Page:Vidocq - Mémoires - Tome 4.djvu/141

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ms vxnooq. ua


CHAIÉITBE LIIL i’I

Le poids de Yisolement. — Les amours. z— Le mariage en détrempe. — L’excellent élève. — Un coup !d’e¤£ai· — Uelliraction — Où diable est l’argent P j-Les compensations. —· Une scène d’enthousiasme. — La vie ast ; un édredon remplldè délices. •— Le (langer eux vis-à-vis. — Les rideaux perfides. — La réverbération.— Un hussard d’alcove. — La croisade. — Les persiennes de la · curiosité. —¢ La barbe du juge. — Cas fortuit. ··— Seize ans de fers. -· Adele se voyant de Izzî haute, sentit tout u à cou le’oids de Pisolement au uel elle’s’é·· P P (I

tait résigné. Elle éprouvait un vide qu’elle ne pouvait définir ; ou plutôt elle le définissait si ’bien ;’qu’ë}le sè·promit’d’écouter le premier ga’dant qui viendrait lui conter des douceurs, pourvu 3 toutefois, que ce galant fût de son goût ; Celui ·à qui elle plut et qui lui plut pa-reilleme11t’, fut un nommé Rigottier, le plus