Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Cyrano, s’épanouissant.

Le Cardinal...Il était là, le Cardinal ?


Le bret.

A dû trouver cela...


Cyrano.

A dû trouver cela...Mais très original.


Le bret.

Pourtant...


Cyrano.

Pourtant...C’est un auteur. Il ne peut lui déplaire
Que l’on vienne troubler la pièce d’un confrère.


Le bret.

Tu te mets sur les bras, vraiment, trop d’ennemis !


Cyrano, attaquant son grain de raisin.

Combien puis-je, à peu près, ce soir, m’en être mis ?


Le bret.

Quarante-huit. Sans compter les femmes.


Cyrano.

Quarante-huit. Sans compter les femmes.Voyons, compte !


Le bret.

Montfleury, le bourgeois, De Guiche, le vicomte,
Baro, l’Académie...


Cyrano.

Baro, l’Académie...Assez ! tu me ravis !


Le bret.

Mais où te mènera la façon dont tu vis ?
Quel système est le tien ?


Cyrano.

Quel système est le tien ?J’errais dans un méandre ;
J’avais trop de partis, trop compliqués, à prendre ;
J’ai pris...


Le bret.

J’ai pris...Lequel ?


Cyrano.

J’ai pris...Lequel ?Mais le plus simple, de beaucoup.
J’ai décidé d’être admirable, en tout, pour tout !