Page:Ramayana, trad. Roussel, tome 1.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


25. Pendant qu’il s’éloignait, son cher frère Lakshmana s’attacha à ses pas dans son amitié pour lui, plein de sagesse, lui l’accroissement de la joie de Sumitrâ.

26. Chéri de son frère, il lui témoigna ainsi sa tendresse fraternelle. L’épouse bien-aimée de Râma qui lui était toujours aussi précieuse que l’existence, remplie de dévouement,

27. Issue de Janaka, formée à l’image de la Mâyâ divine, douée de tous les signes (de la beauté), l’épouse la plus accomplie de toutes les femmes,

28. Sîtâ aussi accompagna Râma comme Rohinî (le dieu) Çaçin. Les habitants de la ville le suivirent à une grande distance, de même que son père Daçaratha.

29. Dans la ville de Çriñgavera, sur les bords de la Gangâ, (Râma) renvoya son écuyer. Le héros magnanime alla trouver Guha, le souverain des Nishâdas, son ami.

30. Guha, Lakshmana et Sîtâ s’attachèrent aux pas de Râma. Ils allaient de forêt en forêt, traversant des rivières aux eaux profondes.

31. Ayant atteint le Citrakûta, sur l’ordre de Bharadvâja, les trois (exilés), pleins de joie, se construisirent dans la forêt un agréable abri.

32. Pareils aux Dévas et aux Gandharvas, ils séjournèrent là heureux. Râma ainsi retiré sur le Citrakûta, son père tomba malade de chagrin, à cause de lui.

33. Le roi Daçaratha alla au ciel en pleurant son fils. Lui mort, les Deux-fois-nés, ayant Vasishstha à leur tête,

34. Sollicitèrent Bharata de prendre l’empire ; le héros vaillant ne le voulut point, mais il partit pour la forêt déposer ses hommages aux pieds de Râma.

35. Étant (donc) allé trouver le magnanime Râma plein de loyauté et de courage, le prince au noble caractère adjura son frère :

36. C’est toi le roi, ô (prince) instruit de tes devoirs, dit-il à Râma. Mais Râma au naturel excellent, à la belle physionomie, à la gloire immense,

37. Refusa la couronne, par égard pour la volonté paternelle. Le puissant héros, après de nombreuses instances, remit ses chaussures (à son frère), comme gage de l’autorité royale.

38. Il renvoya ainsi Bharata. Celui-ci, ne pouvant obtenir ce qu’il désirait, toucha les pieds de Râma son aîné.

39. Il établit à Nandigrâma le siège de son gouvernement, en attendant