Page:Ramayana, trad. Roussel, tome 1.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


SARGA IV


KUÇA ET LAVA CHANTENT LE RÂMÂYANA


1. Le bienheureux Rǐshi Vâlmîki raconta l’histoire entière de Râma, qui recouvra son royaume, (histoire) merveilleuse, pleine d’enseignements.

2. Le Rǐshi dicta vingt-quatre milliers de Çlokas, répartis en cinq cents Sargas, qui forment six Kândas, outre le (Kânda) supplémentaire.

3. Le grand sage, le Maître, ayant composé (ce poème) avec le Bhavishya et l’Uttarakânda se demanda : Qui le chantera ?

4. Pendant qu’il réfléchissait à cela, le grand Rǐshi, à l’âme pure, Kuça et Lava, vêtus en ascètes, lui touchèrent les pieds.

5. Kuça et Lava, instruits dans la loi, fils de roi, pleins de gloire, frères doués d’une voix harmonieuse, qui habitaient l’ermitage, il les aperçut.

6. En voyant ces deux sages, versés dans les Védas, le Maître, dans le but d’éclairer les Védas, leur communiqua

7. Le Râmâyana tout entier, (y compris) la conduite généreuse de Sîtâ et la mort du fils de Pulastya, poème qu’il composa pour accomplir son vœu.

8. (Ce poème) plein de douceur dans son rythme musical, conforme aux trois mesures, disposé suivant les sept tons et les règles de l’harmonie,

9. Ce poème où se combinent les genres Crǐngâra, Karuna, Hâsya, Raudra, Bhayânaka, le Vîra, et les autres, (les deux princes) le chantèrent.

10. Tous deux possédaient la science des Gandharvas ; ils connaissaient les Sthânas et les Mûrchanas ; doués d’un organe (merveilleux), ils avaient l’aspect de Gandharvas eux-mêmes.

11. Ils avaient tous les traits de la beauté ; leur parole était pleine d’une douce harmonie ; pareils à deux images du même astre, (nés) de Râma, ils étaient comme deux autres (Râmas).