Page:Vidocq - Mémoires - Tome 4.djvu/143

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


un vrnocq. un

faction que le plus expert des serruriers. Décidément, en suivant sur le tapis vert les hasards d’une queue à laquelle la fortune est trop souvent infidèle, Rigottier s’écartait de sa vocation, Adèle entreprit de l’y ramener, et le Succès le plus complet couronne ses efforts. Néanmoins elle ne voulut pas qu’il s’aventuraât, avant d’être parfaitement stilé, tant elle craignait qu’il ne Se compromît par un pas de clerc : gïabord elle ne l’emmena que pour faire le guet ; mais après qu elques expéditions, pendant lesquelles il s’é· tait à regret croisé les bras, il fut convenu qu’il mettrait la main à la pâte. ’

Une dame, qui passait pour riche, restait rue de la Féronneltie ; elle avait beaucoup d’écus, assurait sa femmede ménage, et Adèle se faisait une fête de la ¢léval, i.ser. Déjà les clés étaient ’ A pnêtes, ellesnuvraient merveille ;.il ne s’agis8ait plus, pour en faire usage, que de saisir l’insten !1 propice. Se. femme de ménage avait promis de faire savoir quand sa maîtresse s’absente1·ait ; elle tint parole. Un jour elle vint annoncer que madame irait en soirée : aussitôt on se eoncerta sur les moyens d’exécution : —~- à Allons, dit Adele à son élève, il n’y a pas à reculer ; tu t’introduiras avec moi, je veux voir un peu.