Page:TheatreLatin1.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


2 TE. silence la comédie qu’0n va représenter, et jugez·la procher à dhonnêtes gens le bien qn’il a pu leur avec justice et sans partialité. faire. Il est persuadé de votre reconnaissance, et Maintenant, je vais vous dire par quel ordre et n’a point de regrets à tout ce qu’i| afaitpour vous. pourquoi je viens; eten même temps je vous ap- Mais il est temps de vous dire d`abord ce quejc prendrai mon nom. suis venu vous demanderçjc vous exposerai ensuite Je viens par l’ordre de J upiter; je m’appelle Mer- le sujet de cette tragédie. Eh quoi! vous fronccz le cure. sourcil, parce que je vous annonce une tragédie! Jupiter, mon père, m’envoie en ambassadeur pour Ne suis·je pas un dieu? Si cela vous fait plaisir, je vous prier, quoiqu’il sache bien qu’un mot de sa ferai de la tragédie une comédie, sansy changer un bouche serait pour vous un ordre, et que vous res- seul vers. Parlez. Que voulez-vous que soit la pièce pacte; et craignez Jupiter, comme il convient; qt1’on Vajoucr? Muisje n’y pense pas , dc vous faire toutefoisil m’a ordonnédevous parler très-poliment cette question; comme si ma divinité ne savait pas ct de n’empl0yer que la douceur et la persuasion. d’avance votre goût. Oui, vous dis—je, je sais ce que N’en soyezpas surpris. Ce Jupiter, qui m’envoie, vous désirez ; et je vais vous arranger une tragi·<:o- n'appréi1endc pas moins qu’aucun de vous de s’at· medie. Car une pièce ou paraissent des dieux et tirer quelque méchante affaire. N’est-il pas né des rois, ne peut pas décemment être tout à fait une comme vous, de père et de mère mortels? Et moi comédie. D’un autre côté, un esclave y doit aussi aussi, qui suis son fils, je tiens de lui le mal de la jouer un rôle. Taccommoderai donc tout cela , en peur. Aussi viens-je avec des intentions très-pacilt faisant, connue je vous disais, une tragicomédie. ques, etj’espère en trouver chez vous de semblables. A présent, je vous préviens que Jupiter vous or- Je ne vous demande rien que de facile et de légitime. donne d'établir des inspecteurs sur chaque banc du C’est de personnes justes comme vous qu’on doit théâtre, pour observer les cabaleurs, les applaudis- attendre justice. Car demander une injustice à seurs à gages, et pour saisir leur toge comme d’l1onnêtes gens , est une impertinence; comme de- caution. Il veut qu’on punisse également ceux qui mander une chose juste ii des fripons, est une folie. brigueraient le prix en faveur des comédiens ou des De pareilles gens ne connaissent pas plus le droit décorateurs, par des menées, des lettres, des cor- qu’iIs ne le pratiquent. ruptions, ainsi que les comédiens eux·mêmes et leurs Maintenant, attention, je vous prie! Vous devez afiidés; et les édiles qui auraient décerné le prix de vouloir ce que nous voulons; car nous avons, mon mauvaise foi, doivent être traités comme s’ils eus- père et moi, assez bien mérité de votre république. sent enlevé par Pintrîgue une magistrature pour En effet, n’ai-je pas entendu , dans vos tragédies, eux ou leurs amis. Neptune, la Vertu, la Victoire, Mars, Bellone, et Les Romains, Z1-t-il dit, ne doiventleur victoire autres dieux vous rappeler leurs bienfaits, comme qu’à leur Vertu, et nonà Pintrigue et à la periidie. si tous ces bienfaits ne venaient pas de mon père, Pourquoi la loi ne serait~eile pas pour les comé- le maître des dieux, et Pautcur de toutes chosesï diens la même que pour les grands personnages? Mais pour lui, ceu`:1 jamais été sa maniere de re- (Fest par le mérite, et non par la brigue,qn‘il faut Lucrum ut perenne vobis semper suhpetnt; Sed mos nunquarn illic fuit patri meo, Ita huicfacietis fabulxe silentium , UI exprobraret quod bonis Iaceret boni. ltaque œqui et justi heic eritis omncis arbitrl. Gratnm arbilratur csse id a vohis sibi , Nuno quo] us jussu venio , et quamobrem venerim , Meritoque vobis bona. se tacere quze facil:. Dicam; simulque ipse eloquur nomen meure. N une quam rem oratum hoc vent , pi-imum proloquar; Jovis jussu venio; uomen Mercurii est mibi. Post, argumenlum hujus eloquar tragmdiœ. Peler huc me misit ad vos oratum mous , Quid coutruxistis froniem? quia iragœdiam Tametsi , pro imperio vobis quod ilictum foret, Dixi futuram banc'? Deus sum, coumutavero 5cibat factures : quippe qui intellexerat Eamdem banc, si voltis; faciam ex tragocdia Vereri vos se et metuere , ita. ul. œquom est, Jovem : Comœdia ut sit , omnibus eisdern versibus. Verum profeclo hoc petero mc prccario Utrum sit, an non , voltis? sed ego stultior, A vobisjussit leniter dictis bonis. Quasi nesciam vos velle, qui divos siem : ’ Iîtenim ille, quojus truc jussu venio , Jnppiter, Teueo quid anlmi vostri super hac re siet. Non minus quam vostrum quivis formidat malum r Faciam ut coumixta sit tragicocomœdia : Humana maire natus, humano patre , Nam me perpetuo faoerc ut sit coma-rdia , Idirari nou est aequom sibi si prœtimet. Regcs quo veniuol et dl , non par arbitror. Mque ego quoque etiam, qui Jovis sum iillus , Quid igitur? quoniam heic servos quoque parteis babel , Conlagione mei patris metuo malum. Faciam sil., proinde ut dixi , tragicocomœdie. Prcpterea puce udvenio, et pncem ad vos ndfcro; Nuno hoc me orare a vobis jussit Juppiter, Justam rem et facilem esse oratum a. vobis volo : Ut cunquisitores singuli in subsellia Nam juste ab justis justus sum oralor datus. Eant per totem caveam spectatoribus; Nam injuste ab justis ltnpelrare non decet 1 Si quoi fautores deiegatos viderint , Justa autcm ab injuslls petero, tnsipientia est; Ut his in cavea pignus capiantur logœ. Quippe olli iniqui jus ignorant, neque tenant. Sive qui amhissent palmam histrionlbus, Nuno jam huc nnimurn omneis ea quan loquar: advortite. Seu quolquam ariiiici, seu per scriptas. literas , Debetis vello quan velimus; meruimus Slve qui ipsi arnbissnnt, seu per internuntium , Et ego et pater de vobis et re publica. Sive adeo wtlilcis perüdiose quoi dulnt, Num quid ego memorem , ut alios io trugœdiis Sircinpse lcgem jussit esse J uppiter, Vidi , Nepltmum, Virtutem , Victorinm, Quasi nmgistrattum albi allerivc uuibiverit. Mariam, Bellonam, oommemorare qua: Dona Virtute dixit vos victores vivere, Vobin fecissent? queis benefuctis meus putes, Non ambitione, neque periidia z qui minus Doorum regnator, architectes omnihus. Baden: histrioni sit lex , quan summo viro?