Mozilla.svg

Œuvres (Ferrandière)/Fables/Fable 048

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Janet et Cotelle (Première partie : Fables — Seconde partie : Poésiesp. 53-54).

FABLE XLVIII.

LE MERLE ET L’HIRONDELLE.


Un merle échappé de sa cage
Revint à tire-d’aile habiter le bocage,
Et, répétant à tout propos
Ce qu’il avoit appris pendant son esclavage,
Il ennuyoit parfois un grand nombre d’oiseaux,
Se crovant plus d’esprit en babillant sans cesse :
Moi, disoit-il un jour, j’amuse, j’intéresse
Par mon joli langage et mes contes nouveaux.
Est-on plus ignorant que pinsons et moineaux ?

Les rossignols et les fauvettes
Ne disent que des chansonnettes,
Où l’on ne comprend rien, d’ailleurs pas un seul mot ;
Et la dolente tourterelle…
Il commencoit ainsi sa longue kirielle :
Tout oiseau peu parleur n’alloit être qu’un sot ;
Mais une savante hirondelle
Lui rabattit le caquet tout à coup :
Croyez-moi, mon ami, j’ai parcouru le monde ;
Presque partout, sur la machine ronde,
Qui pense peu, parle beaucoup.