Page:Verne - Le Pays des fourrures.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
7
UNE SOIRÉE AU FORT RELIANCE.

on se plaisait à l’entendre bourdonner. Il eût plutôt fait un majordome qu’un soldat. Il le sentait bien. Aussi s’intitulait-il volontiers « caporal chargé du détail », mais dans ces détails il se serait perdu cent fois, si la petite Mrs. Joliffe ne l’eût guidé d’une main sûre. Il s’ensuit que le caporal obéissait à sa femme, sans vouloir en convenir, se disant, sans doute, comme Sancho le philosophe : « Ce n’est pas grand’chose qu’un conseil de femme, mais il faut être fou pour n’y point prêter attention ! »

L’élément étranger, dans le personnel de la soirée, était, on l’a dit, représenté par deux femmes, âgées de quarante ans environ. L’une de ces femmes méritait justement d’être placée au premier rang des voyageuses célèbres. Rivale des Pfeiffer, des Tinné, des Haumaire de Hell, son nom, Paulina Barnett, fut plus d’une fois cité avec honneur aux séances de la Société royale de géographie. Paulina Barnett, en remontant le cours du Bramapoutre jusqu’aux montagnes du Tibet, et en traversant un coin ignoré de la Nouvelle-Hollande, de la baie des Cygnes au golfe de Carpentarie, avait déployé les qualités d’une grande voyageuse. C’était une femme de haute taille, veuve depuis quinze ans que la passion des voyages entraînait incessamment à travers des pays inconnus. Sa tête, encadrée dans de longs bandeaux, déjà blanchis par place, dénotait une réelle énergie. Ses yeux, un peu myopes, se dérobaient derrière un lorgnon à monture d’argent, qui prenait son point d’appui sur un nez long, droit, dont les narines mobiles « semblaient aspirer l’espace ». Sa démarche, il faut l’avouer, était peut-être un peu masculine, et toute sa personne respirait moins la grâce que la force morale. C’était une Anglaise du comté d’York, pourvue d’une certaine fortune, dont le plus clair se dépensait en expéditions aventureuses. Et si en ce moment, elle se trouvait au Fort-Reliance, c’est que quelque exploration nouvelle l’avait conduite en ce poste lointain. Après s’être lancée à travers les régions équinoxiales, sans doute elle voulait pénétrer jusqu’aux dernières limites des contrées hyperboréennes. Sa présence au fort était un événement. Le directeur de la Compagnie l’avait recommandée par lettre spéciale au capitaine Craventy. Celui-ci, d’après la teneur de cette lettre, devait faciliter à la célèbre voyageuse le projet qu’elle avait formé de se rendre aux rivages de la mer polaire. Grande entreprise ! Il fallait reprendre l’itinéraire des Hearne, des Mackenzie, des Raë, des Franklin. Que de fatigues, que d’épreuves, que de dangers dans cette lutte avec les terribles éléments des climats arctiques ! Comment une femme osait-elle s’aventurer là où tant d’explorateurs avaient reculé ou péri ? Mais l’étrangère, confinée en ce moment au Fort-Reliance, n’était point une femme : c’était Paulina Barnett, lauréate de la Société royale.