaparte victorieux
Osa se créer un passage,
On a vu l’ame d’Annibal
Applaudir son jeune rival
En se penchant sur un nuage.
On l’a vu même avec ardeur
Le suivre en la plaine italique,
S’étonnant qu’aux champs de l’honneur
Son bras fût sa défense unique,