Page:Rabelais - Pantagruel, ca 1530.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


navant que tu deviens homme et te fais grand, il te fauldra issir de ceste tranquillite et repos destude : et apprendre la chevalerie et les armes, pour defendre ma maison, et nos amys secourir en tous leurs affaires contre les assaulx des malfaisans. Et veulx que de brief tu essayes combien tu as proffite, ce que tu en pourras mieulx faire, que tenant conclusion en tout scavoir publicquement envers tous et contre tous : hantant les gens lettrez, qui sont tant a Paris comme ailleurs. Mais par ce que selon le sage Salomon, Sapience nentre point en ame malivole, et science sans conscience nest que ruyne de lame. Il te convient servir, aymer, et craindre dieu et en luy mettre toutes tes pensees, et tout ton espoir : et par foy formee de charitee estre a luy adioinct, en sorte que iamais nen soys desempare par peche, ayes suspectz les abuz du monde et ne metz point ton cueur a vanite : car ceste vie est transitoire : mais la parolle de Dieu demeure eternelle. Soys serviable a tous tes prochains, et les ayme comme toymesmes. Revere tes precepteurs, fuys les compaignies des gens esquels tu ne veulx point ressembler. Et les graces que Dieu te a donnees, icelles ne reçoiptz point en vain. Et quand tu congnoitras que auras tout le scavoir de par dela acquis, retourne ten vers moy, affin que ie te donne ma benediction devant que mourir. Mon fils la paix et grace de nostre seigneur soit avecques toy. Amen. De Utopie ce dix septiesme iour du moys de Mars, ton pere GARGANTUA.

Ces lettres receues et veues Pantagruel print nouveau courage et fut enflambe a proffiter plus que iamais, en sorte que le voyant estudier et proffiter, eussiez dit que tel estoit