Page:Noel - Dictionnaire de la fable, 1801, Tome 1.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée

Préface xv

de traditions contradictoires qui varient suivant les localités (1) [1], il est très difficile de les assujettir à une sorte de système méthodique, et d’en déterminer la classification. Mais leur haute antiquité, leur air de famille avec les mythes égyptiens, l’identité des mystères voilés sous ces symboles hideux et effrayants, c’est-à-dire des rapports de l’agriculture et de l’astronomie, les passages sublimes qui se détachent de l’obscurité des livres sacrés de l’Inde, la forte présomption que ce pays est le berceau de toutes les fables qui ont voyagé sur la terre habitable, enfin, la réflexion que tous ces emblèmes composent un chapitre important de l’histoire des erreurs humaines, tous ces motifs m’ont imposé la loi de donner à leurs dieux et à leurs cérémonies une part considérable dans cet ouvrage.

La mythologie slavonne est peu connue. J’ai consulté l’ Histoire de la Russie par le citoyen Leclerc, et un petit dictionnaire imprimé à Pétersbourg en 1791. J’apprends dans l’instant qu’une nouvelle édition de l’ Histoire de la Russie, par le citoyen Lévêque, membre

  1. On a remarqué que les traditions admises sur les mêmes dieux par la côte de Malabar different beaucoup de celles suivies par la côte de Coromandel.