Page:Rebière - Mathématiques et mathématiciens.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
MORCEAUX CHOISIS ET PENSÉES

définit et ne démontre pas toutes choses, c’est par cette seule raison que cela nous est impossible.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

… Se tenir dans ce milieu de ne point définir les choses claires et entendues de tous les hommes et de définir toutes les autres ; et de ne point prouver toutes les choses connues des hommes, et de prouver toutes les autres. Contre cet ordre pèchent également ceux qui entreprennent de tout définir et de tout prouver, et ceux qui négligent de le faire dans les choses qui ne sont pas évidentes d’elles-mêmes.

Pascal.

Il est des notions premières qu’on est en droit de supposer aux élèves. Elles serviront à leur donner d’autres connaissances. Nous ne chercherons pas à les éclaircir elles-mêmes, parce que les explications n’ont pour but que de ramener ce que l’on ne connaît pas à ce que l’on connaît et qu’il faut par conséquent admettre a priori certaines notions, certaines idées par leur simple énoncé, ou par la simple dénomination par laquelle on les a désignées.

Duhamel.

La figure est inhérente à l’objet, le nombre dépend de l’unité.


C’est dans la sphère propre de l’esprit, et bien au delà des résultats de l’observation, non dans ces résultats