Page:Ramayana, trad. Roussel, tome 1.djvu/48

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


28. Tous les rois du midi, mande-les, ainsi que les alliés et les autres souverains de l’univers.

29. Convoque-les promptement avec leurs trains et leurs familles. Dépêche-leur, au nom du roi, des messagers chargés de présents.

30. Lorsqu’il eut ouï l’ordre de Vasishtha, Sumantra, se hâtant, confia à des hommes d’élite (le soin) d’amener les rois.

31. Lui-même, se conformant à la prescription du Muni, le vertueux et magnanime Sumantra, s’empressa de (les) aller chercher.

32. Ayant achevé leur lâche, tous les (ouvriers) vinrent apprendre à Vasishtha, le grand Rĭshi, que tout était prêt pour le sacrifice.

33. Plein de joie, le meilleur des Deux-fois-nés, le Muni, leur dit à tous : Rien ne sera donné à personne avec dédain ou moquerie.

34. Ce qui est donné avec dédain perd celui qui donne, il n’y a pas de doute. Au bout de quelques jours et de quelques nuits, arrivèrent les souverains,

35. Après avoir accepté les présents du roi Daçaratha. Plein de joie, Vasishtha dit au prince :

36. Ils sont venus, ô tigre parmi les hommes, les rois sur ton invitation. Tous ont reçu de moi bon accueil, ainsi qu’il convenait, ô prince excellent.

37. Tout ce qui est nécessaire au sacrifice a été fait avec beaucoup de soin par les hommes (qui en étaient chargés). Rends-toi sur le lieu du sacrifice, afin de procéder à la cérémonie.

38. Tout ce que l’on peut désirer se trouve réuni là. Ô roi, tu dois juger, par toi-même, de ces dispositions.

39. Alors, sur l’avis des deux (ascètes), Vasishtha et Rĭshyacrĭñga, le jour d’une constellation favorable, le roi s’y transporta.

40. À ce moment tous les excellents Deux-fois-nés, Vasishtha à leur tête, précédé lui-même de Rĭshyacrĭñga, commencèrent le sacrifice.

41. Tous entrèrent dans l’enceinte sacrée, en se conformant aux Çâstras et aux règles. Le vénérable monarque, avec ses épouses, procéda à la cérémonie.


Tel est, dans le vénérable Râmâyana,

Le premier des poèmes, œuvre de Vâlmîki, le Rĭshi,

Le treizième Sarga du Bâlakânda.