100%.png

Épîtres (Voltaire)/Épître 69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes de VoltaireGarniertome 10 (p. 333).


ÉPÎTRE LXIX.


AU MÊME.


J’ai donc vu ce Potsdam, et je ne vous vois pas ;
On dit qu’ainsi que moi vous prenez médecine.
Que de conformités m’attachent sur vos pas !
Le dieu de la double colline,
L’amour de tous les arts, la haine des dévots ;
Raisonner quelquefois sur l’essence divine ;
Peu hanter nosseigneurs les sots ;
Au corps comme à l’esprit donner peu de repos ;
Mettre l’ennui toujours en fuite ;
Manger trop quelquefois, et me purger ensuite ;
Savourer les plaisirs, et me moquer des maux ;
Sentir et réprimer ma vive impatience :
Voilà quel est mon lot, voilà ma ressemblance
Avec mon aimable héros.
Ô vous, maîtres du monde ! ô vous, rois que j’atteste,
Indolents dans la paix, ou de sang abreuvés…
Ressemblez-lui dans tout le reste…