Page:Stowe - Marion Jones.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lot de terre… Vous savez de ce lot qu’il lui a vendu, et dont il ne lui a jamais remis l’acte de vente ?

— C’est un mensonge vociféra Silence, qui se leva droite et furieuse ; c’est un infâme mensonge ! Je vous le dis en face avant que vous ajoutiez un mot de plus.

— En vérité, miss Silence, vous paraissez un peu susceptible. Enfin, s’il lui plaît d’oublier cela, d’autres l’oublieront aussi, parce que M. Jones était un membre de l’Église, et que M. Dudley est chatouilleux sur le compte des docteurs. Mais vraiment, miss Silence, je ne croyais pas que vous et Marion vous fussiez si rusées dans vos manières d’agir.

— Je ne sais ce que vous voulez dire, et ce qu’il y a de mieux, je m’en moque, riposta Silence, qui reprit son ouvrage, et assuma l’attitude roide et gourmée qu’elle avait au début.

Il y eut un silence de quelques instants, pendant lequel les traits de Silence trahissaient de vains efforts pour comprimer la sourde rage qui bouillonnait au fond de son cœur, ce que le père Mâchoire observait avec une joie mal déguisée.