Page:Vidocq - Mémoires - Tome 1.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


MÉMOIRES


DE


VIDOCQ.




CHAPITRE PREMIER.


Ma naissance. — Dispositions précoces. — Je suis mitron. — Un premier vol. — La fausse clé. — Les poulets accusateurs. — L’argenterie enlevée. — La prison. — La clémence maternelle. — Mon père ouvre les yeux. — Le grand coup. — Départ d’Arras. — Je cherche un navire. — Le courtier d’un musicos. — Le danger de l’ivresse. — La trompette m’appelle. — M. Comus, premier physicien de l’univers. — Le précepteur du général Jacquot. — Les acrobates. — J’entre dans la banque. — Les leçons du petit diable. — Le sauvage de la mer du Sud. — Polichinel et le théâtre des variétés amusantes. — Une scène de jalousie, ou le sergent dans l’œil. — Je passe au service d’un médecin nomade. — Retour à la maison paternelle. — La connaissance d’une comédienne. — Encore une fugue. — Mon départ dans un régiment. — Le camarade précipité. — La Désertion. — Le franc Picard et les assignats. — Je passe à l’ennemi. — Une schlag. — Je reviens sous mes anciens drapeaux. — Un vol domestique et la gouvernante d’un vieux garçon. — Deux duels par jour. — Je suis blessé. — Mon père fonctionnaire public. — Je fais la guerre. — Changement de corps. — Séjour à Arras.


Je suis né à Arras : mes travestissements continuels, la mobilité de mes traits, une aptitude