100%.png

Étrange aboutissant d’une splendeur si grande

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les Perles rouges : 93 sonnets historiquesBibliothèque-Charpentier (p. 132-133).


LXVI


Étrange aboutissant d’une splendeur si grande,
Cette effroyable cire au jaune horrible et mat,
Aux verts cadavéreux, semble d’un Goliath
L’âpre tête tranchée où luit la mouche à viande.

Lourd profil du dieu mort que la boucle enguirlande,
Prince vers qui montait le sonore vivat !
Ton front putréfié n’offre plus rien de fat,
Ton teint momifié, de plaques se faisande.


Le porphyre s’effrite, et le granit se fond ;
La cire immortalise, en l’étendant, ta ride.
Grâce antique, figée en Adonis putride.

Et ne sera-ce pas un exemple profond,
Si, vers la fin des temps, de ta vaste Épopée,
Il ne reste, Grand Roi, qu’une vieille Poupée ?