Page:Rabelais - Pantagruel, ca 1530.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ne vous laisser, et allissiez vous a tous les diables, nous aurons en autre temps plus commode, assez loysir den racompter, car pour ceste heure iay necessite bien urgente de repaistre, dentz agues, ventre vuyde, gorge seiche, tout y est delibere si me voulez mettre en œuvre, ce sera basme de me veoir briber, pour Dieu donnez y ordre. Lors commanda Pantagruel, quon le menast en son logis et quon luy apportast force vivres. Ce que fut faict, et mangea tresbien a ce soir, et sen alla coucher en Chappon, et dormit iusques au lendemain heure de disner.

Comment Pantagruel equitablement iugea dune
controverse merveilleusement obscure et difficile
si iustement que son iugement fut dit plus admirable
que celluy de Salomon. xxxxx Cha. ix

Vignette 3

ANTAGRUEL bien records des lettres et admonitions de son pere, voulut ung iour essayer son scavoir, et de faict par tous les carrefours de la ville mist conclusions en nombre de sept cens soixante en tout scavoir, touchant en ycelles les plus fors doubtes qui feussent en toutes sciences. Et premierement en la rue du Feurre tint contre tous les regens, artiens, et orateurs, et les mit tous de cul. Puis en Sorbonne tint contre tous les theologiens par lespace de six sepmaines despuis le matin quatre heures, iusques a six du soir, exceptez deux heures de intervalle pour repaistre et prendre sa refection. Non pas quil engardast lesdictz theologiens Sorbonicques de chopiner, et se refraischir a leurs beuvettes acoustumees. Et a ce assisterent la plus part des seigneurs de la court maistres des requestes, presidens, conseilliers,