Page:Testament Louis XVI Marie-Antoinette.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
(5)

produire sur la partie saine de la nation , on devra s’&onner de Fimprudence des roeneurs qui le publiaient ; mais si Ton se re^ pr^senle ces jours oil Ton venait dc commettre le grand crime $ on Terra ces m£mes meneurs/ £pouvant£s de leur propre fonfait, se m£fier les uns des autres , se preparer des erab&ches, et Ton concevra quel danger il y avait pour quelque* - uns h cacher aux autres une pareille pi&ce. Ainsi elle ne fut done public que parce qu’on craignait bien plus la trahison des complices que le bl&me g£n£ral. Mais, en la publiant, ces hommes pervers crurent devoir la fairc accompagner d’un commentaire k leur maniere , parce que , dans leur affreuse logique , ils voulaient y faire trouver la preuve que Vex - Roi de France etait mort dans T impenitence finale de la haine contre la liberie et Vegalite , etc. Quoi [qu’il en soit , les registres publics ne pr£scntent plus rien qui y soit relatif, jusqu’au 4 avril de la m&me ann£e, et e’est au conseil ex£cutif que Ton trouve , sous cette date , Farr6t£ suivant : « Le conseil ex£cutif provisoire , consid^rant que ses archives a ne sont pas assez sAres pour conserver des pieces qui sont dun c< int£r£t gen6ral pour la nation , a ordonn6 Fenvoi du Testament « du Roi aux archives nationales. »

Enfin, la lettre d’envoi du conseil ex£cutif n’est dat£e que du isjuin, et le r£c£piss£ d£livr£ par Farchiviste est du i5 juin 1793. Ce n’est done que depuis lors que Foriginal, £cril de la main du Roi , dont nous offirons le fac. simile, se trouve aux archives.

On verra , en lisant ce qui est relatif au Testament de la Reine , que S. M. Louis XVIII a ordonn£ qu’il en soit d£livr£ un fac simile aux Membres des Chambres, et, dans sa bienveillance , il a voulu