Page:Wilde - Le Crime de Lord Arthur Savile, trad. Savine, 1905.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Bien des hommes et bien des femmes sont contraints de jouer des rôles auxquels rien ne les destinait. Nos Guildensterns nous jouent Hamlet et notre Hamlet doit plaisanter comme un Prince Hal.

Le monde est un théâtre, mais la pièce est déplorablement distribuée.

Soudain M. Podgers entra dans le salon.

A la vue de lord Arthur, il s’arrêta et sa grasse figure sans distinction devint d’une couleur jaune verdâtre. Les yeux des deux hommes se rencontrèrent et il y eut un moment de silence.

— La duchesse a laissé ici un de ses gants, lord Arthur, et elle m’a demandé de le lui rapporter, dit enfin M. Podgers. Ah ! je le vois sur le canapé !… Bonsoir !

— Monsieur Podgers, il faut que j’insiste pour que vous me donniez une réponse immédiate à une question que je vais vous poser.

— A un autre moment, lord Arthur. La duchesse m’attend. Il faut que je la rejoigne.

— Vous n’irez pas. La duchesse n’est pas si pressée.