Œuvres complètes de Lamartine (1860)/Tome 2/Le dernier chant du Pèlerinage d’Harold/Note première

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres complètes de LamartineChez l’auteur (p. 153).
NOTE PREMIÈRE

(Page 89)


Ces temps sont arrivés : aux rivages d’Argos,
N’entends-tu pas ce cri qui monte sur les flots ?
C’est ton nom : il franchit les écueils des Dactyles ;
Il éveille en sursaut l’écho des Thermopyles.


L’insurrection de la Grèce est un des plus beaux spectacles qu’il ait été donné à l’homme de contempler. Tous les prodiges de l’héroïsme antique, tous les dévouements des plus sublimes martyres, se renouvellent tous les jours sous les yeux de l’Europe. Les vers de cette note font allusion au nouveau combat des Thermopyles, si admirablement décrit par M. Pouqueville dans son Histoire de la régénération de la Grèce, tome III, page 182.