Épîtres (Voltaire)/Épître 106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres complètes de VoltaireGarniertome 10 (p. 408-410).


ÉPÎTRE CVI.


À MONSIEUR DE LAHARPE.


(1769)


Des dames de Paris Boileau fit la satire.
De la moitié du monde, hélas ! faut-il médire ?

Jean-Jacque, assez connu par ses témérités,
En nouveau Diogène aboie à nos beautés.
Il leur a préféré l’innocente faiblesse,
Les faciles appas de sa grosse Suissesse,
Qui, contre son amant ayant peu combattu,
Se défait d’un faux germe, et garde sa vertu.
« Mais nos dames, dit-il, sont fausses et galantes,
Sans esprit, sans pudeur, et fort impertinentes ;
Elles ont l’air hautain, mais l’accueil familier,
Le ton d’un petit-maître, et l’œil d’un grenadier. »
Ô le méchant esprit ! gardez-vous bien de lire
De ce grave insensé l’insipide délire.
Auteurs mieux élevés, fêtez dans vos écrits
Les dames de Versaille et celles de Paris.
Étudiez leur goût : vous trouverez chez elles
De l’esprit sans effort, des grâces naturelles,
De l’art de converser les naïves douceurs,
L’honnête liberté qui réforma nos mœurs,
Et tous ces agréments que souvent Polymnie
Dédaigna d’accorder aux hommes de génie.
Ne connaissez-vous point une femme de bien,
Aimable en ses propos, décente en son maintien,
Belle sans être vaine, instruite, et pourtant sage ?
Elle n’est pas pour vous ; mais briguez son suffrage.
Après un tel portrait cherchez-vous encor plus ?
Avec tous les attraits vous faut-il des vertus ?
Faites-vous présenter par certain secrétaire
Chez certaine beauté dont le nom doit se taire ;
C’est Vénus-Uranie, épouse du dieu Mars[1].
C’est elle dont l’esprit anime les beaux-arts ;
Non celle qu’on voyait, sous le fils de Cynire,
De son fripon d’enfant suivant l’injuste empire,
Entre Adonis et Mars partager ses faveurs.
Il est vrai qu’en sa cour il est très-peu d’auteurs ;
Dans les palais des dieux elle vit retirée.
Vénus est philosophe au sein de l’empyrée :
Mais sa philosophie est de faire du bien ;
Elle exige surtout que je n’en dise rien.
Sur mille infortunés que sa bonté console

J’ai promis le secret, et je lui tiens parole.
Toi qui peignis si bien, dans un style épuré,
Une tendre novice, un honnête curé[2] ;
Toi, dont le goût formé voudrait encor s’instruire,
Entre Mars et Vénus tâche de t’introduire.
Déjà de leurs bienfaits tu connais le pouvoir :
Il est un plus grand bien, c’est celui de les voir.
Mais ce bonheur est rare ; et le dieu de la guerre
Garde son cabinet, dont on n’approche guère.
Je sais plus d’un brave homme, à sa porte assidu,
Qui lui doit sa fortune, et ne l’a jamais vu.
Il faut entrer pourtant ; il faut que les Apelles
Puissent à leur plaisir contempler leurs modèles,
Et, pleins de leurs vertus ainsi que de leurs traits,
En transmettre à nos yeux de fidèles portraits.
Tes vers seront plus beaux, et ta muse plus fière
D’un pas plus assuré va fournir sa carrière.
Courtin jadis en vers à Sonning dit : « Adieu,
Faites mes compliments à l’abbé de Chaulieu, »
Moi, je te dis en prose : « Enfant de l’Harmonie,
Présente mon hommage à Vénus-Uranie. »



  1. Cette Vénus-Uranie doit être Mme de Choiseul, dont le mari était alors ministre de la guerre.
  2. Dans le drame de Mélanie.