Page:Wilde - La Maison de la courtisane, trad. Savine, 1919.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


chevauchais à mon gré par des vignes à la riche floraison, par les sombres bosquets d’oliviers. L’air moite était doux. La route blanche résonnait sous les pieds de mon cheval, et tout en rêvant au nom antique de Ravenne, j’épiais le jour jusqu’au moment où masqué de blessures de flamme, le ciel de turquoise prit la teinte de l’or bruni.

Oh ! comme mon cœur brûla d’une jeune passion, quand bien loin par delà les roseaux et les eaux stagnantes, j’aperçus cette cité sainte surgissant en traits clairs, et portant sa couronne de tours. J’accélérai mon galop, rivalisant avec le soleil couchant, et avant que se fussent éteintes les dernières lueurs cramoisies, je me vis enfin dans l’enceinte de Ravenne.