Page:Pierquin - Le Poème anglo-saxon de Beowulf.djvu/54

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE II

La Marche

Tout ce qu’on peut savoir du principe originaire d’établissement sur un continent, des nations de race germaniques, repose sur ces deux faits : la possession du sol, et la distinction du rang ; et la loi publique de chaque tribu teutone repose sur la dépendance de l’un et l’autre de ces principes. De même que celui qui n’est pas libre, ne peut, dans les premiers temps, posséder de terres dans les limites de la communauté, ainsi celui qui ne possède point une parcelle du sol de ladite communauté, ne peut être regardé comme entièrement libre, quelque soit son rang personnel, ou son caractère. La qualité d’homme libre est donc liée à la possession du sol, et en cela, le colon teuton diffère peu du Spartiate, ou du premier Romain.

Ces principes ont évolué, influencés dans leur développement, par la nature et les modifications apportées au droit de propriété commun et individuel ; par la distinction et les privilèges des classes diverses de citoyens : les hommes libres, les nobles, les serfs ; par les rudiments d’institutions et de lois, propres à garantir la vie et la possession paisible du sol. Ce sont là les origines de la loi coutumière anglaise, et elles se retrouvent avec chaque établissement des Germains, dans les pays conquis par Rome.