Page:Vidocq - Mémoires - Tome 4.djvu/150

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


un nimotnms ·

’ Le commissaire, les exempts, la garde, qu’un voisin est allé chercher, ne se font pas longtemps attendre. On s’empare· des deux amants : Adèle, interrogée la première, ne se déconcerte pas, elle proteste que sa présence dans la chambre où elle a été surprise, n’est que l’eHbt d’un cas fortuit ; elle ne connaît pas l’homme avec qui on l’a trouvée, elle ne l’a seulement jamais vu de sa vie ; mais comme elle est fille publique, il l’a accostéè dans la rue, et ils sont montés ensemble dans la maison, croyant que’c’était une maison de plaisir : une porte était ouverte sur l’escalier, et ma foi li occasion, l’herbe tendre.... au surplus, elle est on ne peut plus étrangère à la formation des paquets, et si n un vol’a été commis, elle s’en lave les mains. Le mensonge était assez bien imaginé ; mais Rigottier, avec qui Adele n’avait pu’se con-1 certer, ne tint pas le même langage, et de cette différence dans les dires, résulta pour tous deux une condamnation à seize ans de fers. Bigottier ’partit avec la chaîne en 1802 ; dix ans plus tard je le rencontrai sur les quais : il s’était évadé, je-l’arrêtai ; depuis il est mort au bagne.