Page:Sima qian chavannes memoires historiques v3.djvu/539

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il le porta sur un terrain élevé, le fit dépasser la rivière Kiang et arriver au Ta-lou ; il le divisa en neuf Ho qui se réunirent pour former le Ni-ho et se jeter dans le P’o- hai.

Quand les neuf cours d’eau eurent un lit bien tracé et que les neuf marais furent nettoyés, l’empire entier522-1 fut en ordre et en paix ; cette œuvre méritoire fut bienfaisante pour les trois dynasties.

A une époque postérieure à cela, on dériva le Ho vers le sud-est au-dessous de Yong-yang522-2 et on en fit le Hong-keou. Ce canal mettait en communication les états de Song, Tcheng, Tch’en, Ts’ai, Ts’ao et Wei ; il se réunissait aux rivières Tsi, Jou, Hoai, Se522-3 dans le pays de Tchou. — Dans l’ouest, on canalisa la rivière Han dans la plaine de Yun-mong522-4. — Dans l’est, on perça un grand canal entre le Kiang et le Hoai. — Dans le pays de Ou, on fit communiquer par un canal les trois Kiang et les cinq Lacs522-5. — Dans le pays de Ts’i, on fit commu-

522-1. L’empire entier est désigné ici par l’expression 都夏 « tous les Hia » ; il s’oppose ainsi à la capitale où demeure le roi suzerain de tous les princes. 中国京師也.四方都夏也 « Le royaume du Milieu, c’est la capitale ; les régions dans les quatre directions, ce sont tous les Hia » (commentaire du Che king, cité dans le P’ei wenyun fou, à l’expression tchou hia).

522-2. Cf. tome II, p. 101, n. 7 et p. 312, n. 1.

522-3. Sur la rivière Tsi, cf. tome I, p. 109, n. 1. — La rivière Jou est un affluent de la rivière Hoai, qui prend sa source au pied du mont Tien-mou 天目 , à 120 li au nord-ouest de la sous-préfecture de Sin-yang 信陽 , préfecture de Jou-ning, province de Ho-nan. — Sur la rivière Hoai et la rivière Se, cf. tome I, p. 115, n. 1 et p. 117, n. 2.

522-4. Cf. tome I, p. 121, n. 2 et p. 122,. n. 2.

522-5. Sur les trois Kiang, cf. tome I, p. 119, n. 2. Les cinq Lacs ne sont autres que le lac T’ai-hou (cf. tome I, p. 119, n. 3) qui est ainsi nommé, dit-on, parce qu’on lui attribuait une circonférence de cinq cents li.