Page:Vidocq - Mémoires - Tome 3.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans ce discours, que véritablement je ne savais plus à quoi m’en tenir sur le compte de Corvet. Cherchait-il un associé ou se proposait-il de me perdre ? Je n’ai encore que des doutes à cet égard, mais dans un cas comme dans l’autre, il m’était manifeste que Corvet était un coquin. De son propre aveu, sa femme et lui commettaient des vols. S’il avait dit vrai, il était de mon devoir de faire en sorte de le livrer à la justice ; si au contraire il avait menti dans le seul espoir de m’entraîner à une action criminelle pour me dénoncer, il était bon de pousser l’intrigue vers son dénouement, afin de montrer à l’autorité qu’à vouloir me tenter, c’était perdre son temps.

J’avais essayé de détourner Corvet du dessein dont il m’entretenait, lorsque je vis qu’il persistait, je feignis de m’être laissé séduire.

— Allons, lui dis-je, puisque c’est un parti pris, j’accepte ton offre.

Aussitôt il m’embrasse, et le rendez-vous est donné pour quatre heures, chez un marchand de vin. Corvet retourna chez lui, et dès qu’il m’eut quitté, j’écrivis à M. Allemain, commissaire de police, rue du Cimetière-Saint-Nicolas, pour l’informer du vol qui devait se commettre dans la soirée ; je lui donnai en même temps