Page:TheatreLatin1.djvu/54

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


AMl'1llTltYON , ACTE 1V, SCÈNE Ill. 27 Ampli. J’entends Blépharon; je nfétonne qu'il Sos. Sans doute,je le nie. Heureusement j’ai un vienne. Mais il arrive à propos. ll nfaidera à con- témoin à produire, avec qui je suis venu. Je vous vaincre mon épouse de sa honte. Pourquoi venez- l’ai amené; fai fait ma commission. vous ici, Blépharon? Ampli. Qui t’a donné cette commission, peu- Bëpli. Avez-vous sitôt oublié que vous avez en- dard? voyé de très-grand matin Sosie au vaisseau, pour Sos. Vous-même. nfinviter à venir dîner avec vous aujourd’hui? Ampli. Quand? zlmplz. Je ne l’ai point envoyé du tout. Mais ou Sos. Ce matin, tantôt, lorsque vous avez été est-il , ce seélérat ? raceommodé avec votre épouse. Blépla,. Qui? Ampli. Bacchus te fait déraisonner. Ampli. Sosie. Sos. Malheureusement je n’ai salué aujourcfhui Blépfz. Le voilà. ni Bacchus ni Cérès. Vous aviez ordonné de net- Amplz. Où ? toyer lcsvases sacrés pour faire un sacrifice; et vous Bléph. Devant vos yeux. Ne le voyez-vous pas? m’avez envoyé chercher Blépharon pour qu’il dlnât Ampli. Je vois à peine, tant je suis en colère! avec vous. tant ce misérable m`a mis hors de moi! Tu ne m'é· Ampli. Je veux mourir, mon cher Blépharon , si chapperas pas; je te tuerai .... Laissez-moi , Blé- je suis entré chez moi depuis mon retour, et si j'ai pharon. . envoyé ce maraud. Parle; ou m’as—tu quitté? Bléplt. Écoutez, je vous prie. Sos. Au logis, avec Alcmène votre épouse. En Ampli. Parlez , je vous ecoute. Mais toi, prends vous quittant, j’ai volé jusqu’au port, etj’ai fait vo- ecci. (Il bat Sosie.) tre invitation à Blepharon. Nous arrivons; et voilà Sos. Qu’ai-je donc fait? Ne suis-je pas arrivé as- le premier instant ou jevous vois depuis ma course. sez tôt? Je n’aurais pu venir plus vite, quand j’au· Ampli. infâme coquin! tu n1‘as laissé avec ma rais eu les ailcs de Dédale. femme? Tu ne t’en iras pas sans être étrillé d’im- Bléplt. Laissez-le, de grâce. Il nous a été im- portance. possible de venir à plus grands pas. Sos. Blépharon? Ampli. Qu’il soit venu aussi vite que sur des Blëplt.AlIous, Amplntryon; àmu considération, érhasses , ou qu’i| ait été aussi lent qu’une tortue, laissez-le, et veuillez nfentendre. i au ue 'e assomme. oi à our e oi · voi à m i. il ien. i . ar ez. 'lftqg|’ Vip ltt,l Apll·lblsotPl pour les tuiles; voilà pour m`avoir fermé la porte; Bléplt. Ce pauvre Sosie m’a déjà conté des pro- voilà pour t'être moqué de ton maître; voilà pour diges incroyables. I-'eut—être quelque magicien, les injures que tu m’as dites. quelque homme à prestiges exerce son pouvoir sur Bléplz. Quel mal vous a-t-il fait? votre maison ; faites de votre côté des recherches; Ampli. Vous me le demandez? Il a eu Pinfamie voyez d’où ceci peut venir. Et n’assommcz pas ce de nfexclure de la maison, de me jeter des tuiles malheureux avant d’avoir éclairei cet étrange mys- du haut du toit. tère. Sos. Moi? Ampli. Je veux suivre votre conseil. Allons; je Ampli. Toi-même. De quoi osais-tu me menacer, veux d'abord que vous me scrviez de témoin contre si je frappais à cette porte? Le nierastu , seélérat? ma femme. (Versus ad Blephamwm) « Quid hun ad me Blcpharo? • « Missus sedulo, ut ad te voeatum duccrem. Ampli. « Quit; tc Blcph. 41 Oblitus tam cito, quum diluenlo. « misit, · « Misisti ad navim Sosiam , ut hodie tecum eonviverem ? et Furcifer? Sos. « Qui me rogat. Ampli. « Quamlo genüum? Ampli. « Nusquam faclum gentium : scil ubi illic seclestus? Sos. Dudum, jam pridem; modo, Bleph. « Quis? Ampli. « Sosia. a Ubi cum more domi redisti in graliam. Ampli. u Bacchus Blepli. « Eccuui lllum. Amplt. n Ubi? Blcpk. « Ante oculos <¤ tc inritassit. « non vides? Ampli. « Vix video prœ ira, adeo me lstic Sos. n Nec Baechum salutem hodie, nec Cercrem: tu purgm « Hndie delirum fecit: ne te sacruticem numqusun evarles. « jus seras « 5ine mu, Blepharn. Blrph. « Ausculta, preoon Ampli. «Vasa,utremdivinam faceres:ethuncmeadcersitummiltis, « Die, nuseulto : tu vapula. « Ut tecum prandeat. Ampli. Blepharo ,dispereum, si aut in- Sos. « Qua de re? num satis tempori? non ocius quivl , si « tus adhuc fui, « mg « Aut si hunc miserim : die, ubî me liquisti? Sos. Domi cum « Dœdaleis tulissem remi mis. Bleplt. u Abstiue , quacso; non « Alcumcna conjuge. potuimus « Ego u te abiens partum vonsus volito, hunc tuls verbis voca. ¤<Nostros grandîus gradus. Ampli. « Sive g·rallal0~ « Venimus, nec le, nisi nune, video postza. Ampli. Sceluslum « rius , sive « eaput! cum uxore? ·¤ Testridineus fuerit, 0P1"l\1D'l’St mihi hunc Sc1·lc·stuin perdure: a Numquam abis, quin vapules. Sas. Blcpharo. Blcph. Am- « Ex tnctum! en ti-gulas! en obductas forets! en ludiiicatnm « pliilruo, mitte hunc mea gratia , 1 humm! «, Et mc audios. Ampli. En mitl.0; quid vis, loqucrc. Blcph. ~ Enverborum seelus! Blcplt. u Quid mali f ceit Ubi? Ampli. u istjc jam dndum mihi «Roga.s? ex illo cr Mnxumn memoravlt mira zprœstigiator forte , aut veneliclis « Tech, exclusum foribus, me deturbavll œdibus. Sos. « E— « Hauc oxcunlat Libi familiain : iuquirc aliunde, vide quid ·< gme? « siet. Ampli. · Tu, quid mlnitubas tu fneturum , si isms ps-pulissem «= Nec ante hunc excruciatum miserum facias, quam rem in- « fonis? « telle-··as. « Ne,*:.ns,sceIeste? Sos. u Quin nrgem? en icslls itmplitcr, , rc Amp.';. lïuete mones : eamus, tc nclvorsum uxori ctiam mh « L;I.tl0|m venir; : F u \0c£xl.txl11 vulo. •~