Page:Vidocq - Mémoires - Tome 4.djvu/140

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


un nàuoxnss

haute paye, ce qui l’aurait fait décheoir de sa réputation de probité, elle dut s’imp<îse1· une bien cruelle privation. Un amant est un associé qui, dans les bénéfices, s’adj uge nécessairement la part du lion. Elle n’eut plus d’amant ; Adèle avait assez d’expérience pour se passer d’un collaborateur ; elle vola donc de ses propres ailes, \ et travailla seule pendant deux ans avec un bonheur inconcevable... tout lui réussissait ; enfin il vint un moment où l’abondance du butin surpassant toutes ses espérances, elle éprouva pour la première fois Pembarras des richesses. ’