Page:Vidocq - Mémoires - Tome 3.djvu/435

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


un : nnrtùnns. ’ui

50,000 francs, 10,000 francs ou la récompense Pam au rabais. —· Le faux soldat. — L’entorse de U commande. — La tonnelière de Livry. — La ’ petite réputation locale. — Je suis juif. -·— Mon · pèlerinage aveci la religieuse de Dourdans.—. Le phénix des femmes. — Ma métamorphose en domestique allemand. — Mon arrestation. — Je suis incarcéré. — Le hacheur de paille. - Mon entrée en prison. — Les étrangers ont des amis partout. — Le rat d’église. — L’habit viande. -<— Les boutons de ma redingote. — Ce qu’entend toujours un ivrogne. - Mon histoire. — Là bataille de Montereau. — J’ai volé mon ’maître. — Projet d’évasion. — Voyage en Allemagne. — La poule noire.- Confidence au procureur du roi. — Ma fuite avec un compagnon · d’infortune. — Cent mille écus ·de diamants. — Le minimum......................... 250 Cnsrxwnn xm. Les glaces enlevées. — Un beau jeune homme. — Mes quatre états. -î La fringale.—Le connaisseur. —· Le Turc qui a.vendu ses odalisques. — Point de complices. —·· Le général Bouchu. — Uinconvénient des bons vins. — Le petit saint Jean. — Le premier dormeur de France. - Le grand uniforme et les billets de banque. - La crédulité d’un receleur. — Vingt-cinq mille francs de flambés. — Uofücieux. — Capture de vingt-deux voleurs. — L’adorable cavalier. L Le parent de-