Œuvres de Descartes/Édition Adam et Tannery/Tome 4/Texte entier

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

René Descartes : Œuvres de Descartes, éd. Adam et Tannery, Tome 4

OEUVRES

��DE

��DESCARTES

��CORRESPONDANCE

��IV

��Juillet 1643 — Avi.il 1647

�� � M. Darboux, de l'Académie des Sciences, doyen de la Faculté des Sciences de l'Université de Paris, et M. Boutroux, de l'Académie des Sciences Morales et Politiques, professeur d'histoire de la philosophie moderne à la Sorbonne, ont suivi l'impression de cette publication en qualité de commissaires responsables.

�� �


ŒUVRES
DE
DESCARTES

PUBLIÉES
PAR
Charles ADAM & Paul TANNERY
SOUS LES AUSPICES
DU MINISTÈRE DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE

—————

CORRESPONDANCE
IV
Juillet 1643 — Avril 1647


PARIS
LÉOPOLD CERF, IMPRIMEUR-ÉDITEUR
12, RUE SAINTE-ANNE, 12

1901




CORRESPONDANCE
CORRESPONDANCE

��CCCXI.

Elisabeth a Descartes.

Xa Haye], i" juillet [1643]. Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt. n° 16. p. 8o,-<)2.

Publiée par Faucher de Careil, p. S 2-53, Descartes et la Prin- cesse Elisabeth {Paris, Germer-Baillière, ifi-jg). Nous donnons, comme variantes, les leçons de F. de Careil. — Elisabeth répond à la lettre CCCX du 28 juin 164S, nouveau style, et on voit, par le texte (p. 2, l. 2-5), le sieur van Bergen retarder son départ de La Haye tout exprès pour emporter cette réponse ; la date du /"juillet semble donc bien aussi du nouveau style, quoique les lettres précédentes d'Elisabeth soient datées en vieux style.

M on fleur De/cartes,

l'aprehende que vous ne receuie^ autant d incommo- dité, par mon ejîime de vos injlruclions & le dejir de m'en preualoir, que par l'ingratitude de ceux qui s'en 5 priuent eux-mefmes & en voudroient priuer le genre humain a ; & ne vous aurois enuoyé vn nouuel effet de mon

6 & ne] Et ie ne.

a. Allusion à la citation de Descartes par le Vroedschap d'Utrecht. Voir t. III, p. 693, 1. 22.

Correspondance. IV. 1

�� � 2 Correspondance.

ignorance, auant que ie vous feuffe déchargé de ceux de leur opiniaflr été, file fieur Van Bergen ne m'y eufl obligé plus tojl, par fa ciuilité de vouloir demeurer en cette ville, iufqu'a ce que ie luy donnerais vne refponfe a vojlre lettre du 28 e de iuin a , qui me fait voir clairement les 5 trois fortes de notions que nous auons, leurs obiets, & comment on s'en doit feruir.

le trouue auffi que les fens me montrent que l'âme meut le corps, mais ne m'enfeignent point [non plus que l'En- tendement & l'Imagination) la fafjon dont elle le fait. 10 Et, pour cela, ie penfe qu'il y a des propriétés de rame, qui nous font inconnues, qui pourront peut eflre renuerfer ce que vos Méditations Metaphyfiques m'ont perfuadée, par de fi bonnes raifons, de V incxtention de lame. Et ce doute femble eflre fondé fur la règle que vous y donne^, i5 en parlant du vray & du faux, & que toute l'erreur nous vient de former des iugements de ce que nous ne perce- uons affe\. Qùoy que l'extenfion n'ejl necejfaire a la penfée, n'y répugnant point, elle pourra du ire a quelque autre fonction de lame, qui ne luy efl moins effentielle. ao Du moins elle fait choir la contradiclion de Scholafliques, qu'elle efl toute en tout le corps, & toute en chacune de fes parties. le ne m'exeufe point de confondre la notion de l'ame auec celle du corps par la mefme raifon que le vulgaire; mais cela ne m'oflc point le premier doute, & ie 2 5 dcfcfpereray de trouuer de la certitude en chofe du monde, fi vous ne m'en donner, qui m'aue^ feul empefehée d eflre

l feuffe] eufle. — 6 leur objet. 17-18 ne perceuons pas. — 9-10 l'entendement. — 10 l'i- 19 duire] nuire. — 21 de] des. magination. — 17 des] les. —

a. Lettre CCCX. t. III, p. 690.

�� � 1,355. CCCXII. — 5 Juillet 164}. j

fceptique, a quoy mon premier raifonnement me portoit. Encore que ie vous doiue cette confeffion, pour vous en rendre grâce, ie la croirois fort imprudente, fi ie ne con- noijfois vojlre bonté & generofité, efgale au rcjie de vos 5 mérites, autant par l'expérience que i'en ay défia eue, que par réputation. Vous ne la pouue^ tefmoigner d'vne fajfon plus obligeante que par les efclaircijfements & confeils dont vous me faites part, que ie prife au-deffus des plus grands t refors que pour r oit poffeder

'o Vojlre tres-ajf'eclionnee amie a vous feruir,

Elisabeth. Ce I er de Iuillet.

Monfieur Defcartes.

��CCCXII.

Dlscartes a Beverwick.

Egmond du Hocf, 5 juillet 1 64 3 . Texte de Bevcrovicius, Epistolicœ Quœstioncs, 1G44, p. 1 18- 1 2 1 .

Clerselier ne donne qu'une version française, tome I, lettre ~6, p. 355-35-j, « Rcsponse de Monfieur Descnrtcs » à la précédente [notre lettre CCCVII, t. III, p. 682). L'édition latine, t. I, Epist. LXXVI.p. 263-264, donne le texte latin des Eprft.Quœft.,awc la date.

Clarilîime & praeftantiffime vir,

i5 Perhonorificum mihi elfe puto, quod. cùm varia magnorum virorum refponfa velis colligere, a me, in

�� � 4 Correspondance. i, 355-356.

quo nihil magni eft, fymbolam petas ; &. vereor ne non ûm fatis multi aeris ad eam conferendam. Quic- quid enim habui de quaeftione quam proponis, ante aliquot annos in diflertatione de Methodo Gallice editâ a iam dedi,atque ibi omnem motum fanguinis ex 5 folo cordis calore ac vaforum conformatione deduxi. Quippe, quamuis circa fanguinis circulationem cum Heruaeo plane confentiam, ipfumque vt prœftantiflimi illius inuenti, quo nullum maius & vtilius in medicinà elle puto, primum auétorem fufpiciam, tamen circa 10 motum cordis omnino ab eo diffentio.

Vult enim, fi bene memini, cor in diaftole, fe exten- dendo, fanguinem in fe admittere, ac in fyftole, fe comprimendo, illum emittere ; ego autem rem omnem ita explico. Cùm cor fanguine vacuum eft, neceflario i5 nouus fanguis in eius dextrum ventriculum, per ve- nam cauam, & in finiftrum, per arteriam venofam, delabitur; neceflario, inquam : cùm enim fit fluidus, & orificia irtorum vaforum, quae corrugata auriculas cordis componunt, fint latifîima, & valuulae, quibus 20 muniuntur, fint tune apertae, nifi miraculo fiftatur, débet in cor incidere. Deinde, poftquam aliquid lan- guinis hoc pado in vtrumque cordis ventriculum incidit, ibi plus caloris inueniens quam in venis ex quibus delapfus eft, neceflario dilatatur, & multo 25 plus loci quàm prius defiderat ; neceflario, inquam, quia talis eft eius natura. vt facile eft experiri in eo quod, dum frigemus, omnes venœ noftri corporis contrahantur & vix appareant; cùm autem poftea in- calefcimus, adeo turgefeant vt fanguis in ijs con- 3o

a. Discours Je ta Méthode, p. 47-53.

�� � 1,356-357- CCCXII. — f Juillet 1643. 5

tentus decuplo plus fpatij quàm prius occupare vi- deatur. Cùm autem fanguis in corde fie dilatatur, fubito & cum impetu omnes eius ventriculorum pa- rietes circumquaque propellit, quo fit vt claudantur

5 valuulae quibus orificia venae cauae & arteriae venofae muniuntur, atque aperiantur illae quae funt in orificijs venae arteriofae & arteriae magnae. Ea enim eft fabrica iftarum valuularum, vt neceiTario, iuxtaleges Mecha- nicae, ex hoc folo fanguinis impetu hae aperiantur &

10 illse claudantur; atque haec fanguinis dilatatio facit cordis diaftolen. Sed & idem fanguis, illo ipfo mo- mento quo in corde dilatatus aperit valuulas venae arteriofae & arteriae magnae, omnem alium fanguinem in arterijs contentum etiam propellit, quo fit earum

.s diaftole. Poflea ille idem fanguis, eodem impetu quo fe dilatauit, arterias ingreditur, ficque. cor vacuatur, & in hoc confiftit eius fyftole. Sanguifque in corde dilatatus, cum ad arterias peruenit, rurfus conden- fatur, quia non tantus ibi eft calor, & in hoc confiftit

20 arteriarum fyftole, quae tempore vix differt a fyftole cordis. In fine autem huius fyftoles, j fanguis in arterijs contentus (venam arteriofam pro arteriâ & arteriam venofam pro venâ femper fumo) relabitur verfus cor, fed eius ventriculos non ingreditur, quia talis eft fa-

2 5 brica valuularum, in earum orificijs exiftentium, vt hoc fanguinis relapfu neceftario claudantur. Contra* autem valuulae, quae funt in orificijs venarum, fponte aperiuntur, corde detumefeente, ficque nouus fanguis ex venis in cor labitur, & noua incipit diaftole. Quae

3o omnia reuera funt mechanica, vt etiam mechanica funt expérimenta, quibus probatur elle varias anafto-

�� � 6 Correspondance. i, 35 7 .

mofes venarum & arteriarum, per quas fanguis ex his in illas fluit : qualia funt de fitu valuularum in venis, de ligatura brachij ad venae feclionem, de egreflu to- tius fanguinis ex corpore per vnicam venam vel arte- riam apertam, &c. 5

Nec mihi de hac re plura occurrunt relatu digna ; tam manifefta enim & tam certa mihi videtur, vt eam pluribus argumentis probare fuperuacuum putem. Sed nonnullae obieétiones, ad ipfam pertinentes, mihi miffae funt Louanio ante fex annos a , ad quas tune 'o temporis refpondi b , & quia earum au&or meas ref- ponfiones malâ fide diftortas & mutilatas in lucem edidit, ipfas, vt a me reuera feriptœ funt, libenter mittam,fi vel nutu fignifices tibi gratas fore; omnique aliâ in re, quantum in me erit, voluntati tuae ac >5 perhoneftis ftudijs obfequar. Vale.

Egmondae op de Hoef, $ Iulij 164}.

CCCXIII. Descartes a Colvius.

Egmond du Hoef, 5 juillet 1643. Autographe, Leyde, Bibl. de l'Univ., Collection Huygens.

Publiée par V. Cousin, Fragments philosophiques, 3* édil., iS38 t. I, p. 1S1 i52. Réponse a la lettre CCCVI, t. III, p. 6S0.

a. Voir t. I, lettre C, ( >. 4 r,6, et t. II, lettre CXV, p. 52

b. Tome I, lettre CVII, p. 321, et t II, lettre CXVII, p. 62.

�� � CCCXIII. — ç Juillet 164,}. 7

Clariffimo & praeftantiffimo viro

A. Coluio Theologiae Doétori

R. Des Cartes S. D.

Non ita mihi complaceo vt nihil a me fieri exifti- 5 mera, quod merito poffit reprehendi ; & tanta teneor cupiditate errores meos cognofcendi, vt etiam iniufte reprehendentes, quibus non eft animus malus, mihi foleant efle pergrati. Et fane dubitare non debes quin litterae, quas a te accepi, fummopere me tibi deuin-

10 ciant : etfi enim in illis quaedam mea reprehendas, in quibus non mihi videor valde peccafle, ac me com- ponas cum homine a quo quammaxime differre velim, quia tamen ab animo peramico fimulque ingenuo & pio proféras elle animaduerto, non modo illas liben-

i5 ter legi, fed etiam reprehenfionibus tuis aflenfus fum. Dolendum eft quod non omnes homines commodis publicis inferuiant, & aliqui fibi mutuo nocere co- nentur; at iuftam defenfionem meae famae fufcipere cogebar, & vni forfan nocere vt pluribus prodeflem.

20 Tranfgreflus fum leges charitatis; at credidi me ad eas erga illum non magis teneri, quam erga ethnicum & publicanum, quia audiebam ipfum nec fratrum fuo- rum nec etiam Magiftratuum precibus fledi potuifle. Non celebraui eius egregias dotes, vel non vidi ; nam

25 indefeflbs labores, memoriam & qualemcumque doc- trinam, tanquam inftrumenta vitiorum, timenda in eo efle putaui , non laudanda ; vitae vero probita- tem & modeftiam prorfus non vidi. Petis etiam : cui bono ? Ego bonum pacis quaefiui; nimis enim

3o multi aduerfarij quotidie in me infurgerent, û nullas

�� � 8 Correspondance.

.vnquam iniurias propulfarem. Non dico quid de eo iam fiet, neque enim fcio. Sed eius domini fuper hac revidentur velle deliberare, vt ex celebri eorum pro- grammate a forte notafti. Quid vero ad illud refpon- deam, in chartis hîc adiundis b , fi placet, leges, & 5 fcies eo pluris me facere virtutes tuas, quo aliorum vitia magis auerfor. Vale.

Egmundse op de Hoef, $ Iulij 164}.

Adresse :

A Monfieur •<>

Monfieur Coluius Miniftre de la parole de Dieu A Dordrecht.

��CCCXIV.

Descartes au Vroedschap d'Utrecht. Egmond du Hoef, 6 juillet 1643.

Imprimé par Descartes (voiries deux lettres CCCXV et CCCXl'I ci-après), sans doute sous forme de placard, comme la citation à la- quelle il répond (t. III, p. 6g6, éclaircissement). Cette réponse était en français et en flamand (voir ci-après /'éclaircissement) ; nous n'a- vons pu, jusqu'ici, retrouver le texte français, et nous donnons le texte flamand, publié par A.-C. Duker, Studie van den Strijd uisschcn Voetius en Descartes, 1861, p. 222-325.

a. Voir, t. III, p. 696-697, la citation du 23 juin.

h. Réponse de Descartes à cette citation, lettre flamande CCCXIV ci- après.

�� � CCCXIV. — 6 Juillet 164.}. 9

Mijn Heeren a ,

Ick hebbe reden U. Ed. te bedancken, dat mijne rechtveerdighe klachten haer beweeght hebben te on- derfoecken het leven van eenen man die zijnde in pu- 5 blycquen dienft van uwe Stadt, my ten hoochften heeft veronghelijckt ; als oock dat het U. Ed. ghelieft heeft my daer Yan te verwittighen, om haer noch- maels van bericht te konnen dienen, fulcx als ick fal oordelen tôt mijne intentie dienftich te wefen, by

10 aldien ick eenighe bewijs-redenen paflende op t gheen ick van hem ghefchreven hebbe, mochte naghelaten hebben. Ende by defe gheleghentheyt foude ick my tôt Utrecht laten vinden om U. Ed. daer in te helpen ende ten dienfle te zijn nae mijn vermoghen, by foo

i5 verre ick konde oordelen. dat mijne tegenwoordicheyt daer toe nodig ware ; ende dat mijn voornemen ware hem voor U. Ed. in rechte te betrecken. Maer foo als ick van hem in t openbaer ben verongelijckt, alfo hebbe ick mijne faeck in t openbaer bepleyt, alfdat

20 betaemde. Ende hebbende voorgenomen den redelij- cken Lefer te voldoen ende te vermoegen, is met voor- dacht het laeft ghedruckt waer van. het opfchrift hout : Epijîola Renali des Cartes ad celcberrimum vi- rum &c., in fulcker voeghen ingheftelt, dat de bewij-

z5 fendie vereyft worden tôt verificatie van 't geen ick van dien man ghefchreven hebbe allomme daer by worden ghevonden, foo veel men de felve met reden van my foude konnen vereyfchen. Uit welcker iniichte ick achter-weghen ghelaten hebbe verfcheyden van fijne

a. Voir la traduction française, aux Additions du présent volume. Correspondance. IV. 2

�� � io Correspondance.

byfondere a&ien die my bekent zijn, om niet ghehou- den te zijn daertoe ghetuygen voor te brenghen, heb- bende maer aengeroert eenighe van fijne a&ien die voorghevallen zijn in 't openbaer ofte ommers in 't bijweefen van perfonen die by U. Ed. zijn in publique 5 bedieninghen, door de welcke fy de waerheyt konnen weten foo daer an wort ghetwijffelt. Maer ick hebbe my voornaementlijck bemoeyt met fijne fchriften te onderfoecken, fulcx dat men maer heeft nae te fien de plaetfen die door my worden aengheweefen ende daer 10 by ghemelt om te weten met wat recht ick hem daer over beftraft hebbe. Ende fchoon ghenomen dat hy niet te verantwoorden en hadde de lafteringen van het fchandelijck boeck dat onlanghs in uwe Stadt ghe- druckt is met den tijtel van Admiranda Methodus noua? i5 Philofophiœ Renati des Cartes ofte Philofophia Carte- Jiana, daer van hy hem foo my bericht wort, foeckt te ontfchuldighen, U. Ed. fullendaer beneven verfcheyde andere dinghen vinden, die ick klaerlijck bewefen hebbe, alleen uyt de ghefchriften die fijnen naem 20 voeren ende van hem niet konnen ghelochent wor- den, om daer uyt te verftaen 't geen U. Ed. ghelieven te onderfoecken naementlijck of hy fijner ampten weerdigh is. In voeghen dat de onpartijdighe ende hun des verflaende mannen die gheoordeelt hebben, 25 dat fodaenighe perfoon in humeur ende conditie daer by befchreven, niet alleen onnut,maer oock ten hoeg- flen fchaedelijck foude wefen in eenighe publique be- dieninge, foo van de Académie als van de Kercke, hem veroordeelt ende fijn vonniffe fchijnen ghevelt te heb- 3o ben : Want ick hebbe bij nae doorgaens niet als mijne

�� � CCCXIV. — 6 Juillet 1643. 11

redenen bij ghebracht, laetende den Lefer fijne vrij- heyt om daer uyt te befluyten 't geen daer uyt komt te volghen : Sulcx dat defen man fich felven niet en kon- nen fuyveren van 't geen de onpartijdighe teghens 5 hem hebben befloten, ten zy hy mijne redenen weder- legghe door andere foo bondighe redenen, dat ick de felveniet en fal konnen bewijfen, krachteloos te zijn, ende dat de onpartijdighe Lefers het teghen-deel daer uyt konnen befluyten. Maer niet-te-min dewijl al de

10 Werelt oordeelt, dat hy de voornaemfte autheur is vande lafteringhen die in het ghemelt fameux boeck teghens my worden ghevonden, verfoeck ick U. Ed. de waerheyt daer van te willen onderfoecken, die men litchtelijek fal konnen weten uyt den Boeckdrucker

i5 ofte andere, ende niet te willen ghedoogen dat dee- fen man U. Ed.foeck temiflevden in eenfaeckedie foo klaer is. Ick verwachte dit niet alleen van uwe heuf- heyt, maer oock van weghen mijn goet recht : Want fo U. Ed. wel inlien t geen ick defen aengaende ghe-

20 fchreven hebbe, fy fullen bevinden dat ick de rechtma- tighe verdedinghe van mijn eere, voornaementlijck ghetracht hebbe dienft te doen aen het ghemeine befte, ende de weerde van haere Stadt ende Académie te hanthaeven. Waerom ick my verwondere over de

25 wijfe die U. Ed. ghebruyckt hebben om my haere mey- ninghe te laeten weten, als of ick foo weynich bekent waere in defe Provincien ende befonderlijck in haere Stadt, dat men heeft willen fchijnen mijne woon- plaetfe niet te weten, ofte dat ick yets ghedaen hadde

3o dat niet loflijck en waere, ofte eyndelijck dat U. Ed. eenigh recht over my waeren hebbende, t welck ick

�� � 12 Correspondance.

hier genootfaeckt ben te ontkennen, ende foo U.Ed. derhalven yets aennemen daer over te protefleren van onghelijck. Maer ick en verwachte niet dierghelijcx van uwe voorûchtigheyt ; ende ick neme het alleen daer voor dat U . Ed. daermede hebben willen te kennen ge- 5 ven dat fy niet als tôt haer groot leet-wefen ghenoot- faeckt zijn te onderfoecken de zeden ende het leven van defen man : Ende dat haere meyninge is, ghe- lijck al het verfchil 't welck ick met hem ghehadt hebbe vervat is in ghedruckte boecken, dat al het geen 10 naemaels foude moghen voorvallen mede door den druck worde ghemeyn ghemaeckt, opdat al de Werelt daer van mach oordelen. Overfulcx indien in mijne ghefchriften yet van befondere aenmerkinghe wort bevonden, daerop U. Ed. naeder onderrichtinge fou- «5 den begeren, fal ich feer geerne haer de felve op foda- nigen wijfe laeten toekomen, ende daer by betonem hoe veel ick haer achte, en hoe waerlijck ick ben

Mijn heeren Uwe Ed. îo

Ootmoedighften ende gheneyghften dienaer

DESCARTES.

Van Egmond op de Hoef,den 6 July, ftylonovo, 1643.

On trouve aux Archives de la Ville d'Utrecht, dans les registres du Vroedschap, le passage suivant, relatif à cette réponse de Descartes. La date du i°' juillet doit être lue 10 juillet (nouveau style).

« Saturdaechs den i tn Julij 's naenoens 1643. — Is gelesen ecn beslote » missive in 't François, ondertekent Descartes, gedateert t' Egmondt op » de Hoeffdcn 6™ Julij, stylo novo, 1643, ende geaddresseert aen mvn » Heeren Burgermcesteren ende Vroctschap der Stadt Utrecht ende 't n translaet van dien in parenti gcdruckt (daervan ecn bundel met exem-

�� � CCCXV. — 10 Juillet 164}. i)

» plarcn overgesonden was) geintituleert Anlwoort van den Wel Edelen » Heere René Des Cartes, Heere du Perron, op het gepubliceerde van » de Heeren van Vroetschap der Stadt Utrecht den i3" Junij des Jaers » 164Î. Ende in advys gehouden tôt de wedercomste van de Heere Eerste ■ Burgermeester. » [Not. der Utr. Vroedschap, 1 Julij 164?.)

��CCCXV.

Descartes a [Huygens]

Amsterdam, 10 juillet 1643.

Texte de Foucher de Careil, Œuvres inédites Je Descartes, t. II. p. 26-17.

L'autographe, qui existait encore à La Haye, an Rijcks-Archief, dans la collection Wilhelm, lorsque Foucher de Careil le publia en 1S60, a disparu, quand cette collection fut transportée à la Biblio- thèque de l'Université de Leyde, en 1862. — L'adresse manque; elle se trouvait sans doute avec un exemplaire ou deux de la pièce précé- dente, envoyée en même, temps {p. 14, l - ')• Mais Descartes répond à l'auteur d'une consultation, qui avait du lui parvenir par l'intermédiaire de Wilhelm; et cette consultation [voir /'éclaircis- sement) était de Huygens. C'est donc à celui-ci que la présente lettre est adressée.

Monlieur, La confultation * que vous m'auez fait la faueurde m'enuoyer, ne pouuoit arriuer plus a propos quelle a fait, & ie ne l'auois point attendue plutoft. Elle m'a

5 entièrement mis hors de peine, & m'a fait croyre aflu- rement ce dont ie m'eflois deûa douté, bien que contre l'opinion commune, a fçauoir que ie n'ay pas tant fu- iet de me plaindre, que de remercier M rs d'Vtrecht, de ce qu'ils me veulent faire iuftice de mon aduerfaire.

.0 C'eft pourquoy, ayant défia auparauant dreflfé la letre

�� � 14 Correspondance.

que vous verrez icy en Flamend a , i'ay penfé quelle pourroit tenir la place de la requefle que vous me confeilliez, & qui ne pourroit eftre préparée a tems; aufTy que ie ne fçay point de quel auocat ie me pour- rois feruir, & ie defire furtout euiter le procès. le voy 5 tant de perfonnes qui defapprouuent la procédure de ces M rs , que ie ne me puis perfuader qu'ils continuent a en faire de femblables. Toutefois, a caufe qu'on peut feulement iuger de ce que doiuent, & non pas de ce que peuuent faire les hommes, ie ne me puis affu- 10 rer de rien, excepté du foin & de la diligence que vous employez a m'obliger, de laquelle i'ay des preuues fi fraifches & û certaines que ie n'en puis douter. Aufïy fuis-ie très apurement & très paffionnement,

Moniieur, '5

Voftre très humble & très obeiffant feruiteur,

DESCARTES.

DAmfterdam, le io Iuillet 164}.

Page i3, 1. 2. — On trouve à Amsterdam, Bibliothèque de l'Aca- démie des Sciences, au tome II, p. 12?, des Lettres francoises de Cons- tantin Htiygens, en copie MS., la « consultation « suivante, qui est bien celle à laquelle Descartes répond. Cette copie ne porte point de nom de destinataire. Mais la réponse de Descartes se trouvant parmi les lettres à Wilhelm, celui-ci avait dû transmettre la consultation, comme il trans- mettra cette réponse. Quant à la date, elle répond bien à ces deux notes du Dagboek de Constantin Huygens : « ? Julv 164?. Exponitur exer- » citus. et Assenedam ductus castra facit, — 2J Aug. (i(>4?). Exerciius » Asseneda discedit. »

« Assenede, 5 Jul. 4?. »

« Il semble a des amis de Monsieur Descartes, qu'il n'a pas trop de

a. Lettre CCCXIV. p. 8 ci-avant.

�� � CCCXV. — 10 Juillet 164;. ic

» subiecr de se plaindre de ce que Messieurs d'Vtrecht viennent de publier » a son égard; au contraire, que c'est M. Voetius qui en doibt estre moins » satisfait, parce qu'au lieu de défendre brusquement la lecture d'vn Lare » qui le blasme, ce qu'vn ministre de sa considération eust bien obtenu » ailleurs, ils ne font qu'assurer la libre entrée et sortie a l'auteur, pour >. en venir vérifier les assertions. Par où ceux de ladite Ville, se portans » aueq modération, non pour parties, mais pour iuges, et ainsi s'offrans » a rendre iustice, qui est tout ce qu'on peut attendre d'eux, il importe » que M. Descartes se garde de songera quelqu'autre tribunal, comme si » iustice luy eust este refusée par la Ville; ce qui n'est point iusques ores, a parce qu'il ne la luy a iamais demandée ; vn magistrat ne pouuant » faire reflexion sur des liures imprimés, qui ne se sont adressés qu'aux » lecteurs. ■•

« Ensuite l'on estime que, pour preuenir les effets de la contumace, il » est temps que M. Descartes leur demande cette iuMice par Requeste » formelle et directe, dans laquelle, tesmoignant aueq modestie le des- » plaisir qu'il a eu de voir son nom en affiche publique, il recite nuement, » comme, s'estaru veu courru sus, calomnié et descrié par M. Voetius, » en tant qu'Athée, et enseignant l'Athéisme soubs main, (a ne parler » d'autres médisances de moins d'importance, au lieu des remontrances » que la charité et la vocation dudit M. Voetius lui deuoient faire pre- » ferer a toute autre procédure), il a creu se debuoir la satisfaction de » faire cognoistre au monde et la fausseté de ceste accusation, comme de » la plus atroce iniure qui puisse estre faicte a vn Gentilhomme Chres- » tien, et les qualités de son accusateur deduictes aueq vérité en deux » Epistres qu'il en faict imprimer exprès; défense et récrimination de » laquelle voyant que leurs Seigneuries auroyent aggreable de veoir la » vérification plus circonstanciée, qu'il les remercie de l'oreille impartiale » qu'ils semblent luy garder, et s'offre, en obéissant a leur bon plaisir, » quoy que non subieci à leur iurisdiction, de prouuer, par le menu et iusqu'a l'entière satisfaction de tout homme raisonnable, telles posi- » tions desdites espitres qu'il leur plaira luy en noter, a condition qu'en » mesme temps soit enioinct a sa partie de prouuer semblablemcnt le » subiect desdites accusations intentées contre luy par aggression vio- » lente ; a ce que, le tout veu et examiné, iustice soit rendue ainsi que de » droict le trouuera conuenir. »

« Ceste Requeste. agencée de plus beau langage qu on n'a loysir d'v » employer présentement, deburoit estre tournée en bon flamand, et pre- » sentée par mains de quelque bien habile Aduocat de la Religion, qui, » au besoin, fust capable de la seconder de bouche, tant en publiq qu'en » particulier, auprès des plus considérables du Magistrat, aueq toute h vigueur, franchise et générosité, en excusant la. non comparition de » son maistre, sur ce que, comme personne des long temps retirée dans » la vie contemplatiue, il n'entend aucunement la routine du Barreau, et » en suitte s'est trouué obligé d'occuper par Aduocat et procureur. »

�� � Correspondance.

��CCCXVI.

Descartes a [Wilhelm].

Amsterdam, 10 juillet 1643. Autographe, I.eyde, Bibliothèque de l'Université.

Une feuille, moyen format, pliée en deux. La lettre, assez courte {12 lignes seulement, sans l'cn-tète, la signature, la date, etc.), est toute au recto du premier feuillet. Point d'adresse; mais elle est comprise dans la même liasse que les lettres à Wilhelm. En outré, cette lettre et la précédente, étant du même jour, ne s'adressaient pas sans doute au même destinataire; et la première étant pour Huygens, celle-ci devait être pour Wilhelm. Voir prolégom'ene ci-avant, p. i3. — Publiée par Foucher de Careil, Œuvres inédites de Descartes, /. II, p. 28 [Paris, Durand, 1860).

Monfieur,

Vous ne verrez icy que ce que vous auez défia vu* ; car l'auocat, que M r Parmentier prit la peine de venir confulter auec moy, nous ayant aiîurez que le papier de Meilleurs d'Vtrecht b ne m'obligeoit a aucune chofe, 5 ie penfay que cecy fuffiroit pour y refpondre. Et i'ef- pere que, s'ils fçauent ce qu'on dit partout de leur procédure, ils n'en voudront plus faire de femblables, & qu'ils me lairront en repos, qui eft tout ce que ie leur demande. Vous ferez part, s'il vous plaift, de «o mon imprimé a M r de Zuylichem. la hafte que i'eu mercredy c de venir icy, pour le faire promptement

a. Réponse au Vroedschap d'Utrecht, p. 8 ci-avant, h. Voir éclaircissement, t. III, p. 696. c. Le 7 juillet précédent. CCCXVII. — 18 Juillet 1643 . 17

publier, empefcha que ie ne puffe auoir l'honneur de vous reuoir, pour vous remercier, & vous affurer que ie fuis pafiionnement,

Monfieur,

5 Voftre très humble &

très obeifîant feruiteur,

DESCARTES.

D'Amft'erdam, le 10 Iuillet 164^.

CCCXVII.

Descartes a G. Brandt.

Egmond du Hoef, 18 juillet 1643. Autographe, Levde, Bibliothèque de l'Université.

Publiée par l'abbé G. Monchamp, Le Flamand et Descaftes, p. 40- 41 (broch. in-8, Saint-Trond, 188g). V. Cousin en avait donné une traduction française dans ses Fragments philosophiques, 3* édit., t838, t. I, p. i52-i 53.

Monfieur Gerrit Brandt 3 ,

10 Ick fende u. E. myn Horologie, om u. E. te bidden de ketting te willen laeten maecken,en de felve aen te ftellen, geliick wy met malkanderen gefprooken heb- ben, behalven dat ick hadde gefeyt van een ketting van 1 2 elen, welcke ick vreefe dat te lang wefende fie

i5 foude te veel moevte geven om te ftellen, ende lichter

a. Voir la traduction française aux Additions du présent volume. Correspondance. IV. 3

�� � 18 Correspondance.

verwerren. Daerom ick meine dat het fal beter wefen dat men fe maer de halve fo lang maeckt, te weten fo langhe als de touwe welcke ick hebbe by de horolo- gie gelaten. Ick fende oock de gewichten, en de ka- terrol, aen de welcke het kleinfte gewicht moet hang- 5 hen. Excufeert my dat ick foo quaet Duytfch fchriive. Ick ben,

U. E. feer goedwilligen vriendt,

DESCARTES.

Van Egmond op de Hoeff, 10

den 18 Iulij 164}.

Adresse :

A an Monfieur, Monûeur Gerrit Brandt. In de twaelf uren, op het Rockinne, bij de beurfe, 15 tôt Amfterdam. Port is betaelt.

��CCCXVIII.

Descartes a [Graswinckei.].

Egmond du Hoef, 17 octobre 1643. Copie MS., Genève, Collection E. de Budè, n» S.

Publiée par E. de Budé, p. 10-1 1 , Lettres inédites de Descartes {Paris, Durand et Pedonc-I.auriel, broch. in-8, 1S6S), avec la conjec- ture : « Cette lettre est adressée à M. Van Sureck. » La copie MS. ne donne, en effet, aucune indication, et cette lettre n'est point, comme

�� � CCCXVIII. — 17 Octobre 1643. 19

les autres de la même collection, adressée à Pollot. Mais le destina- taire n'avait jamais vu Descartes et ne le connaissait que de répu- tation; or on trouve le nom de van Zurck dans la correspondance du philosophe, au moins à partir de juillet i633 [voir t. I, p. 268, l. 24). D'autre part, la lettre suivante (p. 24, l. 4-S) indique bien M. de Graswinckel comme le destinataire de la présente lettre.

Monfieur,

le vous confidere comme vn bon Ange, que Dieu a enuoyé du ciel pour me fecourir*; & pource que c'eft voftre feule vertu qui vous a fait auoir pitié de

5 mon innocence, auant mefme que vous m'euffiez iamais vu, ie me tiens plus affeuré de voftre bien- ueuillance, que fi ie l'auois acquife d'autre façon. Ceft pourquoi ie prens icy la liberté de vous fupplier trez humblement, puifque vous iugez qu'il n'y a que

10 l'authorité de fon Altefle, meùe par l'interceflion de M. rAmbafladeur", qui me puiffe tirer hors des pièges qu'on m'a tendus, de me vouloir tant obliger que d'en parler a l'vn & a l'autre, pour leur faire entendre î'eftat de l'affaire & le grand befoin que i'ay de leur

• 5 aide, & auffy combien il eft équitable qu'ils me fecou- rent. l'en efcris particulièrement a M. l'Ambafladeur b , & luy mande que vous le verrez, & irez auec lui, s'il luy plaid, chez fon Alteffe ; car M. de Pollot m'a fait efperer que vous ne me refuferez pas cette faueur. Et

20 ie feray toute ma vie, Monfieur, &c.

DESCARTES.

Du Hoef en Egmond, le 17 e Octobre 1645 .

a. Gaspard Coignet de la Thuillerie.

b. Lettre perdue.

�� � 20 Correspondance.

Page 19, 1, 3. — Voici, tirées des Archives de la Ville d'Utrecht (Registre des Actes de Vroedschap), trois pièces qui font suite à celles qui ont été données t. III, p. 696-697, et qui montrent ce qui s'est passé dans l'intervalle, en août et septembre 1643. Elles sont du 7 août (17, nouveau style), 6 et i3 (c'est-à-dire 16 et 23) septembre.

i" a 's Maendaechs den VIP n Augusti 1643. — Gelesen 't advys by » eenige der Professoren ter begeerte van de heeren Burgemeesteren » ingestelt aengaende de geschriften van Des Cartes tegens d'heer profes- » sor Voetius, als oock d'attestatien soo van de Eerwaerde Kerckenraedt » als van de Professoren der Académie alhier aengaende D. Voetij leven, » handel ende wandel etc. : is eenstemmich goetgevonden, d'heere pro- » fessorem Regium daer op Des Cartes sich hier ende daer beroept, » specialick te horen op eenige poincten ofte interrogatorien daertoe te » concipieren. Ende sijn voorts gecommittecrt omme met d'heeren Bur- » germeesteren ende andere voorgacndc Gecommitteerden in te stellen de » censure over de voorscyde geschriften van Des Cartes, d'heeren Ny- » poort, Eck, De Goyer ende Van der Woerdt ofte t mcerendeel daertoe >> connende vaceren. »

2" « 's Woensdaechs den VI cn September 1643. — By d'heeren Burger- « meesteren verhaelt synde hoe D. Profes. Regio volgens last ende reso- » lutie van den VIP" Augusti lestleden op gisteren voorgehouden synde » eenige interrogatorien hy getcrvigcrseert ende gerecuscert hadde daerop » te antwoorden met versocck van Copye ende tydt om te delibereren : is « verstaen dat men hem geen Copye geven sal, maer dat voorgacndc » Gecommitteerden sullen voortgaen met het concipieren van 't geschrift » tegens Des Cartes volgens de voorscyde resolutie; oock den voornocm- » den Regium noch eens voor hun ontbieden ende vragen orï hy sich » naerder bedacht heeft op de voorseyde interrogatorien, ende in cas van » iteratyff refuijs van categorijcq antwoordt, misnoegen daerover te » toonen. »

3° « 's Woensdaechs den XII P" September 1643. — Is gearresteert ende » aenstonts gepubliceert d'acte van de Ed. Vroetschap waerbij Twee brie- « ven van Des Cartes tôt nadeel ende lesie van D. Voetij eere uytgegeven, » worden verclacrt disfamatoire schriften en fameuse libeller! etc. als te » sien is int Publicaticbocck. »

« Den 1 3 e " September (1643) »

« De Vroetschap der Stadt Utrecht goetgevonden hebbende eerst een » Illustre Schole binnendese Stadt te funderen ende daernaedeselve tôt een » Académie te doen erigeren, hadde omme die sooveel in hun svas recom- » mandabcl te maecken, naer genomene information van verscheyde ge- » leerde ende wel gequaliticeerde personen sonder sucht, uytgesien nae » sodane mannen, om tôt Professoren te beroepen, die in geleertheyt, » godtvruchticheyt ende vromicheyt van leven uytstecckcnde warcn ende » met rijpen rade ende sonderlinge circumspectie soodaene uytgevondcn

�� � CCCXVIII. — 17 Octobre 1645. 2I

» cnde vercoren, die aile (uytgesondert dat een van deselve in de saecke » van René des Cartes, heer van Perron, ende desselffs philosophie sich » vorder heeft bemoeyt als men wel gewenscht hadde), dese Académie » door haer geleertheyt, godtsalicheyt ende neersticheyt sonderlingen » dienst ende voordeel gedaen hebben ende noch sijn doende, tôt groot » genoegen van de Magistraat ende aile vromen, onder dewelcke D. Gis- » bertus Voetius, S. Théologie Doctor et Professor necnon Ecclesiae » Pastor, de minste niet en wort bevonden, als gevende bundige instruc- » tie, sijnde in predicatien stichtelijck, in sijne disputatien scherpsinnich, » detesterende ende destruerende de atheisterije, libertinische ende ket- » terse opinien tegens de H. Schrifture strijdende, veele verdoolde tôt de » waere religie door middel van onderwijsinge ende exempel van een » godtvruchtich leven brengende, overgeblevene superstitien ofte bijge- » loven uijt der eenvoudigen hertcn uytroyende, sulcx dat van een pro- » fcssor der théologie cnde leeraer niet anders soude mogen begeert ofte » gewenscht wordcn. Ende gelijck aile dese goede qualiteyten hem bij » vrome ende godtvruchtige aengenaem maken, soo verweeken deselve » bij de vijanden der waerheyt bitteren hact ende nijt tegens hem, gelijck » in verscheyden deelen gebleken is, ende insonderheyt door sekere twee » brieven Of den naem van de voornoemde Dks Cartes in druck uytge- » geven. d'eene seschreven acn een jesuit Dinet genaemt en d'andere » gcintituleert Epislola Renaît des Cartes ad eeleberrimum virum etc., » daerbij denselven Des Cartes gemelten D. VoETim van veele godtloos- » hevden, boosheyden ende ondeuchden is besehuldigende, alsse dat hij » sijne predicatien soude misbruyeken tôt leugenen, guytachtige scheldt- » woorden, verweekinge van twist, seditien, infamatien van verscheyden » persoonen, onbehoorlijcke berispingen van machtige, verachtende de » hoger macht, sijnde een hypocrit, hartneckich, wraeckgierich, heers- » chappije gebruijckende over sijne collegas, ende 't selve soeckende te » doen over aile menschen, seditiens in syn rectoraet van de académie » geweest ende inde republijcke noch sijnde, ende diergelijcke meer, ver- » maenendc daeromme de regierders deser stadt daerop te willen letten » ende hem daerover stratfen, alhoewel hij Des Cartes deselve taxeert dat » se verboden hebben in haer E. Stadt te vercopen Regij verantwoordinge » op sekere thèses, onaengesien aile de werelt bekent was deselve verant- » woordinge seer eerlick ende sedich geweest te sijn. Van aile twelcke » mijn heeren van de Vroetschap voorseyt kennisse becomen hebbende, » hadden (alhoewel d'innocentie D. Voetij een yder, die hem te recht » kende, notoir was) op den i3 cn Junij lestleden bij publicatie nae voor- » gaende clockluijdinge den voornoemden Dks Cartes bekent gemaeckt, » dat hij sich binnen dese Stadt mochte instellen binnen den tijdt van » drie alsdoen naestvolgende weecken, genietende vrij accès ende reces, » omme den inhouden van de voorverhaelde twee brieven sulcx te veri- » rieren als hij soude oordeclen tôt sijne intentie dienstich te sijn. Waer op » den meergemelten Des Cartks bij sijne missive van den 6 en Julij daer-

�� � 22 Correspondance.

» aenvolgende, stilo novo, aen de voorgemelte heeren van de Vroetschap » geschreven hadde onder anderen, dattet laetst gedructe, daervan het » opschrift hout Epistola Renati des Cartes ad celeberrimum virum etc. » in sulcker voegen was ingestelt, dat de bewijsen, die vereyscht worden » tôt verificatie vant geene hij van die man hadde geschreven, alomme » daer bij werden bevonden, sooveel men deselve met reden van hem n soude cunnen eysschen, ende dat hij uyt sodaenigen insichte achter- » wege gelaten hadde verscheyden van sijne bijsondere actien, die hem » bekent waren, om niet gehouden te sijn getuygen daertoe voort te » brengen, seggende onder anderen in deselve missive, dat de Vroetschap, » insiende 't geene hij dienaengaende geschreven hadde, bevinden soude, » dat hij nevensde rechtmatige verdedinge van sijne eere voor namentlijck » getracht hadde dienst te doen aent gemeene beste ende de weerde van » de voorseyde Stadt ende Académie te handthaven. Welcke voorseyde » missive bij mijn Heeren van de Vroetschap voorseyt gelesen ende » geexamineert sijnde, hadden haer Ed. deselve ende de twee andere in » de voorverhaelde publicatie aengetogen door haer Ed. Gecommitteer- » den ende eenige andere onpartijdighe personen nae behoren doen visi- » teren ende examineren ende uyt derselver rapport verstaen, dat den » voornoemden Des Cartes, hem t'onrecht beclaecht van D. Voktio ten » hoochsten verongelijcht te sijn, alsoo hij daervan egeene t'minstc bewijs » en is producerende, maer alleenlick consequentie treckt uyt valsche » presuppoosten, gefundcert op onsekere gissinge ende quade presumptie, » daer uyt hij D. Voetio affingeert te sijn autheur, fauteur, correcteur ofte » cooperateur van verscheyde geschriften, daerbij den dickgemelten Des » Cartes vermeijnt verongelijckt te wesen, ende dat haer Ed. dacren- » boven gebleken was al 't selve versiert ende onwacrachtich te sijn. soo- » dat den voornoemden Des Cartes geen oorsaecke ter werelt tegens » D. Voetium gehadt hadde om sijnen goeden naeme ende faeme soo » enormelick te lederen, maer dat hetselve veel eer was smakende nae » den aert der Jesuyten, welcker discipel hij bekent geweest te sijn ende » deselve altijt meest geacht ende geert te hebbcn, ende dat hij geen ander » bewijs van sijne vilaine ende bittere diffamatien ende scheltredenen bij- » brochte als van horen seggen ende uijt valsche rapporten van stoute » onbeschaemde leugenaers, vijanden van dese regieringe, derselver aca- » demie ende Gereformeerde religie. Ende dewijle d'ontschult Domini » Voetii voornoemt de meergemelte Vroetschap wel bekent ende oock » (hoewel onnodich) met attestatien soo van particulieren als van vers- » cheydene aensienlicke collégien vertoont is, soo isi dat deselve Vroet- » schap bij desen verclaert, de voorverhaelde twee brieven niet anders te » sijn dan diffamatoire schriften ende fameuse libcllen, daerbij niet alleen » gcmeltc D. Voetius enormelick in sijne goede naem ende faem wordt » geledeert, maer oock de Académie geinteresseert, de Professoren int » bijsonder gediffameert ende de regieringe deser Stadt gevilipendeert. » Verbicdende daerom allen ende een ijdcr de voorseyde brieven, in wat

�� � CCCXIX. — 17 Octobre 164}. 25

» taele dieselve souden mogen worden bevonden, binnen dese Stadt ofte » de vrijhcyt van dien te drucken, inbrengen, vercopen ofte distribueren, » directelick ofte indirectelick int heijmelick ofte int openbaer op arbi- » traie correctie nae gelegentheyt der saecke, behoudens den Heere Offi- » cier deser Stadt tegens den voornoemden Des Cartes ter saecke van 't » geene voorseyt sijn actie. » (Publicatie-boek der Stad Utrecht.)

Ajoutons qu'à la fin de septembre parut à Utrecht un nouveau libelle, non signé (mais il était de Paul Voët, le fils du Ministre), et intitulé :

« Aengevangen Procedueren tôt Wttrecht tegens Renatus Des Cartes, » ter oorsaecke van twee sijne Diffamatoire gheschriften of fameuse libel- » len. Vergadert ende uytgegeven door een liefhebber der Waerheydt. » Tôt Vtrecht. Ghedruckt by Willem Strick, 27 Sept. 164?. »

��CCCXIX.

Descartes a Pollot.

[Egmond] du Hoef, 17 octobre 1643. Autographe, Londres, Collection Morrison.

Lettre écrite tout entière sur la première page d'une feuille double, grand format ; au verso du second feuillet est l'adresse, avec deux cachets de cire rouge, aux viitiales R et C entrelacées. — Cette lettre manque dans la collection Budé, à Genève, laquelle d'ailleurs ne donne que des copies de lettres à Pollot. A la place, c'est-à-dire à cette même date du ij octobre, on a inséré dans le cahier MS. une lettre de Descartes (la CCCXVIII' ci-avant), écrite le même jour, non pas à Pollot, mais à un inconnu, dont nous avons maintenant le nom, grâce à l'autographe ci-dessous, M. de Graswinckel. Les deux lettres étaient sans doute ensemble ; le copiste n'en aura copié qu'une, la pre- mière, à M. de Graswinckel, oubliant la seconde, à Pollot; et faute d'avoir lu celle-ci, il aura cru la première adressée à Van Surck. Voir le prolégomène de la lettre précédente, page 18-19.

Monfieur,

Encore que les brouilleries d'Vtrecht me deplaifent, & que i'aye de l'indignation de me voir criminel pour

�� � 24 Correspondance.

vne action en laquelle ie croy auoir obligé le public & mérité des remerciemens, cela toutefois ne me fafche pas tant comme les preuues que vous me ren- dez de voftre affection me confolent. Iefcris a M r de Grafwinckel 3 , fuiuant voftre auis, & iefcris aufiy a 5 M r l'Ambafïadeur b , que M r de Grafwinckel Tira trou- uer, pour luy dire en quoy i'ay befoin de fa faueur, & pour aller auffy auec luy, ou auec M r Brafïet, re- prefenter l'eftat de la caufe a fon Alteffe. Si cela me peut mètre en feureté, ie feray bien ayfe d'attendre a 10 partir d'icy, iufques a ce que ma prefence foit necef- faire a la Haye, pour me iuftifier ; mais s'il refte le moindre doute, ie m'y en iray incontinant que ie le fçauray ; & ie partirois des maintenant, finon que i'attens des nouuelles d'Vtrecht, & que ie ne puis en- t5 core croyre que l'affaire foit fi preffée. Mais ie vous prie d'auertir M r de Grafwinckel, qu'en parlant a M r l'Ambafîadeur & a fon Alteffe, il leur reprefente comme fort preffée & fort difficile, affin qu'ils la négli- gent moins. 20

le vous remercie tous très humblement des loge- mens que vous m'offrez, & pourceque i'ay défia celuy de la Ville de Tours, qui efl affez commode, ie ne vous en importuneray pas.

le ne fçay point de voye, pour auoir copie de ce qui 2 5 s'eft pafîé a Vtrecht , fi vous ne l'obtenez de M r van- der Hoolck ; il y a bien vn ami de M r van Surck, qui me la promet, mais ie ne m'en affure pas. Enfin ie me

a. Lettre CCCXVIII ci-avant, p. 18.

b. Cf. ci-avant p. 19, 1 «6.

c. Voir ci-avant p. 20, éclaircissement.

�� � CCCXX. — 21 Octobre 164}. 25

remets de tout en vous, & iattendray encore icy vos commandemens. Etie fuis auec pafiion,

Monfieur,

Voftre très obeiflant 5 & très obligé feruiteur,

DESCARTES.

Du Hoef, le 17 O&. 1645.

Adresse :

A Monfieur, 10 Monfieur de Pollot,

Gentilhomme de la Chambre de fon Alteffe

A la Haye.

CCCXX.

Descartes a Pollot.

[Egmond] du Hoef, 21 octobre 1643.

Autographe, Collection de Queux de Samt-Hilaire.

Publiée par M. Victor Egger, Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux, avril-juin i8Sr, p. 190-191.

Monfieur, i5 I'ay bien fait de ne demeurer point dauantage a la Have a ; car ie n'eufle pu auoir tant de foin de mes

a. Cf. ci-avant p. 24. 1. 1 1-12. Correspondance. IV.

��

26
Correspondance.


propres affaires, que vous en avez eu, & j'aurais bien moins effectué. Je n’ai point de paroles, pour exprimer le ressentiment que j'ai des obligations que je vous ai ; mais je vous assure qu'il est extrême, & que je le conserverai toute ma vie. J’écrirai, dans 3 ou 4 jours, a M. Vander Hoolck & a M. Braffet, pour les remercier. Et encore que vous jugiez que je n’ai plus rien a faire a la Haye, je suis toutefois fort tenté d'y retourner dans quelques jours, pour aboucher M . Van- der Hoolck, & entendre plus particulièrement les biais qu'il a proposés pour terminer mon affaire ; car j'ai peur qu'ils ne craignent trop le ministre [1] & en le craignant, ils lui donnent des forces. Selon toutes les règles de mon algèbre, après l'éclat qu'ils ont fait, ils ne se peuvent exempter de blâme, s'ils ne le châtient, non pas de ce qu'il a fait contre moi, car je n'en vaux pas la peine, & je ne fuis pas assez en leur bonnes grâces, mais de ce qu'il a fait contre Mrs de Bois le Duc[2] ; en quoi tous les faux témoins qu'il saurait produire ne sont pas suffisants pour l'excuser de médisance, de menterie & de calomnie; car ses propres écrits le convainquent.

Au reste, j'ai bien du remord de ce que je proposai dernièrement la question des 3 cercles à Me la princesse de Bohême [3] ; car elle est si difficile, qu'il me semble qu'un ange, qui n'aurait point eu d'autres instructions d'Algèbre que celles que St [4] lui aurait 5

��CCCXX. — 21 Octobre 164 j. 27

données, n'en pourroit venir a bout fans miracle, le fuis,

Monfieur,

Voftre très obeiflant & très paffionné feruiteur,

DESCARTES.

Du Hoef, le mercredy 21 Od. 1643 •

Il y a défia 8 iours, qu'on ma mandé d'Vtrecht qu'on n'auoit plus de peur pour moy, & que le nom de fon AltefTe, dans les lettres de M r de Ryufmond a , 10 auoit calmé toute la tempefte. C'eft la principale ioye que i'ay reffentie, de voir que ce nom foit reueré, finon comme il doit, au moins allez pour empefcher liniuflice, en vne ville encline a la mutination & ou domine l'efprit rebelle de Voetius.

' 5 A dresse :

A Monfieur, Monfieur de Pollot, Gentilhomme de la Chambre de fon Altefle, a la Haye.

a. Ne faudrait-il point lire Buyserot, ou Beaumont, tous deux Secré- taires du Prince d'Orange, tandis que ce nom de Ryusmond est in- connu ?

�� � 28 Correspondance.

CCCXXI.

Descartes a Pollot.

[Egmond] du Hoef, 23 octobre 1643. Copie MS., Genève, Collection E. de Buie, n" 6.

��Publiée par E. de Rude, p. 12-16, Lettres inédites de Départes [Paris, Durand et Pedone-Lauriel, broch. in-S, 186S).

��Monfieur,

I'ay eu trois fois la plume a la main pour eferire a M. Vander Hoolck, & trois fois ie me fuis retenu ; car en relifant les lettres que vous m'auezfait l'honneur de meferire, ie ne me trouue point encore hors de feru- 5 pule ; & quoique ie ne doute point que M. Vander (Hoolck) ne me veuille du bien, & qu'il ne foit trez honnefte homme, ie ne laiffe pas de craindre que, pour fauuer l'honneur de fa Ville, il ne veuille conduire les chofes d'vn biais qui ne me foit pas auantageux. Car 10 vous me mandés qu'on a trouué des expediens, pour faire que la caufe ne fe termine point par Sentence ; & pour moy, de l'humeur que ie fuis, i'aimerois mieux qu'ils me condamnaient, & qu'ils fiiTent tout le pis qu'ils pourroient, pourueu que ie ne fufle pas entre >5 leurs mains, que non pas que la chofe demeurait inde- cife. Car, cela eftant, il feroit toufiours en leur pou- uoir de la renouueller, quand ils voudroyent ; À ainfy ie ne ferois iamais afïûré. Outre qu'ils m'ont défia dil-

�� � CCCXXI. — 2} Octobre 164}. 20

famé, en condamnant mon liure comme fameux 3 , & me faifant citer par l'Efcoutete, en l'abfence duquel mârdy b , qui eftoit le iour de l'aflignation, fon procu- reur demanda deffaut & prife de corps contre moy; 5 fur quoy les iuges n'ordonnèrent rien, mais remirent l'affaire a vne autre fois. Les chofes eftant en ces termes, ie ne voy point d'expédient pour me tirer du pair, que de prendre a partie l'Efcoutete & les Magiftrats, qui m'ont défia condamné fans auoir

10 aucun pouuoir fur moy, & employer le crédit de M r l'Ambaffadeur, pour demander a fon Alteffe que ie puiffe auoir des iuges non fufpefts, qui décident l'affaire. C'eft chofe qu'on ne peut refufer, & cette caufe a défia efté iugée, en ma faueur, par tant de

i5 milliers d'hommes qui ont leu les liures de part & d'autre, que des iuges qui auront, tant foit peu, leur honneur en recommandation, n'oferoyent manquer de me faire iuftice. le fçay bien que cela me donne- roit de la peine; mais ie fçay bien auffi qu'en quelque

20 façon que la chofe tournaft, elle feroit grandement au deshonneur de M rs d'Vtrecht; & félon toutes les règles de mon Algèbre, ie ne voy pas qu'ils fe puif- fent exempter de blafme, fi ce n'eft qu'ils veuillent eux-mefmes ouurir les yeux, pour reconnoiftre les im-

j5 poftures & calomnies de V(oetius), & qu'en le condam- nant, ils mabfoluent & déclarent qu'ils auoyent efté mal informés. Ce qui feroit fort aifé, s'ils le vou- loyent; car toute leur action contre moy eftant fondée, a ce que i'entens, fur ce que V(oetius) déclare n'eftre

a. Voir ci-avant p. 20, éclaircissement.

b. Sans doute le 20 octobre?

�� � jo Correspondance.

point complice du hure de Schoock 3 , pour peu qu'ils s'en veuillent enquérir, ils trouueront aifement le contraire; &. puifqu'il a demandé d'eux vne fi rigou- reufe punition des calomnies qu'il prétend que i'ai efcrites contre luy, par ces mefmes loys ils auront 5 droit de le chaftier, pour celles qu'il a fait efcrire contre moy. Ou bien, fi ie ne vaux pas la peine qu'ils me faffent iuftice en cela, s'ils veulent feu- lement auoir égard a ce qu'il a fait contre M rs de Boifleduc, ils ne trouueront que trop de fuiet pour le 10 condamner.

le vous diray donc icv, entre nous, que fi M r Vander Hooleck médite quelque chofe de femblable, & qu'il fe promette d'en pouuoir venir a bout auec le temps, ie feray bien aife de temporifer, & de faire cependant i5 tout ce qui fera en mon pouuoir pour y contribuer. Mais, s'il veut feulement tafcher d'afToupir les chofes, affin qu'on n'en parle plus, c'eft ce que ie ne defire en façon du monde ; & plutoft que de m'attendre a cella, ie me propofe d'aller demeurer a la Haye, pour y foli- 20 citer & demander iuftice, iufques a ce qu'elle m'ayt efté rendue ou refufée. C'eft pourquoy i'ofe vous fupplier de vouloir vn peu plus particulièrement fça- uoir fon deflein, s'il eft poflible; ie fuis délia fi accou- tumé a vous donner de la peine, qu'il me femble 25 auoir droit de vous en donner encor dauantage, & toutefois ie ne fçaurois eftre plus que ie fuis, Mon- fieur, V.

Du Hoef, le vendredy 2} e Odobre 1643.

a. Voir ci-avant t. III, p. 642, i. tt3, et p. 606. note b.

�� � IO

��CCCXXII. — 27 Octobre 1645 ji

CCCXXII.

Descartes a [Van Surck ?]

Leyde, [27 octobre 1643].

Copie MS., Genève, Collection E. de Budé, n» y.

Publiée par E. de Budé, p. 16-18, Lettres inédites de Descartes {Paris, Durand et Pedone-Lauriel, broch. in-8, 1868). Cette lettre se trouve dans la collection des lettres à Pollot, avec cette indication (d'une autre main, il est vrai, niais la même qui a écrit en tête de toutes : « Copie de quelques Lettres de M. Des Cartes à Mons. Pollot. ») : « A M. Van Surck, à la Haye. » Mais l'annotateur a bien pu se tromper pour cette lettre comme pour la CCCXVIII', p. 18 ci-avant; et le destinataire serait peut-être encore Gras- winckel. — Quant à la date, c'est sans doute le premier mardi (p. 32, l. 12), après la lettre précédente du 23 octobre, c'est-à-dire le 27.

Monfieur,

Aprez la lettre de femme que vous auez veue, i'en ay encore trouué icy vne d'vn homme, & d'vn homme qui ne s'épouuante pas aifement a , en laquelle il répète la mefme chofe, & qu'il y a vn accord, entre les Pro- uinces d'Vtrecht & de Holande, que les fentences qui fe font la, fe peuuent exécuter icy. On me dit, de plus, qu'ils ont efcrit pour cella a la Cour de Holande, de façon que, s'ils y obtiennent ce qu'ils défirent, il pour- roit arriuer que, fans que i'y penfaiTe, on viendroit a Hoef faifir mes papiers, qui eft tout le bien qu'ils pour- royent faifir, & brufler cette malheureufe philofophie,

a. Wilhelm ? Voir lettre suivante, p. 33, 1. 2-3, et p. 34, 1. 6»-.

�� � )2 Correspondance.

qui efl caufe de toute leur aigreur. Et il ne fe faut pas repofer fur ce que, félon les formes, on doit encore attendre quelques défauts ; car ils font refolus de faire tout contre les formes. C'eft pourquoy ie vous prie de voir M r de Pollot & lui communiquer cette lettre, pour 5 le prier de voir M r Braïïet & faire qu'il continue le defiein qu'il auoit dimanche 3 , de fupplier fon Altefle qu'il luy plaife en faire efcrire, de fa part, au prouoft d'Vtrecht, pour faire cefler ces procédures.

le fuis, &c. 10

DESCARTES.

De Leyde, en paffant, le mardy a midy.

��CCCXXIII.

Descartes a Wilhei.m.

lEgmond] du Hoef, 7 novembre 1643. Autographe, Leyde, Bibliothèque de l'Université.

Publiée par Foucher de Careil, t. II, p. 22-28, Œuvres iné- dites de Descartes (Paris, Durand, 1860). Une demi-feuille, grand formai, plièe en deux : sur le premier feuillet, recto (20 lignes) et verso (iS lignes), la lettre avec date, signature, etc.; sur le second, au recto, une seconde lettre {2g lignes), long post-scriptum de la première, et au verso l'adresse, qui sert pour le tout, avec deux c.ichets de cire rouge [R et C entrelacés), retenant encore deux bouts de ruban de soie jaune.

a. Descartes avait sans doute reçu de Pollot une lettre datée du di- manche 25 octobre, en réponse à la sienne du 2?, lettre CCCXXI, p. 28 ci-avant.

�� � CCCXXIM. — i Novembre 1643. J)

Monûeur,

I'ay leu auec attention la letre que vous m'auez fait la faueur de m'efcrire, & ie vous en fuis extrême- ment obligé. le ne fçay fi l'article de la couftume, fur

5 lequel mon aduerfaire fe fonde 3 , fe peut entendre de ceux qui ne font point fous leur iurifdi&ion ; car, fi cela eftoit, il n'y auroit perfonne en lieu du monde, fur lequel ils ne peuiïent eftendre leur puiffance, en faifant faire des liures contre luy, remplis de toute

10 forte d'iniures & calomnies, puis, s'il ofe s'en plaindre, en l'accufant d'eftre luy mefme le calomniateur. De dire aufly que i'ay efcrit contre la Ville ou l'Académie, c'eft chofe très fauffe & fans apparence ; car i'ay eu partout plus de foin que ie ne deuois, de les efpar-

i5 gner. Mais ie voy bien qu'il n'eft pas queftion de dif- puter le droit; il faut feulement que i'aye foin de me garentir de la violence, & de pouruoir a ma feureté ; car, pour mon honneur, il me femble qu'ils y pour- uoyent eux-mefmes. le ne voudrois pas que V(oetius)

20 euft pouuoir de me faire arefter en quelque mauuaife hoftelerie, ny mefme en quelque lieu que ce fuft, a caufe que, cela eftant, ie ferois obligé d'entreprendre vn procès, & c'eft a quoy ie ne me refoudray que le plus tard qu'il me fera poflible. Mais ie n'ay point deftein

2 5 d'aller plus loin que d'icy a la Haye, iufques a ce que l'affaire foit en autre eftat qu'elle n'eft, & ie ne fçay fi, en cete prouince, il me pourroit faire ainfy arefter, & fi, en ce cas, ce ne feroit pas deuant les iuges du lieu, ou ie ferois ainfy arefté, que la caufe deuroit eftre dii-

a. Voir ci-atfant p. 3i, 1. 5.

Correspondance. IV. !>

�� � }4 Correspondance.

putée. Si cela eft, ie ne croy pas qu'il l'entreprene; mais fi, m'ayant fait arefter icy, il pouuoit continuer fes procédures a Vtrecht, f avmerois mieux aller a la Haye, affin que, s'il me veut faire arefter, ce foit plutoft la qu'ailleurs. Cependant ie vous remercie, de tout 5 mon cœur, de l'auis que vous m'auez fait la faueur de me donner 3 , & i'efpere encore vous en aller remercier a la Haye, lorfqu'il fera terris que i'y aille. le fuis,

Monfieur, Du Hoef, le 7 Nou. 1642,. 10

Monfieur,

Depuis ma letre efcrite, i'av receu & leu le Teftimo- nium Académies Vltraiecli?iœ b . que V(oetius) mandoit eftre fous la prefie; ie ne trouue pas qu'il face beau- coup pour luy ny contre moy. Toute leur Narratio i5 hijlorica, qui le fuit, ne me touche point & fe peut ac- corder auec la miene c , & mefme peut feruir pour la confirmer, a caufe qu'ils ne nient pas les faits, mais feulement y donnent d'autres interprétations, qui ne font point fi croyables que les mienes. 20

Et, en leur Teflimonium, ils ne m'aceufent que de trois poins. Le premier eft d'auoir eferit que quidam ex Collegis Regij, cum fibi prœferri aduertentes, mani- fejle ipfi inuidcrunl d ; ce qui ne fe raportc pas a V(oe-

a. C(. ci-avant p. 3 1 . 1. 3.

b. Voir ci-avant t. III. p. 56S-5ÔO, éclaircissement.

c. C'est-à-dire avec son Epistola ad P. Dinet. Voir t. III, p. 565. 1. 2, et éclaircissement, p. 56S.

d. Page 175-1 -ti. Epistola ad P. Dinet, imprimée à la suite des - mu Ob- jections ,'Amstelodami. apud Ludovicum Elzevirium. 16421.

�� � CCCXXIII. — 7 Novembre 1645. M

tius) ; & ce n'eft pas vn crime d'auoir dit que quelqu'vn porte enuie a vn autre, & bien que ils le puiiïent nier, leurs adions toutefois le tefmoignent.

Le 2 eft qu'ils nomment improbam coniecluram, a

5 caufe que, parlant de fupplojîonibus, i'ay dit : ejs non

dico a Theologo per amicos fuijfe excitatas, neque enim

fcio, fed antea non Jtebant 3 ; ce qui ne me femble pas

auïTy eftre fuffifant, pour fonder vne action d'iniures.

Enfin la dernière, qu'ils nomment manifeftam calum-

10 niam, eft que i'ay dit que V(oetius) eftoit le principal autheur du iugement qu'ils ont fait contre moy, en le nommant mordacem & feditiofum Redore m b . Et ils veulent tous en eftre complices, en quoy ils fe font plus de tort que ie n'av fait. Et ie ne croy point encore

i5 en cela qifil y ait de crime ; au contraire, ils m'en deuroient remercier, s'ils auoient de l'honneur. Mais ils nomment mal ce iugement c de retinenda vetere Phi- lofophia; car il a efté de condemnendâ noua vt ortho- doxes theologiœ aduerfâ, bien qu'elle leur fuft entiere-

20 ment inconnue.

Adresse :

A Monfieur, Monfieur de Wilhelm, Confeiller de fon Alteffe & 2 5 du Confeil de Brabant,

A La Haye.

a. Page 179 (ib.).

b. Ibidem, p. 187 (mordacem), et p. 188 [turbulentes) .

c. Voir t. III, p. S5 1 -553. éclaircissement.

�� � j6 Correspondance

CCCXXIV.

Descartes a l'Abbé Picot.

"Egmond du Hoef], 7 novembre 1643.

[A. Baii.let], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 194 (A) et 197 (B).

Les faits, dont il est question dans cette lettre, sont sans doute ceux qui se sont passés à Utrecht le mardi 20 octobre (voir ci-avant p. 29. 1. 3) et surtout ceux du 3i octobre, ainsi relatés au Registre des Actes du Vroedschap d' Utrecht, sous la date du samedi îi oc- tobre (ancien style) :

« Saterdaechs den XXI" October 1643. — Insgelycx is in bedenc- » ken gehouden off men in druck sali uytgeven de publicatie den » XIII'" September lestleden gedaen,waerby de twee Epistolen van » Renatus des Cartes verclaert worden voor fameuse libellen ende » disfamatoire geschriften. »

« Depuis la réponfe qu'il (De/cartes) avoit faite, le fixiéme de Juillet*, on avoit entièrement changé de ftile dans la procédure; et fes ennemis avoient eu autant de Join d'empêcher que ce qu'ils prépa- raient contre luv nefùtfçû, que s'il avoit été queflion de fur prendre quelque ville ennemie. Ils avoient voulu néanmoins obferver quelques formes : et pour ce fuj et la fentence, qu'ils avoient obtenue' des Ma- gifirats, avoit été lui' dans la Mai/on de ville, mais à une heure ordi- naire, après d'autres écrits, et lors qu'on fe fut appercù de l'abfence de ceux qu'on jugeoit capables d'en avertir M. Defcartes. Pour les citations de l'Officier de Juftice, qui dévoient future la fentence, ils ne s'éloient point foucie- x de prendre tant de précautions, croyant que M. Defcartes, éloigné des lieux comme il étoit, ne pourroit point en être averti a[Je\ toi pour y apporter du remède. En effet, fes livres étant déjà condamne^, & iuy-mème cité en personne en marge : V. la lettre MS. de Dcsc. h Picot du 7 novembre 1643], ils fe douloient bien qu'il ne cotnparoitroit pas, & que la fentence feroit donnée par défaut. Ils étaient ajfitre- que cette Jentence n'irait pas moins qu'à le condamner à de grqtf'es amendes, à le bannir des Provinces unies,

a. Lettre CCCXIV, ci-avant p. 8.

��

37
CCCXXV. — Novembre 1643.

& à faire brûler ses livres ; et l’on prétendait que Voetius avait déjà transigé avec le bourreau, pour faire un feu d’une hauteur démesurée, et dont on pût faire mention dans l’histoire comme d’une chose extra-ordinaire. » (Baillet, II, 194.)

« Cette affaire acheva de perdre la réputation de Voetius parmi les honnêtes gens de sa Religion [en marge : Lettr. MS. à Mers, du 11 de décembre 1643.]. Elle couvrit de confusion les Magistrats d’Utrecht, dont plusieurs tâchèrent de s’excuser sur ce que, n’ayant pas étudié, & ne cachant pas quels pouvaient être les différends des gens de Lettres, ils s’étaient crus obligés de prendre les intérêts de leur Ministre & de leur Théologien contre un Catholique étranger [en marge : Lettr. MS. à Picot du 7 novemb.], estimant que le zèle pour leur Religion reiferoit suffisamment leur ignorance & leurs procédures les moins régulières. Elle servit aussi à faire connaître la multitude des amis que M. Descartes avait à La Haye, à Leyde, à Amsterdam, & généralement par toutes les Provinces-unies, & à lui en acquérir un grand nombre de nouveaux, qui blâmèrent hautement les procédures d’Utrecht, dés qu’elles devinrent publiques : de forte que la principale occupation de M. Descartes, pendant les mois d’octobre & de novembre, fut d’écrire des lettres de remerciements par centaines. Divertissement moins odieux, mais aussi nuisible à ses occupations, que les sollicitations de son procès. » (Baillet, II, 197.)

CCCXXV.
Descartes à Élisabeth.
[Egmond du Hoef, novembre 1643.]
Texte de Clerselier, tome III, lettre 80, p. 461-465.

« À M. la Princesse Élisabeth, etc. Touchant le Problème : trois cercles étant donnés, trouver le quatrième qui touche les trois », dit Clerselier, sans donner de date. Mais la réponse d’Élisabeth est datée

du 21 novembre, lettre CCCXXVII ci-après ; d’autre part, nous savons, par une lettre du 21 octobre, la CCCXX ci-avant (p. 26, l. 24), qu’à cette date la princesse avait le problème en mains. La
38
III, 461-462.
Correspondance.


présente a donc été écrite dans l’intervalle de ces deux dates, et il est plausible de la rapprocher plutôt du 21 novembre.

Madame,

Ayant su de Monsieur de Pollot que Vôtre Altesse a pris la peine de chercher la question des trois cercles, et qu’elle a trouvé le moyen de la foudre, en ne supposant qu’une quantité inconnue, j’ai pensé que mon devoir m’obligeait de mettre ici la raison pourquoi j’en avais proposé plusieurs, et de quelle façon je les démêle.

J’observe toujours, en cherchant une question de Géométrie, que les lignes, dont je me sers pour la trouver, soient parallèles, ou s’entrecoupent à angles droits, le plus qu’il est possible ; et je ne considère point d’autres Théorèmes, sinon que les côtés des triangles semblables ont semblable proportion entre eux, et que, dans les triangles rectangles, le carré de la base est égal aux deux carrés des côtés. Et je ne crains point de supposer plusieurs quantités inconnues, pour réduire la question à tels termes, qu’elle ne dépende que de ces deux Théorèmes ; au contraire, j’aime mieux en supposer plus que moins. Car, par ce moyen, je vois plus clairement tout ce que je fais, et en les démêlant je trouve mieux les plus courts chemins, et m’exempte de multiplications superflues ; au lieu que, si l’on tire d’autres lignes, et qu’on se serve d’autres Théorèmes, bien qu’il puisse arriver, par hasard, que le chemin qu’on trouvera fort plus court que le mien, toutefois il arrive quasi toujours le

contraire. Et on ne voit point si bien ce qu’on fait, si
III,462.
39
CCCXXV. — Novembre 1643.


ce n'est qu'on ait la démonstration du théorème dont on se sert fort présente en l'esprit ; et en ce cas on trouve, quasi toujours, qu'il dépend de la considération de quelques triangles, qui sont ou rectangles, ou semblables entre eux, et ainsi on retombe dans le chemin que je tiens.

Par exemple, si on veut chercher cette question des trois cercles, par l'aide d'un théorème qui enseigne à trouver l'aire d'un triangle par ses trois côtés, on n'a besoin de supposer qu'une quantité inconnue. Car si A, B, C sont les centres des trois cercles donnés, et D le centre du cherché, les trois côtés du triangle ABC sont donnés, et les trois lignes AD, BD, CD sont composées des trois rayons des cercles donnés, joints au rayon du cercle cherché, si bien que, supposant x pour ce rayon, on a tous les côtés des triangles ABD, ACD, BCD ; et par conséquent on peut avoir leurs aires, qui, jointes ensemble, sont égales à l'aire du triangle donné ABC ; et on peut, par cette équation, venir à la connaissance du rayon x, qui seul est requis pour la solution de la question. Mais ce chemin me semble conduire à tant de multiplications superflues, que je ne voudrais pas entreprendre de les démêler en trois mois. C'est pourquoi, au lieu des deux lignes obliques AB et BC, je mène les trois perpendiculaires BE,
40
III, 462-463.
Correspondance.


DG, DF, et posant trois quantités inconnues, l’une pour DF, l’autre pour DG, et l’autre pour le rayon du cercle cherché, j’ai tous les côtés des trois triangles rectangles ADF, BDG, CDF, qui me donnent trois équations, pour ce qu’en chacun d’eux le carré de la base est égal aux deux carrés des côtés.

Après avoir ainsi fait autant d’équations que j’ai supposé de quantités inconnues, je considère si, par chaque équation, j’en puis trouver une en termes assez simples ; et si je ne le puis, je tâche d’en venir à bout, en joignant deux ou plusieurs équations par l’addition ou soustraction ; et enfin, lorsque cela ne suffit pas, j’examine seulement s’il ne sera point mieux de changer les termes en quelque façon. Car, en faisant cet examen avec adresse, on rencontre aisément les plus courts chemins, et on en peut essayer une infinité en fort peu de temps.

Ainsi, en cet exemple, je suppose que les trois bases des triangles rectangles sont[5]

AD = a + x;

BD = b + x,

CD = c + x;

et, faisant AE = d, BE = e, CF = f,

DF ou GE = y, DG ou FE = z,
III,463-464.
41
CCCXXV. — Novembre 1643.


j’ai pour les côtés des mêmes triangles :

AF = d - z et FD = y,

BG = e - y et DG = z,

CF = f + z et FD = y.

Puis, faisant le carré de chacune de ces bases égal au carré des deux côtés, j’ai les trois équations suivantes :

a2 + 2 ax + x2 = d2 + 2 dz + z2 + y2,

b2 + 2 bx + x 2 = e2 + 2 ey + y2 + z2,

c2 + 2 cx + x2 = f2 + 2fz + z2 + y2,


et je vois que, par l’une d’elles toute seule, je ne puis trouver aucune des quantités inconnues, sans en tirer la racine carrée, ce qui embarrasserait trop la question. C’est pourquoi je viens au second moyen, qui est de joindre deux équations ensemble, et j’aperçois incontinent que, les termes x2, y2 et z2 étant semblables en toutes trois, si j’en ôte une d’une autre, laquelle je voudrai, ils s’effaceront, et ainsi je n’aurai plus de termes inconnus que x, y et z tous simples. je vois aussi que, si j’ôte la seconde de la première ou de la troisième, j’aurai tous ces trois termes x, y et z ; mais que, si j’ôte la première de la troisième, je n’aurai que x et z. Je choisis donc ce dernier chemin, et je trouve

c2 + 2 cxa2 — 2 ax = f2 + 2 fz - d2 + 2 dz,

ou bien ,

ou bien .
42
III, 464-465.
Correspondance.


Puis, ôtant la seconde équation de la première ou de la troisième (car l’un revient à l’autre), et au lieu de z mettant les termes que je viens de trouver, j’ai par la première et la seconde :

a2 + 2 axb2 — 2 bx = d2 - 2 dz - e2 + 2 ey,

ou bien

,

ou bien

.

Enfin, retournant à l’une des trois premières équations, et au lieu d’ y ou de z mettant les quantités qui leur sont égales, et les carrés de ces quantités pour y2 et z2, on trouve une équation où il n’y a que x et x2 inconnus ; de façon que le problème est plan, et il n’est plus besoin de passer outre. Car le reste ne sert point pour cultiver ou recréer l’esprit, mais seulement pour exercer la patience de quelque calculateur laborieux. Même j’ai peur de m’être rendu ici ennuyeux à Votre Altesse, pour ce que je me suis arrêté à écrire des choses qu’elle savait sans doute mieux que moi, et qui sont faciles, mais qui sont néanmoins les clefs de mon algèbre. je la supplie très humblement de croire que c’est la dévotion que j’ai à l’honorer, qui m’y a porté, et que je suis,

Madame,

De V. A.
Le très humble et très obéissant
serviteur, Descartes.
CCCXXVI. — Novembre 1643. 4}

CCCXXVI.

Descartes a Pollot.

[Egmond du Hoef, novembre 1643.] Copie MS., Genève, Collection E. de Budé, n° g.

Publiée par E. de Budé, p. 21, Lettres inédites de Descartes (Paris, Durand et Pedone-Lauriel, broch. in-8, 1868). Sans date dans le manuscrit; mais elle a été envoyée avec la précédente; elle serait donc aussi de la mi-novembre 1643. Voir le prolégomène, p. 3j.

Monfieur, Sur ce que vous m'eferiuiez dernièrement de M me la Princefle de B(oheme)\ i'ay penfé eftre obligé de luy enuoyer la folution b de la queition qu'elle croit 5 auoir trouuée, & la raifon pourquoy ie ne croy pas qu'on en puiffe bien venir a bout, en ne fuppofant qu'vne racine. Ce que ie fais néanmoins auec feru- pule, car peut eftre qu'elle aimera mieux la chercher encore, que de voir ce que ie luy eferis; & fi cella

10 eft, ie vous prie de ne luy point donner ma lettre fi toft. le n'y ay point mis la datte. Peut eftre auffy qu'elle a bien trouué la folution, mais qu'elle n'en a pas acheué les calculs, qui font longs & ennuyeux, & en ce cas, ie feray bien aife qu'elle voye ma lettre,

i5 car i'y tache a la difluader d'y prendre cette peine, qui eft fuperflue c .

a. Cf. ci-avant p. 26, 1. 23.

b. Lettre CCCXXV, p. 38.

c. L'édition Budé ajoute : Je suis, etc. Descartes, qui n'est pas dans le manuscrit.

�� �

44
Correspondance.
CCCXXVII.
Elisabeth a Descartes.

[La Haye], 21 novembre [1643].

Copie MS., Rosendaat, près Arnhem, Collection Pallandt, n° 17, p. 92-94.

Publiée par Foucher de Careil, p. S4-S6, Descartes et la Princesse Elisabeth {Paris, Germer-Baillière, 187g). — Réponse à la lettre CCCXXV, p. 3j. Descartes y répondra par la lettre suivante. On donne comme variantes les leçons de Foucher de Careil.

Monsieur Defcartes,

Si i'auois autant d'habileté a fuiure vos auis, que denuie, vous trouueriez déjà les effets de votre charité aux progrès que i'aurois fait dans le raifonnement & dans l'Algèbre, desquels, a cette heure, ie ne vous puis montrer que les fautes. Mais ie fuis fi accoutumée de vous en faire voir, qu'il m'arriue, comme aux vieux pêcheurs, d'en perdre tout a fait la honte. Pourquoy i'auois fait deffein de vous enuoyer la folution de la question que vous m'auez donnée, par la méthode qu'on m'a enseignée autrefois[6] tant pour vous obliger de m'en dire les manquements, que parce que ie ne fuis pas fx bien verfée en la votre. Car ie remarquois bien qu'il y en auoit a ma folution, n'y voyant assez clair pour en conclure vn théorème ; mais ie n'en aurois iamais trouué la raison fans votre dernière lettre[7] , qui m'y donne toute la fatisfac-


11 autrefois, tant] ou.

— 14 clair] clairement.

— 16 la omis.
III,465.
45
CCCXXVIII. — Novembre 1643.


tion que je demandais, & m’apprend plus que je n’aurais fait en six mois de mon maître. Je vous en suis très redevable et n’aurais jamais pardonné à M. de Palloti, s’il en eu usé selon votre ordre. Toutefois il ne me l’a voulu bailler, qu’a condition que je vous enverrais ce que j’ai fait. Ne trouve donc point mauvais que je vous donne une incommodité superflue, puisqu’il y a peu de choses que je ne ferais, pour obtenir ces effets de votre bonne volonté, qui est infiniment estimée de

Votre très affectionnée amie à vous servir,

ELISABETH.

Ce 21 de 9bre.

Monsieur Descartes.
CCCXXVIII.
Descartes a Elisabeth.
[Egmond du Hoef, novembre 1643.]

Texte de Clerselier. tome III, lettre 81, p. 465-468.

« A M. la Princesse Elisabeth, etc. », dit Clerselier, sans donner de date.

Mais Descartes répond à la CCCXXVII[8], du 21 novembre, et on peut croire qu’il n’a point fait attendre sa réponse. Elle serait donc de quelques jours après.

Madame,

La solution qui a plu à Votre Altesse me faire l’honneur de m’envoyer, est si utile qu’il n’y peut
46
III, 465-466.
Correspondance.


rien désirer dauantage; et ie n'ay pas seulement été surpris d'étonnement, en la voyant, mais ie ne puis m'abstenir d'ajouter que i'ay efté auffi ravi de joie, & ay pris de la vanité de voir que le calcul, dont fe fert Vôtre Altesse, eft entièrement femblable à celuy que i'ay propofé dans ma Géométrie. L'expérience m'auoit fait connaître que la plufpart des efprits qui ont de la facilité à entendre les raifonnemens de la Métaphysique, ne peuvent pas conceuoir ceux de l'Algèbre, & réciproquement, que ceux qui comprennent aifément ceux-cy, font d'ordinaire incapables des autres ; et ie ne vov que celuy de Votre Altesse, auquel toutes chofes font également faciles. Il eft vray que i'en auois défia tant de preuves, que ie n'en pouvais aucunement douter ; mais ie craignois feulement que la patience, qui eft nécessaire pour furmonter, au commencement, les difficultez du calcul, ne luy manquait. Car c'eft vne qualité qui eft extrêmement rare aux excellens efprits, & aux perfonnes de grande condition.

Maintenant que cette difficulté eft furmontée, elle aura beaucoup plus de plaifir au reste; &. en substituant vne feule lettre au lieu de plufieurs, ainfi qu'elle a fait icy fort souvent, le calcul ne luy fera pas ennuyeux. C'eft vne chofe qu'on peut quasi toujours faire, lors qu'on veut feulement voir de quelle nature eft vne queftion, c'eft à dire fi elle fe peut soudre auec la règle & le compas, ou s'il y faut employer quelques autres lignes courbes du premier ou du 2(d) genre &c, & quel eft le chemin pour la trouver ; qui eft ce de

quoy ie me contente ordinairement, touchant les
III,466-467.
47
CCCXXVIII. — Novembre 1643.

queftions particulières. Car il me femble que le furplus, qui consiste à chercher la construction & la démonstration par les proportions d'Euclide, en cachant le procédé de l'Algèbre, n'est qu'vn amufement pour les petits Géomètres, qui ne requiert pas beaucoup d'efprit ny de science. Mais lors qu'on a quelque question qu'on veut achever, pour en faire vn Théorème qui serve de règle générale pour en foudre plufieurs autres semblables, il eft befoin de retenir jusques à la fin toutes les mefmes lettres qu'on a pofées au commencement ; ou bien, fi on en change quelques- vnes pour faciliter le calcul, il les faut remettre par après, eftant à la fin, à caufe qu'ordinairement plusieurs s'effacent l'vne contre l'autre, ce qui ne fe peut voir, lors qu'on les a changées. Il eft bon auffi alors d'obferuer que les quantités, qu'on dénomme par les lettres, ayant femblable rapport les vnes aux autres, le plus qu'il eft possible; cela rend le Théorème plus beau & plus court, pour ce que ce qui s'énonce de l'vne de ces quantités, s'énonce en mefme façon des autres, & empefche qu'on ne puifle faillir au calcul, pour ce que les lettres qui signifient des quantité qui ont mefme rapport, s'y doiuent trouuer diftribuées en mefme façon; & quand cela manque, on reconnaît fon erreur.

Ainfi, pour trouuer vn Théorème qui enfeigne quel eft le rayon du cercle, qui touche les trois donnez par position, il ne faudroitpas, en cet exemple, poser les trois lettres a, b, c, pour les lignes AD, DC, DB,

mais pour les lignes AB, AC & BC, pour ce que ces

dernières ont mefme rapport l'vne que l'autre aux
48
III, 467.
Correspondance.


trois AH, BH & CH, ce que n'ont pas les premières. Et en suivant le calcul auec ces six lettres, fans les changer ny en ajouter d'autres, par le chemin qu'a


pris Voftre Altesse (car il eft meilleur, pour cela, que celuy que i'auois propofé), on doit venir à vne équation fort régulière, & qui fournira vn Théorème assez court. Car les trois lettres a, b, c y font difpofées en mefme façon, & auffi les trois d, e, f.

Mais, pour ce que le calcul en eft ennuyeux, fi Voftre Altesse a désir d'en faire l'essai, il luy fera plus aisé, en fuppofant que les trois cercles donnés s'entretouchent, & n'employant, en tout le calcul, que les quatre lettres d, e, f, x, qui eftant les rayons des quatre cercles, ont femblable rapport l'vne à l'autre. Et, en premier lieu, elle trouvera

AK = & AD = ,

où elle peut défia remarquer que x eft dans la ligne AK, comme e dans la ligne AD, pour ce qu'elle se
III,467-468.
49
CCCXXVIII. — Novembre 1643.

trouve par le triangle AHC, comme l'autre par le triangle ABC. Puis enfin, elle aura cette équation [9],

ddeeff = 2deffxx + 2 deeffx

+ ddeexx + 2deefxx + 2ddeffx

+ ddffxx + 2ddefxx + 2ddeefx

+ eeffxx,

de laquelle on tire, pour Théorème, que les quatre sommes, qui fe produisent en multipliant ensemble les quarrez ! de trois de ces rayons, font le double de six, qui se produifent en multipliant deux de ces rayons l'vn par l'autre, & par les quarrez des deux autres ; ce qui suffit pour servir de règle à trouver le rayon du plus grand cercle qui puisse être décrit entre les trois donnez qui s'entretouchent. Car, fi les rayons de ces trois donnez font, par exemple, . i'auray 576 pour ddeeff, & 36xx pour ddeexx, & ainsi des autres. D'où je trouverai

x =

si je ne me fuis trompé au calcul que je viens de faire.

Et Votre Altesse peut voir icy deux procédures fort différentes dans vne mefme queftion,se lon les différents desseins qu'on fe propofe. Car, voulant fçauoir de quelle nature eft la queftion, & par quel biais on la peut soudre, je prens pour données les lignes perpendiculaires ou parallèles, & fuppofe plufieurs autres quantités inconnues, afin de ne faire aucune multiplication superflue,

& voir mieux les plus courts chemins; au lieu que, la voulant achever, je prends
50
III, 468.
Correspondance.

pour donnez les coftez du triangle, & ne fuppofe qu'vne lettre inconnue. Mais il <y> a quantité de questions, où le mefme chemin conduit à l'vn & à l'autre, & ie ne doute point que Voftre Altesse ne vove bien tort jusques où peut atteindre l'efprit humain dans cette feience. le m'estimerois extrêmement heureux, li i'y pouuois contribuer quelque chofe, comme citant porté d'vn zèle très-particulier à eftre,

Madame,

De V. A.

Le tres-humble & tres-obeïssant

feruiteur, Descartes.

CCCXXIX.

Descartes a Pollot.

[Egmond du Hocf, novembre 1643.

Copie M S., Genève, Collection E. Je Budé, n° 8.

Publiée par E. de Budé, p. l8-2l, Lettres inédites de Descartes (Paris, Durand et PedoneLauriel, broch. in-8, 1 868), avec cette date mal lue « le t j mars 1643 ». Le MS. donne « le i~ mar ». Mais ni l'une ni l'autre n'est acceptable. Descartes parle, en effet, dans cette lettre, du Testimonium Académie etc. [p. 53, I. 3), qui ne fut publié qu'à la fin d'octobre i(>43, et que lui-même n'a reçu et lu que le ,j novembre {voir ci-avant p. 34, l. 12). D'autre part, l'intervention, dont il parle [p. 5 1 ,1. 1 1-1 4), de l'Ambassadeur de France et du Prince d'Orange, s'est produite officiellement le 16 novembre (voir /'éclair- cissement). Cette lettre serait donc peut-être du rj novembre'.' En tout cas, il convient de la rapprocher de celle du 3o novembre lettre CCCXXXl ci-après), qui offre avec elle plus a un point commun. CCCXXIX. — Novembre 164}. ci

Moniteur,

Vous auez beaucoup plus fait pour moy que ie n'euiTe peu faire moy mefme, voire que ie n'euffe ofé entreprendre; & les recommandations qui viennent 5 de vous, ont, fans comparaifon, plus de poids que celles qui viennent de moy. C'eft pourquoy i'attribue a mon bonheur, que ie ne me fuis point trouué ces iours à la Hâve ; mais néanmoins ie vous promets de ne manquer pas d'y aller vne autre fois, au moindre

10 auis que i'auray de vous, ou de quelqu'autre de mes amis, qui le iuge a propos. Mais M r l'AmbafTadeur avant déclaré qu'il entreprendroit mon affaire a bon efcient, &. fon AltefTe mefme m'ayant fait la faueur d'en faire efcrire & d'en parler*, il ne me femble pas

i5 que ie doiue rien craindre, & ie me propofe d'en attendre les euenemens fans inquiétude.

On m'efcrit d'Vtrecht que M rs les Etats de la Pro- uince ont eilé afiemblez, les trois derniers iours de la femaine paffée, & qu'ils ont difputé, auec beau-

20 coup d'animolité, touchant les priuileges de leur Académie, mais que la Ville a efté contrainte de céder aux Chanoines & aux Nobles, & de caiîer ce qu'elle auoit fait. On me mande aulfy qu'entr'autres propos le Prefident auoit fait mention des mauuaifes

25 procédures dont on vfoit contre moy; & ce que i'ad- mire le plus, c'eft qu'on aioute que M' s du Vroetfchap fe perfuadent que c'eft moy qui fuis caufe de ce qu'on leur a fait rompre ce qu'ils auoyent fait*, & qu'ils font d'autant plus irritez contre moy.

3o Quelques vns d'eux ont tenu auffi des difeours.

�� � 5 2 Correspondance.

en prefence de ceux qu'ils penfoyent que i'en ferois auerty, qui tefmoignent qu'ils craignent que ie ref- ponde a leur Tejlimonium Académies &c. a . Et en effet, fi la chofe en valoit la peine, il ne me faudroit qu'vne après dinée, pour faire voir bien clairement l'imper- 5 tinence & la mauuaife foy de ceux qui l'ont eferit; mais vous fçauez que ie l'ay iugé indigne de refponfe, fi toit que ie l'ay veu, & mon affaire eflant en fi bonne main comme elle eft, ie ne fuis pas fi indiferet que d'entreprendre aucune chofe fans commandement ou io permiffion.

On m'a demandé h auffi qu'on auoit recommencé d'imprimer le Hure de Schoock contre moy c , & qu'il y a longtemps que les trois premières feuilles font faites, mais que le refte ne vient point, &, comme i5 on croit, ne viendra point. C'eft grand pitié que de n'aller pas le droit chemin; on eft contraint de re- tourner fouuent fur fes pas, & on prend beaucoup de peines inutiles. le ne me remue point tant; mais, grâces à Dieu, ie vay toufiours vn mefme train, & ie »o fuis toufiours, auec la mefme paflion, &c.

Du Hoef, le \j May 1643.

Page 5i, 1. 14. — On trouve aux Archives d'Utrecht, registre des Actes du Vroedschap, la mention suivante, datée du 6 novembre 1643 (nouveau style, 16 novembre) :

« 'sMaendaechs,den VI November 1643. — By d'hecren Burgemeesteren » verhaelt synde wat d'heeren Gecommitteerdens deser provincie ter » vergaderinge van de Hoog Mogende Heeren Staten Generael soo door » d'heer Ambassadeur van Franckryck als syn Hoocheyt d'heere Prince

a. Voir ci-avant p. 34, 1. 12.

b. Lire mandé. (Edit.)

c. Voir t. III, p. 606, note *.

�� � CCCXXX. — }0 Novembre 164}. 55

» van Orange etc. was te gemoet gevoert aengaende de proceduren alhier » gepleecht tegens Des Cartes ende dat hier weder onder de pers is een » boecxken D. Schoocku tegens den gemelten Des Cartes : is voorgesla- » gen vant selve boexken hier niet te laten drucken. »

Page 5 1, 1. 28. — Sans doute le règlement du 6/16 sept. 1643, qu'on trouve aux Archives d'Utrecht, dans le registre des Acta Acad. Ultr., en ces termes :

€ 6 Sept. 164?. — Prima et solemnis privilegiorum et legum hujus » Academia: facta promulgatio :

» Leges et Statuta Academia; Ultrajeetinas etc. »

On y lit : « Philosophi ah Aristotelis philosophie non recedunt, neque » publiée neque privatim ; propugnatores absurdorum paradoxorum, » novorum dogmatum ab Aristotelis doctrinà discrepantium, non fe- » runtur. »

« Thèses non proponuntur publiée aut typis exeuduntur, ne quidcm » inaugurales, nisi examinais et probatx- a disputationis prxsidente aut » moderatorc. »

��CCCXXX.

Descartes a Pollot.

[Egmond] du Hoef, 3o novembre 1643.

Copie MS., Genève, Collection E. de Budc, n° 10.

Publiée par E. de Budé, p. 22-26, Lettres inédites de Descartes {Paris, Durand et Pedone-I.auriel, broch. in-8, 1S6S).

Monfieur, le nauois point encore ouy ce que vous m'ap- prenez, a fçauoir que M rs les Députés ont tiré parolle des Bourguemaiflres & Efcheuins, qu'ils ne pafle- 5 royent point outre en leur procédure contre moy a . Mes amis d'Vtrecht ne m'ont rien eferit de femblable,

.1. Voir ci-avant, p. >a-5?, éclaircissement.

�� � 54 Correspondance.

mais bien, au contraire, que ces M rs du Vroetfchap font plus animez contre moy qu'auparauant, pour ce qu'ils penfent que c'elt moy qui fuis caufe qu'ilz ont efté contraints de reuoquer les nouuelles loix de leur Académie 3 ; & véritablement i'en fuis caufe, en tant 5 que ça efté a deflein de me defobliger que mon en- nemy les auoit portés a le(s) faire, & que, s'ils ne les eufient point faites, ils n'eufTent point eftés forcez a les rompre. Mefme on m'a menacé depuis, de leur part, que, fi ie refpondois au liure intitulé: Tejîimonium 10 Academiœ &c. D , ou ils m'accufent d'auoir rempli mes efcrits de menteries, fans toutefois qu'ils en puifTent marquer aucune, & ils ont fait imprimer ce liure depuis que M r le Rierferoit leur eut écrit, en ma faueur, par le commandement de fon A(ltefTe); ils m'ont, dis-ie, i5 fait menacer qu'ils fe faifiroyent de certaine rente qu'ils ont fceu que i'auois en cette Prouince, & ainfi ils veulent que ie me laiffe battre fans me deffendre, & eftre les maiftres de l'honneur & des biens d'vn homme qui n'eft point leur fuiet, & qui ne leur a iamais fait 20 aucun deplaifir, fans que le nom de fon Alteffe, ni la iuftice de ma caufe, ny les iugements de tous les gens d'honneur de ce pais, qui leur donnent le tort, les en détourne. Ce qui me fait croire qu'ils fe laiflent en- core conduire par l'efprit violent de mon ennemy, & 25 que cette brouillerie n'a feruy qu'a l'affermir en fa puiffance. Mais ie n'ay pas peur, pour cella, qu'ils me

a. Gi-ayant p. 5i, I. 21, et éclaircissement, p. 53.

b. Page 52, I. 3.

c. «Sic dans la copie MS.'Ne faut-il pas. lire encore Buyserot? Et ne' s'a^rait-il pas de la lettre, écrite par M. Ruysmond (?), avant la publica- tion du Testimonium, fin d'octobre? Cf. ci-avant p. 27, 1. 9.

�� � CCCXXX. — }o Novembre 164}. $$

nuifent, & ie n'efcris point cecv pour diminuer l'obli- gation que i'ay a ceux qui m'ont fait la faueurde s'em- ployer pour moy ; au contraire, ie l'eflime d'autant plus grande, que ie vois que ceux qui me vouloyent 5 nuire, font plus animez contre mov, & ie n'euflé ofé rien efperer de li auantageux que d'eftre ainfi tiré, a haute lutte, hors de Jeurs mains par les deux princi- paux membres de leur Eftat.

Ie a ne fuis pas marry auify, que cette occalion m'ait

10 fait employer beaucoup de perfonnes : c'eft a faire a ceux qui font d'humeur ingrate, de craindre d'eftre obligés a quelqu'vn ; pour moy, qui penfe que le plus grand contentement qui foitau monde eft d'obliger, ie ferois quafi afTez infolent pour dire a mes amis, qu'ils

i5 me doiuent du retour, lorfque ie leur ay donné occa- fion de le receuoir, en me laiflant obliger par eux. Mais furtout ie penfe auoir beaucoup gagné en ma querelle, pour ce quelle eft caufe que i'ay l'honneur d'eftre connu de fon Alteffe, & de luy auoir de très

20 grandes obligations ; car enfin, c'eft a fa feule faueur que ie doy maintenant ma feureté & mon repos, qui font les biens que i'eftime le plus au monde. Tout ce que M' s les Députez ont fait n'a efté qu'a fa confidera- tion ; & ie m'afleure que vous mefme, bien que ie ne

2 5 doute nullement de l'affeftion que vous m'auez tou- iours tefmoignée, n'auriez ofé iamais tant faire pour moy, fi vous n'auiez iugé que fon Altefle ne l'auroit pas defagreable. Enfin, comme ie croy que M rs du Vroetfehap d'Vtrecht me veulent <du mal>, a caufe

a. On trouve un deuxième alinéa semblable dans une autre lettre de Descaries (Clers., t. II, p. 159).

�� � ^6 Correspondance.

qu'ils penfent m'auoir defobligé, fans que ie leur en aye donné aucun fuiet, ainfi i'ofe maintenant me per- fuader que fon Altefle me veut du bien, veu qu'elle m'en a défia beaucoup fait, fans que ie leuffe mérité par aucun feruice. Mais, pource que ie n'ay l'honneur 5 d'en eftre connu, que par le fauorable raport que vous & M r de Zuylichem lui pouuez auoir fait de moy, ie ne laiffe pas, en acheuant mon calcul, de trouuer que c'eft encore a vous que ie dois tout. Auffy fuis- ie, M r , &c. 10

Du Hoef, le jo Nou. 164^.

��CCCXXXI.

Descartes a Mersenne. [Egmond du Hoef], 1 1 décembre 1643.

[A. Baii.i.et], La Vie de Monsieur Des-Cartes, tome II, p. i3o et 202 (A), 199 (B), 202 (C), et ao8(D)«.

« Son génie (il s'agit de M. des Argues) luy fit encore produire d'autres ouvrages dans la fuite des tèms, & M. De/cartes en fut tou- jours partage'- des premiers* [en marge : Lettr. MSS.à Mersenne en Décembre 1643 1 .. De ce nombre furent le livre de la Perfpective, & celuy de la manière de graver en taille douce à l'eau forte. » (Baillet, II, i3o.)

« M. Defcartes reçût aujji quelques livres nouveaux. Les princi-

a. On trouve, dans l'ouvrage de Baillet, encore deux mentions de cette lettre à Mersenne, du II décembre 164?, jointes à deux lettres à l'abbé Picot, l'une du 7 novembre 164?, ci-avant p. 7>j\ l'autredu 1" avril 1644, lettre GCCXLIV ci-après.

b. Voir t. III, p. 298-299, éclaircissement.

�� � CCCXXXI. — il Décembre 1645. 57

paux furent la Perfpective de M. des Argues... [En marge : Lettr. MS. à Mers, du 11 Dec. 1643.] » (Baillet, II, 202.)

« M. de VilleBrejf eux tâcha de retenir fa pajfion* pendant prés d'un an; mais ayant redoublé fes injlances, par de nouvelles lettres £■ par .d'autres follicitations, M. Defcartes pria le P. Merfenne [en marge : Lettr. MS. à Mers, du 11 Dec. 1643] de luy faire fçavoir qu'il le difpenfoit de ce voyage, parce qu'il devoit aller à Paris, dans quatre ou cinq mois, pour fes affaires domejliques. Cette raifon ne fut pas ajfey forte pour arrêter M. de Ville-BreJJieux.H alla trouver M. Defcartes en Nort-Hollande, auprès de qui il demeura jufqu'au voyage de France, où il l'accompagna, comme nous l'apprenons de fon ami M. Borel h [en marge : Borell. vit. comp. pag. 5], qui témoigne qu'il ne le quitta pas même dans Paris. » (Baillet, II, 199-200.)

« Il reçut encore, mais un peu plus avant dans l'année, une belle queflion de Géométrie, de la part de M. de Roberval, avec fa figure &fa démonjlration. Quoique nous ne puijjions dire maintenant quelle étoit cette quejlion, nous sommes oblige^, pour l'honneur de M. de Roberval, de rapporter les marques de l'eflime qu'en faifoit M. Defcartes. » [En marge : Lettr. MS. à Mers, du 1 1 Dec. 1643.]

11 y a fort long-têms (dit-il au P. Mersenne) que j'ay reçu la queftion de M- de Roberval avec la figure, & je penfois vous en avoir remercié, & vous avoir écrit que je la tiens pour lune des plus belles que

5 j'aye jamais vues. Sa démonstration eft extrêmement jufte & ingénieufe. J'ay à le remercier luy-même du favorable jugement qu'il fait de moy à la fin de fa lettre. A quoy j'ajoute que ie rends grâces trés- humbles à M. de Carcavy de m'avoir fait la faveur de

10 m'envoyer cet écrit : ce que je n'avois pu faire aupa-

a. Cf. t. III, p. 602, éclaircissement de p. 598, 1. 1.

b. Borel dit seulement, sans donner de date : « Amstelodamum iterum » petiit, et inde Lutetiam semper cum familiari nostro Bressieu, ut régis » reditui adesset. » (Vitce Renati Cartesii Compendium, p. 7 de la 2« édit., 1676.)

Correspondance. IV. 8

�� � 5 8 Correspondance.

ravant, parce que vous ne m'aviez point mandé qu'il vint de luy.

« Ce témoignage mérite de devenir public, pour faire voir que, fi l'amitié de M. de Roberval avec M. De/cartes étoit chancelante, & fujette aux révolutions que produifoienl les mouvemens divers du cœur de M. de Roberval, leur ejlime réciproque étoit au moins tou- jours égale, & toujours parfaite. » (Baillet, II, 202.)

« Cependant il apprit que l'Imprimeur Blaew préparoit fa fonte pour mettre fes Méditations, avec l'Ecrit de M. Gajfendi, fous fes prejjes. Mais il luy fit donner avis de n'en rien faire, parce que fes exemplaires feroient faifis en France, en vertu de fon privilège au profit du Libraire de Paris [en marge : Soly" qui en jouijfoit. Ce n'efi pas qu'il fefouciât beaucoup de l'intérêt du Libraire de Hollande [en marge : Blaew] : mais, félon qu'il s'en étoit expliqué au Père Merfenne dés le mois de Décembre de l'année précédente 1643, il avoit peur que le Libraire de Paris ne s'accordât avec celuy de Hollande par des moyens préjudiciables à la réputation de l'Auteur. De forte que le privilège lui paroijfoit plus nuifible qu'utile entre les mains du Libraire de Paris. »

Si Soly (dit-il à ce Père) [en marge : Lettr. MS. à Mer senne du 11 Decemb. 1643], a vendu fon édition de mes Méditations, il me femble que le privilège ne 5 devroit plus être à luy; ou s'il le retient, il en devroit faire une nouvelle avec mon confentement, à la- quelle j ajoûterôis ou j'ôterois ce que je jugerois à propos, non pas en fouffrir une pour aider à vendre

les médifances de mes ennemis. 10

(Baillet, II, 208.)

Sorbière raconte lui-même, dans la seconde des deux lettres à Petit, déjà citées t. III, p. 35i, éclaircissement, la part qu'il prit, pendant son séjour en Hollande, à la publication des Instances de Gasscnd aux Réponses que Descartes avait faites « ses Objections. Voici les deux passages relatifs à ce sujet :

<« Comme ie ne pouuois m'empescher de comparer M. Descartes à » M. Gassendi, que i'auois laissé à Paris, ie desiray en luy la simplicité, la

�� � CCCXXXI. — n Décembre 164}. 59

» modération, l'ordre, et la facilité que ce dernier auoit à communiquer » ses pensées aux personnes qui estoient curieuses de les entendre. le n craignis d'abord que ce Philosophe ri'eust pensé trop subtilement, et ie » me defiay du succès de ses spéculations, de mcsme que de son détache- » ment de l'ambition, lors que ie vis qu'il auoit de la peine à m'instruire » sur le champ des choses qu'il auoit méditées, et lors qu'il me fît mystère j> de ce dont il deuoit estre bien aise de conférer aucc vne personne docile » et non préoccupée. Mon suiet de crainte s'augmenta, lors qu'en la suite » du discours il me rit paroistre de l'aigreur contre M. Gassendi, le » meilleur de tous les hommes, traictant aucc beaucoup de mespris ses » obicctions contre sa Métaphysique, et se mocquant des instances qu'il » n'auoit pas encore publiées. Qu'il ne les cache point, me dit-il, ou qu'il » ne les face pas courir a Paris seulement entre les mains de mes aduer- ■ saires: mais qu'il les laisse paroistre en public, et ie verray si elles sont » dignes que i'y responde. Le ton de voix dont il vsa, et le corps de ce » discours me rirent comprendre que M. Descartes philosophoit auec vn » peu d'ambition, et à dessein d'acquérir de la renommée, ou mcsme de rendre chef de secte, comme il n'a pas fait difficulté de l'aduouer en » diuers endroits de ses ouurages. le vous aduoué que cela me depleut, » et que i'eusse bien désiré qu'il n'eust philosophé que pour philosopher, u pour le seul interesl de la Vérité, pour sa propre satisfaction, et auec » vue entière indifférence pour la réputation, et pour le nom qui s'acquiert n dans les Académies. »

« le sçav bien qu'il est mal-aisé que cela se rencontre parfaictement » dans les hommes sçauants, que la gloire chatouille, malgré qu'ils en » ayent; mais il me sembloit que ie voyois cette indifférence en vn degré » fort emi nem par dessus M. Descanes en nostre M. Gassendi ; et comme » cela me donnoit plus de vénération pour ce dernier, i'eus plus de har- »> diesse à examiner de moy mcsme les raisonnemens de Monsieur Des- » cartes. I'escriuis au P. Mersenne et à M. Gassendi, et ie ris tant d'ins- » tances que le manuscript de la Disquisition Métaphysique me fust » enuoyé. le le ris imprimer aucc vn aduertissement du Libraire, oit ie » témoignav que M. Gassendi estoit, en l'estime que i'en faisois, vn degré » au dessus de M. Descartes, quoy que véritablement t'estimasse M. Des- » cartes infiniment. En quoy ie ne croyois point de luy faire tort, puisque » le second rang, ou le troisiesme, dans l'Empire des Lettres, ne peut » estre que très honorable, et duquel se doiucnt contenter ceux qui ne » songent point à la tyrannie. Mais il y a des personnes qui ne peuuent « supporter de supérieur ny d'égal; qui s'estimeroient mesprisées, si elles » ne dominoient par tout; et bien que ces vaines prétentions puissent n venir du sentiment intérieur de ce que l'on vaut, elles me semblent » neantmoins indignes d'vn Philosophe. De ce costé 4à il est certain que « M. Descaries estoit moins Philosophe que nostre ami. » {Lettres et Discours de M. dk Sokbikri: sur diuerses matières curieuses. Paris, F, Clousicr, r»J6o, p. 684-686.)

�� � 6o Correspondance.

Dans la Vie de Gassend, que Sorbière mit, en guise de Pré/ace, à l'édi- tion de i658 des Gassendi Opéra (Lyon, Anisson, 6 vol. f°), on lit encore ceci, t. I, p. 5 :

  • In Hollandià Gassendis tantam sui admirationem reliquit, vt cùm

» ego amaenam illam et eruditissimam regionem post annos ab istà pere- » grinatione (voyage de Gassend aux Pays-Bas, 1628-1629) quatuor- » decim incolerem, et frequens literarum commercium cum Gassendo » haberem, percunctabantur semper eruditiores solliciti quid ille pararet. » Cùm autem significassem vidisse me Lutetiae Parisiorum Disquisi- » nonem Metaphysicam.quam premebat.ne litemexlite moueret,auctores » fuere omnes vt mitti quamprimùm curarem, et illa ipsa Princeps » Elizabetha, Serenissimi Régis Bohemiae filia natu maxima, quae tantùm » fauit Cartesio, cum caeteris auebat editam perlegere. Itaque ad Gassen- » dum iterat6 scripsi, et per Mersennum, Thomam Martellum, atque » Abrahamum Prataeum effeci tandem vt scripti copiam haberem, illud » inprimis ad expugnandam Viri modestiam afFerens, efflagitasse Carte- » sium, quem in suburbano Leydensi Endelgeest [sic) dicto inuiseram, » ne diutius ista Diatriba inter paucos ambularet, sed palam et aperte » hostem adoriretur. »

Mais Sorbière écrivait ceci une quinzaine d'années après les événements, sa Pré/ace étant de i658, et la lettre à Petit du 20 février de la même année. Voici une série de documents tout à fait contemporains, qui montrent exactement son rôle en cette circonstance.

i° Lettre inédite de Mersenne à Sorbière, déjà installé en Hollande, Elle n'a point de date, mais elle parait être de juin 1642, postérieure à l'Epitre au P. Dinet, qui est de la fin de mai.

« Porro mihi dictum fuit a quindecim diebus tandem librum Metaphy- » sicae Cartesianae hic (hinc?) impressum ad Bibliopolam Leydensem Le » Maire pervenisse, a quo gratis tuum cxemplar, meo nomine, possis

» acciperc Videbis nostras Parisienses Objectiones, a quibus solae

» desunt septimae seu ultimae, quae post editionem Libri a Jesuità missae » sunt. Jam vero me certiorem facis novam apud vos Editionem praestare, » quapropter facile videbis num conditionibus satisfactum sit, et aliqua » supersint quae tuo acumine urgeas. »

« Quod ad illius Phisicam attinet, de nobis ignotis nullum possumus » ferre judicium; vide tamcn quid pollicebatur in Epistola ad Provin- • cialem. Ex quibus solutionibus,quas dédit difticillimis Problematibus » ad eum missis, magnam de illa Phisicà spem concepimus; quam si >• demonstret, cùm probe noveris quanta requiratur in demonstrationibus 1 evidentia, et quantum illae cogant aiiimum, nullus erit qui non eam » ambabus ulnis amplectatur. Fatemur certe nullum hactenus ita de » Refractione scripsissc. uti videre potes in illius Gallicû Dioptricâ, ne- ■ minemque ita de Iridc. Vcstrum est igitur, utpote vicinorum, illam » Phisicam urgere, ut deinceps non amplius dicatur in Philosophicis, » prima, secunda, et tertia opinio et sententia, sed per certas proposi-

�� � CCCXXXI. — h Décembre 1643. 61

» 'tiones, more Geometrico, procedatur. Quod si fiât, majores uno et altero „ anno fient progressif quam facti sint ab hinc 400 annis. Jam vero cen- „ suram vestram, cum tuo corollario et ad illud Regii vestri responsione, . acceperam; sed ejus sunt sententix-, illam Phisicam expectandam et » urgendam, priusquam adversus eam quidpiam afferatur. » [Bibl. Nat.,

MS.f.f. n. 0.6204,/" -'<?-'•)

2 Lettre de Sorbière à Gassend. Amsterdam, 8 juin 1641' :

« Viro Maximo, incomparabili Petro Gassendo, S.

« Vir Clarissime,

« Cùm primùm veni Amstelodamum, nihil priùs habui, quàm vt » Elzeuiriumconuenirem.etdetuislibriscxcudcndismentionemfacerem; » nec multis opus fuit, vt persuadèrent, si quos ad me mitteres, elegantibus » illis tvpis adomaret. Quare non est iam quod diutiùs detineamur pencs „ te inuideasque thesauros tantos eruditis, quos omnes puta vno orc per » me Virum eruditionis amantem grauiter expostulantes tecum de tam . longà procrastinatione. . . . Mitte i^itur ad nos qu* priora publia mr.s » facienda eonstituisti . Ego prouinciam libenter susc.p.am spec.mma >. typographica corrigendi, et opéra vrgendi. Periculum fac vel in respun- . sione ad Cartesium, cuius expectationem feci illi ipsi viro, cùm viderem » scilicet opinione lantâ ingenij sui tumentem, vt min.mo te prouoearet : « nam quod in postremà Metaphvsiex- suae editione forte legisti, de us, ,, qui scripta in ipsum clanculum legenda traduni inim.cis>, id de te mihi » exposuit, vtdeanimaduersionibus mis nondurtl excusis, quamquam sc.o . eâ te esse mansuetudine. vt mtssa spontè facias qux ad hommem .. militent, cedere nescium, spectant, dum ad rem ipsam in qua latet ,, vitium properas. Sed haec in aurem tibi vni dicta velini. » {Gassendi Opéra, Lyon, i658, t- VI, p. 447-

3» Envoi de Gassend à Sorbière (manuscrit des Instances':, Pans.

9 juin 1643 :

« Facio tandem satis, Sorberi : mitto scilicet quem iamdudum efflagi- ». tasti codicem mearum aduersus Cartesij Metaphysicana Instantiarum. » Nisi prius feci, etc. Parisijs, V Eid. Ian. M DCXLIII. Habetur sub » titulo, Disquisitio Metaphysica, scu Dubitationes et Instantiœ aduersus » Renati Cartesij Metaphysicam. .. (Ib., t. VI, P . 161-102; cf. t. III,

p. 28?.) 4» Lettre de Sorbière à Gassend, « Slusis Flandria:, 1 5 Octobns 1643 » : « Fasciculum Librorum tuorum accepi, Vir Eximie, quorum gratiam » tibi maximam habeo. Perlectà autem Disquisitione tua (Deus bone ! ,, quanta solertîà, quanto iudicio condita), Amstelodamum me contiil., vt „ quàm clegantissimis tvpis excudatur, eàque forma qua Ep.stolx tua » sunt excusa:. Reuerendus Senex Dominus Courcellœus curab.t ne qu.d

a. Renati DcsCartes Meditationcs etc. Secunda editio (Amstelodami, apud Lud. Elzevirium, 1642).

�� � 02 Correspondance. ii, 53.

» possis desidcrare in istâ editione, mittetque specimina Typographica, » rectè ad te vel per Martellum nostrum. ...» (Ib. t. VI, p. 456.)

5° Lettre de Sorbière à Gassend, 22 décembre 1643, « Slusis Flandrhe, » 10 Kalend. Ianuar. 1644 » :

Gaudeo tibi probari specimina Typographica Disquisitionis

>i tuœ, neque iniucundam fuisse praefatiunculam nostram. In Cartesium, » hominem laudabilis insaniae, nolui quid asperius dicere : nam exemplum » tuum mihi proposui. » (Ib., t. VI, p. 462. )

6° Lettre de Heereboord à Gassend, Leyde, 25 février 1644 :

« Postquam incidi nuperrimè in Dubitationes tuas et Instantias aduer- » sus magni Viri Renati des Cartes Metaphysicas Meditationes, ibique » deprehendi, tantâ modestiâ, tam facili et leui stylo, tam dextrà analysi, » ac tanto iudicio concinnatum omnium sectionum ac punctorum examen, » ita me Deus amet, ut ego totus fui abreptus, tui amore atque admi- » ratione. » (Ib., t. VI, p. 465.)

��CCCXXXII.

Descartes a Buitendijck.

[,6 4 3 î]

Texte de l'édition latine, tome II, epist. 10, p. 33-35.

« A Monsieur de Buitendiich. Lettre X. Version », dit Clerselier, t. II, p. 53-55, sans donner le texte latin, ni la date. Ce Buitendijck est nommé, dans les Mathematico-Physica de Beeckman, en 1644, comme un des Curateurs du Collège de Dordrecht. Comme Descartes ne parle pas encore des Principes, et renvoie, pour les Méditations, aux pages de la seconde édition (Amsterdam, 1642), on peut con- jecturer que cette lettre a été écrite en 164J.

Ternas in literis, quas ad me feribere dignatus es, quaeftiones inuenio, quœ tam manifefte oltendunt tibi cruditionem tuam curœ effe, teque fincere agere, vt nihil mihi fit iucundius, quam ad illas refpondere.

Prima eft, vtrum de Deo dubitare vnquam liceat, hoc eft vtrum naturaliter liceat de exiftentiù Dei dubi-

�� � I..53-54. CCCXXXII. — 1645. 6)

tare. Quâ in re exiftimo diftinguendum effe, in dubi- tatione, inter id quod ad intelleftum, atque id quod ad voluntatem pertinet. Nam quantum ad intelleclium, quseri non débet vtrum aliquid î 11 i liceat, necne, 5 quandoquidem non eft facultas eleétiua, fed folum an poffit. Et quidem certum eft permultos efle quorum intelle&us de Deo dubitare poteft; & in hoc numéro ij omnes qui exiftentiam eius euidenter demonftrare nequeunt, quanquam alioqui verâ fide praediti fint ;

10 fides enim ad voluntatem pertinet, quâ feparatâ, poteft fidelis naturali ratione examinare an fit Deus aliquis, atque ita de Deo dubitare. Quantum vero ad voluntatem, diftinguendum eft etiam inter dubi- tationem, quae finem, & eam quae fpedat média. Si

i5 quis enim fibi pro fcopo proponat, dubitare de Deo, vt in hac dubitatione perfiftat, grauiter peccat, dum vult in re tanti momenti pendere in dubio. Verum fi quis fibi dubitationem proponat tanquam médium ad clariorem veritatis cognitionem aflequendam, rem

20 facit omnino piam & honeftam, quia nemo poteft velle finem, quin velit fimul média ; & in ipfâ Scrip- turâ Sacra faepe inuitantur homines ad hanc Dei co- gnitionem ratione naturali quaerendam. Neque etiam is peccat, qui propter eundem finem totam, quam de

25 Deo habere poteft, cognitionem ex animo ad tempus fummouet; neque enim tenemur indefinenter cogi- tare, quod Deus exiftat ; alioqui dormire nunquam aut aliud quicquam facere liceret, quia, quotiefcunque aliud quid agimus, feponimus in id tempus totam

3o cognitionem, quam de Diuinitate habere pofîumus.

Altéra quceftio eft, vtrum liceat quicquam falfi in

�� � 64 Correspondance. n, 54-».

ijs, quae Deum fpedant, fupponere. Vbi diftinguen- dum efl inter verum Deum clare cognitum, & falfos Deos ; vero enim Deo clare cognito, non folum non licet, imo neque fieri poteft vt mens humana quicquam falfi poffit tribuere, prout in Médit, pag. 152, 1 $9, 269 5 & alibi explicui. Verum falfis numinibus, hoc efl vel malignis fpiritibus, vel idolis, aut alijs iftiufmodi dijs, errore mentis humanae fidis, (nam haec omnia in fa- crâ pagina dij vocantur), imo & vero Deo confufe tan- tum cognito, aliquid falfi ex hypothefi tribuere, 10 bonum effe poteft aut malum, prout finis, propter quem fit ifta hypothefis, bonus eft aut malus. Nam id quod ita fingitur & ex hypothefi tribuitur, non ideo aflfirmatur a voluntate tanquam verum, fed folum in- telledui examinandum proponitur, atque adeo nullam i5 includit boni aut mali rationem formalem, aut, fi quam includat, a fine, propter quem fada eft ifta hypo- thefis, accipit. Ita igitur is qui fingit Deum decepto- rem, (etiam verum Deum, fed neque a fe, neque ab alijs, quorum gratiâ hanc hypothefin inftituit, fatis 20 clare cognitum), & qui|hac fidione in malum finem nonabutitur,vt quicquam de Numinefalfi alijs perfua- deat, fed folum ad intelledum magis illuftrandum, aut etiam ad naturam Dei cognofcendam, aut alijs clarius oftendendam ; is, inquam, minime peccat, vt bonum *5 eueniat, quia nihil eft plane malitiae in hoc, fed rem facit abfolute bonam, neque poteft illum quifquam, fine calumniâ, reprehendere.

Tertia quaeftio eft de motu, quem credis me pro ani- ma brutis aflignare. Sed non memini me vnquam 3o fcripfiife motum efle brutorum animam ; neque meam

�� � ii,55. CCCXXXIII. — 1645. 65

hac de re fententiam aperui. Verum quia, per vocabu- lum anima, folemus intelligere fubftantiam, exiftimo autem motum effe corporis modum (caeterum non ad- mitto varia motuum gênera, fed folum localem, qui

5 corporum omnium, tum animatorum, tum inanima- torum, communis eft), nollem dicere motum efle bru- torum animam, fed potius cum Sacra Scripturâ, Deut. cap. 12, verf. 2}, fanguinem efle illorum animam : fanguis enim eft corpus fluidum citiflîme motum, cu-

10 ius pars fubtilior diciturfpiritus, & quse ab arterijs per cerebrum in neruos & mufculos indefinenter fluens totam corporis machinam mouet. Vale.

��CCCXXXIII.

Descartes au P. ***

[1643?]

Texte de Clerselicr, tome III, lettre 17, p. io3-io5.

« A vn Reuerend Père Iesuite », dit Clerselier, sans donner de nom ni de date. Le destinataire de cette lettre se trouvait être parent de Descartes par alliance (p. 66, l. 3 et 28), du côté de la femme de son frère, par conséquent (était-ce le frère aîné, M. de la Bretaillière, ou M. de Chavagne? Baille t, II, 174, indique le frère aiué). C'était un mathématicien, qui habitait sans doute Paris, puis- qu'il pouvait voir le P. Bourdin {p. 66, l. 16). — Comme Des- cartes espère publier ses Principes « dans peu de tems » [p. 6y, l. 7), la date de cette lettre serait de 1643, plutôt que de 1644, où l'im- pression était déjà commencée, ou de 1642, qui fut l'année de la publication du De Cive (p. 6~, l. 10). — Peut-être conviendrait-il de rapprocher cette lettre de la CCXCVI', du 23 février 1643 {t. III, p. 633, 1.2 2)?

Correspondance. IV. 9

�� � 66 Correspondance. in, 103-104.

Mon Reuerend Père,

le fuis plus heureux que ie ne fçauois, en ce que i'ay l'honneur d'eftre allié d'vne perfonne de voftre mérite & de voftre Société, & qui eft particulièrement verfé dans les Mathématiques. Car c'eft vne fcience 5 que i'ay toufiours tant eftimée, & à laquelle ie me fuis tellement appliqué, que i'honore & chéris extrême- ment tous ceux qui les fçauent, & penfe auffi auoir quelque droit d'efperer leur bienueillance, au moins de ceux qui font Mathématiciens d'effet, autant que 10 de nom ; car il n'appartient qu'à ceux qui le veulent paroiftre, & ne le font pas, de haïr ceux qui tafchent à l'eftre| véritablement. C'eft ce qui m'a fait eftonner du Reuerend Père Bourdin, duquel ie ne doute point que vous n'ayez remarqué la pafîion. Et i'oferois vous i5 fupplier de me vouloir mettre en fes bonnes grâces, fi ie penf ois que ce fuft vne chofe poffible ; mais comme il a fait paroiftre quelque animofité contre moy, fans aucune raifon, & auant mefme que ie fceuffe qu'il fuft au monde, ainfi ie ne puis quafi efperer que la rai- 20 fon le change. C'eft pourquoy ie veux feulement vous protefter, qu'en ce qui s'eft paflé entre luy & moy, ie ne le confidere, en aucune façon, comme eftant de voftre Compagnie, à laquelle i'ay vne infinité d'obli- gations, qui ne peuuent entrer en comparaifon auec 2$ le peu en quoy il m'a defobligé. Et pour ce que ie fuis encore plus particulièrement obligé à vous qu'aux autres, à caufe de l'alliance de mon frère, ie ferois rauy, fi ie pouuois auoir occafion de vous témoigner combien ie vous honore & délire obéir en toutes 3o

�� � m, .04-ios. CCCXXXIII. — 1642. . 6j

chofes. Et ie ne manquerois pas icy de vous écrire ce que i'ay penfé touchant le flus & le reflus de la mer, s'il m'eftoit poffible de l'expliquer, fans vfer de plu- fieurs fuppofitions, qui fembleroient peut-eftre plus 5 difficiles à croire que le reflus mefme a , pour ceux qui n'ont point encore veu mes Principes, lefquels i'efpere de publier dans peu de temps, & de vous fatisfaire alors touchant cette partie, & peut eftre aufli touchant pluûeurs autres.

'o Tout ce que ie puis dire du liure de Ciue b , eft que ie iuge que fon autheur eft le mefme que celuy qui a fait les troifiémes obie&ions contre mes Méditations, & que ie le trouue beaucoup plus habile en Morale qu'en Metaphyfique ny en Phyfique ; nonobftant que

'5 ie ne puifle aucunement approuuer fes principes ny fes maximes, qui font três-mauuaifes & tres-dange- reufes, en ce qu'il fuppofe tous les hommes méchans, ou qu'il leur donne fuiet de l'eftre. Tout fon but eft d'écrire en faueur de la Monarchie; ce qu'on pourroit

20 faire plus auantageufement & plus folidement qu'il n'a fait, en prenant des maximes plus vertueufes & plus folides. Et il écrit auffi fort au defaduantage de l'Eglife & de la Religion | Romaine, en forte que, s'il n'eft particulièrement appuyé de quelque faueur fort

25 puiflante, ie ne voy pas comment il peut exempter fon liure d'eftre cenfuré. le fuis,

a. Cf. t. III, p. 192, 1. 6. et p. 674, 1. 3.

b. Elementorum Philosophiez Sectio tertia De Cive (Parisiis, 1642, in-4 ). sans nom d'imprimeur. L'auteur est Thomas Hobbes, comme l'a deviné Descartes.

�� � 68 Correspondance.

CCCXXXIV

Mersenne a Descartes. [1643 ou 1644?]

Texte de Mersenne, Synopsis mathematica, p. iji.

Cette lettre, non datée, est insérée en tète de la partie relative aux Coniques de /'Vni versas Geometrise mixtaeque Mathematicae Synop- sis (Parisiis,apud Antoniutn Bertier,viâ Iacobœâ, sub signo Fortunœ, 1644). Les autres parties n'ont pas de dédicace analogue . Mersenne ayant publié son ouvrage en 1644, et faisant, d'autre part, allusion à la publication prochaine des Principes (p. 6g, l. g), dont l'achevé d'imprimer est du 10 juillet 1644, la présente lettre serait de la fin de 164S0U du commencement de 1644.

Clarijfimo nobilifiimoque viro Renato Des Cartes,

Perron ij Toparchœ*,

F. M. Merfennus eu icpa-rreiv.

Cùm plurimi fynopjim nojîram ad editionem reuocari dejiderarint, Vir NobiliJ/ime, partent illam fubtiliorem, 5 de Conicis agentem, librifque doclifiimis ClariJJimi Viri Claudij Mydorgij adauclam, Tuo nomine illujîratam patiaris, obfecro, in luccm prodire, cùm nul lus fit cui iuf- tius quant Tibi nuncupari debeat, qui nouas feéiiones adtnuenijli, Tudque h Geometriâ, vtcunque brevi, fcien- 10 tiarum orbem adeo promouifii, vt hinc illam cœperis c } vbi veteres d defijjfe vidcbantur.

1. Tasparchae Mers.

b. Tuœque Mers.

C. cooperis Mers.

d. veteres] veloces Mers. (!)

�� � CCCXXXIV. — 164} ou 1644. 69

Quidvero commémorent Hyperbolas, Ellipfej"que,quibus iam poffimus Tuo lumine non minus quam pila ludere, lucifque radios, quocumque libuerit, torquere, deducere atque reducere : vt nunc habeant qui magnum ahquid in

5 mechanicis cum Keplero* prcefagiebant, fi vera Refrac- tionum lex docereiur b , quo plurimum gaudeant, Tibique imprimis gratulentur?

Quibus omnibus cum audiam Te Phyficam illam ab eruditis viris adeo exoptatam propediem editurum, quœ

1 o longe perfecliùs cum nojlrœ fuiei myjîerijs, Theologicijque dogmatibus, quam Peripaîctica conueniat, omnium Ca- tholicorum nomine, Tibi maximas quas poflum gratias habeo, qui non folùm Philofophicis,fed ctiam Theologiœ veritatibus îam fœliciter patrocinans.

i5 Perge, Vir incomparabilis, ad Dei glonam & bonorum omnium vtilitatem, qui mecum vcnerantur Deum Opt. Max.,fuâ vt lucc diuinâ menti Tua? magis magifque afful- geat, donec lumen illud œternum & immenfum, quo duce la- boras, tandem in lumine Gloria? Beatijjimus contempleris.

A la suite de cette lettre, il nous a paru intéressant d'insérer les passages de la Synopsis, assez peu nombreux en fait, où il est fait mention de

Descartes.

Prce/atio vtilis in Sj-nopsim mathematicam (page 7 non numérotée) : .. Quanto subtiliùs [quàm Sanctorius] colorum naturam Vir illustris x> R. Cartesius octauo de Iride discursu explicarit, quisquis ibidem colo- ». rum ortum ex variis sphaerularum motibus legerit, cum admiratione

» fatebitur. »

Ibidem (page 8 n. n.) : « Est tamen quôd plurimi faciamus viros summos x, qui pro viribus nituntur ex hypothesibus, siue Democriti et aliorum » veterum, siue propriis, omnia naturas phaenomena explicare, quos inter » eminet Vir illustris, cuius Physicam in dics expectamus, et Decanus « Diniensis [Gassendus). . . »

Ibidem (page 9 n. n.) : « Omitto etiam Analysim, seu Algebram, quam

a. Kepleo Mers.

b. diceretur Mers.

�� � jo Correspondance.

» ex Vieta, nuperàque illustris V. Geometriâ, Diophanto adhibito repe- » tas : nisi malis eam industriâ Geometrae D. Chauueau adornatam et >■ maiori claritate facilitatcque donatam expectarc. »

In libros Opticorum prœfatio ad lectorem, p. 471 : « I. Legendam esse... » et illustris viri Dioptricam, in quâ fusé de lumine. » Cf. p. 5 18 : « Videatur illustris viri Dioptrica. »

Ibidem, p. 472 : « Quod ad tertium librum optices, seu dioptricam, » attinet, notandum est Cl. V. Renatum Cartesium suam edidisse Diop- » tricam, quâ veram refractionum legem, rationem et regulam, adeo lu- » culenter explicauit,vt iam radios lucis in quamuis figuram mutare, vel à « quibuslibet punctis ad alia quxuis puncta transmittere possis : quod » fatebere statim atque librum illius attente perlegeris. Ex quo varios » perspiciliorum fabricandorum modos addisces, quamuis hactenus hy- » perbola nulli fauerit, nulliusque votis illa constructio satisfecerit : forte » quod nonnulla ex oculi parte supplenda sint, quae negligi soleant. >

Opticce lib. III, p. 5 19 : « donec Vir illustris in sua Dioptrica nos » docuisset veram refractionis proportionem. . . »

Le livre VII de la même Optique est un traité de Hobbes, où, page 578, se trouve la mention suivante :

« Patet hinc ratio quare Dominus des Cartes, docens nos quomodo » vitri refractio experiunda est per triangulum rectum pag. 1 38, iubet »> angulum acutiorem statuendum in eam partem vnde auertitur linea » réfracta. »

��cccxxxv.

Descartes a Pollot.

[Egmond du Hoef], 1" janvier 1644. Copie MS., Genève, Collection E. de Budé, Lettres de Descartes à Pollot, n» ri.

Imprimée par E . de Budé, p. 26S2, Lettres inédites de Descartes (Paris, Durand et Pedone-Lauriel, broch. in-8, 1868). Comme variantes, les leçons de Budé.

Monlïeur,

le ne pouuois receuoir d'eftrenes, a ce nouuel an, que i'eftimaffe dauantage que les lettres que vous

�� � CCCXXXV. — i er Janvier 1644. 71

m'auez fait la faueur de m'efcrire ; non feulement a caufe qu'elles m'affeurent de voftre amitié, de laquelle i'auois défia tant d'autres preuues, que ie ferois le plus ingrat du monde, fi ie ne manquois de la croire

5 & de m'efforcer par tous les moyens de la mériter ;

mais aufli a caufe que vous m'apprenez que fon AltefTe

n'a pas defagreable le defir que i'ay de luy pouuoir

rendre feruice, en l'affaire dont ie vous auois parlé*.

Ce qui me perfuade que ie pourrois peut eftre ne

10 luy eftre pas inutille en cella, eft queftant dernière- ment a la Haye, M. de Bergue me fift voir chez luy vn auocat, nommé, ce me femble, Vergoes, qui me mon- trant, en la carte generalle de Holande, le lac qui eft entre Dort & Geertruydenberg, me dit que la quef-

i5 tion confifte en ce qu'vne partie de ce lac apparte- nant a fon A(ltefle) & l'autre a la Conté de Hollande, les limites qui distinguent ces deux Seigneuries, ont autrefois efté mefurées par la diftance de certaines places immobiles, & par le Nord & le Sud, & qu'après

20 cella on a ietté certaines pierres dans l'eau, pour les marquer, & que maintenant les lieux, ou ces pierres fe trouuent, différent beaucoup de ceux qui a montrent ces mefures, & nommément qu'elles font plus proches du cofté de Geertruydenberg, & aufli que l'eau y eft

2 5 plus proffonde, & que les pefcheurs de l'autre cofté, fe reglans fur cette proffondeur de l'eau, fe font auan- cez peu a peu vers la, & ainfy ont vfurpé vne pocef-

14, 24, et p. 72, 1. 5, Beertruydenberg (sic dans le MS.). — 27 ainfy] auil'y.

a Lire que?

�� � ji Correspondance.

fion au preiudice de fon A(lteffe). Car ie penfe pou- uoir démontrer, par vne raifon de mechanique trez certaine, que ces pierres, tant grofles quelles foyent, doiuent auoir changé de place & s'eftre auancées vers Geertruydenberg, parce que la terre s'y trouue plus 5 baffe que vers l'autre codé, ou il dit qu'elle commence a fe feicher. Et peut eftre qu'eftant fur les lieux, & y confiderant les diuers cours des eaux de ce lac, on pourroit defchiffrer la raifon pourquoy chaque pierre a plus ou moins changé de place ; car ie ne doute 10 qu'elles n'ayent changé, en tant quelles manquent a s'accorder auec les mefures des Arpenteurs, lefquels ne fçauroyent auoir gueres failly, parce qu'ils les ont prifes endiuerfes façons. Et ce qu'on allègue, touchant la declinaifon de l'aymant 3 , n'a aucune force; car on i5 a corrigé toufiours dans les Bouffoles, & bien qu'elle euft efté autre il y a $o ans qu'elle n'eft a prefent, les Bouffoles d'alors n'auroyent pas laiflé de montrer le Nord au mefme lieu que font celles d'auiourd'huy. Mais ie n'ofe encore rien affeurer de tout cecy, parce 20 que ie n'en ay qu'vne trop légère inftru&ion ; ie puis feulement dire que ie feray preft, en tout temps & a toutes heures, pour aller fur les lieux & faire tout ce qui me fera poflible, pour tafcher de rendre quelque peu de feruice a fon A(lteffe), & que ie le tiendray a vn i5 extrême bonheur, fi i'enfuis capable.

le n'ay iamais fait de traité de l'aymant ; mais la troifiefme partie de ma philofophie, que i'efcris en latin, en contient les principes b , & i'en explique les

a. Cf. t. III, p. 46, 1. 5.

b. Principia Philosophie, pars tertia, LXXXVII et sqq.

�� � CCCXXXV. — i« Janvier 1644. j)

propriétés a la fin du quatriefme a , laquelle i'acheue maintenant, en forte que i'en fuis en cet endroit la. Sitoft que ie les auray efcrites en latin, ie ne manque- ray de vous les enuoyer auffy en françois ; car il ne 5 me faudra que deux ou trois heures pour les y mettre. Mais il me faudra peut eftre quelques femaines pour les digérer en latin; car iay quantité d'autres occu- pations, & le libraire, qui a commencé d'imprimer ce liure, ne pouuant arriuer a la fin, de deux ou trois

10 mois, ie ne me hafte pas de l'acheuer & n'y penfe qu'aux iours qu'il ne me furuient point d'autre affaire.

le fuis extrêmement aife de ce que vous auez re- pondu a M r BrafTet, que ie defire iuftice ; & ie luy fuis

i5 obligé de ce qu'il a promis de prier M r l'Ambafiadeur d'efcrire pour me le b faire obtenir. le voy par la qu'il eft plus officieux par effet que par apparence, &. c'eft cette forte d'amis que i'eftime le plus. Ce qu'il me dit der- nièrement, en voftre prefence, m'empefcha de preffer

ïo dauantage l'affaire; car mon humeur n'eft pas de na- uiguer contre le vent; & bien qu'il m'eufl parlé plus fauorablement deux ou trois iours après, & que M r l'Amb(affadeur) m'ait offert depuis cella fon aflif- tance, auec toute la franchife que ie pouuois fouhai-

i5 ter, il me fembloit toutefois deuoir attendre, pour ne me rendre pas importun.

11 aux iours] au jour. — qu'il] où il. — 19 empeichaj empêche.

a. Principia Philosophie, pars quarta, CXXXIII-CLXXXIII. Lire de la. (Edit.)

b. Lire la. (Edit.) — L'ambassadeur est toujours M. de la Thuillerie. Cf. ci-avant p. 19. 1. ri.

Correspondance. IV. 10

�� � 74 Correspondance.

Maintenant, puifque i'efpere de fa part, il faut que ie tafche de coopérer a fa grâce pour ne la rendre pas infruélueufe, & pour ceft effet i'efcriray aufli deux lettres, en forme de requelle, l'vne a luy, pour luy expliquer les raifons qui m'obligent d'auoir recours a 5 fa faueur & qu'elle puifle élire iointe a la fienne, s'il le iuge a propos, l'autre a M rs de Groningue, pour leur faire voir l'équité de ma caufe a . I'écriray ces deux lettres en latin, fi ce n'elt qu'on iuge plus décent que i'efcriue a M r l'Amb(afladeur) en françois. Et pour ce 10 que i'habite dans le defert, permettes moy que ie vous demande, a vous qui elles maillre des cérémonies, comment ie dois mettre les fuperfcriptions de ces lettres pour M rs de Groningue. le croy que c'ell IlluJîriJJimis & Prœpotentibus , Groninguœ atque Om- i5 landiœ Ordinibus. Mais, pour M r l'Amb(alTadeur), ie ferois bien aife de l'apprendre de M. Brafïet, affin de mettre en la meilleure façon & la plus auanta- geufe.

Aulîi bien ne fçaurois-ie enuoyer ces lettres que *o dans 8 iours ; car nous n'auons point icy de meflager afieuré, que celuy qui part le famedi d'Alkmar, & ie luy dois enuoyer celle-cy dez ce foir, deux ou trois heures après auoir receu vollre pacquet, dans lequel i'ay trouué vne lettre qui m'apprend encore de fort a 5 bonnes nouuelles du collé de Groningue, comme cel-

7 et 14 Broningue (sic dans le tions. Budé corrige : la fuper- MS.). — i3 MS. : les fuperfti- fcription.

a. Sur la suite donnée à ce projet de deux lettres, voir ci-après, p. 76, I. 5 et 9.

�� � CCCXXXVI. — 8 Janvier 1644. 75

luy qui me l'a enuoyée 3 vous pourra dire. le fuis, Monfieur, &c.

[descartes.]

Du Hoef, le I er iourde l'an 1644, que ie vous fou- 5 haite heureux & cent autres après.

��Page 71, 1. 8. — Il s'agit d'une contestation entre le Prince d'Orange et le Comté de Hollande, au sujet des droits de pêche dans les eaux qui couvraient le Zuid-Hollandsche waard submergé. Les plus anciens docu- ments relatifs à cette affaire, au Rijcks-Archief de La Haye, datent des années i552 et 1 553. Plus tard, au milieu du xvir* siècle, les mêmes par- ties eurent un procès au sujet des alluvions et pêcheries au même endroit. Cette procédure, commencée vers 1 633, fut terminée par une sentence de la Cour de Hollande du 28 novembre 1657. En i56o, une carte pour la délimitation avait été dressée par le géomètre Pieter Sluyter; elle se trouve encore dans la collection des cartes du Rijcks-Archief (inventaire,^ 1895). Voir un ouvrage de M. Hingman : De Maas en de dijken van den Zuid- Hollandschen waard in 142 1 (La Haye, Mart. Nyhoff, i885). On y trouve des détails au sujet des contestations du xvi* siècle; mais le procès du xvir* siècle n'y est pas mentionné.

��CCCXXXVI.

Descartes a Pollot.

[Egmond] du Hoef, 8 janvier 1644.

Copib MS., Genève, Collection E. de Budé, Lettres de Descartes à Pollot, n" 12.

Publiée par E. de Budé, p. 32-36, Lettres inédites de Descartes {Paris, Durand et Pedone-Laurieî, broch. in-8, 1868). — Comme variantes, les leçons de Budé et quelques fautes du MS.

3 Addition de Budé.

a. Graswinckel (p. 76, I. n), ou Aldringa (p. 77, I. 24)-

�� � yô Correspondance.

Monfieur,

Ma colère n'eft pas fi violente, que ie ne puiffe fort bien attendre iufques a la fin du règne de mon aduer- faire a , fi on iuge que ie ne puiffe pas facilement auoir raifon de luy fans cella. Et cella eft caufe que ie n'en- 5 uoyerai point encore ma requefle a M r l'Amb(affa- deur) a ce voyage b ; mais ie ne lairray pas de l'en- uoyer dans 8 ou i $ iours, car il n'importe pas qu'elle arriue vn peu trop toft. Mais ie fuis encore en doute, fi i'en dois faire auffy vne pour M rs de Groningue ; «o car ie me fouuiens que M. de Grafwinckel d me dit dernièrement, qu'il n'eftoit pas befoin, & que, M r l'Am- b(affadeur) me faifant la faueur de leur demander iu- ftice pour moy, ils feroyent obligés de la faire, fans que ie me rendiffe partie. Et cella me femble auffy i5 fort raifonnable ; car V(oetius) n'ayant rien fait en fon nom a Vtrecht, & le Magiftrat feul s'en eftant méfié, ils ont rendu l'affaire publique.

I'ay encore trouué ces paroles d'auis, dans la lettre enclofe auec voflre dernière : S'il vous plaijl d'aller 20 a Groningue auec les lettres de fon A(ltejfe) & des Amba[fadeurs, pour demander iujlice, vous V obtiendras

a. Schoockius avait été élu recteur de l'Université de Groningue le 16/26 août 1643 ; son rectorat devait durer jusqu'au 26 août 1644.

b. Voir ci-avant p. 74, 1. 4.

c. Voir ci-avant p. 74, 1. 7, et ci-après p. 80, 1. 6.

d. Budé lit Brajomckel, et on pourrait lire aussi bien Brajoinckel sur le MS. Mais, étant donné que, dans ce MS., le B majuscule est souvent mis pour un G (exemple, Beertruydenberg et Broningue, dans la lettre précédente, p. 71, 1. 14, et p. 74, 1. 7, c'est Grasn>inckel qu'il faut lire. Cf. ci-avant lettre CCCXVIII, p. 18.

e. Cf. ci-avant, p. 7?, 1. 1.

�� � CCCXXXVI. — 8 Janvier 1644. 77

fans doute, & fort auantageufe. Mais ie ne confidere en cella que les derniers mots ; car il n'y a point d'ap- parence de defirer des lettres de fon Al(tefle) pour cella; & ie croirois faire tort a M. de la Thuillerie, fi 5 ie m'adreflbis a d'autres Amb(arTadeurs) que luy. Et fur ces" feules lettres, ils feront plus obligés de faire iuftice, que fi i'allois la les porter; car ils me pour- royent payer de délais infinis.

Au refte, il m'importe extrêmement de demander

10 iuflice a Groningue ; car on m'aflure que Schoock a défia dit que, s'il eftoit attaqué par moy, il decla- reroit librement ce qui eftoit de luy & ce qui eftoit de V(oetius), que la préface, qui eft le pire de tout, n'eft nullement de luy, & que le Magiftrat dit auoir

i5 veu des lettres, qu'il auoit efcrites a V(oetius), ou il mandoit qu'il preuoyoit bien que ce liure ne luy tourneroit pas a honneur, & qu'il n'entreprenoit de l'efcrire que pour l'amour de luy, & qu'il s'appuyoit fur fon authorité. Ainfy peut-eftre qu'on découurira

ao diuerfes chofes par fon moyen. Et fi ie puis auoir fa depofition, ie ne doute point que ie n'obtienne aufly iuftice a Vtrecht . le remercieray cy après M. Braflet de ce qu'il a fait pour moy, & de ce qu'il a difpofé aufly M. Aldringa a efcrire.

2 5 le viens de lire les Thefes d'vn Profefleur en Phi- lofophie de Leyde * , qui s'y déclare plus ouuerte- ment pour moy, & me cite auec beaucoup < plus > d'éloges, que n'a iamais fait M r de Roy. Il a fait cella

26 s'i (MS.). — 27 ici te (ib.). a. Lir.' fes FJit.)

�� � 78 Correspondance.

fans mon confeil & fans mon fceu; car mefme il y a trois femaines quelles font imprimées, & ie ne les re- ceus que hier. Mais elles fafcheront fort mes enne- mis ; car il y a quelque temps que ce mefme, en ayant fait d'autres, de formis fubflantïalibus, ou il fem- 5 bloit eftre pour Ariftote, & toutefois en effet il eftoit pour moi, a ce qu'on m'a dit, car ie ne les ay point veues, Voëtius luy efcriuit auffytoft, pour luy con- gratuler & l'exhorter a continuer. On me mande auffy qu'il y en a vn a Groningue", qui veut eftre de 10 mon cofté. Ces chofes la ne me touchent gueres; mais ce font des coups d'Eftat pour mon aduerfaire, qui, ie croy, ne dort pas fi bien que moy.

le vous fuis obligé fi extrêmement, & fuis encore en train de vous tant importuner, que ie n'en ofe parler, i5 ni vous dire autre chofe, finon que ie fuis, M r , voftre, &c.

[descartes.]

le ioins icy trois lettres, deux defquelles viennent de France, & feront, s'il vous plaift, adreffées par 20 quelqu'vn de vos gens, qui portera auffi la 7 e a M. de Mory & a M me de Wilhelm, afin qu'ils luy faffent trouuer le chemin de Boifleduc ; car ie ne fçay fi i'ay bien mis l'adreffe.

Du Hoef, le 8 e Ianuier 1644. aS

Page 77, 1. 26. — Adriaan Heereboord. Voir l'ouvrage intitulé : Adriani Hkkrfboord, Professons (dum viveret) in Academia patria Philosophie

5 fermis. — 18 Addition de Budé. — 21 vos] les (MS.).

a. Tobie d'André. Voir ci-après la lettre CCCXLIX, du 27 mai.

�� � CCCXXXVI. — 8 Janvier 1644. 79

Ordinarii, Meletemata philosophica ( Amstelodami , apud Johannem Ravesteinium, M DC LXV). On trouve, en tête de cet ouvrage, toute l'histoire de l'enseignement de Heereboord à l'Université de Leyde, pendant les sept premières années, dans une Epître « Ad Nobiliss. Ampliss. » Spectatiss. Dominos Acad. Lugd. Batav. Curatores », datée du 12 fé- vrier 1648. Il n'y parle point des thèses mentionnées ici par Descartes, et nous ne les avons pas retrouvées. Mais antérieurement, avec son ami, le professeur Du Ban, il avait soutenu d'autres thèses franchement carté- siennes : « De Notitia Dei Naturali, habita, Resp. Jacobo Souterio, 25 Martij 1643 », qui seront reprises plus tard, le 28 décembre 1647, et feront alors un certain bruit. D'ailleurs, dès 1641, c'est-à-dire la première année de son enseignement (VOratio inaugurait* est du 9 février 1641, et on trouve dans le registre MS. des Acta Senatus Academici, à la date du 27 février : « collatus Magisterii in Philosophie gradus Herebortio »), il s'était attiré des affaires. L'été de 1641, a ipsis diebus Canicularibus », il fut cité à comparaître, lui et son collègue Du Ban, devant le recteur, Otto Heurnius, assisté de trois professeurs (des trois Facultés de Théologie, de Droit et de Philosophie, et des Beaux-Arts); on les invita tous deux, en vertu d'une note des Curateurs (Cornélius van der Myle et Jacobus Catsius), à enseigner « secundum textum Aristotelis ». Protestation de Heereboord ; il obtint gain de cause auprès des Curateurs. Le i3 décembre 1 641, l'affaire fut portée devant le Sénat académique; mais là même le rec- teur échoua. Et l'année suivante, en 1642, les Curateurs, « in affectus sui » et benevolentiae testimonium », ajoutèrent un second emploi à celui que remplissait déjà Heereboord : altérant in regenda Coll. Theol. Illust. D. » Ord. Juventute provinciam hume*is nostris imposuere ». Au Collège théologique, comme à l'Université, le nouveau professeur remit en honneur les soutenances de thèses, depuis longtemps négligées : « ab » anno professionis mes secundo, Disputationes in Philosophiâ revixere. » Indulsi Studiosis meis, nulli negandam, in disputando, ingenii et judicii » libertatem ratus, uti ipse sum liberior, sub libero ac Batavo acre natus. » Quarum ipse Disputationum exstiti author, in iis Aristotelis principia » fui secutus, quod Physicarum, Ethicarum, Selectarum Disputationum » docent curricula; in Corollariis, ut vocant, et Thesibus Studiosorum » proprio Marte et arte confectis, aliorum etiam Philosophorum placita » et principia ventilari fui passus, ut meum simul et illorum exerceretur » ingenium, ac quo ratio nos ducere valeret, palam fieret. » Et non seulement les Curateurs ne lui en firent aucun reproche, mais le 3 juin 1644, à 3o ans (il était né en 1614), il fut nommé professeur ordinaire. Toutefois on trouve sur le registre MS. des Acta Senatus des notes comme celle-ci : « 18 septembre 1643. Visum est D. Cuperum ad publi- » carum in Philosophiâ disputationum praesidia hac lege admitti posse, » ut intra receptœ in Academiâ Aristotelicœ philosophiœ sese terminas » contineat. » — La preuve qu'il ne peut s'agir que de Heereboord, dans cette lettre de Descartes, c'est que l'autre professeur de Philosophie à

�� � 80 Correspondance.

l'Université de Levde, Du Ban, était mort des le mois de mai 1643, et ne fut remplacé que dans le courant de 1644, et même officiellement, le 1 1 mars 1645, par Adam Stuart. Ajoutons que Heereboord, à ce moment, ne s'intéressait pas moins à Gassend et à ses ouvrages. (Voir ci-avant p. 62, éclaircissement. N u 6.)

��CCCXXXVII.

Descartes a Pollot.

[Egmond] du Hoef, i5 janvier 1^44. Copie MS., Genève, Collection E. de Budé, Lettres de Descartes à l'ollot, >i° i3.

Publiée par E. de Budé, p. 36-38, Lettres inédites de Descartes (Paris, Durand et Pedone-Lauriel, broch. in-8, 1868).

Monfieur,

le viens d'apprendre que le règne de Schoock dure encore fi long temps, que ie ne voy aucune apparence d'en pouuoir attendre la fin, qui ne fera, ainfv qu'on < m' > eferit, que vers les iours caniculaires 3 . C'eft 5 pourquov i'ay eferit mes lettres 6 , & vous les enuoye ouuertes, afin que, s'il y manque ou qu'il y faille changer quelque chofe, vous m'obligiez de m'en auer- tir. La longue lettre latine n'eft pas feulement pour me feruir a prefent, mais aufTy eftre vne partie de to mon apologie, en cas qu'on me contraigne d'en ef- crire vne.

a. Voir ci-avant p. 70, note a.

b. Voir ci-avant p. 76, 1, 6 et 10. 11 s'agit sans doute de deux lettres, l'une à l'ambassadeur M. de la Thuillerie, l'autre aux Etats de Gro- ningue, ou peut-être à M. Aldringa [ci-après p. 81, 1. 10J? Cf. la lettre CCCXXXIX ci-après.

�� � CCCXXXVII. — 15 Janvier 1644. 81

Il me femble que le Redorât de mon aduerfaire ne luy peut gueres aider ; car il n'y a point d'apparence que les lettres, ou on fe plaint diredement de luy, foient mifes entre fes mains, ni par confequent qu'il 5 puiffe empefcher qu'elles ne foient veues ; & ceux qui m'ont affeuré, que i'aurois iuftice, ont bien fceu qu'il eft Redeur 3 , & que c'eft aux Profefleurs a con- noiftre de fa caufe, & toutefois ils n'y ont pas fait de difficulté.

10 le croy qu'il importe beaucoup que M r Aldringa efcriue, auec M r l'Amb(afïadeur); car il leur pourra tefmoigner qu'on prend l'affaire a cœur. Et afin qu'il ne femble pas que ma caufe foit peu fauorable, d'au- tant qu'on iuge, a l'abord, que c'eft vne vengeance

i5 que ie demande, ie feray bien aife qu'on fâche que mon intention n'eft pas de faire aucun mal a Schoock, mais feulement de me deliurer des perfecutions d'Vtrecht, de la continuation defquelles ie fuis encore tous les iours menafîé, de la part des Voetius; & ie

20 ne voy point d'autre moyen pour les faire cefTer, qu'en contraignant Schoock a dire la vérité, ou bien a eftre condamné. I'obmets les complimens ; car ce que ie vous dois, eft au delà de toute expreffion. Et ie fuis, M r , &c...

a5 Du Hoef, le 1 $ e Ianuier 1644.

le vous laifle la peine de cacheter, s'il vous plaift, les enclofes.

a. Voir ci-avant p. 76, note a.

Correspondance. IV. 11

I39G04-

�� � 82 Correspondance.

CCCXXXVHI.

Descartes a Pollot.

[Egmond] du Hoef, 22 janvier 1644. Copie MS., Genève, Collection E. de Budé, Lettres de Descartes à Pollot, »i° 14.

Publiée par E. de Budé, p. 38-41, Lettres inédites de Descartes {Paris, Durand et Pedone-Lauriel, broch. in-8, 1868). — Comme variantes, les leçons de Budé et quelques erreurs' du MS.

Monsieur,

Sur ce que vous m'auez fait la faueur de me mander, des difficultez de M r Braflet, & aufly que M r Aldringa iuge a propos que les lettres foyent adreffées au Sénat Académique, ie vous enuoye en- 5 core vn mot de requefte 3 , ou ie croy n auoir rien mis qui ne fe puifle aufly bien rapporter aux Eftats de la Prouince qu'au Sénat Académique, & i'ay obmis le tiltre, afin qu'il y puifle eftre aiouté, félon que vous & ces M rs iugerez a propos; car il n'importe pas qu'il 10 foit efcrit d'vne autre main que de la mienne. Et peut- eftre que M r l'Amb(afladeur) ne voudra efcrire qu'aux Eftats ; mais li M r Aldringa le confeille, ma requefte ne lairra pas deftre adreflee au Sénat. Et cela oftera aufly la difficulté de M. BratTet; car ie ne demande i5

7 Eftats] effets (sic dans le MS.).

a. Sans doute la lettre suivante, adressée à M. de la Thuillcrie, mais qui parait écrite indifféremment pour les Etats de la Province ou pour le Sénat de l'Université de Gronini^uc.

�� � CCCXXXVIII. — 22 Janvier 1644. 8?

autre chofe de M. rAmb(affadeur), finon qu'il veuille recommander mon affaire. Et ce que i'auois aiouté que, comme le Magiftrat d'Vtrecht a entrepris l'af- faire pour V(oetius), ainfy i'efperois qu'il l'entrepren-

5 droit pour moy% ce n'efl point afin qu'il le fçafche, ny afin qu'il face rien de plus pour cela, mais a caufe que l'affaire eft fi claire que i'efpere que fa feule recommandation me la fera gagner, & auffy que M r de Grafwinckel b m'auoit dit que ce feroit affez que

10 M r l'Amb(afTadeur) prift la peine d'efcrire en ma fa- ueur, fans qu'on ioignirTe les lettres.

Au refte, vous m'obligez en tout fi extrêmement, que ie me ferois tort a moy mefme, û ie vous priois d'aucune chofe en particulier; car vous faites tou-

■ 5 fiours plus pour moy que ie n'ay ofé defirer. Et afin que vous ne preniez point plus de peine que la chofe ne vaut, ie vous diray feulement, en gênerai, que tout mon deiîein elt de demander iuftice, en la meil- leure façon que ic pourray, pour fatisfaire a ma conf-

ao cience, & fans me foucier beaucoup fi on me la fait ou non ; car ie croy que cela importe plus aux iuges qu'a moy.

le fuis rauy de ce que fon A(lteffe) a daigné faire reflexion fur ce que ie vous auois eferit, touchant fon

a5 procez c . I'auois tafché d'expliquer tout le point au-

7 fa] la [MS.). — 8 la] le (ib.). Brasuinckel) d . — 12 obligez] 9 Grafwinckell Brasjonkel (MS. obligerez [MS.).

a. Cf. ci-avant, p. 76, 1. 17.

b. Page 76, 1. 11.

c. Voir ci-avant, p. 71, 1. 8, et éclaircissement, p. j5.

d. Page 76, note d.

�� � 84 Correspondance.

quel ie me fuis imaginé luy pouuoir peut élire rendre quelque peu de feruice, affin de pouuoir auoir l'oc- cafion, s'il m'en iuge capable, ce que ie tiendrois a vn extrême bonheur, & auffi affin de ne m'ingerer pas importunement en chofe ou ie fois inutile, û le cas eft 5 autre qu'on ne me l'auoit fait imaginer. le feray rauy auffy de refpondre aux queftions que vous me mandez auoir a me propofer, & ie feray toute ma vie, M r , &c...

Du Hoef, le 22 e Ianuier 1644. 10

��CCCXXXIX.

Descartes a M. de la Thuillerie.

[Egmond du Hoef, 22 janvier 1644.] Copie MS., Groningue, Oud-Archief.

La copie de cette requête, ainsi que d'une lettre citée en éclairasse- ment, p. g6 ci-après, se trouve, avec une nouvelle requête de Des- cartes du 1 7 février 164S, à la fin du registre des Acta Senatus Academici de Groningue, année 1645. Une autre copie de la même pièce est à Leyde, Bibliothèque de l'Université; elle a été publiée par Foucher de Careil, t. II, p. 42-64, Œuvres inédites de Descartes {Paris, Làdrange, 1860); elle fournit quelques variantes, mais toute la fin manque. — Ni la copie de Groningue, ni celle de Leyde, ne sont datées. Cette requête est-elle la première lettre écrite à M. de la Thuillerie, dont il est question dans la lettre CCCXXXVII à Pollot (p. 80, l. 6)? En ce cas, la date serait du i5 janvier 1644. N'est-ce pas plutôt la seconde requête réclamée à Descartes, et qu'il envoya en même temps que la lettre précédente (p. 82, l. S)? Elle serait alors du 22 janvier. Cette dernière date parait la plus pro-

6 ne omis (B.).

�� � CCCXXXIX. — 22 Janvier 1644. 85

table, la requête ci-dessous étant celle qui fut présentée à Groningue; la première, qu'on jugeait insuffisante, n'aura pas été conservée. — Ajoutons que, suivant Baillet (voir ci-après, lettre CCCXLIV à Picot, du 1" avril 1644, alinéa C), cette requête était en latin et en français; le texte français n'a pas été retrouvé.

Illuftriffimo & Excellentiffimo Domino,

Domino de la Thuillerie,

Régis Chriftianiffimi a fandioribus Confilijs, eiufdem

Maieftatis ad Belgij Prouincias Legato,

5 Renatus Des Cartes S. D.

Cum nuper ad authoritatis tuse afylum confuge- rim a , ne mihi crimini verteretur, quod fcripta quae- dam in alium edidifïem, vereorne iam videar infolens & iniquus, quod aufim denuo tuam opem implorare,

10 vt ea, quœ ab alio in me fcripta funt, ei crimini ver- tantur. Ideoque rogo & obteftor vt breuiterhîc expo- nentem quàm magna fit inter vtramque caufam diffe- rentia, & quàm grauis vtrinque neceflitas ad auxilium a te petendum & expeétandum me impellat, bénigne

i5 audire non graueris.

A multis annis compertum habui quemdam Gif- bertum Voetium, Vrbis Vltraiedinse Theologum,clan- deftinis moliminibus & maledidis me oppugnare, quamuis nihil vnquam ipfi nocuiffem, nec aliam eius

20 inimicitiae originem poffem fufpicari, quàm quod eflet ex eorum numéro, quibus fatis caufa eft ad ali- quem odio profequendum, quod fciant eum ab alijs

2 Thuillerie] Thuilliere. — — i3 vtrinque] vtriufque. — 4 après ad] faederatas ajouté. 19 ipfi vnquam.

a. Voir ci-avant p. Si, I. 11, et éclaircissement, p. 52-53.

�� � 86 Correspondance.

laudibus extolli. Et quia prœclarorum virorum beni- gnitas multas taies inimicitias mihi conciliât, dudum ijs affuetus, id initio parum curabam ; fed circiter ante biennium, cum Meditationes de Prima Philofo- phiâ vulgaffem, intellexi nouo illum atque inaudito * maledicendi génère in me vti, atque ex eo ipfo quod Dei exiilentiam ibi demonflraffem, perfuadere conari me occulte docere Atheifmum, ad exemplum Vanini qui Tholofae combuftus eft.

Ac ne quid videar ei affingere, literas eius manu 10 fcriptas & fubfignatas 3 hîc feruo, in quibus expreffe id continetur, necnon etiam alias quibus eius inue- terata maleuolentia & clandeftina molimina often- duntur. Prodijt paulo poft iudicium quoddam b , fub nomine Academise Vltraieétinae, quo meae circa res >5 philofophicas opiniones condemnabantur, tanquam fi quse abfurda ex ijs confequantur, qua? pugnent cum orthodoxâ theologiâ. Quod quamuis prima fronte vi- derer poffe contemnere, quia tamen Voetij theologi odium mihi notum erat, eumque iftius iudicij prseci- 20 puum authorem effe iudicabam, neceffitatem illud re- futandi mihi omnino impofitam putaui. Nihil enim procliuius, fi tacuifîem, quàm vt inde argumentum fumeretur, ad plebi perfuadendum me hîc effe tur- batorem religionum, atque ita fummum periculum 25 mihi creandum. Nec dubitare debui quin ille, qui iam ante finxerat me docere Atheifmum, diligenter hâc occafione a fe ipfo paratâ effet vfurus. Noui quàm

8 occulte] occulto.

a. Voir ci-avant, t. III, p. 603-604, éclaircissement.

b. Tome III, p. 55i-553.

�� � CCCXXXIX. — 22 Janvier 1644. 87

facile inualefcant rumores, quantumuis ab omni vero ac etiam verifimili alieni, cum a theologis, & pietatem fmgularem fimulantibus, fparguntur, ijfque fatis ma- ture non refiftitur. Noui quâ ratione olim Romae tri-

5 buni, apud plebem concionantes , innocentifïïmos quofque ac prœftantiffimos viros euerterint, quamuis illa vrbs effet prœcipua orbis terrarum, & in eâ probi, prudentes, eruditi quamplurimi verfarentur, quales etiam Vltraiecli permultos efle fcio. Cogebar itaque

10 contra iftud Academicum iudicium innocentiam opi- nionum mearum defendere, nec aliter quàm publico fcripto id poteram. Quid enim? An forte ab vrbis Magiflratu illius reuocationem petijflem ? At, de re ad rem literariam pertinente, fperare non debui quid-

i5 quam illum contra fuse Academiae iudicium decretu- rum. An igitur auxilium tuum imploraflem ? Tune fane merito me repulifïes & contemûfles. Ineptum enim eft foris quaerere, quod habemus domi; et ca- lamis aliorum lsefus, ego calamum habens in manu,

20 non potui non eo vt'i ad me protegendum, Mihique profe&o fas erat in totam iftam Academiam ftylum ftringere : nullum ius maieftatis, quod etiam in hofte venerarer, habere illam puto ; et ex quo manum fe- rulce fubduxi, non video cur eius iniuriae mihi magis

2 5 quàm priuatorum eflent ferendae. Ac nae illam, vt mé- rita erat, egregie potuifîem excipere ; fed quia, vt ipfa de fe loquitur, tenera eft, atque in primis etiam nunc verfatur incunabulis, ei quantum potui peperci ; hâc- que indulgentiâ meâ, tum illam, tum etiam eius domi-

3o nos, non leui beneficio a me affe&os puto. Vt enim 4 refiftitur] infiftitur. — 22 nullum] nullius. — 25 me] ne.

�� � 88 Correspondance.

parentes liberos fuos adhuc infantes magis anxie amant, quàm iam adultos, ita non dubito quin illis, a quibus ante pauciffimos annos ereéta eft, valde fit chara, & ideo arbitror iplis gratiflîmum efle debuifle, quod ego eam praetermittens, ac etiam pro viribus 5 excufans, de folo Voetio, vt iftius iudicij, quo laede- bar, authore praecipuo, conqueftus fim. Nec tamen etiam profecto hâc in re Voetio iniuriam feci : erat enim tune Academise reftor, dudum feiebam mihi efle inimicum, & nunc adhuc feruo litteras ab eo feriptas, 10 quibus fe iactat iftius iudicij authorem, his verbis : nouœ philofophiœ Cartejianœ [quœ etiam nunc latet in potentiâ materiœ aut in principijs particularum infenfi- bilium) non exiguum allatum ejî prœiudicium, in hâc nojlrâ Académie, iudicio nojîro quod hîc vides. Atque i5 omnino hâc in re permagnâ vfus fum moderatione ; neque enim illum, nec Academiam, nec vrbem nomi- naui, vt quse de ipfo dicenda erant, ab illis folis qui me laefum ab eo feirent, ad ipfum referrentur, & vltio mea non latius quàm accepta iniuria pateret. Quin 2 ° etiam nullum eâ de re feriptum peculiare compoiui, fed obiter tantum in epiftolâ in quâ de Pâtre quodam Societatis conquerebar, & quam tune commodam fub praelo habebam, paucas de illo paginas inferui 8 . Nec fine confilio duas illas querelas fimul iunxi, vt in 2 * ijs non de religione, fed tantum de priuatis iniurijs, agi appareret,quia nempe cum Vltraiedino Theologo non alio modo quàm cum Pâtre Societatis agebam,

12 nunc omis. — 19 feirent] fciunt. — 20 iniuria accepta, a. Voir t. III, p. 564, note c.

�� � CCCXXXIX. — 22 Janvier 1644. 89

ac etiam multo pauciora de illo quàm de hoc fcri- bebam.

Sed tamen audio pauca illa non admodum grata Voetio fuiffe. Non opus eft vt loquar de ira eius, & 5 minis, & atrocitate vltionis, quam horrendo quodam libro parare in me dicebatur. Sed tandem poft annum prodierunt duo libri, eodem tempore Vltraie&i editi, apud eumdem typographum, ijfdem typis, eâdem forma, & cum titulo fimiliter cadente : vnus de Con-

10 fraternitatc Marianâ a , prseferens nomen Voetij, qui eum contra vnum ex fymmyftis fuis compofuit ; alius de Philofophiâ Cartefianâ, praeferens nomen Martini Schoockij, philofophire in Academiâ Groningo-Om- landicâ profeiToris, & difcipuli Voetij, qui, fimulans

«5 fe meas circa philofophiam opiniones impugnare, illas tamen non attingebat, fed totum fuum longiffimum fcriptum eo dirigebat, vt me ijs fceleribus inquina- tum perfuaderet, quae non nifi patibulis, rôtis, ignibus folent expiari, & diferte affirmabat me hic, tanquam

20 alterum Vaninum , Tholofae combuftum, fubdole & admodum occulte Atheifmum docere, ijfdem fere verbis quibus prius hoc ipfum a Voetio fcriptum erat, ibidemque iniuriarum dicas, prsetorem, carnificem mihi minabatur, quod fcilicet contra praeceptorem

25 fuum hifcere aufus fuiffem, nec corpore totum telum, quod ille in me torferat, recepiflem ; denique non modo peregrinum, fed etiam, immemor verbi Dei,

11 vnum] vnam. — 17-18 in- 21 occulte] occulto. — 26 con- quinatum efle. — 20 &] atque. — torferat.

a. Voir t. III, p. 606, notes a et b.

Correspondance. IV. ia

�� � ço Correspondance.

Cainum & vagum appellans, videbatur velle perfua- dere me a quolibet polîe impune occidi.

Quod ego, maledicentiae portentum confiderans, primo quidem dubitaui an non iftud nomen Schoockij efîet fiditium, & an aliquis efïet Groningae iftius no- 5 minis profefîbr : neque enim mirari fatis poteram, quod homo, quem nullo vnquam nec facto nec verbo laeferam, quemque etiam natum antea nefciebam, tam infolenter in me inueheretur, atrociffimifque ca- lumnijs & inexcufabiliter puniendis me laedere aude- 10 ret, in eodem illo libro in quo mihi iudiciorum peri- culum minabatur, propter pauca quaedam quae a me iufte ac vere fcripta erant : tanquam fi effet Belgij didator, & in omnibus iudicijs ita praefideret, vt nihil effet tam iniuftum quod ipfi non liceret, nihilque tam «5 iuftum propter quod non poffet alium tanquam prop- ter ingens aliquod fcelus curare condemnari. Sed videns eum vbique Voetij procuratorem agere, cre- didi, fi a me conueniretur, vfurum ftatim excufatione, quod nihil proprio fuo motu fcripfiflet contra me, 2 ° cum quo nullas habebat inimicitias, & quem forte non nouerat, fed tantum Voetij iuffu.

Quapropter aequiflimum exiftimans vt de ijs quae ab procuratore gefta erant, eius dominus conueniretur, Schoockium praetermifi, querelas meas ad Voetium a5 direxi, & quâdam in epiftolà 3 , quae typis mandata eft, candide atque ingénue iudicium meum de duobus

8 nefciebam] infciebam. — ■ 24 eius ajouté avant procuratore, omis avant dominus.

a. Voir t. III, p. 599, note a.

�� � CCCXXXIX. — 22 Janvier 1644. 01

iftis libris, eodem tempore pro ipfo editis, expofui. Quin etiam, memor minarum eius procuratoris, quod nempe me in ius effet vocaturus, caufam ibi meam coram leétore tanquam coram iudicibus deffendi ; & 5 fummam curam adhibui ne vllum vel minimum ver- bum mihi excideret, quod non etiam in legitimo iudicio, vbi rationes vtriufque partis audiuntur, per- facile probare poffim. Adeo vt illa quae poftea Vltra- iefti contra me fada dicuntur, tam remota fuerint

10 ab omni meâ expedatione, vt etiam nunc vix cre- denda effe putem.

Sed nihilominus, quia audiebam iura nefcio quae contra me ibi praetendi, quibus tantum in hoftes aut fugitiuos, non autem in hofpites & amicos,vti folent,

■ S non potui non ad te confugere, vt faltem fcirent me non effe extorrem, & ea quae in me parabant, inter- ceffione tua fifterentur. Teque fane tam fauentem & ad ea quae rogaui praellanda tam paratum expertus fum, vt non minori beneficio me obftrinxeris, quàm

20 fi multo magis authoritas tua mihi profuiffet.

Verùm nimis tarde auxilium a te petieram ; omnia tam occulte ibi gefta funt, vt iam ante, me infcio, effem condemnatus 3 . Ac nondum etiam haétenus ami- corum vllâ diligentiâ potui fcire,quidnam in htâ con-

j5 demnatione contineatur ; fed faltem fcio effe condem- nationem. Et cum nullius culpae mihi confcius fim, fed e contra de omnibus bonis, fpeciatimque de Vrbe

6 mihi omis. — 7 iudicio] confilio. — 1 5 fcirent] fciant. — 16 ea... me] in me quae.

a. Voir ci-avant, p. 36.

�� � 92 Correspondance.

Vltraie&inâ, me optime efle meritum putem, propter illa ipfa fcripta, quae ibi condemnata dicuntur, non puto fas efle vt fufpicer mihi quidquam peius, quàm quod iam faétum erat ab illâ Vrbe, fuifle metuendum. Et idcirco iam videor hoc duntaxat lucratus, quod ab 5 inimicis non folum dicar nocens, quia condemnatus, fed etiam indefinite magis nocens quàm ex iftâ con- demnatione concludi poffit, quia plures alias feuerio- res fequuturas fuifle ia&ant, nifi mihi gratia propter interceflionem tuam fada eflet. Praeuise autem con- 10 demnationis vnicum fundamentum audio fuifle, quod cum pro Voetio affirmaretur ab eius amicis (ipfe enim, vt eft vir mitis & pius, ifti fe negotio noluit im- mifcere), cum, inquam, affirmaretur nihil vnquam ab eo contra me faétum fuifle, proferrenturque teftimo- i5 nia quorumdam qui eum dicebant efle virum pro- bum, nihil aliud quaefituai eft, nifi an non aliqua eflent in meis fcriptis, quae ipfum non probum effe declara- rent ; qualia cum facile multa inuenirentur, me tan- quam auétorem fcriptorum, quibus ille vir, eorum iu- 20 dicio probus, infamabatur, condemnarunt.

Praecipuus autem omnis iftius mali author fuit Schoockius, non modo quia importuniflimo fuo libro caufam mihi dédit de Voetio querendi, fed praecipue quia poftea, Vltraiedi per magnam partem aeftatis 25 manens, ibi palam iaditauit, modifque omnibus per- fuadere conatus eft, criminofum fuum librum a fe folo, & Voetio non iuuante nec fciente, fcriptum efle; atque ita non timuit plane inexcufabilis fadi culpam

3 peius] prius. — 6 dicar] di- 17 an non aliqua] non aut. — cor. — 16 dicebant] fcribant. — 18 efle omis.

�� � CCCXXXIX. — 22 Janvier 1644. 95

omnem in fe transferre, feque vitro aggrefforem pro- fiter^ vt ego viderer aliquid non diffimile, quamuis multo leuius & excufabilius, admififfe, nempe vt vide- rer Voetium prior aggreffus, quamuis ipfe occafionem

5 aggrediendi mihi dedifîet; licque efficeret, vt ego a iudicibus cum aliquo prsetextu poffem condemnari, non curans quod fe etiam hoc pado, & quidem multo iuftius, condemnandum effe demonftraret. Quin etiam audio illum nunc adhuc alium librum contra me

10 habere fub praelo, quo fuum Voetium, vt iam priuatim

apud iudices, ita etiam publiée coram omnibus, ex-

cufet, omnemque prions fcripti culpam in fe recipiat.

Quae omnia fi diflimularem, vel folis fcriptis refel-

lerem, magnam occafionem darem inimicis affir-

i5 mandi ea, quae de me ab illo fcripta funt, Vltraiedinâ condemnatione effe confirmata. Vix enim credibile eft iftius Vrbis iudices in librum, apud ipfos editum, & omni conuitiorum génère pleniffimum, non ani- maduerfuros fuiffe, illo tempore quo fe tam dili-

ao gentes & feueros in modeftâ meâ ad illum eumdem librum refponfione examinandâ & condemnandâ prse- ftiterunt, nifi ea, quœ in illo continentur, vera effe fuppofuiffent, & faltem tacite approbafîent. Iamque audio a Voetij afleclis paflim iadari, fatis patere illa,

25 quae de me a Schoockio fcripta funt, vera effe ; quse autem a me de Voetio, falfa ; quia neque iui Vltraiec- tum, ad caufam meam contra Voetium deffendendam, necGroningam, ad iniuriarum adionem inftituendam.

3 leuius] lenius. — 4-5 occa- omis. — 28 après aftionem] con- fionem... mihi] mihi ejus ag- tra Schoockium ajouté. grediendi occafionem. — 2 5 a

�� � 94 Correspondance.

Addunt etiam nullam pacem, fed breues tantùm & fallaces inducias, interceffione tuâ, mihi efle concef- fas, nouumque mihi bellum & noua iudiciorum peri- cula rurfus imminere, prioribus magis metuenda, adeo vt deinceps Schoockij libro, tanquam certo & 5 indubitato teftimonio, vti velle videantur ad me op- primendum. Et ita inimicorum importunitas eoufque procedit, vt non modo exiftimationi, fed etiam vitae meae fecuritati fatis confulere non poffim, nifi de ifto Schoockij libro apud te hîc querar, authoritatifque 10 tuae interpofitione adiutus, a iudicibus, quibus fubeft, obtineam, vt liber famofus & mendax déclare tur, ipfe vero Schoockius ea, quae falfo & iniuriofe de me fcripfit, reuocare ac publiée palinodiam canere coga- tur. Quod fane tam iuftum eft, & intelligo Prouinciam i5 Groningo-Omlandicam, in quâ nunc degit, a tam prse- claris & tantse integritatis viris gubernari, vt modo me apud illos commendatione tuâ iuuare non recufes, confidam ipfos id omne quod peto,quodque sequitas iubet, decreturos. Neque caufa erit difficilis; nam û 20 legant paginam 2j Schoockij praefationis ac libri ca- put penultimum, videbunt ibi difertis verbis affirmari me fubdole admodum & occulte Atheifmum docere. Si deinde reliquum etiam librum euoluant, praeter in- numera indignifîima conuitia, & falfiffimas crimina- 25 tiones quibus refertus eft, inuenient mihi difcipulos

< > affingi, ac leges nefcio quas abfurdas, odio

fas, infolentes, tanquam i\ ego illas difcipulis meis praefcriberem, nouamque hoc pado fedam valde inep- tam & legibus puniendam inftituerem. Si autem quae- 3o

1 Addunt. . . jusqu'à la fin. Omis dans la copie de Levdc.

�� � CCCXXXIX. — 22 Janvier 1644. 95

rant ab illo quibufnam in tabulis iftas leges inuene- rit, qui fint il li difcipuli quibus eas praefcribo, & quibus argumentis aut teftibus probare poffit me ipfos Atheifmum docere, ac denique quamnam ei in-

5 iuriam vnquam fecerim, quidue caufie dederim ad tam infolenter & maledice fcribendum, non dubito quin ipfi omnis excufatio fit defutura.

Te vero, Ill ffime atque Excell ffime Domine, < in > maximis regni negotijs occupari afluetum, minutulis

10 his meis tricis non fine pudore ac reuerentiâ inter- pello. Sed quoniam ea, quae Vltraiedi iam gefla funt, caufam meam admodum notam & quaû publicam fecere, nonnihil ad honorem Galliae patriae meœ, cuius tu praecipuam curam hîc geris, referre puto, •

i5 <fi> nefanda illa crimina, de quibus accufor, fint vera, < vt > non mihi <par> catur, nec omnino ve- niam vllam aut gratiam cupio ; fed fi falfa, < & >, vt fane funt,falfi(îima ; ne in hifce regionibus, in quibus, iam per 1 $ annos eâ fiduciâ vixi, qu<â> me œquo

20 iure cum indigenis fruiturum efle fperarim, tanto- pere mihi obfit nomen peregrini, vt alijs impune li- ceat, omne genus atrociflimarum calumniarum in me conijcere, ac etiam ijs poftea vti ad pericula iudi- ciorum mihi intentanda, ego vero ne hifcere quidem

25 aufim, ad me iuftis & veris rationibus defendendum, quin protinus vt calumniator condemner. Ac prsete- rea fingularis illa humanitas, quâ iam me ante fup- plicem excepifti, adeo propenfum me reddidit ad te omni afFeétu & obferuantiâ colendum, vt non aegre

3o . patiar beneficijs tuis me obftringi, quia tibi omnia debere non recufo.

�� � 9 6

��Correspondance.

��M. de la Thuillerie ne se contenta pas d'envoyer lui-même cette requête de Descartes aux États de la Province de Groningue^ il y joignit une lettre de sa main, dont la Copie MS. se trouve, ainsi que celle de la requête, comme pièces annexes, à la fin du registre des Acta SenaUis Academici, année 1645. Elle n'est point datée non plus; et il faut la reporter au mois de mars 1644, suivant Baillet (voir ci-après lettre CCCXLIV, à l'abbé Picot, du 1" avril 1644, alinéa C). Voici cette lettre :

« Copie de la lettre de M' l'Ambassadeur de France à M" de » Groningue. »

« Messieurs,. « La vertu de Mons r des Cartes est si cognuë, qu'il est inutile de vous » en parler ; et il semble qu'il doit estre si cher a ces Provinces de posséder » seules un personnage de son mérite, que ce que i'en pourrois dire est » au dessous de ce que vous en cognoissez. Apres cela, Mess", vous ne » vous estonnerez pas que ie le protège, et vous demande pour luy iustice » du tort qui luy est fait. Sa naissance et ma charge m'y obligent; et ses » prétentions, telles que vous les verrez dans la requeste qu'il m'a pre- » sentée, me forcent a vous prier qu'il luy soit fait raison. Vous le devez, » puisqu'il l'a toute entière, et que le publiq a interest de tenir son esprit » libre, affin qu'avec moins d'inquiétude il puisse travailler pour luy. le » vous prie donc d'apporter pour son soulagement tout ce qu'il vous sera » possible, et que cette équité, avec laquelle vous satisfaites ceux qui se » plaignent, vous serve de règle pour donner du contentement a celuy cy. » Croyez, Mess", qu'où ie pourray en revanche vous en témoigner grati- » tude, ie le feray < aussi > volontiers que de bon cœur et avec vérité » ie vous assure d'estre etc. »

��CCCXL. Regius a Descartes.

[Utrecht], 9/19 février 1644. [A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, tome II, p. 21 5.

Ces quelques lignes se trouvent entre celles qui sont rapportées lettre CCCXLIV ci-après, du 1 er avril 1644, et celles de la lettre CCCL, du 4 juin. Elles sont tirées de la lettre 27 de Regius. Nous n'avons point trace des lettres 28 et 29.

�� � CCCXLI. — 26 Février 1644. 97

« M. Regius, qui, quoique féparé d'intérêt depuis quelque têms d'avec M. De/cartes par un confentement mutuel [en marge : Lettr. 27 MS. de Reg.], pour ne pas Je nuire l'un à l'autre dans l'affaire d'Utrecht, n'étoit pas moins attaché à luy qu'auparavant, ne fentoit pas moins vivement cet éloigncment de fon cher Maître (il s'agissait du prochain voyage du philosophe en France), que s'il eût été ques- tion de la féparation de fon ame d'avec fon corps. M. Defcartes, qui avoit des raifons particulières pour le détacher peu à peu, avoit pris fes mefures d'affe\ loin [en marge : V. ibid. la lettr. du 19 février 1644], pour le préparer à cet événement, & fembloit l'y avoir affe\ bien difpofé par lettres & de vive voix. » (Batllet, II, 21 5.)

Un exemplaire de la traduction française des Principes (Paris, Pierre Des-Hayes, 1647), annoté des mêmes mains que les trois volumes des Lettres de Descartes de la Bibliothèque de l'Institut, donne en regard de la phrase : « Comme on raconte de certaines lampes qu'on a trouuées » ardentes en des tombeaux, lors qu'on les a ouuerts après qu'ils auoient » esté fermez plusieurs siècles » [IV' partie, cxvi, p. 384-385), la note suivante : « V. la lettre de M. le Roy a M. Desc. dattée du gfeurier 1644 cy apre\ dans les fragmens. » Les fragments, dont il est ici question, n'ont pas été retrouvés.

��CCCXLI.

Descartes a [Wilhem].

[Egmond] du Hoef, 26 février 1644. Autographe, Leyde, Bibliothèque de l'Université.

Une demi-feuille, moyen format, pliée en deux. Sur le premier feuillet, la lettre, recto {17 lignes) et verso (14 lignes). Point d'adresse; mais, en haut de la première page, on lit, de deux écritures différentes : 1' Rccepta 28 Feb. 1644 [de la main de Wilhem sans douté) ; 2" Ad D m Davidem Le Leu de Wilhem Curias Brab. & Pr'incipis Auriaci Consiliarium etc. — Publiée par Foucher de Careil, t. II. p. 2g-3i, Œuvres inédites de Descartes (Paris, La- drange, 1860).

Correspondance. IV. « 

�� � oB Correspondance.

Monfieur,

I'ay efté bien ayfe d'apprendre des nouuelles de noftre I. Gillot, & vous en remercie. S'il manque a faire fortune, en la condition ou il eft, ce ne fera que fa faute. 5

le vous auouë que ceux qui fe haftent de fouftenir publiquement mes opinions, auant que de les bien fça- uoir, ne font gueres mieux que ceux qui les con- damnent, excepté que la volonté des vns eft bonne & celle des autres mauuaife, & que les approbateurs 10 penfent entendre ce qu'ils approuuent, & en enten- dent au moins quelque partie, au lieu que les autres n'y voyent goutte.

Il y auoit j femaines que les thefes de Leyde auoient efté difputées a , auant que ren eufïe ouy parler. Ainfy i5 on ne peut dire que i'y aye rien contribué; & mefme, fi l'autheur m'euft demandé confeil, ie l'eufle prié de ne me point nommer, ainfy que i'ay fait depuis, a l'oc- cafion de quelques autres thefes qu'il prépare. Mais ie ne puis nier pourtant que, en cete rencontre, ie n'aye 20 efté bien ayfe que quelqu'vn ce b foit trouué a Leyde, qui a monftré publiquement qu'il n'eft pas de l'opinion de ceux d'Vtrecht, & pour mefme raifon ie fouffriray très volontiers qu'il y en ait encore quelque autre a Groningue de mefme humeur c , ainfy que les letres 25 que vous m'auez fait la faueur de me communiquer nous aprenent. le ne fçay point encore fi i'obtiendray

a. Voir ci-avant p. 77, I. 26.

b. Sic dans l'autographe.

c. Voir ci-avant p. 78,]. 10.

�� � CCCXL1I. — 8 Mars 1644. 99

quelque iuftice de ces quartiers la eminus; l'affaire eft entre les mains de M. rAmb(afladeur) a , qui fut voir, il y a quelque tems,M r Aldringa b pour ce fuiet,ainfy que M r de Pollot m'a mandé. le remets le refte a la 5 Prouidence, & ie fuis paflionnement,

Monfieur,

Voftre très humble & obeiffant feruiteur,

DESCARTES.

10 Du Hoef, le 26 Feu. 1644.

CCCXLII.

Buyseko a Descartes. La Haye, 8 mars 1644.

Autographe, Amsterdam, Bibliothèque de l'Université.

Myn Heere c ,

Syne Hoocht. is bcgeerich, omme met U. Ed. eens te fpreken en confercren over fekere limytfcheydinge van groote importantie, daer over eenige difpuyten tujfchen i5 defelve en de Graefflychheydt van Hollandt fyn ontflaen. Ende foude daeromme geerne Jien dat U. E. tôt dyen eynde een keer herwaerts gelieffde te doen, ah het der- felver gelegentheydt conde toelaten, dit is mynen lajî U.

a. Voir ci-avant lettre CCCXXXIX, p. 84.

b. Le chevalier (jonker) Wigbolt Aldringa, député de la Province de Groninguc aux Etats Généraux, de 1640 a 1645. Cf. ci-avant p. 81, 1. 10.

c. Voir aux A dditions la traduction française.

�� � ioo Correspondance.

Ed. te fchryven, referverende de refie tôt U. Ed. over- compjî. Ende blyue,

Myn Heere,

U. Ed. geheel dienjlbereyden dienaer,

BUYSERO.

Hage, den VIII e Maert 1644.

Myn Heere Myn Heere de Cartes.

L. Buysero (ou Buyserot), le signataire de cette lettre, était un des secré- taires du Prince d'Orange. Descartes (voir p. 71, I. 8, et p. 83, 1. 33) avait fait lui-même des offres en cette affaire. Mais depuis deux ou trois ans on pensait à s'adresser à lui, comme en témoignent les deux lettres suivantes de Wilhem à Huygens (que nous a communiquées obligeam- ment D. J. Korteweg) :

i» Autographe à Leyde, Bibliothèque de l'Université, 22 juin 1641. Huygens était alors au camp de Gennep.

« Monsieur mon frère »,

  • Permettez-moi que de vous destourner de vos sérieuses occupations,

» pour vous demander une chose, à sç(auoir), si vous ne trouuerez pas à » propos qu'on se seruist de l'aduis de M. de Cartes, en l'examen du » différent que S. A. a auec M" de la Chambre des Comptes. M. Beau- » mont, deuant que de partir, m'a enuoyé quelques pièces de ce différent, f pour les examiner. Or est-il que ie trouue une descrepance bien grande,

  • entre ce que nos géomètres d'auiourdhui ont fait et déposé, et ce qui

» s'est fait et déterminé en l'an (i5)6o; voire nos gens d'auiourd'hui ne » s'accordent pas mesme, et sono scogli sotto acqua. »

« Mon petit auis seroit qu'on le fit examiner, ce différent, deuant que de » faire d'un procès une affaire d'Estat. Son industrie et solide jugement » pourroit euenter la mine de nos aduersaires, et cela se pourroit faire en » cachette, auec certains et fort euidents moiens ; car ses démonstrations » vuideront ce différent sans doubte. »

2* Autographe à Amsterdam, Bibliothèque de l'Université, La Haye, u juillet 1641 :

€ Monsieur mon frère », « Qu'on cherche et recherche l'effect que vous pensez qu'on pourroit » prétendre de la déclinaison, il ne s'en trouuera rien, qui aye apparence » de causer (la) descrepance que nous trouuons, ou qui en approche,

��S

�� � CCCXL1I. — 8 Mars 1644. 101

» comme vous pourrez mieux sçauoir par M. de Beaumont, au dire » duquel ie me remets pour cette diuersité. Dont il faut conclure qu'il y a » des anguilles ou des saulmons sous roche, ou bien que la carte de Stam- » pioen et son verbal est fautif. Vous n'ignorez pas qu'elle a esté faite, » non in loco, mais dans la chambre du Greffier, qui a longtemps fait le » secret et l'accort, et s'est entremis en cest affaire, pour complaire a S. » A., et y chercher quelque aduantage particulier. Eo enim ingenio pusio » est, ut se sapere maxime existimet, minimum videre cseteros. C'est » pourquoy ie suis de cet aduis que S. A. ne se deuoit point plus engager, » ny y apporter plus de chaleur qu'elle a fait iusqu'à cette heure, qu'on » n'eût fait examiner premièrement et auerer la dite carte et verbal, in » loco, siue clam siue palatn. Quorum enim quis confusam aut dubiam » notitiam habet, ex iis se ipsum expedire nequit, nedum illa dextre pro- » ponat alteri. Messieurs les Estats de Hollande se garderont bien de don- » ner ce mescontentement a S. A., que de vouloir empescher qu'on n'as- » seure, sonde et fonde son droit par des moyens légitimes Et afin qu'on » ne puisse soupsonner que l'aduertissement atteste une chose attitrée et » apostée par S. A. et par ses gens, et que ce soit un stratagème couuert » pour nuire (a) ces Mess" d'Hollande, il mesemble que S. A.deburoit faire » sonder et examiner cest affaire publiquement par des gens d'expérience et » d'équité, ie dis d'intégrité, et monstrer par cette procédure de n'auoir » oncques songé ny pensé a faire chose qui leur peust apporter dommage n sans fondement, et sur des occasions foibles, comme ils parlent, recher- » chées et destournées. Et c'en est la raison pourquoy i'eusse bien désiré » qu'on se seroit serui de M. de Chartes en ce différent, parce qu'il est » homme fort entendu en cette matière, et qui peut agir par solides de- » monstrations, et donner raison de beaucoup de difficultés qui se n trouuent en la nature. Il me souuient que M. Snellius m'escriuit une

lettre du Grand Caire, en laquelle il déclara son opinion touchant » quelque changement suruenu aux pôles (?) et la diuersité de la situation n de plusieurs villes, selon l'exacte obseruation de quelques grands per- » sonnages, et cuida me donner raison des grandes pluyes que ie hiv » auois marquées estre tombées au G(rand) Caire. I'ay cherché parmy » mes papiers lad(ite) lettre, pour vous la' communiquer; mais ie ne » l'ay seu trouuer. C'est peut estre abuser de vostre loisir, de vous entre- » tenir de ces bagatelles; mais i'entends aussi les vous dire a vos heures » perdues »

M. Th. van Riemsdyk nous communique de La Haye, le document ci-dessous, comme suite à la note publiée p. ?5, éclaircissement.

L'affaire fut délibérée en Conseil des Domaines du Prince d'Orange, et on lit, au registre des délibérations de ce Conseil, la mention suivante :

« Saterdach den 6"<" Julij 1641. — Présent d'heeren Beaumont, » de Wilhem ende Paauw. »

« Syn de heeren Beaumont ende de Wilhem in conferentie geweest

��1

�� � 102 Correspondance.

» volgens voorgaende ordre ende goetvinden van S. Hooch' met de hee- » ren vande Reken camer van Holland opt Sluck vande nadere desi- " gnatie der Limyten inden Verdroncken waert van Suythollant. Ende » sal d'heer Beaumont een keer doen waertleger om Syne Hooch' daer- » van rapport te doen. »

Mais le registre présente ensuite de nombreuses lacunes, pendant les années 1641-1644, et on n'y trouve plus rien qui se rapporte à cette affaire.

��CCCXLIII.

Huygens a Descartes.

La Haye, 14 mars 1644.

Autographe, Amsterdam, Académie des Sciences. Lettres françoises de Constantin Huygens, tome II, page 225.

Monfieur,

Puifque vous m'aue^ ofé aduouer d'auoir faicl des vers autres fois, encore que depuis vous foye^ monté fi hault que, comme vn homme dans la lune, vous aue^ perdu de veue les coufteaux de Parnaffe, obligez-moi d'vn ciuil 5 femel infaniuimus omnes. Ça ejlé la colique de mon cerueau cefte nuiél, & voicy le ridiculus mus quo a ,

Infonuere cause gemitumque dedere cauernae b .

Et me voyci,

Monfieur, &c. 10

A la Haye, 14 Mars 44.

a. Horack, Art Poétique, i3ç)

b. Virgile, Enéide, II, 53.

�� � CCCXL1V. — i er Avril 1644. ioj

CCCXLIV.

Descartes a l'Abbé Picot.

[Egmond du Hoef], 1" avril 1644.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, tome II, p. 21 5 (A), 129 (B), et 25o-j5i (C).

« Cependant la nouvelle du voyage de M. De/cartes (en France) A donnoit de l'inquiétude à /es amis; & ceux d'entre eux qui affeâoient d'être les plus prévoyans dans les accidens qui dépendent de l'avenir, appréhendaient les objlacles qui pourraient s'oppofer à /on retour. Leur inquiétude pouvoit être /ondée /ur quelque ambiguïté pareille à celle des termes au/quels il avoit écrit à l'Abbé Picot deux mois aupa- ravant » [en marge : Lettr. MS. à Picot du 1 d'Avril] :

Je fuis réfolu (luy dit-if) d'aller voir cet Eté à Paris

ce qu'on y fait; & fi j'y trouve l'air allez bon pour y

pouvoir demeurer fans incommodité, je feray ravy

d'y jouïr de vôtre converfation, que ie n'efpére plus

5 en ces quartiers.

(Baillet, II, 21 5.)

« // (M. Descartes) en donna des marques (de l'estime qu'il avait B pour M. Arnaud) trois ans après, écrivant à l'Abbé Picot [en marge : Lettr. MS. à Picot du 1 Avril 1644] /ur les chagrins que luy donnoient les procei que les Théologiens Proteftans luy avaient /u/- cite\ à Utrecht & à Groninguc » :

La difgrâce de M. Arnaud me touche davantage que

les miennes. Car je le conte au nombre de ceux qui

me veulent du bien; et je crains, au contraire, que

fes ennemis ne foient auffi, pour la plupart, les miens.

10 Toutesfois ie ne fçay point encore le fujet de mé-

�� � 104 Correspondance.

contentement qu'il peut leur avoir donné; et je me confole fur ce que mes écrits ne touchent, ny de prés ny de loin, la Théologie, & que je ne crois pas qu'ils y puiiïent trouver aucun prétexte pour me blâmer.

(Baillet, II, 129.)

Arnauld, depuis la publication de son livre De la fréquente communion (août 1643), n'avait cessé d'être en butte aux attaques des Jésuites. Sainte- Beuve, dans son Port-Royal, t. II, p. i85-i86 (3 e édit., 1867), cite à ce sujet le Journal de M. d'Ormesson : « Le vendredi 11 mars (1644), M. le » Chancelier (Séguier) dit que la Reine envoyoit M. Arnauld à Rome pour » rendre raison de sa doctrine au pape... Le vendredi, 18 mars, M. de » Machault me dit que l'on s'étoit assemblé au Parlement sur le fait de » M. Arnauld, pour empêcher son voyage à Rome, comme contraire aux » libertés de l'Eglise gallicane. La Sorbonne s'étoit assemblée pour cela; » mais on avoit reçu défense de rien délibérer; même ils avoient été » trouver la Reine, pour lui faire entendre la conséquence de sa résolu- » tion. La Reine leur dit qu'elle verroit ce qu'elle feroit. Cette affaire » faisoit grand bruit et partageoit les esprits. » Arnauld n'alla pas à Rome ; il écrivit une lettre d'excuse à la Reine, et se cacha successivement chez plusieurs amis, en particulier chez M. Hamelin, contrôleur des Ponts et Chaussées, lequel quitta tout exprès son quartier trop en vue, et prit maison au faubourg Saint-Marceau (ib. p., 187-188). Arnauld était encore caché, lorsque Descartes vint à Paris au mois de juillet 1644, et, ne pou- vant le visiter lui-même, lui envoya un jeune ecclésiastique de ses amis. Voir ci-après lettre CCCLI, éclaircissement.

Voici, d'ailleurs, le fait raconté par les Jansénistes :

« Durant près de vingt cinq ans (1643-1668), M. Arnauld estoit

» toujours demeuré, ou caché en divers lieux, ou comme solitaire à Port-

« Royal des Champs Les Jésuites avoient entrepris de le faire bannir

t> du Royaume sous prétexte de l'envoier à Rome; et la Reine Pegente » qui s'estoit d'abord laissé surprendre aux artifices de ses ennemis, en luy « en donnant l'ordre, ne luy avoit laissé que huit jours pour se préparer à » ce voiage. Il est vray qu'il ne le fit pas, parce que toute la France se » remua pour l'empescher,et que la Reine ayant écouté les Remontrances » qui luy furent faites sur cela par MM. les Archevêques et Evesques qui « se trouvèrent alors à Paris, par le Parlement, par la Faculté de Theo- >» logie, par la Maison de Sorbonne en particulier, et par toute l'Université » de Paris, S. M. arresta elle-mcsmc l'exécution de ses ordres. Cependant » la crainte de quelque surprise de la part de la Société, qui estoit en » fureur, l'amour de la retraite, et les divers événements qui survinrent » dans la suite, l'empescherent de quitter sa solitude. Ce ne fut qu'en

�� � CCCXLIV. — I er Avril 1644. 105

» 1668, qu'il en sortit. » [Histoire abrégée de Mr. Arnauld ou Question curieuse, etc., Cologne, Nicolas Schouten, M DC LXXXXV.p. 148-149.)

« Les Etats de la province d'Utrecht, indigne^ de la mauvaife conduite des Magijlrats de la ville; avoient été oblige^ de prendre le parti de M. De/cartes contre eux [en marge : Lettr. MS. du 1 avril 1644 à Picot]. Ils avoient arrêté leurs procédures; & pour faire un exemple public de l'affront que méritent des Juges qui abu/ent de l'autorité & de lafainteté des loix, ils avoient contraint ces Magijlrats de révoquer certains privilèges ou pouvoirs qu'ils avoient donne\ à leur Univerfité en cette occajion*. Plufieurs de ces Magijlrats re- vinrent enfuite de leur égarement; & le regret qu'ils témoignèrent d'avoir Juivi trop aveuglément la pajpon de leur Minijlre (Voetius), & de s'être mêlé de l'affaire de M. De/cartes, ne fervit pas peu aux Juges de Groningue pour régler leurs démarches dans le jugement qu'ils avoient à rendre entre leur Profeffeur Schoockius & M. Def- cartes. L'affaire étoit pendante au Sénat Académique ou Confeil de l'Univerfité, qui étoit le Tribunal légitime où dévoient naturellement reffortir les caufes de Schoockius; & il s'agijfoit de réparation pu- blique des injures atroces & des calomnies [en marge : Se. d'athéifme, d'héréfie, de fédition, etc.], dont étoit compofé le livre Latin intitulé Philofophia Cartefiana ou Admiranda Methodus, & publié par Voe- tius fous le nom de Schoockius, qui s'en déclaroit l'auteur & par confé- quent la caution. M. de la Thuillcrie, Ambajfadeur de France à la Haye, que M. Defcartes avoit follicité de nouveau par une lettre latine [en marge : Cette lettr. eft en Latin et en Franc, parmi les MSS. de Defc.] b , en forme de Requête où illuy expofoit toute fon hi/loire[en marge : Lettr. à Picot du 1 d'Avril 1644], avoit écrit dés le mois de Mars 1644 une lettre de recommandation c [en marge : Cette lettre de l'Ambassadeur est parmi les MSS.] à Meffxeurs de Groningue tenant les Etats de la province, pour les prier de veiller fur cette affaire, & de ne pas laiffer périr le bon droit par l'incapa- cité ou la prévention des Juges, comme ilferoit arrivé à Utrechtfans fon intervention. » (Bailler, II, 5t5o.)

Ce qui suit immédiatement, dans Baille:, forme notre lettre CCCXLIX ci-après, du 27 mai 1644.

a. Voir ci-avant, p. 5 1 , 1. 17.

b. Lettre CCCXXXIX ci-avant, p. 84. Le texte français n'a pas été re- trouvé.

c. Voir ci-avant, p. 96, éclaircissement.

Correspondance. IV. 14

�� � io6 Correspondance.

« (Af. De/cartes). .. regardant /es deux proce\ a'Utrecht & de Groningue comme deux parties d'échecs [en marge : Lettr. MS. à Picot du i d'Avril 1644], dont le gain ou la perte n'e'toit pas ca- pable de le toucher nyde le rendre plus ou moins heureux qu'il n'étoit. » (Baillet, II, 25 1.)

Voir la suite ci-après lettre CCCLXIII, du 7 février 1645.

��CCCXLV.

Descartes a Pollot.

[Egmond] du Hoef, 8 avril 1644. Copie MS., Genève, Collection E. de Budé, Lettres de Descartes à Pollot. n" i5.

Publiée par E. de Budé, p. 41-43, Lettres inédites de Descartes (Paris, Durand et Pedone-Lauriel, broch. in-8, 1868).

Monfieur,

La rencontre de 4 ou $ vifages François, qui defcen- doyent de chez la Reyne, au mefme moment que ie fortois de chez M c la Princeffe de B(oheme), fuft caufe que ie n'eus pas dernièrement l'honneur de vous re- 5 uoir, & que ie m'en alay, fans dire a Dieu. Car ayant ouy de loin qu'ils me nommoient, & craignant que ces éueillez ne m'arreflaffent auec leurs difcours, a vne heure que i'auois enuie de dormir, ie me retiray le plus vite qu'il me fut poffible, & n'eus loifir que 10 de dire a vn de vos gens, que ie vous fouhoitois le bon foir.

Maintenant ie m'afflige d'apprendre que vous allez a Zutphen ; car ie crains que vous n'alliez de la en

�� � CCCXLV. — 8 Avril 1644. 107

campagne, & que cella ne mofte le bonheur que i'ef- perois de vous trouuer encore a la Haye dans quinze iours ou trois femaines, que i'auois fait deffein d'y aller. 5 le ne me foucie pas tant du prompt départ de M r de la Thuillerie 3 , bien que cella peut eftre anéantira mon affaire de Groningue ; car ie ne l'ay iamais prife beaucoup a cœur. Mais ie ne laiffe pas de vous auoir trez grande obligation des peines que vous auez prifes

10 pour la faire reuflir. Si vous pafTez de Zeutphen a l'armée, ie me propofe de me rendre foldat pour quelques iours ; & en quelque lieu que vous foyez, ie ne me mettray point en route pour la France b , fans aller premièrement receuoir vos commandements, &

i5 vous dire de bouche que ie fuis de cœur & dame, M r , voftre &c.

Du Hoef, le 8 e d'Auril 1644.

a. La Thuillerie venait d'être nommé Ambassadeur extraordinaire en Danemark et en Suède, pour offrir à ces deux puissances, alors en guerre, la médiation de la France. Des instructions à ce sujet lui furent envoyées de Paris le 27 février 1644. Le mois de mars se passa en préparatifs de départ, et il s'embarqua vers le milieu d'avril (on a encore de lui des lettres datées de La Haye, 4 avril, et d'Amsterdam, 11 avril 1644). Son absence dura juste deux ans. Il revint en 1646 et débarqua à Amsterdam le i5 avril. 11 fut suppléé, pendant ces deux années, par Brasset comme Résident du Roi ; le comte d'Estrades vint aussi en Hollande à deux reprises avec des missions particulières. Quant à l'affaire de Descartes à Groningue, elle subit un temps d'arrêt; mais reprise en mars 1645, elle se termina par une sentence rendue le 10/20 avril. Voir ci-après lettres du 17 février et du 5 mai 1645.

b. Voir la lettre suivante.

�� � 108 Correspondance.

CCCXLVI.

Descartes a l'Abbé Picot. Leyde, 2 mai 1644.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, tome II, p. 21 1-2; 1.

« Mais il falloit partir pour fon voyage de France. Après avoir mis fort proce\ de Groningue hors d'état de pouvoir luy caufer aucune furprife, il quitta le Hoef[en marge: Egmond du Hoef] le premier jour de May de Pan 1644, & vint le lendemain à Leyde, d'où il manda à l'Abbé Picot qu'il ne choifiroit point d'autre hôte que luy, puis qu'il le fouhaitoit, & qu'il iroit droit à la rue des Ecouffes [en marge : Entre la rue' du Roy de Sicile et des Francs-bourgeois] Je loger dans fa maifon [en marge : Leur. MS. Picot du 2 May 1644]. // efpéroit voir la fin de l'imprejjion de fon livre, avant que defortir de Hollande, & en apporter luy-même les exemplaires qu'il vouloit difiribuer en France. Mais les longueurs de ceux qui en taiiloient les figures, luy firent juger qu'elle ne feroit achevée de plus de deux- mois' 1 . Ainfi il abandonna la chofe aux foins de fes amis. » (Baillet, II, 211-212.)

De Leyde, Descartes se rendit sans doute plus d'une fois à La Haye, et c'est dans cette ville qu'il eut avec Sorbière une conversation, dont celui-ci rendit compte aussitôt à Gassend, dans une lettre datée de La Haye, le 10 mai 1644. Pour la bien comprendre, nous donnerons d'abord deux lettres précédentes, de Sorbière à Gassend, et de Gassend à Sorbière.

i° Sorbière avait écrit à Gassend, de La Haye, le 18 avril 1644 :

«... Vtinam auderem et alia bene multa te vindice digna proponere. »... qualia sunt quse aduersus Cartesianum illud dogma dici possent : » Nullum dari Vacuum, sed omnia esse plena, quia essentia materia- » consistit in extensione, adeô vt vbicumque erit spatium aliquod » mensurabile, ibi sit futurum et corpus, proindeque nec concipi quidem » posse vacuum in rerum natura, cui etiam introduccndo par non est » diuina potentia. » (Gassendi Opéra, Lyon, 1 658, t. VI, p. 469.)

2 Gassend lui répond de Paris, le 3o avril 1644 : 0.. .Quod ais Dogma

a. L'achevé d'imprimer des Principia Philosophie est du 10 juillet 1644.

�� � CCCXLVI. — 2 Mai 1644. 109

» esse Cartesij, nullutn dari Vacuum in rerutn naturd, exspectandum est » donec demonstràrit ; quippe id antiquum, sed nondum probatum, ac ijs » praesertim, apud quos

Natura duabus Consistit rébus, quœ Corpora sunt, et Inane.

i> Omnem materiam esse extensam, seu, ut dicere illum ais, esse exten- » sionem essentiam materiae, suo quodam sensu verum est; at vicissim » omne extensum esse materiam, non sequitur. Ego certè duplicem soleo » extensionem distinguere, corpoream puta, et incorpoream ; illam » corporis, seu materiae; istam spatij, seu loci, propriam; vnde et moris » mei est dimensionum alias corporeas, alias spatialeis indigitare. »

« Heine cùm ille, vt ais, dicit : vbicumque est spatium mensurabile, ibi » esse corpus, vides quàm absim, vt id concedam, qui fateor quidemomne » corpus occupare aliquod spatium, omneisque eius dimensiones » coaequari totidem spatij dimensionibus, at non subinde spatium omne » occupari a corpore; cùm seu corpus sit, seu non sit, et seu continuum, » seu interruptum, seu quiescens, seu transiens, ipsum spatium semper » immobile sit, et cum inuariatissimis dimensionibus perseueret. »

« Quod subdis, illum defendere ne Deum quidem posse inducere » vacuum in rerum naturam, non satis perspicio,quî adeo fidenter limites » prxscribat Diuinae virtuti ; quasi ea non possit, quidquid est corporeum » intra aedem hanc, in nihilum redigere, obsistereque, ne in vicem ipsius » aliquid succédât. Nam quôd, destruendo aerem,destruiquoquespaiium » oporteat, nullâ ratione euincitur; et quôd interuallum inane inter » sedis parietes mensurari non valcat, ipsa est conclusio, quas fuerit » probanda. »(/*., t. VI, p. 186-187. ^

3°Sorbière réplique à Gassend.de La Haye,le iomai(6 Eid. Mai j) 1644:

« Responsum tuum ad quaesita mea accepi... Hue venerat Cartesius, » in Galliam profecturus, cùm primum édita erit pars Physiologiae suas, » quae de rébus inanimatis dissent : accepto itaque Epistoliotuo, tanto » libentius incunctantiusque adij. Ad ea autem quae obieci, destructo scilicet » quod intra cubiculum est corpore, non destrui tamen spatium, quod » proinde arguitur ab occupante corpore non pendere, pernegauit ille, » coïturosque tune parietes praedixit. Cùm vrgerem, an motu aliquo coïtio » illa fieret, ita vt adinuicem parietes accédèrent, medio vtrinque superato » spatio; respondit vir ille acutissimus, nullo opus motu futurum, sublato » nempe cum materiâ spatio, quo parietes, dum corpus maneret, diuelle- » bantur. Verùm cùm non satis constringere hominem nodo illo possem, » aliâ via institi, petijque an nulla fuissent spatia corpore vacua ante » Mundi creationem, quam materiae e nihilo eductionem vulgô existi- » mamus? Rursum pernegauit, et vnà cum corpore asseruit creata fuisse » spatia, quae nulla erant anteà. »

«... Habiti deinde sermones de te, et de Disquisitione tuà, ex quibus » cognoui nihil illum repositurum, seu proprias tenuitatis conscientiâ,

�� � no Correspondance.

» seu excogitatorum amore deceptus putet nullo momento infirmatum » fuisse Meditationum suarum pondus. Quod tamen non ita videtur Viris » doctissimis permultis, et imprimis Samsono illi Ionssono, Serenissima; » Regina; Bohemiœ concionatori, qui cùm ante lectam Disquisitionem » tuam esset Cartesianis dogmatis addictissimus, nunc saepius coram me » pronunciauit, eneruatas a te omnino demonstrationes Cartesij, ita ut » restitui in integrum non possint, et aliae recudendae sint meditationes, n tum solidiores veritati stabiliendae, tum ad assensum extorquendum » enucleatiores. » {Ib., t. VI, p. 469-470.)

Cette première appréciation de Descartes sur la réplique de Gassend se trouve confirmée parla lettre suivante d'André Rivet à Mersenne, écrite de La Haye, le 28 mars 1644 :

« Je suis avec vous que Mons. Gassend est un vaillant combatant. Et je » trouve son Apologie claire et bien suivie. Cependant, j'apprens que >> Mons. des Cartes en faict un grand mespris, et dit que, pour toute » response, en faisant imprimer ses Méditations, il en ostera tout ce qui » est de Mons. Gassend, et mettra au tittre, re/ec/w objectionibus inutilibus. » J'estimay qu'il le devoit traicter plus respectueusement. »

« On a reçeu icy un livre de luy (Gassend) contre Mons. Morin, qu'on va » faire imprimer. S'il n'y avoit que des remueurs en Philos, et Astronomie, » nous pourrions prendre patience et les laisser escrimer. Mais la curiosité » passe en autres choses jusques a l'impiété, et ne faut pas s'estonner si » Dieu frappe partout. L'Angleterre se ruine, et les esprits s'y rendent » irréconciliables. . . » (Bibl. Nat., MS. f. n. a. 6*206', f° 1 10.)

��CCCXLVII. Descartes au P. [Mesland].

[Leyde, 2 mai 1 (Î44?) Texte de Clerselicr, tome I, lettre 11. S p. 519Ô2G.

« A vn Reuerend Père Iesuite », dit Clerselier, sans donner de nom ni de date. Mais la lettre suivante, p. 121, l. 4, donne le nom du destinataire : c'est le P. Mesland. Elle permet aussi de fixer la date, mai 1644, ce qui concorde bien avec deux passages de la pré- sente: « Mon traité de Philosophie qui s'acheue d'imprimer. » (p. 11 3, l. 3-4) et : « I'e/pere aller en France bientojl » (p. 1 20, l. 23). Cette lettre et la suivante furent sans doute envoyées avec la précédente, le 2 mai 1644 (voir le prolégomène, p. 121).

�� � i, 5. 9 CCCXLVII. — 2 Mai 1644. m

Mon Reuerend Père,

le fçay qu'il eft tres-mal-aifé d'entrer dans les pen- fées d'autruy, & l'expérience m'a fait connoiftre com- bien les miennes femblent difficiles à plufieurs; ce

5 qui fait que ie vous ay grande obligation de la peine que vous auez prife à les examiner; & ie ne puis auoir que très-grande opinion de vous, en voyant que vous les pofledez de telle forte, quelles font maintenant plus voftres que miennes. Et les difficultez qu'il vous

10 a plû me propofer, font plutoft dans la matière, & dans le défaut de mon expreffion, que dans aucun défaut de voftre intelligence; car vous auez ioint la folution des principales. Mais ie ne lairray pas de dire icy mes fentimens de toutes.

«5 I'auouë bien que, dans les caufes Phyfiques & Mo- rales, qui font particulières & limitées, on éprouue fouuent que celles qui produifent quelque effet, ne font pas capables d'en produire plufieurs autres qui nous paroiffent moindres. Ainfi vn homme, qui peut

20 produire vn autre homme, ne peut pas produire vne fourmy ; & vn Roy, qui fe fait obéir par tout vn peuple, ne fe peut quelquesfois faire obeïr par vn cheual. Mais, quand il eft queftion d'vne caufe vniuerfelle & indéterminée, il me femble que c'eft vne notion com-

25 mune tres-euidente que, quod poteji plus, potejl etiam minus, aufli bien que toîum eft maiusfuâ parte. Et mefme cette notion entendue s'eftend aufïi à toutes les caufes particulières, tant morales que phyfiques ; car ce fe- roit plus à vn homme de pouuoir produire des hommes

27 bien entendue (Inst.).

�� � U2 Correspondance. i, 5i 9 -5io.

& des fourmis, que de ne pouuoir produire que des hommes ; & I ce feroit vne plus grande puiflance à vn Roy de commander mefme aux cheuaux, que de ne commander qua fon peuple ; comme on feint que la Mufique d'Orphée pouuoit émouuoir mefme lesbeftes, 5 pour luy attribuer d'autant plus de force.

Il importe peu que ma féconde demonftration, fondée fur noftre propre exiftence 3 , foit confiderée comme différente de la première, ou feulement comme vne explication de cette première. Mais, ainfi que c'eft 10 vn effet de Dieu de m'auoir créé, aufli en eft-ce vn d'auoir mis en moy fon idée ; & il n'y a aucun effet ve- nant de luy, par lequel on ne puifle demonftrer fon exiftence. Toutesfois il me femble que toutes ces de- monftrations, prifes des effets, reuiennent à vne; & i5 mefme qu'elles ne font pas accomplies, fi ces effets ne nous font euidens (c'eft pourquoy i'ay plutoft confi- deré ma propre exiftence, que celle du ciel & de la terre, de laquelle ie ne fuis pas fi certain), & û nous n'y ioignons l'idée que nous auons de Dieu. Car mon 20 ame eftant finie, ie ne puis connoiftre que l'ordre des caufes n'eft pas infiny, finon en tant que i'ay en moy cette idée de la première caufe ; & encore qu'on ad- mette vne première caufe, qui me conferue, ie ne puis dire qu'elle foit Dieu,fi ie n'ay véritablement l'idée de 25 Dieu. Ce que i'ay infinué, en ma réponfe aux premières obiedions b , mais en peu de mots, afin de ne point mé- prifer les raifons des autres, qui admettent commu- nément que non datur progrejjus in infinhum. Et moy, ie

a. Meditatio tertia, p. 44, etc. (Edit. 1642.)

b. Page 114. (Edit. 1642.)

�� � i,5*>-5«. CCCXLVII. — 2 Mai 1644. 11 j

ne l'admets pas ; au contraire, ie croy que datur reuerâ îalis progrejjfus in diuijîone partium materice, comme on verra dans mon traité de Philofophie, qui s'acheue d'imprimer. 5 le ne fçache point auoir déterminé que Dieu fait toûiours ce qu'il connoift eftre le plus parfait, & il ne me femble pas qu'vn efprit finy puifle iuger de cela. Mais i'ay tafché d'éclaircir la difficulté propofée, tou- chant la caufe des erreurs 6 , en fupofant que Dieu ait

10 créé le monde tres-parfait ; pour ce que, fupofant le contraire, cette difficulté cefle entièrement.

! le vous fuis bien obligé de ce que vous m'aprenez les endroits de faint Auguftin, qui peuuent feruir pour authorifer mes opinions; quelques autres de mes

i5 amis b auoient déia fait le femblable; & i'ay très- grande fatisfadion de ce que mes penfées s'accordent auec celles d'un fi fainét & fi excellent perfonnage. Car ie ne fuis nullement de l'humeur de ceux qui dé- firent que leurs opinions paroifîent nouueiies; au

10 contraire, i'accommode les miennes à celles des au- tres, autant que la vérité me le permet.

le ne mets autre différence entre l'ame & fes idées, que comme entre vn morceau de cire & les diuerfes figures qu'il peut receuoir. Et comme ce n'eft pas pro-

i5 prement vne a&ion, mais vne paffion en la cire, de re- ceuoir diuerfes figures, il me femble que c'eft auffi vne paffion en l'ame de receuoir telle ou telle idée, & qu'il n'y a que fes volontez qui foient des aftions ; & que fes idées font mifes en elle, partie par les obiets qui

a. Meditatio quarta, p. 53. (Edit. 1642.)

b. Cf. t. III, p. 247-248.

Correspondance. IV. > *

�� � 114 Correspondance. i,5ai-5a».

touchent les fens, partie par les impreffions qui font dans le cerueau, & partie auffi par les difpofitions qui ont précédé en l'ame mefme, & par les mouuemens de fa volonté ; ainfi que la cire reçoit fes figures, partie des autres cors qui la preflent, partie des 5 figures ou autres qualitez qui font défia en elle, comme de ce qu'elle eft plus ou moins pefante ou molle &c, & partie aufii de fon mouuement, lors qu'ayant elle agitée, elle a en foy la force de conti- nuer à fe mouuoir. 10

Pour la difficulté d'apprendre les fciences, qui eft en nous, & celle de nous reprefenter clairement les idées qui nous font naturellement connues, elle vient des faux préiugez de noftre enfance, & des autres caufes de nos erreurs, que i'ay tafché d'expliquer afiez au i5 long en l'écrit que i'ay fous la prefle*.

Pour la mémoire, ie croy que celle des chofes ma- térielles dépend des veftiges qui demeurent dans le cerueau, après que quelque image y a efté imprimée ; & que celle des chofes intellectuelles dépend de quel- 20 ques autres veftiges, qui demeurent en la penfée mefme. Mais ceux-cy font tout d'vn autre genre que ceux-là, & ie ne les fçaujrois expliquer par aucun exemple tiré des chofes corporelles, qui n'en foit fort différent; au lieu que les veftiges au cerueau le 2 5 rendent propre à mouuoir lame, en la mefme façon qu'il l'auoit meuë auparauant, & ainfi à la faire fou- uenir de quelque chofe; tout de mefme que les plis qui font dans vn morceau de papier, ou dans vn linge, font qu'il eft plus propre à eftre plié derechef, 3o

a. Principia Philosophiœ, pars prima, 71-74 inclUs.

�� � i,52 a . CCCXLVII. — 2 Mai 1644. 115

comme il a efté auparauant, que s'il n'auoit iamais efté ainû plié a .

^ L'erreur morale qui arriue, quand on croit auec raifon vne chofe fauffe, pour ce qu'vn homme de bien 5 nous l'a b ditte &c, ne contient aucune priuation, lors que nous ne l'aflurons que pour régler les actions de noftre vie, en chofe que nous ne pouuons moralement fçauoir mieux; & ainfi ce n'eft point proprement vne erreur. Mais c'en c feroit vne, fi nous l'aflurions comme

10 vne vérité de Phyfique, pour ce que le témoignage d'vn homme de bien ne fuffit pas pour cela.

Pour le libre arbitre, ie n'ay point vu ce que le R. P. Petau en a écrit d ; mais de la façon que vous expli- quez voftre opinion fur ce fuiet, il ne me femble pas

i5 que la mienne en foit fort éloignée. Car, première- ment, ie vous fupplie de remarquer, que ie n'ay point dit que l'homme ne fuft indiffèrent que là où il manque de connoiffance ; mais bien, qu'il eft d'autant plus indiffèrent, qu'il connoift moins de raifons qui le

20 pouffent à choifir vn party plutofl que l'autre e ; ce qui ne peut, ce me femble, eftre nié de perfonne. Et ie fuis d'accord auec vous, en ce que vous dites qu'on peut fufpendre fon iugement ; mais i'ay tafché d'expliquer le moyen par lequel on le peut fufpendre f . Car il eft,

a. Cf. t. m, p. 20, 1. 4.

b. Clers. : la.

c. Clers. : s'en.

d. Dionysii Petayii, Aurelianensis, e Societate Jesu, de libero Arbitrto libri très (Lutetiae Parisiorum, sumptibus Sebastiani Cramoisy, M DC XLIII, fol., p. 3o2).

e. Médit. 4", p. 55. Cf. Responsiones 6", p. 478 et p. 483, § 6 et 8. (Edit. 1642.)

f. Médit. 4*> P- 5;. (Edit. 1642.)

�� � 1 16 Correspondance. i, 3ia-5a3.

ce me femble, certain que, ex magna luce in intelleclu fequitur magna propenjio in voluntate; en forte que, voyant tres-clairement qu'vne chofe nous eft propre, irefttres mal-aifé, &. mefme, comme ie croy, impof- fible, pendant qu'on demeure en cette penfée, d'ar- 5 refter le cours de noftre defir. Mais, pource que la na- ture de l'ame eft de n'eftre quafi qu'vn moment atten- due à vne mefme chofe, fi toft que noftre attention fe détourne des raifons qui nous font connoiftre que cette chofe nous eft propre, & que nous retenons feu- 10 lement en noftre mémoire qu'elle nous a paru defi- rable, nous pouuons reprefenter à noftre efprit quel- qu'autre raifon qui nous en faffe douter, & ainû fuf- pendre noftre iugement, & mefme aufli peut-eftre en former vn contraire. Ainfi, puifque vous ne mettez pas 1 5 la liberté dans l'indifférence precifement, mais dans vne puiffance réelle & pofitiue de fe déterminer, il n'y a de différence entre nos opinions que pour le nom ; car i'auoùe que cette puiffance eft en la volonté. Mais, pource que ie ne voy point qu'elle foit autre, quand 20 elle eft accompagnée de l'indifférence, laquelle vous auouez eftre vne imperfe&ion, que quand elle n'en eft point accompagnée, & qu'il n'y a rien dans l'entende- ment que de la lumière, comme dans celuy des bien- heureux qui font confirmez en grâce, ie nomme gène- 25 ralement libre, tout ce qui eft volontaire, & vous vou- lez reftreindre ce nom à la puiffance de fe déterminer, qui eft accompagnée de l'indifférence. Mais ie ne de- fire rien tant, touchant les noms, que de fuiure l'vfage & l'exemple 3 . îo

a. Cf. t. III, p. 378 et 704, et surtout lettre CCCLXVII bis ci-après.

�� � 1.5.3-514- CCCXLVII. — 2 Mai 1644. 117

Pour les animaux fans raifon, il eft éuident qu'ils

ne font pas libres, à caufe qu'ils n'ont pas cette

puiflance pofitiue de fe déterminer; mais c'eft en

eux vne pure négation, de n'eftre pas forcez ny

5 contraints.

Rien ne m'a empefché de parler de la liberté que nous auons à fuiure le bien ou le mal, finon que i'ay voulu éuiter, autant que i'ay pu, les controuerfes de la Théologie, & me tenir dans les bornes de la Philo-

10 fophie naturelle. Mais ie vous auoùe qu'en tout ce où il y a occafion de pécher, il y a de l'indifférence ; & ie ne croy point que, pour mal faire, il foit befoin de voir clairement que ce que nous fefons eft mau- uais ; il fuffit de le voir confufement, ou feulement de

i5 fe fouuenir qu'on a iugé autrefois que cela l'eftoit, fans le voir en aucune façon, c'eft à dire, fans auoir attention aux raifons qui le prouuent ; car, fi nous le voyons clairement, il nous feroit 3 impoffible de pé- cher, pendant le temps que nous le ver rions en cette

ao forte ; c'eft pourquoy on dit que omnis peccans ejl îgno- rans. Et on ne laiffe pas de mériter, bien que, voyant tres-clairement ce qu'il faut faire, on le faffe infailli- blement, & fans aucune indifférence, comme a fait Iefus-Chrift en cette vie. Car l'homme pouuant n'auoir

2 5 pas toufiours vne parfaite attention aux chofes qu'il doit faire, c'eft vne bonne adion que de l'auoir, & de faire, par fon moyen, que noftre volonté fuiue fi fort la lumière de noftre entendement, qu'elle ne foit point du tout indifférente. Au refte, ie n'ay point écrit

îo que la grâce empefchaft entièrement l'indifférence;

a. Moralement parlant [Inst.].

�� � n8 Correspondance. i, 524-535.

mais feulement 8 qu'elle nous fait pancher dauantage vers vn cofté que vers l'autre, & ainfi qu'elle la dimir nuë, bien qu'elle ne diminue pas la liberté; d'où il fuit, ce me femble, que cette liberté ne confifte point en l'indifférence. 5

Pour la difficulté de conceuoir, comment il a elle libre & indiffèrent à Dieu de faire qu'il ne fuft pas vray, que les trois angles d'vn triangle fuffent égaux à deux droits, ou généralement que les contradictoires ne peuuent eftre enfemble b , on la peut aifement ofter, >o en considérant que la puifiance de Dieu ne peut auoir aucunes bornes; puis auffi, en confiderant que noftre efprit eft finy, & créé de telle nature, qu'il peut conce- uoir comme poffibles les chofes que Dieu a voulu eftre véritablement poffibles, mais non pas de telle, qu'il i5 puiffe auffi conceuoir comme poffibles celles que Dieu auroit pu rendre poffibles, mais qu'il a toutesfois voulu rendre impoffibles. Car la première confideration nous fait connoiftre que Dieu ne peut auoir efté dé- terminé à faire qu'il fuft vray, que les contradictoires 20 ne peuuent eftre enfemble, & que, par confequent, il a pu faire le contraire ; puis l'autre nous affure que, bien que cela foit vray, nous ne deuons point tafcher de le comprendre, pour ce que noftre nature n'en eft pas capable. Et encore que Dieu ait voulu que quel- 25 ques veritez fuffent neceffaires, ce n'eft pas à dire qu'il les ait neceflairement voulues; car c'eft toute autre chofe de vouloir qu'elle fuf|fent neceffaires, & de le vouloir neceffairement, ou d'eftre neceffité

a. Médit. 4 1 , p. 36. lidii. n'>4J.

b. Responsioiu:* T . p. 47g. (Edii. 1 64 j .

�� � i,5«. CCCXLVII. — 2 Mai 1644. 119

à le vouloir. I'auoùe bien qu'il y a des contradi&ions qui font fi éuidentes, que nous ne les pouuons re- prefenter à noftre efprit, fans que nous les iugions entièrement impoflibles, comme celle que vous pro-

5 pofez : Que Dieu auroit pu faire que les créatures ne fujfent point dépendantes de luy. Mais nous ne nous les deuons point reprefenter, pour connoiftre l'immenfité de fa puiffance, ny conceuoir aucune preferance ou priorité entre fon entendement & fa volonté; car l'idée

10 que nous auons de Dieu nous apprend qu'il n'y a en luy qu'vne feule a&ion, toute fimple & toute pure; ce que ces mots de S. Auguftin expriment fort bien : Quia vides ea, funt &c. *, pour ce qu'en Dieu videre & velle ne font qu'vne mefme chofe.

i5 le diftingue les lignes des fuperficies, <& les points des lignes, comme vn mode d'vn autre mode ; mais ie diftingue le cors des fuperficies, des lignes, & des points qui le modifient, comme vne fubftance de fes modes. Et il n'y a point de doute que quelque mode,

20 qui appartenoit au pain, demeure au faint Sacrement, vu que fa figure extérieure, qui eft vn mode, y de- meure. Pour l'extenfion de Iefus-Chrift en ce S. Sa- crement, ie ne l'ay point expliquée, pource que ie n'y ay pas efté obligé, & que ie m'abftiens, le plus qu'il

a5 m'eft poffible, des queftions de Théologie, & mefme que le Concile de Trente a dit qu'il y eft, eâ exi/îendi ratione quant verbis exprimere vix pojjumus. Lefquels mots i'ay inferez à deffein, à la fin de ma réponfe aux quatrièmes obiedions b , pour m'exempter de l'expli-

a. Confessions, XIII, 38.

b. Page 290. (Edit. 1642.)

�� � 1 20 Correspondance. i, 5*5-526.

quer. Mais i'ofe dire que, fi les hommes eftoient vn peu plus accoutumez qu'ils ne font à ma façon de philofo- pher, on pourroit leur faire entendre vn moyen d'ex- pliquer ce myftere 8 , qui fermeroit la bouche aux ennemis de noftre religion, & auquel ils ne pourroient 5 contredire.

Il y a grande différence entre l'abjlraction & l'exclu- fion. Si ie difois feulement que l'idée que i'ay de mon ame ne me la reprefente pas dépendante du cors, & identifiée auec luy, ce ne feroit qu'vne abftra&ion, de 1© laquelle ie ne pourois former qu'vn argument négatif, qui concluroit mal. Mais ie dis que cette idée me la reprefente comme vne fubftance qui peut exifter, en- core que tout ce qui appartient au cors en foit exclus ; d'où ie forme vn argument pofitif, & conclus qu'elle 1 5 peut exifter fans le cors. Et cette exclufion de l'ex- tenfion fe voit fort clairement, en la nature de l'ame, de ce qu'on ne peut conceuoir de moitié d'vne chofe qui penfe, ainfi que vous auez très-bien remarqué. *o

le ne voudrois pas vous donner la peine de m'en- uoyer ce qu'il vous a plû écrire fur le fuiet de mes Méditations, pour ce que i'efpere aller en France bien- toft, où iauray, fi ie puis, l'honneur de vous voir. Et cependant ie vous fuplie de me croire, &c. j5

a Voir cette explication, lettre CCCLXVII ci-après.

�� � m, .os. CCCXLVIII. — 2 Mai 1644. 121

��CCCXLVIII.

Descartes au P. [Grandamy?]

[Leyde, 2 mai. 1644?]

Texte de Clerselier, tomt III, lettre 18, p. «o5-ioG.

« A vn Reuerend Perc Iesuite », sans nom ni date. Mais l'impres- sion des Principia Philosophias s'achève (p. 123, l. 1), et Descartes a déjà quitté sa solitude d'Egmont pour passer en France (p. 122, l. 3). La lettre est donc de mai ou juin, écrite de Leyde, ou peut-être de La Haye {p. 108, l. ig). Si elle est de Leyde. elle a pu partir, comme la précédente, avec la lettre à l'abbé Picot, le 2 mai (p. 108). Quant au destinataire, c'est un Jésuite, qui demeure pour lors au Collège de La Flèche (p. 122, l. g), et qui aurait connu jadis Des- cartes. Nous avons le choix entre les PP. Vatier, Fournier, Gran- damy, cités à la fin de la lettre CCCLIX ci-après. On songe d'a- bord au P. Vatier, qui fut professeur de Théologie à La Flèche, de i636 à 1642 ; mais, à la fin de l'année 16 42, il était à Orléans (voir t. III, p. 5g6, L 27), et, d'ailleurs, il connaissait les détails que Descartes donne sur ses études à La Flèche (p. 122, l. 10 ; cf. t. I, p. 565, L io-i3). On ne voit pas que le P. Fournier ait été à La Flèche en 1644; au contraire, le P. Grandamy fut recteur du Col- lège, de 1643 à 1648. Or les détails que Descartes rappelle complai- samment indiquent qu'il s'adresse à quelqu'un qui les ignorait, et sans doute à un correspondant nouveau; ceci conviendrait au P. Grandamy, qui se serait autorisé, pour lui écrire directement et lui envoyer les remarques du P. Mesland, des communications échangées entre eux, l'année 1643, par l'intermédiaire de Mersenne (t. III, p. 6 7 3, L ç).

Mon Reuerend Père,

I'ay efté extrêmement aife de voir des marques du fouuenir qu'il vous plaift auoir de moy, & de receuoir les excellentes lettres du R. P. Mefland. le tafche de

Correspondance. IV. iC

�� � 122 Correspondance. m, 105-106.

luy répondre* tout franchement, & fans riendiffimuler de mes penfées. Mais ce n'efl pas auec tant de foin que i'eufle defiré ; car ie fuis icy en vn lieu, où i'ay beau- coup de diuertiflemens & peu de loifir, ayant depuis peu quitté ma demeure ordinaire, pour chercher la 5 commodité de paffer en France, où ie me propofe d'aller dans peu de temps. Et s'il m'eft aucunement pof- fible, ie ne manqueray pas de me donner l'honneur de vous y voir ; car ie feray rauy de retourner à la Flèche, où i'ay demeuré huit ou neuf ans de fuitte en ma ieu- 10 neffe; & c'eft là que i'ay receu les premières femences de tout ce que i'ay iamais appris, dequoy i'ay toute l'obligation à voftre Compagnie.

Si le témoignage de Monfieur de Beaune fuffit pour faire valoir ma Géométrie, encore qu'il y en ait peu i5 d'autres qui l'entendent, ie me promets que celuy du Reuerend Père Mefland ne fera pas moins efficace pour authorifer mes Méditations, veu principalement qu'il a pris la peine de les accommoder au ftile dont on a couftume de fe feruir pour enfeigner b , dequoy ie 20 luy ay vne très-grande obligation. Et i'efpere qu'on verra, par expérience, que mes opinions n'ont rien qui les doiue faire appréhender & reietter par ceux qui enfeignent; mais, au contraire, qu'elles fe | trou- ueront fort vtiles & commodes. 25

Il y a deux mois que les Principes de ma Philo- fophie eufient dû eftre acheuez d'imprimer, û le libraire m'euft tenu parole ; mais il a efté retardé par les figures, qu'il n'a pu faire tailler fi-toft qu'il pen-

a. Lettre précédente, p. 110.

b. Voir ci-avant p. 120, 1. 22, et p. 1 1 1 , 1. 8.

�� � m, io6. CCCL. — 4 Juin 1644. 12}

foit. I'efpere pourtant de vous les enuoyer bien toft, fi le vent ne m'emporte d'icy, auant qu'ils foient ache- uez. le fuis,

CCCXLIX.

Descartes a Tobie d'André.

[Leyde], 27 mai 1644. [A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 25o-25i.

« M. De/cartes jugeant que Schoockius, fa partie, ô Voetius, qui fe faifoit folliciteur pour luy, ne s' endormiroient pas pendant /on potage de France, & tâcheroient de profiter de fon abfence, avoit écrit [en marge : Cette lettre est Lat. et Fr. MS.], le 27 de May, à un Profejfeur de Groningue, nommé le fieur Tobie d'André, qu'il n avoit vu qu'une feule fois de fa vie, mais en qui iî avoit remarqué ajfe^ de bonne volonté pour lefervir. Il avoit prié ce Profejfeur de luy donner avis de tout ce qui fe pajferoit, par l'adrejfe de M. de Hooghlandt,fon correfponiant à Leyde, pendant qu'il feroit hors des Provinces unies. » (Baillet, II, 25o-25i.)

��CCCL.

Regius a Descartes.

[Utrecht], 4 juin 1644. IA. BaillktJ, La Vie de Monsieur Des-Cartes, tome II, p. 2i5-2io.

Nous réunissons ici les citations de deux lettres de Regius à Descartes : la 3o°, du 4 (peut-être faut-il lire, suivant le nouveau style, 14) juin 1644 l'A), et la 3 1« (B), non datée, mais qui dut suivre de près la précédente. La première fait suite immédiatement au résumé que Baillet donne de la 27 e , lettre CCCXL ci-avant, p. 97.

�� � 1 24 Correspondance.

A « Néanmoins toute la Philofophie ne fut point capable de luy inf-

pirer (à Regius) la confiance nécejfaire pour fupporter cette fépara- tion (d'avec Descartes), dont il nous a décrit la peine, en des termes d'autant plus touchons, qu'il fembloit moins fe fier à la promejfe qu'il luy avoit faite de revenir en Hollande. Après luy avoir préfenté les vœux de fa femme, de fa fille, de M. le Baron de Haefirecht, de M. le Confeiller Vanleew, de M. Parmentiers, & de M. Van Dam, célèbre Médecin d'Utrecht, dans fa lettre d'adieu [en marge : Lettr. 3o MS. de Reg. du 4 Juin], il luy protefia que, fans les enga- gemens qui le lioient avec fa femme, fes enfans & fa profejjion, il le fuivroit par tout, & s'attacheroit à fa perfonne de la manière qu'il efpéroit l'être à fon cœur pour toute fa vie. Enfin il le conjura de vouloir adoucir les rigueurs de la néceffité qui le retenoit, en conti- nuant, quelque part qu'il fût, de l'ajjijler de fes confeils & de fes injlruclions. » (Baillet, II, 21 5-2 16.)

B « La belle faifon s'avançoit, fans que l'Imprimeur & le Graveur

des figures pujfent finir. M. Defcartes, pour ne point laiJJ'er perdre les commodite\ du voyage qui fe préfentoit,fevit obligé de partir les mains vuides, après s'être ajfuré [en marge : Lipstorp, p. 84] de l'affeclion & de l'indujlrie de M. Schooten, Profeffeur des Mathéma- tiques à Leyde, qui s'étoit chargé des figures, & avoir laifféla lijle de fes amis de Hollande, pour qui il ordonnoit les préfens de fon livre [en marge : Lettr. 3i MS. de Reg. à Desc.]. »

« Avant que de s'embarquer en Zélande, il vit en paffant le Jieur Jean de Beverwick [en marge : né en 1594], dit Beverovicius, Gentil- homme de ùordrecht, Confeiller & Médecin ordinaire de cette ville, qui faifoit imprimer aâuellement à Rotterdam, pour la quatrième édition, le Recueil [en marge : De Termine» fatali] de fes quejlions épifiolaires, enrichi d'un grand nombre de pièces nouvelles, dont la principale étoit celle qui contenoit le fenliment de M. Defcartes fur la circulation du fang. » (Baillet, II, 216.)

I.à-dessus, Baillet rappelle les deux lettres échangées à ce sujet entre Beverovicius et Descartes, 10 juin et 5 juillet 1643 (t. III, p. 682, et ci- avant, p. 3).

Baillet donne, en outre, les renseignements qui suivent : « Le sieur Elzevicr, voyant avancer son impression des Principes de » M. Descartes vers la fin, fit solliciter l'Auteur de luy permettre d'im- » primer en même tems la traduction latine de ses Essais, apiés laquelle

• les étrangers, qui n'avoient point l'usage de la langue Françoise, aspi-

• roient depuis la première édition de ces Essais. Cette Traduction avoit

�� � CCCL. — 4 Juin 1644. 125

��» été faite, depuis peu de mois, par M. de Courcellés, l'ancien Ministre et » Théologien François, retiré en Hollande, comme Rivet, M. Desmarets, » M. Blondel, M. de Saumaise et plusieurs autres sçavans Calvinistes de » France. » (Baillet, II, 21 3.)

« C'étoit alors la mode, parmy les gens de Lettres du premier ordre, de

• briguer l'amitié de M. Descartes et de M. Gassendi; et l'on ne croyoit » pas pouvoir se maintenir dans la réputation de bel esprit ou de sçavant » homme, si l'on n'étoit connu de ces deux Philosophes ou si l'on n'avoit » au moins quelque relation avec eux. M. de Courcellés étoit l'ami parti- » culier de l'un et de l'autre; et parce qu'il sçavoit que M. Descartes avoit » le cœur ulcéré des playes que les livres et les émissaires de M. Gassendi » luy avoient faites, il ne croyoit pas pouvoir se maintenir dans ses bonnes » grâces, qu'en dissimulant ce qu'il étoit à M. Gassendi, et qu'en faisant » quelque chose, qui pût luy être fort agréable, et l'éloigner en même r. têms de la pensée qu'il fût du nombre de certains espions, qu'il croyoit » ne s'approcher de luy que pour le livrer à M. Gassendi. C'étoit se mé- » nager auprès de l'un et de l'autre avec la prudence d'un amy équitable » et sincère; mais c'étoit connoltre assez mal ce cœur ulcéré, qui ne lais- 1 soit pas d'aimer tendrement tous ceux de ses amis de France et de Hol- » lande, qui se trou voient engagez dans l'amitié de M. Gassendi, et qui » n'étoit pas libre, même au milieu de ses petits chagrins, de ne pas aimer » M. Gassendi, depuis qu'il avoit attaché son affection à l'estime qu'il » avoit conçue pour luy. M. de Courcellés crût donc ne pouvoir rien faire » de plus agréable à M. Descartes, ni de plus digne d'un Cartésien aussi » zélé qu'il étoit, que de traduire les Essais de sa Philosophie en une » langue qui pût contribuer à rendre toute la terre cartésienne. Il mit en » Latin le Discours de la Méthode, la Dioptrique et le traité des Météores. » Mais il ne toucha point à la Géométrie, soit qu'il la jugeât au-dessus de

• sa portée, soit qu'il eût avis que M. Schooten se fût chargé de la » traduire. »

« M. Descartes, ayant donné son consentement pour l'impression delà » traduction des trois traittez, fut prié de la revoir auparavant, pour juger de sa conformité avec son original. Il ne refusa point d'user de son » droit d'Auteur, et se servit de cette occasion pour y faire quelques chan- » gemens, comme nous avons remarqué qu'il fit à ses Méditations sur la » traduction françoise de M. le Duc de Luynes. Ce fut donc sur ses » propres pensées qu'il fit des corrections, plutôt que sur les paroles du » Traducteur Latin, à qui il rendit le témoignage d'avoir été fidelle et » scrupuleux, jusqu'à s'efforcer de rendre le sens de l'Auteur mot pour » mot. » (Baillet, II, 214-215.)

On trouve reliés en un seul volume, bien qu'avec une pagination diffé- rente, les deilx ouvrages suivants :

i° Renati Des Cartes Specimina Philosophiar : seu Dissertatio de Me- thodo rectè rcgendce rationis, et veritatis in scientiis investigandœ ; Diop-

�� � i a6 Correspondance.

trice, et Meteora. Ex Gallico translata, et ab Auctore perlecta, variisque in locis emendata (Amstelodami, apud Ludovicum Elzevirium, CID IDC XLIV. Cum Privilegiis. In-4°, p. 33i).

a* Renati Des-Cartes Principia Philosophiœ (Amstelodami, apud Lu- dovicum Elzevirium, Anno CID IDC XLIV. Cum Privilegiis. In-4 , p. 3 10).

��CCCLI.

Descartes a Wilhem. Paris, 9 juillet 1644. Autographe, Leyde, Bibliothèque de l'Univer$ité.

Une demi-feuille, grand format, pliée en deux; au recto du pre- mier feuillet, la lettre (12 lignes, plus l'en-tète, la signature, la date, etc.); au verso du second, l'adresse, avec un cachet de cire rouge, aux initiales R et C entrelacées, auquel est resté un peu de soie jaune. — Publiée par Foucher de Careil, t. II, p. Si, Œuvres inédites de Descartes (Paris, Ladrange, 1860).

Monfieur,

I'apprehenderois que vous n'euffiez opinion, qu'en paflant la mer i'eufie perdu la mémoire de ceux a qui i'ay voué le plus de feruice, fi ie manquois a vous tefmoigner, par letres, que ie conferue icy 5 toutes les mefmes inclinations que i'ay eues en Hollande, & que i'ay autant de paffion pour vous feruir. le partiray demain de cete ville, pour aller en Bretaigne , & n'efpere pas eftre de retour de deux mois. Si vous apprenez, cependant, quelque 10 chofe de Groningue, & que vous me faciez la fa- ueur de le communiquer a Monfieur de Hoghelande,

�� � CCCLI. — o Juillet 1644. 127

qui eft a Leyde, vous m'obligerez. Et ie feray toute ma vie,

Monfieur,

Voftre très humble & 5 très obeiffant feruiteur,

DESCARTES.

De Paris, le 9 Iuillet 1644.

Adresse :

A Monlieur, 10 Monfieur de Wilhelm,

Confeiller de M r le Prince d'Orange & du Confeil de Brabant,

A la Haye.

Baillet, dans La Vie de Morts. Des-Cartes, donne les détails qui suivent sur ce passage du philosophe à Paris :

a M. Descartes n'arriva à Paris que vers la fin du mois de Juin. Sa réso- » lution étoit de ne voir personne qu'après son retour de Bretagne et de » Poitou. Mais il ne pût empêcher les visites de ceux à qui l'Abbé Picot >■ avoit donné avis de son arrivée. La maison de cet Abbé* ne fut pas » l'unique rendez-vous de tant d'amis qui se pressoient d'aller embrasser » un amy qu'ils n'avoient vu depuis prés de quinze ans. On l'alloit aussi » chercher au Palais des Tournelles, chez son illustre amy M. Mydorge, » et on le trouvoit encore quelquefois les matins aux Minimes de la Place » Royale, chez le P. Mersenne. Ce Père ne s'étoit pas contenté de mar- » quer son addresse à leurs amis communs; il avoit encore averty plu- » sieurs de' ceux qui aspiroient après l'honneur de le connoître, et d'en » être connu. » (Baillet, II, 217.)

Suit une citation de la lettre suivante de Méliand, que nous donnons in extenso :

« Ce dimanche, X m * juillet 1644. »

« Monsieur et Reuerend Père », « Je vous remercie très affectueusement de l'honneur de vostre souue-

a. Voir ci-avant, p. 108.

�� � 128 Correspondance.

» nir, et des deux aduis qu'il vous a pieu me donner depuis peu. Le pre- » mier, touchant cet excellent homme en la vraye philosophie naturelle, » qui communiqueroit franchement ce qu'il a et ce qu'il sçait, pourueu » que l'on procedde aussy librement et franchement auec luy, et pour en » examiner et considérer les principes et les causes avec leurs effects. Et » le deux ,M est touchant l'arriuée de Monsieur des Cartes en ceste ville, » d'où il se doibt absenter dans peu de jours. » « Je n'ay peu, sur le premier, vous aller veoir jusques a présent, auec

> regret. Et ce deux"" m'a faict résoudre de receuoir cet honneur demain » matin, et, s'il m'est possible, auec M r de Montarge, plus capable que » moy de voir et entretenir ces deux excellents hommes et extraordinaires » esprits. »

« Je vous donne le bonsoir. »

(Bibl. Nat., MS.f. n. a. 6ao5, p. 414.)

D'autre part, on trouve, dans Baillet, l'anecdote suivante, qui se rap- porte à ce même séjour de Descartes à Paris :

« Ayant sçu que M. Descartes étoit à Paris, durant l'Eté de l'an 1644, » il (M. Arnaud) ne put s'empêcher de l'envoyer visiter par un jeune » Ecclésiastique de ses amis [en marge : M. Wallon de Beaupuis], et de » luy faire offrir ses services. Il luy fît même proposer quelque nouvelle

> difficulté sur sa manière d'expliquer la Transsubstantiation selon ses

• principes, mais plutôt pour donner matière au jeune Ecclésiastique d'un » entretien avec ce grand homme, que pour avoir de luy aucune réponse, » dont il eût besoin sur la difficulté proposée. L'Ecclésiastique rendit » conte de sa visite à M. Arnaud avec les complimcns de M. Descartes; ■ mais il ne parla presque que de la surprise où il avoit été, non seulement » de trouver un Philosophe trés-accessible et trés-affable, mais encore de » voir un si grand génie dans une simplicité et une taciturnité toute extra- » ordinaire. » (Baillet, II, 129-130.)

Voir, à ce sujet, la lettre CCCXLI V, p. 104 ci-avant, éclaircissement.

Enfin une lettre de M. de Bergen, du 3o août 1644, citée plus loin, éclaircissement de la lettre CCCLIII, mentionne aussi ce séjour à Paris et se réfère probablement à une lettre du 8 juillet. Descartes paraît avoir écrit aussi le même jour à Elisabeth.

D'autre part, François Ogier, secrétaire du comte d'Avaux au Congrès de Munster, recevait un exemplaire des Principes, conservé à la Biblio- thèque de Carcassonne, où on lit cette note de sa main : a Hagâ Comitis » missus liber ab autore cum epistola Monasterium Wistofalorum, ubi » nunc temporis commoror in comitatu Claudii Memmii Auuxii Maecc- » natis mei ad pacem. 18 sept. 1644. — F. Ogier. » Le livre était envoyé de la part de l'auteur, avec cette dédicace, qui n'est pas de Descartes :

• F° Ogier acris judicii senatori censenda proponit Des Cartes. » Cf. tome I, p. 6.

�� � CCCLII. — 29 Juillet 1644. 129

CCCLII.

Descartes a l'Abbé Picot.

[Rennes], 29 juillet 1644.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 217-318 (A), et aai (B).

C'est la suite immédiate de l'alinéa imprimé p. 197 comme éclaircisse- ment. Il est continué par la lettre CCCLIV ci-après, du 18 août 1644.

« // (M. Descartes) partit dés le lendemain (c'est-à-dire le 12 juil- let) de Paris pour Orléans, & delà il décendit à Blois che\ M. de Beaune, Confeiller au Préfidial, qui avoit compofé fur fa Géométrie les excellentes Notes dont nous avons eu occafton de parler ailleurs. Il trouva cet amy affe\ incommodé de la goutte. Son mal étoit affe\ grand pour luy interdire les fondions de dehors; mais Un étoit pas fuffifant pour luy ôler l'ufage de la Philofophie & des Mathématiques dans fa chambre. »

Il n'avoit pas encore abandonné le travail des lu- nettes, & il en montra quelques-unes à M. Defcartes, dont les verres étoient Sphériques, & qui fe trou- voient affez bonnes [en marge : Leur. MS. a Picot du 2g Juillet].

« De Blois il pajfa à Tours, où il fut reçu par le frère puîné de M. de Touchelaye, arec tout l'accueil qu'il aurait pu efpérer d'un amy trés~intime, & acquis par une longue converfation. »

Il devoit cela aux recommandations & à la bien- veillance de fon aîné, qui n'avoit pu fe rendre à Tours comme il l'auroit fouhaité [en marge : Ibid. ut supr.].

« Ce Gentil-homme ne luy permit pas de prendre un logement ail- leurs que che\ luy, pendant le têms qu'il s'arrêta dans cette ville, & il Correspondance. IV. 17

�� � i jo Correspondance.

n'y vid que fix per/onnes, outre luy, qui étoient M. le Préfident le Blanc, M. de la Barre, Préfident au bureau des finances de Tours, qui vit encore aujourd'hui, M. Sain fon coufin, Jils de fa Marraine, & trois Feiiillans, dont nous ignorons les noms. Ils avoient déjà tous oiiy parler du livre de Jès Principes comme d'un ouvrage imprimé, de forte que M. Defcartes ne pût fe difpenfer d'en faire envoyer pour eux une demie douzaine d'exemplaires en cette ville, avec une douzaine pour Nantes, lorfqu'il en fut venu de Hollande [en marge : il en augmenta le nombre depuis!. »

« De Tours il alla droit à Nantes, où il ne trouva perfonne de ceux qu'il y cherchait. C'e/l ce qui le fit paffer a Rennes fans s'ar- rêter.. Il y vid f es deux frères, Confeillers au Parlement, V ciné, qui éloit M. Dej'cartes de la Bretalliére, l'autre, qui et oit du fécond lit & s appelait M. de Chavagv.es. Il partit avec eux, le XXIX de Juillet, pour aller au Crévis, à dou\e lieues de Rennes, che\ M. Rogier, leur beau-frére, Seigneur du lieu, qui étoit veuf de la fceur [en marge : Jeanne Descartes] aînée de nôtre Philofophe, & Garde-noble des deux enfans qu'elle luy avoit laiffe\. Toute la famille s'y étant raf- femblée, hors une fceur, qui éloit Madame [en marge : Anne Des- cartesl du Bois-d'Avaugour, puînée de M. de Chavaçnes, & qui demeurait auprès de Nantes, on travailla conjointement à l'accom- modement des affaires dome/liques, qui faifoient tout le fujet du voyage de notre Philofophe en France. Il eut tout lieu de fe louer de M. de Chavagnes, & de fes beaux- frères ; mais il eut de la peine à trouver autant d'équité & de raifon dans fon aine, qui fembloit n'avoir jamais eu beaucoup de confidération pour luy. Ce peu de fèntiment pour un frère, qui méritoit encore toute autre chofe que ce que là na- ture vouvoit exiger, auroit laiffé une tache au nom de M. Defcartes de la Bretailliére, fi ce défaut n'avoit été avantageufement réparé par fes enfans, qui rendent avec ufure à la mémoire de leur Oncle, ce qu'il fembloit que leur père luy avoit refufé de fon rivant. » (Baillet, II, 217-218.)

B « M. Defcartes, arrivant à Paris, trouva l'Abbé Picot <? le P. Merfenne occupe^ du foin d'envoyer dans les Provinces du Royaume les exemplaires de fes Principe^ définie^ pour les omis de dehors [en marge : Lettr. MS du 29 Juillet à Picot]; nais qui at- tendaient l'Auteur pour luy lai fer la fatisfaclion de faire lur-mème fes préfens a ceux de la Ville [en marge : le P. Mersenne etoit sur le point de faire son voyage]. » (Baillet, II, 221.

�� � CCCLIII. — i er Aotit 1644. iji

CCCLI1I.

Elisabeth a Descartes.

[La Haye], t er août [1644]. Copie MS., Rosendaal. près Arnhem, Collection Pallandt.

Publiée par Foucher de Careil,p. 56-58, Descartes et la Princesse Elisabeth (Paris, Germer-Baitlière, i8jg). Comme variantes, les leçons de Foucher de Careil.

Monjieur De/cartes,

Le prefent que M. Van Bergen ma fait 3 , de voflre part, m 'oblige de vous en rendre grâce, & ma confcience m'accufe de ne le pouuoir faire félon fes mérites. Quand 5 ie n'y aurois reçeu que le bien qui en reuient a noflre <fecle>, celuy cy vous deuant tout ce que. les précédents ont payé aux inuenteurs des fciences, puifque vous aue% feul demonjlré qu 'il y en a, iufqu'a quelle proportion mon- tera ma dette, a qui vous donne^, auec l'inflruclion, vne

10 partie de voflre gloire, dans le tefmoignage pvblic h que vous me faites de voflre amitié & de voflre approbation? Les pédants diront que vous efles contraint de baflir vne nouuelle morale, pour m'en rendre digne. Mais ie la prens pour vne règle de ma vie, ne me fentant qu 'au pre-

i5 mier degré, que vous y approuue?, le deflr d'informer

6 <fiecle> omis (en blanc dans le MS.).

a. Van Zurck, sieur de Bergen, était chargé de distribuer en Hollande les exemplaires des Principes, pendant le voyage de Descartes en France.

b. Les Principes sont précédés d'une dédicace à la Princesse Elisabeth.

�� � i j 2 Correspondance.

mon entendement & de future le bien qu'il connoit. C'efi a cette volonté que ie dois l'intelligence de vos œuures, qui ne font obfcures qu'a ceux qui les examinent par les principes d'Ariflote, ou auec fort peu de foin, comme les plus raifonnables de nos doéleurs en ce pais m'ont 5 auoué qu'ils ne les efludioient point, parce qu'ils font trop vieux pour commencer vne nouuelle méthode, ayant vfé la force du corps & de l'efprit dans la vieille.

Mais ie crains que vous retraclere^, auec iujlice, l'opi- nion que vous eufles de ma comprehenfion, quand vous 10 faure^ que ie n'entens pas comment l'argent vif fe forme, fi plein d'agitation & fi pefant tout enfemble, contraire a la définition que vous au e^ fait de la pefenteur ; &, encore que le corps E, dans la figure de la 2 25 e page, le prejfe, quand il efl deffous, pourquoy fe rejfentir oit-il i5 de cette contrainte, lorf qu'il efl au dejfus,plus que ne fait l'air en fortant d'vn vaiffeau ou il a eflé prejfé?

La féconde difficulté que i'aye trouuée efl celle de faire paffer ces particules, tournées en coquilles, par le centre de la terre, fans eflre pliées ou défigurées par le feu qui jo s'y trouue, comme ils le furent du commencement pour former le corps M. Il n'y a que leur vitejje qui les en peut fauuer, & vous dites, dans la page i33 & i34, qu'elle ne leur efl point neceffaire pour aller en ligne droite, &, par confequent, que ce font les parties les moins *5 agitées du premier élément qui s'écoulent ainfi par les globules du fécond. le m 'eflonne pareillement qu'ils pren- nent vn fe grand tour, en fortant des pôles du corps M, & pcjfent par la fuperficie de la terre, pour retourner a

6 eftudioient] étudieroient. — \i contraire] contrairement. — 23 la page] les pages.

�� � CCCLI1I. — i cr Août 1644. i))

Vautre, puif qu'ils peuuent trouuer vn chemin plus proche par le corps C.

le ne vous reprefente icy que les raifons de mes doutes dans vojlre Hure; celles de mon admiration efiant innu-

5 merables, comme aujfi celles de mon obligation, entre lef-

quelles ie conte encore la bonté que vous aue^ eu de m'in-

former de vos nouuelles & me donner des préceptes pour

la conferuation de ma fanté a . Celles-là m 'apportaient

beaucoup de ioye par le bon fucces de vojlre voyage & la

10 continuation du dejjein que vous auie^ de reuenir, & celles-cy b beaucoup de profit, puifque i'en expérimente défia la bonté en moy-mefme. Vous n'aue^pas montré a M. Voetius le danger qu'il y a d'efire vojlre ennemi,, comme a moy ïauantage de vojlre bienueillance ; autre-

i5 ment, il en juieroit autant le titre, comme ie cherche de mériter celuy de

Vojlre tres-affeélionnée amie a vous rendre Jeruice,

Elisabeth. Ce i er d'Aoufi.

2Q Monfieur Dejcartes.

Huygens, qui venait aussi de recevoir son exemplaire des Principia Philosophiœ, écrivit, à ce sujet, au P. Mersenne : « Au camp deuant le Spss de Gant, 16 aoust 1644. » « La Philosophie de M. Descartes vient de m'estre rendue, et de 8 iours » ie n'auray loysir d'y regarder. le voudray vous la pouuoir faire tenir. » Mais, première 1 , i'attendray sçauoir que mon adresse de Calais soit » seure; car i'ay subiect d'en doubter, pour des pacquets que i'ay faict » passer par là, et dont ie n'entens point parler. Continuez moy l'honneur » de vostre amitié. le tascheray de la mériter en partie, comme estant... » (Bibl. Nat., MS.fr. n. a., 6206, f. 11.)

a. Lettre perdue, probablement du 8 juillet.

b. Lire ceux-cy {ces préceptes, \. 7).

�� � i J4 Correspondance.

C'était le même Van Zurck, qui avait remis à Elisabeth son exemplaire, qui envoya aussi le sien à Huygens, comme en témoigne la lettre sui- vante (MS. Bibl. Université de Leyde, coll. Huygens) :

« l'ay esté bien ayse d'aprendre, par la lettre qu'il vous a plu m'escrire, ■: que les exemplaires de la philos(ophie) de M. des C(artee) vous estoyent » rendus; car t'en estois en peine, et m'estois proposé de vous envoyer un » second exemplaire, pour suppléer à la mauvaise adresse que ie pensois •> avoir donné au premier. »

« Les dernières nouuelles que nous auons eues de nostre amy, estoyent » du 8 m< > Iuillet, de Paris, d'où il faisoit estast de partir le lendemain potrr » Nantes; depuis, nous n'auons rien apris de luy. le ne doute pas qu'il i n'ait laissé l'adresse, pour luy faire tenir ses lettres, au R. Père Mer- » cenne, à Paris. Ausy luy doit on enuoyer d'icy quelques hardes; si vous « l'auez pour agréable, de les accompagner d'vn exemplaire de vostre » liure (sans doute les Momenta desultoria, ^ mMVa- en ib44,che\ Abraham » et Bonaventure Elsevier, à Leyde), ie ne manqueray pas de le luy faire » tenir, aussy seurement que ie recherche auec passion l'honneur de vos » commendemens, pour tesmoigner combien ie suis véritablement, » Monsieur, etc.

» De Bergen, le 3o d'Aoust 1644. »

En tète de la lettre, de la main de Huygens, on lit : « A. S. van Zurck •) aan Const. Huy. R(ecepta) Assen, 8 sept. 44. »

��CCCLiV

Descartes a l'Abbé Picot. Le Crcvis, 18 août 1644.

A. Baillki . La Vie de Monsieur Des-Carles, t. II, p. 218-219.

Ce fragment fait suite à la partie A de la lettre CCCLII ci-avant, p.t3o; il- est continué par la lettre CCCLVI ci-après, p. 1 38.

« M. L/e/cartes du Perron (c'e/t ainji qu il faut nommer nôtre Phi- lo fophe, tant qu'il fera dans /on pais, £■ partny fa parenté, pour le diftinguer de fon aine) [en marge : il étoit à Kerleau le 14 d'Août, où il paffa quelque contrat avec fes Yréresl, aimoit véritablement fes proches, & il avoit certainement plus d'indifférence qu'eux pour la poffeffion des biens, du partage de/quels il s'agiffoit entre eux. Cejl ce

�� � CCCLV. — Août 1644. 155

qui le porta à leur faire terminer les affaires plus protnlement qu'il n'auroit dû, s'ily avait cherché fon avantage. Il en récrivit le XVIII d'Août à l'Abbé Picot, auquel il avoit déjà fait fcavoir toute la roule de fon voyage en partant de Rennes pour le Crévis, & luy avoit marqué M. de la Sebiniére à Nantes [en marge : Rue' de Verdun], pour Vadreffe des lettres qu'il luy écriroit de Paris durant fon féjour en Bretagne. Il manda à cet Abbé qu'il avoit, par la grâce de Dieu, expédié la principale affaire qu'il eût en ce pais là, non pas, à la vérité, fi bien qu'il auroit pu defirer, mais mieux, fans doute, que s'il avoit été obligé de plaider. Il efpéroit achever les autres de moindre importance & toutes f es vifites avant l'hyper, & fe rendre pers le milieu du mois d'Oélobre à Paris, où il prétendoit ne refier que cinq oufix jours. L'amour de fa chère folitude de Nord-Hollande s'étant ré- peillé dans fon cœur luy apoit déjà fait prendre les mefures de fon retour, & l'embarras des affaires domefiiques apoit beaucoup aug- menté fon impatience. Plufieurs de fes amis s'ètoient flatté de Vefpè- rance de luy poir prendre un établiffement à Paris [en marge : Lettr. MS. à Picot du 18 Août 1644], &, à ne point mentir, il en fouhoitoit luy-même les occaftons. Mais l'expérience luy faifoit remarquer, de jour en jour, qu'il vaut fouvent mieux fe faire fouhaiter de loin, que de fe laiffer poffeder, avec trop de facilité, à des perfonnes dont il feroit fâcheux d'éprouver enfuite les dégoûts. Luy même s'appercevoit que, plus il étoit proche des objets, moins ilfe fentoit de paffion pour eux; et qu'il avoit encore plus 1 de dégoût pour la France & pour Paris, lorfqu il étoit en Hollande £• à Egmond, que lorfqu' il étoit en France & à Paris. » (Baillet, II, 218-219.)

��CCCLV. Descartes a Elisabeth.

[Le Crévis, août 1644.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 5i, p. 148-150.

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », sans date. Mais c'est la réponse à la lettre CCCLIII, du 1" août, p. 1S1. Elle est

a, Sic, Lire moins.

�� � ïj6 Correspondance. 1,148-149.

donc sans doute du mois d'août 1644, Descartes annonçant son retour en Hollande « dans deux ou trois mois » (p. i38, l. S). — Il se peut toutefois que cette lettre ait été écrite seulement en septembre, auquel cas elle serait datée de Chavagne en Sucé, et non pas du Crépis, où Descartes ne resta que jusqu'au 2S août (voir la lettre suivante, p. i38).

Madame,

La faueur que me fait voftre AltefTe de n'auoir pas defagreable que i'aye ofé témoigner en public com- bien ie l'eftime & ie l'honore 2 , eft plus grande, & m'oblige plus qu'aucune que ie pourois receuoir d'ail- 5 leurs. Et ie ne crains pas qu'on m'acufe d'auoir rien changé en la Morale, pour faire entendre mon fenti- ment fur ce fuiet ; car ce que i'en ay écrit eft fi véri- table & fi clair, que ie m'aflure qu'il n'y aura point d'homme raifonnable qui ne l'auouë. Mais ie crains 10 que ce que i'ay mis, au refte du liure, ne foit plus dou- teux & plus obfcur, puifque V. A. y trouue des diffi- culté z.

Celle qui regarde la pefanteur de l'argent vif b , eft fort confiderable, & i'euffe tafché de l'éclaircir, finon <5 que, n'ayant pas encore affez examiné la nature de ce métal, i'ay eu peur de faire quelque chofe contraire à ce que ie pouray aprendre cy-apres. Tout ce que i'en puis maintenant dire, eft que ie me perfuade que les petites parties de l'air, de l'eau, & de tous les autres 20 cors terreftres, ont plufieurs pores, par où la matière tres-fubtile peut paffer ; & cela fuit affez de la façon dont i'ay dit qu'elles font formées. Or il fufit de dire

a. Epitre dédicatoire des Principia Philosophie.

b. Voir ci-avant, p. i3a, L II.

�� � i, i49-'5o. CCCLV. — Août 1644. ixj

que les parties du vif argent & des autres métaux ont moins de tels pores, pour faire entendre pour- quoy ces métaux font plus pefans. Car, par exemple, encore que nous auouaffions que les parties de l'eau 5 & celles du vif argent fuffent de mefme groffeur & figure, & que leurs mouuemens fuffent femblables, fi feulement nous fupofons que chacune des parties de l'eau efl comme vne petite corde fort molle & fort lafche, mais que celles du vif argent, ayant moins de 10 pores, font comme d'autres petites cordes beaucoup plus dures & plus ferrées, cela fufit pour faire en- tendre que le vif argent doit beaucoup plus pefer que l'eau.

Pour les petites parties tournées en coquille 8 , ce

i5 n'eft pas merueille qu'elles ne foient point détruites

par le feu qui efl au centre de la terre. Car ce feu-là

n'eflant compofé que de la matière tres-fubtile toute

feule, il peut bien les emporter fort vifte, mais non

pas les faire choquer contre quelques autres cors

20 durs ; ce qui feroit requis pour les rompre ou dijuifer.

Au refle, ces parties en coquille ne prennent point

vn trop grand tour pour retourner d'vn pôle à l'autre b .

Car ie fuppofe que la plufpart paffe par le dedans de

la terre ; en forte qu'il n'y a que celles qui ne trou-

25 uent point de paffage plus bas, qui retournent par

noflre air. Et c'efl la raifon que ie donne, pourquoy

la vertu de l'aimant ne nous paroifl pas fi forte en

toute la maffe de la terre, qu'en de petites pierres

d'aimant.

a. Page 1 32, 1. 18.

b. Ib., 1. 27.

COKRFSPONDANCE. IV. l8

�� � i}8 Correspondance. i, i5o.

Mais ie fupplie tres-humblement voftre AltefTe de me pardonner, û ie n'écris rien icy que fort confu- fement. le n'ay point encore le liure dont elle a dai- gné marquer les pages, & ie fuis en vn voyage continu; maisi'efpere, dans deux ou trois mois, auoir l'honneur de luv faire la reuerence à la Hâve. le fuis, &c.

��CCCLVI.

Descartes a i.'Abbé Pjco i .

Chavagne en Sucé, 11 septembre 1644.

[A. BailletI, La Vie de Monsieur Des-Cartes. tome II, p. 210-120.

Pour faire suite immédiatement à la lettre CCCLIV ci-avant, p. i35.

« Ce fut au Crëvis qu'il {M. De/cartes) apprit que les exemplaires imprime^ de/es Principes étaient enfin arrive^ de Hollande à Paris; & M. Picot luy manda qu'il n'avait point trouvé d'expédient plus propre à Je confoler de /on abfence, que la traduction françoife de cet ouvrage, qu'il avoit commencée dés /on départ de Paris, fur l'exem- plaire imparfait [en marge : fans figures] qu'il avoit apporté pat- avance de Hollande dans fa vali/e. Il demeura au Crévis ju/qu'à la Fête de S. Louis % fans pouvoir vacquer à autre chofe qu'aux vifites de la nobleffe voifine, & aux honnêtes paffe-têms que luy procuroienl Meffieurs Rogier, père & fils. Il fallut aller enfuite à Chavagnes, au territoire de Nantes, pour fatisfaire le Seigneur du lieu, qui l'y re- tint plus long-tèms qu'il n'aurait fauhaité, dans des amufemensfem- blables à ceux dont on l'avoit divertr au Crévis. Il écrivit à Cha- vagnes, le XI de Septembre, à l'Abbé Picot, qui luy avoit mandé, dans fa dernière, qu'il avoit déjà traduit les deux premières parties def-s Principes; £■ il luy marqua que, pour luy, Un avoit pas encore feu trouver, depuis fon départ de Paris, le tèms de lire la traduàion

a. Le 25 août.

�� � CCCLVII. — Octobre 1644. 159

/rançoi/e de /es Méditations, /aite par M. le Duc de Luynes 1 , qu'il avoit apportée dans la pen/ée de s'en /aire une occupation agréable dans le cours de /on voyage. » (Baillet, II, 219-220.)

Baillet termine ainsi ce chapitre xiv du Livre VI :

« Il partit le Jeudy Juivant b pour aller en Poitou, après avoir acquité les vijites qu'il avoit à rendre dans la ville de Nantes aux per/onnes les plus qualijiées. Il u/a de toute la diligence pojjible pour abréger les affaires & les vi/ites qu'il devoit dans cette province, afin de ne pas manquer à la parole qu'il avoit donnée de/e trouver à Paris vers le milieu d'Octobre. Au /or tir de la ville d'Angers, /e trouvant dans laparoijfe de Sainl-Mathurin, J'ur le point de paffer la Loire', il fit venir un Notaire [en marge : René Marion] de la ville de Beau- fort, & paffa une procuration nouvelle à M. du Bouëxic de la Ville- neuve, le XIX de Septembre [en marge : Procur. MS. du 19 Sept. 16 44], pour pouvoir vendre et aliéner tous les contrats de con/litution de rentes qui luy étoienl dues par la cej/ion de M. de la Bretalliére /on frère aine. » (Baillet, II. 220.)

Pendant son séjour au château de Chavagne, Descartes fut parrain d'un enfant nouveau-né de son frère Joachim Descartes et de sa belle-sœur Marguerite Dupont. C'était un garçon, déjà baptisé du i5 août, et nommé, le 9 septembre, René, comme son oncle. [La Famille de Descartes en Jiretagne, par S. Ropartz, p. 109 et 111. Mémoires Je l'Association Bretonne. Saint-Brieuc, 1876.

��CCCLVII. Descartes au P. [CharletJ

Paris, octobre 1644. 1 exte Je Clerselier, tome III, lettre 19, p. 106-107.

« A vn Reuerend Père Iesuite », dit Clerselier, sans nom ni date. Mais cette lettre et les deux suivantes ont été envoyées toutes trois

a. Voir sur cette traduction. ci-après lettre à Clerselier, du 10 avril 1645.

b. Le 1 5 septembre.

�� � 140 Correspondance. m. 106-107.

ensemble, et la troisième (lettre CCCLIX ci-après) indique que les deux premières devaient être remises, l'une au P. Charlet, l'autre au P. Dinet (p. 14S, l. 14 et i5). Or un passage de celle-ci (/. 6-7) fait présumer qu'elle s'adresse au P. Charlet. Elle est sans doute du milieu d'octobre, Descartes ayant attendu son retour à Paris, où se trouvaient les exemplaires des Principes, pour enfairela distribution.

Mon Reuerend Père,

Ayant enfin publié les Principes de cette Philofo- phie, qui a donné de l'ombrage à quelques-vns, vous efles vn de ceux à qui ie defire le plus de l'offrir, tant à caufe que ie vous fuis obligé de tous les fruits que ie 5 puis tirer de mes eftudes, veu les foins que vous auez pris de mon inftitution en ma ieuneffe 3 , comme aufli à caufe que ie fçay combien vous pouuez, pour em- pefcher que mes bonnes intentions ne foient mal in- terprétées par ceux de voftre Compagnie qui ne me 10 connoiffent pas. le ne crains point que mes efcrits foient blafmez ou méprifez par ceux qui les examine- ront ; car ie feray toufiours bien-aife de reconnoiftre mes fautes, & de les corriger, lors qu'on me fera la fa- ueur de me les apprendre; mais ie defire éuiter, au- i5 tant que ie pourray, les faux preiugez de ceux à qui c'eft affez de fçauoir que i'ay efcrit quelque chofe, touchant la Philofophie (en quoy ie n'ay pas entière- ment fuiuy le ftile commun), pour en conceuoir vne mauuaife opinion. Et pource que ie voy défia, par ex- 20 perience, que les chofes que i'ay efcrites, ont eu le bonheur d'eftre receuës & approuuées d'vn affez grand nombre de perfonnes, ie n'ay pas beaucoup à craindre qu'on réfute j mes opinions. le voy mefme que ceux

a. Voir ci-après lettre CCCLXIV (Clers., III, 109).

�� � in, io 7 . CCCLVII. — Octobre 1644. 141

qui ont le fens commun aflez bon, & qui ne font point encore imbus d'opinions contraires, font tellement portez à les embrafler, qu'il y a apparence qu'elles ne pourront manquer, auec le temps, d'eftre receuës de 5 la plufpart des hommes, & i'ofe mefme dire des mieux fenfez. le fçay qu'on a crû que mes opinions eftoient nouuelles ; & toutesfois, on verra icy que ie ne me fers d'aucun principe, qui n'ait efté receu par Ariftote, & par tous ceux qui fe font iamais méfiez de philofo-

10 pher. On s'efl aufli imaginé que mon deffein eftoit de réfuter les opinions receuës dans les Efcoles, & de taf- cher à les rendre ridicules ; mais on verra que ie n'en parle non plus que fi ie ne les auois iamais apprifes. Enfin, on a efperé que, lorfque ma Philofophie paroif-

i5 troit au iour, on y trouueroit quantité de fautes, qui la rendroient facile à réfuter; & moy, au contraire, ie me promets que tous les meilleurs efprits la iugeront fi raifonnable, que ceux qui entreprendront de lim- pugner, n'en receuront que de la honte, & que les plus

20 prudens feront gloire d'eftre des premiers à en por- ter vn fauorable iugement, qui fera fuiuy, par après, de la pofterité, s'il fe trouue véritable. A quoy fi vous contribuez quelque chofe, par voflre authorité & voftre conduite, comme ie fçay que vous y pouuez

a5 beaucoup 8 , ce fera vn furcroift aux grandes obliga- tions que ie vous ay deûa, & qui me rendent, &c.

a. Le P. Charlet était Assistant de France auprès du Général de la Compagnie de Jésus.

�� � 142 Correspondance 111,107-108.

��CCCLVIII.

Descartes au P. [Dinet]. [Paris, octobre 1644/

Texte de Clerselier, tome III, lettre 20, p. 107-108.

  • A vn Reuerend Pere Iesuite », dit Clerselier, sans nom ni date.

Mais la lettre suivante donne le nom du destinataire; et il suffit de les lire l'une et l'autre, ainsi que la précédente, pour voir que toutes trois ont été envoyées en même temps. Voir prolégomènes, p. i3y et p. 143.

Mon Reuerend Pere,

Voicy enfin les Principes de cette malheureufe Phi- lofophie, que quelques-vns ont tafché d'étouffer auant fa naif|fance. I'efpere qu'ils changeront d'hu- meur, en la voyant, & qu'ils la trouueront plus inno- 5 cente qu'ils ne s'eftoient imaginé. Ils y trouueront peut-eftre encore à redire, fur ce que ie n'y parle point des animaux ny des plantes, & que i'y traitte feule- ment des corps inanimez ; mais ils pourront remar- quer que ce que i'ay obmis, n'eft en aucune façon ne- 10 ceffaire pour l'intelligence de ce que i'ay efcrit. Et en- core que mon traitté foit affez court, ie puis dire pourtant que i'y ay compris tout ce qui me femble eftre neceflaire pour l'intelligence des matières dont i'ay traitté, en forte que ie n'auray iamais plus befoin <5 d'en efcrire.

I'ay eu, ces iours paffez, beaucoup de fatisfacrion d'auoir eu l'honneur de voir le Reuerend Pere Bour-

�� � m, io8. CCCLIX. — Octobre 1644. 14}

din, & de ce qu'il m'a fait efperer la faueur de Tes bonnes grâces. le fçay que c'efl particulièrement à vous que ie dois le bon-heur de cet accommode- ment ; aufli vous en ay-ie vne tres-particuliere obliga- 5 tion. & ie ferav toute ma vie, &c.

��CCCLIX.

Descartes ai P. [Bourdin].

Paris, octobre 1644. Texte de Clerselier, tome III, lettre si, p. 108-109.

« A vn Reuerend Père Iesuite », dit Clerselier, sans nom ni date. Mais, dans la lettre précédente, Descartes rappelle qu'il a eu, « ces iours passez, l'honneur de voirie Reuerend Père Bourdin » (p. 142, l. 18), et les termes de celle-ci : « lorsque i'ay eu l'honneur de vous voir » [p. 143, l. 7), montrent qu'elle s'adresse au P. Bourdin lui- même. Voir les prolégomènes des deux lettres précédentes, avec les- quelles celle-ci fut envoyée, p. i3q et p. 142.

La bien-veillance que vous m'auez fait la faueur de me promettre, lors que i'ay eu l'honneur de vous voir, eft caufe que ie m'adreffe icy à vous, pour vous fup- plier de vouloir receuoir vne douzaine d'exemplaires

10 de ma Philofophie, &, en ayant retenu vn pour vous, de prendre la peine de diftribuer les autres à ceux de vos Pères de qui i'ay l'honneur d'eftre connu. Comme, particulièrement, ie vous fupplie d'en vouloir enuoyer vnou deux au Reuerend Père Charlet, & autant au Re-

i5 uerend Père Dinet, auec les lettres que ie leur écris 11 ;

a. Lettres CCCLVII et CCCLVIII, p. 140 et 142 ci-avant.

�� � 144 Correspondance. in, io8-:<>9.

& les autres feront, s'il vous plaift, pour le R. P. F.*, | mon ancien Maiftre, & pour les Reuerends Pères Vatier, Fournier, Mefland, Grandamy, &c.

Page 144, 1. i L — On songe d'abord au P. Filleau, Provincial de la Province de France, du 28 février 1642 au 3 octobre 1645. Mais Descartes a déclaré, t. III, p. 596, 1. 20, qu'il ne le connaissait pas. Reste le P. Jean François, qui fut professeur de Philosophie et de Mathématiques à La Flèche, de 1 61 3 à 1621. Mais Descartes était sorti du Collège en août 1612; peut-être cependant avait-il eu quelque temps le P. Jean François comme Répétiteur, ainsi que le P. Noël (cf. t. I, p. 384, éclaircissement). Peut-être aussi la lettre F est-elle mise là pour une autre initiale. Toute- fois, dans les Lettres MSS. à Mersenne, on trouve, daté de Nevers, 28 sep- tembre 1647, le post-scriptum suivant d'une lettre du P. Jean François :

« P. S. Milles recommandations a Monsieur Descartes. le trouue toutes » ces (sic) règles du mouuement, a la reserue de deux, bien douteuses, et, » selon le P. Fabri, fausses. » [Bibl. Nat., MS. fr. n. a., 6204, f. i86 x p. 386.)

Baillet, Vie de Mons. Des-Cartes, donne les détails suivants sur le séjour du philosophe à Paris, en octobre 1644 :

« Sur les mesures que M. Descartes avoit prises à son retour du Poitou » pour se rendre en Hollande avant les glaces, il s'étoit réduit à la néces- » site de ne pouvoir point passer plus de dix ou douze jours à Paris. Il les » employa en des visites continuelles, qu'il rendit à ses anciens amis, » qu'il n'avoit vus depuis le siège de la Rochelle, et à ceux que sa répu- » tation luy avoit faits pendant son absence. » (Baillet, II, 239.)

« Il se crut obligé, durant son séjour de Paris, d'aller aussi rendre visite » à Monsieur le Duc de Luynes, qui luy avoit donné des marques si » éclatantes de son estime par l'honneur qu'il luy avoit fait de traduire ses » Méditations, et de luy abandonner sa traduction avec la liberté d'en » faire ce qu'il jugeroit à propos. »

« Il vid aussi M. Clerselier, Avocat en Parlement, qui avoit traduit les » objections faites contre ses Méditations avec ses réponses à ces objec- » tions. . . Il avoit pour beau-frèreM. Ghanut, qui n'étoit encore alors que » Président des Trésoriers de France en Auvergne, et qui fut depuis » Ambassadeur en Suéde, Plénipotentiaire en Allemagne, Ambassadeur » en Hollande, et Conseiller d'Etat ordinaire. » (Ib., II, 241.)

« M. Chanut, pour commencer à donner à M. Descartes des preuves •> solides de son amitié naissante, voulut le mener chez Monsieur le » Chancelier {Séguier), qui reçût nôtre Philosophe avec tous les témoi- • gnages d'estime qu'on pouvoit attendre d'un Magistrat qui étoit homme » de Lettres, fauteur des Sçavans, et qui avoit connu le mérite de M. Des- » cartes par la lecture des Essais de sa Philosophie, lorsqu'il fut question

�� � CCCLIX. — Octobre 1644. 145

» de Iuy accorder le privilège de l'impression. M. Chanut ne crut pas « devoir s'en tenir à ces premières démarches; il voulut encore employer » le crédit qu'il avoit auprès de M. le Chancelier, et même celuy que ses » amis avoient sur l'esprit du Cardinal Mazarin, pour procurer à M. Des- n cartes une pension du Roy, qui pût le mettre en état de faire de grandes » expériences, et d'augmenter les connoissances qu'il avoit de la Nature. » La chose ne réussit pas au gré de M. Chanut: et M. Descartes, étant sur » son départ, pour retourner en Hollande, fut obligé de le consoler en » luy marquant qu'il ne recherchoit point ces sortes de secours, et que » s'étant fait une maxime de se contenter de ce qu'il avoit plu à Dieu de » luy donner, il croiroit avoir remply tous ses devoirs, s'il consacroit à » l'utilité publique tout ce qui dépendoit de luy, c'est-à-dire, tous ses ta- » lens et tout son patrimoine, sans se soucier d'y employer le bien d'au- » truy. » (/*., II, 243-244.)

Notons qu'à ce même moment une pension de 6,000 livres fut accordée à Saumaise, par lettre patente du 3 septembre 1644, enregistrée le 25, et qu'en outre, une lettre lui fut écrite, de la part du roi, le 4 novembre 1644, signée Louis et de Loménie, pour qu'il revint en France. Saumaise resta en Hollande et publia l'année suivante, 1645, à Leyde, chez les Elzcviers, Cl. Salmasii librorum de primatu Papa? pars prima, qui rendait son re- tour en France impossible. Ainsi fut réduit à néant le vœu que formait Philibert de la Mare, dans une lettre à Gassend, écrite de Dijon le i*' février 1642, à propos de Naudé, que Mazarin venait d'attacher à sa maison : « ... desinet tune aliquomodo Gallorum querela, qui stirpes s apud se enatas in alieno solo radicem agere queruntur ; sed omninô » desinat, velint Superi, breui Salmasij et Cartesij reditu, quorum prior « apud nos agit proximo vere in Bataviam migraturus; vterque vt post- » liminij iure parenti suae Galliae reddatur et opto, et cordatorum quot- » quot sunt hominum votum est. » (Gassendi Opéra, i658, t. VI, p. 446.)

Baillet continue :

« On prétend [en marge: Relat. MS. de M. Macquets d'Arras] que, pen- » dant ce peu de jours qu'il avoit à passer à Paris, il hanta souvent les » Pérès Théatins nouvellement établis en France, qu'il alla presque tous » les jours entendre la messe chez eux, qu'il fit amitié particulière avec » plusieurs de leurs Pérès, et nommément avec le Père Chappuys. »

« Ce fut aussi en ce voyage qu'il vid le Lord Kénelme Comte d'Igby *, » Seigneur Anglois, Catholique, Chevalier de la jarretière, Chancelier de » la Reine d'Angleterre et son Résident à Rome, très-connu en France » par ses habitudes et ses écrits. Le Chevalier d'Igby venoit d'achever la » composition de son grand livre de l'Immortalité de l'Ame [en marge: » L'ouvrage ne fut imprimé qu'en i65i, après la mort de M. Oesc.],ei il » eut de longues et fréquentes conférences avec M. Descartes au collège » de Boncourt, où ils s'étoient donnez le rendez-vous [en marge: Rélat.

a. Voir t. III, p. 89-90, éclaircissement.

Correspondance. IV. 19

�� � 146 Correspondance.

» de Macquets). Quoiqu'ils ne pussent s'accorder sur quelques points de » la Métaphysique, touchant la nature et l'état de l'Ame, ils ne laissoient » pas de s'estimer beaucoup l'un et l'autre. Ils se traitoient avec des » honnêtetez et des déférences réciproques, qui charmoient les témoins de » leurs conférences. » (Ib., II, 244.)

Voici enfin deux documents, septembre et octobre 1644, sur les senti- ments de Gassend et de Descartes l'un pour l'autre à ce moment.

i° Le 20 septembre 1644, Henricus Bornius écrivait d'Utrecht la lettre suivante à Gassend, en lui rappelant d'abord le contenu d'une lettre précédente, datée du 1" mai :

« Et nisi me fallit memoria, aliquid etiam notaueram de Thrasonicis » Cartesij, super vltimo tuo contra illum scripto, dictis : scilicet illum » sciscitantibus discipulis, quando se ad refutandum illud accingeret, » nihil aliud solitum esse responsi dare, quàm te mentem illius non » cepisse; se tamen, vt illis morem gereret, aliquid annotaturum in noua » suâ Philosophie (quae iam in lucem prodijt), ex quo vel puer minimus « illorum nodos, quos ipse nexueras, posset soluere. Summum viri in- » genium exosculor; sed hune agendi modum, praesertim in causa malâ, » vbi ipsi semper haerebit aqua, cane peius et angue odi, non Philosophi, » sed profani vulgi, illum esse iudicans. Effutiat quaecumque in buccam » venerint, numquam tamen efficiet quominùs illius Metaphysica impos- » terum à solide eruditis sibilis et cachinnis non excipiatur, et nullus » dubito quin.nisi hâc nuper édita Physicx parte, damnum, quod ex no- » minatà Metaphysica passa est eius fama, resarciat, Philosophi nomine » apud multos excidat. Tuarum sanè videtur esse partium, Virorum » Optime, et illam examinare, et quos ibi forte an repereris errores, » Mundi oculis subijeere. Hoc mecum à te flagitant summi et principes » Batauias nostra; Viri, qui quotidie vota illa concipiunt; quibusdam ex » illis promittere debui, me submissè a te illud esse petiturum, praesertim

> cum me non omninô desperare significarem, te fortasse, an pro tuâ in me d benignitate, et summoerga omnes, quicumque tandem sint, qui veritati » litant, affectu, nos voti non esse damnaturum. Vt itaque promissis stem,

> illud a te oro, petoque ardentissimis precibus, dummodô res tuae illud d ferant, certus te sternum, hoc nunquam obliuiscendo bénéficie, nos » omnes obstricturum esse. » [Gassendi Opéra, Lyon, i658, t. VI, p. 480.)

a Gassend lui répondit, le i« r octobre :

« Quod de Physicâ Cartesianà me rogitas, nihil esse potest, quod iam » respondeam, cui illam vidercm nondum contigit. Quippe nec prostat a adhuc venalis, nec Mersennus eius Exempli, quod per Vercdarium obti-

• nuit, copiam ante discessum fecit. Nescio aliunde, an-non possit videri » nimis inurbanum, et à meo genio nimis alienum, pacatum dissidium » vltrô renouare, et in librum, qui me speciatim non attineat, inquirere. » Vtcunque ille iam in me, non scriptis, sed verbis insultet, ac fuerit in

  • i^to quoque opère, tacite, vt ais. me subnotaturus. nimis me intérim et

�� � CCCLX. — 8 Novembre 1644. 147

» tu, et tôt alij insignes Viri, quos insinuas, obstringitis,cùm me reputare » eum dignamini, qui viri commenta retegere possim. Id scilicet affectui » tribuo, curtae rei alioquin conscius, ac non nescius prouinciam hanc » ad vos longé potiùs spectare. » (Ib., t. VI, p. 202.)

��CCCLX.

Descartes a l'Abbé Picot. [Calais], 8 novembre 1644.

��A. Bajli.et], La Vie de Monsieur Des-Caries, t. II, p. 240-24;.

��« Après la fête defainl Simon', le P. M erfeiine, délivré de l'int- prejjion du gros recueil de pièces Phjfiques & Mathématiques qu'il intitula Cogitata Phyfico-Mathematica, & n'ayant plus rien, au dé- part de M. Defcartes, qui put le retenir à la Ville, partit pour un voyage de huit ou neuf mois qu'il avoit à faire en Italie ; et M. Def- cartes, ayant laijfé le rejle des exemplaires de fes Principes, fous la difpofilion de l Abbé Picot, che^ la veuve Pelé, Libraire de la rue S. Jacques, prit la route de Calais pour retourner en Hollande. [En marge : Lettr. à Picot MS. du 8 Novemb. 1644.] H f ut arrêté par les vents dans cette ville pendant prés de quinze jours, où il ne put s'oc- cuper d'autre chofe que de la leclure de la verjion françoife que l'Abbé Picot f on hôte avoit faite de fon livre des Principes, & dont il avoit apporté les deux premières parties avec luy. Il en écrivit au Tra- duâeur le vin de Novembre, pour luy marquer qu'il la trouvoit excellente, & qu'il ne pouvoit la fouhaiter meilleure. » (Bailler, II. 246-247.)

Voir la suite, lettre CCCLXVT1I ci-après, 9 février 164D. p. ij5. a. Le 28 octobre.

�� � 148 Correspondance.

CCCLXI.

Regius a Descartes.

Utrecht, 18 novembre 1644.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 248-249.

« M. De/carles à fon arrivée en Hollande, qui fut. le XV du mois de Novembre, apprit de M. Bloemaert la mort de leur intime ami le Jieur Jean Albert Bannius, Prêtre de Harlem. »

Baillet rappelle la date de cette mort : « environ six semaines après son départ de Hollande » a , et pense avec raison que Descartes avait dû l'ap- prendre en France par le P. Mersenne, à qui Huygens l'avait écrit. Il dit à tort « Christianus Hugenius », le fils, au lieu de Constantin, le père, et il cite en marge : « Lettr. MS. de Chr. Huyghens à Mersenne du 16 Août 1644. » Voici cette lettre tout au long :

« Au camp devant le Sass de Gant. »

« C'est icy que vellem nescire litteras, pour me pouuoir dispenser de » vous donner la triste nouuelledu trespas du pauure S r Bannius, soudai- » nement emporté d'vn catarrhe et d'vne foiblesse suruenue îa nuict,

  • quand, se croyant au dessus de sa maladie, il auoit enuoyé les parents

» qui l'estoyent venu visiter. Charitum et Musarum iste luctus est; et les » sciences y perdent beaucoup, notamment celle qu'il embrassoit si tort. » Car, comme i'ay tousiours dit, il y auoit des choses considérables en » ses principes, quoy que la prattique n'en reuscissoit pas entre ses » mains b ; car autre chose est de bien sçauoir la prosodie, et autre d'estre » bon poète. Enfin, vn honeste amv perdu. Mais Dieu l'a faict. » (Bibl. Nat., MS.fr. n. a. 6206, f. 11.)

« M. Defcartes alla droit en h' ord- Hollande fe retirer à Egmond de Binnen, dans la réfolution defe renfermer, plus profondément que jamais, au fonds de fon ancienne folitude, et de s'appliquer, loin des importunite\ de fes voifins £• des vifites de fes amis, à la connoif- fance des animaux, des plantes, 6- des minéraux. Cependant fes amis d' Utrecht étaient encore dans de grandes inquiétudes pour fon paf-

a. Exactement le 27 juillet 1644.

b. Voir t. III, p. 255, 1. 20, et éclaircissement, p. 361.

�� � CCCLXI. — 18 Novembre 1644. 149

/âge, depuis les fâcheufes nouvelles qu'ils en avoient reçues de Calais. Plufieursje trouvèrent le XVII de Novembre che\ M. de Haejlrecht, où M. Regius s'étoit rendu à la compagnie d'un Gentil-homme fort qualifié & fort ami de M. De/cartes, nomme' Antoine Studler van Zureck, feigneur de Berghen en Kennemerlandt, a qui M. Defcartes avoit coutume de faire fes emprunts, pour l'argent dont il avoit be- foin. Pendant que Von difcouroit des dangers defon voyage, plus ou moins grands par mer ou par terre, ils virent arriver un autre Gen- til-homme nommé Comelis van Hooghelande, qui venoit vifiter M. de Haejlrecht & le soulager de fes incommodité^ de la pierre par fes remèdes, et par l'heureufe nouvelle du retour de leur ami. Il Je montra auffi à propos que le Dieu qui fort de la machine, pour délivrer la compagnie de fes inquiétudes. Il leur fit voir une lettre de la main de M. Defcartes, qui changea leurs appréhenfions en une joye toute extraordinaire. M. Regius en porta aujji-tôt la nouvelle à tous leurs amis de la ville, et il écrivit dés le lendemain [en marge : Lett. MS. de Reg. du 18 Novembre 1644J une lettre de commune réjouifance en leur nom à M. Defcartes. Elle était remplie de voeux, pour de- mander au ciel qu'il ne les exposât plus au danger de perdre le bien qu'ils venoient de recouvrer; et que celur qu'ils appelloient la lumière éclatante de leur pais ne ceffdt plus de les éclairer. La lettre fut addrejfée à M. de Hooghelande avec une belle réponfe à celle [en marge : Lett. MS. 37 de Reg. à Hooghelande du 18 Novembre 1644] que ce Gentil-homme avoit écrite en particulier à Al. Regius, qu'il ne crovoit pas devoir trouver che\ M. de Haejlrecht. » (Bailler, II, 248-249.)

Baillet ne donne pas le numéro de cette lettre de Regius à Descartes du 18 novembre 1644, mais on ne peut hésiter qu'entre les numéros 3i et 3a, puisque la 3o" lettre est celle du 4 juin 1644 (ci-avant CCCL, p. 123) et que la 33° lettre est du 6 juillet 1643 ci-après. Nous avons donné plus haut (p. 124) un extrait de la lettre 3i. Baillet la mentionne encore (II, 228) en regard du passage suivant :

« Ceux qui confidéreront l'addrejfe avec laquelle il (Descartes) rappelle » à un fort petit nombre de principes clairs et intelligibles une multitude » prefque infinie de chofes trés-cachées, quand même ils croiroient qu'il » n'aurait pojè ces principes que par hasard et fans raifon, ne laijjeront » pas de reconnoitre qu'il n'ejl prefque pas pojjible que tant de chofes >> puffent Je trouver fi naturellement unies et fi heureufement liées, fi les » principes d'où elles font déduites ejloient faux . >>

Quant à la lettre 32 de Regius à Descartes, Baillet la mentionne en marge (II, 210) sous cette tonne : V. aussi la lettre MS. de Regius tou-

�� � i^o Correspondance.

chant Jonsson, en regard d'un alinéa II, 210-211), pour lequel il cite également Op. Gassendi, tome VI. p. 470, p. 480, et p. 48g (lettres de Sorbilrc et de Bornius à Gassend: et encore : Regii Epist. MS. ad Cartes : [Les disciples de M. Descartes en étoient allarine\. Il s'agit de l'effet produit en Hollande par les Instances de Gassend contre les Méditations (voir ci- avant l'éclaircissement, p. 5g à 62). Samson Jonsson, prédicateur de la reine de Bohème, aurait en particulier, momentanément au moins, été séduit par les objections de Gassend.

��CCCLX1I.

Descartes a Du Pu y.

Egmond, 5 janvier 1645. Ai i . Paris, bibl. Nat . /■ nds Du l'uy, vol. ôjS, /■ 243.

On ne sait auquel des deux frères, Pierre ou Jacques du Pur, cette lettre était adressée. Tous deux tinrent <> cabinet », à l'hôtel du Pré- sident de Thou (mort le 7 mai iâlj), rue des Poictevins, à Paris, c'est-à-dire , suivant l'explication du Dictionnaire de Trévoux, (i qu'Us y recevoient les honnêtes gens qui s'y voulaient assembler, pour faire une conversation savante et agréable ». // y avait la plus de 8,000 volumes de la Bibliothèque du Président, et tout autant de leur Bibliothèque propre, léguée par leur père, Claude du Pur. En juin 1645, les deux frères achetèrent la charge d'Intendant de la Bibliothèque du Roi, et s'installèrent rue de la Harpe.

Monfieur,

le ne doutois point, lorfque i'ellois a Paris', que. fi ie pouuois receuoir inftruction de quelqu'vn, tou- chant la comète de l'an 1475, obferuée par Regiomon- tanus, ce feroit apurement de vous, plutoft que d'au- cun autre, Mais, que sous a\ez pris la peine de me lenuover iufques icy, c'eft vn cltecl de \orlre cour-

a. luillei ei octobre 1644. Voir ci-avani p. 137 ci 144. éclaircissement* .

�� � CCCLXII. — 5 Janvier 1645. 151

toifie que ie confeffe n'auoir ofé efperer, pour ce que i'ay creu ne mériter point tant de faueur.

I'auois défia vu les premières lignes de cete obfer- uation, dans le Libra AJîronomica 3 , efcrit contre Ga-

5 lilee, & aufTy dans vn autheur Allemand, dont i'ay oublié le nom ; mais ie n'auois encore fceu voir les fuiuantes, qui m'apprenent que la queue de cete co- mète a toufiours efté tournée vers les eftoiles des Iu- meaux, c'eft a dire vers le lieu le plus efloigné du

10 foleil, lequel eftoit alors en Aquarius. Et ie fuis très ayfe de le fçauoir; car cela confirme ce que i'en ay efcrit, a la fin de la 175 page de mes principes, & aufTy en la page 166, ou i'ay dit que ceft la mefme comète, qui a efté defcrite b par Pontanus c ,en ces vers,

i5 Vidimus Icario nuper de Jidere lapfum &c,

ou il dit qu'au commencement de fon apparition, elle auoit vne cheuelure qui la precedoit, & après, vne queue qui la fuiuoit, ce qui s'accorde auec l'autre.

a. Libra Astronomica ac Philosophica, qua Galilaei opiniones de Co- metis examinantur, a Lothario Sarsio Sigensano (Pérouse, in-4 , 1619). Le vrai nom de l'auteur est Orazio Grassi, Jésuite italien de Savone. Descartes cite le même ouvrage dans ses Principia Philosophice, pars tertia, cxxvm, p. 166.

b. Descartes avait écrit d'abord : le mesme comète qui a esté descrit. Puis il a corrigé le en la, et, tournant le feuillet, il a commencé la pre- mière ligne de la seconde page par le mot descrite, en laissant, par mé- garde, descrit a,u bas de la page précédente.

c. Le P. Jacques Pontanus, Jésuite de Bohême, né en 1342, mort en 1626. La liste de ses ouvrages ne comprend pas moins de 25 numéros (Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, t. VI, p. 1007-1019, nouv. édit. de Sommervogel, 1895). L'ouvrage, d'où ce vers est tiré, parait être: Jacobi Pontani, Societatis Jesu, Poeticarum Institutionum libri III (nom- breuses éditions en 1594, 1597, 1600, 1604, 1609, '61 3, 1620, i63o, 1670).

�� � 1 5 2 Correspondance.

Il me refte feulement encore vne curiofité, touchant la grandeur de cete comète; car, félon mes raifon- nemens, elle doit auoir paru fi notablement plus grande, eftant au milieu de fon cours, qu'au commen- cement & a la fin, qu'il n'eft pas croyable que Regio- 5 montanus n'en ait point fait mention. Mais ie ne vou- drois pas vous donner la peine d'y penfer d'auantage. le vous fuplie feulement de croyre, que i'ay beaucoup de refentiment de la bienueillance qu'il vous a pieu me tefmoigner, que ie fouhaite les occafions de la io pouuoir mériter par mes feruices, & que ie fuis,

Monfieur,

Voflre très humble & très obligé feruiteur,

DESCARTES. i5

D'Egmond, le 5 Ian. 1645.

Adresse :

A Monfieur Monfieur du Puy au logis de M r de Thou jo

a Paris.

��Nous donnerons ici, à cause des dates, deux documents relatifs aux sentiments de Gassend sur Descartes, et qui complètent ceux que nous avons déjà donnés ci-avant, p, 108-1 10 et 140-147, éclaircissements.

i° Lettre d'André Rivet à Gassend.de la Haye, 3o déc. 164.4, " postridie » Kalendas Ianuarij » :

« Sorberius etiam tuus, qui t'actus est meus, sxpissimè de te et studiis » tuis mecum verba commutauit, deditque elegantissimum et acutissimum « Opusculum contra Philosophiam Caru-sianam. Habes nunc ipsius lun- » damenta in opère nouo, quod iudicium tuum et censuram expectat. n Ego id mihi non arrogo. qui vitro fatcor me non capere Viri illius, « alioquin eruditi et acuti, principia et placita ; nec in eis eruendis vacat

�� � CCCLXII. — 5 Janvier 164$. i^j

1 plurimùm temporis et operae insumere,alijs curis intente Id tibi et simi- » libus, qui possunt, relinquo... » (Gassendi Opéra, Lyon, t658, t. VI, p. 4 85.)

2 Lettre de Gassend à Rivet, de Paris, 38 janvier 1645, « V Kal. Febr. » MDCXLV, Andrae Riveto, Selectis Auriaci Illustrissimi Principis a » Consiliis » :

a Quod scribis iudicium censuramque meam in opus Cartesij nouum » exspectari, verum est quidem fuisse me sollicitatum a plurimis, vt ag- » grederer Physices illius, quemadmodum aggressus fueram Metaphy- » sices discussionem. Sed ego hanc spem feci nemini, neque pollicitus » quidquam sum; quin potiùs detrectaui semper, ac me multis nomi- » nibus excusatum constanter feci. Reponere nimirum soleo, non ex meo » esse genio, vt in aliéna opéra, nihil prouoeatus, inquiram. Nam quod » Metaphysicam viri paullô studiosiùs disquisierim, factum ideô fuit, » quod ille in me se gessisset praeter décorum. Compositum iam videri » dissidium, quando, tametsi ille dicatur me semper linguâ lacessere, » calamo tamen prorsùs quiescit, et ne tria quidem illa verba, quibus se » Physicam edentem responsurum receperat , vsquam operis illius appo- » suit. Potuisse me gerere morem, si opus ab alio fuisset euulgatum, aut » nihil priùs inter me Authorcmque intercessisset ; quippe tum pronum » fuisset consilium ad veritatis studium referre. Nunc autem nihil fore n procliuius, quàm ita rem interpretari, vt quidpiam fuerit, ac etiam- » num quid alta mente repostum maneat; simque vt tenax propositi, sic » nimiùm amans contentionis. Posse aliunde videri me liuore quodam id » facere, ac nihil aliud, quàm prodere aut malignum nimis arfectum, » quasi aliorum partubus illico suffocandis inhiem; aut animum sterili- o tatis rerum bonarum minus conscium, quasi, cùm nihil in me sit vnde » gloriam promerear, quaerere mihi aliquam ex detractione aliénas affec- » tem. Atque haec sunt quidem, aliaque id genus, quae instigantibus » obijcio. »

« Addo iam verô, vt putes me tecum agere confidenter, videri mihi » hune laborem esse superuacaneum, quando liber videtur esse Authori » suo praemoriturus. Neminem certè video, qui légère a capite, quod » aiunt, ad calceni sustineat, qui non tasdiosissimum habeat, qui non » miretur potuisse virum tam operosas habere nugas. Me quod attinet, n vereor admodum, ne quam ille gloriam praesumpsit, non adipiscatur : » vt nempe Aristotelem è Scholarum solio deturbet, ipse imperium in ijs » obtineat, veluti tam multis contendit in sua illa Epistola ad P. Dine- » tum conscripta. Fruatur tamen, si possit quidem, sua illa bona fortuna; » conqueri sanè non poterit obstitisse me (vt conquestus est, obstitisse » optimum virum), ne et praelegatur, quod expressum est in illa eadem » Epistoia ; et familiam ducat, quod ad alium scripsit ; et Theologi etiam » quas cudit nouas opiniones antiquis praeponant, quod quartis obiectio- » nibus respondens praedixit venturum. Id verô mirere, Geometram exi- » mium potuisse sibi tôt insomnia atque chimasras fingere, et, quod est Correspondance. IV. 20

�� � if4 Correspondance.

« ampliùs, diucndcre pro demonstraiionibus ratis. Nam virum quidem » solertem quis neget posse plurima comminisci, quae quadaintenus intcr » se cohaereant, et eo stylo conscribantur, qui altercando rixandoque, vt » in Scholis soient, comparatus sit? Sed velle protinùs commenta in « rerum naturam inferre, et profiteri huiusmodi, non alia esse rerum

  • > Principia, sic se non alio habere modo, primam Materiam, proximas

» Causas, natiuos Motus etc., hoc iam esse nolle agnoscere, quid hu- ■> mani ferre humeri récusent. Nihil necesse est speciatim attingam ; » nam ab vsque hypothesi, quàd corpus mundanum injinitum sit, seu, vt » ludit, indefinitum ; quàd ex se prorsus solidum sit, neque a spatio dif- » ferat ; quàd teri in fragminula loco varie commutabilia absque admisto -> inani valeat, aliaquc eiuscemodi ; id quot trahat incommoda contra- » dictionesque,perspicit non nemo. Non quod ille suis distinctiunculis » subterfugere, facereque fucum non valeat, aut saltem nitatur ; sed » nempe, non, vt imperiti inanesque verbis capiuntur, sic Viri graues » studiosique veritatis ijs inhaerescunt ; neque non, verbis sepositis, ipsas » res sollicité quaerunt. »

« Hoc vnum dumtaxat lubet adnotare, quoniam ad Metaphysicam Dis- » quisitionem attinet. Cùm ille priùs nihil non egisset, tum meditando, » tum respondendo ad Dubitationes varias, sed ad primam potissimùm, » circa Meditationem quintam, vt persuaderet Trianguli rerumque alia- » rum Ideas non fuisse vnquam nobis per sensus illapsas, sed ab ortu » ingenitas ; ac ipse semper institissem Ideas huiuscemodi illapsas esse » nobis per sensus, quatenus ex vno aut aliquibus singularibus perspec- » tis Ideas quasdam seu notiones generaleis effinximus, quae singulari- a bus posteà omnibus accommodarentur : ecce iam ita manus dédit, vt » caetera inter ipso primce partis articulo 59 isthsec légère verba liceat : » Eodemque modo, cùm spectamus figurant tribus lineis comprehensam , » quandam eius ideam formamus, quam vocamus ideam Trianguli, et ea- •> dem posteà vt vniuersali vtimur ad omnes alias figuras, tribus lineis n comprehensas, animo nostro cxhibendas. »

« Paria obseruare mox ante circa vnitatem Temporis liccret; verùm » hoc, alijsque dimissis, eum indicasse locum sufficiat, quem, si tanti » ducas, possis cum obiectis priusque responsis conferre. Quo loco ad- » monere possem, non fuisse cur ille tanta iactatione gloriaretur, se falsi » nihil ex eo die admisisse, quo omnia exuit praeiudicia, et Deum, vt sui » Authorem, ita non fallacem agnouit. Nam nunc, verbi causa, secus >> plané sentit, quàm senserit in Methodo post praeiudicia abiurata, Deum- • que et sui Authorem et non fallacem agnitum, cum Imaginaria admit- " teret spatia, in quibus Deus nouam materiam, nouo Mundo compo- » nendo sufhcientem, crcare posset, cajteraque hiscc affinia. Sed finem » potiùs facio, ne velle heic vidcar ipsam, quam recuso, dicere senten- « tiam. .. » (Ib., t. VI, p. 217-218.)

�� � CCCLXIII. — 7 Février 1645. 155

CCCLXIII.

Descartes a Tobie d André.

[Egmond], 7 février [1643]. [A. Baii.let], La Vie de Monsieur Des-Cartcs, t. Il, p. »5i.

Suite du passage cité lettre CCCXLIV ci-avant p. io5-io6.Tobie d'André

aura sans doute répondu aussitôt, et, selon la réponse qu'on lui envoyait, Descartes aura adressé au Sénat Académique de Groninguc la nouvelle requête du i; février, lettre CCCLXIX ci-après. Ou si, du 7 au i 7 ,rinter- vallc n'était pas suffisant pour cet échange de lettres, peut-être faut-il lire ici 17 février au lieu de 7, imprimé par erreur dans Bailler, auquel cas cette lettre au rail été envoyée en même temps que la requête ci-après.

« Néanmoins l'envie de n'avoir plus d'attirés affaires que/es études, le fit fouvenir d'eu demander des nouvelles (de fou proce\ de Gro- ningue) aufteur Tobie d'André, qui ne lujr avoit donné avis de rien depuis prés de neuf mois qu'il luy avoit écrit ■ pour Je faire informer de toutes chofes [en marge : Peut-être parce qu'il étoit l'un des Juges]. Sur la lettre qu'il luy en écrivit le VII de Février, les Juges citèrent Schoochius, £■ firent les procédures nécejfaires avec toute la diligence & toute l'attention pojjible. Plufieurs d'entre eux avaient lu les livres de M. Defcartes, de forte qu'il n étoit pas pojjible aux ca- lomniateurs de leur impofer ou de les furprendre, comme les Ma- gijlrats d'Utrecht, louchant les dogmes d'athéifme & de /édition qu'ils imputoient à M. Defcartes. » (Baillet, II, 25t.

Voir la suite du passage, ci-après, lettre du 5 mai 1645. a. Lettre CCCXLIX ci-avant, p. i»3.

�� � 156 Correspondance. 111,109.

CCCLXIV.

Descartes au P. Charlet.

[Egmond, 9 février i64Ô._ Texte de Clerselier, tome III, lettre aï, p. 109-110.

« Au R. Père Charlet Iesuite », dit Clerselier sans donner de date. Mais Descartes avait envoyé, en octobre 1644, ses Principes aux PP. Charlet, Dinet et Bourdin [lettres CCCL VU, CCCL VIII et CCCLIX, p. i3g, 142 et 143 ci-avant). Les trois Jésuites lui ré- pondirent, et le philosophe les remercie de leurs réponses par trois nouvelles lettres, qui paraissent avoir été envoyées en même temps que la lettre CCCLXVIII ci-après, à Picot, du g février J64S, où Descartes parle expressément de cette correspondance. Voir tou- te/ois le prolégomène de la lettre suivante CCCLXV, p. i58.

Mon Reuerend Père,

l'ay vne très-grande obligation au Reuerend Père Bourdin, de ce qu'il m'a procuré le bon-heur de re- ceuoir de vos lettres, lefquelles m'ont rauy de ioye, en m'apprenant que vous prenez part en mes inte- 5 refts, & que mes occupations ne vous font pas defa- greables. I'ay eu auffi vne très-grande fatisfa&ion de voir que ledit Père efloit difpofé à me donner part en fes bonnes grâces, lefquelles ie tafcheray de mériter par toutes fortes de feruices. Car, ayant de très- 10 grandes obligations à ceux de voftre Compagnie, & particulièrement à vous, qui m'auez tenu lieu de Père pendant tout le temps de ma ieunelîe u ,ie ferois extre-

B. Le P. Charlet avait été Recteur du Collège de La Flèche, de 1606 à 1616, et Descartes y fut élève, de Pâques 1604 jusqu'en août 1612.

�� � m, 109-uo. CCCLX1V. — 9 Février 1645. 157

mement marry d'eftre mal auec aucun des membres dont vous eftes le Chef au regard de la France 3 . Ma propre inclination, & la confideration de mon deuoir, me porte à defirer paffionnément leur amitié ; et, outre

5 cela, le chemin que i'ay pris, en publiant vne nouuelle Philofophie, fait que ie puis receuoir tant d'auantage de leur bien-veillance, &, au contraire, tant de defa- uantage de leur froideur, que ie croy qu'il fuffit de connoiftre que ie ne fuis pas tout à fait hors de fens,

•o pour affurer que ie feray toufiours tout mon poffible, pour me rendre digne de leur faueur. Car, bien que cette Philof(ophie) foit tellement fondée en demon- Irations, que ie ne puiffe douter qu'auec le temps elle ie foit généralement receuë & approuuée, toutesfois,

'5 àcaufe qu'ils font la plus grande partie de ceux qui enpeuuent iuger,.fi leur froideur les empefchoit de la vouloir | lire, ie ne pourrois efperer de viure aflez pour voir ce temps-là; au lieu que, fi leur bien-veil- lance les conuie à l'examiner, i'ofe me promettre

20 qu'ils y trouueront tant de chofes qui leur fembleront vrayes, & qui peuuent aifément eftre fubftituées au lieu des opinions communes, & feruir auec auan- tage a expliquer les veritez de la Foy, & mefme fans contredire au texte d'Ariftote, qu'ils ne manqueront

a5 pas de les receuoir, & ainfi que, dans peu d'années, cette Philofophie acquerra tout le crédit qu'elle ne pourroit acquérir fans cela qu'après vn fiecle. C'eft en quoy i'auoùe auoir quelque intereft; car, eftant homme comme les autres, ie ne fuis pas de ces infen-

a. Le P. Charlet fut Assistant de France auprès du Général de la Com- pagnie de Jésus à Rome, de 1627 jusqu'au i3 janvier 1646.

�� � i^8 Correspondance. m, no.

fibles qui ne fe laiffent point toucher par le fuccez; & c'elt aufîi en quoy vous me pouuez beaucoup obliger. Mais i'ofe croire auffi que le public y a intereft, & par- ticulièrement voftre Compagnie; car elle ne doit pas fouffrir que des veritez, qui font de quelque impor- 5 tance, foient pluftoft receuës par d'autres que par elle. le vous fupplie de me pardonner la liberté auec laquelle ie vous ouure mes fentimens ; ce n'eft pas que j'ignore le refped que ie vous dois, mais c'eft que, vous confiderant comme mon Père, ie croy que vous \o n'auez pas defagreable que ie traitte auec vous de la mefme forte que ie ferois auec luy, s'il eftoit encore viuant. Et ie fuis auec paffion, &c.

��CCCLXV. Descartes au P. | Dinkt].

Egmond, y février 164?. Texte de t^lci seli^-r, tome III, lettre 23, p. no-ut.

« A ni Reuerend l'ère Jésuite », dit Clerselier, sans donner de nom ni de date. Mais le destinataire est le P. Dinet (cf. ci-avant lettre CCCLVUI, p. T42, le prolégomene de la lettre précédente, p. i50, et ci-après lettre CCCLXVIII, p. ij6, B). Toutefois, un mol de cette lettre (p. rSg,l. ùj), « cet eflé », pourrait faire croire que l'année T644 dure encore; 01 ce cas, la lettre serait de décembre 1H44, ainsi que la précédente et la suivante.

Mon Reuerend Père,

le ne vous fçaurois exprimer combien i'ay de ref- i'i (animent des obligations que ie vous av. ' .('quelles

�� � m, iio-iu. CCCLXV. — 9 Février 1645. 159

font extrêmes, en ce que ie me perfuade que voftre faueur & voftre conduite font caufes, qu'au lieu de lauerfion de toute voftre Compagnie, dont il fembloit que les préludes du ReuerendPereBourdin mauoient 5 menacé, i'ofe maintenant me promettre fa bien-veil- lance. I'ay receu des lettres du Reuerend Père Char- let% qui me la font efperer, & outre que mon incli- nation, & les obligations que i'ay à vous & aux voftres de l'inftitution de ma ieuneiîe, me la font de-

10 firer auec affeétion, il faudroit que ie fuffe depourueu de fens, pour ne la pas defirer pour mon intereft. Car, m'eftant meflé d'écrire vne Philofophie, ie fçay que voftre Compagnie feule peut plus que tout le refte du monde, pour la faire valoir ou méprifer. Ceft pour-

i5 quoy ie ne crains pas que des perfonnes de iugement, & qui ne m'en croyent pas entièrement depourueu, doutent que ie ne faiTe toufiours tout mon poflible pour la mériter. le n'ay pas peu de fatisfaction d'ap- prendre que vous auez pris la peine de la lire, &

20 qu'elle ne vous eft pas defagreable. le fçay combien les opinions fort éloignées des vulgaires choquent d'abord, & ie n'ay pas efperé que les miennes re- ceuffent, du premier coup, l'approbation de ceux qui les liroient; mais bien ay-ie efperé que, peu à peu,

25 on s'accouftumeroit à les goufter, & que, plus on les examineroit, plus on les trouueroit croyables & rai- fonnables. I'eftois allé, cet efté, en France pour mes affaires domeftiques; mais, les ayant promptement terminées, ie fuis reuenu en ces pais de Hollande, où

3o toutesfois aucune raifon ne me retient, finon que i'y

a. Voir la lettre précédente, p. 1 56, 1.3.

�� � 160 Correspondance. iii, m-ui.

puis vacquer plus commodément à mes diuertifie- mens d'eftude, pource que la couftume de ce pais ne porte pas qu'on s'entreuifite fi librement qu'on fait en France. Mais, en quelque lieu du monde que ie fois, ie feray paiîionnément toute ma vie, &c.

��CCCLXVI.

Descartes au P. [Bourdin].

[Egmond, 9 février 164b.' Texte de Clerselier, tome III, lettre 24, p. 112.

« -4 vn Reuerend Père lesuite », dit Clerselier, sans donner de nom ni de date. Mais les deux lettres précédentes étant adressées aux PP. Charlet et Dinet [voir prolégomènes, p. i56et 1 58), celle-ci l'est au P. Bourdin, comme la CCCLJX'. Descartes avait, en effet, vu le P. Bourdin à Paris, en octobre 1644 (ci-avant p. 14J, l. 7), ce qui explique le désir que témoigne celui-ci de le revoir (p. 161, l. 4-5). En outre, la lettre parait être, comme les précédentes, de février 1645, plutôt que de décembre 1644; le P. Bourdin ne pou- vant guère, au mois de décembre, engager à un nouveau voyage en France Descartes qui venait à peine de rentrer en Hollande, tandis qu'en février il pouvait déjà lui en parler pour l'été prochain.

| Mon Reuerend Père,

le vous ay beaucoup d'obligation des foins qu'il vous plaift de prendre pour moy, & particulièrement de ce que vous m'auez fait voir des lettres du Reuerend Père Charlet; car il y a fort long-temps que ie n'auois 10 eu la faueur d'en receuoir: & c'eft vne perfonne de fi grand mérite, que ie l'honore extrêmement, & tiens à beaucoup de gloire de luy eftre parent, outre que ie

�� � m, m. CCCLXVII. — 9 Février 1645. î & 1

luy fuis obligé de l'inftitution de toute ma ieunefle, dont il a eu la direction huit ans durant, pendant que i'eftois à la Flèche, où il efloit Redeur".

le vous remercie aufli du defir que vous témoignez 5 auoir de me reuoir à Paris. le voudrois bien que mes diuertiffemens d'eftude, qui requièrent fur tout le re- pos & la folitude, peufient compatir auec l'agréable conuerfation de quantité d'amis que i'ay là; car elle me feroit extrêmement chère, fi i'eftois aflez heureux 10 pour en iouir. Et ie vous puis affurer que l'vne des raifons qui me feroit principalement defirer le feiour de Paris, feroit pour auoir plus d'occafion de vous y rendre des preuues de mon feruice, & vous faire voir que ie fuis de cœur & d'affedion, &c.

��CCCLXVII. Descartes au P. Mesland.

[Egmond, 9 février 1645?] Copie MS., Chartres, Bibl. de U Ville, 366 [5o8], p. 1-6.

Lettre de M r . Des Cartes au R. Père Mesland Iesuite au suiet de la Transsubstantiation, dit le MS. Elle est suivie de trois autres sur le même sujet (ci-après lettre CCCLXXIX, puis lettre du 2 mars 1646 et la suivante). En tête se trouve cette note d'une autre main : « Lettres collationnées par M r Clercellier sur les originaux de » M r Des Caries », et le texte porte, en effet, des corrections et des indications de Clerselier, ou même il est tout entier de sa main (lettre du 2' mars 1646 et la suivante). C est pourquoi nous le suivrons de préférence à tout autre.

a. Voir ci-avant p. i56, note.

Correspondance. IV. ai

�� � IÔ2 Correspondance.

Le MS. donne, en regard de la première ligne, avec renvoi aux mots 22 octobre, cette note marginale 1645, ajoutée par Clerselier. Faut-il en conclure que, la lettre à laquelle Descartes répond étant du 22 octobre 164S, sa réponse, qui retarde quelque peu, est du commencement de 1646? On est d'abord tenté de le faire. Mais la présente lettre vient certainement après la CCCXLVII', p. 110, qui est de mai 1644, et avant la CCCLXXIX', de mai 164S. En mai 1644, Descartes demande au P. Mesland l'abrégé que celui-ci a fait des Méditations; et le P. Mesland le lui aura envoyé le 22 octobre suivant, car il l'en remercie dans la présente lettre. En même temps, il lui demande ce qu'il pense des Principes; et le P. Mesland le lui aura écrit le 4 mars, car Descartes l'en remercie en mai 164S, et rappelle la présente lettre, écrite, par conséquent, en février au plus tard, peut-être le g février, avec les trois précédentes, CCCLXIV, CCCLXV et CCCLXVI, cet envoi comprenant, nous le savons (ci- après CCCLXVIII, art. B), encore d'autres lettres à des Jésuites. — Quant à la date 1645, ajoutée en marge du MS., elle ne devait pas être dans le texte de Descartes, qui aura écrit simplement 22 octobre, comme on fait d'ordinaire, sans dire l'année. Ce serait donc une conjecture de Clerselier, et nous avons toutes ?-aisons de la rapporter non pas à la lettre du P. Mesland (22 octobre 1644), mais bien à la réponse de Descartes, c'est-à-dire à la présente lettre, qui serait du commencement de 164S.

Mon Reuerend Père,

Voftre Lettre du 22 o&obre ne m'a efté rendue que depuis 8 iours, ce qui a efté caufe que ie n'ay fceu vous tefmoigner pluftoft combien ie me reftens voftre obligé, non pas de ce que vous auez pris la peine de 5 lire & d'examiner mes Méditations, car n'ayant point efté connu auparauant de vous, ie veus croire que c'aura efté la matière feule qui vous y aura incité; ni auiîi de ce que vous l'auez digérée en la façon que vous auez fait a ; car ie ne fuis pas fi vain que de 10 penfer que vous l'ayez fait a mon fuiet, & i'ay aflez

a. Voir ci-avant p. 120, 1. 22.

�� � CCCLXVII. — 9 Février 1645. \6j

bonne opinion de mes raifonnements, pour me per- fuader que vous auez iugé qu'ils valoient la peine d'eftre rendus intelligibles a plufieurs, a quoy la nou- uelle forme que vous leur auez donnée peut beau- 5 coup feruir ; mais de ce qu'en les explicant, vous auez eu foin de les faire parroiftre auec toute leur force, & d'interpretter a mon auantage plufieurs chofes qui auroient peu eftre peruerties ou diflï- mulées par d'autres. C'eft en quoy ie reconnois par-

10 ticulierement voftre franchife, & voy que vous m'auez voulu fauorifer. le n'ay trouué pas vn mot, dans l'ef- crit qu'il vous a plû me communiquer, auquel ie ne foufcriue entièrement ; et bien qu'il y ait plufieurs penfées, qui ne font point dans mes Méditations, ou

i5 du moins qui n'y font pas déduites en la mefme façon, toutefois il n'y en a aucune, que ie ne v aluffe bien auoùer pour mienne. Aufli n'a-ce pas efté de ceux qui ont examiné mes efcrits comme vous, que i'ay parlé dans le Difcours de la Méthode, quand i'ay dit qi;°. ie

20 ne reconnoiffois pas les penfées qu'ils m'attribuoient, mais feulement de ceux qui les auroient voulu re- cueillir de mes difcours, eftant en conuerfation fami- lière 8 .

Quand, a l'occafion du S 1 Sacrement, ie parle de

25 la fuperficie qui eft moyenne entre deux corps, a fça- uoir entre le pain (ou bien le corps de Iefus Chrifl après la confecration) & l'air qui l'enuironne b , par ce mot de fuperficie, ie n'entens point quelque fub- ftance, ou nature réelle, qui puifle eftre détruite par

a. Discours de la Méthode, p. 69-70.

b. Responsiones quarto;, p. 288 et sqq. (Meditationes, édit. 1642.)

�� � 164 Correspondance.

la toute puilfance de Dieu, mais feulement vn mode, ou vne façon d'eftre, qui ne peut eftre changée fans changement de ce en quoy ou par quoy elle exifte ; comme il implique contradiction, que la figure carrée d'vn morceau de cire luy foit oftée, & que néanmoins 5 aucune des parties de cette cire ne change de place. Or cette fuperficie moyenne entre l'air & le pain ne diffère pas réellement de la fuperficie du pain, ni aufli de celle de l'air qui touche le pain ; mais ces trois fuperficies font, en effet, vne mefme chofe, &. dif- 10 ferent feulement au regard de noftre penfée. A fça- uoir, quand nous la nommons la fuperficie du pain, nous entendons que, bien que l'air qui enuironne ce pain foit changé, elle demeure touliours eadem nu- méro, pendant que le pain ne change point ; mais que, i5 s'il change, elle change aufïï. Et quand nous la nom- mons la fuperficie de l'air qui enuironne le pain, nous entendons qu'elle change auec l'air, & non pas auec le pain. Enfin, quand nous la nommons la fu- perficie moyenne entre l'air &. le pain, nous enten- 20 dons qu'elle ne change, ni auec l'vn, ni auec l'autre, mais feulement auec la figure des dimenfions qui feparent l'vn de l'autre ; fi bien qu'en ce fens là, c'eft par cette feule figure qu'elle exifte, & c'eft aufii par elle feule qu'elle peut changer. Car le corps de I. C. 25 eftant mis en la place du pain, & venant d'autre air en la place de celuy qui enuironnoit le pain, la fuper- ficie, qui eft entre cet air & le corps de I.C., demeure eadem numéro qui eftoit auparauant entre d'autre air & le pain, parce qu'elle ne prend pas l'on identité 3o numérique de l'identité des corps dans lefquels elle

�� � CCCLXV1I. — 9 Février 164c. 165

exifte, mais feulement de l'identité ou refemblance des dimenfions- : comme nous pouuons dire que la Loire eft la mefme riuiere qui eftoit il y a dix ans, bien que ce ne foit plus la mefme eau, & que peut 5 eftre auffi il n'y ait plus aucune partie de la mefme terre qui enuironnoit cette eau.

Pour la façon dont on peut conceuoir que le corps de I. C. eft au S 1 Sacrement, ie crois que ce n'eft pas a moy a l'expliquer, après auoir apris du Concile de

10 Trente qu'il y eft, eâ exijlendi ratione quam verbix expri- merevix pojjfumux. Lefquels mots i'ay citez a deffein, a la fin de ma refponfe aus 4" obiedions a , affin d'eftre exempt d'en dire dauantage : ioint auffi que, n'eftant point Théologien de profteffion, i'aurois peur que les

'5 chofes que ie pourrois efcrire, fuffent moins bien receùes de moy que d'vn autre. Toutefois, a caufe que le Concile ne détermine pas que verbis exprimere non pojfumus, mais feulement que vix pojfumus, ie me hazarderay de vous dire icy,en confidence, vne façon

20 qui me femble aflez commode, & très vtile pour euiter la calomnie des hérétiques, qui nous obieétent que nous croyons en cela vne chofe qui eft entièrement incomprehenfible, & qui implique contradiction. Mais c'eft, s'il vousplaift, a condition que, fi vous la com-

j5 muniquez a d'autres, ce fera fans m'en attribuer l'in- uention ; & mefme vous ne la communiquerez a per- fonne, fi vous iugez qu'elle ne foit pas entièrement conforme a ce qui a efté déterminé par l'Eglife b .

a. Page 290 (édit. 1642).

b. Le P. Poisson, de l'Oratoire, citant ce passage dans une lettre à Clerselier, écrite de Vendôme, i5 décembre 1667. ajoute cette réflexion:

�� � 166 Correspondance.

Premièrement, ie confidere ce que c'eft que le corps d'vn homme, & ie trouue que ce mot de corps eft fort equiuoque; car, quand nous parlons d'vn corps en gênerai, nous entendons vne partie déterminée de la matière, & enfemble de la quantité dont l'vniuers eft 5 compofé, en forte qu'on ne fçauroit ofter tant foit peu de cette quantité, que nous ne iugions incontinent que le corps eft moindre, & qu'il n'eft plus entier; ny changer aucune particule de cette matière, que nous ne penfions, par après, que le corps n'eft plus totale- 10 ment le mefme, ou idem numéro. Mais, quand nous parlons du corps d'vn homme, nous n'entendons pas vne partie déterminée de matière, ny qui ait vne grandeur déterminée, mais feulement nous entendons toute la matière qui eft enfemble vnie auec l'ame de i5 cet homme; en forte que, bien que cette matière change, & que fa quantité augmente ou diminue, nous croyons toufiours que c'eft le mefme corps, idem numéro, pendant qu'il demeure ioint & vny fubftan- tiellement a la mefme ame; & nous croyons que ce 20 corps eft tout entier, pendant qu'il a en foy toutes les difpofitions requifes pour conferuer cette vnion. Car il n'y a perfonne qui ne crove que nous auons les mefmes corps que nous auons eus des noftre enfance, bien que leur quantité foit de beaucoup augmentée, *5 & que, félon l'opinion commune des Médecins, & lans doute félon la vérité, il n'v ait plus en eux aucune

'•■ Il faut sans doute que le iugemeni du P. Mcslani n'ait pas esté fauo-

» rablc a M r Des Canes, puisque sa pensée cust ^té inconnue, sans

» vi'us, Mr, que i'av t.iuiours ouy citer comme ecluy de qui on l'auoit

f apprise. » [Bibl. de Chartres, M S. 366, p. 5 3 4 J

�� � CCCLXV1I. — 9 Février 164$. 167

partie de la matière qui y eftoit alors, & mefme qu'ils n'ayent plus la mefme figure ; en forte qu'ils ne font eadem numéro, qu'a caufe qu'ils font informez de la mefme ame. Pour moy, qui ay examiné la circulation

5 du fang, & qui crois que la nutrition ne fe fait que par vne continuelle expulfion des parties de noftre corps, qui font chaffées de leur place par d'autres qui y entrent, ie ne penfe pas qu'il y ait aucune particule de nos membres, qui demeure la mefme numéro vn

10 feul moment, encore que noftre corps, en tant que corps humain, demeure toufiours le meimc numéro, pendant qu'il eft vny auec la mefme ame. Et mefme, en ce fens là, il eft indiuifible : car, fi on coupe vn bras ou vne iambe a vn homme, nous penfons bien

i5 que fon corps eft diuifé, en prenant le nom de corps en la i rc fignification, mais non pas en le prenant en la 2 de ; et nous ne penfons pas que celuy qui a vn bras ou vne iambe couppée, foit moins homme qu'vn autre. Enfin, quelque matière que ce foit, & de quelque

»o quantité ou figure qu'elle puiiïe eftre,pourueu qu'elle foit vnie auec la mefme ame raifonnable,nous la pre- nons toufiours pour le corps du mefme homme, & pour le corps tout entier, fi elle n'a pas befoin d'eftre accompagnée d'autre matière pour demeurer iointe a

a 5 cette ame.

De plus, ie confidere que, lors que nous mangeons du pain & beuuons du vin, les petites parties de ce pain & de ce vin, fe diflbluant en noftre eftomach, coulent incontinent de là dans nos veines, & par cela

îo feul qu'elles fe méfient auec le fang, elles fe tranf- fubftantient naturellement, & deuiennent parties de

�� � 1 68 Correspondance.

noftrc corps; bien que, û nous auions la veuë aflez fubtile pour les diftinguer d'auec les autres particules du fang, nous verrions qu'elles font encore les mefmes numéro, qui compofoient auparauant le pain & le vin ; en forte que, fi nous n'auions point d'efgard a l'vnion 5 quelles ont auec lame, nous les pourions nommer pain & vin, comme deuant.

Or cette tranfîubftantiation fe fait fans miracle. Mais, a fon exemple, ie ne vois point de difficulté a penfer que tout le miracle de la tranflubflantiation, io qui fe fait au S 1 Sacrement, confifte en cequ'au lieu que les particules de ce pain & de ce vin auroient deu fe méfier auec le fang de I. C. & s'y difpofer en certaines façons particulières, afin que fon ame les informait naturellement, elle les informe, fans cela, par la force «5 des paroles de la Confecration ; et au Hou que cette ame de I. C. ne pouroit demeurer naturellement iointe auec chacune de ces particules de pain & de vin, fi ce n'eft qu'elles fuffent aflemblées auec plu- fieurs autres qui compofaflent tous les organes du 20 corps humain neceffaires a la vie, elle demeure iointe furnaturellement a chacune d'elles, encore qu'on les fepare. De cette façon, il eft aifé a entendre comment le corps de Iefus Chrift n'eft qu'vne fois en toute l'hoftie, quand elle n'eft point diuifée, & néanmoins 25 qu'il eft tout entier en chacune de fes parties, quand elle l'eft; parce que toute la matière, tant grande ou petite qu'elle foit, qui eft enfemble informée de la mefme ame humaine, eft prife pour vn corps humain tout entier. îo

Cette explication choquera fans doute d'abord ceux

�� � CCCLXVII. — 9 Février 164}. 169

qui font accouftumez a croire, qu afin que le corps de I.C. foiten l'Euchariftie,il faut que tous fes membres y foient auec leur mefme quantité & figure, & la mefme matière numéro, dont ils eftoient compofez 5 quand il eft monté au Ciel a . Mais ils fe deliureront aifement de ces difficultez, s'ils confiderent qu'il n'y a rien de cela qui foit déterminé par l'Eglife; et que tous les membres extérieurs, & leur quantité & ma- tière, ne font point neceflaires a l'intégrité du corps 10 humain, & ne font en rien vtiles nv conuenables a ce facrement, où lame de I. C. informe la matière de l'hoflie, afin d'eftre receu par les hommes, & de s'vnir plus eflroitement a eux; & mefme cela ne diminue en rien la vénération de ce facrement. Et enfin l'on doit i5 confiderer qu'il eft impoffible, &. qu'il femble mani- feflement impliquer contradiction, que ces membres y foient; car ce que nous nommons, par exemple, le bras ou la main d'vn homme, eft ce qui en a la figure extérieure, & la grandeur & l'vfage ; en forte que, quoy îo que ce foit qu'on puiffe imaginer en l'hoflie pour la main ou le bras de I. C, c'eft faire outrage a tous les dictionnaires, & changer entièrement l'vfage des mots, que de le nommer bras ou main, puifqu il n'en a pas l'extenfion, ny la figure extérieure, ny l'vfage b .

a. Le MS. donnait ensuite : « et enfin que la forme substantielle de pain » en soit ostée ». Clerselier l'a barre et a écrit en marge : « Cela est rayé » dans l'original. »

b. Vient ensuite tout un alinéa, que Clerselier a encadré d'un trait, avec ces mots en marge : « Cecy est rayé mais lisible dans l'original. » Le voici textuellement :

25 Et pour mefme raifon, il eft impoffible d'attribuer icy au corps de I.C. autre extenfion ny autre quantité

Correspondance. IV. 22

�� � 170 Correspondance.

le vous auray obligation, fi vous m'apprenez voftre fentiment touchant cette explication; & ie fouhaite- rois bien auffi de fçauoir celuy du R. P. Va. a ; mais le temps ne me permet pas de luy efcrire.

Clerselier, dans une lettre à Dom Robert des Gabets, Bénédictin, datée de Paris, 6 janvier 1672, raconte ainsi une conversation avec l'archevêque de Paris, François Harlay de Chanvalon, qui l'avait mandé le 24 dé- cembre 1671, de la part du Roy, au sujet d'un imprimé de Dom Robert sur l'Eucharistie : « le luy dis que ce que vous en auez pu escrire venoit » originairement de quelques Lettres que M' Des Cartes auoit autrefoi» » escrites sur ce suiet. le sçay bien, me dit-il, et i'ay appris que vous en » auez les originaux entre les mains, qu'il faut mesme que vous ayez » communiqués a quelques-vns de vos amis, puisque moy mesme i'en ay la » copie. le luy dis que ie ne pouuois pas le desauouer, mais qu'en cela ie » ne croyois pas auoir rien fait qui pust estre blasmé de personne ; que » i'auois eu la retenue de ne les pas faire imprimer auec ses autres Lettres, » de peur que d'abord cela ne choquast trop les esprits de ceux qui, n'es- » tant pas encore accoustumez a ses raisonnements, pourroient trouuer » ces nouucautez suspectes et dangereuses ; mais que i'en auois fait part » a de mes amis particuliers, et a vous entre autres, auec qui i'en auois » conféré, et qui n'auoient pas improuué les conséquences que l'on en » peut tirer pour l'éclaircissement de ce mystère. Il me dist qu'il n'entroit » point dans le fond, qu'il vouloit seulement, pour satisfaire aux ordres » du Roy, empescher le trouble que cela pourroit causer dans l'Estat, et » qu'ainsi il me prioit encore vne fois de me contenir, moy et mon gendre

que celle du pain. Car ces mots d'extenfion & de 5 quantité ne font inuentez par les hommes que pour fignifier cette quantité extérieure qui fe voit & qui fe touche. Et quoy que ce puifle eftre dans l'hoftie que les Philofophes nomment la quantité d'vn corps, qui a la grandeur qu'auoit I. C. eftant dans le monde auec 10 fon extenfion interne, c'eft fans doute tout autre chofe que ce que les autres hommes ont iufques icy nommé quantité ou extenfion.

a. En marge, de la main de Clerselier : « R. P. Vaticr, vr puto. » Voir, en effet, t. III, p. 591, 1. 2.

�� � CCCLXVII. — 9 Février 1645. 171

» (M. Rohaut). Et cela dit, il me quitta. » {Bibl. de Chartres, M S. 366[5o8], p. 33i-332.)

Plus loin, dans la même lettre, au sujet d'une seconde audience qu'il avoit obtenue du prélat, le i" janvier 1672, Clerselier ajoute : « . . .Comme » il m'auoit parlé la premiere-fois des Lettres que M r Des Cartes a escrites » au suiet du S' Sacrement, dont il me dist alors qu'il auoit la copie, crai- » gnant qu'elle ne fust défectueuse, ie luy en présenté vne très fidelle, que » i'auois fait escrire par mon fils, et que i'auois moy mesme collationnée » sur les originaux. Et ie le priay de la lire, afin qu'il fust luy mesme le » témoin de la retenue, de la modestie et de la force d'esprit auec laquelle » M r Desc. auoit escrit de cette matière. Il me dit qu'il le feroit. .-. * (Ib., p. 336.) Mais auparavant l'archevêque avait donné cet avis : « Vous pouuez » continuer (vostre commerce de Lettres avec dom Robert), pourueu que » vous ne faisiez rien parolstre au iour, dont ie ne sois auerty, et dontie » n'aye eu communication auparauant. » (Ib.)

Aussi, même vingt ans p us tard, en 1691, dans sa Vie de Descartes, Baillet ne donna que quelques fragments des lettres sur l'Eucharistie, t. II, p. 519-520 et p. 265. Et dix ans encore après, en 1701, Bossuet, à qui Pourchot lés avait communiquées, écrivit, le 24 et le 3o mars, à M. Postcl, Docteur en Sorbonne, qu'on ne les publiât point.

Elles ne furent imprimées qu'en 1 81 1 par l'abbé Emery, dans les Pensées de Descartes sur la Religion et la Morale (seconde édition en 1842, au tome II des Démonstrations évangéliques), puis par Francisque Bouillier, Histoire de la Philosophie Cartésienne, 3 e édit., t. I, p. 453- 459 (la 1™ édit. est de 1854).

Mais des copies MSS. avaient circulé pendant toute la seconde moitié du xvn» siècle, et plusieurs ont été conservées dans les Bibliothèques : une à la Bibliothèque Mazarine, 2001 [1399], p. 534; trois, pour le moins, à la Bibliothèque Nationale, MS. fr. 171 55, p. 3o3, — n. a. ni, p. 87, — fr. 1 5356, p. 262; une à la Bibliothèque de Troyes, MS. 2336. Aucune d'ailleurs ne présente les mêmes garanties d'authenticité que celle de la Bibliothèque de Chartres.

Ajoutons que le « Recueil curieux et rare », où se trouve notre texte, et qui a pour titre : « Sentimens de M r Des Cartes et de ses Sectateurs sur le » Mystère de l'Eucharistie », contient de nombreuses lettres échangées sur ce sujet entre Clerselier et des correspondants, dont voici les noms : le P. Viogué, Religieux Augustin (1654) ; M. Denis, avocat, demeurant à Tours (id.) ; le P. Bertet, Jésuite (1659-1660) ; le P. Fabri, Jésuite (i66o)j M. Malleval, théologien de Marseille (id.) ; Dom Anthoine Vinot, Béné- dictin (1660- 1664) ; Dom Robert des Gabets, Bénédictin (1663-1664 et 1671-1673); le P. Poisson, de l'Oratoire (1667-1668); le P. le Bossu, Chanoine régulier de S 1 Augustin (1668) ; le R. P. Aubert, Chanoine ré- gulier (id. ) ; M. Gravelle de Reverseaux (id.); M. Terson, Ministre de Charenton (1681), etc. D'ailleurs le Recueil ne compte pas moins de 5o6 feuilles (1012 pages),

�� � 172 Correspondance.

et justifie amplement cette note qui se trouve en tête, f° 7 : Pensées de M . Des Cartes sur le mistere de l'Eucharistie, ou Explication de la ma- nière dont se fait la Transubstantiation du pain et du vin au corps et au sang de Iesus Christ dans le S' Sacrement de l'Autel, suiuant les sen- timens de ce Philosophe, contenus en quatre Lettres qu'il a escrites sur cette matière, lesquelles ont seruy de fondement a tous les escrits qui ont esté faits a ce sujet tant par M r Clercelier que autres, contenus en ce vo- lume, lequel est très rare et fort curieux, ayant esté copié sur les origi- naux de M Clercelier pendant son viuant, lesquels après sa mort ont esté pour la pluspart perdus. Aux quatre lettres de Descartes (énumérées dans le prolégomène, ci-avant p. 161), le MS.de Chartres joint deux extraits des 45' objections et réponses, et des 6 meâ , après lesquels se trouve cette note, p. 26 : « Icy finit tout ce qu'on a d'Escrits de M r Des Cartes traittant par- » ticulierement de la Transubstantiation. »

��CCCLXVII bis.

Descartes [au P. Mesland?]

[Egmond, 9 février 1645?] Copie MS., Bibliothèque Mazarine, ïooi [1399], p. 534.

Le MS. de la Mazarine est le seul de tous ceux que nous avons énumérés, p. iji, qui donne, comme une continuation de la lettre précédente, le fragment latin ci- dessous. On ne le retrouve point, à la suite de cette même lettre, dans les autres MSS. Mais aussi ne don- nent-ils que les textes relatifs à l'Eucharistie, tandis que le MS. de la Mazarine porte, en tête de la lettre ci-avant, ce titre : Sentiments de Monsieur Des Cartes, envoyez par luy au Père Mélan, Jésuite, sur le S 1 Sacrement et sur la liberté. — Au tome III, p. 3y8, de notre édition, nous avons déjà donné une traduction française de ce texte, qui ne nous était pas encore connu, et au même tome III, p. ~o3, une traduction latine de cette traduction française. L'une et l'autre servi- ront d'exemples de la double déformation qu'a subie la pensée de Descartes, par suite de cette traduction à deux degrés. — 77 se peut, d'ailleurs 'et le début de ce fragment le ferait croire), qu'il n'ait pas été adressé au P. Mesland directement, mais par un intermédiaire, soit le P. Vatier, soit un autre; ou encore, qu'adressé au P. Mes- land, il ait été destiné à un autre.

�� � i, 5o6-5o8. CCCXLVII bis. — 9 Février 164$. \j)

Quantum ad arbitrij libertatem, plané affentior ijs quse hîc a Reuerendo Pâtre fcripta funt. Atque vt meam opinionem planiùs exponam, in ijs notari velim indifferentiam mihi videri proprie fignificare ftatum

5 illum in quo eft voluntas, cùm a nullâ veri vel boni perceptione in vnam magis quàm in aliam partem impellitur; ficque a me fumptam effe, cùm fcripfi in- fimum effe gradum libertatis, quo nos ad ea, ad quse fumus indifférentes, determinemus. Sed fortaffe ab

10 alijs per indifferentiam intelligitur pofitiua facultas fe determinandi ad vtrumlibet e duobus contrarijs, hoc eft ad profequendum vel fugiendum, affirmandum vel negandum. Quam pofitiuam iacultatem non negaui effe in voluntate. Imo illam in eâ effe arbitror, non

i5 modo ad illos a£his ad quos a nullis euidentibus ra- tionibus in vnam partem magis quàm in aliam impel- litur, fed etiam ad alios omnes ; adeo vt, cum valde euidens ratio nos in vnam partem mouet, etfi, mora- liter loquendo,vix poffimus in contrariam ferri, abfo-

20 lutè tamen poffimus. Semper enim nobis licet nos re-

uocare a bono clarè cognito profequendo, vel a per-

fpicuâ veritate admittendâ, modo tantum cogitemus

bonum libertatem arbitrij noftri per hoc teftari.

Notandum etiam libertatem confiderari poffe in

a5 a&ionibus voluntatis, vel antequam eliciantur, vel dum eliciantur.

Et quidem fpe&ata in ijs, antequam eliciantur, inuoluit indifferentiam fecundo modo fumptam, non autem primo modo.) Et quamuis, opponentes iudicium

3o proprium imperijs aliorum, dicamus nos effe magis liberos ad ea facienda de quibus nihil nobis ab alijs

�� � 174 Correspondance. i, 508-509.

praefcribitur, & in quibus iudicium proprium fequi licet, quàm ad ea quae nobis prohibentur, non ita ta- men,iudicia noftra,fiue cognitiones noftras vnas alijs opponendo, dicere poffumus nos effe magis liberos ad ea facienda quae nec bona nec mala efle nobis vi- 5 dentur, vel in quibus multas quidem rationes boni, fed totidem alias mali cognofcimus, quàm ad ea in quibus multô plus boni quàm mali percipimus. Ma- ior enim libertas confiftit vel in maiori facilitate fe determinandi, vel in maiori vfu pofitiuae illius potef- 10 tatis quam habemus, fequendi détériora, quamuis me- liora videamus. Atqui fi fequamur illud, in quo plures rationes boni apparent, faciliùs nos determinamus; fi autem oppofitum, magis vtimur iftâ pofitiuâ potef- tate; ficque femper agere poffumus magis libéré circa '5 ea in quibus multô plus boni quàm mali percipimus, quàm circa illa quae vocamus àSu&^opa, fiue indiffe- rentia. Hocque etiam fenfu, ea quae nobis ab alijs im- perantur, & abfque hoc fpontè non effemus faduri, minus libéré facimus, quàm quse non imperantur ; quia 20 iudicium, quôd illa fadu difficilia fint, opponitur iudi- cio, quôd bonum fit facere quae mandata funt; quae duo iudicia, quô a magis aequaliter nos mouent, tantô plus indifferentiae primo modo fumptae in nobis po- nunt. *5

Libertas autem fpedata in adionibus | voluntatis, eo ipfo tempore quo eliciuntur, nullam indifFeren- tiam, nec primo nec fecundo modo fumptam,inuol- uit ; quia quod fit, non poteft manere infe&um, quan- doquidem fit. Sed confiftit in folâ operandi facilitate ; 3o

a. MS. :quœ.

�� � i, soy. CCCLXVIII. — 9 Fkvrier 1Ô45 . 175

atque tune Hberum, & fpontaneum, & voluntarium plané idem funt. Quo fenfu feripfi me eô liberius ad aliquid ferri quô a pluribus rationibus impellor: quia certum eft voluntatem noftram maiori tune cum faci- 5 litate atque impetu fe mouere.

��CCCLXVIII. Descartes a l'Abbé Picot.

[Egmond], 9 février 1645.

(A. Baii.i 1 r . La Vie Je Monsieur Des-Cartes, t. If, p. 247 (A), p. 264 I H et p. 2

Suite du passage rapporte ci-avant, lettre CCCLX, p. 147 :

« L'Abbé Picot ne luy envoya la troifiéme partie [de sa traduction des Principes) que dans le mois de Février de l'année fuivante, & il n'en parut pas moins falisfait en marge : Tom. 3 des leur. pag. 612 du 17 Févr. Item lettr. MS. de Desc. à Picot du 9 Févr. 1645 . L'Abbé l'ayant accompagnée de quelques difficulté- dont il demandoit l'explication, M. De/cartes, en luy envoyant celte explication, luy manda que ces difficulté- mêmes, de la manière dont il les luy avoit proposées, faifoient honneur a fa traduction

& montroient que le Traducteur entendoit parfaite- ment la matière, parce qu'elles nauroient pu tomber dans l'efprit d'une perfonne qui ne l'auroit entendue que fuperficiellement.

(Baillet, II, 247.)

Voir la fin de l'alinéa, ci-après, lettre du I er juin 1645.

« Ce jugement, que M. Gaffendi fembler oit avoit prononcé de fang B froid fur les Principes de M. Defcartes, trahi [{[oit un homme qui

�� � 176 Correspondance.

n'étoit peut-être rien moins que ce qu'il vouloit paroitre a . // n'en étoit pas de même de celuy que les J éjuites faijoicnt de cet ouvrage. Il en reçût des témoignages Ires-avantageux des principaux de leur Com- pagnie, jufqu'à luy donner des affurances que tout leur Corps étoit pour luy & pour fa philofophie.

J'ay reçu, dit-il à VA bbé Picot [en marge : Lettre MS. du g Fe'vr. 1645], des lettres du Père Charlet, du Père Dinet, du Père Bourdin b , & de deux autres Jéfuites , qui me font croire que la Société veut être de mon far ti.

Il n'étoit rien de plus glorieux ou de plus con/olant pour M. Def- cartes que les éloges [en marge : Voyez ces éloges dans la lettre MS. à Picot] que deux perfonnes d'aujji grande confidération qu'étoient le P. Charlet & le P. Dinet donnoient à/es ouvrages dans leurs lettres. Mais, en conftdérant les marques d'ejlime & d'amitié dont celles du P. Bourdin étoient remplies, on ne peut s'empêcher d'oppofer ce- Père à M. Gajfendi, qui s'ejt trouvé /on inférieur en matière de retour & de réconciliation, quoy qu'il eût eu beaucoup moins/ujet de s'offen/er que ce Père. Au/Ji faut-il avouer que le Père Bourdin n'avoit pas de Sorbiére qui l'irritât continuellement contre De/cartes, & qui le mît en danger de perdre la qualité du plus doux des hommes, que l'on n'auroit point dû di/puter à M. Ga/fendi /ans ces fâcheu/es épreuves. » (Baillct, II, 264.)

« M. De/cartes recevoit de /réquentes nouvelles des grands fruits que faifoit la leâurc de /on dernier livre à Paris, où on l'ajfuroit que per/onne ne s'étoit encore élevé contre /a doârine [en marge : Lett. MS. à Picot du 9 Févr. 1645. Leur. MS. à Clerselier du même jour]. Ses progre\ n'étoient pas moindres en Hollande : & dés le mois de Février M. de Hoogheland luy avoit envoyé trois thé/es diffé- rentes /oùtenuè's depuis peu à Leyde û , & ne contenant que /es opinions. Ces /uccés le firent fong^r à faire imprimer les traduâions Fran- çoifes de /es Méditations & de /es Principes. N'ayant pas remarqué tout l'empre/fement pojjible dans Elsevier pour ces éditions en nôtre

a. Voir ci-avant, p. i 5 3-i 54, éclaircissement.

b. P. 1 56, 1 58 et 160 ci-avant.

c. Peut-ctrc le P. Mesland. Voir ci-avant lettre CCCLXVII, p. 161.

d. Cf. ci- avant, p. 78-80, éclaircissement.

�� � CCCLXIX. — 17 Février 1645. 177

langue [en marge : Elzevier fe plaignoit du peu de débit des Prin- cipes, comme le Maire s'étoit plaint au fujet des Effais], il prit des mefures avec M. Clerfelier & M. Picot, pour les faire faire à Paris. Mais la verfion des Principes n'e'toit pas encore achevée. » (Baillet, II, 265.)

��CCCLXIX.

Descartes a l'Université de Groningue.

Egmond, 17 février [164.5]. Copie MS., Groningue, Oud-Archief.

La troisième des pièces annexes qu'on trouve à lajin du Registre des Acta Senatus Academici de Groningue, pour l'année 164S, p. j 14 et 1 15. Voir les deux premières ci-avant, lettre CCCXXXIX, p. 84, et éclaircissement, p. q6. Une copie de la même lettre se trouve à Leyde, Bibliothèque de V Université, avec quelques va- riantes, que nous indiquerons.

Magnifico Redori

&

Ampliffimo Senatui

Academiae Groningo-Omlandicae

5 Renatus Defcartes

S. D.

Cum ab vno ex veftris 3 ita fim laefus editione libri cui titulus Admiranda Methodus nouœ Philofophiœ &c, vt Excellentiffimus Dominus de la Thuillerie, Régis 10 Chriftianiffimi Legatus,caufam meam fatis magni mo- menti efle duxerit ad eam Nobiliffimis & Praepoten- tibus veftrae Prouinciae Ordinibus commendandam b ,

a. Martinus Schoockius. Cf. t. III, p. 64?, note a.

b. Voir ci-avant p. 96, éclaircissement.

Correspondance. IV. a3

�� � 178 Correspondance.

hi autem ipfam ad vos remiferint, meas iam partes effe puto vos, quantum poflum, orare atque obteflari, vt ne diutius iudicium de illa veftrum proferre difFe- ratis. Nihil addo amplius ; neque enim vereorne ad- uerfarij gratia plus valeat apud viros eruditos & pru- 5 dentés, quales vos effe fcio, quam cura officij & aequitatis. Nullum vero maius crimen efTe poteft,quam Atheifmi, quod ille mihi obiecit. Nulla manifeftior calumnia, quam cuius nulla probatio eft, nifi ex quâ contrarium eius quod affirmatur poffit inferri : vt ille 10 non alio argumenta me Atheum probat, quam quod fcripferim contra Atheos, &, multorum iudicio, non maie. Nulla odiofior & intolerabilior maledicendi laf- ciuia, quam quod hominem aggreffus fit, qui nullo vnquam nec diéto nec facto eum laeferat, nec quidem i5 natum effe fciebat. Denique vix vlla celebrior, & quae lapfu temporis obliuioni tradi minus poffit, non modo quia libris commiffa eft per totum terrarum orbem fparfis, fed praecipue quia inquietus quorumdam ani- mus eam identidem renouare non omittet. Iamque 20 nuper Vltraieéti ediderunt ea de re nouum libellum Belgicâ linguâ a , quem etû ego plane contemnam, aduerto tamen efle permultos, qui tanto ardent zelo aequitatis, tamque indigne ha&enus in ifto negotio mecum aclum effe arbitrantur, vt verear ne, me licet 25 infcio vel difluadente, publico aliquo fcripto refel- lant. Doleremque fi forte ibi quererentur, nihil a vobis Ex(cellentifnmi) D(omini) Legati Gal(lici) peti-

2i Vltraiedi omis. — 26 après fcripto illum ajouté.

a. Aengevangen Procedueren etc., de Paul Voët. Cf. ci-avant, p. 23, éclaircissement.

�� � CCCLXIX. — 17 Février 1645. l 79

tfonem in iuftiiïimâ caufâ, & meâ, obtinere potuiffe. Sic enim me de ijs omnibus, quibus vera eruditio cura? eft, meritum putant, vt non malo a ab ordine veftro aequum iudicium, fed gratiam quoque aliquam expeétare poile fibi perfuadeant. Atque hanc ego gra- tiam, quibufcunque potero officijs & obfequijs, pro- mereri conabor. Valete. XIII Kal. Martias, Egmundâ.

On trouve aux Archives de Groningue, registre des Acta Senatus Aca- demici, année 1645, les documents qui suivent :

« 25 mart. (nouveau style, 4 avril). — Litera: D. Rknati de Cartes ad » Amplissimum Senatum Acad. (c'est la lettre ci-dessus), itemque apogra- » phum priorum ejusdem ad Illustris. Legatum Gallicum de la Ti illerie » (ci-avant p. 84), unà cum hujus commendatione ad illustres Provinciae » hujus Ordines (ib. p. p6), quibus conqueritur de libro contra se edito » sub nomine Dn. M. Schookii, lcctae sunt in Curià. Decretum autem » fuit, consentiente Dn. Schookio, omnia communicanda esse cum Am- » pliss'* DD. Curatoribus. Praesentibus omnibus. »

« 28 mart. (7 avril). — Magnif. Dom. Rcctor rctulit ex orc Dom. Con- » sulis Nyevf.ni Curatoris, quod Dom. de Cartes cum ipso cgerit de suo » negotio Haga;, et judicet omnia commodissime expediri posse in Scnatu » Acad. a DD. Professoribus collegis, nec opus esse ut res communi- » cetur cum aliis DD. Curatoribus. »

1 Dom. M. Schookius itaque deductionem sequentcm (page 11g du » registre) praelexit et censendam exhibuit. Et decretum fuit illam aùxo- » Yp«tpov in protocollum esse referendam, et a DD. Professoribus singulis » privatim cxaminandam. »

Hugo van Nyeveen, dont il est ici question, fut cette année député de la Ville de Groningue aux Etats Généraux à la Haye. Quant au recteur, c'était à ce moment Samcel Desmarets (Maresius), qui avait succédé, le 26 août 1644, à Schoock.

« 29 mart. (S avril). — Dom. M. Schookics plenius exposuit mentem » suam scripto novo, quod priori conjunctum extat. Consultum autem » visum fuit ut illius etiam apographum Domini a singulis dictis Profes- » soribus expendatur, antequam procedatur ulterius. »

« 2. April. (12 avril). — [En marge : Praesentibus omnibus, excepto D. » Schookio. Deinde venit.] Placuit ut D. M. Schook vocatus respondeat » ad interrogatoria certa formata ex scripto utroque academico exhibito. »

3 malo] maie.

a. Sic. Lire modo.

�� � 180 Correspondance. ui,6u.

Suivent les réponses de Schoock :

« Ad i. affirm(at). »

« 2. Data mandata editionis soli Waterlaut, quam tamen non putat » ipsum solum procurasse. »

« 3. Waterlaet exactor fuit cartarum, et solus scripsit, nomine tamen » alterius, ut suspicatur. »

« 4. Quia Waterlaet urgebat. »

t 5. Saepius scripsit Waterlaet se nolle nomen suum praefixi, neque » ipse nomen suum prasfixerat. »

Toutes les réponses de Schoock se trouvent p. 5 1 -58 du registre.

Dans un des deux mémoires justificatifs qu'il avait remis à ses col- lègues, on remarque, p. 96, le passage suivant. Schoock allègue, entre autres choses, l'inquiétude que cause la suppression des formes substan- tielles dans la philosophie de Descartes, et il cite à ce propos Froidmont, de Louvain, et Revius, de Leyde. « Inde hsc legissem in epistolà manu- » scriptà Liberti Fromondi (anno 1637), quâ ad Fortunatum Plempium, « Medicum Lovaniensem (3" septemb.) suum judicium de Cartesii Me- » thodo gallicâ his vcrbis proponit. » Suit la citation textuelle d'un pas- sage, qu'on a vu, t. I de cette édition, p. 403, 1. 1 1-20 : si automatum . . . nobis associent (pro infarciant). Quant à Revius, Schoock le cite au sujet de thèses soutenues à Leyde, « mense Julro, anno 1643 ». Ce sont sans doute les mêmes dont parle Descartes, ci-avant p. 78, 1. 5, et qui auraient été soutenues par Heereboord.

La sentence fut rendue par le Sénat académique de Groningue le 10/20 avril. Voir ci-après lettre CCCLXXIV, éclaircissement.

��CCCLXX.

Descartes a l'Abbé Picot.

[Egmondj, 17 février 1645. Texte de Clerselier, tome III, lettre 1 1 5, p. 6i2-6i3.

Monfieur,

I'av efté extrêmement aife de receuoir voltre troi- sième Partie", & ie vous en remercie tres-humblement.

a. La traduction française de la 3" partie des Principia Philosophiœ, Voir pour la 1" et la 2°, ci-avant p. 147.

�� � m,6n-6i3. CCCLXX. — 17 Février 164$. 181

le ne l'ay pas encore toute leuë ; mais ie vous puis affurer que ce que i'en ay veu, eft aufly bien que ie le fçaurois fouhaitter. Comme auffi les difficultez, que vous me propofez, monftrent que vous entendez par- 5 faitement la matière; car elles n'auroient pu tomber en l'efprit d'vne perfonne qui ne l'entendroit que fu- perficiellement.

Ce que i'ay écrit, en l'art. 2.6, que alij planetœ habent aphelia.fua alijs in locis, eft conforme à l'expérience ;

10 mais ce que vous dites eft plus conforme à la raifon, tirée de l'inégale fituation des Eftoiles fixes, s'il n'y auoit qu'elle feule qui fuft caufe de l'excentricité des Planètes. Mais i'en ay adioûté encore quatre autres, dans les articles 142, 143, 144 & 145, pour toutes

i5 leurs erreurs en gênerai, &. celles des articles 144 & 14$ me femblent fuffire pour excufer cette irré- gularité.

La raifon pourquoy i'ay dit, en l'article 74, que e. g. Solis ecliptica paulo magis inclinatur à parte e verfus

20 polum d quam verfus f, fed non tantum quam hnea recla S M, eft que, par cette ligne S M, ie defigne feulement l'endroit vers lequel la matière du premier élément, qui fort du Soleil, tend auec le plus de force, à fça- uoir pour paffer vers C; & ie ne parle point là de la

25 matière du Ciel, c'eft à dire du fécond élément, comme il femble que vous auez fuppofé. Or ce qui détermine cette matière du premier élément à aller pluftoft vers M, que vers la ligne qui couppe l'aiffieu du Soleil df à angles droits, c'eft la fituation

3o du Ciel M C M , par les pôles du quel (qui font M & M) elle paffe facilement ; & c'eft la mefme caufe auffi qui

�� � 182 Correspondance. m, 6i3.

empefche que l'ecliptique du Soleil e g ne couppe pas fon aiffieu d f à angles droits, c'eft à dire que cette mefme matière du premier élément, pendant quelle eft dans le Soleil, n'y décriue fes plus grands cercles (lefquels marquent fon ecliptique), en telle forte qu'ils 5 couppent le mefme aiffieu d fà. angles droits, & les fait incliner vers M. Mais il eft euident que cette mefme caufe, qui refide dans le Ciel M C M, a plus de force pour détourner de fon cours naturel la matière du premier élément, qui fort du Soleil, & qui va vers 10 M, que pour en détourner celle qui compofe fon corps, où elle eft plus éloignée du centre C, & plus proche de l'autre caufe, qui la fait incliner à couper l'aiffieui/à angles droits ; laquelle caufe eft qu'il doit tournoyer enuiron autant de matière entre d & e, dans > 5 le corps du Soleil, qu'entre d &g; de façon que ces deux efpaces deuroient eftre égaux, ou, ne l'eftant pas, il faut que cette matière coule plus vifte entre e & d qu'entre f 3 & d.

Pour l'article 155, il eft vray que ie n'y ay marqué *o qu'en vn mot la différence entre les parties cane- lées, qui peut eftre caufe de celle qui eft entre Tequateur & l'ecliptique ; à fçauoir, i'imagine que ces parties canelées viennent plus groffes de certains en- droits du firmament que des autres, à caufe que les *5 tourbillons, par où elles paflent, font plus petits. Car la raifon dide que, plus vn de ces tourbillons eft pe- tit, plus les petites boules du fécond élément, qui le compofent, doiuent eftre groffes, pour refifter à celles des tourbillons voifins ; d'où il fuit que les parties 3o

a. Lire : entre g et d.

�� � m, 6.3. CCCLXXI. — 17 Février 1645. 183

canelées, qui fe forment dans les angles qu'elles laiffent autour d'elles, font auffi plus grofTes. Mais ie n'auois pas pris la peine de déduire cette particula- rité tout au long, à caufe que i'auois crû que perfonne 5 n'y regarderoit de fi prés que vous auez fait, & ie I'auois feulement deûgnée par vn mot, endifant/w- ticulas jlriatas ah Ma parte cœli venientes multos meatus ad magnitudinem fuamjîc aptajfe, &c.

D'Egmond, le 17 Féurier 164$.

En marge de l'exemplaire de l'Institut, on lit : « Cette lettre n'est pas entière. » Faut-il conjecturer que la lettre CCCLXVIII.du 9 février, éga- lement adressée à Picot, serait une partie de celle-ci, Descartes n'ayant pas écrit deux fois de suite au même correspondant à huit jours d'inter- valle, et, dans l'ouvrage de Baillet, 9 étant imprimé pour 17? Ou bien la lettre du 9 se sera-t-elle croisée en chemin avec un envoi de Picot, auquel Descartes aura répondu sur-le-champ ?

��CCCLXXI.

Descartes a Clerselier.

[Egmond, 17 février 1645.]

Texte de Clerselier, tome I, lettre 117, p. 53o-534.

Sans date dans Clerselier. Mais l'exemplaire de l'Institut donne en marge l'indication suivante : « Cette lettre est datée du 1 7 février » 1645. Voyez la lettre de Descartes à Picot [sans doute la précé- » dente), page 1 34 des grandes Remarques. »

10 Monfieur,

La raifon qui me fait dire qu'vn corps, qui eft fans mouuement, ne fçauroit iamais eftre mû par vn autre

�� � 184

��Correspondance.

��I, 53o-53i.

��plus petit que luy, de quelque viteffe que ce plus petit fe puiffe mouuoir 3 , eft que c'eft vne loy de la nature, qu'il faut que le corps, qui en meut vn autre, ait plus de force à le mouuoir, que l'autre n'en a pour refifter. Mais ce plus ne peut dépendre que de fa grandeur ; 5 car celuy qui eft fans mouuement, a autant de degrez de refiftance, que l'autre, qui fe meut, en a de viteffe. Dont la raifon eft que, s'il eft mû par vn corps qui fe meuue deux fois plus vifte qu'vn autre, il doit en rece- uoir deux fois autant de mouuement; mais il refifte 10 deux fois dauantage à ces deux fois autant de mou- uement.

Par exemple, le corps B ne peut pouffer le corps C, qu'il ne le faffe mouuoir auffi vifte qu'il fe mouuera

����foy mefme après l'auoir pouffé : a fçauoir, fi B eft à C comme 5 à 4, de 9 degrez de mouuement, qui feront en B, il faut qu'il en transfère 4 à C pour le faire aller auffi vifte que luy; ce qui luy eft aifé, car il a la force de transférer iufques à 4 & demy (c'eft à dire la moitié de tout ce qu'il aj, plutoft que de refléchir fon mouue- ment de l'autre cofté. Mais fi B eft à C comme 4 à c, B ne peut mouuoir C, fi de fes neuf degrez de mouue- ment il ne luy en transfère j, qui eft plus de la moitié de ce qu'il a, & par confequent à quoy le cors C re-

��i5

��20

��a. Principia Philosophiœ, pars II, xlix.

�� � i,53i-53 2 . CCCLXXI. — 17 Février 1645. 185

fifte plus que B n'a de force pour agir : c'eft pourquoy B fe doit refléchir de l'autre cofté, plutoft que de mou-

����uoir C. Et, fans cela, iamais aucun cors ne feroit re- fléchy par la rencontre d'vn autre. 5 Au refte, ie fuis bien-aife de ce que la première & la principale difficulté que vous auez trouuée en mes Principes, eft touchant les règles fuiuant lefquelles fe change le mouuement des cors qui fe rencontrent 3 ; car ie iuge de là que vous n'en auez point trouué en

10 ce qui les précède, & que vous n'en trouuerez pas

aufli beaucoup au refte, ny en ces règles non plus,

lors que vous aurez pris garde qu'elles ne dépendent

que d'vn feul principe, qui eft que, lors que deux cors

fe rencontrent, qui ont en eux des modes incompatibles, il

i5 fe doit véritablement faire quelque changement en ces modes, pour les rendre compatibles, mais que ce change- ment efl toufiours le moindre qui puijjc ejlrc, c'eft à dire que, y?, certaine quantité de ces modes ejlant changée, ils pcuuent deuenir compatibles, il ne s'en changera point vne

20 plus grande quantité. Et il faut confiderer dans le mou- uement deux diuers modes : l'vn eft la motion feule ou la vitefle, & l'autre eft la détermination de cette motion vers certain cofté, lefquels deux modes fe changent auffi difficilement l'vn que l'autre.

��a. Ces règles sont au nombre de sept. Ib., xlvi-lii inclus. Correspondance. IV.

��*4

�� � 186 Correspondance. 1,531-533.

Ainfi donc, pour entendre les quatre, cinq & fixieme règles a , où le mouuement du cors B & le repos du cors C font incompatibles, il faut prendre garde qu'ils peuuent deuenir compatibles en deux façons, à fçauoir, fi B change toute la détermination de 5 Jon mouuement, ou bien s'il change le repos du corps C, en luy transférant telle partie de fon mouuement qu'il le puijfe chajjcr deuant foy, aujji vifie qu'il ira luy-mefme. Et ie n'ay dit autre chofe, en ces trois règles, finon que, lors que C eft plus grand que B, c'eft la pre- 10 miere de ces deux façons qui a lieu ; & quand il eft plus petit, que c'eft la féconde; & enfin, quand ils font égaux, que ce changement fe fait moitié par l'vne & moitié par l'autre. Car lors que C eft le plus grand, B ne peut le pouffer deuant foy, fi ce n'eft qu'il luy 1 5 transfère plus de la moitié de fa viteffe, & enfemble plus de la moitié de fa détermination à aller de la main droite vers la gauche, d'autant que cette déter- mination eft iointe à fa vitefle ; au lieu que, fe re- fléchiflant fans mouuoir le cors C, il change feulement 20 toute fa détermination, ce qui eft vn moindre change- ment que ce|luy qui fe feroit de plus de la moitié de cette mefme détermination, & de plus de la moitié de la viteffe. Au contraire, fi C eft moindre que B, il doit eftre poufïé par luy ; car alors B luy donne moins 25 que la moitié de fa viteffe, & moins que la moitié de la détermination qui luy eft iointe, ce qui fait moins que toute cette détermination, laquelle il deuroit changer, s'il relléchiftoit.

Ht cecy ne répugne point à l'expérience ; car, dans 3o

a. Ib.. xlix, l et li.

�� � 1,533. CCCLXXI. — 17 Février 1645. 187

ces règles, par vn cors qui eft fans mouuement, i'en- tens vn cors qui n'eft point en aétion pour feparer fa fuperficie de celles des autres cors qui l'enuironnent, &, par confequent, qui fait partie d'vn autre cors dur 5 qui eft plus grand. Car i'ay dit ailleurs 3 que, lors que les fuperficies de deux cors fe feparent, tout ce qu'il y a de pofitif, en la nature du mouuement, fe trouue auffi bien en celuy qu'on dit vulgairement ne fe point mouuoir, qu'en celuy qu'on dit fe mouuoir ; & i'ay

10 expliqué, par après b , pourquoy vn cors, fufpendu en l'air, peut eftre mû par la moindre force.

Mais il faut pourtant icy que ie vous auoùe que ces règles ne font pas fans difficulté ; & ie tafcherois de les éclaireir dauantage,fi i'en eftois maintenant capable;

■ 5 mais pour ce que i'ay l'efprit occupé par d'autres penfées c , i'attendray, s'il vous plaift, à vne autre fois, à vous en mander plus au long mon opinion d .

le vous ay bien de l'obligation des victoires que vous gagnez pour moy aux occaûons, & voftre folu-

20 tion de l'argument que Pagani habuerunt ideam plu- rium Deorum, &c, eft tres-vraye. Car, encore que l'idée de Dieu foit tellement emprainte en l'efprit hu- main, qu'il n'y ait perfonne qui n'ait en foy la faculté de le connoiftre, cela n'empefche pas que plufieurs

a. Ib., pars II, xxx.

b. Ib., lvi.

c. Descartes écrivit le même jour les deux lettres précédentes, p. 177 et 180.

d. Exemplaire de l'Institut, note marginale de Legrand : « C'est ce qu'a » fait M. D., quand il a eu un peu plus de loisir. Et il est aisé de s'en con- » vaincre, en confrontant le latin auec le françois des dernières éditions ; » car il y est augmenté de plus de la moitié, et contient les preuues qui d auoient été omises dans le latin. »

�� � 188 Correspondance. i, 533-534.

perfonnes n'ayent pu païTer toute leur vie, fans iamais fe reprefenter diftinctement cette idée. Et, en effet, ceux qui la penfent auoir de plufieurs dieux, ne l'ont du tout point; car il implique contradiction d'en con- ceuoir plufieurs fouuerainement parfaits, comme vous auez très bien remarqué ; & quand les Anciens nom- moient plufieurs dieux, ils n'entendoient pas plu- fieurs tout-puiffans, mais feulement plufieurs fort puiffans, au defTus defquels ils imaginoient vn feul Iupiter comme fouuerain, & auquel feul, par confe- quent, ils appliquoient l'idée du vray Dieu, qui fe pre- fentoit confufément à eux. le fuis, &c.

��CCCLXXII.

Descartes au [Marquis de Newcastle]. [Avril 1645?]

Texte de Clerselier, tome I, lettre 52, p. i5o-i 53.

« A un Seigneur », dit Clerselier, sans donner de nom ni de date. Mais les deux lettres suivantes de son édition, 53 et 54, portent le même en-tête, et toutes trois sont adressées au même personnage. Or la troisième fut envoyée avec une lettre à Mersenne du 23 no- vembre 1646, qui donne et la date et le nom du destinataire, « Mar- quis de Neivcastle » . Elle permet aussi de dater la seconde, fin d'oc- tobre 1645 ; or c'était une réponse à une lettre du 19 juin. En supposant qu'à cette date Newcastle répondait à la présente lettre de Descartes, celle-ci serait d'avril ou mai 1645.

Monfieur, Si i'auois autant d'efprit &. de fçauoir, que i'ay de zèle pour le feruice de voftre Excellence, ie ne man-

�� � i, i5c,5i. CCCLXXII. — Avril 1645. 189

querois pas de répondre exactement aux queftions que vous m'auez fait l'honneur de me propofer. Et mefme, encore que ie craigne de n'auoir point affez d'efprit ny de connoiffance pour cet effet, l'abondance 5 du zèle ne laiffe pas de m'obliger à l'entreprendre. Mais, auec voftre permiffion, ie commenceray par la féconde difficulté, touchant la caufe du chaud & du froid dans les animaux ; pource qu'après l'auoir exa- minée, & en fuite la troifiéme & la quatrième, ie

10 pourray plus commodément parler de la première.

Il me femble que toute la chaleur des animaux confifte en ce qu'ils ont dans le cœur vne efpece de feu, qui eft fans lumière, femblable à celuy qui s'excite dans l'eau forte, lors qu'on met dedans affez grande

i5 quantité de poudre d'acier, & à celuy de toutes les fermentations. Ce feu eft entretenu par le fang, qui coule à tous moments dans le cœur, fuiuant la Cir- culation qu'Heruœus, Médecin Anglois,. a tres-heu- reufement découuerte ; & après que ce fang s'eft

20 échaufé & raréfié dans le cœur, il coule de là prom- tement, par les artères, en toutes les autres parties du corps, lefquelles il échaufe par ce moyen. Or on peut dire, en quelque fens, que cette chaleur eft plus grande l'efté que l'hyuer, pource que fa caufe n'eft

25 pas moindre dans le cœur, & que le fang, qui s'y échaufe, n'eft pas tant refroidy par l'air de dehors. Mais on peut dire auffi qu'elle eft plus grande en hy- uer, ce qui fait qu'on a pour lors meilleur appétit, & qu'on digère mieux les viandes. Et la raifon en eft

3o que les parties du fang qui ont le plus de chaleur, à fçauoir les plus fubtiles & les plus agitées, ne s'éua-

�� � 190 Correspondance. i, i5i-i5a.

porent pas fi facilement en hyuer, par les pores de la peau, qui font alors reflerrez par le froid, qu'elles font en eflé : c'efl pourquoy elles vont en plus grande abondance dans l'eflomac, où elles aident à la coc- tion des viandes. 5

La troifiéme queflion efl touchant le froid de la fièvre, lequel ie croy ne venir d'autre chofe, finon que la fièvre efl caufée de ce qu'il s'amafle vne humeur corrompue dans le mezentaire, ou en quelqu'autre partie du corps, laquelle humeur, au bout d'vn, ou 'o deux, ou trois iours, (qui eft vn temps dont elle a befoin pour la meurir & rendre fluide, à raifon de- quoy la fièvre efl ou quotidienne, ou tierce, ou quarte), coule dans les veines, & ainfi fe méfiant parmy le fang, & allant auec luy dans le cœur, elle i5 empefche qu'il ne s'y puiffe tant échaufer & dilater que de coutume, ny, par confequent, porter tant de chaleur au refte du corps ; ce qui efl caufe du trem- blement qu'on fent pour lors. Mais cela n'arriue qu'au commencement de l'accez : car, comme le bois 20 verd, qui éteint le feu, lors que d'abord il y efl mis, rend vne flame plus ardente que l'autre bois, après qu'il efl bien embrafé; ainfi, après que cet|te humeur corrompue a eflé méfiée quelque tems parmy le fang, elle s'échaufe & fe dilate dauantage que luy dans le 25 cœur; ce qui fait la chaleur de l'accez, lequel dure iufqu'à ce que toute cette humeur corrompue foit éuaporée, ou réduite à la conflitution naturelle du fang. Or la fièvre cefferoit toufiours à la fin de l'ac- cez, fi on pouuoit empefcher qu'il ne reuinfl d autre 3o humeur, en la place où s'ell corrompue ' liere;

�� � i, .sa. CCCLXXII. — Avril 1645. I01

& pource qu il peut y auoir vne infinité de diuers moyens pour empefcher cela, mais qui ne reùfïiffent pas toufiours, cela fait que la fièvre peut eftre guerrie par vne infinité de diuers remèdes, & que neantmoins

5 tous les remèdes font incertains.

La quatrième & dernière queftion eft touchant les Efprits animaux & vitaux, & ce qui s'éuapore par tranfpiration. A quoy il m'eft aifé de refpondre, en fupofant que le fang fe dilate dans le cœur, ainfi que

10 ie viens de dire, & que i'ay autrefois expliqué afTez au long dans le difcours de la Méthode 3 . Car ce que les Médecins nomment les Efprits vitaux, n eft autre chofe que le fang contenu dans les artères, qui ne diffère point de celuy des veines, finon en ce qu'il eft plus rare &

i5 plus chaud, à caufe qu'il vient d'eftre échaufé & dilaté dans le cœur. Et ce qu'ils nomment les Efprits ani- maux, n'eft autre chofe que les plus viues & plus fub- tiles parties de ce fang, qui fe font feparées des plus groffieres, en fe criblant dans les petites branches des

20 artères carotides, & qui font pafTées de là dans le cer- ueau, d'où elles fe répandent par les nerfs en tous les mufcles. Enfin tout ce qui fort du corps, par tranfpira- tion infenfible, n'eft aufîi autre chofe que des parties du fang, qui font afTez fubtiles pour parler pai les

25 pores du corps en s'euaporant. Et le mefme fang eft échaufé & raréfié tant de fois, en paflant &. repafTant dans le cœur, fuiuant ce qu'enfeigne la do&rine de la Circulation, qu'il n'y a aucune de fes parties qui ne foit enfin rendue afTez fubtile pour s'euaporer en cette

3o façon.

a. Pages 47 à 55.

�� � ip2 Correspondance. i, 152-153.

le reuiens à la première queftion, qui efl<de la> caufe du fom meil. Laquelle iecroy confifter en ce que, tout de mefme que nous voyons, quelquesfois, que les voiles des nauires fe rident, à caufe que le vent n'a pas aflez de force pour les remplir, ainfi les efprits ani- 5 maux, qui viennent du cœur, ne font pas toufiours affez abondans pour remplir la moële du cerueau, & tenir tous fes pores ouuerts; ce qui fait alors le fommeil. Car les pores du cerueau eftant fermez, on n'a plus l'vfage des fens, fi ce n'eft que quelque violente agita- >o tion excite les efprits à les ouurir. Or l'opium, le pauot, & les autres drogues qui caufent le fommeil, font que le cœur enuoye moins d'efprits vers le cer- ueau. Et l'on peut facilement, en fuitte de cecy, rendre raifon de toutes les autres caufes qu'on trouue, 1 * par expérience, exciter ou empefcher le fommeil. Mais i'ay peur que la longueur de cette lettre ne l'excite : c'eft pourquoy ie n'y adiouteray autre chofe, ûnon que ie ne feray iamais endormy, lors que ie croiray pou- uoir faire ou écrire quelque chofe qui- foit agréable 20 àvoftre Excellence, de laquelle iefuis, &c.

CCCLXX1II.

Descartes a Ci.erselier.

[Egmond], 10 avril if>4:>.

[A. Baillkt], La Vie de Monsieur Des- Cartes, tome II, p. 120 (A), et p. 171-173 (B).

« De toutes les objections qui fe firent contre les Méditations de Monfieur De/cartes, il ne s'en trouva point à qui le Public fil plus

�� � CCCLXXIII. — 10 Avril 1645. içj

d'honneur qu'à celles de ce Doâeur (M. Arnaud); & Monfieur Def- cartes, les jugeant préférables à toutes les autres, ne fut point honteux de s'en faire honneur de fon côté comme d'un nouvel appuy pour fa Philofophie [en marge : Lettr. MS. de Descartes à Clerselier, du 10 d'Avril 1645]. // ne tint pas à luy qu'il n'entretint cette habitude naiffante avec un amy de cette conféquence. Mais Monfieur Arnaud, quoy que grand Philofophe & grand Géomètre, avoit dés-lors telle- ment dévoué fon tèms à la Théologie & à tout ce qui touchoit immédia- tement la Religion, qu'il ne luy en rejloit prefque plus pour les exercices des fciences humaines. M. Defc.fe contenta donc de l'hono- rer & de l'aimer fans communication. » (Baillet, II, 129.)

La suite de ce passage se trouve lettre CCCXLIV, du 1" Avril 1644 ci-avant, p. io3, B.

« M. de Sorbiére s'étoit habitué à Leyde [en marge : Lettr. & B Disc, de Sorb.] pour étudier plus particulièrement les défauts de M. de Saumaife. Mais il ne s'occupoit pas tellement de la confidéra- tion de ce grand homme, qu'il ne retournât fouvent à Eyndegeefl par manière de promenade, & qu'il n'en rapportât toujours quelque nou- veau prétexte d'animer M. Gajfendi à écrire contre M. Defcarles *. Mais pour donner un contrepoids au tort que la plume de cet excel- lent homme pourroit faire aux Méditations de M. Defcartes, Dieu permit qu'un Seigneur de la Cour de France entreprit de faire une traduâion Françoife des mêmes Méditations, pour en faire connoitre plus particulièrement le mérite dans le Royaume, & en procurer la leclure à tous ceux qui, n'ayant pas l'ufage de la langue desfçavans, ne laijferoient pas d'avoir de l'amour & de la difpofition pour la Philofophie. Il faut avouer que la fin de l'auteur de la traduùlion n avoit été que la fatisfaâion particulière qu'il trouvoit à exercer fon file fur de grands fujets, fans fonger à rendre fervice au Public. Mais fa traduâion ayant été recueillie & envoyée à M. Defcartes par Ja permiJJion b , elle fut jugée propre à faire beaucoup d'honneur à nôtre Philofophe & à donner un grand relief à fa Philofophie, & M. le Duc de Luines [en marge : Louis Charles d'Albert, mort le 10 d'Octobre 1690, âgé de 09 ans] fon auteur fut prié d'enj'ouffrir la publication. »

« Peu de jours après M. Clerfelier [en marge : Mort en 1684, le i3 d'Avril, âgé de 70 ans],/'ww des plus \èle\ & des plus vertueux

a. Voir ci-avant p. 108-110, éclaircissement.

b. Voir ci-avant p. i38-i3q, et p. 176, C.

Correspondance. IV. 25

�� � 194 Correspondance.

amis de M. De/cartes, entreprit de traduire auffi en nôtre langue les objections faites à ces Méditations avec les réponfes de M. De/cartes. Cette traduâion étoit excellente aujji bien que celle de M. le Duc de Luines. Mais l'un & l 'autre jugèrent que, fi elles dévoient voir le jour, il falloit qu'elles fuJTent revîtes auparavant par l'auteur même des Méditations, afin qu'en les confrontant avec fa penfée, il pût les mettre le plus prés de leur original qu'il feroit pojjible, & leur en imprimer le caraâére. M. Defcartes fut obligé de fe rendre à un avis fi important. Mais, fous prétexte de revoir ces verfions, il fe donna la liberté de fe corriger lui-même, & d'éclaircir fes propres penfées. De forte qu'ayant trouvé quelques endroits [en marge : Lettr. MS. de Desc. à Clersel. du 10 d'Avril 1645], oit il croyoil n'avoir pas rendu fon fens affe\ clair dans le Latin pour toutes fortes de perfonnes, il entreprit de les éclaircir dans la traduâion par quelques petits changemens qu'il efi aifé de reconnoitre à ceux qui confèrent le François avec le Latin. Une chofe qui fembloit avoir donné de la peine aux traduâeurs, dans tout cet ouvrage, avoit été la rencontre de plufieurs mots de l'art, qui, paroijfant rudes & barbares dans le Latin même, ne pouvoient manquer de l'être beaucoup plus dans le François, qui efi moins libre, moins hardi, & moins accoutumé à ces termes de l'Ecole [en marge : Ibid. lettr. à Clerselier MS.]. Ils n'oférent pourtant les ôter partout, parce qu'ils n'auroient pu le faire fans changer le fens, dont la qualité d'interprètes devoit les rendre religieux obfervateur s. D'un autre côté, M. Defcartes témoigna être fi fatisfait de l'une & de l'autre verjion, qu'il ne voulut point ufer de la liberté qu'il avoit pour changer lejlile, que fa mode/lie &l'efiime qu'il avoit pour fes traducteurs lui faifoit trouver meilleur que n'auroit été le fien. De forte que, par une déférence réciproque qui a retenu les traducteurs & l'auteur, il efi refié dans l'ouvrage quelques- uns de ces termes fcholafiiques, malgré lé dejfein qu'on avoit eu de lui ôter le goût de l'école, en lefaifant changer de langue. Cet eclaircif- fement, touchant la traduâion des Méditations & des Objeâions, efi nécejfaire, non feulement pour jufti [fier les traduâeurs fur les chan- gemens dont l'auteur efi lefeul refponfable, mais pour faire voir auffi que la traduâion Françoife vaut beaucoup mieux que l'original Latin, parce que M. Defcartes s' efi fervi de l'occafion de la revoir, pour retoucher fon original en nôtre langue. C'efi un avantage qu'a eu auffi dans la fuite la verjion FrançoiJ'e des Principes de M. Def- cartes, faite par l'Abbé Picot ". De forte que tous fes ouvrages Fran-

a. Voir lettres CCCLXVIII, p. 175, A, et CCCLXX, p. 180-181.

�� � CCCLXXIV. — 5 Mai 1645. 195

cois, tant originaux que traduits, font préférables à ceux qui font Latins. C'efl-à-dire que toutes les traduâions, qu'il a revues, raient mieux que fes originaux même. »

« Pour ne rien omettre de ce qui peut regarder la traduâion des Méditations, il fuffit de remarquer qu'encore qu'elle ait été faite en 1642, néanmoins la revifion ou la correction par M. DeJ cartes ne s'en fit qu'en 164S, & que la première impreffion qui en fut faite à Paris ne fût en état de paroître que pour les étreines de l'an 1647. " (Baillet, II, 171-173.)

��CCCLXXIV. Descartes a Tobie d'André.

[Egmond], 5 mai 1645. [A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, tome II, p. î5i (A) et p. »56 (B).

Ce premier passage fait suite immédiatement à celui qui est rap- A porté lettre CCCLXIII, p. 1 55 ci-avant.

« Après avoir donc examiné le proce\ avec toute l'exaâitude & toute l'intégrité qui leur avoit été recommandée par les Etats de la Province, à la prière de V Amb a (fadeur de France [en marge : La lettre de l'Ambafladeur étoit aux Etats de la province, et non aux Magistrats de la ville] , ils [Recteur et Professeurs de V Université de Groningue) rendirent leur fentence, le X jour d'Avril, contre Schoockius, leur collègue, en faveur de M. Defcartes. » (Baillet,

II, 25l.)

« M. Defcartes ne favoit rien de tout ce quife pajfoit à Groningue B touchant fon affaire. De forte que trois femaines après la Sentence rendue en fa faveur, l'inquiétude le fit écrire fecrétement au fieur Tobie d'André, pour luy marquer qu'ayant conflitué le fis de M. Camerarius ou De la Chambre, pour fon Procureur ou fon Agent en fon abfence, il n' avoit pas prétendu le charger luy-même du foin de fes affaires [en marge : Lettr. du 5 May 1645 MS.]. Ilvou-

a. Ci-avant p. 96, éclaircissement.

�� � 196 Correspondance.

loit feulement fe fervir, ou du jeune Camerarius, ou de quelqu'un de MeJJieurs les Curateurs [en marge : Deux de ces Curateurs de l'Université de Groningue, se. Heinsius et Nievenius, étoient connus de M. Descartes], ou de toute autre perfonne indifférente, pour pré- fenter au Sénat Académique les lettres qu'il luy addrejfoit en forme de Requête", afin de prier les Juges de ne pas fouffrir que Schoockius publiât de nouvelles calomnies, dont il avoit oùy dire qu'il avoit remply le Fafium ou l'Apologie qu'il vouloit imprimer pour foutenir les vieilles. Mais fa lettre & fes inquiétudes furent inutiles; & il fut furpris d'apprendre, quelques jours après, que la diligence des Juges de Groningue l' avoit prévenu de vingt-cinq jours, en le mettant hors de proce\. »

« Meffieurs de Groningue, pour toute réponfe, luy firent envoyer la copie de la Sentence. » [En marge : Avec les copies du faux témoignage de Voetius.] (Baillet, II, 256.)

Baillet donne, t. II, p. 25i-255, une traduction française de cette sen- tence de Groningue. En voici le texte latin, copié aux Archives de Gro- ningue, sur le registre des Acta Senatus Academici, année 1645 :

« 10 April. {nouveau style, 20 avril.)[En marg-e/Praesentibus omnibus, » excepto D. Schoockio.] — Audita fuerunt singulorum DD. Profes- » sorum judicia, de Apologià exhibità a D. M. Schoockio, quae non judi- » cata fuit sufficere isti causse defendendœ, utpote per omnia debilis et » infirma, id quod et ipse D. M. Schoockius agnovit, qui ejus praesidio » renuntiavit, protestatione loco ejusdem exhibità. Hoc significandum » erit D. M. Schoockio, et rogandus, ut maneamus in terminis legis » Academias 28. »

« Postea ex communi consensu sententia lata quae sequitur :

» Lectis in Senatu litteris Nob. D. Renati Des Cartes, scriptis XIII kal. » Manias*, quibus rénovât querelam suam contra Claris. D. M.Schooc- » kium, in hac Academia Philos. Professorem, hactenus suo nomine de- » positam apud Illustris. ac PP. DD. Ordines hujusce Provinciae, ab » excellentissimo D. de la Thuillerie b , Régis Christian. Legato, petitque y> sibi satisfieri de gravissimis injuriis et convitiis illatis a praedicto Claris. » D. Schoockio, libello quem antea emisit sub titulo Philosophie Carte- n sianœ, quemque, in gratiam Clarissimi D. Doctoris Voetii, totum pro » suo agnoverit Ultrajecti, prout hase omnia fusius enarrantur in libello » supplicis, oblato a praxlicto D. De Cartes eidem Excellentiss. Legato c , » cujus apographum unâ in Senatu fuit recitatum d . »

a. Lettre CCCLXIX, p. 177 ci-avant.

b. Voir ci-avant p. 96.

c. Page 84.

d. Page 96, éclaircissement.

�� � CCCLXXIV. — 5 Mai 1645. 197

« Audito ab aliâ parte Cl. D. Schoockio, qui negotium hoc a Senatu » Academico non tantum terminari consensit, sed optavit, persuasusNob. » DD. Curatores id etiam approbaturos, omnibusque expensis, quae tam » vivâ voce, quam scripto dixit, produxit, retulit, ad sui tum justificatio- » nem, tum excusationem, Sénat. Acad.,qui maluisset abhac causa absti- » nere, et aegre fert viros eruditos eô contentionum devenisse, cum ipsa, » quam profitentur, Philosophia aliud suadere debuisset, imo peroptâsset u ut Cl. D. Schoockius abeâ omni scriptione abstinuisset, relictà Ultra- » jectinis, quorum propria erat, istâ lite,cum necdum tune satis constaret » quid N. D. Des Cartes in Philosophicis sentiret*, nec sibilis et convi- » ciis explodi deceat quod magni viri conantur adferre ad scientias illus- » trandas aut perficiendas, isque hactenus fuerit genius nostrae Academiae, » ut aliarum contentionibus se immiscere noluerit; attamen, ut concordia » inter eruditos possit resarciri, et querelis praedicti D. Des Cartes ut- » cumque satisfieri, cum praesertim non satis firmis aut bene proce- » dentibus consequentiis possint probari ex ejus scriptis vel leges novae » disciplina;, quae illi affinguntur, vel Atheismus aliaque crimina, quae » illi impinguntur : pronuntiavit et judicavit eumdem N. D. de Cartes » debere acquiescere ultroneis protestationibus et declarationibus Clar. » D. Schoockii, quas etiam juramento confirmare paratus fuit, vide- » licet :

» /. Se non tam suopte motu ad scribendum animum appulisse, utpote » qui nunquam fuerat personaliter lœsus et offensus a D. Des Cartes, » quam Ultrajecii incitatum et exstimulatum a Cl. D. Doctore Voetio, » cujus maxime intererat refutari quœ extabant in epistold ad Dinetum, » et qui Voetius eum in finem ipsi multa personalia suppeditavit, ac spe- » ciatim quœ prœtensum Atheismum Cartesii spectabant, ejusque pro- » lixam et odiosam comparationem cum Vanino. »

« 2. Methodum Philosophiae Cartesianae Ultrajecti a se maximd parte » conscriptam, et ibi relictam imprimendam, neutiquam prodiisse qua- rt lem conscripserat, sed multa aliéna manu contra jus et /as ibi fuisse » inserta, etiam ex acerbioribus, quœ speciatim tamen non possit eno- » tare, cum illi Additores chartas suas manu scriptas supprimi cura- » verint, nec eas recipere unquam potuerit ; imo suum nomen libro sive » prœfationi prœfixerunt, contra quam vetuerat, quo facilius in se n omnem illius scripti invidiam, etiam eorum quœ de suo intexuerant, » derivarent. »

a 3. Nescire se quidem distincte quœnam fuerit scelerata illa manus, » quœ tantum sibi in sua scripta permisit; sed commisisse editionem libri » cuidam Studioso, nomine Waterlaet, intimœ admissionis apud Cl. D. » Voetium, et qui admodum importune, ex quo redierat Groningam, exe-

a. En effet, la publication de YAdmiranda Methodus est antérieure à celle des Principia (1644), où Descartes expose enfin toute sa philo- sophie.

�� � 198

��Correspondance.

��» gerit singulis fere hebdomadis quod supertrat libro adjiciendum, idque i> non suo tantum nomine, sed etiam, uti semper ipse interprétâtes est, » nomine ipsius D. Voetii, qui etiam deinde per eumdem Waterlaet misit » ad se exemplum illius testimonii, de quo postea : adeo ut mérita suspi- » cetur, non minus prœdictum D. Voetium, quam suum discipulum Water- » laet,isti toti editioni, cujus nullam unquam probam ipse viderit, prœ- » fuisse, o

a 4. Agnoscere se opus illud sibi adscriptum, uti prodiit, plus cequo » acerbum esse, et ab eo scribendi génère alienum, quod nec ipse velit » usurpare, nec inter bonos vel eruditos usurpari conveniat. Nolle ullo » modo prœtendere Car tesium esse alterum Cainum et Atheistam directum » vel indirectum, et qui cum Vanino paria faciat, aut dignum convitiis illis » omnibus acerbioribus quœ in eo scr.ipto continentur, sed e contrario » eum habere pro viro erudito, bono et honesto; neque kistoricè velle » sumi, quœ de legibus ab ipso positis suis discipulis scripserit, quum » nunquam sibi constiterit taies leges vel dictatas vel excogitatas ab eo » D. Des Cartes fuisse. »

a 5. Nunquam sibi in animo fuisse secundo scripto (quod cœptum Ultra- i) jecti ibidem non sine suo consilio suppressumfuit, adeo ut exinde abru- » périt omnefere cum D. Voetio commercium) D. Voetium excusare ab omni » culpd circa editionem primi libri, aut eam omnem et in solidum in se » transferre, cum e contrario ibidem etiam scripserit generaliter quœdam » illic inser ta fuisse, non sua. »

« 6. Se quidem, Ultrajecti cum esset, et ferveret ibi negotium D. Voetii » contra D. Des Cartes, importunitate victus eorum, qui metuebant, ne res » illa aliter succederet quam tune successit, in génère déclarasse Methodum » a se scriptam quoad ordinem sectionum et capitum, sed sœpius optasse, » ut in forma de specialibus interrogaretur,juxta conscientiam suam de » j'//js responsurum. Etenim cum adhuc esset Groningœ, per Waterlaet n miserat ad se D. Voetius formulam testimonii sud ipsius D. Voetii manu » conscriptam (quam deposuit apud Senatum), ut illi solemniter subscri- y béret, quod jure merito per conscientiam recusavit, utpote qui nollet in » ipsius gratiam falsum testimonium dicere ; sed aliud misit testimonium, » veritati magis consentaneum, quod ideo scenœ, quœ tune agitabatur, n servire non potuit. Quare iterum importunitate D. Dematii sollicitatus » fuit Ultrajecti ad plura ex illo mutanda et dispungenda, juxta scedulam » eà de re conscriptam ipsius D. Dematii manu, Senatui similiter exhi- » bitam. »

« Quum itaque haec ita se habeant, prout ipse Cl. D. Schoockius decla- » ravit et ostendit, judicat Senatus in illis acquiescendum esse D. Des » Cartes, ad quem insuper mittentur copiae, tum formula? expeditœ a » D. Voetio, cuj Cl. Schookius noluit subscribere, tum scedulae Cl. D. <> Dematii, ex quibus constabit simplicem illam deelarationem Cl. D. » Schookii.ab ipso per importunas instantias extortam, semper exceptiones » et limitationcs adjunctas habuisse. »

�� � CCCLXXIV. — ç Mai 1645. 199

« Actum Groningae, » in Curiâ Academicâ, X Aprilis 1645. »

« Haec sententia in Senatu lecta et relecta fuit, praesente D. Schookio, et » ab eodem, cum gratiarum actione, acceptata. »

Voici le texte du projet de témoignage envoyé par Schoock à Voiit, et auquel celui-ci proposa quelques changements (ci-avant, p. 198, n° 6). Il a été copié à Groningue, sur le registre des Acta Senatus Academici, p. 56 :

« Motu proprio et sponte meâ consilium cepisse Methodum conscri- » bendi anno 1642, par tint Groningœ absolvisse, et quidem totum, ita ut » nec D. Voetius nec quisquam alius ejus Author sive in totum sive in » parte fuerit, autquod ad materiam, aut quod ad dispositionem, autquod » ad stylum. Paratum denique esse, prout jure omni me ad id teneri » fateor, ad dicti mei libelti justam et legitimam quamcumque defensio- » nem. Non diffiteor tamen ad scriptionem Prœfationis, quœ factorum et » personalium quorumdam apologiam continet, me nonnulla, quorum tune » Groningœ degens conscius esse non poteram, partim ex aliis amicis » Ultrajecti, partim ex D. Voetio quœsivisse et didicisse. Denique testor » ab aliéna manu esse Par alipomena Prœfationi dictœ Methodi subjecta. » Prosequitur itaque mera esse mendacia quibus R. de Chartes in nupero » Mo scripto, cui titulus Epist. etc., Voetio libellum hune meum sup- » ponit, ut inde occasionem captet omne virus -quasi lege rationis in » eum evomendi. »

Les changements furent demandés à Schoock par ce billet (de Voet) écrit de la main de Dematius :

« Reuer. Vir, velim in testimonio tuoquaepiam mutari. Quasnam autem » illa sint, paucis accipe :

« Lineâ 21 et 22. Deleantur omnia quibus linea subscripta, et scribatur : » meque illum solum absolvisse. »

Lineâ 3o. Tantum haec retineantur : vix esse poteram, ex amicis quœ- » sivisse et didicisse. »

« Lineâ 3i. Deleantur, ab aliéna manu esse. Et scribatur. alterius au- » thoris sunt, qui, ubi necessum erit, ut puto, nomen suum aperiet, vel » simile quidpiam. »

« Rationes, quare ita faciendum censeo, non expono, coram dicturus. » Vale. x

Voir la suite, lettre CCCLXXVIII ci-après, du 26 mai, à Tobie d'André.

�� � 200 Correspondance. i, 85-86.

CCCLXXV.

Descartes a Elisabeth.

[Egmond, 18 mai 1645.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 28, p. 85-88.

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, sans donner de date. Mais cette lettre a été écrite en même temps que la suivante à Pollot, datée du 18 mai 164S (voir ci-après p. aoS, l. 18). Elisabeth y répondra le 24 mai, lettre CCCLXXVII ci- après.

Madame,

I'ay efté extrêmement furpris d'aprendre, par les let|tres de Monfieur de P(ollot), que V. A. a efté long- temps malade, & ie veux mal à ma folitude, pour ce quelle eft caufe que ie ne l'ay point fceu plutoft. 5 Il eft vray que, bien que ie fois tellement retiré du monde, que ie n'aprenne rien du tout de ce qui s'y pafle, toutesfois le zèle que i'ay pour le feruice de voftre Alteffe ne m'euft pas permis d'eftre fi long- temps fans fçauoir l'eflat de fa fanté, quand iaurois 10 dû aller à la Haye tout exprés pour m'en enquérir, finon que Monfieur de P(ollot), m'ayant écrit fort à la hafte, il y a enuiron deux mois, m'auoit promis de m'écrire derechef par le prochain ordinaire; & pour ce qu'il ne manque iamais de me mander comment ie >5 porte voftre Alteffe, pendant que ie n'ay point receu de fes a lettres, i'ay fupofé que vous eftiez toufiours

a. Clers. : ces.

�� � i,86-8 7 . CCCLXXV. — 18 Mai 1645. 201

en mefme eflat. Mais i'ay apris, par fes dernières, que voftre Altefle a eu, trois ou quatre femaines durant, vne fièvre lente, acompagnée d'vne toux feiche, & qu'après en auoir efté déliurée pour cinq ou fix iours, 5 le mal eft retourné, & que toutesfois, au temps qu'il m'a enuoyé fa lettre ^aquelle a efté prés de quinze iours par les chemins), voftre Altefle commençoit de- rechef à fe porter mieux. En quoy ie remarque les lignes d'vn mal fi confiderable, & neantmoins auquel

10 il me femble que voftre Altefle peut fi certainement remédier, que ie ne puis m'abftenir de luy en écrire mon fentiment. Car, bien que ie ne fois pas Médecin, l'honneur que voftre Altefle me fit, l'efté paflé 8 , de vouloir fçauoir mon opinion, touchant vne autre in-

i5 difpofition qu'elle auoit pour lors, me fait efperer que ma liberté ne luy fera pas defagreable.

La caufe la plus ordinaire de la fièvre lente eft la triftefle; & l'opiniaftreté de la Fortune à perfecuter voftre maifon, vous donne continuellement des fuiets

jo de fafcherie, qui font fi publics & fi éclatans, qu'il n'eft pas befoin d'vfer beaucoup de conie&ures, ny eftre fort dans les affaires, pour iuger que c'eft en cela que confifte la principale caufe de voftre indifpo- fition. Et il eft à craindre que vous n'en puifliez eftre

i5 du tout déliurée, fi ce n'eft que, par la force de j voftre vertu, vous rendiez voftre ame contente, malgré les difgraces de la Fortune. le fçay bien que ce feroit eftre imprudent de vouloir perfuader la ioye à vne perfonne, à qui la Fortune enuoye tous les iours de

3o nouueaux fuiets de déplaifir, & ie ne fuis point de ces

a. Voir ci-avant p. i33, 1. 7.

Correspondance. IV. 26

�� � 202 Correspondance. i, 8 7 .

Philofophes cruels, qui veulent que leur fage foit in- fenfible. le fçay auflï que voftre Alteffe n'eft point tant touchée de ce qui la regarde en fon particulier, que de ce qui regarde les interefls de fa maifon & des perfonnes qu'elle affeétionne ; ce que i'eftime comme 5 vne vertu la plus aimable de toutes. Mais il me femble que la différence qui eft entre les plus grandes âmes & celles qui font baffes & vulgaires, confifte, princi- palement, en ce que les âmes vulgaires fe laiffent aller à leurs paffions, & ne font heureufes ou malheureufes, 10 que félon que les chofes qui leur furuiennent font agréables ou deplaifantes ; au lieu que les autres ont des raifonnemens fi forts & fi puiûans que, bien qu'elles ayent auffi des paffions, -& mefme fouuent de plus violentes que celles du commun, leur raifon de- i5 meure neantmoins touûours la maiftreffe, & fait que les afflidions mefme leur feruent, & contribuent à la parfaite félicité dont elles iouïffent dés cette vie. Car, d'vne part, fe confiderant comme immortelles & ca- pables de receuoir de très-grands contentemens,puis, 20 d'autre-part, confiderant qu'elles font iointes à des cors mortels & fragiles, qui font fuiets à beaucoup d'infirmitez, & qui ne peuuent manquer de périr dans peu d'années, elles font bien tout ce qui eft en leur pouuoir pour fe rendre la Fortune fauorable en cette *5 vie, mais neantmoins elles l'eftiment û peu, au regard de l'Eternité, quelles n'en conûderent quafi les eue- nemens que comme nous faifons ceux des Comédies. Et comme les Hiftoires triftes & lamentables, que nous voyons reprefenter fur vn théâtre, nous donnent 3o fouuent autant de récréation que les gayes, bien

�� � i,87-88. CCCLXXV. — 18 Mai 1645. 20J

qu'elles tirent des larmes de nos yeux; ainfi ces plus grandes âmes, dont ie parle, ont de la fatisfadion, en elles-mefmes, de toutes les chofes qui) leur arriuent, mefme des plus fafcheufes & infuportables. Ainfi, ref- 5 fentant de la douleur en leur cors, elles s'exercent à la fupporter patiemment, & cette épreuue qu'elles font de leur force, leur eft agréable ; ainfi, voyant leurs amis en quelque grande affliction, elles compa- tiflent à leur mal, & font tout leur poffible pour les en

10 déliurer, & ne craignent pas mefme de s'expofer à la mort pour ce fuiet, s'il en eft befoin. Mais, cependant, le témoignage que leur donne leur confcience, de ce qu'elles s'acquittent en cela de leur deuoir, & font vne a&ion louable & vertueufe, les rend plus heu-

i5 reufes, que toute la trifteflé, que leur donne la com- paflion, ne les afflige. Et enfin, comme les plus grandes profperitez de la Fortune ne les enyurentiamais, & ne les rend(ent) point plus infolentes, aufli les plus grandes aduerfitez ne les peuuent abatre ny rendre

20 fi triftes, que le corps, auquel elles font iointes, en deuienne malade.

le craindrois que ce ftile ne fuft ridicule, fi ie m'en feruois en écriuant à quelqu'autre; mais, pour ce que ie confidere voftre Altefle comme ayant l'ame la plus

  • 5 noble & la plus releuée que ie connoiffe, ie croy qu'elle

doit aufli eftre la plus heureufe, & qu'elle le fera véri- tablement, pourueu qu'il luy plaife ietter les yeux fur ce qui eft au deffous d'elle, & comparer la valeur des biens qu'elle poffede, & qui ne luy fçauroient iamais

3o eftre oftez, auec ceux dont la Fortune l'a dépouillée, & les difgraces dont elle la perfecute en la perfonne

�� � 204 Correspondance. i, ss.

de fes proches; car alors elle verra le grand fuiet qu'elle a d'eftre contente de fes propres biens. Le zèle extrême que i'ay pour elle eft caufe que ie me fuis laifle emporter à ce difcours, que ie la fupplie tres- humblement d'excufer, comme venant d'vne perfonne qui eft, &c.

��CCCLXXVI.

Descartes a Pollot.

Egmond, 18 mai 1645. Copie MS., Genève, Collection E. de Budé, n° 16.

Publiée par E. de Budé, p. 43-45, Lettres inédites de Descartes (Paris, Durand et Pedone-Lauriel, 1868).

Monfieur,

le ne reçoy iamais de vos lettres, que ie n'y re- marque beaucoup de preuues de voftre amitié, & vos dernières que ie n'ay receu que lundy* au foir, bien 10 qu'elles femblent auoir efté efcrites 1 $ iours pluftoft b , m'ont fort obligé de m'apprendre l'indifpofition de M™ la Princeffe de Boh(eme), laquelle m'a tellement touché, que ie ferois allé a la Haye, tout aufly toft que ie l'ay fceue, finon que i'ay < veu >, a la fin de i5 voftre lettre, qu'elle fe portoit beaucoup mieux qu'elle n'auoit fait auparauant.

Et il faut que ie vous auoue que, depuis mon voyage

a. Le i5 mai.

b. Voir ci-avant, p. 201, 1. 6.

�� � CCCLXXVI. — 18 Mai 164c. 205

de France, ie fuis deuenu plus vieux de 20 ans que ie n'eftois l'année paflee, en forte que ce m'eft mainte- nant vn plus grand voyage d'aller d'icy a la Haye, que ce n'euft efté auparauant d'aller iufques a Rome. 5 Ce n'eft pas pourtant que i'aye aucune indifpofition, grâces a Dieu; mais ie me fens plus foible, & penfe auoir dauantage befoin de rechercher mes commo- dités & mon repos.

Ce qui eft caufe aufly que ie n'efcris pas, de la

10 moitié, tant de lettres que ie faifois auparauant; & ie n'auois point fait refponfe a celle que vous m'auez fait la faueur de m'efcrire, il y a deux mois, parce que ie n'auois rien alors a vous mander que des re- merciemens ; & ie me fuis tellement afleuré fur voftre

i5 affe&ion, que ie n'ay pas douté que vous ne voulufïïez bien m'en difpenfer; aufly que vous me promettiez de m'efcrire plus au long au prochain ordinaire. Ce que i'efcris a M me la Princefle de Bohême 3 , pour m'excufer de ce que ie n'auois pas fceu plutoft fa

20 maladie, a fçauoir que i'attendois de iour a autre de vos lettres, & que vous me faites toufiours la faueur de me mander de fes nouuelles.

le ne manqueray pas d'examiner foigneufement les quattre bouteilles, que vous m'auez obligé de m'en-

j5 uoyer; mais ie n'ay pas encore eu aflez de temps. Tout ce que ie puis remarquer, eft que l'eau de la grande bouteille, marque B; eft bien moins agréable au gouft que l'autre, & fent le feu, en forte qu'on con- noift qu'il y a dedans quelque liqueur tirée par diftil-

3o lation. Et au contraire, la petite bouteille, marque B,

a. Lettre précédente, p. 200, 1. 14.

�� � 206 Correspondance.

femble eftre la plus pure ; car, dans celle qui efl mar- quée A, il y a quelque meilange de l'eau des grandes bouteilles, & le refte de la liqueur femble n'eflre que de l'eau fort 3 commune. C'efl bien auffy vne efpece d'eau forte, qui efl en la petite bouteille B, mais qui 5 efl, ce femble, tirée du fel commun, de l'alun & du vitriol, au lieu qu'en 1 autre il y a auffy du falpeftre. Pour la poudre rouge qui efl au fonds, ce doit eflre du fer, de la pierre d'aimant, du plomb & b du mer- cure; mais ie n'ay pas encore eu le temps d'examiner 10 lequel c'efl de ces 4.

le n'ai peu auffv encore voir le lunetier, pour luy faire reparer le défaut de fa lunette, ou tafcher d'en trouuer vne autre meilleure; ce fera pour la première occafion. Et i'adrefferay toufiours mes lettres a voflre i5 logis de la Haye, encore que vous fuffiez parti pour l'armée, fi ce n'efl que vous me mandiez vne autre adreffe.

Au refle, û vous me faites la faueur de venir faire icy vne promenade auparauant, ainfy que vous me 20 faites efperer, ie feray rauy d'auoir l'honneur de vous y voir, & ie ne fçache perfonne au monde que i'y receufïe auec plus de ioye.

le n'ay encore rien d'âffeuré de Groningue ; mais cella m'efl entièrement indiffèrent, & ie fuis refolu de 25

5 B] C {Budé).

a. Faut-il lire forte ? L'eau forte commune (acide nitrique) est celle qu'on tirait du salpêtre (voir 1. 7); l'eau forte de la petite bouteille B serait, au contraire, de l'acide sulfurique (mélangé de chlorhydrique?)

b. Lire ou? — Cette poudre rouge peut avoir été du colcothar.

c. Voir ci-avant lettre CCCLXXIV, page 195, et ci-après lettre CCCLXXVIII.

�� � CCCLXXVII. — 24 Mai 1645. 207

les lahTer faire, fans iamais plus me remuer d'vn pas, ni efcrire ou dire aucune chofe a perfonne pour ce fuiet. le fuis, M., &c.

D'Egmond, le 18 e May 1645.

��CCCLXXVII.

Elisabeth a Descartes.

[La Haye], 24 mai [1645]. Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt, h» 30, p. 104-111.

Publiée par Foucher de Caveil,p. 61-64, Descartes et la Princesse Elisabeth (Paris, Germer-Baillière, 1879, in-8). Comme variantes, nous donnerons les leçons de Foucher de Caretl. C'est la réponse à la lettre CCCLXXV ci-avant, p. 200. Descartes y répondra lettre CCCLXXX ci-après.

5 Monfieur De/cartes,

le vois que les charmes de la vie folitaire ne vous o/îent point les vertus requifes a la focieté. Ces bontés genereufes que vous aue\ pour vos amis & me tefmoigne^ aux Joins que vous aue^ de ma fanté, ie ferois fafchée 10 qu'ils 3 vous eujjent engagé a faire vn voyage iufqu'icy, depuis que M. de Palotti m'a dit que vous iugie^ le repos necejjaire a vojlrc conferuation b . Et ie vous ajjeure que les médecins, qui me virent tous les iours & examinèrent tous les fymptomes de mon mal, n'en ont pas trouué la

a. Sic dans le MS. Elisabeth ne pense plus qu'au mot le plus rapproché soins (1. 9), et oublie le vrai sujet, qui est plus éloigné, ces bontés (1. 7).

b. Ci-avant p. 2o5, 1. 1-8.

�� � 208 Correspondance.

caufe, ni ordonné de remèdes ji falutaires que vous aue^ fait de loin. Quand ils auroient eflé ajje^ fauants pour fe douter de la part que mon efprit auoit au de/ordre du corps, ie n'aurois point eu la franchife de le leur auouer. Mais a vous, Monjieur, ie le fais fans fcrupvle, 5 m'affeurant qu'vn récit Ji naïf de mes défauts ne m'ofiera point la part que i'ay en vojlre amitié, mais me la con- firmera d'autant plus, puifque vous y verre^ qu'elle m'efl necejfaire.

Sache^ donc que i'ay le corps imbu d'vne grande 10 partie des foiblejfes de monfexe,quilfe reffent très-faci- lement des affliélions de l'ame, & n'a point la force de fe remettre auec elle, ejlant d'vn tempérament fuiet aux objlruélions & demeurant en vn air qui y contribue fort ; aux perfonnes qui ne peuuent point faire beaucoup d'exer- i5 cice, il ne faut point vne longue opprefjion de cœur par la trijleffe, pour opiler la rate & infecler le refle du corps par fes vapeurs. le m'imagine que la fieure lente & la toux feiche, qui ne me quitte pas encore, quoy que la chaleur de la faifon & les promenades que ie fais rap- 20 pe lient vn peu mes forces, vient de la. C'ejl ce qui me fait confentir a l'auis des médecins, de boire d'icy en vn mois les eaux de Spa [qu'on fait venir iufqu'icy, fans qu elles fe gaflent), ayant trouué, par expérience, qu'elles chajfent les objlruélions. Mais ie ne les prendray point, 2 5 auant que i'en fâche vojlre opinion a , puifque vous aue^ la bonté de me vouloir guérir le corps auec l'ame.

1 1 qu'il] qui comme dans le fort] aucune ponctuation. - \6 MS. — 1 3 elle] elles. — 14 après après exercice) point et virgule.

a. Voir p. 2o5, 1. 24 à p. 206, Lu.

�� � CCCLXXVII. — 24 Mai 1645. 209

le continueray auj/i de vous confeffer qu encore que ie ne pofe point ma félicité en chofe qui dépende de la for- tune ou de la volonté des hommes , & que ie ne m'ejli- meray abfolument malheureufe, quand ie ne verrois ia- 5 mais ma maifon rejlituée, ou mes proches hors de mijere, ie ne faurois confiderer les accidents nuijibles qui leur arriuent,fous autre notion que celle du mal, ni les efforts inutiles que ie fais pour leur feruice, fans quelque forte d'inquiétude, qui n ' ejl pas fitofl calmée par le raifonnement,

10 qu'vn nouueau defaflre n'en produit d'autre. Et ie penfe que, fi ma vie vous ejloit entièrement cognue, vous trou- uerie^ plus eflrange qu'vn efprit fenjible, comme le mien, s' ejl conferuéfi longtemps, parmi tant de trauerfes, dans vn corps fi foible, fans confeil que celuy de fon propre rai-

i5 fonnement, & fans confolation que celle de Ja confcience, que vous ne faites les caujes de cette prefente maladie.

I'ay employé tout l'hyuer pafjé en des affaires fi fa f- cheufes, qu'elles m'empefcherent de me feruir de la li- berté que vous m'aue^ oélroyée, de vous propojer les diffi-

20 cultes que ie trouueray en mes efludes, & m'en donnèrent d'autres, dont il me faloit encore plus de Jlupidité que ie n'ay, pour m'en defembarraffer. le ne trouuay qu'vn peu deuant mon indifpofition le loifir de lire la philo- fophie de M. le cheualier Digby*, qu'il a fait en anglois,

25 d'où i'efperois prendre des argumens pour réfuter la voflre, puijque le fommairc des chapitres me montroit deux endroits, ou il pretendoit l'auoir fait ; mais ie fus toute eflonnée, quand i'y arriuay, de voir qu'il n'auoit rien moins entendu que ce qu'il approuue de voflre fen-

3o timent de la reflexion, & de z ce qu'il nie de celuy de la

a. Supprimer ce mot de ou lire que?

Correspondance. IV. 27

�� � 210 Correspondance.

réfraction, ne faifant nulle diflinclion entre le mouue- ment d'vne balle & fa détermination, & ne considérant pourquoy vn corps- mol qui cède retarde l'vn, & qu'vn corps dur ne fait que refifler a l'autre. Pour vne partie de ce qu'il dit du mouuement du cœur, il en ejl plus 5 excujable, s'il n'a point leu ce que vous en efcriuites au médecin de Louuain a . Le doéleur Ion/on m'a dit qu'il vous traduira ces deux chapitres ; & ie penfe que vous n'aure^pas grande curiofité pour le rejle du Hure, parce qu'il ejl du calibre & fuit la méthode de ce prejlre An- 10 glois qui fe donne le nom d'Albanus h , quoyqu'il y ait de très-belles méditations, & que difficilement on en peut attendre dauantage d'vn homme qui a paffé le plus grand tems de fa vie a pourfuiure des dejfeins d'amour ou d'ambition. le n'en auray iamais de plus forts & de plus i5 confiants que celuy d'ejlre, toute ma vie,

Vojlre tres-affeclionnée amie a vous feruir,

ELISABETH.

Ce 24™ de May.

Monfieur Defcartes. io

En relifant ce que ie vous mande de moy mefme c ,

10 fuit] unit.

a. Voir t. III, p. 682, et ci-avant, p. 3.

b. Thomas White, auteur de l'ouvrage : Institutionum Peripateticarum, ad mentent summi viri, clarissimique Philosophi Kenelmi Equitis Digbcei, Pars theorica, item Appendix theologica de origine mundi. Authore Thoma Anglo, ex Albiis East-Saxonum. (Editio secunda correctior, Lon- dini, K. Whitaker, 1647, in-' 2 i P> 2 > 6 -) Voir t. III, p. 485, éclaircis- sement.

c. Suppléer : ie m'aperçois ':

�� � CCCLXXVII. — 24 Mai 1645. 211

que i'oublie vue de vos maximes, qui ejî de ne mettre iamais rien par efcrit, qui pui/Je eftre mal interprété de leéleurs peu charitables. Mais ie me fie tant au foin de M. de Palotti, que ie fay que ma lettre vous fera bien rendue, & a votre difcretion, que vous l'oftere^, par le feu, du hasard de tomber en mauuaifes mains.

Page 209, I. 24. — Sir Kenelm Digby, exilé d'Angleterre après son em- prisonnement de 1642 (voir t. III, p. 582, 1. 26, et p. 590, 1. 19), vint à Paris en 1643 et y publia, en i644,deux ouvrages anglais, dont nous avons parlé t. III, p. 90, éclaircissement.

Dans les lettres MSS. à Mersenne, conservées à la Bibliothèque natio- nale, se trouvent deux lettres de Digby, relatives à ces ouvrages, et datées de 1640.

Voici la première (MS. fr. n. a. 6204, p. 3(>4 [i5o\) :

« ... I'ay esté tenu prisonier, dans un chasteau que i'ay à 3o lieues de » Londres, par une très dangereuse cheute que i'eus par le renuerscment » d'un carrosse ; durant lequel temps i'ay bien médité et disposé en mon » esprit tout le traitté de l'Immortalité de l'ame. Et il ne me manque qu'un » autre mois de loisir pour l'escrire, car alors ie ne me peus servir de la » main. I'espere que vous aurez du contentement a le voir; mais ie pre- » uois qu'il me procurera bien des contradicteurs : car, pour exactement » traitter cette affaire, il faut monstrer a l'œil comment toutes les opera- » tions se font entre les corps, et iusques ou elles peuuent arriuer, pour » ainsi s'acquiescer a accorder que quelques opérations que font quelques » bestes, qui semblent prouenir de raisonnement, ont origine de principes » corporels et matériels, et aussi, par là, déterminer les derniers limites » ausquels les agents matériels peuuent atteindre. Or, pour faire cecy, ie n seray obligé de donner quasi un corps entier de toute la Philosophie, » auquel ie combattray puissamment les nouuelles spéculations des modi, » et monstreray (si ie ne me trompe) que toute la doctrine des qualitez a » esté fort mal fondée et mal entendue, et n'est qu'une eschapatoire pour » l'ignorance de ceux qui prétendent n'ignorer rien. Apres cela, il me » faudra examiner toutes les opérations de l'ame dans le corps, pour » monstrer qu'il y en a quelques-unes qui ne peuuent prouenir d'un prin- » cipe matériel. Et de la ie viendray a trouuer la substance et les facultez » de l'ame; en quoy i'auray des considérations qui choqueront beaucoup » les vulgaires. Mais, après tout, ie me persuade que i'auray prouué fort n efficacement mon intention de l'Immortalité de l'ame. Aussitost que ic » I'auray fait, ie me mettray a l'autre point de l'Existence de Dieu, qui sera » plus court et beaucoup moins pénible. Mais toutes deux requerront » beaucoup de reflection aux lecteurs, pour les bien comprendre ; et après

�� � 2 1 2 Correspondance.

n tout, i'ay peur que la pluspart des hommes est tellement imbeu de faux » principes, pris par autorité sans les examiner, et d'une croyance qu'on » ne peut rien trouuer de certain en matières physiques, qu'ils ne forme- » ront point de conceptions naturelles et légitimes de ce que ie y diray, et » ne se donneront pas la peine de méditer et spéculer iusques au fonds de » ce que i'auray dit, pour ainsi comprendre sa force. Mais ie ne m'en » soucie gueres; ce me sera tousiours un diuertissement de beaucoup de » contentement. Et l'approbation d'un Père Mersene, d'un Galilée, et » d'un Mons r des Cartes, me sera plus que tout le reste du monde. Et le » leur ie me promets desia hardiment. »

Digby parle ensuite d'un « livre de Galilée imprimé a Leyden, qui tes- » moigne que l'auteur a un admirable esprit. Mais cela n'empesche pas » qu'il (M. Blaclo, c'est-à-dire Thomas Blackloë) ne voye aussi qu'il y a » plusieurs erreurs et faussetés, qui prouiennent, pour la pluspart, de ce » qu'il n'est pas si bien fondé dans les Métaphysiques, comme il est » exacte et iudicièux obseruateur des Phénomènes physiques. Mais les » erreurs de telles gens, comme Galilée et Monsieur des Cartes, (pro- » uenants de quelque manquement aux principes qui ne sont pas parfai- » tement bien pénétrez), sont plus a estimer et plus ingénieux que touts » les volumes des Philosophes modernes vulgaires, qui se croyent bien » subtils et profonds, quand ils bastissent et texunt des toiles de airai- d gnées sur des termes qu'ils n'entendent point, et qui, en effet, ne si- » gnifient rien. le n'ay pas veu encore le Discours de Mons r des Cartes » sur les Mechaniques, ny son Introduction a la Géométrie. Vous m'obli- » gérez beaucoup de me le faire voir, et ie vous le renuoyeray. Si vous le » donnez a Mons' du Bosc, il me le fera tenir seurement. Continuez a » soliciter Mons r des Cartes, ie vous suplie, qu'il acheue sa Philosophie, » pour le bien de touts ceux qui ayment les lettres, et afin que d'oresen- » auant les scioli et pretendeurs aux sciences n'ayent plus d'excuse pour » leur ignorance, dans l'incertitude de toutes choses. . . »

« De Londres, le 14 de feurier i,63o. »

D'après la lettre qui suit, il faut lire, suivant le nouveau style, 24 (et non pas 14) février 1640 (et non pas 1639), en commençant l'année au 1" janvier, et non, comme faisait Digby, à Pâques.

Dans cette nouvelle lettre, du 5/i5 mars 1639/1640, Digby rappelle la précédente, écrite quinze jours avant et qui était « accompagnée de » l'introduction de Mons r des Cartes a l'Algèbre, et des papiers que l'on » m'a enuoyé d'Oxford touchant les traittés de Raymond Lulle qui se » trouuent là. » {MS.fr. n. a. 6204, p. 3i2 [i54].)

Puis, revenant à son traité : le vous accorde, dit-il, que qui veut » prouuer l'Immortalité de l'ame ou l'Existence de Dieu, se doit seruir de

  • quelques notions communes, qui seront comme base a tout le raisonne-

» ment sur ce point : mais il me semble que le discours de vos géomètres » manque en cecy, qu'ils voudroient que cette notion commune soit » comme un instinct ou veuë intérieure confuse de la chose. Cela seroit

�� � CCCLXXVII. — 24 Mai 1645. 21 j

» une notion (quoy que confuse) d’un particulier, et non une notion com- » mune. Celles cy doiuent estre euidentes a l’entendement, aussi tost que » considérées, au lieu que les autres s’acquièrent par l’application de » celles cy. Les communes sont, comme que chasque tout est plus grand » que ses parties; que si une cause est en acte, l’effet l’est aussi, et sem- » blables. Sur telles, mon traitté de ces deux points est appuyé. Quant a » l’Existence de Dieu, mon principal fondement est ce que vous touchez, » qu’il est impossible que les choses matérielles ayent esté ab aterno; que » vous dites ne sembler point nécessaire. Car, si elles ont esté ab œterno, » il y a eu mouuementaè œterno; ce que ie demonstreray impossible. Et » s’il n’a pas esté, il est nécessaire qu’il y ayt eu quelque existence ab » œterno, qui luy ayt donné son commencement. Et cela estant conclu, » par l’éternité et la nature d’existence simple, i’infereray toutes autres » perfections. »

Enfin, dans la même lettre du 15 mars 1640, Digby indique ainsi sa méthode :

« Et de ma façon de philosopher, on n’en sçauroit rien comprendre, » sans l’auoir tout en corps, des le premier principe iusques a la dernière » conclusion; car les pièces desiointes semblent plustost des resueries, au » lieu que ie crois auoir assez bien establi mes opinions, si on les prent « (comme les Eléments d’Euclide) en suite et ordre, et que l’on pesé bien » toutes les raisons. Ayez un peu de patience, et vous en aurez un corps » entier, en mon discours de l’immortalité de l’ame, que i’acheueray au » premier i5 iours que i’auray de loisir. »

Rappelons que Descartes et Digby s’étaient rencontrés à Paris en octobre 1644 (ci-avant, p. 145), et que, les premiers mois de 1640, le bruit courut que Digby avait attiré Descartes en Angleterre (t. III, p. 5o, I. 1 5, et p. 87, 1. 14). Chapelain écrivit même de Paris, le i3 mai 1640, à Balzac : « Je » feray la diligence du P. Mersenne pour M. Descartes, qu’on m’a dit que » le milord Digby avoit attiré en Angleterre, où il imprimera sa Physique. » (Lettres de Jean Chapelain, p.p. Tamizey de Larroque, Paris, 1880, 1. 1, p. 621.) Et Mersenne aussi le crut un moment : « Le P. Mer- » senne (écrivait Chapelain à Balzac, le 19 mai 1640), vous baise fort les » mains et m’a asseuré que M. Descartes a reçu vôtre lettre. Il m’a confirme ce que l’on m’avoit dit que les Anglois nous ravissoient cet excellent homme. » (Ib., p. 627-628.)

�� � 214 Correspondance.

CCCLXXVIII.

Descartes a Tobie d'André.

[Egmond], 26 mai 1645.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 256-257 ( A )i

et p. 261 (B).

Ce passage fait suite immédiatement à celui qui est rapporté lettre CCCLXXIV, p. i 9 5, B.

«... L'ayant trouvée (la Sentence rendue le 20 avril à Gro- ningue) 1 toute à fon avantage, quoique fort indulgente à l'égard de Schoockius, il récrivit le XXVI de May au Jieur Tobie d'André, pour le remercier en fon particulier de fes bons offices, & pour le prier de préfenter en fon nom fes trcs-humbles actions de grâces aux Juges. Voyant qu'on avoit traité fort doucement fon adverfaire, quoique puniffable de la peine des calomniateurs, il jugea qu'il luy avoit été facile de profiter de fa négligence, le criminel ayant eu tout lieu de fe jujlifier & de défendre fa caufe en l'abfence de fon accufa- teui , 6 de fléchir des Juges qui étoient fes amis, fes collègues, & qu'il avoit demande^ luy-mème pour connoître de fa caufe. Mais il ne laijfa point de reconnaître que les Juges luy avoient donné toute la fatisfaâion qu'il avoit fouhaitée, & qu'il pouvoit légitimement pré- tendre. . . Le principal intérêt de M. Def cartes dans toute cette af- faire étoit que la fauffeté des accufations faites contre luy par le Miniftre d Utrecht (Voetius) fut découverte. C'efl pourquoy les Juges de Groningue n'avoient pu luy refufer les aâes fervant à cet effet, après que Schoockius les leur eût mis entre les mains. »

« M. Defcartes envoya incontinent ces Aâes aux Magijlrats d'Utrecht [en marge : Avec cinq lettr. de Voetius au Père Mer- senne], fans prétendre néanmoins leur reprocher leur mauvaife con- duite, ou fe rendre partie contre Voetius & Dematius, mais pour voir s'ils feroient quelques démarches en réparation du pajfé. » (Baillet, II, 256-25 7 .)

Voir la suite ci-après, lettre du 16 juillet 1645.

a. Voir ci-avant, p. 196, éclaircissement, et p. 206, 1. 24.

�� � m, i.s. CCCLXXIX. — Mai 1645. 215

[En marge : Lettre MS. à Tob. d'André, du 26 May 1645].: B

De quelque naturel que foit Schoockius, je fuis tout à fait perfuadé que vous ne defapprouverez pas que j'offre de me réconcilier avec luy. Il n'y a rien de plus doux dans la vie que la paix; & il faut fe fouve- 5 nir que la haine du plus petit animal, ne fût-il qu'une fourmi, eft capable de nuire quelquefois, mais qu'elle ne fçauroit être utile à rien. Je ne refuferois pas même l'amitié de Voetius, û je croyois qu'il me l'offrît de bonne foy.

/ (Baillet, II, 261.)

��CCCLXXIX.

Descartes au P. Mesland. [Egmond, mai 1645?]

Texte de Clerselier, tome III, lettre 25, p. i i3-i 14.

« Au R. Père Mesland Iesuite », dit Clerselier, sans donner de date. Mais cette lettre est sûrement de 164S, le P. Mesland ayant déjà vu les Principes (p. 216, l. 5), mais n'ayant pas encore eu le loisir de les examiner plus particulièrement (/. 24). Et elle est au plus tôt de la fin d'avril (p. 21 5, l. 12 et l. 14). Elle sert ainsi à fixer par approximation la date de la CCCLXVII e ci-avant, p. 161.

10 Mon Reuerend Père,

La lettre que vous m'auez fait l'honneur de m'ef- crire, en datte du quatrième Mars a , ne m'a efté en- uoyée, auec vne autre du Reuerend Père Charlet, en datte du troifiéme Avril, que depuis huit iours, en

a. Lettre perdue, ainsi que celle du P. Charlet.

�� � 2i6 Correspondance. m, us.

forte qu'il femble que le courrier de Rome a à Paris ait moins tardé par les chemins que celuy d'Orléans; mais cela importe peu.

le vous ay obligation de la faueur que vous m'auez faite de me mander voftre fentiment touchant mes 5 Principes ; mais i'euffe fouhaitté que vous m'euffiez fpecifié vos difficultez, & ie vous auoue que ie n'en puis conceuoir aucune touchant la rarefaftion. Car il n'y arien, ce me femble, de plus aifé à conceuoir, que la façon dont vne éponge fe dilate dans l'eau, & fe '° refferre en fe fechant.

Pour l'explication de la façon dont Iefus-Chrift eft au faint Sacrement, il eft certain qu'il n'eft nullement befoin de fuiure celle que ie vous ay écrite b , pour l'accorder auec mes principes. Auffi ne l'auois-ie pas >5 propofée à cette occafion, mais comme l'eftimant affez commode pour éuiter les obiedions des Hérétiques, qui difent qu'il y a de l'impoffibilité & contradiction à ce que l'Eglife croit . Vous ferez de ma lettre ce qu'il vous plaira, & pource quelle ne vaut pas la peine *o d'eflre gardée, ie vous prie feulement de la rompre, fans prendre la peine de me la renuoyer.

Au refte, ie fouhaitterois que vous euffiez affez de loifir pour examiner plus particulièrement mes Prin- cipes, lofe croire que vous y trouueriez au moins de *5 la liaifon & de la fuitte; en forte qu'il faut nier tout ce qui eft contenu dans les deux dernières parties, & ne

a. Le P. Charlet était à Rome en qualité d'Assistant de France (voir ci- avant p. 157, note a, et ci-après, p. 225, 1. i 5— 17}- Le P. Mesland était à Orléans.

b. Lettre CCCLXVII ci-avant, p. i65, 1 7.

c. Voir p. i65, 1. 20-23.

�� � iii.M 3-U4. CCCLXXIX. —Mai 1645. 217

le prendre que pour | vne pure hypothefe ou mefme pour vne fable, ou bien l'approuuer tout. Et encore qu'on ne le prift que pour vne hypothefe, ainfi que ie l'ay propofé, il me femble neantmoins que, iufques à 5 ce qu'on en ait trouué quelqu'autre meilleure pour expliquer tous les Phainomenes de la Nature, on ne la doit pas reietter.

Mais ie n'ay pas fuiet de me plaindre iufques icy des ledeurs. Car, depuis que ce dernier traitté eft

10 publié, ie n'ay point appris que perfonne ait entrepris de le blafmer; & il femble que i'ay au moins gaigné cela fur plufieurs, qu'ils doutent û ce que i'ay efcrit ne pourroit point eftre vray. Toutesfois ie ne fçay pas ce qui fe dit en mon abfence, & ie fuis icy en vn coin du

'5 monde, où ie ne laifTerois pas de viure fort en repos & fort content, encore que les iugemens de tous les docr.es fuffent contre moy. le n'ay nulle paffion au regard de ceux qui me haïfTent; i'en ay feulement pour ceux qui me veulent du bien, lefquels ie defire

20 feruir en toutes fortes d'occafions. Et comme ie vous ay toufiours reconnu eftre de ce nombre, aufli fuis-ie de tout mon cœur,

MonR. P.,

Voftre tres-humble & tres-affedionné 2 * feruiteur,

DESCARTES.

��Correspondance. IV. 28

�� � 218 Correspondance. i. 7'3-

CCCLXXX.

Descartes a Elisabeth.

[Egmond, mai ou juin 1645.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 23, p. 73-76.

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, sans donner de date. Mais c'est la réponse à la lettre du 24 mai J64S, p. 207 ci-avant. Elle est donc de la fin de mai ou peut-être plutôt du commencement de juin, Descartes ayant quelque peu différé sa réponse (p. 221, l. 20). Elisabeth répondra parla lettre ci-après du 22 juin, p. 233.

Madame,

le n'ay pu lire la lettre que voftre Altefle m'a fait l'honneur de m'écrire, fans auoir des refTentimens extrêmes, de voir qu'vne vertu fi rare & fi accomplie ne foit pas accompagnée de la fanté, ny des profperitez 5 quelle mérite, & ie conçoy ayfement la multitude des déplaifirs qui fe prefentent continuellement à elle, & qui font d'autant plus difficiles à furmonter, que fou- uent ils font de telle nature, que la vraye raifon n'or- donne pas qu'on s'opofe directement à eux & qu'on 10 tafche de leschafler.Cefontdes ennemis domeftiques, auec lefquels eftant contraint de conuerfer, on eft obligé de fe tenir fans cefle fur fes gardes, afin d'em- pefcher qu'ils ne nuifent ; et ie ne trouue à cela qu'vn feul remède, qui eft d'en diuertir fon imagination & i5 fes fens le plus qu'il eft poffible, & de n'employer que l'entendement feul à les confiderer, lors qu'on y eft obligé par la prudence.

�� � 1-73-74- CCCLXXX. — Mai ou Juin 164$. 219

On peut, ce me femble, ayfement remarquer icy la différence qui eft entre l'entendement & l'imagination ou le fens ; car elle eft telle, que ie croy qu'vne per- fonne, qui auroit d'ailleurs toute forte de fuiet d'eftre 5 contente, mais qui verroit continuellement reprefenter deuant foy des Tragédies dont tous les ades fuffent funeftes, & qui ne s'ocuperoit qu'à confiderer des obiets de triftefTe & de pitié, qu'elle fceuft eftre feints & fabuleux, en forte qu'ils ne fiffent que tirer des

io larmes de fes yeux, & émouuoir fon imagination, fans toucher fon entendement, ie croy, dis-ie, que cela feul fuffiroit pour acoutumer fon cœur à fe refTerrer & à ietter des foupirs , en fuite de quoy la circulation du fang eftant retardée & allentie, les plus grofTieres par-

i5 ties de ce fang, s'attachant les vnes aux autres, pour- raient facilement luy opiler la rate, en s'embaralTant & s'arreftant dans fes pores ; & les plus fubtiles, rete- nant leur agitation, luy pourroient altérer le poumon, & caufer vne toux, qui à la longue feroit fort à

20 craindre. Et, au contraire, vne perfonne qui auroit vne infinité de véritables fuiets de déplaifir, mais qui s'étudieroit auec tant de foin à en détourner fon ima- gination, qu'elle ne penfaft iamais à eux, que lors que la neceffité des affaires l'y obligeroit, & qu'elle em-

25 ployafttout le refte de fon temps à ne confiderer que des obiets qui luy puffent apporter du contentement & de la ioye, outre que cela luy feroit grandement vtile, pour iuger plus fainement des chofes qui luy importeroient, pource qu'elle les regarderoit fans paf-

3o fion, ie ne doute point que cela feul ne fuft capable de la remettre en fanté, bien que fa rate & fes pou-

�� � 220 Correspondance. 1.74-75.

mons fuflent défia fort mal difpofez par le mauuais tempérament du fang que caufe la triftefle. Principa- lement, fi elle fe feruoit auffi des remèdes de la mé- decine, pour refoudre cette partie du fang qui caufe des obftru&ions; à quoy ie iuge que les eaux de Spa 5 font très-propres, fur tout fi voftre Altefîe obferue, en les prenant, ce que les Médecins ont coutume de recommander, qui eft qu'il fe faut entièrement déli- urer l'efprit de toutes fortes de penfées triftes, & mefme aufli de toutes fortes de méditations ferieufes 10 touchant les fciences, & ne s'occuper qu'à imiter ceux qui, en regardant la verdeur d'vn bois, les couleurs d'vne fleur, le vol d'vn oyfeau, & telles chofes qui ne requerrent aucune attention, fe perfuadent qu'ils ne penfent à rien. Ce qui n'eft pas perdre le temps, mais >5 le bien employer; car on peut, cependant, fe fatis- faire par l'efperance que, par ce moyen, on recou- urera vne parfaite fanté, laquelle eft le fondement de tous les autres biens | qu'on peut auoir en cette vie.

le fçay bien que ie n'écris rien icy que voftre Altefie »o ne fçache mieux que moy, & que ce n'eft pas tant la théorie, que la pratique, qui eft difficile en cecy; mais la faueur extrême qu'elle me fait de témoigner qu'elle n'a pas defagreable d'entendre mes fentimens,me fait prendre la liberté de les écrire tels qu'ils font, & me *5 donne encore celle d'adiouter icy, que i'ay expéri- menté en moy-mefme, qu'vn mal prefque femblable, & mefme plus dangereux, s'eft guery par le remède que ie viens de dire. Car, eftant né d'vne mère qui mourut, peu de iours après ma naifiance", d'vn mal de 3o

a. Descartes naquit le 3i mars 1596, et sa mère, Jeanne Brochard, ne

�� � i, 7 5. CCCLXXX. — Mai ou Juin 1645. 221

poumon, caufé par quelques déplaifirs, i'auois hérité d'elle vne toux feiche, & vne couleur pafle, que i'ay gardée iufques à l'âge de plus de vingt ans, & qui faifoit que tous les Médecins qui m'ont vu auant ce

5 temps-là, me condamnoient à mourir ieune. Mais ie croy que l'inclination que i'ay toufiours eue à re- garder les chofes qui fe prefentoient du biais qui me les pouuoit rendre le plus agréables, & à faire que mon principal contentement ne dependift que de moy

10 feul, eft caufe que cette indifpofition, qui m'eftoit

comme naturelle, s'eft peu à peu entièrement paffée.

I'ay beaucoup d'obligation à voftre AlterTe, de ce

qu'il luy a plû me mander fon fentiment du liure de

Monfieur le Cheualier d'Igby a , lequel ie ne feray point

i5 capable de lire, iufqu'à ce qu'on l'ait traduit en Latin; ce que Monfieur Ioufon b , qui eftoit hier icy, m'a dit que quelques-vns veulent faire. Il m'a dit aufli que ie pouuois adrefler mes lettres pour voftre Altefîe par les MerTagers ordinaires, ce que ie n'euffe ofé faire

îo fans luy, & i'auois différé d'écrire celle-cy, pour ce que i'attendois qu'vn de mes amis allait à la Haye pour la luy donner. le regrette infiniment Tabfence de Monfieur de Pollot,pour ce que ie pouuois apprendre par luy l'état de voftre difpofition; mais les lettres

25 qu'on enuoye pour moy au Meffager d'Alkmar ne

mourut que plus de treize mois après, le i3 mai 1^97, comme l'atteste le registre des décès de la paroisse Notre-Dame de la Haye, en Tou- raine. Le même registre mentionne encore « un petit cnrTant, fils de » Monsieur Descartes, décédé le 16' jour de may 1597, et enterré en » l'église. »

a. Ci-avant p. 209, 1. 24.

b. Sic dans Clerselier. Lire Jonsson (Samson), prédicateur de la Reine de Bohême mère de la Princesse Elisabeth.

�� � 222 Correspondance. 1,75-76.

manquent point de m'eftre rendues, & comme il n'y a rien au monde que ie defire auec tant de paffion que de pouuoir rendre feruice|à voftre AltefTe, il n'y a rien auffi qui me puiffe rendre plus heureux, que d'auoir l'honneur de receuoir fes commandemens. le fuis, &c.

��CCCLXXXI.

Descartes a l'Abbé Picot.

[Egmond], i er juin 1645. [A. Baillet], La Vie de Monsieur De*-Cartes, t. II, p. 247.

Cette phrase termine l'alinéa où Baillet résume deux lettres pré- cédentes à Picot, du 8 nov. 1644 et du 9 févr. 1645 (voir p. 147 et 175 ci-avant).

« Pour la quatrième partie de cette verjion (version française des Principes), elle ne fut achevée de plus de six mois après [en marge : Leur. MS. à Picot du 1" Juin 1645]. » (Baillet, II, 247.)'

��CCCLXXXII.

Descartes a [Huygens ?]

TRgmond, juin 1645?] Texte de Clerselier, tome I, lettre 109, p. 491-493.I

« A Monsieur *** », dit Clerselier, sans donner de nom ni de date. Mais un passage de la lettre (p. 22S, l. i~) indique qu'elle fut écrite entre février 1645 et janvier 1646. Un autre passage fait allusion aux affaires d'Ulrecht, sans doute à ce qui s'y passa, lorsque la sentence de Groningue (20 avril 164S) y fut connue. D'autre part

�� � i,49'- CCCLXXXII. — Juin 1645. 22}

le destinataire était un correspondant de Van Zurck, à qui Des- cartes le renvoie (p. 2 26, 1.3-4), pour k tenir au courant des affaires d'Utrecht. Or nous avons vu {ci- avant p. 134) Van Zurck écrire à Huy gens pour différentes choses qui concernaient Descartes. De là cette conjecture : la lettre serait adressée à Huy gens, qui partit en campagne, le 27 mai 16 '4S, et arriva le même jour à Bréda, d'où il ne partit que le 6 juin (voir son Dagboek). Ce serait de cette ville, où les savants ne manquaient pas, qu'il aurait envoyé à Descartes, de la part de l'un d'eux, un jugement sur la double publication de 1644, Specimina et Principia Philosophie (ci-avant, p. 12S-126], et aussi sur la Géométrie. Toutefois ce n'est là qu'une hypothèse très incertaine.

��Monfieur,

Le foin qu'il vous a plû auoir, de vous enquérir des iugemens qu'on a fait de mes écrits au lieu où vous eftes, eft vn effet de voftre amitié, pour lequel ie vous 5 ay beaucoup d'obligation. Mais encore que, lors qu'on a publié quelque liure, l'on foit toufiours bien aife de fçauoir ce que les ledeurs en difent, ie vous puis toutesfois affurer que c'eft vne chofe dont ie me fou- cie fort peu ; & mefme ie penfe connoiftre û bien la

10 portée de la plus -part de ceux qui paffent pour doétes, que i'aurois mauuaife opinion de mes penfées, fi ie voyois qu'ils les approuuaffent.

le ne veux pas dire que celuy dont vous m'auez enuoyé le iugement foit de ce nombre; mais, voyant

i5 qu'il dit que la façon dont i'ay expliqué l'Arc-en-Ciel a eft commune, & que mes principes de Phyûque font tirez de Democrite, ie croy qu'il ne les a pas beau- coup lus. Ce que me confirment auffi fes obiedions contre la raréfaction ; car s'il auoit pris garde à ce

a. Météores, Disc. VIII.

�� � 224 Correspondance. 1,491-492.

que i'ay écrit de celle qui fe fait dans les jïolipiles", ou dans les machines où l'air efl preffé violemment b , & dans la poudre à canon , il ne me propoferoit pas celle qui fe fait en fa fontaine artificielle. Et s'il auoit remarqué la façon dont i'ay expliqué d que l'idée que 5 nous auons du cors en gênerai, ou de la matière, ne diffère point de celle que nous auons de l'efpace, il ne s'arrefteroit point à vouloir faire conceuoir la pé- nétration des dimenfions, par l'exemple du mouue- ment. Car nous auons vne idée tres-diftinde des 10 diuerfes vitefTes du mouuement; mais il implique contradiction, & eft impofîible de conceuoir, que deux efpaces fe pénètrent | l'vn l'autre.

le ne répons rien à celuy qui dit que les demon- ftrations manquent en ma Géométrie. Car il eft vray >5 que i'en ay obmis plufieurs; mais vous les fçauez toutes, & vous fçauez aufli que ceux qui fe plaignent que ie les ay obmifes, pour ce qu'ils ne les fçauroient inuenter d'eux-mefmes, montrent par là qu'ils ne font pas fort grands Géomètres. 20

Ce que ie trouue le plus étrange eft la conclufion du iugement que vous m'auez enuoyé, à fçauoir que ce qui empefchera mes principes d'eftre receus dans l'Efcole, eft qu'ils ne font pas aflez confirmez par l'expérience, & que ie n'ay point refuté les raifons 25 des autres. Car i'admire que, nonobftant que i'aye démontré, en particulier, prefque autant d'expé- riences qu'il y a de lignes en mes écrits, & qu'ayant

a. Météores, Disc. IV.

b. Principia, pars IV, art. 47.

c. Ib., pars IV, art. 1 1?.

d. Ib., pars II, art. 10.

�� � i,492-49?- CCCLXXXII. — Juin 1645. 225

généralement rendu raifon, dans mes Principes, de tous les Phainomenes de la nature, i'aye expliqué, par mefme moyen, toutes les expériences qui peuuent eftre faites touchant les cors inanimez, & qu'au con-

5 traire on n en ait iamais bien expliqué aucune par les

principes de la Philofophie vulgaire, ceux qui la fuiuent

ne laiffent pas de m'obieder le défaut d'expériences.

le trouue fort étrange auiïi qu'ils défirent que ie

réfute les argumens de l'Efcole ; car ie croy que, fi ie

10 l'entreprenois, ie leur rendrois vn mauuais office. Et il y a long-temps que la malignité de quelques-vns m'a donné fuiet de le faire, & peut-eftre qu'enfin ils m'y contraindront. Mais pource que ceux qui y ont le plus d'intereft font les Pères Iefuites, la confidera-

i5 tion du Père C(harlet), qui efl mon parent & qui eft maintenant le premier de leur Compagnie, depuis la mort du General, duquel il eftoit Afliftant*, & celle du Père D(inet) & de quelques autres des principaux de leur Cors, lefquels ie croy eftre véritablement mes

20 amis, a efté caufe que ie m'en fuis abftenu iufques icy; & mefme que i'ay tellement compofé mes Prin- cipes, qu'on peut dire qu'ils ne contrarient point du tout à la Philofophie commune, mais feulement qu'ils l'ont enrichie de plufieurs chofes qui n'y efloient pas.

2 5 Car puifque on y reçoit vne infinité d'autres opi- nions qui font contraires les vnes aux autres, pour- quoy n'y pourroit-on pas aufii bien receuoir les miennes ? le ne voudrois pas toutesfois les en prier; car fi elles font fauflés, ie ferois marry qu'ils fulfent

îo trompez ; & fi elles font vrayes, ils ont plus d'intereft à les rechercher, que moy à les recommander.

Correspondance. IV. 29

�� � 2- 26 Correspondance. i, *o-

Quoi qu'il en foit, ie vous fuis tres-obligé de la fouuenance que vous auez de moi. le m'aflure que M. Van Z(urck) vous mandera ce qui fe paffe à Vtrech *, ce qui eft caufe que ie n adiouteray icy autre chofe, finon que le tems & Tabfence ne dimi- nueront iamais rien du zèle que i'ay à eftre toute ma vie, &c.

Page 225, 1. 17. — Le P. Etienne Charlet fut Assistant de France, de 1627 jusqu'au i3 janvier 1646. Le P. Muzio Vitelleschi, Général de la Compagnie de Jésus depuis le i5 nov. 161 5, était mort le 9 février 1045; et son successeur, le P. Vincenzo Carrafa, ne fut élu que le 7 janvier 1646. Le P. Charlet fit sans doute l'intérim. Descartes avait précisément reçu de lui une lettre de Rome, datée du 3 avril 1645 (voir ci-avant p. 31 5,1. 13-14).

Page 226, 1. 4. — Aux Archives d'Utrecht, ou trouve, au registre |des Actes du Vroedschap, les deux textes suivants :

« 2 (nouveau style 12) Junij 1G45. — De Vroetschap interdiceert ende » verbiedt wel scherpelyck de Boeckdruckers ende Boekvercopers binnen » dese Stadt ende de vrijheyt van dien, te drucken oft te doen drucken, >> mitsgaders te vercopen oft te doen vercopen, eenige boeckens oft ge- >> schriften pro ofte contra des Cartes, op arbitrale correctie. »

« i3 (23) Junij 1643. — Gelesen een Latijnse Missive van Des Cartes » aen Burgermeesteren ende Vroetschap deser Stadt, gedateerdt 't Eg- » mond den XVI deser, stilo novo, die den Secretaris gelast is te trans- » lateren. »

La première pièce, du 12 juin, était la réponse du Vroedschap à la communication que Descartes lui avait faite de la sentence rendue à Gro- ningue le 20 avril. La seconde se rapporte à une longue Lettre Apologé- tique que Descartes écrivit là-dessus; il la présenta en latin le 16 juin 1643, et la représentera au même Vroetschap, en français et en flamand, le 21 février 1648. Le texte latin fut imprimé d'abord sous ce titre : Magni Cartesii Mânes ab ipsomet defensi, sive N. V. Rkn.vti Descartics Querela Apologetica ad Amplissimum Magistratum Ultrajectinwn, etc. (Vrystadij, apud Lancellotum Misopodem, :656). En 1667, Clerselter imprima, au tome III des Lettres de Descartes, le texte français, lettre 1, p. 1-49. Nous donnerons l'un et l'autre dans le même volume que la Lettre au P. Dinet de 1642, VEpitre à Voet, de 1643, etc.

�� � m, 4 58. CCCLXXXIII. — Juin 1645. 227

CCCLXXXIII.

Descartes a ***.

[Egmond, juin 1645?] Texte de Clerselier, tome III, lettre 79, p. 418-460.

« A Monsieur *" », dit Clerselier, sans donner de nom ni de date. Le destinataire parait habiter Utreckt; il est certainement très lié avec Descartes, et s'intéresse particulièrement aux mathématiques. Est-ce, par exemple, Godefroy de Haestrecht? La lettre offre plu- sieurs autres énigmes aussi difficiles à résoudre. Quant à la date, deux passages de la fin {p. -j3o, l. iS et l. 26) font conjecturer le mois de juin 164S, sinon celui de mai.

Monfieur,

Encore que les propofitions du Reuerend Père Ie- fuite * que vous auiez pris la peine de menuoyer foient tres-vrayes, ie n'efpere pas pour cela qu'il en 5 puiffe déduire la quadrature du cercle, comme il me femble que vous m'auiez mandé qu'il prétend. De façon que, s'il en publie quelque liure, il eft croyable que le fleur W. * y pourra trouuer à reprendre ; mais il feroit affez plaifant, s'il s'amufoit à y reprendre ce 10 qui n'eft pas faux, & qu'il obmift ce qui l'eft.

le ne vous ay rien mandé, touchant ce qu'il a écrit de ma Réponfe à fes queftions", que tout Amplement ce que i'en penfois, & comme l'écriuant à vous feul ;

a. Ces questions (du sieur W., et non du R. P. Jésuite), la réponse de Descartes et les deux répliques respectives n'ont pas laissé d'autre trace que cette mention. Luy faire voir (p. 228, 1. 5) indique que le sieur W. réside dans le voisinage du destinataire de la lettre.

�� � 228 Correspondance. 111,453-459.

car ie ne fçauois point qu'on vous euft donné fon Efcrit pour me le faire voir. Mais ie ne croy pas pour cela vous auoir rien écrit que ie me foucie qu'il fçache, & ie laifle entièrement à voftre difcretion de luy faire voir ma lettre, ou vn extrait d'icelle, ou rien 5 du tout.

le ne puis en aucune façon fatisfaire à ce que vous defirez de la part de Monfieur Friquet * ; car ie ne fuis point aflez habile pour porter iugement d'vn Hure, fans en rien voir que le titre des chapitres. Tout ce 10 que i'en puis dire, eft que Viete * a efté fans doute vn très-excellent Mathématicien, mais que les écrits qu'on a de luy ne font que des pièces détachées, qui ne compofent point vn corps parfait, & dans lef- quelles il ne s'eft pas eftudié à fe rendre intelligible i5 à tout le monde. C'eft pourquoy, fi toute fa do&rine eft mife par ordre par quelque fçauant homme, qui prenne la | peine de l'expliquer fort clairement, l'ou- urage en fera fort beau & fort vtile. Neantmoins,fî on n'y met rien de plus que ce qui eft contenu dans 20 les écrits de Viete qui ont défia veu le iour, il me femble qu'on ne portera pas û auant l'Algèbre que d'autres ont fait.

Pour des queftions, celle des quatre globes 3 , que vous me mandez auoir enuoyée, eft fort bonne, afin 25 d'éprouuer fi on fçait bien le calcul ; mais pour re- marquer auffi l'induftrie de bien demeiler les équa- tions, ie n'en fçache point de plus propre que celle des trois bâtons, dont la folution n'a peut-eftre point encore pafié iufqu'en Bourgogne*. Trcs baculi ereéîi 3o

a. Voir ci-avant lettre CCCXXV, p. ?-.

�� � 10

��iS

��10

��IH.459- CCCLXXXIII. — Juin 1645. 229

funt ad perpendiculum,in hor if ontali piano, ex punéïis A, B, C. Et baculus A ejl 6 pedum, B 18 pedum, C 8 pedum, & linea A B efl 33 pedum. Et vnâ atque eâdem die extremitas vmbrœ folaris.quam facit baculus A, tranjit 5 per punéla B & C; extremitas vmbrœ baculi B,perA & C; & ex confequenti etiam baculi C, per A & B. Quœritur in quanam poli altitudine, & qua die anni idcontingat. Et fupponimus illas vmbras defcribere accurate conicas fecliones, vt quœjlio fit Geometrica, non Mechanica *.

Et pour faire preuue des diuers vfages de l'Algèbre, on pourroit propofer, touchant les nombres : Inuenire numerum cuius partes aliquota? faciant triplum. En voicy deux : J2760, dont les parties aliquotes font 98280 ; et 30240, dont les parties font 90720. On en demande vn troifiéme, auec la façon de les trouuer par règle ; ou bien, fi on ne veut pas donner la règle, ie demande fept Si huit tels nombres, pour ce que i'en ay autre- fois enuoyé fix ou fept à Paris a , qui peuuent auoir efté diuulguez.

Et touchant les lignes courbes, on pourroit pro- pofer celle-cy : Data qualibet linea reclâ N, & du élis alijs dua- bus lineis- indefinitis, vt GD & FE, quœfe wpuncloA ita interfc- cent, vt angulus E A D ' fit 45 graduum; quœ- ritur modus defcri- bendi lincam curuam ABO, qua? fit talis naturœ, vt à

a. Voir t. II, p. 25o-i>5i.

��25

��3o

��� � 2jo Correspondance. 111,459-460.

quocumque eius punélo ducantur tangens & ordinata ad diametrum GD, (quemadmodum hîc à punéîo B ducla? funt tangens B L & ordinata B C), femper fit eadem ratio ijlius | ordinata? B C ad C L, fegmentum diametri inter ipfam & tangentem intercepti, quœ ejî lineœ datce 5 N ad BI, fegmentum ordinata? à curuâ ad reclam FE porreéiœ.

Cette queflion me fut propofée, il y a cinq ou fix ans, par Monfieur de Beaune, qui la propofa auffi aux plus célèbres Mathématiciens de Paris & de Thou- 10 louze ; mais ie ne fçache point qu'aucun d'eux luy en ait donné la folution, ny auffi qu'il leur ait fait voir celle que ie luy ay enuoyée a .

I'ay veu depuis deux iours Vltimam patientiam Ma- r { e fiJ)*-> <l u i me femble eftre fort bonne pour acheuer >5 de peindre Vo(etius). Et peut-eftre qu'elle m'exemp- tera d'écrire beaucoup de chofes b , à quoy i'euffe efté obligé.

Au refte, ie vous afîure que ie n'ay aucune enuie daller où vous elles c , û ie ne vous y pouuois rendre 20 feruice. Non pas que ie penfe que mes ennemis m'y pufTent nuire en aucune façon ; mais pour ce que, n'y ayant point affaire, il fembleroit que i'irois à deffein de les brauer, ce qui n'eft pas conuenable à mon humeur. l'aime mieux qu'ils fçachent que ie les mé- j5 prife. Et pour ce fuiet ie n'ay pas auffi enuie d'auoir

a. Lettre CLVI, du 20 février 163g (t. II, p. 514 et suiv.). Voir, sur l'énoncé, V éclaircissement, p. 5 20.

b. Dans l'écrit du 16 juin 1645, adressé au Vroedschap d'Utrccht, écrit auquel la présente lettre serait antérieure?

c. Ce qui suit indique suffisamment que le destinataire habite Utrecht ou les environs.

�� � aucunes copies authentiques des pièces produites par Se(hoockius) * ; il y en a affez dans ce dernier liure. le fuis,

Page 227, 1. 3. — Le Jésuite Grégoire de Saint-Vincent, de Bruges, lequel résidait alors à Gand, s’occupait déjà d’un ouvrage, qui parut en 1647 sous ce titre : Gregorii a Sancto Vincentio Opus Geometricum Quadraturœ Circuit et Sectionum Coni Decem libris comprehensum. — Pro- blema Austriacum plus ultra Quadratura Circuit. Auctore Gregorio a S t0 Vincentio Soc. lesu. (Antverpiae, apud Johannem et Jacobum Meur- sios. Anno MDCXLVII, in-f u .) — C’est probablement de ce mathématicien qu’il s’agit ici. Les énoncés venant de lui auraient été envoyés à Utrecht par Jean Friquet (voir le second éclaircissement ci-après).

Page 227, 1. 8. — Cette initiale parait désigner Jacob Waessenaer, pour qui Descartes se serait quelque peu refroidi depuis la collaboration de 1639/1640 (voir t. II, p. 6i2-6i3). La qualification « le sieur », au lieu de a Monsieur », s’explique, s’il s’agit de Waessenaer, même sans supposer un réel mécontentement de Descartes, ce que semble pourtant permettre l’alinéa suivant. — En tout cas, Waessenaer, arpenteur à Utrecht, devait naturellement être en relations avec les amis de Descartes, s’occupant particulièrement de mathématiques, et demeurant dans cette ville ou dans les environs, comme Godefroi de Haestrecht.

Page 228, 1. 8. — Jean (ou Juan) Friquet, diplomate franc-comtois, vint en Hollande, au nom du roi d’Espagne, en 1641 et 1642. Nous savons par une lettre que lui écrivit plus tard Jean de Witt, qu’il s’occupait de mathématiques. Voici cette lettre : « A M. Fricqlet, Ambassadeur de l’Empereur. Monsieur, Depuis que j’ai eu l’honneur de votre » dernière visite, j’ai reçu une lettre de M. de Schooten, par laquelle il me mande qu’il attend le Traité des éléments des lignes courbes, que » je vous ai laissé entre les mains, il y a quelques jours. . . » (Mélanges historiques, Paris, Imprimerie Nationale, 1873, t. I, p. 142.)

Page 228, 1. 11. — Une édition des Œuvres de Viète était préparée par Schooten, et parut l’année suivante : Francisci Viet.* Opéra mathematica, in unum volumencongesta ac recognita opéra atque studio Francisci a Schooten Leydensis, Matheseos Professoris. (Lugduni Batavorum, ex officinà Bonaventurae et Abrahami Elzeviriorum, 1646, in-f°.) Les divers écrits de Viète, publiés de 1579 à 161 5, étaient devenus extrêmement rares. Le P. Mersenne avait formé, le projet de les réunir en un volume, et s’était adressé pour cela aux Elzevier de Leyde ; il leur écrivit le 8 mars 1 638. Le volume de 1646 contient tous les écrits de Viète, antérieurement imprimés, à l’exception du Canon mathematicus (Paris, J. Mettayer, 1 579, in-f°); mais plusieurs manuscrits, notamment l'Harmonicum cœleste, 232 Correspondance.

sont restés inédits. — Il est à remarquer que Schooten n'a nullement cher- ché à satisfaire au desideratum de Descartes, au sujet de l'édition deViète.

Page 228, 1. 3o. — Entendez, non pas la Bourgogne, ancien Duché de France, mais ou bien la Franche-Comté (de Bourgogne), pays de Friquet, né à Dole, ou peut-être même le Cercle de Bourgogne, qui fut le nom des Pays-Bas Espagnols à partir de 1348. Friquet se serait alors trouvé à Bruxelles ou dans son pays natal.

Page 229, 1. 9. — Lipstorpius, Specimina Philosophiœ Cartesianœ, 1 653, rapporte, à propos de Schooten, le fait suivant, p. i2-i3 :

« Ut singularis hujus Viri eruditionis, simulque hujus methodici arti- » ficii spécimen habcas, perpende, quaeso, illud problema ingeniossimum in Jacobi Wassenarii libello anno h(ujus) sec(uli) XL contra Johan. •> Stampioénium evulgato contentum, cujus solutionem artificiosissimam commentariis annexit. Problema autem taie erat : Tempore verno erectis » alicubi terrarum ad perptndiculum tribus baculis in piano hori\ontali, u in punctis A, B et C, quorum is qui in A sit 6 pedum, qui in B 18 pe- n dum et qui in C S pedum, existente linea AB 33 pedum, contingit » quodam die extremitatem umbrœ baculi A transire per puncta B et C, » baculi autem B per puncta A et C, et baculi C per punctum A, unde fit » ut etiam per punctum B sit transitura. Quceritur jam quo terra; loco » atque anni die hœc evenerint? Solutio ejus habetur à pag. 3oi seqq. » usque ad 3 18. Hujus autem solutioni ansam dederat Ampliss. Dn. » Mylon, Mathematicus et IC. Parisiensis, qui Domino Scotenio Lu- » tetiis adhuc commoranti et aliis illud proposuit, eâ conditione, ut qui » primus solutionem ejus inveniret, illam publici juris faceret. Itaque » Cl. Scotenius ex Galliis domum redux, huic solutioni totum se im- » pendit, et superatis omnibus difficultatibus brevi ejus victor evasit.hoc >, ipso luculenter ostendens non facile problema aliquod datum iri, quod » hanc Geomctriam effugiat aut ejusdem methodo solvi non possit. » — Lipstorp est mal renseigné; le problème avait été proposé par Stampioën, et résolu (par Descartes) dans l'écrit publié par Waessenaer : Den On- wissen Wis-Konstenaer I. I. Stampioenii (voir t. II, p. 578, éclaircisse- ment). Dans ses Commentaires sur la Géométrie de Descartes, Schooten ne s'attribue d'ailleurs nullement la solution qu>'il développe.

Page 23o, 1. i5. — Samuelis Maresii Theologi, Ultima Patientia tan- dem expugnata a D. G. Voetio Ultrajectino Profasore et qutbusdam illius asseclis, sive modesta et necessaria defensio tripertita, in-8, 1645. Nous ne savons à quel moment de l'année parut cet ouvrage. Il est, en tout cas, postérieur à la sentence rendue par le Sénat Académique de Groningue, le 20 avril 1645 (voir ci-avant p. 1 9(5-199).

Page t3 1, 1. 2. — Sans doute les lettres et les deux témoignages de Schoockius et de Voet, avec le billet de Dematius (ci-avant p. 199), auquel cas cette lettre serait antérieure au 37 mai 1645 !

�� � CCCLXXXIV. — 22 Juin 1645. 2))

CCCLXXXIV.

Elisabeth a Descartes.

[La Haye], 21 juin [1645].

Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt, n" i5,p. S5S8.

Publiée par Foucher de Careil, p. 65-66, Descartes & la Princesse Elisabeth (Paris, Germer- Baillière, 187g). — Réponse à la lettre CCCLXXX, p. 218 ci-avant. Descartes répondra lettre CCCLXXXVI ci-après.

Monjieur De/cartes,

Vos lettres me feruent toujiours d'antidote contre la mélancolie, quand elles ne m'enfeigneroient pas, détour- nant mon efprit des obiets defagreables qui luy fur-

5 uiennent tous les iours, pour lui faire contempler le bon- heur que ie pojjede dans l'amitié d'vnc perfonne de vojlre mérite, au confeil duquel ie puis commettre la conduite de ma vie. Si ie la pouuois encore conformer a vos derniers préceptes, il n'y a point de doute que ie me guerirois

10 promtement des maladies du corps & des foiblejfes de

Vefprit. Mais i'auoue que ie trouue de la difficulté a

feparer des fens & de l'imagination des chofes qui y font

continuellement reprefentées par difeours & par lettres,

que ie ne faurois euiter fans pécher contre mon deuoir. le

i5 conjidere bien qu'en effaçant de l'idée d'vne affaire tout ce qui me la rend fafcheufe [que ie crois m' eflre feule- ment reprefenté par l'imagination), i'en iugerois tout auffi fainement & y trouuerois aujfitojl les remèdes que a

a. Suppléer iefais auec?

Correspondance. IV. 3o

�� � 2}4 Correspondance.

l'affeclion que i'y aporte. Mais ie ne l'ay iamais feu pra- tiquer qu'après que la paj/ion auoit ioué fon rôle. Il y a quelque chofe de fur prenant dans les malheurs, quoy que preueus, dont ie ne fuis maijlreffe qu'après vn certain tems, auquel mon corps fe de for donne fi fort, qu'il me 5 faut plufieurs mois pour le remettre, qui ne fe paffent gueres fans quelque nouueau fuiet de trouble. Outre que ie fuis contrainte de gouucrner mon efprit auec foin, pour luy donner des obiets agréables, la moindre faineantife le fait retomber fur les fuiets qu'il a de s'affliger, & i'ap- 10 prehende que, fi ie ne l'employé point, pendant que ie prens les eaux de Spaa, il ne fe rende plus mélancolique. Si ie pouuois profiter, comme vous faites, de tout ce qui fe prefente a mes fens, ie me diuertir ois, fans le pener. C'ejl a cette heure que ie fens l'incommodité d'eflre vn peu i5 raifonnable. Car, fi ie ne V eflois point du tout, ie trou- uerois des plaifirs communs auec ceux entre lefquels il me faut viure, pour prendre cette médecine auec profit. Et a au point que vous l'ejles, ie me guerirois, comme vous aue^ fait b . Auec cela, la malediclion de mon fexe m'empefche 20 le contentement que me donneroit vn voyage vers Egmond, pour y apprendre les ventés que vous tire^ de voflre nou- ueau iardin. Toutefois ie me confole de la liberté que vous me donne^ d'en demander quelques fois des nouuelles, en qualité de » 5

Voflre tres-affeclionnée amie a vous feruir,

ELISABETH.

Ce 12/22 de lum.

Monfieur Defcartes.

a. Suppléer si ie l'estois [raisonnable]?

b. Voir ci-avant p. 220, I. 28.

�� � CCCLXXXV. — 23 Juin 1645. 235

I'ay appris auec beaucoup de ioye que l'Académie de Groningen vous a fait iu/îice a .

1

CCCLXXXV. Regius a Descartes.

[Utrecht], 23 juin 1645.

Exemplaire de l'Institut, tome III, lettre i, p. i (A). [A. Baii.let], La Vie de Monsieur Dcs-Cartcs, tome II, p. 210 (B).

Une note marginale, à propos de la Letli e Apologétique de Des- A cartes au Vroedschap d'Utrecht, du 16 juin 164.S voir ci-avant p. 226), donne l'indication suivante :

« ... M, le Roy l'a reçue a Utrecht le 22 juin 164S. Voye\la 32 e lettre des Manuscrits de Regius à D., datée du 23 juin 1645, où on lit ces paroles : Hesterno mane fasciculum tuarum chartarura accepi etc. Et, dans une note marginale, M. Clerselier a mis ces paroles : Fasciculus i lie est ejus defensio contra Voetium; et il a grande raison d'en juger ainsy, car la suite de la même lettre de Regius à Descartes le manifeste clairement. »

Baillet, parlant de Samson Jonsson, Prédicateur de la Reine de B Bohême, Electrice Palatine, Cartésien outré avant la lecture de la Disquisition de Gassend, et qui était ensuite revenu de ses opi- nions, cite la lettre de Sorbière, que nous avons rapportée p. no, et ajoute en marge : V. aussi la lettr. A/S. 32 de Regius touchant Jonsson.

• Peut-être faut-il lire, pour la date de cette lettre, 3 juillet (nou- veau style) au lieu de 23 juin, bien que la lettre de Descartes soit datée du 16 juin exactement. En tout cas, Descartes répondit à Regius par la lettre CCCLXXXVII ci-après, p. 239.

a. Voir ci-avant p. 196, éclaircissement.

�� � 2}6 Correspondance. i, 76.

��CCCLXXXVI.

Descartes a Elisabeth.

[Egmond, juin 1645.] Texte de Clerselicr, tome 1, lettre 24, p. 7C-77.

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », sans date. Mais c'est la réponse de Descartes à la lettre ci-ayant du 22 juin 164S, p. 233. Elisabeth n'y répondra pas, Descartes annonçant qu'il va venir à La Haye « dans quatre ou cinq iours » (p. 238, l. 10).

Madame,

le fupplie tres-humblement voftre Altefte de me pardonner, fi ie ne puis plaindre fon indifpofition, lors que i'ay l'honneur de receuoir de fes lettres. Car i'y remarque toufiours des penfées fi nettes & des rai- 5 fonnemens fi fermes, qu'il ne m'eft pas poflible de me perfuader quvn efprit capable de les conceuoir foit logé dans vn corps foible & malade. Quoy qu'il en foit, la connoifTance que voftre AltefTe témoigne auoir du mal & des remèdes qui le peuuent furmonter,m'af- 10 fure qu'elle ne manquera pas d'auoir aufli l'adrefle qui eft requife pour les employer.

le fçay bien qu'il eft prefque impoffible de refifter aux premiers troubles que les nouueaux malheurs excitent en nous, & mefme que ce font ordinairement i5 les meilleurs efprits dont les pallions font plus vio- lentes & agiffent plus fort fur leurs cors; mais il me femble que le lendemain, lors que le fommeil a calmé

�� � i, 7 6-77 CCCXXXVI. — Juin 1645. i)j

l'émotion qui arriue dans le fang en telles rencontres, on peut commencer à fe remettre l'efprit, & le rendre tranquile; ce qui fe fait en s'étudiant à conûderer tous les auantages qu'on peut tirer de la chofe qu'on auoit 5 prife le iour précèdent pour vn grand mal-heur, & à détourner fon attention des maux qu'on y auoit ima- ginez. Car il n'y a point d'éuenemens fi funeftes, [ny fi abfolument mauuais au iugement du peuple, qu'vne perfonne d'efprit ne les puiffe regarder de quelque

10 biais qui fera qu'ils luy paroiftront fauorables. Et voftre Alteffe peut tirer cette confolation générale des difgraces de la fortune, qu'elles ont peut-eflre beau- coup contribué à luy faire cultiuer fon efprit au point qu'elle a fait; c'eft vn bien qu'elle doit eftimer plus

i5 qu'vn Empire. Les grandes profperitez éblouïffent & enyurent fouuent de telle forte, qu'elles poffedent plutoft ceux qui les ont, qu'elles ne font poffedées par eux; et bien que cela n'arriue pas aux efprits de la trempe du voftre, elles leur fourniffent toufiours

20 moins d'ocafions de s'exercer, que ne font les aduer- fitez. Et ie croy que, comme il n'y a aucun bien au monde, excepté le bon fens, qu'on puiffe abfolument nommer bien, il n'y a aufîi aucun mal, dont on ne puifle tirer quelque auantage, ayant le bon fens.

25 I'ay tafché cy-deuant de perfuader la nonchalance à voftre Alteffe 8 , penfant que les ocupations trop fe- rieufes affoibliffent le cors, en fatiguant l'efprit; mais ie ne luy voudrois pas pour cela diffuader les foins qui font neceffaires pour détourner fa penfée des obiets

3o qui la peuuent attrifter; & ie ne doute point que les

a. Voir ci-avant, p. 220, 1. 10.

�� � 2}8 Correspondance. 1,77-

diuertiffemens d'étude, qui feroient fort pénibles à d'autres, ne luy puiffent quelquefois feruir de re- lafche. le m'eftimerois extrêmement heureux, fi ie pouuois contribuer à les luy rendre plus faciles; & i'ay bien plus de defir d'aller aprendre à la Haye * quelles 3 font les vertus des eaux de Spa, que de con- noiftre icy celles des plantes de mon iardin*, & bien plus aufïi que ie n'ay foin de ce qui fe pafle à Gro- ningue ou à Vtrech b , à mon auantage ou defauantage. Cela m'obligera de fuiure dans quatre ou cinq iours 10 cette lettre, & ie feray tous les iours de ma vie, &c.

Page 238, 1. 7. — Le 16/26 juin 1645, Henricus. Bornius écrivit d'Utrecht à Gasscnd :

« Cartesius adhuc propè Alcmariam degit ; nocte dieque absque intermis- » sione rerum naturam scrutans, versatur in animalium herbarumque » indole explicandâ. Promittit se omnia per sua principia Mundo iam » nota explicaturum, ita vt tota philosophantium cohors videat, quantis » in tenebris Aristoteles illiusque sectatores rerum naturam inuoluerint. »

Il continue, et ceci se rapporte à la Disquisitio Metaphysica de Gassend, dont il a été question ci-avant, p. 61-62 :

« De responsione ad refutationem tuam ne verbum quidem amplius » loquitur. Dominus Regius, Vir Summus in Physicis, ante dies aliquot » ipsum salutatum iuit, qui petijt ab illo vt vellet scriptum tuum refutare : » se certum esse, quod si demonstrare posset rationes tuas nullius esse » momenti, magnam famœ illius partem additum iri. Verùm dixit sibi ad » illud non satis iam esse otij, seque alijs, ijsque praestantioribus, curis » occupatum esse. Posiquam scriptum tuum in omnium manibus versari » cœpit, tam altum de ipsius Metaphysica; laudibus silentium, vt putares 1 somnium esse illam tantis acclamationibus olim exceptant fuisse. »

« Fama est Lobkowitz aliquid etiam contra Cartesij Metaphysicam » edidisse; sed quid praestiterit, nondum licuit examinare. »

[Gassendi Opéra, Lyon, i658, t. VI, p. 489.)

a. Clerselier : qu'elles.

b. Cf. p. 226, 1. 4, et p. 235, 1. 2.

�� � J.4*9- CCCLXXXVII. — Juillet 164$. 2}o

CCCLXXXVII. Descartes a Regius.

[Egmond, juillet 1645.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 96, p. 429.

Sans date dans Clerselier. Mais, dit une note de l'exemplaire de l'Institut, « cette lettre répond à la 32 e de Regius, datée du z3 juin 1645... » [voir ci -avant, p. 235). Et « la réponse de Regius à celle-ci est du 6 juillet 1645. » Descartes ayant un peu tardé à répondre, sa lettre doit être des premiers jours de juillet, surtout si les deux lettres de Regius doivent se dater, suivant le nouveau style, 3 juillet (au lieu de 23 juin), et 16 juillet [au lieu de 6).

Vir Clariffime,

Nefcio quid obïtiterit, cur non prius ad tuas refpon- derim, nifi quod, vt verum fatear, non libenter à te diffentiam. Et quia non videbar in eo quod fcribebas

5 debere affentiri, idcirco cun&antiùs calamum aflume- bam. Mirabar enim te illa, quae horariœ difputationis examini committere non auderes, indelebilibus typis credere velle*, magifque vereri extemporaneas & in- confideratas aduerfariorum tuorum criminationes,

io quàm attentas & longo ftudio excogitatas. Cumque meminerim me multa legiffe in tuo compendio Phy- ûco*, à vulgari opinione plané aliéna, quae nudè ibi proponuntur, nullis additis rationibus, quibus ledori probabiles a reddi poffint, toleranda quidem illa elfe

i5 putaui in Thefibus, vbi fsepe paradoxa colliguntur, ad

a. Sic pro probabilia.

�� � 240 Correspondance. I, 429.

ampliorem disputandi materiam aduersarijs dandam; sed in libro, quem tanquam nouae Philosophiae Pro- dromum videbaris velle proponere, planè contrarium iudico esse faciendum : nempe rationes effe afferen- das, quibus lectori persuadeas quæ vis concludere vera 5 esse, priusquam ipsa exponas, ne nouitate suâ illum offendant. Sed iam audio à D. Van S(urck) te consi- lium mutasse, multòque magis probo id quod nunc suscipis, nempe Theses de Physiologia in ordine ad Me- dicinam; has enim & firmiùs stabilire, & commodiùs 10 deffendere te posse confido, & minus facile de ipsis malè loquendi occasionem aduersarij tui reperient. Vale.

Page 239, 1. 8. — Regius, dans sa lettre du 23 juin, avait sans doute demandé à Descartes son avis sur un ouvrage qu’il lui avait laissé, lors d’une récente visite à Egmond (voir ci-avant, p. 238, ’éclaircissement’, et ci-après, lettre CCCXCIV).

Page 239, 1. 12. — On lit, p. 210-212 des ’Sorberiana’ (Tolosœ, Colomiez et Posuël, 1691), ces propos de Sorbière sur Henry de Roy :

« Dedit mihi, amicitiæ tesseram, Physiologiam suam Thesibus aliquot explicatam et Disputationibus publicis propositam, quo ex facinore inconciliavit sibi Voetium, et alios nonnullos nugarum vetustiorum amatores. . .» Suivent quelques mots sur la querelle de Voetius et de Regius. Celui-ci avait donc confié à Sorbière, comme à Descartes, ses cahiers de professeur dont il s’agit ici. Sorbière ajoute : « Cæterùm Regius nimis confidenter et audacius Physiologiæ titulum usurpare visus est in Thesibus illis. Non est unius hominis explicationem polliceri rerum omnium quas naturæ vox ambitu suo complectitur; præsertim cùm non parum juvent qui præcesserunt, ut fatebitur Regius. Satius igitur fuisset titulum præscribere hujusmodi : de Physiologià sive etc. exercitationes. Sperare nimia facit titulus alius, nempè perlectis intellectisque tribus disputationibus nihil superfuturum ad Pansophiam istam ; quod sanè sperare non ausim, licet vehementer id optarim. Legi Physiologiam illam, et animadversionibus quam plurimis philosophicis calamum exercui. » CCCLXXXVIII. — 6 Juillet 1645. 241

CCCLXXXVIII.

Regius a Descartes. [Utrecht], 6 juillet 1645.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 268-260.

« M. Regius [en marge : Lettr. 33 MS. de Reg. du 6 Juillet 1645], qui avoit déjà pris fon parti & qui s'étoit fortifié contre toutes fortes de remontrances, ne laijfa point de remercier M. Defcartes de fes apis'; mais au lieu de les future comme auparavant, il fe mit en devoir d'excufer fon ouvrage, & d'en faire voir l'économie & les beaute\ à fon Maître, comme fi ces chofes ehjfent échappé à fes ré- flexions. Il luy fit valoir furtout fa méthode d'Analyfe, S- fa belle manière de définir & de divifer. Il luy promit feulement de remédier à quelques obfcurite\, quoiqu'elles puffent ftrvir à ajfujettir davan- tage un lecleur, & à le rendre plus attentif aux difficulté^. Et pour éviter les inconvéniens dont AI. Defcartes l'auoit averty, il luy envoya ce modèle d'avertiffement au lecleur, pour être mis au bout de fa préface : »

Pour détromper ceux qui s'imagincroient que les chofes qui font contenues dans cet ouvrage [croient les fenti- ments purs de M. Defcartes, je fuis bien aife d'avertir le public qu'il y a effectivement plujieurs endroits où je

5 fais profeffwn de fuivre les opinions de cet excellent

homme; mais qu'il y en a auffi d'autres où je fuis d'une

opinion contraire, & d'autres encore fur lefquels il n'a

pas jugé à propos de s'expliquer juf qu'ici. C'efl ce qu'il

fera aifé de remarquer à tous ceux qui prendront ia

10 peine de lire les écrits de ce grand homme, & de les confronter avec les miens.

a. Lettre CCCLXXXVII ci-avant, p. 2?q.

CORRESPONDANCE.IV. 3l

�� � 242 Correspondance.

« Pour tâcher de prévenir le de/aveu public dont il croyoit que M. De/cartes le menaçoit, il luv fit offre d'ajouter encore, dans fa préface, tout ce qu'il jugerait à propos, parce qu'il appréhendoit ce defaveu comme une réfutation dcfon ouvrage, capable de l'étouffer ou de le décrier dans fa naiffance. Mais il ne parla point de retoucher au fonds de fon ouvrage. » (Baillet, II, 268-269.)

Regius ne donna pas suite à son projet d'ajouter à sa Préface l'avertisse- ment qu'il propose ici. Descartes, d'ailleurs, ne lui en dit mot dans sa réponse, lettre CCCXCI ci-après. On trouve seulement, en tête de l'ou- vrage : Henhici Regh Ultrajectini Fundamenta Physices (Amstelodami, apud Lud. Elzevirium, 1646, in-8), une Dédicace au Prince d'Orange, « 10 Augusti, anno 1646, Stylo Jul. », et, dans cette Dédicace, le passage suivant :

« Si vero vestigiis Viri Nobiliss. et vere Incompar. Philosophi, Renati » des Cartes, insistens, vel propria sectans, vel alia via procedens, a vul- '» garibus quorumdam opinionibus, eam solam ob causam, quod princi- » piis, qua: occulta et a se non intellecta fatentur, ac proinde nil nisi cim- » merias tenebras.loco quassitx lucis, exhibere possunt, tanquam ruinosis » tibicinibusinnitantur, hic pro libertate Philosophica, quœ jubet, ut

» Nullius addictus jurare in verba magistri,

» nonnihil recessero, antiquissimae et charissimae veritatis amor aliosque juvandi studium mihi justam, apud aequos rerum cestimatores, excu- » sarionem, ut spero, invenient. »

��CCCLXXXIX.

Huygens a Descartes. Oost-Eckelo, 7 juillet 1643.

Copie MS., Amsterdam, Académie des Sciences. Lettres françoises de Constantin Huygens, tome II, page 247.

Monjîcur,

Ce n'ejî que depuis hier que le contentement m'ejî arriuc de venir la glorieufe pièce qui vous ejl venue de

�� � CCCLXXXIX. — 7 Juillet 1645. 24?

Gronninghe a . Vous voye^ donq comme i'ay de la peine a me retenir de vous en dire la bonn'hcure. Enfin, M., la vérité a fa ici J "on effeél ordinaire, & tojl ou tard a triomphé de menfonges. le ne fçay fi ie doibs dire tofi 5 ou tard : il y aura eu du tard en vofirc attente, & en cefie iufie impatience, que vous aue^ eue, de vous veoir lufiifié de la calomnie; mais ie n'en trouue pas en ce qu'il 2 ejlé necejfaire & fort a propos que vos aduer- faires euffent du temps a s' embourber iuf qu'aux oreilles,

10 la ou, a plus de diligence de vos amis, ils n' euffent

barbouillé que la pointe des pieds. le n'ay, grâce a

■Dieu, point l'ame vindicatiue ; mais d'ailleurs i'aime

pafjionnement la iufiice, & comme tel, & comme vojlre

feruiteur très acquis, me reiouis pafjionnement de vous

i5 la veoir adminifirée fi franchement. A la prudence de Meffieurs d'Vtrecht le refie h . S'ils font fi charitables que d'aymer toufiours leur fauori auec tous fes defaults, en vojlre efgard cela ne rue ny ne mord plus. Mais, en tout cas, ladite pièce de Groninghe imprimée feroit vn

20 plaifant parallèle a cofié de ce que le bon Voetius a pro- duit!, aueq tant de feureté c .

Si vous me permette^, M., de tourner ce feuillet, i ' adioujleray que. depuis vojlre Philofophie aucunement comprife, ie deuiens de plus en plus amoureux de l'ana-

25 tomie des chofes. Et pour autant que ïindufirie mecha- nique y peut aller, les opérations chimiques efiant les plus apparents moyens d'en tirer de l'auantage effeélif

a. Sentence du 20 avril 1645, ci-avant p. 196.

b. Huygens ne parait pas connaître encore la décision prise par le Vroedschap le 12 juin. Voir p. 226.

c. Sans doute le jugement rendu le 17/27 mars 1643. Voir t. III, p. 55i, éclaircissement.

�� � 244 Correspondance.

il y a longtemps que ie brujle denuie de vous en en- tendre difcourir, pour voir en combien peu de nomen- clature vous comprenez tant d'eaux, de Jels, d'huiles, deffences, defprits, de magijleres & autres différences chimiques au moins fuperflues, que ces bonnes gens nous 5 ejlallent en leurs laboratoires. Autrefois, Monjieur, lay ejlé affe^ effronté & heureux, pour vous arracher ces trois beaux fueillets de la Mechanique, dont le monde ma feeu tant de gré*. le ne fçay combien cejle matière icy en requerroit, mais bien, que, Ji vous daigne^ vous 10 defrober quelque loyjir, pour me faire part de ce que ie fuis bien affeuré que vous en aue^ darrefié a part vous, aueq autant de détermination quil n'y efchoie plus ny doubte ny changement, ie le receurai aueq vne fatis- faclion fi pleine, que ie ne fçay s'il y a autre chofe au ' 5 monde, au moyen de laquelle vous pouuie^ plus m' obliger a deuenir, plus que ie ne fuis, qui efl défia a vn point extrême,

Monjieur,

��Au camp a Oofl-Eekeloo, le y Juillet 164S.

Voir la réponse de Descartes, lettre ci-après, du 4 août 1645, p. 260.

Cette lettre de Huygens à Descartes en croisa deux autres de Wilhcm à Huygens, conservées à Leyde, Bibliothèque de l'Université, MS. Collec- tion Huygens.

La première accompagnait l'envoi de la Lettre Apologétique de Des- cartes, datée du 16 juin 1645, dont il a été question p. 226.

>< Monsieur mon Frère, « Voici la letre pour M. Pollot, auec la copie de l'escrit que ie vous » enuoyay deuant hier. Vostre iugement donnera la loy pour le faire im- » primer ou bien le supprimer. Si M. des Cartes n'auoit qu'vn seul ami,

a. Voir t. I, p. 435, lettre LXXX.1X, du 5 octobre io3;.

��20

�� � CCCXC. — 16 Juillet 1645. 245

» il seroit bientost imprimé; mais, en ayant tant, l'vn donne loisir de » songer qu'vn autre le force (?), et rend la réparation tardiue. le vous » supplie de nous vouloir, selon vostre prudence, départir vostre iuge- » ment. Sur ce, ie vous baise bien humblement les mains. . .

» Wilhem. » Ce 4 de Iuillet 1643, » A la Haye. »

Nous avons vu que l'Ecrit de Descartes ne fut imprimé qu'en 1 656, plus de ëix ans après sa mort.

La seconde lettre de Wilhem à Huygens, datée aussi du 4 juillet 1645, se rapporte à un écrit de Hoogelande. La voici :

« Il y a quelques sepmaines que i'ay receu l'escrit ci-joint de M. de » Hoochlande, pour le faire tenir a M. Alphonse Pollot. Ce qu'ayant secu » M. de ReinsAvoû, il me l'a demandé. De mesme d'autres, de sorte que » i'ay eu de la peine de le retirer de leurs mains, tout vsé, comme vous » voyez, l'vn l'ayant preste a l'autre; et c'est la cause que vous le receurez » si tard. Il vous plaira l'enuoyer à M. Pollot, ou bien la copie auec ma » lettre, afin qu'il vove vengé son amy, et croistre son lustre par son en- » tremise. l'auois ordre de l'addresser à luy. Mais i'estime le plus seur » qu'il le reçoiue par vostre addresse. »

Cet écrit de Hoogelande serait-il le manuscrit de l'ouvrage publié l'année suivante ? Corn, ab Hogelandk Cogitationes, quibus Dei exis- tentiel, item animœ spiritalitas, et possibilis cum corpore unio, demoits- trantur : nec non brevis historia œconomice corporis animalis proponitur atque mechanice explicatur (Amstelodami, apud Ludovicum Elzevirium, 1646, pet. in-12). Les Cogitationes sont dédiées à Descartes.

��CCCXC.

Descartes a Tobie d'André. fEgmond], 16 juillet 1645.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 2'?- (A), p. 258-260 (B), et p. 272-273 (C).

Suite du passage rapporté ci-avant, lettre CCCLXXVIII, p. 214. A

«. Leur confufion (des MagiJIrats d'Utrecht) augmenta /ans doute à la nouvelle du Jugement rendu à Groningue [en marge : Lettr. MS.

�� � 2^6 Correspondance.

à Tob. d'André du 16 Juillet 1645], mais elle Je tourna en une mau- vaife honte qui ne produifit autre chofe qu'une efpéce de mépris, avec un Acte qu'ils publièrent peu de jours après pour Je délivrer de cet embarras. Ils en envoyèrent la copie à M. De/cartes, & l'Acte étoit conçu en ces termes. » (Baillet, II, 257.)

Suit une traduction française de l'acte flamand du 2/12 juin 164D, dont nous avons donné le texte, p. 226.

B « Le jeune Voetius, marchant d'un pas hardy fur les traces de/on père, ne s'accoûtumoit pas à déférer plus que luy aux ordres des Ma- giftrats. Malgré leur ordonnance du XI de Juin % il ne laijfa pas de faire imprimer divers libelles faits indirectement contre M. Def- caries, voulant peut-ejfre prendre droit fur les termes de la defenfe qui n'exprimoient que les Imprimeurs & les Libraires. L'un des plus infolens de ces libelles fut celuy qu'il publia contre Mejfieurs de Gro- ningue, fous le titre de Tribunal iniquum, dans lequel il fe donna la licence de déchirer les Juges qui avaient terminé l'affaire de Schoo- ckius, fans que les Magijlrats d'Utrecht ayent fait connoître qu'ils s'en mijfent en peine. »

« M. De/cartes ne fut pas aufjy indifférent qu'eux à défendre l'honneur de fes Juges; & il prit la liberté de leur faire une légère remontrance fur leurs devoirs, en fe contentant de réfuter quelques- uns des principaux points du Tribunal iniquum du Calumniateur [en marge : V. la leur. MS. de Desc. à Tob. d'And. du 16 Juillet 1645]. » (Baillet, II, 258-259.)

Suit une analyse de quelques passages de la Lettre Apologétique de Descartes, avec renvois à Clerselier, « Pag. 27, Pag. 28, Pag. 2g du 3 lom. des Lettr. ».

« Mais la médifance commune des Emiffaires de Voetius publioit deux chofes qui auraient pu donner atteinte à la validité de la Sen- tence, fi elles avoient été prouvées, & qui n'auroienl pas manqué d'eflre alléguées par le jeune Voetius dans le Tribunal iniquum, f elles avoient eu quelque apparence. La première, que le Jieur Defmarèts, Profejfeur en Théologie à Groningue, qui avoit préfidé à ce jugement, étoit devenu l'ennemy de Voetius depuis l'affaire de la confrairie de Notre-Dame de Bo/leduc, que nous avons rapportée, £■ qu'il étoit recufable dans l'efprit de ceux qui le croyoient capable de reffenti- ment & de vengeance [en marge : Lettr. MS. de Desc. à Tob. d'And.

a. Baillet a pris pour des chitlres arabes ( 1 1) les chiffres romains II ; la vraie date sur le Registre MS. d'Utrecht est 3 junij, soit le 12 juin, nou- veau sivle.

�� � CCCXC. — 16 Juillet 1645. 247

du 16 Juillet 1645]. La féconde, que Schoockius étoit irrité contre Voetius, fur ce qu'il avoit refufé de le recommander pour la chaire de Théologie à Utrecht, vacante dés l'an 1644 par la mort de Mai- nard Sçhotanus, & qu'on pouvait le foupçonner d'avoir voulu fe vanger dansfes dépojilions. Mais onfcavoit affe\ que Schoockius étoit déjà tout difpofé à déclarer toutes chofes, avant qu'on eût donné la chaire de Théologie à perfonne, & qu'il en avoit écrit à M. Defcartes. A l'égard de M. Defmarèts, M. Defcartes avoit affecté de ne luy point recommander fon affaire, craignant de donner lieu de le foup- çonner d'avoir voulu tirer avantage de leur amitié, & du refroidiffe- ment de celle de Voetius avec Defmarèts depuis l'affaire de Bofleduc. » (Baillet, II, 259-260.)

« M. Regius, refolu de pouffer fa pointe pour l'impreffton de fon livre, tâcha de ne point s'écarter de la doctrine de M. Defcartes', à la Métaphyjique prés. Pour conferver encore une ombre de liaifon avec luy, il voulut retoucher le livre, avant que de le mettre fous la preffe, non pour en retrancher ce qui déplaifoit à M. Defcartes, mais pour l'enrichir des obfervalions nouvelles que fon maître avoit faites depuis peu fur la nature des Animaux. Il avoit eu communication des mémoires que M. Defcartes avoit dreffe\ , depuis l'édition de fes Principes, dans le deffein défaire un jufle traité des Animaux. Mais on peut dire que ce que M. Regius voulut mettre en œuvre n'étoit qu'une ébauche fort imparfaite de ce que M. Defcartes méditoit fur cefujet. Après le gain de fon proce\ de Groningue, le defir d'exé- cuter fon grand deffein C avoit fait remettre aux opérations anato- miques avec une application nouvelle [en marge : Lettr. MS. du 16 Juillet 1645 à Tob. d'André]. Ce fut où il borna toute fa dépenfe & toutes fes faculté^ pendant cette année. Hors un voyage de quelques femaines qu'il fit à Leyde è à la Haye b ,fur la fin de Juin & le com- mencement de Juillet, il ne fortit point de fa maifon d'Egmond, où il fe faifoit apporter d'Alcmaer & des autres endroits de fon voifi- nage toutes fortes d'animaux propres à la diffeclion. » (Baillet, II, 272-273.)

Baillet rappelle ensuite, d'après Sorbière, l'anecdote rapportée ci-avant, t. III, p. 353, et la confirme par le témoignage de Pierre Borel, Compen- dium Vitœ Cartesii, i653 (p. 8 de la 2" édition, 1676) :

«... Paucos libros voluit, quoniam non veraces esse sciebat. exceptis

a. Voir ci-avant p. 41.

b. Page 238, 1. 10.

�� � 248 Correspondance. 1, 4?<>.

» Mathematicis solis. Quarc cum ab amico Akmaeris percunctaretur an » haberet Bibliothecam, et oraretur ut illi eam ostenderet, ablatâ telà, >> ostendit illi vitulum apertum : En meam, inquit, Bibliothecam. O prae- » clarum dictum! Sic olim HippocratesDemocritum inter animalia aperta » studentem invenit. »

��CCCXCI.

Descartes a Regius. [Egmond, juillet 1645.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 97, p. 430-43 1.

Sans date dans Clerselier. Mais la réponse de Regius est datée du a3 juillet 164S; cette lettre est donc antérieure de quelques jours. Descartes répond à la lettre CCCLXXXVUI ci-avant, p. 241.

Vir Clariflime.

Cum fuperiores litteras ad te mifi a . paucas tantum libri tui paginas peruolueram, &. in ijs fatis caufœ pu- tabam me inueniffe, ad iudicandum modum fcribendi, quo vfus es, nullibi, nifi forte in Thefibus, pofle pro- 5 bari, in quibus fcilicet moris eft, opiniones fuas modo quàm maxime paradoxo proponere, vt tantô magis alij alliciantur ad eas oppugnandas. Sed quantum ad me, nihil mihi magis vitandum puto, quàm ne opi- niones meœ paradoxal videantur,atque ipfas nunquam 10 in difputationibus agitari velim; fed tam certas eui- dentefque efle confido, vt illis à quibus redè intelli- gantur, omnem difputandi occafionem fint fublaturae.

a. Lettre CCCLXXXVII ci-avant, p. 23<».

�� � i, 4 3o. 4 3i. CCCXCI. — Juillet 1645. 249

Fateor quidem eas per definitiones & diuifiones, à generalibus ad particularia procedendo, redè tradi poffe, atqui nego probationes debere tune obmitti; fcio tamen illas vobis adultioribus, & in meâ doc- 5 trinâ fatis verfatis, non effe neceflarias. Sed con- fidera, quaefo, quàra pauci fint il 1 i adultiores, cum ex multis Philofophantium millibus vix vnus repe- riatur qui eas intelligat; & fané qui probationes in- telligunt, affertiones etiam non ignorant, ideôque

10 feripto tuo non indigent. Alij autem legentes af- fertiones fine probationibus, variafque definitiones plané paradoxas, in quibus globulorum aethereorum, aliarumque fimilium rerum, nullibi à te explicata- rum, mentionem facis, eas irridebunt & contemnent,

iS ficque tuum feriptum nocere faepius poterit, pmdeffe nunquam.

Haec | funt quae, ledis prioribus feripti tui paginis, iudicaui. Sed cum ad caput de Homine perueni,atque ibi vidi quae de Mente humanâ & de Deo habes, non

20 modo in priore fententià fui confirmatus, fed infuper plané obftupui & indolui, tum quod talia credere vi- dearis, tum quod non poflis abflinere quin ipfa feri- bas & doceas,quamuis nullam tibi laudem, fedfumma pericula & vituperium creare poflint. Ignofce, quaefo,

25 quod libéré tibi tanquam fratri fenfum meum aperiam. Si feripta ifta in maleuolorum manus incidant (vt fa- cile incident cum ab aliquot difeipulis tuis habeantur), ex illis probare poterunt,& vel me iudice conuincere, quod Voëtio paria facias &c. Quod ne in me etiam

3o redundet, cogar deinceps vbique profiteri, me circa res Metaphyficas quam maxime à te diffentire, atque

CORRKSPONDANCE. IV. Î2

�� � 2$o Correspondance. i, 43».

etiam fcripto aliquo typis edito id publiée teftari", fi liber tuus prodeat in lucem. Gratias quidem habeo quod illum mihi oflenderis, priufquam vulgares; fed non gratum fecifti, quod ea quœ in eo continentur, priuatim, me infcio, docueris. Nuncque omninô fub- 5 fcribo illorum fententiae, qui voluerunt, vt te intra Me- dicinae terminos contineres b . Quid enim tanti opus eft, vt ea quae ad Metaphyficam vel Theologiam fpec- tant fcriptis tuis immifceas, cum ea non poffis attin- gere, quin ilatim in alterutram partem aberres ? Prius, 'o mentem, vt fubftantiam à corpore diftinctam, confide- rando, fcripferas hominem effe ens per accidens"; nunc autem econtrà, confiderando mentem & corpus in eo- dem homine ar&è vniri, vis illam tantum effe modum corporis. Qui error multô peior eft priore. Rogo ite- '5 rum vt ignofcas, & fcias me tam libéré ad te fcriptu- rum non fuifTe, nifi feriô amarem & eiîem ex afle tuus Ren. Descartes.

Librum tuum fimul cum hac Epiftolâ remififfem, fed veritus fum ne, fi forte in aliénas manus incideret, 20 feueritas cenfurae meae tibi poffet nocere; feruabo itaque, donec refciuero te hanc Epiftolam recepifle.

a. C'est, en effet, ce que fit Descartes à la fin de la Préface de la traduc- tion française des Principes en 1647, l'ouvrage de Regius ayant paru en 1646 (voir p. 242 ci-avant).

b. Voir t. III, p. 533.

c. Ib., p. 460, 1. 4.

�� � i,7- CCCXCII. — 21 Juillet 1645. 251

CCCXCII.

Descartes a Elisabeth.

Egmond, 21 juillet 1645.

Copie MS., Marhurg, Staatsarchiv, Lettres de Descartes, n° i.

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, tome I, lettre 3, p. ~-8, sans donner de date. Son texte présente quelques variantes.

Madame,

L'air a toufiours efté fi inconftant, depuis que ie n'ay eu l'honneur de voir voftre AltefTe 3 , & il y a eu des iournées fi froides pour la faifon, que i'ay eu fou-

5 uant de l'inquiétude & de la crainte, que les eaux de Spa ne fuflent pas fi faines ny fi vtiles, qu'elles au- roient efté en vn tems plus ferain ; & pour ce que vous m'auez fait l'honneur de telmoigner que mes letres vous pourroient feruir de quelque diuertifTement, pen-

10 dant que les médecins vous recommendent de n'oc- cuper voftre efprit a aucune chofe qui le trauaille, ie ferois mauuais mefnager de la faueur qu'il vous a pieu me faire en me permettant de vous efcrire, fi ie manquois d'en prendre les premières occafions.

i5 le m'imagine que la plus part des letres que vous receuez d'ailleurs, vous donnent de l'émotion, & qu auant mefme que de les lire, vous appréhendez d'y

6 fi deux fois] aufll. — ny] &. — 8 de me. a. Voir ci-avant, p. 238, I. 10.

�� � 2$ 2 Correspondance. 1,7-8.

trouuer quelques nouuelles qui vous déplaifent, a caufe que la malignité de la fortune vous a des long tems accouftumée a en receuoir fouuent de telles ; mais pour celles qui vienent d'icy, vous elles au moins aflurée que, fi elles ne vous donnent aucun fuiet de 5 ioye, elles ne vous en donneront point aufly de trif- tefle, & que vous les pourrez ouurir a toutes heures, fans craindre qu'elles troublent la digeflion des eaux que vous prenez. Car, n'apprenant, en ce defert, au- cune chofe de ce qui fe fait au refte du monde, & 10 n'ayant aucunes penfées plus fréquentes, que celles qui, me reprefentant les vertus de voftre AltefTe, j me font fouhaiter de la voir auffy hureufe & aufTy con- tente qu'elle mérite, ie n'ay point d'autre fuiet, pour vous entretenir, que de parler des moyens que la Phi- i5 lofophie nous enfeigne pour acquérir cete fouueraine félicité, que les âmes vulgaires attendent en vain de la fortune, & que nous ne fçaurions auoir que de nous mefmes.

Lvn de ces moyens, qui me femble des plus vtiles, 20 efl d'examiner ce que les anciens en ont efcrit, & taf- cher a renchérir par deffus eux, en adiouftant quelque chofe a leurs préceptes ; car ainfy on peut rendre ces préceptes parfaitement fiens, & fe difpofer a les mètre en pratique. C'eft pourquoy, affin de fuppleer au 25 défaut de mon efprit, qui ne peut rien produire de foy mefme, que ie iuge mériter d'eftre leu par voftre Al- teffe, & affin que mes letres ne foyent pas entièrement vuides & inutiles, ie me propofe de les remplir doren- auant des confiderations que ie tireray de la ledure 3o

7 toute heure. — ib acquérir] obtenir. — 23 on] l'on.

�� � 1,8. CCCXCII. — 21 Juillet 1645. 25$

de quelque liure, a fçauoir de celuy que Seneque 8 a efcrit de vitâ beatâ, fi ce n'eft que vous ayraiez mieux en choifir vn autre, ou bien que ce deflein vous foit defagreable. Mais fi ie voy que vous lapprouuiez 5 (ainfy que ie l'efpere), & principalement aufîy, s'il vous plaift m'obliger tant que de me faire part de vos remarques touchant le melme liure, outre qu'elles feruiront de beaucoup a m'inftruire, elles me donne- ront occafion de rendre les mienes plus exades, & ie 10 les cultiueray auec d'autant plus de foin, que ie iuge- ray que cet entretien vous fera plus agréable. Car il n'y a rien au monde que ie defire auec plus de zèle, que de tefmoigner, en tout ce qui eft de mon pou- uoir, que ie fuis,

l5 Madame,

de Voftre Alteffe,

le très humble & très obeiflant feruiteur,

DESCARTES.

  • o DEgmond, le 21 de luillet 1643.

«3 eft] peut eftre. — 20 D'Egmond. . . 1643. ligne omise.

a. Les Elzevier avaient donné récemment une édition de Sénèque, dédiée au chancelier Seguier : L. Anncei Senec.ï philosophi Opéra omnia, ex ult. I. Lipsiiï emendatione ; et M. Anncei Senkca: rhetoris quee exstant, ex And. Schotti recens (Lugd. Batav., apud Elzevirios, 1640, 3 vol. pet. in- 12).

�� � 2 f 4 Correspondance.

CCCXCIII.

Regius a Descartes.

[Utrecht], 23 juillet 1645.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 269-271.

La 34 e des Lettres MSS. de Regius à Descartes. Elle était en latin, et Baillet n'en donne qu'une traduction française. C'est la réponse à la lettre CCCXCI ci-avant, p. 248, et Descartes y répon- dra par la lettre CCCXCIV :

Je ne vois pas que j'aye grand fujet d'appréhender pour mon opinion qui regarde l'Homme, dont vous vou- driez pourtant me faire vn crime. Car je ne vous en ay dit autre chofe, jinon qu'il ejl clair, par l'Ecriture fainte, que l'ame raifonnable ejl une jubjlance immortelle ; mais 5 qu'on ne peut le prouver par aucune rai/on naturelle, & que rien n'empêche qu'elle ne fait auffi bien un mode du corps qu'une jubjlance quienjeroit réellement dijlinguée. C'ejl en quoy je crois avoir affermy l'autorité de l'Ecri- ture, en ce qui dépendoit de moy; au lieu que ceux qui pré- 10 tendent Je fervir des raifons naturelles, en cette occajion, femblent Je défier de cette autorité divine, &, n'alléguant que de foibles raifons, trahiffent la caufe de l'ame & des faintes Ecritures, par leur indiferétion ou par leur malice. Ce n'ejlpas que je ne pujfe, pour l'amour de vous, retran- i5 cher de ce fentiment ce que vous jugerie^ à propos ; mais, au rejle, vous vous ferie^ peut-être plus de tort qu'à moy, ji vous allie^ publier, par écrit ou de vive voix, que vous ave^, touchant la Métaphyfique, des fentimens éloi-

�� � CCCXCIII. — i) Juillet 1645. 255

gne\ des miens. Car l'exemple d'un homme comme moy, qui ne pajfe point pour un ignorant dans vôtre Philofophie, ne fervira qu'à confirmer plujieurs perfonnes qui ont déjà des fentimens fort différens des vôtres fur ces matières ; 5 & ils ne pourront me refufer la qualité d'homme d'hon- neur, voyant que mes engagemens paffe^ avec vous ne m'empêchent pas de m' éloigner de vos fentimens, lorf qu'ils ne font pas raifonnables.

Vous ne fere^ pas furpris de ma conduite, lorfque vous

ro fçaure^que beaucoup de gens d'efprit & d'honneur m'ont

fouvent témoigné qu'ils avoient trop bonne opinion de

l'excellence de vôtre efprit, pour croire que vous n'euf-

fie^pas, dans le fonds de lame, des fentimens contraires

à ceux qui paroiffent en public fous vôtre nom. Et pour

i5 ne vous en rien diffimuler, plufieurs fe perfuadent icy que vous ave^ beaucoup décrédité vôtre Philofophie, en pu- bliant vôtre Métaphyfique. Vous ne promettiez rien que de clair, de certain & d'évident; mais, à en juger par ces commencemens, ils prétendent qu'il n'y a rien que

ao d'obfcur & d'incertain, & les difputes que vous ave\ eues avec les habiles gens, à l'occafion de ces commencemens, ne fervent qu'à multiplier les doutes & les ténèbres. Il ejl inutile de leur alléguer que vos raifonnemens fe trouvent enfin tels que vous les ave%promis. Car ils vous répliquent

2 5 qu'il n'y a point d'enthoufiajle, point d'impie, point de bouffon, qui ne pût dire la mefme chofe defes extrava- gances & de fes folies. Encore une fois, je confentiray que l'on retranche de mon Ecrit ce qui peut vous y dé- plaire, fi vous le jnge\ à propos; mais, après tout, je ne

3o vois rien qui puiffe me faire honte, ou que je doive me repentir d'auoir écrit. Ainfi rien ne m'oblige à refufer

�� � 256 Correspondance. i. 43*.

VimpreJJion d'un ouvrage, de l'édition duquel on peut efperer quelque utilité. Pour vous, Monfieur, à qui j'ay déjà des obligations* infinies, vous me permettre^ de vous remercier de la bonté que vous aue^ eue de lire mon livre, ou pour mieux parler, vôtre livre, puifqu il ejl véritable- 5 ment forty de vous, & de la Jincérité avec laquelle vous m'en ave^ dit votre fentiment. Vous agréere^ aujji la liberté avec laquelle je viens de vous expliquer les miens, puifque cette liberté n ejl que le fruit de l'amitié dont vous m honore^.

CCCXCIV.

Descartes a Regius.

r Egmond, juillet 1645.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 08, p. 43i-4?3.

Sans date. Mais c'est la réponse à la lettre du 2S juillet 164S, qui- précède; elle est donc de la fin du même mois.

Vir Clariffime,

Maxima mihi iniuria rit ab illis, qui me aliquâ de re aliter fcripfifle quam fenfiiïe fufpicantur, ipfofque fi qui fint fcirem, non poflera non habere pro inimi- cis. Tacere quidem in tempore, ac non omnia quae i5 fentimus vltrô proferre, prudentis eit; aliquid autem à fententiâ fuâ alienum, nemine vrgente, fcribere, le&oribufque perfuadere conari, abie&i & improbi hominis efTe puto. AfTerentibus non magni opus Philofophi efle, reiellere rationes quae pro Animae 20

�� � 1,432-^33. CCCXCIV. — Juillet 1645. 2 S7

Effentia Subftantiali allatae funt, illafque intérim nullo modo refellentibus, nec refellere valentibus, non pof- fum non reponere tua haec verba : quilibet Enthujiafles, & cacodoxus, & nugacijfimus nugator idem de ineptijfî-

5 mis fuis nugis pertinacijjimè ajjerere potejî 3 . Caeterùm non vereor ne cuiufquam à me diflentientis authoritas mihi noceat, modo ne illi videar affentiri ; nec volo vt, meâ caufâ, vllo modo abftineas à quibuflibet fcriben- dis & vulgandis ; modo ne etiam aegrè feras, fi palam

10 profitear me à te quam maxime diffentire. Sed ne de- iim amici officio, cum mihi librum tuum eo fine reli- queris b , vt quid de eo fentirem, à me intelligeres, non poflum non apertè tibi fignificare, me omninô exifti- mare tibi non expedire, vt quicquam de Philofophiâ

i5 in lucem edas, nec quidem de eius parte Phyficâ. Primo, quia cum tibi à tuo Magiftratu prohibitum fit, ne nouam Philofophiam vel priuatim vel publiée do- ceres c , fatis caufae dabis inimicis, fi quid taie evulges, vt ob id ipfum de projfefiione tuâ te deturbent, ac

20 etiam alias irrogent pœnas ; valent enim adhuc illi, & vigent, & fortafle cum tempore maiores vires fument quam verearis. Deinde, quia non video te quicquam laudis habere poflè ex ijs in quibus mecum fentis, quia ibi nihil de tuo addis, praeter ordinem & breuitatem,

25 quae duo, ni fallor, ab omnibus benè fentientibus culpabuntur; neminem enim adhuc vidi, qui meum ordinem improbaret, quique non potiùs me nimiae breuitatis quam prolixitatis accufaret. Reliqua in qui-

a. Voir ci-avant, p. 255, 1. 25.

b. Dans la visite que Regius rit à Egmond en juin 1645. (Voir p. 238.)

c. Voir t. III, p. 553, éclaircissement.

Correspondance. IV. 33

�� � 258 Correspondance. 1,433.

bus à me diflentis, meo quidem iudicio, reprehen- fione & dedecore, non autem laude vllâ digna funt, atque ideô iterum dico, expreflis verbis, me tibi, quantum poffum, diffuadere iftius libri editionem. Saltem expe&a tantifper, & ex Horatij conûlio, deci- mum premas in annum* ; forfan enim cum tempore ipfemet videbis, quam parùm tibi expédiât eum edere. Atque intérim efle non definam ex affe tuus Renatvs Descartes.

��cccxcv.

Descartes a [Wilhem].

Egmond, 4 août 1645.

Autographe, Leyde, Bibliothèque de l'Université.

La lettre est tout entière sur le recto du premier feuillet (1 7 lignes, plus V en-tête, la date, la signature, etc.). Point d'adresse; mais d'abord elle fait partie de la collection des lettres à Wilhem ; ensuite on voit que Descartes écrit à un correspondant de la Haye (p. 258, l. 12) qui lui serrait d'intermédiaire pour sa correspondance avec Huygens, lorsque celui-ci était à l'armée; et ce ne pouvait être que Wilhem, beau- frère de Huygens. — Publiée par Foucher de Careil, t. II, p. 32-34, Œuvres inédites de Descartes (Paris, Ladrange et Durand, 1860).

Monfieur, 10

L'efperanceque vous m'auiez donnée dernièrement, lorfque ie partis de la Haye 6 , que ie pourrois encore

a. Horace, Art poétique, v. 388 : nonumque prematur in annum.

b. Voir ci-avant p. 238, 1. io.

�� � CCCXCV. — 4 Août 1645. 259

auoir bientoft l'honneur de receuoir quelque letre de Monfieur de Zuylichem, a efté caufe que ie ne me fuis pas hafté de refpondre a celle que vous m'obligeaftes dernièrement de me donner de fa part a , encore que, 5 véritablement, ie n'en aye point attendu d'autres de luy, pource que ie ne iuge pas qu'il me voulufl main- tenant conseiller de rien faire, touchant ce dont i'auois defiré fçauoir fon iugement h . Mon aduerfaire en a tant offenfé d'autres, plus puiflans que ie ne fuis,

10 & qui ont plus d'interefl que mov a faire qu'il foit chaftié, que, s'ils n'en peuuent venir a bout, ce n'eft point a moy a l'entreprendre. Et fans eftre opiniaftre a pourfuiure mes ennemis, il me fuffit d'eftre con- fiant a honorer & defirer rendre feruice a ceux a qui

• 5 i'en ay voué. C'eft pourquoy ie feray toute ma vie,

Monfieur,

Voilre très humble & très obeiffant feruiteur,

DESCARTES.

20 D'Egmond, le4d'Aouft 1645.

a. Lettre CCCLXXXIX, p. 242 ci-avant. Descartes n'y répond, en effet, que le 4 août, par la lettre CCCXCVI ci-après, qu'il envoie à Wilhem, en même temps que la présente.

b. Page 244, éclaircissement, lettre de Wilhem à Huygens, 4 juillet

16 p.

�� � 260 Correspondance.

CCCXCVI.

Descartes a Huygens. Egmond, 4 août 1645.

Autographe, Paris, Collection George de Courcel.

Une feuille, moyen format, pliêe en deux; la. lettre occupe le pre- mier feuillet, recto et verso (18 lignes, plus l'en-téte, et 21), et le recto du second (14 lignes, plus la suscription, signature, etc.); au verso, l'adresse avec deux cachets de cire rouge, aux initiales R et C, et deux petits morceaux de soie jaune. — Réponse à la lettre CCCLXXXIX, p. 242 ci-avant. Envoyée en même temps que la pré- cédente à Wilhem, qui devait la faire parvenir .

Monfieur,

I'ay eu de la peine a me refoudre de vous enuoyer cete letre, fans y ioindre quelque difcours touchant la Chymie, ainfy que vous auez tefmoigné le délirer 3 ; car il n'y a rien que ie ne fifle très volontiers pour vous obéir, pouruû que i'en fufle capable. Mais, ayant 5 défia efcrit tout le peu que ie fçauois touchant cete matière, en la quatriefme partie de mes principes, lorfque i'y ay traité de la nature des minéraux & de celle du feu, & de tous les diuers effets aufquels fe peut quafi rapporter toute la Chymie, il ne m'eft pas io poffible d'en rien efcrire dauantage, fans me mètre en hafard de me mefprendre, a caufe que ie n'ay point fait les expériences qui mauroient efté necef- faires pour venir a la connoiffance particulière de chafque chofe; & n'ayant point la commodité de les i5

a. Page 244, 1. 1 .

�� � CCCXCVI. — 4 Août 1645. 261

faire, ie renonce dorenauant a cet eftude & a tous les autres femblables, touchant lefquels ie ne pour- rois entièrement me fatisfaire fans l'ayde d'autruy ; car il m'en refte encore affez d'autres 3 , aufquels ie 5 n'ay befoin que de moy feul, pour occuper agréable- ment le refle de ma vie.

le n'aurois pas manqué aufly de faire imprimer les pièces qui me font venues de Groningue b , fi ie n'auois eu autre deffein que de nuire a mon ennemi ; mais

10 ie ne iuge pas qu'il en vaille la peine, & il en a offenfé tant d'autres, qui font incomparablement plus puif- fans, & apparenment aufïy plus irritez contre luy que ie ne fuis, que, fi ceux la ne peuuent le chaflier, ie ne croy pas que ce foit a moy de l'entreprendre. Il

i5 ya quelque tems que i'enuoyay la copie de ces pa- piers de Groningue a M rs du Vroetfchap d'Vtrecht , & auffy celle de cinq letres que Voetius a efcrites au Père Mercenne, dans lefquelles il a médit de moy, auant que i'eufTe iamais rien efcrit contre luy ; a quov

20 i'adiouftay vne letre d que ie leur adreffois, pour me iuf- tifier, & leur faire entendre les raifons pour lefquelles ils me fembloient eftre obligez a faire quelque répara- tion des affrons que i'ay receus de leur ville; mais i'apprens qu'ils ont mefprifé tout cela, & ont feulement

25 fait vne defenfe très expreife a tous leurs libraires de rien imprimer ou diilribuer pro & contra De/cartes, ce font leurs mots e . De façon qu'ils femblent eftre

a. Voir ci-avant p. 247, C.

b. Page 196-199, et p. 244-245.

c. Page 214.

d. Querela Apologetica, 16 juin 1645. Voir ci-avant, p. 226.

e. Arrêt du 12 juin 1645. Voir p. 226.

�� � 262 Correspondance.

maintenant plus irritez contre moy que iamais ; car ils auoient feulement voulu auparauant me bannir de leur ville, & a cete heure, ils en veulent bannir mefme mon nom. En effecî., on m'affure qu'ils font refolus de maintenir leur Voetius, a quelque prix que ce foit, 5 malgré tous & contre tous. Comme auffy i'ay appris que la plus part des minières du païs d'Vtrecht ont promis de le féconder, en ce qui eft de prefcher contre les chanoines 3 . Non nojlrum inter vos tantas componere lites h . le ne demande qu'amour & fimplefle, & que, 10 fans offenfer perfonne, ie puifle auoir moyen de rendre feruice a ceux a qui i'en ay voué. Et ie feray toute ma vie,

Monfieur,

Voftre très humble & très deuot feruiteur, i5

DESCARTES.

Egmond, le 4 d'Aouft 1645 .

Il y a quelque tems que i'ay receu vne letre du P. Mercenne, efcrite a Marfeille, après fon retour d'Italie, & il m'a chargé de vous faire fes baizemains. 20

Adresse : A Monûeur,

Monfieur de Zuylichem,

Cheualier, Confeiller &

Secrétaire de fon Altefle,

En l'Armée c . z5

a. Sans doute à cause de la décision des Etats de la Province d'L'trecht, en nov. 1643. Voir p. 5i , I. 21 .

b. Virgilk, Egloguc III, v. 108.

c. Le 29 juillet, l'armée avait quitté Oost Eckelo. et établi son camp à Maldc^rRirt. Elle n'en partit que le 23 août, pour revenir à Oost Eckelo.

�� � 1.9 CCCXCY1I. — 4 Août 1645. 265

��CCCXCVII.

Descartes a Elisabeth.

Rgmond, 4 août 164?.

Copie MS., Marburg, Stiiatsjrchiv, Le». Je Desc, n° 2.

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, tome I, lettre 4, p. g- 12, sans donner de date. Son texte présente quelques variantes, que nous donnerons.

Madame,

Lorfque i'ay choifi le liure de Seneque de vita beata, pour le propofer a voftre AltefTe comme vn entretien qui luy pourroit eftre agréable, i'ay eu feulement

5 égard a la réputation de l'auteur & a la dignité de la matière, fans penfer a la façon dont il la traite, laquelle ayant depuis confiderée , ie ne la trouue pas affez exade pour mériter d'eftre fuiuie. Mais, affin que voftre Alteffe en puifle iuger plus ayfe-

to ment, ie tafcheray icy d'expliquer en quelle forte il me femble que cete matière euft deu eftre traitée par vn Philofophe tel que luy, qui, n'eftant point efclairé de la foy, n'auoit que la raifon naturelle pour guide.

i5 II dit fort bien, au commencement a , que viuerc om- îtes béate volunt, fed ad peruidendum quid fit quod bea- tam vitam efficiat, caligant. Mais il eft befoin de fçauoir

a. De vitd beatà c. I

�� � 264 Correspondance. 1.9-10.

ce que c'eft que viuere béate; ie dirois en françois viure hureufement, finon qu'il y a de la différence entre l'heur & la béatitude, en ce que l'heur ne dé- pend que des chofes qui font hors de nous, d'où vient que ceux la font eftimez plus hureux que fages, 5 aufquels il eft arriué quelque bien qu'ils ne fe font point procurez, au lieu que la béatitude confifte, ce me femble, en vn parfait contentement d'efprit & vne fatisfa&ion intérieure, que n'ont pas ordinairement ceux qui font le plus fauorifez de la fortune, & que 10 les fages acquerent fans elle. Ainfy viuere béate, viure en béatitude, ce n'eft autre chofe quauoir l'efprit parfaitement content & fatisfait.

Confiderant, | après cela, ce que c'eft quod beatam vitam efficiat, c'eft a dire quelles font les chofes qui '5 nous peuuent donner ce fouuerain contentement, ie remarque qu'il y en a de deux fortes : a fçauoir, de celles qui dépendent de nous, comme la vertu & la fagefle, & de celles qui n'en dépendent point, comme les honneurs, les richeffes & la fanté. Car il eft cer- 20 tain qu'vn homme bien né, qui n'eft point malade, qui ne manque de rien, & qui auec cela eft aufTy fage & aufTy vertueux qu'vn autre qui eft pauure, mal fain & contrefait, peut iouir d'vn plus parfait contentement que luy. Toutefois, comme vn petit vaifTeau peut 25 eftre aufTy plein qu'vn plus grand, encore qu'il con- tiene moins de liqueur, ainfy, prenant le contente- ment d'vn chafcun pour la plénitude & l'accomplif- fement de fes defirs réglez félon la raifon, ie ne doute point que les plus pauures & les plus difgraciez de la 3o

i) ordinairement] d'ordinnirc. — 10 le] les.

�� � i,,o.i«. CCCXCVII. — 4 Août 1645. 2Ô 5

fortune ou de la nature ne puiflent eflre entièrement contens & fatisfaits, aufTy bien que les autres, en- core qu’ils ne iouiflent pas de tant de biens. Et ce n’eft que de cete forte de contentement, de laquelle il 5 eft icy queftion; car puifque l’autre n’eft aucunement en noftre pouuoir, la recherche en feroit fùperflue.

Or il me femble qu’vn chafcun fe peut rendre con- tent de foy mefme & fans rien attendre d’ailleurs, pourueu feulement qu’il obferue trois chofes, auf-

10 quelles fe raportent les trois règles de morale, que i’ay mifes dans le difcours de la Méthode 8 .

La première est, qu’il tasche tousiours de se seruir, le mieux qu’il luy est possible, de son esprit, pour con- noistre ce qu’il doit faire ou ne pas faire en toutes les

i5 occurrences de la vie.

La féconde, qu’il ait vne ferme & confiante refolu- tion d’exécuter tout ce que la raifon luy confeillera, fans que fes paflions ou fes appétits 1 l’en détournent ; & c’eft la fermeté de cete refolution, que ie croy

20 deuoir eftre prife pour la vertu, bien que ie ne fçache point que perfonne l’ait iamais ainfy expliquée ; mais on l’a diuifée en plujfieurs efpeces, aufquelles on a donné diuers noms, a caufe des diuers obiets auf- quels elle s’eftend.

2 5 La troifiefme, qu’il confidere que, pendant qu’il fe conduit ainfy, autant qu’il peut, félon la raifon, tous les biens qu’il ne poffede point font aufTy entière- ment hors de fon pouuoir les vns que les autres, &

4 de laquelle] dont. — 16 17 la] fa. — 22 aufquelles on] à après féconde] eft ajouté. — qui l’on.

a. Pages 24-28.

Correspondance. IV. 34

�� � 266 Correspondance. i. h.

que, par ce moyen, il s'accouftume a ne les point dé- lirer ; car il n'y a rien que le defir, & le regret ou le repentir, qui nous puiflent empefcher d'eftre contens : mais fi nous faifons toufiours tout ce que nous di&e noftre raifon, nous n'aurons iamais aucun fuiet de 5 nous repentir, encore que les euenemens nous fhTent voir, par après, que nous nous fommes trompez, pour ce que ce n'eft point par noftre faute. Et ce qui fait que nous ne defirons point d'auoir, par exemple, plus de bras ou plus de langues que nous n'en auons, 10 mais que nous defirons bien d'auoir plus de fanté ou plus de richeffes, c'eft feulement que nous imaginons que ces chofes icy pourroient eftre acquifes par noftre conduite, ou bien qu'elles font deues a noftre nature, & que ce n'eft pas le mefme des autres : de laquelle 1 5 opinion nous pourrons nous dépouiller, en confide- rant que, puifque nous auons toufiours fuiui le con- feil de noftre raifon, nous n'auons rien omis de ce qui eftoit en noftre pouuoir, & que les maladies &les infortunes ne font pas moins naturelles a l'homme, 20 que les profperitez & la fanté.

Au refte, toute forte de defirs ne font pas incom- patibles auec la béatitude ; il n'y a que ceux qui font accompagnez d'impatience & de trifteffe. Il n'eft pas neceflaire auffy que noftre raifon ne fe trompe point; 25 il fuffit que noftre confcience nous tefmoigne que nous n'auons iamais manqué de refolution & de vertu, pour exécuter toutes les chofes que nous auons iugé eftre les meilleures, & ainfy la vertu feule eft fuffi-

4 tout omis. — 12 nous nous imaginons. — i3 icy] cy. — 22 toutes fortes.

�� � i, il-». CCCXCV1I. — 4 Août 1645. 267

fante pour nous rendre contens en cete vie. Mais néanmoins pour ce que, lorfqu'elle n'eft pas efclairée j^r l'entendement, elle peut eftre faufîe, c'eft a dire que la volonté & refolution de bien faire nous peut 5 porter a des choies mauuaifes, quand nous les croyons bonnes, le contentement qui en reuient n'eft pas folide ; & pour ce qa'on oppole ordinairement cete vertu aux plaifirs, aux appétits &aux pallions, elle eft très difficile a mètre en pratique, au lieu que

10 le droit vfage de la railon, donnant vrie vraye con- noiifance du bien, empeiehe que la vertu ne foit faulTe, & mefme l'accordant auec les plaifirs licites, il en rend l' vfage ii aifé, & nous faifant connoiftre la condition de noftre nature, il borne tellement nos

i5 defirs, qu'il faut auouèr que la plus grande félicité de l'homme dépend de ce droit vfage de la raifon, & par confequent que l'eftude qui fert a l'acquérir, eft la plus vtile occupation qu'on puifté auoir, comme elle eft auiîy fans doute la plus agréable & la plus douce.

20 En fuite de quov, il me femble que Seneque euft deu nous enfeigner toutes les principales veritez, dont la connoiflance eft requife pour faciliter l'vfage de la vertu, & régler nos defirs &. nos pallions, & ainfy iouir de la béatitude naturelle ; ce qui auroit

z5 rendu fon liure le meilleur & le plus vtile qu'vn Phi- lofophe payen eujft feeu eferire. Toutefois ce n'eft icy que mon opinion, laquelle ie foumets au iuge- ment de voftre Altefte; & fi elle me fait tant de fa- ueur que de m'auertir en quoy ie manque, ie luy en

•2. après pour ce que] noftre 3 elle omis. — 4 la refolution & vertu ajouté. — alfez éclairée. — la volonté. — 18 puiife] peut.

�� � 268 Correspondance. i, u.

auray très grande obligation & tefmoigneray, en me corrigeant, que ie fuis,

Madame,

de Voftre Alteffe le très humble & très obeiiîant feruiteur,

��j

DESCARTES.

��DEgmond, le 4 d'Aouft 164}.

CCCXCVIII.

Elisabeth a Descartes. [La Haye], 16 août [1645],

Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt, n° 12, p. 66-70.

Publiée par Foucher de Careil, p. 6y-6g, Descartes et la Prin- cesse Elisabeth (Paris, Gernier-Bailliere, iSjg). — Réponse à la lettre précédente, p. 263. Descartes écrira de nouveau, le 18 août, lettre CCCXCIX ci-après, avant d'avoir reçu la présente, à laquelle il ne répondra que le 1" septembre, lettre CDI.

Monjîeur De/cartes,

I'ay trouué, en examinant le Hure que vous m'aue~ 10 recommandé a , quantité de belles périodes & de fentences bien imaginées pour me donner fuiet d'vne méditation agréable, mais non pas pour m'injlruire de celuy dont il traite, puisqu'elles font fans méthode & que l'auteur ne

1 vne très grande. — & ie. — 1 après fuis] etc. La lettre Jinit là. a. De Vita Beata, de Sénèque. Voir p. 253, 1. 1.

�� � CCCXCVIII. — ï6 Août 1645. 269

fuit pas feulement celle qu'il s'efloit propo/ée. Car, au lieu de montrer le chemin le plus court vers la béatitude, il Je contente de faire voir que fes richeffes & [on luxe ne l'en rendent point incapable. Ce que i'eflois obligée 5 de vous efcrire, afin que vous ne croyie^ pas que ie fois de voflrc opinion par preiugé ou par pareffe. le ne de- mande point auffi que vous continuiez a corriger Seneque, parceque voflre faffon de rai/onner ejl plus extraordinaire, mais parcequ elle efl la plus naturelle que i'aye rencon-

io trée, & femble ne m' apprendre rien de nouueau, finon que ie puis tirer de mon cfprit des connoiffances que ie n'ay pas encore apperçues.

Et ceflainji que ie nefaurois encore me defembarraffer du doute, Jî on peut arriuer a la béatitude dont vous

i5 parle^, fans l'affijlance de ce qui ne dépend pas abfolu- ment de la volonté, pui [qu'il y a des maladies qui oflent tout a fait le pouuoir de raifonner, & par confequent celuy de iouir d'vnc fatisfaclion raifonnable, d'autres qui di- minuent la force, & empefehent de fuiure les maximes

20 que le bon fens aura forgées, & qui rendent l'homme le plus modéré, fuiet a fe laiffer emporter de fes pafjïons, & moins capable a fe demejler des accidents de la fortune, qui requièrent vne refolution promte. Quand Epicure fe demenoit, en fes accès de grauelle, pour affeurer fes amis

25 qu'il ne fentoit point de mal, au lieu de crier comme le vulgaire, il menoit la vie de philofophe, non celle de prince, de capitaine ou de courtifan, &fauoit qu'il ne luy arriuer oit rien de dehors, pour luy faire oublier fon rôle & manquer a s'en demejler félon les règles defaphilofophie*

a. Toute cette phrase : Quand Epicure. . . sa philosophie (1. 23-29), semble ajoutée après coup.

�� � 270 Correspondance.

Et c'eji dans ces occafions que le repentir mefemble ine- uitable,fans que la connoiffancc que de faillir ejl naturel a l'homme comme d'ejlre malade, nous en puiffe défendre. Car on n'ignore pas aujfi quon fe pouuoit exemter de chaque faute particulière. 5

Mais ie m'affeure que vous m'eclaircire^ de ces diffi- cultés, & de quantité' d'autres, dont ie ne m'auife point a cet' heure, quand vous m 'enfeignere? l les vérités qui doiuent ejlre connues, pour faciliter l'vfage de la vertu. Neperde^ donc point, ie vous prie, le deffein de m' obliger par vos 10 préceptes, & croye^ que ie les ejlime autant qu'ils le méritent.

Il y a huit iours que la mauuaife humeur d'vn frère malade m'empefche de vous faire cette requefle, en me retenant toufiours auprès de luy, pour l'obliger, par la <i5 complaifance qu'il a pour moy, a fe foumettre aux règles des médecins, ou pour lui tefmoigner la mienne, en ta- chant de le diuertir, puifqu'il fe perfuade que l'en fuis capable, le fouhaitc V ejlre a vous affeurer que ie fcray toute ma vie, 20

Monfieur De f car tes,

Voflre trcs-affeclionnée amie a vous feruir,

ELISABETH.

Ce 16 f6 d'AouJl. 6 eclaircirez] éclaireriez.

�� � 1,13-1? CCCXCIX. — 18 Août 164$. 271

CCCXC1X. Descartes a Elisabeth.

EgmonJ, 18 août 1645. Copie MS., Marburg, Staatsarchiv, Lettr. île Etesc, n u 3

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, tome I, lettre S, p. 12-ij, sans donner de date. Le texte présente quelques variantes. — Suite de la lettre CCCXCVII, p. s63, sans due Descartes ait reçu la lettre précédente qui y répondait.

Madame,

Encore que ie ne fçache point fi mes dernières ont efté rendues a voftre AltefTe, & que ie ne puiffe rien eferire, touchant le fuiet que i'auois pris pour auoir 5 l'honneur de vous entretenir, que ie ne doiue penfer que vous fçauez mieux que moi, ie ne laifle pas toute fois de eontinuër, fur la créance que i'ay que mes letres ne vous feront pas plus importunes que les liures qui font en voftre biblioteque; car d'autant

10 qu'elles ne contienent aucunes nouuelles que vous ayez intereft de fçauoir promptement, rien ne vous conuiera de les lire aux heures que vous aurez quelques affaires, & ie tiendray le temps que ie mets a les eferire très bien employé, lî vous leur donnez

i5 feulement celuy que vous aurez enuie de perdre.

I'ay dit cy deuant •' ce qu'il me fembloit que Sencque euft deù traiter en l'on Hure; i'examineray maintenant

a. Page 26? J. 10.

�� � 272 Correspondance. 1,13-14.

ce qu'il y traite. le n'y remarque en gênerai que trois chofes : la première eft qu'il tafche d'expliquer ce que c'eft que le fouuerain bien, & qu'il en donne diuerfes définitions; la féconde, qu'il difpute contre l'opinion d'Epicure; & la troifiefme, quil repond a ceux qui 5 obie&ent aux Philofophes qu'ils ne viuent pas félon les règles qu'ils prefcriuent. Mais, affin de voir plus particulièrement en quelle façon il traite ces chofes, ie m'arefteroy vn peu fur chafque chapitre.

Au a premier, il reprend ceux qui fuiuent la couf- 10 tume & l'exemple plutoft que la raifon. Nunquam de vita iudicatur, dit-il, femper creditur. Il approuue bien pourtant qu'on prene confeil de ceux qu'on croit eftre les plus fages; mais il veut qu'on vfe aufTy de fon propre iugement, pour examiner leurs opinions. En i5 quoy ie fuis fort de fon auis ; car, encore que plufieurs ne foient pas capables de trouuer d'eux mefmes le droit chemin, il y en a peu toutefois qui ne le puiiïent aflez reconnoiftre, lorfqu'il leur eft clairement monf- tré par quelque autre; & quoy qu'il en foit, on afuiet :o d'eftre fatisfait en fa confcience, & de s'aflurer que les opinions qu'on a, touchant la morale, font les meilleures qu'on puiffe auoir, lors qu'au lieu de fe laiffer conduire aueuglement par l'exemple, on a eu foin de ! rechercher le confeil des plus habiles, & 25 qu'on a employé toutes les forces de fon efprit a examiner ce qu'on deuoit fuiure. Mais, pendant que

g chacun de l'es chapitres. — i3 que l'on prenne. — 22 que l'on a.

a. MS. : Ou premier. De morne p. 273, 1. 7 et 1. 8 (cette fois corrigé en au).

�� � i.i4- CCCXCIX. — 18 Août 164$. 27 j

Seneque s'eftudie icy a orner fon eloquution, il n'eft pas toufiours aflez exact, en l'expreffion de fa penfée ; comme, lorfqu'il dit : Sanabimur, Jî modo jeparemur à cœtu, il femble enfeigner qu'il fuffit d'eftre extraua- 5 gant pour eftre fage, ce qui n'eft pas toutefois fon intention.

Au fécond chapitre, il ne fait quafi que redire, en d autres termes, ce qu'il a dit au premier; & il adioufte feulement que ce qu'on eftime communément eftre

10 bien, ne l'eft pas.

Puis au troifiefme, après auoir encore vfé de beau- coup de mots fuperflus, il dit enfin fon opinion tou- chant le fouuerain bien : a fçauoir que rerum naturcu ajfentitur, & que ad illius legem cxcmplumque formari

i5 fapientia efl, & que beata vita efl conueniens natures fuœ. Toutes lefquelles explications me femblent fort obf- cures ; car fans doute que, par la nature, il ne veut pas entendre nos inclinations naturelles, vu qu'elles nous portent ordinairement a fuiure la volupté, contre

20 laquelle il difpute; mais la fuite de fon difeours fait iuger que, par rerum naturam. il entend l'ordre eftabli de Dieu en toutes les chofes qui font au monde, & que, confiderant cet ordre comme infallible & indé- pendant de noftre volonté, il dit que : rerum naturœ

2 5 ajjentiri & ad illius legem exemplumque formari, fapien- tia ejl, c'eft a dire que c'eft fagefle d'acquiefeer a Tordre des chofes, & de faire ce pourquoy nous croyons eftre nez; ou bien, pour parler en Chreftien, que c'eft fagefle de fe foumetre a la volonté de Dieu,

3o & de la fuiure en toutes nos actions; & que beata 7 quafi omis. — 8 & omis.

CORRESPONDAMCE. IV. 35

�� � 274 Correspondance. i, h-'S.

vita eji conueniens natures fuœ, c'eft a dire que la béati- tude confifte a fuiure ainfy l'ordre du monde , & prendre en bonne part toutes les chofes qui nous arriuent. Ce qui n'explique prefque rien, & on.n'en voit pas aflez la connexion auec ce qu'il adioufte incontinent après, 5 que cete béatitude ne peut arriuer, nijifana mens eji &c, fi ce n'eft qu'il entende auffy que fecundùm naturam viuere, c'eft viure fuiuant la | vraye raifon.

Au quatre & cinquiefme chapitre, il donne quelques autres définitions du fouuerain bien, qui ont toutes 10 quelque raport auec le fens de la première, mais au- cune defquelles ne l'explique fuffifamment; & elles font paroiftre, par leur diuerfité, que Seneque n'a pas clairement entendu ce qu'il vouloit dire; car, d'au- tant qu'on conçoit mieux vne chofe, d'autant eft on a '5 plus déterminé a ne l'exprimer qu'en vne feule façon. Celle ou il me femble auoir le mieux rencontré, eft au < e chap., ou il dit que heatus eji qui nec cupit nec timet beneficio rationis, & que beata vita eji in reéio certoque iudicio Jiabilita. Mais pendant qu'il n'enfeigne point *° les raifons pour lefquelles nous ne deuons rien craindre ni defirer, tout cela nous ayde fort peu.

Il commence, en ces mefmes chapitres, a difputer contre ceux qui metent la béatitude en la volupté, & il continue dans les fuiuans. C'eft pourquoy, auant »5 que de les examiner, ie diray icy mon fentiment tou- chant cette queftion.

4 n'en] ne. — 9 quatrième. qu'on conçoit. — 1 5 - 16 plus — 1 1-1 2 aucune defquelles] dont eft on. aucune. — 14-1 5 d'autant mieux

a. MS. : est en.

�� � i,i5-i6. CCCXCIX. — 18 Août 1645. 275

le remarque, premièrement, qu'il y a de la diffé- rence entre la béatitude, le fouuerain bien & la dernière fin ou le but auquel doiuent tendre nos actions : car la béatitude n'eft pas le fouuerain 5 bien; mais elle le prefuppofe, & elle eft le conten- tement ou la fatisfaction d'efprit qui vient de ce qu'on le poffede. Mais, par la fin de nos actions, on peut entendre l'vn' & l'autre ; car le fouuerain bien eft fans doute la chofe que nous nous deuons

10 propofer pour but en toutes nos actions, & le con- tentement d'efprit qui en reuient, eftant l'attrait qui fait que nous le recherchons, eft auffy a bon droit 3 nommé noftre fin.

le remarque, outre cela, que le mot volupté a efté

i5 pris en. autre fens par Epicure que par ceux qui ont difputé contre luy. Car tous fes aduerfaires ont ref- treint la fignification de ce mot aux plaifirs des fens; & luy, au contraire, l'a eftendùe a tous les conten- temens de l'efprit, comme on peut ayfement iuger

20 de ce que Seneque & | quelques autres ont efcrit de luy.

Or il y a eu trois principales opinions, entre les Philofophes payens, touchant le fouuerain bien & la fin de nos actions, a fçauoir : celle d'Epicure, qui a

25 dit que c'eftoit la volupté; celle de Zenon, qui a voulu que ce fuft la vertu; & celle d'Ariftote, qui l'a com- pofé de toutes les perfections, tant du cors que de l'efprit. Lefquelles j opinions peuuent, ce me femble,

9 nous deuons nous. — I4de volupté. — i5 vn autre, a. MS. : troit.

�� � 276 Correspondance. i, 16.

eftre receuës pour vrayes & accordées entre elles, pouruu qu'on les interprète fauorablement.

Car Ariftote ayant confideré le fouuerain bien de toute la nature humaine en gênerai, c'eft a dire celuy que peut auoir le plus accompli de tous les hommes, 5 il a eu raifon de le compofer de toutes les perfections dont la nature humaine eft capable ; mais cela ne fert point a noftre vfage a .

Zenon, au contraire, a confideré celuy que chafque homme en fon particulier peut pofleder; c'eft pour- 10 quoy il a eu aufly très bonne raifon de dire qu'il ne confifte qu'en la vertu, pource qu'il n'y a qu'elle feule, entre les biens que nous pouuons auoir, qui dépende entièrement de noftre libre arbitre. Mais il a repre- fenté cete vertu û feuere & fi ennemie de la volupté, >5 en faifant tous les vices égaux, qu'il n'y a eu, ce me femble, que des melancholiques, ou des efprits entiè- rement détachez du cors, qui ayent pu eftre de fes fedateurs.

Enfin Epicure n'a pas eu tort, confiderant en quoy 20 confifte la béatitude, & quel eft le motif, ou la fin a laquelle tendent nos actions, de dire que c'eft la vo- lupté en gênerai, c'eft a dire le contentement de l'ef- prit ; car, encore que la feule connoiflance de noftre deuoir nous pourroit obliger a faire de bonnes ac- 25 tions, cela ne nous feroit toutefois iouir d'aucune béatitude, s'il ne nous en reuenoit aucun plaifir. Mais pource qu'on attribue fouuent le nom de volupté a

6 eu omis. — 9-10 chafque homme] chacun. — 28 pource] parce, a. MS. : osage.

�� � i, i6-i 7 . CCCXCIX. — 18 Août 1645. 2 77

de faux plaifirs, qui font accompagnez ou fuiuis d'in- quiétude, d'ennuis & de repentirs, plufieurs ont creu que cete opinion d'Epicure enfeignoit le vice; &, en effecr., elle n'enfeigne pas la vertu. Mais comme, lors

5 qu'il y a quelque part vn prix pour tirer j au blanc, on fait auoir enuie d'y tirer a ceux a qui on monftre ce prix, mais ils ne le peuuent gaingner pour cela, s'ils ne voyent < le > blanc, & ceux qui voyent le blanc ne font pas pour cela induits a tirer, s'ils

10 ne fauent qu'il y ait vn prix a gaingner : ainfy la vertu, qui efl le blanc, ne fe fait pas fort defirer, lors qu'on la voit toute feule ; & le contentement, qui efl le prix, ne peut eftre acquis, fi ce n'eft qu'on la fuiue.

i5 C'eft pourquoy ie croy pouuoir icy conclure que la béatitude ne confifte qu'au contentement de l'efprit, c'eft a dire au contentement en gênerai ; car bien qu'il y ait des contentemens qui dépendent du cors, & des autres qui n'en dépendent point, il n'y en a tou-

20 tefois aucun que dans l'efprit : mais que, pour auoir vn contentement qui foit folide, il efl befoin de fuiure la vertu, c'eft a dire d'auoir vne volunté ferme & confiante d'exécuter tout ce que nous iugerons eftre le meilleur, & d'employer toute la force de noftre

î5 entendement a en bien iuger. le referue pour vne autre fois a confiderer ce que Seneque a efcrit de cecy; car ma letre efl défia trop longue, & il ne m'y

1-2 d'inquiétudes. — 6 on] 17-20 c'eft... l'efprit parett-

l'on. — 7 mais ils] & qu'ils. thèse. — 19 d'autres. — 27 à

— 8 ne voyent le blanc. — & (,p. 278, il... efcrirel tout ce

que ceux. — 1 1 fort omis. — que i'y puis adiouter eft.

�� � 278 Correspondance. r, 17.

refte qu'autant de place qu'il faut pour efcrire que ie fuis,

Madame,

de voftre Altefle

le très humble & très obeiflant 5

feruiteur,

��j

DES CARTES.

��DEgmond, le 18 d'Aouft 1645.

CD.

Elisabeth a Descartes.

[La Haye, août 1645.] Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt, n° 14, p. 80-84-

Publiée par Foucher de Careil, p. J0-J2, Descartes et la Prin- cesse Elisabeth [Paris, Germer-Baillière, 1879). Sans date; mais c'est la réponse à la lettre précédente, p. 2ji, du 1 S août 164S ; elle est donc de la fin du 71101s d'août. — Descartes y répondra le 1" sep- tembre en même temps qu'à la lettre CCCXCVIII, p. 2 6S. Comme variantes, les leçons et corrections de Foucher de Careil.

'Monjïeur De/cartes,

le croix que vous aure^ dejia veu, dans nia dernière du 10 iô mca , que la vojire du 4"' eb m'a ejié rendue. Et ie n'ay pas befoin d'y aioulcr qu'elle m'a donné plus de lumière,

3-8 Madame... 164&] &c.

a. Lettre CCCXCVIII. p. 268.

b. Lettre CCCXCVII, p. 263.

�� � CD. — Août 1645. 279

au fuiet qu'elle traite, que tout ce que i'en ay pu lire ou méditer. Vous cognoiffe-^ trop ce que vous faites, ce que ie puis, & aue7 v trop bien examiné ce qu'ont fait des* autres, pour en pouuoir douter, quoy que, par un excès de gene- 5 rojité, vous voule^ vous rendre ignorant de l'extrême obli- gation que ie vous ay, de m'auoir donné vne occupation Ji vtile & Ji agréable, comme celle de lire & conjiderer vos lettres. Sans la dernière, ie n'aurois pas fi bien entendu ce que Seneque iuge de la béatitude, comme ie crois faire

10 maintenant. I'ay attribué l'obfcurité, qui fe trouue audit Hure, comme en la plufpart des anciens, a la faffon de s'expliquer, toute différente de la nojlre, de ce que les mefmes chofes , qui font problématiques parmy nous, pouuoient pajjer pour hypothefes entre eux; & le peu de

'5 connexion & d'ordre qu'il obferue, au dejfein de s'ac- quérir des admirateurs, en furprenant l'imagination, plujïofl que des difciples, en informant le iugement; que Seneque fe feruoit de bons mots, comme les autres de poefies & de fables, pour attirer la ieuneffe a fuiure fon

20 opinion. La faffon dont il réfute celle d'Epicure, femble appuyer ce fentiment. Il confejfe dudit philofophe : quam nos virtuti legem dicimus, eam ille dicit voluptati b . Et, vn peu deuant, il dit, au nom de fes feélateurs : ego enim nego quemquam poffe iucunûe viuere, nifi fimul

25 & honefte viuat. D'où il paroit clairement, qu'ils don- naient le nom de volupté a la ioye & fatisfaélion de l'ef- prit, que celui cy appelle confequentia fummum bo- num. Et neantmoins, dans tout le refle du Hure, il parle

i5 & omis. — 21 confdfel conferue. — 23 fes] ces.

��a. Lire les.

b. De vita beata. c. xiii.

�� � 280 Correspondance.

de cette volupté épicurienne plus en fatyre qu'en phi- lofophe, comme Ji elle cjloit purement fenfuelle. Mais ic luy en veux beaucoup de bien, depuis que cela cjl caufe que vous aue^ pris le foin d'expliquer leurs opinions & reconcilier leurs differens, mieux qu'ils n'auroient feu 5 faire, & d'ofler par la vne puiffante obieclion contre la recherche de ce fouuerain bien, que pas vn de ces grands efprits n'ont pu définir, & contre l'autorité de la raifon humaine, puif qu'elle n'a point éclairé ces excellens per- fonnages en la cognoijfance de ce qui leur efloit le plus 10 neceffaire & le plus a cœur, l'efpere que vous continue- rez, de ce que Seneque a dit, ou de ce qu'il deuoit dire, a m'enfeigner les moiens de fortifier l'entendement, pour iuger du meilleur en toutes les aclions de la vie, qui me femble eflre la feule difficulté, puifqu'il cfl impoffible de i5 ne point fuiure le bon chemin, quand il efi cognu. Aye^ encore, ie vous prie, la franchi fc de me dire fi i'abufe de vojlre bonté, en demandant trop de voflre loifir, pour la fatisfaélion de

Vojlre tres-affeélionnée amie a vous feruir, 20

ELISABETH.

��CDI.

Descartes a Elisabeth.

Egmond, i cr septembre 164.5. Copik MS., Marburg, Staatsarchiv, Le», de Desc, n° 4.

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, tome I, lettre 6, p. Zj-33, sans donner de date. Son texte fournit

�� � i, i7-«8. CDI. — i cr Septembre 1645. 281

quelques variantes. — Réponse à la lettre CCCXCV11I, p. 268, enfin reçue, et à la précédente.

Madame,

Eftant dernièrement incertain fi voftre Altefle eftoit a la Haye ouaRhenen 2 , i'adreflay ma letre b par Leyde, & celle que vous m'auiez fait l'honneur de m'eferire c 5 ne me fut rendue qu'après que le mefTager, qui l'auoit portée | a Alckmar, en fut parti. Ce qui m'a empefché de pouuoir tefmoigner pluftoft, combien ie fuis glo- rieux de ce que le iugement que i'ay fait du liure que vous auez pris la peine de lire, n'eft pas différent du

10 voftre, & que ma façon de raifonner vous paroift afTez naturelle. le m'aflure que, fi vous auiez eu le loyfir de penfer, autant que i'ay fait, aux chofes dont il traite, ie n'en pourrois rien eferire, que vous n'eufiiez mieux remarqué que moy ; mais, pour ce que 1 aage, la naif-

i5 fance & les occupations de V. A. ne l'ont pu permetre,

peut eftre que ce que i'eferis pourra feruir pour vous

efpargner vn peu le tems, & que mes fautes mefme

vous fourniront des occafions pour remarquer la vérité.

Comme, lorfque i'ay parlé d'vne béatitude qui de-

20 pend entièrement de noftre libre arbitre & que tous les hommes peuuent acquérir fans aucune affiftance d'ailleurs, vous remarquez fort bien d qu'il y a des

3 Rheneit (MS. : Rhenes). — — i3 n'en] ne. — 16 pour] a. 4 m'auez. — 6 apportée. — — 17 le] de. — 21 acquérir] en omis. — 7 de vous pouuoir. acquirir (MS.).

a. Ville où se retira le père d'Elisabeth après la perte de ses Etats.

b. Lettre CCCXCIX, p. 271.

c. Lettre CCCXGVIII, p. 268.

d. Ci-avant p. 269, 1. 16.

Correspondance. IV. 3û

�� � 282 Correspondance. i, 1&-19.

maladies qui, oftant le pouuoir de raifonner, oftent auffy celuy de iouir d'vne fatisfaétion d'efprit raifon- nable ; & cela m'apprent que ce que i'auois dit géné- ralement de tous les hommes, ne doit eftre entendu que de ceux qui ont l'vfage libre de leur raifon, & 5 auec cela qui fçauent le chemin qu'il faut tenir pour paruenir a cete béatitude. Car il n : y a perfonne qui ne délire fe rendre hiireux ; mais plufieurs n'en fça- uent pas le moyen ; & fouuent l'indifpofition qui eft dans le corps, empefche que la volonté ne foit libre. '<> Comme il arriue auffy quand nous dormons ; car le plus philofophe du monde ne fçauroit s'empefcher d'auoir de mauuais fonges, lorfque fon tempérament l'y difpofe. Toutefois l'expérience fait voir que, fi on a eu fouuent quelque penfée, pendant qu'on a eu l'ef- '5 prit en liberté, elle reuient encore après, quelque indifpofition qu'ait le cors ; ainfy ie puis dire que mes fonges ne me reprefentent iamais rien de fafcheux, & fans doute qu'on a grand auantage de s'eftre des long tems accouftumé a n'auoir point de trilles pen- »° fées. Mais nous ne pouuons refpondre abfolument de nous mefmes, que pendant que nous fommes a nous, & c'eft moins | de perdre la vie que de perdre l'vfage de la raifon ; car, mefme fans les enfeignemens de la foy, la feule philofophie naturelle fait efperer a noftre î5 ame vn eftat plus hureux, après la mort, que celuy ou elle eft a prefent ; & elle ne luy fait rien craindre de plus fafcheux, que d'eftre attachée a vn cors qui luy ofte entièrement fa liberté.

Pour les autres indifpofitions, qui ne troublent pas 3o 14 l'y] luy. — on] l'on. — 17 puis dire] me puis vanter,

�� � i, i 9 . CDI. — I er Septembre 164$. 283

tout a fait le fens, mais altèrent feulement les hu- meurs, & font qu'on fe trouue extraordinairement enclin a la trifteffe, a la cholere, ou a quelque autre paffion, elles donnent fans doute de la peine, mais 5 elles peuuent élire furmontées, & mefme donnent ma- tière a l'ame d'vne fatisfaction d'autant plus grande, qu'elles ont efté plus difficiles a vaincre. Et ie croy auffy le femblable de tous les empefchemens de dehors, comme de l'efclat d'vne grande naiffance,

10 des caioleries de la cour, des aduerfitez de la fortune, & auffy de fes grandes profperitez, lefquelles ordi- nairement empefchent plus qu'on ne puiffe iouer le rolle de Philofophe, que ne font fes difgraces. Car lorfqu'on a toutes chofes a fouhait, on s'oublie de

i5 penfer a foy, & quand, par après, la fortune change, on fe trouue d'autant plus furpris, qu'on s'eftoit plus fié en elle. Enfin on peut dire généralement qu'il n'y a aucune chofe qui nous puilfe entièrement ofter le moyen de nous rendre hureux, pourueu qu'elle ne

20 trouble point noftre raifon ; & que ce ne font pas toufiours celles qui paroiiTent les plus fafcheufes, qui nuifent le plus.

Mais affin de fçauoir exactement combien chafque chofe peut contribuer a noftre contentement, il faut

2 5 confiderer quelles font les caufes qui le produifent, & c'eft auffy l'vne des principales connoiffances qui peuuent feruir a faciliter l'vfage de la vertu; car toutes les actions de noftre ame qui nous acquerent quelque perfection, font vertueufes, & tout noftre

1 après mais] qui ajoute. — peuuent] pourtant ajouté. — 3 second a] ou à. — 5 après mefme elles. — 7 Et omis.

�� � 284 Correspondance. i, io-=o.

contentement ne confifte qu'au tefmoignage intérieur que nous auons d'auoir quelque perfedion. Ainfy nous ne fçaurions iamais pratiquer aucune vertu (c'eft a dire faire ce que noftre raifon nous perfuade j que nous deuons faire), que nous n'en receuions de la 5 fatisfadion & du plaifir. Mais il y a deux fortes de plaifirs : les vns qui apartienent a l'efprit feul, & les autres qui apartienent a l'homme, c'eft a dire a l'ef- prit en tant qu'il eft vni au cors ; & ces derniers, fe prefentant confufement a l'imagination, paroiiTent 10 fouuent beaucoup plus grans qu'ils ne font, princi- palement auant qu'on les pofTede, ce qui eft la fource de tous les maux & de toutes les erreurs de la vie. Car, félon la règle de la raifon, chafque plaifir fe de- uroit mefurer par la grandeur de la perfedion qui le i5 produit, & c'eft ainfy que nous mefurons ceux dont les caufes nous font clairement conneues. Mais fou- uent la paffion nous fait croyre certaines chofes beau- coup meilleures & plus defirables qu'elles ne font; puis, quand nous auons pris bien de la peine a les îo acquérir, & perdu cependant l'occafion de pofleder d'autres biens plus véritables, la iouiflance nous en fait connoiftre les defaux, & de la vienent les dédains, les regrets & les repentirs. C'eft pourquoy le vray office de la raifon eft d'examiner la iufte valeur de i5 tous les biens dont l'acquifition femble dépendre en quelque façon de noftre conduite, affin que nous ne manquions iamais d'employer tous nos foins a taf- cher de nous procurer ceux qui font, en effed, les plus defirables ; en quoy, fi la fortune soppofe a nos 3o 3-5 sans parenthèse. — 23 & omis.

�� � 1,20-21. CDI. — I er Septembre 164$. 285

defleins & les empefche de reùflir, nous aurons au moins la fatisfacrion de n'auoir rien perdu par noftre faute, & ne lairrons pas de iouir de toute la béatitude naturelle dont lacquifition aura efté en noftre pouuoir. 5 Ainfy, par exemple, la cholere peut quelquefois exciter en nous des defirs de vengeance fi violens qu'elle nous fera imaginer plus de plaifir a chaftier noftre ennemi, qu'a conferuer noftre honneur ou noftre vie, & nous fera expofer imprudemment l'vn

10 & l'autre pour ce fuiet. Au lieu que, fi la raifon exa- mine quel eft le bien ou la perfedion fur laquelle eft fondé ce plaifir, qu'on tire de la vengeance, elle n'en trouuera aucune autre (au moins quand cete ven- geance ne fert point pour empefcher qu'on | ne nous

i5 offence derechef), finon que cela nous fait imaginer que nous auons quelque forte de fuperiorité & quel- que auantage au derïus de celuy dont nous nous ven- geons. Ce qui n'eft fouuent qu'vne vaine imagination, qui ne mérite point d'eftre eftimée a comparaifon de

20 l'honneur ou de la vie, ny mefme a comparaifon de la fatisfa<EUon qu'on auroit de fe voir maiftre de fa cholere, en s'abftenant de fe vanger.

Et le femblable arriue en toutes les autres partions ; car il n'y en a aucune qui ne nous reprefente le bien

25 auquel elle tend, auec plus d'efclat qu'il n'en mérite, & qui ne nous face imaginer des plaifirs beaucoup plus grands, auant que nous les pofledions, que nous ne les trouuons par après, quand nous les auons. Ce qui fait qu'on blafme communément la volupté, pour

3o ce qu'on ne fe fert de ce mot que pour fignifier des 3o des] de faux.

�� � 286 Correspondance. 1,21-22.

plaifirs qui nous trompent fouuent par leur appa- rence, & nous en font négliger d'autres beaucoup plus folides, mais dont l'attente ne touche, pas tant, tels que font ordinairement ceux de l'efprit feul. le dis ordinairement ; car tous ceux de l'efprit ne font 5 pas louables, pour ce qu'ils peuuent élire fondez fur quelque faufle opinion, comme le plaifir qu'on prent a médire, qui n'eft fondé que fur ce qu'on penfe de- uoir eftre d'autant plus eftimé que les autres le feront moins; & ils nous peuuent aufty tromper par leur 10 apparence, lorfque quelque forte paffion les accom- pagne, comme on void en celuy que donne l'ambition.

Mais la principale différence qui eft entre les plai- firs du cors & ceux de l'efprit, confifte en ce que, le cors eftant fuiet a vn changement perpétuel, & mefme i5 fa conferuation & fon bien eftre dépendant de ce changement, tous les plaifirs qui le regardent ne du- rent gueres; car ils ne procèdent que de l'acquifition de quelque chofe qui eft vtile au cors, au moment qu'on les reçoit ; & fi toft qu'elle cefTe de luy eftre 20 vtile, ils ceïfent auiïy, au a lieu que ceux de l'ame peu- uent eftre immortels comme elle, pouruû qu'ils ayent vn fondement fi folide que ny la connoiftance de la vérité ny aucune fauf|fe perfuafion ne le deftruifent.

Au refte, le vray vfage de noftre raifon pour la con- 25 duite de la vie ne confifte qu'a examiner & confiderer fans paffion la valeur de toutes les perfedions, tant du cors que de l'efprit, qui peuuent eftre acquifes par

2 &] & qui. — après font] cependant ajouté. — 20 les] la. a. MS. : en.

�� � 1,22. CDU. — i) Septembre 1645. 287

noftre conduite, affin qu'eftant ordinairement obligez de nous priuer de quelques vnes, pour auoir les autres, nous choifiiîions toufiours les meilleures. Et pour ce que celles du cors font les moindres, on peut 5 dire généralement que, fans elles, il y a moyen de fe rendre hureux. Toutefois, ie ne fuis point d'opinion qu'on les doiue entièrement mefprifer, ny mefme qu'on doiue s'exempter d'auoir des paffions; il fuffit qu'on les rende fuiettes a la raifon, & lorfqu'on les a 10 ainfy appriuoifées , elles font quelquefois d'autant plus vtiles qu'elles penchent plus vers l'excès. le n'en auray iamais de plus excefïïue, que celle qui me porte au refpect. & a la vénération que ie vous doy, & me fait eftre,

<5 Madame,

de Voftre Alteife le très humble &. très obeiflant feru(iteur),

DESCARTES.

D'Egmond, le premier de Sept. 1645 .

CDU.

Elisabeth a Descartes.

[La Haye], i3 septembre [1643].

Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt, n" 5, p. 28-33.

Publiée par Foucher de Careil,p. y3-j6, Descartes et la Princesse

i conduite] induftrie. — i3 — i3-io,&me... 1645] de qui vous doy] dois à voftre Altefle. ie fuis, &c.

�� � 288 Correspondance.

Elisabeth (Paris, Germer-Baillière, i8jg). — Réponse à la lettre précédente, du i" septembre 164S, p. 280. Descartes répondra le 6 octobre, lettre CDVII ci-apr'es, ayant reçu la présente trop tard pour y répondre le i5 (voir post-scriptum de la lettre CDIII).

Monjieur De/cartes,

Si ma confcience demeuroit fatisfaite des prétextes que vous donne^ a mon ignorance, comme des remèdes, ie luy aurois beaucoup d'obligation, & fer ois exempte du repen- tir d'auoir Ji mal employé le tems auquel i'ay ioui de 5 l'vfage de la raifon, qui m'a ejlé d'autant plus long qu'a d'autres de mon âge, que ma naiffance & ma fortune me forcèrent d'employer mon iugement de meilleure heure, pour la conduite d'vnc vie ajje^ pénible & libre des prof- perite's qui me pouuoient empefcher defonger a moy, comme 10 de la fuieélion qui m'obligeroit a m'en fier a la prudence d'vne gouuernante.

Ce ne font pas, toutesfois, ces profperités, ni les flat- teries qui les accompagnent, que ie crois abfolument ca- pables d'ojler la fortitude d'efprit aux âmes bien nées, & i5 les empefcher de receuoir le changement de fortune en philofophe. Mais ie me perfuade que la multitude d'acci- dents, qui fur prennent les perfonnes gouucrnant le public, fans leur donner le tems d'examiner l'expédient le plus vtile, les porte fouuent [quelque vertueux qu'ils foient) a 20 faire des aclions qui caufent après le repentir, que vous dites ejlrc vn des principaux obflacles de la béatitude*. Il efl vray qu'vne habitude d'eflimer les biens félon qu'ils peuuent contribuer au contentement, de mefurer ce conten-

10 mej ne (/*". de C). a. Voir ci-avant p. 266, 1. 3.

�� � CDU. — \) Septembre 164 j. 289

tentent félon les perfeclions qui font naiflre les plaifirs, & de iugerfans pafjîon de ces perfections & de ces plaifirs, les garantira de quantité de fautes. Mais, pour Jlimer ainfi les biens, il faut les connoiflre parfaitement; & pour con- 5 noiflre tous ceux dont on efl contraint de faire choix dans vne vie acliue, il faudroit pojfeder vne fcience infinie. Vous dire^ quon ne laijje pas deflre fatisfait, quand la confcience tefmoigne qu'on s ejl ferui de toutes les pré- cautions poffibles. Mais cela narriue iamais, lorfquon ne 10 trouue point fon conte. Car on fe rauije toufiours de chofes qui rejloient a confiderer. Pour mejure*- le contentement félon la perfection qui le caufe, il faudroit voir clairement la valeur de chacune, fi celles qui ne feruent qua nous, ou celles qui nous rendent encore vtiles aux autres, font i5 préférables. Ceux icy* femblent eflrc ejlimés* auec excès d'vne humeur qui fe tourmente pour autruy, & ceux la*, de celuy qui ne vit que pour foy mefme. Et neantmoins chacun a" eux apuiefon inclination de raifons ajfc^ fortes pour la faire continuer toute fa vie. Il ejl ainfi des autres so perfeclions du corps & de ïefprit, quvn fentiment tacite fait approuuer a la raifon, qui nefe doit appeler paffwn, par ce quil ejl né auec nous. Dites moy donc, s'il vous plaifl, iufquou il le faut fuiure {ejlant vn don de nature), & comment le corriger. 25 le vous voudrois encore voir définir les pafjions, pour les bien connoiflre; car ceux qui les nomment perturba- tions de lame, me perfuader oient que leur force ne confifle qua éblouir & foumettre la raifon, fi î expérience ne me

18 avant apuiej afpire, première et mauvaise leçon.

a. Sic dans le MS., sans doute par inadvertance, pour celles icy... estimées et celles la.

Correspondance. IV. 37

�� � 290 Correspondance. i, «.

montroit qiïil y en a qui nous portent aux aélions raifon- nables. Mais ie maffeure que vous m'y donnerez plus de lumière, quand vous expliquerez comment la force des payions les rend d'autant plus vtiles, lorfqu elles font fu- iettes a la raifon. 5

le receuray cette faueur a Rifwyck, ou nous allons demeurer, iufqua ce que cette maifon ici f oit nettoyée, en celle du prince d'Orange; mais vous n'aue^ point befoin de changer pour cela l'adreffe de vos lettres a

Voflre tres-affeclionnée amie a vous feruir, «o

ELISABETH.

Ce3/i3 7 bre .

Monfieur Defcartes.

��CDIII.

Descartes a Elisabeth.

Egmond, i3 septembre 1645.

Copie MS., Marburg, Staatsarchiv, I.ettr. de Desc, n° î.

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, t. I, lettre 7, p. 22-26, sans donner de date. Réponse, non pas à la lettre du i3, ci-avant p. 28-] , mais à la lettre CD, p. 2-jS.

Madame,

Voftre Altefle a û exactement remarqué toutes les (5 caufes qui ont empefché Seneque de nous expofer clairement fon opinion touchant le fouuerain bien,

�� � i.aj-23. CDIII. — 15 Septembre 1645. 291

& vous auez pris la peine de lire fon liure auec tant de foin, que ie craindrois de me rendre importun, fi ie continuois icy a examiner par ordre tous fes cha- pitres, & que cela me fift différer de refpondre a la dif- 5 ficulté qu'il vous a pieu me propofer, touchant les moyens de fe fortifier l'entendement pour difcerner ce qui efl le meilleur en toutes les aétions de la vie". C'eft pourlquoy, fans m'arefler maintenant a fuiure Seneque, ie tafcheray feulement d'expliquer mon opi-

10 nion touchant cete matière.

Il ne peut, ce me femble, y auoir que deux chofes qui foyent requifes pour eftre toufiours difpofé a bien iuger : l'vne efl la connoiffance de la vérité, & l'autre l'habitude qui fait qu'on fe fouuient& qu'on acquiefce

,5 a cete connoiffance, a toutes les fois que l'occafion le requert. Mais, pour ce qu'il n'y a que Dieu feul qui fçache parfaitement toutes chofes, il efl befoin que nous nous contentions de fçauoir celles qui font le plus a noflre vfage.

to Entre lefquelles la première & la principale eft qu'il y a vn Dieu, de qui toutes chofes dépendent, dont les perfections font infinies, dont le pouuoir efl immenfe, dont les décrets font infallibles : car cela nous ap- prend a receuoir en bonne part toutes les chofes qui

>5 nous arriuent, comme nous eftant expreffement en- uoyées de Dieu ; & pour ce que le vray obiet de l'amour eft la perfection, lorfque nous éleuons noflre efprit a

i5 a omis avant toutes. — 24 toutes les chofes] tout ce. — 26 ar- riue. — 25-26 enuoyé.

a. Voir ci-avant p. 280, 1. 13-14.

�� � 292 Correspondance. i, ^-u-

le confiderer tel qu'il eft, nous nous trouuons naturel- lement fi enclins a l'aymer, que nous tirons mefme de la ioye de nos affli&ions, en penfant que fa volonté s'exécute en ce que nous les receuons.

La féconde chofe, qu'il faut connoiftre, eft la nature 5 de noftre ame, en tant qu'elle fubfifte fans le cors, & eft beaucoup plus noble que luy, & capable de iouir d'vne infinité de contentemens qui ne fe trouuent point en cete vie : car cela nous empefche dé craindre la mort, & détache tellement noftre affection des 10 chofes du monde, que nous ne regardons qu'auec mépris tout ce qui eft au pouuoir de la fortune.

A quoy peut aufly beaucoup feruir qu'on iuge di- gnement des œuures de Dieu, & qu'on ait cete vafte idée de l'eftendue de l'vniuers, que i'av tafché de faire >5 conceuoir au j c liure de mes Principes : car fi on s'imagine qu'au delà des cieux il n'y a rien que des efpaces imaginaires, & que tous ces cieux ne font faits que pour le feruice de la terre, ny la terre que pour l'homme, cela fait qu'on eft enclin a penfer que cete 20 terre eft noftre principale demeure, & cete vie noftre meilleure; & qu'au lieu de connoiftre les perfe&ions qui font véritablement en nous, on attribue aux autres créatures des imperfections qu'elles n'ont pas, pour s'efleuer au deflus d'elles, & entrant en vne prefomp- ** tion impertinente, on veut eftre du confeil de Dieu, & prendre auec luy la charge de conduire le monde, ce qui caufe vne infinité de vaines inquiétudes & faf- cheries.

Apres qu'on a ainfy reconnu la bonté de Dieu, 3o

18 ces les. — 22 meilleur.

�� � 1,34-aS- CDIII. — 15 Septembre 1645. 29}

l'immortalité de nos âmes & la grandeur de l'vni- uers, il y a encore vne vérité dont la connoiflance me femble fort vtile : qui eft que, bien que chafcun de nous foit vne perfonne feparée des autres, & dont, par 5 confequent, les intérêts font en quelque façon diftincr.s de ceux du refte du monde, on doit toutefois penfer qu'on ne fçauroit fubfifter feul, & qu'on eft, en efFed, l'vne des parties de l'vniuers, & plus particulièrement encore l'vne des parties de cete terre, l'vne des parties

10 de cet Eftat, de cete focieté, de cete famille, a laquelle on eft ioint par fa demeure, par fon ferment, par fa naiffance. Et il faut toufiours préférer les intérêts du tout, dont on eft partie, a ceux de fa perfonne en par- ticulier; toutefois auec mefure & difcretion, car on

i5 auroit tort de s'expofer a vn grand mal, pour procurer feulement vn petit bien a fes parens ou a fon pais ; & fi vn homme vaut plus, luy feul, que tout le refte de fa ville, il n'auroit pas raifon de fe vouloir perdre pour la fauuer. Mais fi on raportoit tout a foy mefme, on

20 ne craindroit pas de nuire beaucoup aux autres hommes, lorfqu'on croiroit en retirer quelque petite commodité, & on n'auroit aucune vraye amitié, ny aucune fidélité, ny généralement aucune vertu; au lieu qu'en fe confiderant comme vne partie du public,

25 on prend plaifir a faire du bien a tout le monde, &

mefme on ne craint pas d'expofer fa vie pour le fer-

uice d'autruy, lorfque l'occafion s'en prefente; voyre

on voudroit perdre fon ame, s'il fe pouuoit, pour

fauuer les autres. En forte que cete confideration eft

îo la fource & l'origine de toutes les plus heroiques ac-

27 voyre] iufques | là qu . — 28 après voudroit] auflî ajouté.

�� � 294 Correspondance. i. js.

tions que facent les hommes ; car pour ceux qui s'ex- pofent a la mort par vanité, pour ce qu'ils efperent en eflre louez, ou par flupidité, pour ce qu'ils n'appré- hendent pas le danger, ie croy qu'ils font plus a plaindre qu'a prifer. Mais, lorfque quelqu'vn s'y ex- 5 pofe, pour ce qu'il croit que c'eft de fon deuoir, ou bien lorfqu'il fouffre quelque autre mal, affin qu'il en reuiene du bien aux autres, encore qu'il ne confidere peut-eftre pas auec reflexion qu'il fait cela pour ce qu'il doit plus au public, dont il eft partie, qu'a foy 10 mefme en fon particulier, il Te fait toutefois en vertu de cete considération, qui eft confufement en fa pen- fée. Et on eft naturellement porté a l'auoir, lorfqu'on connoift & qu'on ayme Dieu comme il faut : car alors, s'abandonnant du tout a fa volonté, on fe def- i5 pouille de fes propres interefts, & on n'a point d'autre paffion que de faire ce qu'on croit luy eftre agréable; en fuite de quoy on a des fatisfadions d'efprit & des contentemens, qui valent incomparablement dauan- tage que toutes les petites ioyes paflageres qui de- 20 pendent des fens.

Outre ces veritez, qui regardent en gênerai toutes nos adions, il en faut aufly fçauoir plufieurs autres, qui fe raportent plus particulièrement a chafcune d'elles. Dont les principales me femblent eftre celles ai que i'ay remarquées en ma dernière letre a : a fçauoir que toutes nos paiTions nous reprefentent les biens, a

6 de omis. — pas auec fieurs] beaucoup. — d'autres, réflexion] plus expreirémcnt. — 25 d'elles omis. — Dont 1 &. — 10 vne partie. — 23 plu-

u. Voir ci-avant, p. 285,1. 23.

�� � i, »5-*6. CDIII. — 15 Septembre 1645. 2 95

la recherche defquels elles nous incitent, beaucoup plus grans qu'ils ne font véritablement; & que les plaifirs du cors ne font iamais fi durables que ceux de l'ame, ny fi grands, quand on les poffede, qu'ils pa- 5 roiffent, quand on les efpere. Ce que nous deuons foigneufement remarquer, affin que, lorfque nous nous fentons émeus de quelque paffion, nous fufpen- dions noftre iugement, iufques a ce qu'elle foit apai- fée ; & que nous ne nous laiflions pas ayfement tromper

10 par la | faufle apparence des biens de ce monde.

A quoy ie ne puis adioufter autre chofe, finon qu'il faut auffy examiner en particulier toutes les mœurs des lieux ou nous viuons,pour fçauoir iufques ou elles doiuent eftre fuiuies. Et bien que nous ne puifîions

i5 auoir des démonstrations certaines de tout, nous deuons néanmoins prendre parti, & embraffer les opinions qui nous paroiffent les plus vrayfemblables, touchant toutes les chofes qui vienent en vfage, affin que, lorfqu'il eft queftion d'agir, nous ne foyons ia-

ao mais irrefolus. Car il n'y a que la feule irrefolution qui caufe les regrets & les repentirs.

Au relie, i'ay dit cy deffus qu'outre la connoiffance de la vérité, l'habitude eft auffy requife, pour eftre toufiours difpofé a bien iuger. Car, d'autant que nous

2 5 ne pouuons eftre continuellement attentifs a mefme chofe, quelques claires & euidentes qu'ayent efté les raifons qui nous ont perfuadé cy deuant quelque vé- rité, nous pouuons, par après, eftre détournez de la croyre par de fauffes apparences, fi ce n'eft que, par

7 nous fentons] fommes. — 8 iufqu'à. — 25 après a] vne ajouté. — 27 quelque] vne.

�� � 296 Correspondance. i, *6.

vne longue & fréquente méditation, nous l'ayons tel- lement imprimée en noftre efprit, qu'elle foit tournée en habitude. Et en ce fens on a raifon, dans l'Efchole, de dire que les vertus font des habitudes; car,eneffeâ;, on ne manque gueres, faute d'auoir, en théorie, la 5 connoiffance de ce qu'on doit faire, mais feulement faute de l'auoir en pratique, c'eft a dire faute d'auoir vne ferme habitude de la croyre. Et pour ce que, pen- dant que i'examine icy ces veritez,i'en augmente aufly en moy l'habitude, i'ay particulièrement obligation a 10 Voftre Altefle, de ce qu'elle permet que ie l'en entre- tiene, & il n'y a rien en quoy i'eftime mon loyfir mieux employé, qu'en ce ou ie puis tefmoigner que ie fuis,

Madame,

de Voftre Altefle ,5

le très humble & très obeiflant feruiteur

��DE CARTES.

��Lorfque ie fermois cete letre, i'ay receu celle de V. A. du i} a ; mais i'y trouue tant de chofes a conli- 20 derer, que ie n'ofe entreprendre d'y refpondre fur le champ, & ie m'aflure que V. A. aymera mieux que ie prene vn peu de tems pour y penfer.

D'Egmont, 15 Sept. 1645.

8 la] le. — i3 après ie fuis] etc. La lettre finit ici. a. Lettre CDU, p. 287 ci-avant.

�� � CDIV. — 15 Septembre 164^. 207

CDIV. Descartes a Wilhem.

Egmond, j 5 septembre 1645. Autographe, Leyde, bibliothèque de l'Université.

Une feuille entière, grand format, pliée en deux : au recto du pre- mier feuillet, la lettre [rS lignes, sans l'en-tête, la date, la signature, etc.); au verso du second, l'adresse avec un cachet de cire rouge, aux initiales R et C entrelacées. — Publiée par Foucher de Careil, t. II, p. 34-36, Œuvres inédites de Descartes (Paris, Ladrange et Durand, 1860).

Monfieur,

I'auois bien fceu que Schoock auoit efté arefté a Vtrecht ; mais fi vous n'eufiiez pris la peine de m'en- uoyer copie de la pleinte que fes parties font contre 5 luy, ie ne l'eufle point veuë ; car aucuns de ceux qui auoient accouftumé de me mander des nouuelles de ces quartiers la, n'y font a prefent; ce qui fait que l'obligation que ie vous ay de la fouuenance qu'il vous a pieu auoir de moy en cela, eft d'autant plus

10 grande. le croy que le iour que Schoock deuoit leur refpondre en iuftice, eft défia pafîe, & ainfy qu'il y a derechef quelques nouuelles que ie ne fçay point ; mais ie croy auffy que ie n'ay pas halte de les fçauoir, car il n'eft pas vrayfemblable que leur affaire puifie

i5 eftre fi toft terminée, & ie croy que ie doy demeurer fpe&ateur quelque tems, pour voir quel trin elle pren- dra. Si ie puis toutefois efperer que la Comédie foit

Correspondance. IV. 38

�� � 298 Correspondance.

meilleure, en cas que i'y iouë auffy mon perfonnage, ie tafcheray de m'en acquiter le mieux qu'il fera en mon pouuoir. Et ie feray toute ma vie,

Moniteur,

Voftre très humble & 5

très obeiffant feruiteur,

DESCARTES.

D'Egmond, le 15 Sept. 164$.

Adresse :

A Moniteur, 10

Monfieur de Wilhelm, Confeiller de fon Alteffe &

du Confeil de Brabant, In de hout ftraet,

A la Haye. i5

CDV.

Descartes a Wilhem.

Egmond, 29 septembre 164b. Autographe, Leyde, Bibliothèque de ï Université.

Une feuille, grand format, pliée en deux; sur le premier feuillet, recto et verso, la lettre (26 et 16 lignes, plus l'en-tète, la signature, la date, etc.); au verso du second, l'adresse en flamand, avec un cachet de cire rouge, presque intact, aux initiales R et C entrelacées, et la trace d'un second. — Publiée par Foucher de Careil, t. II, p.36-3g, Œuvres inédites de Descartes (Paris, Ladrange et Durand, 1860).

�� � CDV. — 29 Septembre 1645. 299

Monfieur,

I'ay efté extrêmement furpris d'apprendre la trifte nouuelle de M r de Mory a , que vous auez pris la peine de m'efcrire; fon aage & fa conftitution fembloit luy 5 prometre vne plus longue vie, & nous auons beau- coup de fuiet de le regreter, non feulement nous, qui eflions particulièrement au nombre de fes amis, mais généralement tous les gens de bien de ce pais, pource qu'il auoit des qualitez qui font rares en ceux de fa 10 profeflion, & ie m'affure qu'on aura bien de la peine a luy trouuer vn fucceffeur qui le vaille.

I'ay vu la copie de l'inftrudion que Schoock donne a fes auocats 6 , de laquelle ie vous remercie très hum- blement. Ce que i'y trouue de plus remarquable, eft i5 qu'il fait, au commencement, de longues excufes de ce qu'il a ofé enfin dire la vérité, & n'en fait point, de ce qu'il l'auoit contrariée auparauant ; en quoy il fait tort a fes iuges, tefmoignant par la qu'il ne croit pas qu'ils foient bien ayfes qu'elle foit fceuë. Mais les 20 acr.es qu'il produit font fi clairs, que ie ne fçay pas comment Voetius pourra eflre excufé par fes amis; & il me femble qu'il leur fera bien plus ayfé de fe perdre auec luy de réputation, que de le fauuer. le vous remercie de la copie du liure de Schoock, 25 que vous m'offrez ; il y a défia long tems que i'en ay vne, car il a eîlé foigneufement diuulgué a Vtrecht, & enuoyé de là de tous collez, depuis que M rs du

a. On lit dans le Dagboek de Constantin Huygens, à la date du i3 sept. 1645 : « Obit mediâ nocte Oost Eeckelonx Abraham de Mori, Ecclesiastes » Gallicus, amicus integerrimus, et heu! mihi instar fratris. 1

b. Cf. ci-avant p. 297, 1. 12.

�� � joo Correspondance.

Vroetfchap y ont fait defenfe qu'on n'y publiait ny vendift aucun efcrit pro vel contra De/cartes 3 ; ce qui monftre que le mot contra n'auoit efté mis que par forme en cete defenfe, & non point pour eftre obferué par M r Voetius, qui eft Ecclefiarum Bclgicarum decus & 5 ornamentum, a ce qu'il dit.

Il y a enuiron 1 5 iours qu'vn François, qui tient des collèges a Leyde & cherche a eftre ProfefTeur, me dift qu'il auoit ouy dire que Schoock auoit efté mis pri- fonnier a Groningue, & eftoit en danger de perdre fa 10 profeffion; mais ie ne Tay pu croyre, pource que ie n'en voy aucun fuiet, & n'en ay rien appris d'ail- leurs. I'ay penfé que ce François l'auroit imaginé, pource qu'il euft bien voulu eftre mis en fa place. Toutefois il difoit l'auoir apris de Monfieur l'Empe- <5 reur, Profefleu b a Leyde.

On m'a efcrit de Paris qu'vn de mes meilleurs amis, nommé M r Chanuyt*, en deuoit partir le 1 $ e de ce mois de Septembre, pour aller en Suéde, en qualité de Refident pour le Roy, & qu'il pafTeroit par ce pais. 20 Si vous aprenez qu'il foit a la Haye, & qu'il y face quelque feiour, en forte que ie l'y puifte voir, & que vous me faciez la faueur de m'en auertir, ie feray bien ayfe de pouuoir prendre cete occallon pour vous aller dire, de bouche, que ie fuis de cœur & d'afFedion, ^

Monfieur, Voftre très humble & très obeiflant feruiteur,

DESCARTES.

D'Egmond, le 29 Sept. 1645.

a. Voir ci-avant p. 226, éclaircissement.

b. Sic dans le MS.

�� � CDVI. — jo Septembre 1645. joi

Adresse :

Aen Myn Heere,

Myn Heer de Wilhelm, Raedsheer van fiin Hoocheyt ende van de Raed van Brabant, In de hout ftraet,

In S'Grauenhaghe.

Page 3oo, 1. 18. — Le 19 septembre, Mazarin écrivait, de Fontaine- bleau, au chancelier Oxenstiern, que le Roi avait choisi, pour le repré- senter auprès de la Reine de Suède, « le Sieur de Chanut, son Conseiller et Trésorier de France en la Généralité d'Auvergne ». Le ao sept., lettre à la Reine sur le même sujet. (Lettres du Cardinal Mazarin, Paris, Im- primerie Nationale, t. II, p. 684.) Mais, dès le 26 août, sitôt que M. de la Thuillerie lui eût annoncé la conclusion de la paix entre la Suède et le Danemark (voir ci-avant p. 107, éclaircissement), Mazarin lui avait ré- pondu : t Ce sont des fruits de vostre patience et de vostre adresse... » Celuy qui est destiné pour servir en Suède en qualité de Résident doit » partir dans quatre jours, et vous pouvez voir parla comme je n'oublie » rien pour vostre satisfaction. » (Ib., p. 678.)

��CDVI.

Elisabeth a Descartes.

[Riswyck], 3o septembre [1645]. Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt, n<> 6, p. 34-40.

Publiée par Foucher de Careil,p. 76-jp, Descartes et la Princesse Elisabeth (Paris, Germer-Baillière, iSjg). — Réponse à la lettre CDIII ci-avatft, p. 2go. Descartes/ répondra par la lettre suivante, le 6 octobre.

Monjîeur De/cartes,

Quoy que vos obferuations fur les fentiments que Se- 10 neque auoii du fouuerain bien, m'en rendroient la leélure

�� � J02 Correspondance.

plus profitable que ie ne lafaurois trouuer de mon chef, ie ne fuis point fafchée de les changer pour des -vérités fi ne- cejfaircs que celles qui comprennent les moyens de forti- fier l'entendement, pour difcerner ce qui efi le meilleur en toutes les aclions de la vie', a condition que vous y 5 aioutie^ encore l'explication dont ma fiupidité a befoin, touchant Pvtilité des connoiffances que vous propofe^.

Celle de lexifience de Dieu & de fes attributs* nous peut confoler des malheurs qui nous viennent du cours ordinaire de la nature & de l ordre quily a établi, comme «o de perdre le bien par V orage, la fanté par Vinfeélion de Pair, les amis par la mort; mais non pas de ceux qui nous font impofés des hommes, dont V arbitre nous paroifi en- tièrement libre, n'y ayant que la foi feule qui nous puiffe perfuader que Dieu prend le foin de régir les volontés, «5 «S* qu'il a déterminé la fortune de chaque perfonne auant la création du monde.

L'immortalité de Pâme, & de fauoir quelle efi de beau- coup plus noble que le corps c , efi capable de nous faire chercher la mort, aufii bien que la mefprifer, puifquon 2° ne fauroit douter que nous viurons plus heureufement, excmts des maladies & paffwns du corps. Et ie mefionne que ceux qui fe difoicnt perfuadés de cette vérité & vi- uoient fans la loi reuelée, preferoient vne vie pénible a vne mort auantageufc. 2 5

La grande cficndue de Pvniuers d , que vous aue\ montré

12 nous] vous.

a. Voir ci-ûvant p. agi, I. 6.

b. Ibid., 1. 20.

c. Page 293, 1. 5.

d. Ibid., 1. i3.

�� � CDVI. — 30 Septembre 164$. joj

au troifiéme Hure de vos principes, fert a détacher nos affeéîions de ce que nous en voyons; mais elle fepare aujji cette prouidence particulière, qui ejî le fondement de la théologie, de l'idée que nous auons de Dieu. 5 La conjideration que nous fommes vne partie du tout, dont nous deuons chercher lauantage*, eft bien la fource de toutes les aélions genereufes ; mais ie trouue beaucoup de difficultés aux conditions que vous leur prefcriue^. Comment mefurer les maux qu'on fe donne pour le public,

10 contre le bien qui en arriuera,fans qu'ils nous paroiffent plus grands, d'autant que leur idée ejl plus dijlinéle ? Et quelle règle aurons nous pour la comparai/on des chofes qui ne nous font point également connues, comme nojlre mérite propre & celuy de ceux auec qui nous viuons ?

i5 Vn naturel arrogant fera toufiours pancher la balance defon cojlé, & vn modejle sefiimera moins qu'il vaut.

Pour profiter des vérités particulières dont vous par- le\ h , il faut connoiflre exactement toutes ces pajjions & toutes ces préoccupations, dont la plupart font infen-

io fibles. En obferuant les mœurs des pays ou nous fommes, nous en trouuons quelques fois de fort deraifonnables, quil ejl neceffaire de fuiure pour euiter de plus grands inconuenients.

Depuis que ie fuis icy c , len fais vne epreuue bien

2 5 fafcheufe ; car lefperois profiter du feiour des champs, au tems que lemployerois a lejlude, & iy rencontre, fans comparaifon, moins de loifxr que ie nauois a la Haye, par les diuerfions de ceux qui ne fauent que faire; & quoy

a. Page 293, 1. 7.

b. Page 294, 1. 22.

c. A Riswyck. Voir ci-avant p. 290, 1. 6

�� � }04 Correspondance.

quilfoit tres-iniujie de me priuer de biens réels, pour leur en donner d imaginaires, ie fuis contrainte de céder aux lois impertinentes de la ciuilité qui font ejlablies, pour ne m acquérir point d ennemis. Depuis que i'efcris celle-cy, lay eflé interrompue, plus de fept fois, par ces vifites 5 incommodes. Cefl vne bonté excej/iue qui garantit mes lettres dvn predicament pareil auprès de vous, & qui vous oblige de vouloir augmenter l'habitude de vos cognoif- fances*, en les communiquant a vne perfonne indocile comme 10

Vojlre trcs-affeclionnée a vous feruir,

ELISABETH.

Ce dernier de Septembre.

Monfieur Def cartes.

��CDVII.

Descartes a Elisabeth.

Egmond, G octobre 1645.

Copie MS., Marburg, Slaatsarchiv, Lettr. de Desc, n' 6.

« A Madame Elisabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, t. I, lettre 8, p. 2J-3S, sans donner de date. Réponse aux deux lettres CDU et CDVI, p. 28- et Soi ci-avant. Elisabeth répondra le 28 octobre, lettre CDIX ci-après.

Madame, l5

le me fuis quelquefois propofé vn doute : fçauoir s'il eft mieux d'ettre gay & content, en imaginant les

a. Cf. page 296, 1. 9.

�� � r, 2 7 -i8. CDVII. — 6 Octobre 1645. 505

biens qu'on pofîede eftre plus grands & plus efti- mables qu'ils ne font, & ignorant ou ne s'areftant pas a confiderer ceux qui manquent, que d'auoir plus de confideration & de fçauoir, pour connoiftre la iufte 5 valeur des vns & des autres, & qu'on deuiene plus trifte. Si ie penfois que le fouuerain bien fuft la ioye. ie ne douterois point qu on ne deuft tafcher de fe rendre ioyeux, a quelque prix que ce puft eftre, &. i'approuuerois la brutalité de ceux qui noyent leurs

10 deplaifirs dans le vin, ou les eftourdiflent auec du pe- tun. Mais ie diftingue entre le fouuerain bien, qui confifte en l'exercice de la vertu, ou, ce qui eft le mefme, en la poiTeflïon de tous les biens dont l'acqui- fition dépend de noftre libre arbitre, & la fatisfaftion

'5 d'efprit qui fuit de cette acquifition. C'eft pourquoy, voyant que c'eft vne plus grande perfection de con- noiftre la vérité, encore mefme qu'elle foit a noftre defauantage, que l'ignorer, i'auouë qu'il vaut mieux eftre moins gay & auoir plus de connoiffance. Auffy

20 n'eft-ce pas toufiours, lorfquon a le plus de gayeté, qu'on a l'efprit plus fatisfait ; au contraire, les grandes ioyes font ordinairement mornes & ferieufes, & il n'y a que les médiocres & paflageres, qui foient accom- pagnées du ris. Ainfy ie napprouue point qu'on

2 5 tafche a fe tromper, en fe repaiffant de fauffes ima- ginations; car tout leplaifirqui en reuient, ne peut toucher que la fuperficie dame, laquelle fent cepen-

2 après l'ont] en effet ajoute. — perfections. — 18 que de. —

5 en deuienne. — 10 ou qui. — 27 après toucher] pour ainfi dire

1 2-1 3 ce. . . mefme parenthèse. ajouté. — de l'ame (mieux). — i3 tous les biens! toutes les

Correspondance. IV. 3q

�� � }o6 Correspondance. 1,2s.

dant vne amertume intérieure, en s'aperceuant qu'ils font faux. Et encore qu'il pourroit arriuer qu'elle fuft fi continuellement diuertie ailleurs, que iamais elle ne s'en apperceuft, on ne iouiroit pas pour cela de la béatitude dont 3 il eft queftion, pour ce qu'elle doit 3 5 dépendre de noftre conduite, & cela ne viendroit que de la fortune.

Mais lors qu'on peut auoir diuerfes confédérations également vrayes, dont les vnes portent a eftre con- tens, & les autres, au contraire, nous en empefchent, 10 il me femble que la prudence veut que nous nous areftions principalement a celles qui nous donnent de la fatisfaétion ; & mefme, a caufe que prefque toutes les chofes du monde font telles, qu'on les peut re- garder de quelque cofté qui les fait paroiflre bonnes, «5 & de quelque autre qui fait qu'on y remarque des de- faux, ie croy que, fi on doit vfer de fon adreffe en quelque chofe, c'eft principalement a les fçauoir regar- der du biais qui les fait paroiflre le plus a noftre auan- ta^e, pouruu que ce h foit fans nous tromper. 20

Ainfy, lorfque voftre Alteffe remarque les caufes pour lefquelles elle peut auoir eu plus de loyfir, pour cultiuer fa raifon, que beaucoup d'autres de fon aage, s'il luy plaifl auffy confiderer combien elle a plus pro- fité que ces autres, ie m'affure qu'elle aura de quoy le 25 contenter. Et ie ne voy pas pourquoy elle ayme mieux fe comparer a elles, en ce dont elle prend fuiet de

«I nous portent. — 17 l'on. — 19 le plus omis. — 24 de confiderer.

a. Le MS. donne font (pour dont) et toit (pour doit).

b. MS. : se.

�� � 1,28-29. CDVII. — 6 Octobre 164$. J07

fe plaindre, qu'en ce qui luy pourroit donner de la i atisf action. Car la conftitution de noftre nature eftant telle, que noftre efprit a befoin de beaucoup de re- lafche, affin qu'il puiffe employer vtilement quelques

5 momens en la recherche de la vérité, & qu'il s'afTou- piroit, au lieu de fe polir, s'il s'appliquoit trop a l'eftude, nous ne deuons pas mefurer le tems que nous auons pu employer a nous inftruire, par le nombre des heures que nous auons eues a nous, mais pluftoft,

10 ce me femble, par l'exemple de ce que nous voyons communément arriuer aux autres, comme eftant vne marque de la portée ordinaire de l'efprit humain.

Il me femble auffy qu'on n'a point fuiet de fe re- pentir, lorfqu'on a fait ce qu'on a iugé eftre le meil-

i5 leur au tems qu'on a deu fe refoudre a l'exécution, encore que, par après, y repenfant auec plus de loyfir, on iuge auoir failly. Mais on deuroit plutoft fe repen- tir, fi on auoit fait quelque chofe contre faconfcience, encore qu'on reconnuft, par après, auoir mieux fait

20 qu'on n auoit penfé : car nous n'auons a refpondre que de nos penfées ; & la nature de l'homme n'eft pas de tout fçauoir, ny de iuger toufiours û bien fur le < champ, que lorfqu'on a beaucoup de temps a déli- bérer.

z5 Au refte, encore que la vanité qui> a fait qu'on a meilleure opinion de foy qu'on ne doit, foit vn vice qui n'appartient qu'aux âmes foibles & baffes, ce n'eft pas a dire que les plus fortes & genereufes fe doiuent mefprifer ; mais il fe faut faire iuftice a foy mefme, en

îo reconnoiffant fes perfections auffy bien que fes de-

a. Ligne passée dans le MS.

�� � jo8 Correspondance. i, 2930.

faux ; & ii la bienfeance empefche qu'on ne les publie, elle n'empefche pas pour cela qu'on ne les refente.

Enfin, encore qu'on n'ait pas vne fcience infinie, pour connoiftre parfaitement tous les biens dont il arriue qu'on doit faire choix dans les diuerfes ren- 5 contres de la vie, on doit, ce mefemble, fe contenter d'en auoir vne médiocre des chofes plus necefîaires, comme font celles que i'ai dénombrées en ma dernière ietre 3 .

En laquelle i'ay délia déclaré mon opinion, tou- <o chant la difficulté que voftre Alteffe propofe : fçauoir, fi ceux qui raportent tout a eux mefmes, ont plus de raifon que ceux qui fe tourmentent pour les autres. Car fi nous < ne penfions qu'a nous feuls, nous ne pourrions iouïr que des biens qui nous > b font parti- «s culiers ; au lieu que, fi nous nous conûderons comme parties de quelque autre cors, nous participons aufly aux biens qui luy font communs, fans eftre priuez pour cela d'aucun de ceux qui nous font propres. Et il n'en eft pas de mefme des maux ; car, félon la Philo- 20 fophie, le mal n'eft rien de réel, mais feulement vne priuation; & lorfque nous nous atriftons, a caufe de quelique mal qui arriue < a > nos amis, nous ne par- ticipons point pour cela au défaut dans lequel con- fifte ce mal ; & quelque triftefie ou quelque peine que z5 nous ayons en telle occafion, elle ne fçauroit eftre fi grande qu'eft la fatisfadion intérieure qui accom-

i3 après tourmentent] trop ajouté. — 25 &] mefme.

a. Voir ci-avant p. 289, 1. 6, et toute la lettre CDIII.

b. Ligne omise dans le MS.

�� � i, 3o. CDVII. — 6 Octobre 1645. 309

pagne toufiours les bonnes actions, & principalement celles qui procèdent d'vne pure affection pour autruy qu'on ne raporte point a foy mefme, c'eft a dire de la vertu chreftiene qu'on nomme charité. Ainfy on peut, 5 mefme en pleurant & prenant beaucoup de peine, auoir plus de plaifir que lorfqu'on rit & fe repofe.

Et il eft ayfé a prouuer que le plaifir de l'ame au- quel a confifte la béatitude, n'eft pas infeparable de la gayeté & de l'ayfe du cors, tant par l'exemple des

10 tragédies, qui nous plaifent d'autant plus quelles excitent en nous plus de trifteffe, que par celuy des exercices du cors, comme la chafle, le ieu de la paume & autres femblables, qui ne laillent pas d'eftre agréa- bles, encore qu'ils foient fort pénibles; & mefme on

• 5 voit que fouuent c'eft la fatigue & la peine qui en augmente le plaifir. Et la caufe du contentement que l'ame reçoit en ces exercices, confifte en ce qu'ils luy font remarquer la force, ou l'adreffe, ou quelque autre perfection du cors auquel elle eft iointe ; mais le

20 contentement qu'elle a de pleurer, en voyant repre- fenter quelque action pitoyable & funefte fur vn théâtre, vient principalement de ce qu'il luy femble qu'elle fait vne action vertueufe, ayant compaffion des affligez ; & généralement elle fe plaift a fentir

25 emouuoir en foi des paflions, de quelle nature qu'elles foient, pouruû qu'elle en demeure maiftreffe.

Mais il faut que i'examine plus particulièrement ces

4 l'on. — G & qu'on. — 7 le] ce. — 1 2 de laj de. — 24 a] de. — 25 quelle! quelque.

a. MS. : ouqud.

�� � îio Correspondance. i, 3o-3i.

paffions, affin de les pouuoir définir; ce qui me fera icy plus ayfé, que fi i'écriuois a quelque autre; car voftre Alteffe ayant pris la peine de lire le traité que i'ay autrefois esbauché, touchant la nature des ani- maux*, vous fçauez défia comment ie conçoy que fe 5 forment diuerfes impreffions dans leur cerueau, les vnes par les obiets extérieurs qui meuuent les fens, les autres par les difpofitions intérieures du cors, ou par les veftiges des impreffions précédentes qui font demeurées en la mémoire, ou par l'agitation des 'o efprits qui vienent du cœur, ou aufly en l'homme par l'adion de Famé, laquelle a quelque force pour chan- ger les impreffions qui font dans le cerueau, comme, réciproquement, ces impreffions ont la force d'exciter en l'ame des penfées qui ne dépendent point de fa vo- '5 lonté. En fuite de quoy, on peut généralement nom- mer paffions toutes les penfées qui font ainfy ex- citées en l'ame fans le concours de fa volonté, & par confequent, fans aucune adion qui viene d'elle, par les feules impreffions qui font dans le cerueau, car 20 tout ce qui n'efl point adion eft paffion. Mais on reftraint ordinairement ce nom aux penfées qui font caufées par quelque particulière agitation des efprits. Car celles qui vienent des obiets extérieurs, ou bien des difpofitions intérieures du cors, comme la percep- * 5 tion des couleurs, des fons, des odeurs, la faim, la foif, la douleur & femblables, fe nomment des fenti-

1 1 après auii'y] & cela ajoute. thèse. — 27 après &] autres — 18-19 &••• d'elle pareit- ajouté.

a. Voir ci-avant, p. 247, C.

�� � i, 3i-3=. CDVII. — 6 Octobre 1645. jn

ments, les vns extérieurs, les autres intérieurs. Celles qui ne dépendent que de ce que les impreffions précé- dentes ont laiflé en la mémoire, & de l'agitation or- dinaire des efprits, font des refueries, foit qu'elles 5 vienent en fonge, foit aufTy lorfqu'on eft eueillé, & que l'ame, ne fe déterminant a rien de foy mefme, fuit nonchalament les impreffions qui fe rencontrent dans le cerueau. Mais, lorfqu'elle vfe de fa volonté pour fe déterminer" a quelque penfée qui < n'eft

10 pas feulement intelligible, mais imaginable, cette penfée > b fait vnenouuelleimpreffion dans le cerueau, cela n'eft pas en elle vne paffion, mais vne action, qui fe nomme proprement imagination. Enfin, lorfque le cours ordinaire des efprits eft tel qu'il excite com-

» 5 munement des penfées triftes ou gayes, ou autres fem- blables, on ne l'attribue pas a la paffion, mais au na- turel ou a l'humeur de celuv en qui elles font excitées, & cela fait qu'on dit que cet homme eft d'vn naturel trifte, cet autre d'vne humeur gaye &c. Ainfy il ne

20 refte que les penfées qui vienent de quelque particu- lière agitation des efprits, < & dont on fent les effets comme en lame mefme > h , qui foicnt proprement nommées des paffions.

Il eft vray que nous n'en auons quafi iamais au-

2 5 cunes qui ne dépendent de plufieurs des caufes que ie viens de diftinguer ; mais on leur donne la déno- mination de celle qui eft la principale, ou a laquelle

9 quelque] !a. — ap?-ès pen- — 12 cela] qui. — en elle] au féel de quelque chofe ajouté. regard de l'ame.

a. M S. : teterminer.

b. Ligne passée dans le MS.

�� � î 1 2 Correspondance i, 3a.

on a principalement égard : ce qui fait que plufieurs confondent le fentiment de la douleur auec la paf- fion de la trifteffe, & celuy du chatouillement auec la paffion de la ioye, laquelle ils nomment auffy volupté ou plaifir, & ceux de la foif ou de la faim auec les 5 defirs de boire ou de manger, qui font des paffions : car ordinairement les caufes qui font la douleur, agi- tent auffy les efprits, en la façon qui eft requife pour exciter la trifteffe, & celles qui font fentir quelque chatouillement, les agitent en la façon qui eft re- io quife pour exciter la ioye, & ainfy des autres.

On confond auffy quelquefois les inclinations ou habitudes qui difpofent a quelque paffion, auec la paffion mefme, ce qui eft néanmoins facile a diftin- guer. Car, par exemple, lorfqu'on dit, dans vne ville, i5 que les ennemis la vienent affieger, le premier iuge- ment, que font les habitans, du mal qui leur en peut arriuer, eft vne a&ion de leur ame, non vne paffion. Et bien que ce iugement fe rencontre femblable en plufieurs, ils n'en font pas toutefois également émeus, 20 mais les vns plus, les autres moins, félon qu'ils ont plus ou moins d'habitude ou d'inclination a la crainte. Et auant que leur ame reçoiue l'émotion, en laquelle feule confifte la paffion, il faut qu'elle face ce iuge- ment, ou bien, fans iuger, qu'elle conçoiue au moins ^ le danger, & en imprime l'image dans le cerueau (ce qui fe fait par vne autre a&ion qu'on nomme ima- giner), & que, par mefme moyen, elle détermine les

5 foif] faim. — faim] foif. — prime l'image] exprime l'idée.

6 de manger ou de boire. — — 26 et 28 pas de parenthèse.

7 les mefmes caufes. — 26 im- — 27 qui fel qu'elle.

�� � i, 3»-33. CDVII. — 6 Octobre 1645. yij

efprits, qui vont du cerueau par les nerfs dans les mufcles, a entrer en ceux qui feruent a referrer les ouuertures du cœur, ce qui retarde la circulation du fang ; en fuite de quoy, tout le cors | deuient pale, 5 froid & tremblant, & les nouueaux efprits, qui vie- nent du cœur vers le cerueau, font agitez de telle façon qu'ils ne peuuent ayder a y former d'autres images que celles qui excitent en l'ame la paffion de la crainte : toutes lefquelles chofes fe fuiuent de û

10 près l'vne l'autre, qu'il femble que ce a ne foit qu'vne feule opération. Et ainfy en toutes les autres paffions il arriue quelque particulière agitation dans les ef- prits qui vienent du cœur.

Voyla ce que ie penfois efcrire, il y a 8 iours, a

i5 voftre Altefle, & mon deflein eftoit d'y adioufter vne particulière explication de toutes les paffions; mais ayant trouué de la difficulté a les dénombrer, ie fus contraint de laifler partir le meflager fans ma letre, & ayant receu cependant celle que V. A. m'a fait

jo l'honneur de m'efcrire b , i'av vne nouuelle occafion de refpondre, qui m'oblige de remetre a vne autre fois cet examen des paffions, pour dire icy que toutes les raifons c qui prouuent l'exiftence de Dieu, & qu'il

1 par les nerfs omis. — 2 muf- — la omis. — 17-18 ie. . . letre]

clés] nerfs. — après ceux] de ces cju'il m'y faudra employer plus

nerfs ajouté. — 14-1 5 Voyla. . . de temps que le meflager ne

adioufter] I'auois deffein d'ad- m'en donne. — 19 & omis. —

jouter icy. — 16 les] ces. — cependant reporté avant ayant.

17 ayant trouué] ie trouue tant. — voftre Altefle.

a. MS. : se.

b. Lettre précédente, p. 3oi.

c. MS. : toutes les causes raisons qui..., sans que le premier mot, causes, écrit par inadvertance, ait été barré.

Conn*xroNr>ANCE. IV. 40

�� � M4 Correspondance. i, ; 3-? 4 -

eft la caufe première & immuable de tous les effe&s qui ne dépendent point du libre arbitre des hommes a , prouuent, ce me femble, en mefme façon qu'il eft auffy la caufe de touts ceux qui en dépendent. Car on ne fçauroit demonftrer qu'il exifte, qu'en le confi- 5 derant comme vn eftre fouuerainement parfait ; & il ne feroit pas fouuerainement parfait, s'il pouuoit ar- riuer quelque chofe dans le monde, qui ne vint pas entièrement de luy. Il eft vray qu'il n'y a que la foy feule, qui nous enfeigne ce que c'eft que la grâce, 10 par laquelle Dieu nous éleue a vne béatitude furnatu- relle ; mais la feule Philofophie fuffit pour connoiftre qu'il ne fçauroit entrer la moindre penfée en l'efprit d'vn homme, que Dieu ne veuille & ait voulu de toute éternité qu'elle y entraft. Et la diftinétion de >5 l'Efchole, entre les caufes vniuerfelles & particulières, n'a point icy de lieu : car ce qui fait que le foleil, par exemple, eftant la caufe vniuerfelle de toutes les fleurs, n'eft pas caufe pour cela que les tulipes diffé- rent des rofes, c'eft que leur production dépend auffy jo de quelques autres caufes particulières qui ne luy font point fubordonnées ; mais Dieu eft tellement la caufe vniuerfelle de tout, qu'il en eft en mefme façon la caufe totale; & ainfy rien ne peut arriuer fans fa volonté. 25

Il eft vray auffy que la connoiffance de l'immor- talité de l'ame & des félicitez dont elle fera capable eftant hors de cete vie, pourroit donner fuiet d'en

4 touts ceux] toutes les actions. — io feule omis. — 14 ait] n'ait. a. Ci-avant p. ?o2, 1. i?.

�� � i, 3 4 . CDVII. — 6 Octobre 164$. jij

fortir a ceux qui s'y ennuyent a , s'ils eftoient alïurez qu'ils iouiroient, par après, de toutes ces félicitez ; mais aucune raifon ne les en allure, & il n'y a que la faulïe Philofophie d'Hegefias, dont le liure fut défendu 5 par Ptolomée, pource que pluûeurs s'eftoient tuez appres l'auoir leu h , qui tafche a perfuader que cete vie eft mauuaife; la vraye enfeigne, tout au contraire, que, mefme parmi les plus triftes accidens & les plus preflantes douleurs, on c y peut toufiours eftre con-

10 tent, pouruû qu'on fçache vfer de la raifon.

Pour ce qui eft de l'cftcnduë de l'vniuers d , ie ne voy pas comment, en la confiderant, on eft conuié a feparer la prouidence particulière de l'idée que nous auons de Dieu : car c'eft tout autre chofe de Dieu

"5 que des puiffances finies, lefquelles pouuant eftre efpuifées, nous auons raifon de iuger, en voyant quelles font employées a plufieurs grands effeds, qu'il n'eft pas vrayfemblable qu'elles s'eftendent aufty iufques aux moindres; mais d'autant que nous efti-

îo mons les œuures de Dieu eftre plus grands, d'autant mieux remarquons nous l'infinité de fa puifïance; & d'autant que cete infinité nous eft mieux connue, d'au- tant fommes nous plus allure z quelle s'eftend iufques a toutes les plus particulières adions des hommes.

1 5 le ne croy pas aulïy que, par cete prouidence par- ticulière de Dieu, que V. A. a dit eftre le fondement

10 la] l'a. — 26 voitre Alteife. — a dit] dit.

a. Page 3o2, 1. 18.

b. Voir Cicéron, Tusc, I, 34.

c. MS. : en.

d. Page 3t>2, 1. 26.

�� � }i6 Correspondance. 1.34-35.

de la théologie a , vous entendiez quelque change- ment qui arriue en fes décrets a l'occafion des actions qui dépendent de noftre libre arbitre. Car la théo- logie n'admet point ce changement; & lorfqu'elle nous oblige a prier Dieu, ce n'eft pas affin que nous 5 luy enfeignions de quoy c'eft que nous auons befoin, ny affin que nous tafchions d'impetrer de luy qu'il change | quelque chofe en l'ordre eftabli de b toute éternité par fa prouidence : l'un & l'autre feroit blaf- mable ; mais c'eft feulement affin que nous obtenions »° ce qu'il a voulu de toute éternité eftre obtenu par nos prières. Et ie croy que tous les Théologiens font d'ac- cord en cecy, mefme les Arminiens c , qui femblent eftre ceux qui défèrent le plus au libre arbitre.

I'auoùe qu'il eft difficile de mefurer exactement l5 iufques ou la raifon ordonne que nous nous interef- lions pour le public d ; mais aufly n'eft ce pas vne chofe en quoy il foit necefTaire d'eftre fort exact, : il fuffit de fatisfaire a fa confcience, & on peut en cela donner beaucoup a fon inclination. Car Dieu a telle- îQ ment eftabli l'ordre des chofes,&conioint les hommes enfemble d'vne fi eftroite focieté, qu'encore que chaf- cun raportaft tout a foy mefme, & n'euft aucune cha- rité pour les autres, il ne laifferoit pas de s'employer ordinairement pour eux en tout ce qui feroit de fon a5 pouuoir, pouruû qu'il vfaft de prudence, principa-

i3 les] ceux qu'on nomme icy.

a. Page 3o3, 1. 3.

b. MS. : te.

c. MS. et Clers. : Arméniens.

d. Pape 3o3, 1. 9.

�� � lement s’il viuoit en vn fiecle ou les mœurs ne fulîent point corrompues. Et, outre cela, comme c’efl vne chofe plus haute & plus glorieule, de faire du bien aux autres hommes que de s’en procurer a foy mefme, 5 auffy font ce les plus grandes âmes qui y ont le plus d’inclination, &font de moins d’eflat des biens quelles poffedent. Il n’y a que les foibles & baffes qui s’efti- ment plus quelles ne doiuent, & font comme les pe- tits vaifTeaux, que trois gouttes d’eau peuuent rem- plir, le fçay que V. A. n’eit pas de ce nombre, & qu’au lieu qu’on ne peut inciter ces âmes baifes a prendre de la peine pour autruy, qu’en leur faifant voir qu’ils en retireront quelque profit pour eux mefmes, il faut, pour l’intereft de V. A., luy reprefenter qu’elle ne i5 pourroit eftre longement" vtile a ceux qu’elle affec- tione, û elle fe negligeoit foy mefme, & la prier d’auoir foin de fa fanté. C’eft ce que fait,

Madame,

de Voftre AltefTe 20 le très humble & très obeilTant feruiteur

DES CARTES.

D’Egmond, le 6 Octob. 1645.

6 de] le (mieux). — 10 et 14 voltre Altesse. — i8-23 Madame. . . 1645] &c.

a. MS. : sic. jiQ Correspondance.

CD VIII.

Descartes a X***.

Egmond, i5 octobre 1645. [A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, tome II, p. 279.

« M. De/cartes fut quatre jours avec M. Chanut dans Amfierdam [en marge : Lett. MS. de Chanut], et l'ayant laijfé le lundy au soir, g du mois d'Oâobre, dans le navire où il s'étoit embarqué pour la Suéde, il s'en retourna fort fatisfait à Egmond [en marge : Leur. MS. de Desc. du iB Octobre 1645]. »

Baillet n'indique pas le nom du destinataire de cette lettre; maison peut conjecturer qu'elle est adressée à Clerselier, à qui Descartes aurait écrit après avoir visité Chanut.

Baillet donne les détails suivants sur cette entrevue de Descartes et de Chanut à Amsterdam :

« Pendant que M. Pell agitoit dans Amsterdam la question de la Qua- » drature du cercle 1 , il arriva à M. Descartes une occasion agréable de » quitter sa solitude, pour se rendre en cette ville. M. Chanut, son amy, » avoit été nommé par le Roy pour aller en Suéde en qualité de Résident h » Etant arrivé à Amsterdam avec sa famille, au commencement d'Octobre, » il écrivit à Egmond, le IV du mois, pour informer M. Descartes de ce » qui le regardoit, et pour lùy demander de ses nouvelles. M. Descartes » quitta tout, pour venir embrasser un ami de cette importance, et voir » toute sa famille, particulièrement Madame Chanut, sœur de M. Clerse- » lier. Il ne les quitta point pendant leur séjour en cette ville; et ce fut » dans cet intcrvale que M. Porlier, qui étoit du voyage de Suéde à la » compagnie de M. Chanut, vid M. Descartes qu'il n'eut jamais occasion » de revoir une seconde fois de sa vie. »

« M. Porlier, qui s'étoit senti Cartésien dés la première lecture de ses » ouvrages, s'entretenoit depuis long-têms du désir d'en connoître l'Au- » teur. Il l'étudia exactement dans ses conversations [en marge : Relut. » MS. de Porlier.], comme il avoit fait dans ses livres; et avec toute son » application il ne put y remarquer rien qui luy parût suspect de cet

a. Voir ci-après lettre CDXVI.

b. Voir ci-avant p. 3oo, 1. 18.

�� � CDVIII. — 15 Octobre 164$. 319

» athéisme et de cette irreligion prétendue, dont Voetius avoit répandu la >> calomnie jusqu'en France. Enfin, pour ne s'en rapporter ny à ses livres n ny à ses conversations, il en voulut chercher de nouveaux éclaircisse- » mens, par le moyen de quelques personnes à qui M. Descartes fût en- » tiérement indifférent, et qui eussent néanmoins d'assez grandes habi- » tudes avec luy pour le connoître au naturel. Il trouva un Maître « d'armes*, qui s'étant venu rendre sur le bord de M. le Résident pour » passer en Suéde, parut surpris de rencontrer dans le port M. Descartes, » qu'il se vantoit de connoître mieux que personne, pour l'avoir hanté » souvent en différens endroits de la Hollande. M. Porlier se joignit au » Maître d'armes, dans le dessein de le faire parler sur tout ce qu'il sçavoit » de nôtre Philosophe, sans précaution, et avec toute l'ouverture d'un » homme qui ne se méfie de rien. Le Maître d'armes débuta par dire que » M. Descartes étoit un homme de beaucoup de Religion, d'une grande » droiture de cœur, généreux et sincère dans ses amitiez, libéral et chari- » table dans ses aumônes, exemplaire et exact dans les exercices de sa » Religion, passant par toute la Hollande pour un homme qui faisoit » beaucoup d'honneur à l'Eglise Romaine, et qui édifioit les Protestans » du pais. M. Porlier fut ravi intérieurement d'apprendre que la calomnie » de l'irréligion parût si mal fondée et si peu reçue dans les lieux mêmes » où on l'avoit fait naître; et voulant profiter de la belle humeur où il » voyoit le Maître d'armes pour raconter, il l'engagea insensiblement à » continuer le récit qu'il luy fit de plusieurs particularitez de la vie que » M. Descartes menoit en Hollande, et qui étoient toutes preuves diffé- » rentes de la bonne conscience et de la probité de ce Philosophe chré- » tien. Il luy dit, entre autres choses, que M. Descartes étoit un homme » 'de bon conseil, touchant la diversité des Religions, pour quantité de » personnes qui chancelloient depuis les révolutions du pais, et qui » étoient en peine de résoudre le party qu'ils dévoient prendre. Il luy fit n l'histoire d'un honnête homme, lequel, quoique élevé dans la Religion » catholique, s'étoit trouvé fort ébranlé par le changement général de son » pais, et par le fâcheux exemple de diverses personnes de sa connois- » sance. Cet homme desiroit, sur toutes choses, de ne point perdre son » ame; mais il étoit fort embarrassé sur les moyens de la conserver. Les n doutes, dont il se vid accablé, le firent addresser à M. Descartes, qu'il « ne connoissoit que comme une personne que l'on consultoit volontiers » sur ces matières. M. Descartes, sans le faire entrer dans la discussion » des dogmes, se contenta de luy demander s'il croyoit l'Eglise Protes- » tante fort ancienne, et s'il en connoissoit les commencemens; s'il avoit » oùy parler de la conduite et des motifs des nouveaux Réformateurs, de >i leur mission, de leur autorité et des moyens qu'ils avoient employez » pour établir la réformation; s'il avoit remarqué dans les nouveaux Ré- » formez plus de charité et plus de condescendance chrétienne, plus de

a. Voir, à ce propos, t. I, p. 196, éclaircissement.

�� � } 20 Correspondance.

» patience, d'humilité et de soumission aux ordres de Dieu. La personne, » qui n'étoit point déjà trop édifiée de plusieurs effets scandaleux de la » nouvelle réformation, en reconnut aussi-tôt l'illusion, et sur les conclu- » sions que M. Descartes luy fit tirer de tout ce qu'il luy avoit fait avouer, » il remit son ame dans les voyes du salut. M. Porlier n'oublia point cette » histoire, estimant M. Descartes heureux d'avoir été calomnié pour la a Vérité. Il fut admis dans son amitié en présence de M.Chanut, et il luy » déclara que l'une des principales raisons qui l'avoient rendu sectateur » de sa Philosophie, étoit qu'elle donnoit, selon luy, de grandes ouver- » tures pour expliquer tous les mystères de nôtre Religion d'une manière » qui n'est ni dure ny forcée. M. Porlier se conserva toujours depuis dans » cette amitié, tant par ses lettres que par celles de M. Clerselier, ami de » l'un et de l'autre. Il fit même, dans la suite, des objections à M. Les- » cartes 3 , pour luy faire voir combien il avoit de goût et de pénétration u pour sa Philosophie; et la satisfaction qu'il en reçut, luy avoit fait » concevoir le dessein de composer un livre en faveur de cette Philoso- » phie, auquel il auroit donné pour titre Antiqua Ficies Theologia nova, » pour montrer que les principes de M. Descartes sont plus commodes » que ceux dont on se sert vulgairement pour expliquer les mystères de .> la Religion Chrétienne. Mais ce dessein a été traversé par une vocation » de Dieu plus pressante à d'autres emplois; et le téms qui auroit été n destiné à la composition de cet ouvrage, s'est trouvé employé au service <> des Pauvres dans l'administration de l'Hôpital général. » (Baillet, II, 276-279.)

��CDIX.

Elisabeth a Descartes.

La Haye, 28 octobre [164D]. Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt. n" ;.?, p. fi-Aa

Publiée par Foucher de Careil, p. TQ-S3, Descartes et la Princesse

a. Baillet indique en marge : Tome 2, pag. 110 et suiv., puis : Pag. 126, ibid., c'est-à-dire nos deux lettres CCXLVI et CCL, t. III, p. 397 et 421, que rien n'autorise à attribuera Porlier. D'ailleurs, ces deux lettres sont de juillet et août 164?, et les objections dont parle Baillet sont postérieures à l'entrevue de Porlier et de Descartes, en octobre 1645. Peut-être Baillet a-t-il confondu ce nom avec celui de Fortier, qu'une tradition, recueillie sur les marges de l'exemplaire de l'Institut, assigne à VHyperaspistea ?

�� � CDIX. — 28 Octobre 1645. } 21

Elisabeth (Paris, Germer- Baillière, iS-jg). Réponse à la lettre CDV II ci-avant, p. S04. Descartes y répondra par la lettre CDXI, du 3 novembre. — Comme variantes, les leçons de Foucherde Careil.

Monjieur De/cartes,

Apres auoir donné de fi bonnes raifons, pour montrer qu'il vaut mieux connoijlre des vérités a nofire defauan- tage, que Je tromper agréablement, & qu'il n'y a que les 5 chofes qui admettent diuerfes conjiderations également vrayes, qui nous doiuent obliger de nous arrejlcr a celle qui nous apportera plus de contentement, ie m'ejlonne que vous voule^ que ie me compare a ceux de mon âge, plutojl en chofe qui m'ejl inconnue qu'en ce que ie ne faurois

10 ignorer, encore que celle-là foit plus a mon auantage 3 . Il n'y a rien qui me puijfe eclaircir fi i'ay profité dauan- tage, a cultiuer ma rai/on, que d'autres n'ont fait aux chofes qu'ils affecloient, & ie ne doute nullement qu'auec le temps de relafche que mon corps requeroit, il ne m 'en

i5 foit refie encore pour auancer au delà de ce que ie fuis. En mefurant la portée de l'efprit humain par l'exemple du commun des hommes, elle fe trouucroit de bien petite efiendue, parce que la plupart ne fe feruent de la penféc qu'au regard des fens. Mefme de ceux qui s'appliquent a

20 l'efiude, il y en a peu qui y emploient autre chofe que la mémoire, ou qui ayent la vérité pour but de leur labeur. Que s'il y a du vice a ne me plaire point de confiderer fi i'ay plus gagné que ces perfonnes, ie ne crois pas que c'efi l'excès d'humilité, qui efi auffi nuifiblc que la prefomption.

6 vrayesj vagues. — 19 après 20 après eftudel un point. — lensl aucune ponctuation. — ■ second y omis.

a. Voir ci-avant p. ?c>6, I. X.

Correspondance. IV. 41

�� � }22 Correspondance.

mais non pas Jî ordinaire. Nous fommes plus enclins a meconnoifire nos défauts, que nos per feulions. Et en fuyant le repentir des fautes commifes, comme vn ennemi de la félicité, on pourroit courir hafard de perdre l'enuie de s'en corriger, principalement quand quelque paffwn les a 5 produites, puifque nous aimons naturellement d'en eflre émeus, & d'en Juiure les mouuemens ; il n'y a que les in- commodités procédant de cette fuite, qui nous apprennent qu'elles peuuent eflre nuifibles. Et c'ejî, a mon iugement, ce qui fait que les tragédies plaifent d'autant plus, qu'elles 10 excitent plus de tri jleffe, parce que nous cognoiffons quelle ne fera point ajfer^ violente pour nous porter a des extra- uagances, ni ajfe^ durable pour corrompre lafanté.

Mais cela ne fuffit point, pour appuyer la doctrine con- tenue dans vne de vos précédentes, que les pafjions font >5 d'autant plus vtiles, qu'elles panchent plus vers l'excès, lorfqu elles font foumifes a la raifon *, parce qu'il femble qu'elles ne peuuent point eflre excejfiues & foumifes. Mais ie crois que vous eclaircirc^ ce doute, en prenant la peine de décrire comment cette agitation particulière des efprits 20 fert a former toutes les pafjions que nous expérimentons, & de quelle fajfon elle corromt le raifonnement. Ien'ofe- rois vous en prier, fi ie ne fauois que vous ne laijfe^ point d'œuure imparfaite, & qu'en entreprenant d'enfeigner vne perfonne Jlupide, comme moy, vous vous efles préparé i5 aux incommodités que cela vous apporte.

C'ejlce qui me fait continuer a vous dire, que ie ne fuis point perfuadée, par les raifons qui prouuent l'exijlence de Dieu, & qu'il efi la caufe immuable de tous les effets qui ne dépendent point du libre arbitre de V homme, qu'il l'efl 3o

a. Voir ci-avant p. 287, 1. 1 1 .

�� � CDIX. — 28 Octobre 1645. )i)

encore de ceux qui en dépendent*. De fa per/eclion fou- ueraine il fuit neceffairement qu'il pourroit l'efire, c'efi- a-dire qu'il pourroit n'auoir point donné de libre arbitre a l'homme; mais, puifque nous /entons en auoir, il me 5 femble qu'il répugne au J en s commun de le croire dépen- dant en /es opérations, comme il l'ejl dans /on e/lre.

Si on eft bien per/uadé de l'immortalité de iame, il e/l impo/fible de douter quelle ne /er a plus heureu/e après la feparation du corps (qui ejl l'origine de tous les deplai/irs

10 de la vie, comme lame des plus grands contentements), /ans l'opinion de M. Digby b , par laquelle /on précepteur c (dont vous aue^ veu les e/crits) luy a /ait croire la ne- ce/Jité du purgatoire, en luy per/uadant que les pa/Jions qui ont dominé /ur la rai/on, durant la vie de l'homme,

>5 laij/ent encore quelques vejliges en lame, après le deces du corps, qui la tourmentent d'autant plus qu'elles ne trouuent aucun moyen de /e /atis/aire dans vne /ubjlance fi pure, le ne vois pas comment cela s accorde a /on imma- térialité. Mais ie ne doute nullement, qu'encore que la

20 vie ne /oit point mauuaije de foy, elle doit e/lre abandon- née pour vne condition qu'on connoifira meilleure.

Par cette prouidence particulière, qui ejl le fondement de la théologie^, i' entends celle par laquelle Dieu a, de toute éternité, prejerit des moyens fi efir anges, comme fon

î5 incarnation, pour vne partie du tout créé, fi inconfiderable au prix du refie, comme vous nous repre/ente^ ce globe

X ne omis. — 16 après tourmentent] virgule.

a. Ci-avant p. ?i3, 1. 23.

b. Voir ci-avant p. 209, 1. 24, et V éclaircissement.

c. Thomas White? Voir p. 2io, 1. 10.

d. Ci-avant, p. 3 1 5 , 1. 25.

�� � ^24 Correspondance.

en vojire phyjique; & cela, pour en ejîre glorifié, qui femble vne fin fort indigne du créateur de ce grand vni- uers. Mais ie vous prefentois, en cecy, plutofi l'obieclion de nos théologiens que la mienne, l'ayant toujiours creu chofe très impertinente, pour des perfonnes finies, de iuger 5 de la caufe finale des aclions d'vn ejire infini.

Vous ne croye^ pas quon a befoin d'vnc cognoijjance exacte, iufquou la raifon ordonne que nous nous inte- reffions pour le public, a caufe qu encore quvn chacun raportaU tout afoy, il trauailleroit auffi pour les autres, 10 silfe feruoit de prudence a . Et cette prudence efi le tout, dont ie ne vous demande quvne partie. Car, en la poffe- dant, on ne fauroit manquer a faire iufiice aux autres, comme a foy mefme, & cefifon défaut qui efi caufe quvn efprit franc perd quelquefois le moien de feruir fa patrie, i5 en s" abandonnant trop légèrement pour fon interefi, & quvn timide fe perd auec elle, a faute de hasarder fon bien & fa fortune pour fa conferuation.

l'ay toujiours efié en vne condition, qui rendoit ma vie très inutile aux perfonnes que i'aime; mais ie cherche fa jo conferuation auec beaucoup plus de foin, depuis que i'ay le bonheur de vous connoifire, parce que vous niaue^ montre' les moyens de viure plus heureufement que ie ne faifois. Il ne me manque que la fatisfaclion de vous pou- uoir tefmoigner combien cette obligation efi reffentie de 25 Vofire affeélionnée amie a vous feruir,

ELISABETH.

De La Haye, ce28d , 8 b "\

M. De /cartes. 4 l'ayant] ayant.

a. Page 3 1 6, 1. i5.

�� � i, i53-i5 4 . CDX. — Octobre 1645. j2<

��CDX.

Descartes au [Marquis de Newcastle]. [Egmond, octobre 1645.]

Texte de Clerselier, tome I, lettre 53, p. 1 53-1 57.

« A vn Seigneur », dit Clerselier sans donner de nom ni de date. Mais une autre lettre de Descartes au marquis de Newcastle, datée du 23 novembre 1 646, nous donne une indication qui se rapporte exac- tement au début de celle-ci : « i'eus l'honneur », y est-il dit, « d'en » receuoir vne l'année pajfée qui auoit ejlé quatre mois à venir de » Paris icy » (Clers., I, i5j, cf. ci-dessous, l. 3). Celle-ci est donc adressée également à Newcastle, et, comme on le voit immédiatement, elle est datée de la fin d'octobre 164S [le lundi 23 ou le lundi 3o?). — L'initiale M [l. 10 ci~dessotts) parait désigner Mydorge.

Monfeigneur,

La lettre que V. E. m'a fait l'honneur de m'écrire le 19 de Iuin % a elle quatre mois par les chemins, & le bonheur de la receuoir ne m'eft arriué quauiour-

5 d'huy ; ce qui m'a empefché de pouuoir plutoft prendre cette occaûon, pour vous témoigner que i'ay tant de reflentiment des faueurs qu'il vous a plû me faire, fans que ie les aye iamais pu mériter, & des preuues que i'ay eues de voftre bien-veillance par le raport de

10 Meffieurs N. & M. & d'autres, ! que ie n'auray iamais rien de plus à cœur, que de tafcher à vous rendre feruice en tout ce dont ie pourray eftre capable. Et comme l'vn des principaux fruits que i'ay receus des écrits que i'ay publiez, eft que i'ay eu l'honneur

a. Lettre perdue. Réponse à la lettre CCCLXXII. p. f 88 ci-avant.

�� � )2Ô Correspondance. «. «4.

d'efire connu de voftre Excellence à leur occalion, aufli n'y a-t-il rien qui me puiffe obliger dauantage à en publier d'autres, que de fçauoir que cela vous fe- roit agréable. Mais, pource que le traitté des ani- maux 3 , auquel i'ay commencé à trauailler il y a plus 5 de quinze ans, prefupofe plufieurs expériences, fans lefquelles il m'eft impoflible de l'acheuer, & que ie n'ay point encore eu la commodité de les faire, ny ne fçay point quand ie l'auray, ie n'ofe me promettre de luy faire voir le iour de long-temps. Cependant ie ne 10 manqueray de vous obéir en tout ce qu'il vous plaira me commander, & ie tiens à très-grande faueur, que vous ayez agréable de fçauoir mes opinions touchant quelques difficultez de Philofophie.

le me perfuade que la faim & la foif fe fentent de i5 la mefme façon que les couleurs, les fons, les odeurs, & généralement tous les obiets des fens extérieurs, à fçauoir par l'entremife des nerfs, qui font étendus comme de petits filets depuis le cerueau iufques à toutes les autres parties du corps; en forte que, lors 20 que quelqu'vne de ces parties eft mué, l'endroit du cerueau duquel viennent ces nerfs fe meut aufïi, & fon mouuement excite en l'ame le fentiment qu'on attribue à cette partie. Ce que i'ay tafché d'expliquer bien au long en la Dioptrique b , & comme i'ay dit là a5 que ce font les diuers mouuemens du nerf optique, qui font fentir à l'ame toutes les diuerûtez des cou- leurs & de la lumière, ainfi ie croy que c'eft vn mou-

a. Voir ci-avant p. 247, C.

b. Discours Quatriesmc : Des Sens en gênerai, p. 29. Et Discours Sixiesme : De la Vision, p. 5 r .

�� � i, i54-i55. CDX. — Octobre 1645. }2j

uement des nerfs qui vont vers le fonds de l'eftomac, qui caufe le fentiment de la faim, & vn autre des mefmes nerfs, & auffi de ceux qui vont vers le gofier, qui caufe celuy de lafoif. Mais, pour fçauoir ce qui

5 meut ainfi ces nerfs, ie remarque que, tout de mefme qu'il vient de l'eau à la bouche, lors qu'on a bon appé- tit, & qu'on voit les viandes fur table, | il en vient auffi ordinairement grande quantité dans l'eftomac, où elle eft portée par les artères, pource que celles de leurs

10 extremitez qui fe vont rendre vers là, ont des ouuer- tures fi étroites & de telle figure, qu'elles donnent bien paffage à cette liqueur, mais non point aux autres parties du fang. Et elle eft comme vne efpece d'eau forte, qui, fe gliftant entre les petites parties

i5 des viandes qu'on a mangées, fert à les diflbudre, & en compofe le chyle, puis retourne auec elles dans le fang par les veines. Mais fi cette liqueur, qui vient ainû dans l'eftomac, n'y trouue point de viandes à dif- foudre, alors elle employé fa force contre les peaux

20 dont il eft compofé, & par ce moyen agite les nerfs dont les extremitez font attachées à ces peaux, en la façon qui eft requife pour faire auoir a l'ame le fenti- ment de la faim. Ainfi on ne peut manquer d'auoir ce fentiment, lors qu'il n'y a aucunes viandes dans l'ef-

25 tomac, fi ce n'eft qu'il y ait des obftrudions qui era- pefchent cette liqueur d'y entrer, ou bien quelques humeurs froides & gluantes qui émouffent fa force, ou bien que, le tempérament du fang eftant corrompu, la liqueur qu'il enuoye en l'eftomac foit d'autre na-

îo ture qu'à l'ordinaire, (& c'eft toufiours quelqu'vne de ces caufes qui ofte l'appétit aux malades); ou bien

�� � p8 Correspondance. i, 155-1 56.

auflî, fans que le fang foit corrompu, il fe peut faire qu'il ne contienne que peu ou point de telle liqueur, ce que ie croy arriuer à ceux qui ont efté fort long- temps fans manger. Car on dit qu'ils cefient d'auoir faim après quelques iours; dont la raifon ell que toute 5 cette liqueur peut eilre fortie hors du pur fang, & s'eftre exhalée en fueur, ou par tranfpiration infen- fible, ou en vrine, pendant ce temps-là. Et cela con- firme l'hiftoire d'vn homme qu'on dit auoir conferué fa vie trois femaines fous terre fans rien manger, en lo beuuant feulement fon vrine : car, eftant ainû enfermé fous terre, fon fang ne fe diminuoit pas tant par la tranfpiration infenfible, qu'il euft fait en l'air libre.

le croy aufli que la foif eft caufée de ce que la fero- fité du fang, qui a coutume de venir par les artères ' 5 en forme j d'eau vers l'eftomac & vers le gofier, & ainfi de les humeder, y vient aufli quelquefois en forme de vapeur, laquelle le defleche, & par mefme moyen agite fes nerfs, en la façon qui eft requife pour exciter en lame le defir de boire. De façon qu'il n'y a pas 2 ° plus de différence entre cette vapeur qui excite la foif, & la liqueur qui caufe la faim, qu'il y a entre la fueur, & ce qui s'exhale de tout le cors par tranfpira- tion infenfible.

Pour la caufe générale de tous les mouuemens qui * 5 font dans le monde, ie n'en conçoy point d'autre que Dieu, lequel, dés le premier inftant qu'il a créé la matière, a commencé à mouuoir diuerfement toutes fes parties, & maintenant, par la mefme a&ion qu'il conferué cette matière, il conferué aufli en elle tout 3o autant de mouuement qu'il y en a mis. Ce que i'ay

�� � i, 1 36-i 5;. CDX. — Octobre 1645. ) î 9

tafché d'expliquer en la féconde partie de mes Prin- cipes'. Et en la troifiéme b , i'ay décrit fi particulière- ment de quelle matière ie me perfuade que le Soleil eft compofé; puis, en la quatrième , de quelle nature 5 eft le feu, que ie ne fçaurois rien adiouter icy, qui ne fuft moins intelligible, l'y ay auflî dit expreffement, au 18 article de la féconde partie, que ie croy qu'il implique contradiction qu'il y ait du vuide, à caufe que nous auons la mefme idée de la matière que de

10 r l'efpace; et pourceque cette idée nous reprefente vne chofe réelle, nous nous contredirions nous-mefmes, & aflurerions ie contraire de ce que nous penfons, û nous difions que cet efpace eft vuide, c'eft a dire, que ce que nous conceuons comme vne chofe réelle, n'eft

i5 rien de réel.

La conferuation de la fanté a efté de tout temps le principal but de mes études, & ie ne doute point qu'il n v ait moyen d'acquérir beaucoup de connoiffances , touchant la Médecine, qui ont efté ignorées iufqu'à

20 prefent. Mais le traitté des animaux que ie médite, & que ie n'ay encore fceu acheuer d , n'eftant qu'vne en- trée pour paruenir à ces connoiffances, ie n'ay garde de me vanter de les auoir ; et tout ce que i'en puis dire à prefent eft que ie fuis de l'o|pinion de Tibère, qui

25 vouloit que ceux qui ont atteint lâge de trente ans. euflent allez d'expériences des chofes qui leur peuuent nuire ou profiter, pour eftre eux-mefmes leurs mede-

a. Art. xxxvi.

b. Art. liv.

c. Art. lxxx et suiv.

ci. Voir ci-avant p. 320, 1. ?.

Correspondance. IV. 42

�� � jjo Correspondance. i. ^7.

cins'. En effet, il me femble qu'il n'y a perfonne, qui ait vn peu d'efprit, qui ne puifle mieux remarquer ce qui eft vtile à fa fanté, pourueu qu'il y veuille vn peu prendre garde, que les plus fçauans dodeurs ne luy fçauroient enfeigner. le prie Dieu de tout mon cœur pour la conferuation de la voftre, & de celle de M. voftre frère b , & fuis, &c.

��CDXI.

Descartes a Elisabeth.

Egmond, 3 novembre 1645. Copie MS., Marburg, Staatsarchiv, Lettres de Descartes, n° 7.

« A Madame Elizabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, t. I, lettre 9, p. 36-3p, sans donner de date. — Réponse à la lettre CDIX, p. 3 20. Elisabeth y répondra par la lettre suivante, le 3o novembre.

Madame,

Il m'arriue fi peu fouuent de rencontrer de bons raifonnemens, non feulement dans les difcours de 10 ceux que ie fréquente en ce'defert, mais auffy dans les liuresque ie confulte, que ie ne puis lire ceux qui font dans les letres de voftre AltefTe, fans en auoir vn refentiment de ioye extraordinaire; et ie les trouue fi forts, que i'ayme mieux auouer d'en eftre vaincu, que ■ 5 d'entreprendre de leur refifter. Car, encore que la

a. Suétone, Vie de Tibère, art. i.xix.

b. Charles Cavendish.

�� � i, 36-3 7 . CDXI. — ) Novembre 164}. }}i

comparaifon que V. A. refufe de faire a fon auantage", puiffe allez eftre vérifiée par l'expérience, c'eft toute- fois vne vertu fi louable de iuger fauorablement des autres, & elle s'accorde fi bien auec la generofité qui 5 vous empefche de vouloir mefurer la portée de l'efprit humain par l'exemple du commun des hommes, que ie ne puis manquer d'eftimer extrêmement Tvne & l'autre.

le n'oferois auffy contredire a ce que V. A. efcritdu 10 repentir b , vu que c'eft vne vertu chreftiene, laquelle fert pour faire qu'on fe corrige, non feulement des fautes commifes volontairement, mais auffv de celles qu'on a faites par ignorance, lorfque quelque paflion a empefche qu'on ne connuft la vérité. i5 Et i'auouë bien que la triftefle des tragédies ne plairoit pas, comme elle fait, fi nous pouuions craindre quelle deuint fi excefliue que nous en fulïions incom- modez. Mais, lorfque i'ay dit qu'il y a des palfions qui font d'autant plus vtiles qu'elles penchent plus vers 20 l'excès, i'ay feulement voulu | parler de celles qui font toutes bonnes; ce que i'ay tefmoigné, en adiouftant qu'elles doiuent eftre fuietes a la raifon d . Car il y a deux fortes d'excès : l'vn qui, changeant la nature de la chofe, & de bonne la rendant mauuaife, empefche a5 qu'elle ne demeure foumife a la raifon ; l'autre qui en augmente feulement la mefure,& ne fait que de bonne

1 et 9 voftre Alte(ie; de même dans toute la lettre.

a. Page 32 1, 1. 8.

b. Page 322, 1. 3.

c. Jbid., 1. io.

d. Page 287, 1. 9. Cf. p. 322, 1. 17.

�� � iî2 Correspondance. i, fy

la rendre meilleure. Ainfy la hardiefie n*a pour excès la témérité, que lorfqu'elleva au delà des limites de la raifon ; mais pendant qu'elle ne les pafle point, elle peut encore auoir vn autre excès, qui confifte a n'eftre ac- compagnée d'aucune irrefolution ny d'aucune crainte. 5

I'ay penfé ces iours au nombre & a l'ordre de toutes ces pallions % affin de pouuoir plus particulièrement examiner leur nature; mais ie n'ay pas encore aflez digéré mes opinions, touchant ce fuiet, pour les ofer efcrire a V. A., & ie ne manqueray de m'en acquiter io de pluftoft qu'il me fera poffible.

Pour ce qui eft du libre arbitre^, ie confeffe qu'en ne penfant qu'a nous mefmes, nous ne pouuons ne le pas eftimer indépendant; mais lorlque nous penfons a la puiflance infinie de Dieu, nous ne pouuons ne pas «5 croyre que toutes chofes dépendent de luy. &, par confequent, que noftre libre arbitre n'en eft pas exemt. Car il implique contradiction de dire que Dieu ait créé les hommes de telle nature, que les actions de leur volonté ne dépendent point de la fiene, pour ce *o que c'eft le mefme que fi on difoit que fa puiflance eft tout enfemble finie & infinie : finie, puifqu'il y a quelque chofe qui n'en dépend point; &. infinie, puif- qu'il a pu créer cete chofe indépendante. Mais, comme la connoiflance de l'exiftence de Dieu ne nous doit ** pas empefcher d'eftre aflurez de noftre libre arbitre, pour ce que nous l'expérimentons & le fentons en

6 après iours] pattez ajouté. — ray] pasajouté. — 1 1 de]le(mieux). toutesom/s. — io après manque- — 19 les avant hommes] des.

a. Page 322, 1. 20.

b. Ibid., 1. 3o.

�� � i,3 7 -38. CDXI. — ■) Novembre 1645. })}

nous mefmes, ainfy celle de noftre libre arbitre ne nous doit point faire douter de l'exiftence de Dieu. Car l'indépendance que nous expérimentons & Ten- tons en nous, & qui fuffit pour rendre nos a&ions 5 louables ou blafmables, n'eft pas | incompatible auec vne dépendance qui eft d'autre nature, félon laquelle toutes chofes font fuietes a Dieu.

Pour ce qui regarde l'eftat de l'ame après cete vie 3 , i'en ay bien moins de connoiffance que M r d'Igby; car,

10 laifîant a part ce que la foy nous en enfeigne, ie con- feiTe que, par la feule raifon naturelle, nous pouuons bien faire beaucoup de conie&ures a noftre auantage & auoir de belles efperances, mais non point aucune afîurance. Et pour ce que la mefme raifon naturelle

i5 nous apprent aufly que nous auons toufiours plus de biens que de maux en cete vie, & que nous ne deuons point laiffer le certain pour l'incertain, elle me femble nous enfeigner que nous ne deuons pas véritablement craindre la mort, mais que nous ne deuons aufly ia-

20 mais la rechercher.

le n'ay pas befoin de refpondre a l'obie&ion que peuuent faire les Théologiens, touchant la vafte ef- tendue que i'ay attribuée a l' vniuers b , pour ce que V. A . y a défia refpondu pourmoy. I'adioufte feulement que,

25 fi cete eftenduë pouuoit rendre les myfteres de noftre religion moins croyables, celle que les aftronomes ont attribuée de tout tems aux cieux, auroit pu faire le mefme, pour ce qu'ils les ont confiderez fi grans

8 regarde] eft de. — 14 mefme omis. — 27 de tout temps attribuée.

a. Page 323, 1. m.

b. Ibid., 1. 26.

�� � j}4 Correspondance. i. 38-39.

que la terre n'eft, a leur comparaifon, que comme vn point; & toutefois cela ne leur eft point obiecté.

Au relie, fi la prudence eftoit maitrefTe des euene- mens, ie ne doute point que V. A. ne vint a bout de tout ce quelle voudroit entreprendre; mais il faudroit 5 que tous les hommes fuffent parfaitement fages, affin que, fçachant ce qu'ils doiuent faire, on puft eftre affuré de ce qu'ils feront. Ou bien il faudroit con- noiftre particulièrement l'humeur de tous ceux auec lefquels on a quelque chofe a demefler; & encore ne 10 feroit-ce pas affez, a caufe qu ils ont, outre cela, leur libre arbitre, dont les mouuemens ne font connus que de Dieu feul. Et pour ce qu'on iuge ordinairement de ce que les autres feront, par ce qu'on voudroit faire, fi on eftoit en leur place, il arriue fouuent que i* les efprits ordinaires &. médiocres, eftant femblables a ceux auec lefquels ils ont a traiter, pénètrent mieux dans leurs confeils, & font plus ayfemcnt réunir ce qu'ils entreprenent, que ne font les plus releuez, lef- quels, ne traitant qu'auec ceux qui leur font de beau- 20 coup inférieurs en connoiiïance & en prudence, iugent tout autrement qu'eux des affaires. C'eft ce qui doit confoler V. A., lorfque la fortune s'oppofe a vos def- feins. le prie Dieu qu il les fauorife, &. ie fuis.

Madame, *5

De voftre Alteffe le très humble & très obeifTant feruiteur, des cartes.

D'Egmond, le } Nou. 164}.

2 cil pointj a pas été. — 24 &. eftaru comme. — 2 5- 12 mouuemens] euenemens. — 28 Madame... i 645] &c

�� � CDXII. — 30 Novembre 1645. 555

CDXII.

Elisabeth a Descartes.

[La Haye, 3o novembre 164?.]

Copie MS.. Rosendaal, près Arnhem, Collection Palhndt, 11° 25, p. 144-140.

Publiée par Foucher de Careil,p. 8"j-8g, Descartes et la Princesse Elisabeth [Paris, Germer-Bailliere, i8jg). — La date, qui manque, est donnée par le post-scriptum de la lettre suivante d'Elisabeth, du 2 y décembre 164S. — Comme variantes, les leçons de Foucher de Careil et quelques fautes du MS .

Monfieur De/cartes,

Vous aure~ fuict de vous eflonner, qu'après m'auoir tefmoigné que mon raifonnemenî ne vous paroiffoit pas tout a fait ridicule, ic demeure Ji longtemps fans en tirer 5 iauantage que vos refponfes me donnent. Et cejl aucc honte que ie vous en auoue la caufe, puifquelle a ren- uerfe tout ce que vos leffons fembloicnt auoir ejlabli dans mon efprit. le croyois quvnc forte refolution de ne cher- cher la béatitude qu'aux chofes qui dépendent de ma vo-

10 lonté, me rendroit moins fcnjiblc a celles qui me viennent d'ailleurs, auant que la folie d'vn de mes frères * m ait fait connoijlre ma foibleffc. Car elle m'a plus troublée la fanté du corps & la tranquillité de l'ame, que tous les malheurs qui me font encore arriués. Si vous prene^ la

i5 peine de lire la galette, vous ne faurie^ ignorer qu'il efl tombé entre les mains d'vne certaine forte de gens, qui ont

10 celles] ceux (MS.).

�� � }}6 Correspondance.

plus de haine pour nojlre maifon que d affection pour leur culte, & s efl laiffé prendre en leurs pièges, iufqu a changer de Religion pour fe rendre catholique romain, fans faire la moindre grimajfe qui pourroit perfuader aux plus cré- dules qu il y alloit de fa confcience. Il faut que ie voie vnc 5 perfonne, que i'aimois auec autant de tendreffe que l'en faurois auoir, abandonnée au mépris du monde & a la perte defon ame (félon ma croyance). Si vous riauie^pas plus de charité que de bigoterie, ce feroit vne imperti- nence de vous entretenir de cette matière, & cecy ne m'en 10 garentiroit pas, fi ie neflois en poffeffion de vous dire tous mes défauts, comme a la perfonne du monde la plus ca- pable de m en corriger.

le vous auoùe de mefme, qu'encore que ie ne comprenne pas que l 'indépendance du libre arbitre ne répugne pas 1 5 moins a Vidée que nous auons de Dieu, que fa dépendance a fa liberté*, il m'e/l impoffible de les aiufler, eflant autant impoffible, pour la volonté, d'ejlre en mefme temps libre & attachée auxdecrets de la Prouidence, que, pour lepou- uoir diuin, d'efire infini & limité tout enfemble. le ne vois 20 point leur compatibilité, dont vous parler^, ni comment cette dépendance de la volonté peut ejlre d'autre nature que fa liberté, fi vous ne prene^ la peine de me l enfeigner.

Au regard du contentement*, ie confeffe que la poffef- fion prefente efl de beaucoup plus affeurée que l'attente du z5 futur, fur quelque bonne raifon qu elle foi t fondée. Mais i'ay de la peine a me perfuader que nous auons toufiours

8 mes croyances. — y vne omis. — io m'en] l'en 'M S. .

a. Page 332. I. 12.

b. Paçe 3^3. I. 1 5.

�� � CDX1I. — }o Novembre 1645. jjj

plus de biens, dans la vie, que de maux, puifqu il faut plus pour compofer ceux la que ceux ci; que l'homme a plus d'endroits, pour receuoir du deplaifir, que du plaijir; qu'il y a vn nombre infini d'erreurs, pour vne vérité; tant de 5 moiens de fe fouruoyer , pour vn qui mené le droit chemin; quantité de perfonnes en deffein & en pouuoir de nuire, pour peu qui ayent' l'vn & l'autre a feruir. Enfin tout ce qui dépend de la volonté & du cours du refle du monde, efl capable d 1 incommoder ; & félon vojlre propre fentiment, il

10 n'y a rien que ce qui dépend abfolument de la noJlre,fufji- fant pour nous donner vne fatisfaclion réelle & confiante. Pour la prudence, en ce qui concerne la focieté hu- maine, ie n'en attens point de règle infaillible, mais ie ferois Jbien aife de voir celles que vous voudriez donner a

i5 celui qui, en viuant feuLment pour foy, en quelque pro- feffion qu'il aye, ne lairroit pas de trauailler encore pour autruy, fi i'ofois vous demander plus de lumière, après auoirfi mal employé celle que vous aue^ défia donné a

Vofire très ajfeclionnée amie a vous feruir,

20 ELISABETH.

Monficur Defcartes.

Page 335, 1. 11. — Le 5 novembre 1645, le prince palatin Edouard, frère de la princesse Elisabeth, avait épousé, en France, Anne de Gon- zague, princesse de Mantoue. Conrart annonçait la chose à Rivet, par une lettre écrite de Paris, le 10 novembre, et continuait ainsi :

« J'oubliois à vous dire que le Prince Palatin Edouard, qui a espousé » la sœur de la royne de Pologne, a enfin fait icy abjuration publique de » nostre Religion, et foy de la Romaine, au grand scandale du nom qu'il

a. Le copiste avait d'abord écrit aient, puis il a changé « en y, et rajouté m au-dessus, ce qui donne ayment (leçon de Foucher de Careil). La pré- position a (seruir) lui aura fait changer aient en ayment ; mais, d'autre part, l'un et l'autre ne se comprend qu'avec aient.

Correspondance. IV. 43

�� � î»8

��Correspondance.

��• porte et à sa honte, estant descendu de tant de braves, qui se sont rendus » illustres par leur piété et par leur constance à maintenir la pureté de » l'Evangile de nostre Seigneur. Mais sa justice permet que ces prodiges i> arrivent pour la perte des réprouvés et pour l'espreuve des esleus. Ce » prince est icy avec sa femme jusqu'à ce que la rovne de Pologne en » soit partie; après quoy ils ont permission de la rovne de se retirer à » Nevers, et ordre de ne paroistre point icy â la cour. » (P. 297-8, Valentin Conrart par Kerviler et Barthélémy, in-8, Didier, 1881.)

D'autre part, on trouve à la Bibliothèque royale de La Haye. Catal. des Pamphlets, N" 5609 : » Briefvan... den Prince Eduward, Aen Seijne » Cheur-vorstelijcke Hoogheydt van den Pt'altz, Over seijne verande- » ringhe van Religie. Met de Antwoorde, Ende twe andere Brieven over > dese sake. L'yt het Fransch overgheset, nae de Copye gedruckt tôt » Genève, 1646. Ende nu in t Nedertuysch ghedruckt. In-4 , 32 blz.) » La première des deux lettres citées est datée de La Haye. 22 juin 1645 ; la seconde, de Leyde. 1 1 juin 1645 'elle est de Spanheim;.

��CDXIII.

Descartes a Clerselier.

[Egmond", 20 décembre 1645. 'A. Baili.etj, La Vie de Monsieur Det-Cjrtes. t. II. p. 280.

Phrases insérées dans un alinéa, où Baillet cite deux autres lettres à Clerselier, du 12 janvier et du 23 février 1646. Voir ces deux lettres, ci-apre.-..

« // (De/cartes) changea aujji de fentiment touchant les Objeâions de M. GaJJendi, qu'il n'étoit point d'avis d'abord "en marge : Leur. MS. du 20 Décembre 1645.' qu'on imprimât avec les Méditations françoi/es ■", parce que M. Gaffendi avoit grondé de ce qu'on les avoit imprimé même en Latin che\ El\evier en marge : Instant. Gas- send. advers. Cartes.', comme Ji c'eût été contre fon gré, quoique le P. Merfenne luy en eût alors communiqué les feuilles, de l'avis de M. Defcarles, à mefure qu'on les imprimoit. Mais M. Cler/elier ayant bien voulu prendre la peine de traduire aujji ces Objeàions & la dernière Réponfe de M. De/cartes, Je chargea défaire trouver bon à

a. Voir ci-avant p. iq3. B.

�� � CDXIV. — 27 Décembre 164}. )}<)

M. Gaffendi qu'on imprimât le tout enfemble. Ce qui Je fit, à l'excep- tion des Injtances ou Répliques qui parurent trop groffes pour la forme du volume [en marge : Ces Inftances avoient été imprimées chez Blaew avec fes Diiquifitions ou Objections]. Mais la Reponje de M. De/cartes à ces Injtances étoit Ji courte, qu'on jugea à propos de l'ajouter à la Réponje Jaite au premier Ecrit de M. Gaffendi [en marge : Lettr. MS. de Desc. à CleTs. du 20 Décemh. 1645, et du 12 Janvier 1646]. » (Baillet, II, 280.)

��CDXIV.

Elisabeth a Descartes.

[La Haye], 27 décembre [1645.] Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pjllandt, n° g. p. 53-56.

Publiée par Foucher de Careil,p. 84-8-, Descartes et la Princesse Elisabeth (Paris, Germer-Baillière, iSyg). Comme variantes, les leçons ou corrections de Foucher de Careil.

Monficur Defcjrtes,

Le Jils du feu profejfeur Schoolen m'a rendu aujour- d'hui la lettre que vous m'efcriuiei en /a conjîderation, pour m'empefeher que ie ne m'engage a fauorifer fon con- 5 currant. Et comme ie lui tcfmoignar que ie n cjlois pas feulement fans dejfein de lui nuire, mais obligée de le feruir, autant que ie le pourray, depuis que vous me mande- de l'aimer & de lui ejlre redeuable, il me pria enfuite de le recommander aux Curateurs. N'y ayant que 10 deux de ma cognoiffanec, MM. de Wimenom & Bewen*,

g après Curateursj aucune ponctuation. — 10 Wimenan. — Berren.

a. Il y avait trois Curateurs de l'Université de Leyde, en 1643 : i° Ger. Schaep, dominus à Kortenhoef; 2 Am. v. d. Bouckhorst, dominus à

�� � }4<> Correspondance.

& le dernier hors de la ville, i'ay fait d'abord parler au premier, qui me promet de s'employer pour ledit fieur Schooten, encore qu'on auoitfait deffein d'abolir entière- ment celte profejji on comme fuperflue*, qui femble ejlre la feule difficulté qu'il aura a combattre, fon compétiteur 5 n ejlant point confiderë, auprès de luy, Ji ce n'ejl de quelques fcrupuleux, qui craignent que celuy cy n'intro- duife les erreurs de la religion Arminienne en fes leffons de mathématiques. S'il m'eut donné le tems de le prier de reuenir auprès de moy, pour apprendre le fucces de mes 10 recommandations, i'aurois eu moyen de l'informer des chofes que ie crois lui deuoir feruir en fes prétentions ; mais il eut tant de hajleafe retirer, que iefus contrainte de le fuiure iufqu'a la porte, pour lui demander a qui ie deuois adreffer mes offices pour luy. le fay que, s'il «5 m'auoit feulement confiderée comme vofire amie, fans fonger aux titres qui embarrajfent ceux qui n'y font point accoutumés, il en auroit vfé autrement, iugeant bien que ie ne faurois agir, en me affaire que ie connois vous ejlre agréable, auec des foins ordinaires. Et ie vous prie de 20 croire que ie ne perdray ïamais d'occajion ou ie vous puis tefmoigner, par effet, que ie fuis véritablement,

Monjieur Defcartes,

Vojlre tres-affeelionnée a vous feruir,

ELISABETH. jj

Ce 2 f de io bre .

Wimmenum; 3° Corn, van Bcvercn, dominus à Strevelshouck. — Franz van Schooten, le fils, succéda à son père, qui mourut le 1 1 déc. 1645. Son titre fut : Mathes. et Archit. milit. prnfessor extraordinai tus.

a. Il y avait, à l'Université de Leyde. une autre chaire de mathéma- tiques, occupée par Golius.

�� � CDXV. — 29 Décembre 1645. 341

l'ay peur que vous n'aue^ pas receu ma dernière du 3o me dupaffé 3 , parce que vous n'en faites point mention^, le fer ois fâchée qu'elle venoit entre les mains de quel- qu'vn de ces critiques, qui condamnent pour herefies tous les doutes qu'on fait des opinions receues.

��CDXV.

Descartes a l'Abbé Picot. [Egmond], 29 décembre 1643.

[A. Baili.Et], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 2S4.

« Ces nouveaux témoignages des Jèfuites (Baillet vient de citer un passage d'une lettre à Elisabeth, Gers., t. I, p. 62) le tirèrent de l'inquiétude oit il avoit été fur la fin de Vannée 164S, touchant leurs di/pqfitions à /on égard. Sur le rapport que M. Naudé, un peu avant /on retour de Rome, avoit fait à M. Picot de la manière peu obli- geante dont le P. Kircher Jé/uite Allemand avoit parlé de fa philo/o- pliie dans un nouveau livre e , où il la confondoit mal à propos avec celle de Démocrite, il s'éloit imaginé trop légèrement que les Jé/uites d' Allemagne & d'Italie ne luy voudroient pas de bien [en marge : Lettr. MS. du 29 Dec. 164S à Picot"! ; et toute la bonne opinion que les Jé/uites de France & des Pays-Bas f ai/oient paroitre pour elle, n' avoit point été capable de luy ôter cette pen/éc. Il en avoit écrit le XXIX de Décembre de l'an 164S à M. Picot, pour tacher d'avoir

3 qu'elle] il elle.

a. Lettre CDXII, p. 335.

b. Dans la lettre relative à Schooten, lettre qui est perdue.

c. Magnes stuc De Arte Magnetica. Editio secunda post Romanam multo correctior. (Colonix Agrippinae, apud Iodocum Kalcoven. Anno M DCXLIII.) Lettre du Provincial « per Rheni inferioris Provinciam », au libraire, « Coloniae, 1? niartij 164? ». Voir, pour la première édition, t. I, p. 524, éclaircissement.

�� � Î42 Correspondance.

des éclaircijjemens là-dejfus, & de Je fortifier contre toute fdcheu/e aventure. » (Baillet, II, 284.)

Voir la suite, lettre ci-après, du 4 mai 1646, à Picot.

��CDXVI.

Descartes a *** Egmond. fin 164: '.

Publiée par John Pell, p. 5g de l'opuscule : Controversiœ de verâ Circuli mensurâ Anno M DCXLIV exortae. inter Christianum Se- verini Longomontanum, Cimbrum, superiorum Mathematum in Régis Danorum Academiâ Hauniensi Professorem publicum, et Ioannem Pellium, Coritano-regnum. Anglum, Matheseos in Illustri Amstelodamensium Gymnasio Professorem publicum. (Pars prima, Amstelodami, apud Ioannem Blaeu, M DC XLVII.) — Pell a mis en tète du fragment : Excerptum ex D. Cartesii epistolâ responsorià ad virum magnum, qui Gallicè ad eum scribens, inter alia, quaesi- verat ejus sententiam de meâ refutatiunculà. Cette refutatiuncula était un placard imprimé en août 1644. Elle visait un opuscule de l.ongomontanus : Rotundi in Piano ceu Circuli absoluta mensura, paru la même année che\ Blaeu, à Amsterdam. — Le destinataire est peut-être soit Constantin Huygens, soit son beau-frère, Le Leu de IVilhem. D'après les indications du même opuscule, la date est posté- rieure au 1 - août 164S et antérieure à la nomination de Pell comme professeur à l'Ecole Illustre de Bréda 'c'est-à-dire au mois de juin 1646), cette dernière circonstance ayant retardé l'impression déjà commencée des Controversiae.

La réfutation de la quadrature du cercle a de Lon- gomontanus, faicte par Monlieur Pell, eft très vrave &. pleine d'efprit, ce qui paroilt tant en ce qu'il a feeu s'exempter entièrement de l'embaras des nombres

a. Cf. ci-avant p. 3 18. 1. i3, et p. 227, I. 3.

�� � CDXV1. — Fin 1645. )4)

lourds, qui fe rencontrent au calcul des polygones infcrits ou circonfcrits au cercle, qu'en fa merueil- leufe briefueté, laquelle ne caufe point d'obfcurité : car toute la fuite de fon raifonnement eft très claire

5 a ceux qui fçauent la vérité de la propolition qu'il fuppofe,afçauoir que :Jitangens cuiuflibet arcûs minoris quant 45 grad. ducatur in duplum qtiadratum radij, a quadrato radij auferatur tangentis quadratum, illud pro- duclum diuidatur per hoc rejiduum, quotus erit tangens

10 arcûs dupli. Et les fauiTes quadratures du cercle ne méritent pas vne plus longue réfutation

DESCARTES.

D'Egmond.

Voir sur la controverse entre Pell et Longoniontanus une note de F. Jacoli, insérée p. 299-312 du Bulletino Boncompagni, t. II, 1869.

Longomontanus avait soutenu depuis 1612 [Cyclometria ex lunulis reciproce demonstrata, Hafnix) la possibilité de la quadrature géométrique du cercle. Dans l'opuscule Rotundi in piano mensura, mentionné plus haut, il assignait au rapport de la circonférence au diamètre, comme valeur exacte, ^Ll^ll- , comme valeur approchée :

3, 14185 9604427.

(Cf. Cantor, Vorlesungen ùber Geschichte der Mathematik, II, 1892, p. 65i-652.)

Dans sa Refutatiuncula de 1644 ^qui parait aujourd'hui introuvable), Pell s'appuvait, sans la démontrer, sur la proposition textuellement re- produite par Descartes, et qui exprime simplement la relation

2 tg.a tg.za

��1 -tg.'a

en la limitant, d'ailleurs, au cas où l'expression est positive.

La même année, Longomontanus répliqua par un nouvel opuscule : 'EXsyU^; Ioannis Pellii, contra Christianum S. Longotnontanum de Men- sura circuit, àvaaxôÛT, (Hauniae, 1644), auquel Pell opposa ses Contro- versice. Elles contiennent des lettres approbatives de dix mathématiciens : i* Roberval (17 avril 1645): 2 Hobbes; 3° Carcavy; 4* Charles Caven- dish; 5° Le Pailleur; 6° Mersenne: 7° Iohann-Adolph Tasse, de Ham-

�� � 344 Correspondance.

bourg 17 août 1643 ; 8" Wolzogcn: 9 Descartes: io" Cavalieri. Pell dit qu'il publie ces lettres dans l'ordre de leur réception. Sauf celles de Mer- senne, de Tasse et de Descartes, elles renferment des démonstrations de la proposition énoncée par Pell.

��CDXVII.

Descartes au P. Mesland.

[Egmond, 1643 ou 164G?] Copie MS., Chartres. Bibl. de la Ville, 3r,C (5o8), fo 7-0.

Cette lettre vient, dans le MS., aussitôt après la CCCLXVII', p. 161 . On lit, en tète, une première note : «Autre Lettre de Mons' '. » Des Cartes. Au Même. Il respond a quelques objections du » P. Meslant. » Puis cette seconde note, d'une autre main : t Cette » Lettre a aussi esté collationnée par M r Clerselier. » Et, en effet, quelques corrections ont été faites, de l'écriture de Clerselier. Le texte est donc bien authentique, ce qui nous dispense de donner les variantes (qui sont des gloses suspectes ou des fautes) d'autres copies MSS. : 1" Bibl. Ma\arine, 2001 (i3gg),p. 53go-540o; 2°, 3" et 4', Bibl. Nationale, fr.n. a. 1 1 1, i5356, i-ji55; Bibl. de Troyes, 2336, etc. (voir /'éclaircissement,/ 1 . / 7 / ci-avant).

Cette lettre ne fut pas imprimée par Clerselier, pour les mêmes raisons que la CCCLXVII' (voir p. j-jo-iji). Baillet, Vie de Mons. Des-Cartes, //, 26S, en publia le commencement (ci-après p. 3#5 , l. 2, à p. 346, l. 7). Mais elle ne parut en entier que dans le livre de l'abbé Emery, Pensées de Descartes sur la religion et la morale (Paris, 181 /), puis dans /'Histoire de la Philosophie Cartésienne, de Francisque Bouillier (3 ( édit., t. I,p. 458-45 g, note).

La date est incertaine. On serait tenté d'abord de rapprocher le plus possible cette lettre de la CCCLXVII', qu'elle reprend pour la compléter ; et, défait, le fragment de Baillet se trouve cité entre deux lettres du g février 1645. Mais la lettre CCCLXXIX, p. 2i5, également adressée au P. Mesland, parait bien s'intercaler entre la CCCLXVII* et celle-ci. Dans cette CCCLXXIX', Descartes désire connaître plus explicitement les difficultés que le P. Mesland trouve dans ses Principes; et ou voit, par la lettre ci-dessous, qu'il a reçu

�� � CDXVII. — 1645 ou l6 4 6 - )AS

quelque chose en réponse à sa demande. Or la CCCLXXIX' est, au plus tôt, de mai 164S; donc la présente lettre serait postérieure. D'autre part, le P. Mesland allait s'embarquer pour les missions de la Martinique (ci-dessous, l. 2-10); or ces embarquements de mission- naires se faisaient à Marseille au printemps, sur les vaisseaux de la marine royale, (souvent, il est vrai, on attendait trois ou quatre mois un vent favorable). Le P. Mesland se sera sans doute embarqué au printemps de 1646 et en aura averti Descartes asseç tôt pour que la réponse de celui-ci pût lui parvenir avant son départ. Elle serait donc de la fin de 164S ou du commencement de 1646; dans une lettre ci-après, du 14 déc. 1646, Descartes parle de ce départ comme d'une chose accomplie (Clers., ///, 5g).

Mon Reuerend Pere,

I'ay leu auec beaucoup d'émotion l'adieu pour ia- mais a que i'ay trouué dans la lettre que vous auez pris la peine de m'eferire ; & il m'auroit touché encore 5 dauantage, fi ie n'eftois icy dans vn pais où ie vois tous les iours plufieurs perfonnes qui font reuenuès des Antipodes. Ces exemples fi ordinaires b m'em- pefchent de perdre entièrement l'efperance de vous reuoir quelque iour en Europe ; & encore que voftre

10 deflein de conuertir les fauuages foit fort généreux & très faind, toutefois, a caufe que ie m'imagine que c'eft feulement de beaucoup de zèle & de patience, dont on a befoin pour l'exécuter, & non point de beau- coup d'efprit & de fçauoir, il me femble que les talents,

i5 que Dieu vous a donnez, pourroient eftre employez

a. « Ce Pcrc fut relègue en Canada, ou il est mort, a cause de la trop » grande relation qu'il auoit auec M r Des Cartes. Ce Pere a fait de sça- » uantes obseruations et commentaires sur les Méditations de M' Des » Cartes. » (Note marginale, MS. de Chartres, de la même main que : « Cette lettre a aussi esté collationnée. . . »)

b. Baillet ajoute en marge : « Le P. Charlet son parent en étoit revenu » et avoit été depuis Provincial et Assistant du Général. » (II, 265.)

Correspondance. IV. 44

�� � }4<3 CORRFSPONDANOF.

plus vtilement a la conucrfion de nos Athées, qui fe picquent de bon efprit, & ne veulent fe rendre qu'a l'euidence de la raifon ; ce qui me fait efperer qu'après que vous aurez fait vne expédition aux lieux où vous alez, & conquis plufieurs milliers d'ames a Dieu, le "> mefme efprit qui vous y conduit vous ramènera, & ie le fouhaite de tout mon cœur.

Vous trouuerez icy de brcues rcfponces aus obiec- tions que vous m'auez fait la faueur a de m'enuoyer touchant mes Principes h . le les eufle faittes plus 10 amples, finon que ie crois affeurement que la plus part des difficultez qui vous font venues d'abort, en commançant la ledure du liure, s'euanouiront d'elles mefmes, lorfque vous l'aurez acheuée.

Celle que vous trouuez, en l'explication du S' Sa- i5 crement, me femble aufïi pouuoir cftre facilement ojftée; car, i" comme il ne laiflc pas d'eftre très vray de dire que i'ay maintenant le mefme corps que i'auois il y a dix ans, bien que la matière dont il eft compofé foit changée, a caufe que l'vnité numérique du corps 30 d'vn homme ne dépend pas de fa matière, mais de fa forme, qui eft lame; ainfi les parolles de noftre Sei- gneur n'ont pas laifle d'eftre très véritables : Hoc cjî corpus mcum, quod pro vobis tradctur, & ie ne vois pas en quelle autre forte il euft pu parler, pour figniffier 25 la Tranflubftantiation au fens que ie l'ai expliquée.

Puis, pour ce qui eft de la façon dont le corps de l.-C. auroit efté dans l'hoftie qui auroit efté con- facrée durant le temps de fa mort, ie ne fçache point

a. Récrit de la main de Clcrscliur, au-dessus d'un mut barré : l'honneur.

b. Cf. ci-avant p. 21 G, 1. 24. — Voir la lettre qui suit.

�� � CDXVII. — 1645 ou 1646. 347

que l'Eglife en ait rien déterminé ; & il faut, ce me femble, bien prendre garde a diftinguer les opinions déterminées par l'Eglife, d'auec celles qui font com- munément receuës par les Dodeurs fondez fur vne 5 phyfique mal afieurée. Toutefois, encore que l'Eglife auroit déterminé que l'ame de I.-C. n'eufl pas eflé vnie a fon corps en l'hoflie qui auroit eflé confacrée au temps de fa mort, il fuffit de dire que la matière de cette hoflie auroit pour lors eflé autant difpofée a

10 eflre vnie a lame de I.-C, que celle de fon corps qui efloit dans le fepulcre, pour afTeurer qu'elle efloit vé- ritablement fon corps; puifque la matière, qui efloit dans le fepulcre, n'efloit alors nommée le corps de I.-C, qu'a caufe des difpofitions qu'elle auoit a rece-

i5 uoirfon ame. Et il fuffit auffy dédire que la matière (de cette hoflie ou) a du pain auroit eu les difpofitions du corps fans le fang, & celle du vin les difpofitions du fang fans la chair, pour afTeurer que le corps feul, fans le fang, eufl eflé alors dans l'hoflie, & le fang

îo feul dans le calice. Comme auffi ce qu'on dit que c'efl feulement par concomitance que le corps de I.-C efl dans le calice, fe peut fort bien entendre, en penfant que, bien que l'ame de I.-C foit vnie a la matière contenue dans le calice, ainfi qu'a vn corps humain

2 5 tout entier, & par confequent que cette matière foit

véritablement tout le corps de I.-C, elle ne luy efl

ïutefois vnie qu'en vertu des difpofitions qu'a le fang

a. Les signes de parenthèse et le mot ou sont de la main de Clerselier, avec cette note marginale : « Ce qui est enfermé dans cette parenthèse a » esté adiouté par vous ou par quelque autre aux paroles de M 1 Desc, et » assez a propos. »

�� � }48 Correspondance. r, 518.

a eftre vni auec lame humaine, & non pas en vertu de celles qu'a la chair. Ainfi ie ne vois aucune ombre de difficulté en tout cela. Mais néanmoins ie me tiens très volontiers, auec vous, aux paroles du Concile, qu'il y eft eâ exifiendi ratione quant verbis exprimere vix 5 pojfumus.

CDXV1II.

Descartes a ***.

[Egmond, 1645 ou 1646?] Texte de Clerselier, tome I, lettre 116 [i\ partie), p. 528-53o.

Imprimée par Clerselier comme suite de notre lettre CCLXXXIX, du iy novembre 1642, ci-avant t. III, p. 5g4-5gj, « A vn Reue- rend Père lesuite ». Mais l'exemplaire de l'Institut donne cette indi- cation en marge : « autre lettre postérieure », sans dire non plus à qui elle s'adresse. Peut-être est-ce au P. Vatier, destinataire de la CCCLXXXIX' ? Mais Descartes parle, dans notre lettre précédente au P. Mesland, de « breues responses » (p. 346, l. S), qu'il envoie à des objections sur ses Principes. Or ici même (p. 35o, l. 26), il allègue le départ tout proche du courrier, pour s'excuser de sa brièveté. D'où cette conjecture que la réponse ci-dessous aurait été envoyée avec la lettre précédente et s'adresserait, comme elle, au P. Mesland. — Enfin, comme il est surtout question des Méditations, peut-être est-ce la réponse aux objections promises par Porlier en octobre 1645 {voir ci-avant p. 3 20, note a).

Pour ce qui eft de la diftin&ion entre l'efTence & Texiftence, ie ne me fouuiens pas du lieu ou i'en ay parlé 3 ; mais ie diftingue inter Modos propriè diclos, & Attributa fine quibus res quarum funt attributa ejje non \o

a. Meditatio V, p. 66 (Edit. 1642).

�� � i, 5280=9. CDXVIII. — 164$ ou 1646.. }4ç

pofjunt; Jiue inter modos rerum ipfarum, & modos cogi- tandi (pardonnez-moy fi ie change icy de langue, pour tafcher de m'exprimer mieux). Ita figura & motus funt modi propriè diéli fubfiantiœ corporeœ, quia idem corpus

5 pote/l exifiere, nunc cum hâc figura, nunc cum aliâ, nunc cum motu, nunc fine motu, quamuis, ex aduerfo, neque hœc figura, neque hic motus, pojfint effe fine hoc corpore. Ita amor, odium, ajfirmatio, dubitatio, &c. funt vert modi in mente; exifientia autem, duratio, magnitudo, numerus,

10 & vniuerfalia omnia, non mihi videntur effe modi propriè diéli, vt neque etiam in Deo iufiitia, mifericordia, &c. Sed latiori vocabuîo dicuntur Attributa, fiue modi cogitandi, quia intelligimus quidem alio modo rei alicuius ejfen- tiam, abfirahendo ab hoc, quod ] exifiat, vel non cxijîat, &

i5 alio, confiderando ipfam vt exifientem; fed res ipfa fine exifientia fuâ ejje non potcfi extra nofiram cogitationem, vt neque etiam fine fuâ duratione, vel fuâ magnitudine, &c. Atquc ideo dico quidem figuram, & alios fimiles modos, difiingui propriè modalitcr à fubfiantiâ cuius funt modi,

20 fed inter alia attributa ejfe minorent diflinclionem quœ, nonnifi latè vfurpando nomen modi, vocari pote/l Modalis, vt illam vocaui in fine meœ rcfponfionis ad primas objcc tiones n . & melius forte dicetur Formalis ; fed ad confu- fionem cuitandam, in prima parte meœ Philofophiœ, ar-

2 5 ticulo 60, in quâ de ipfâ expreffè ago, illam voco diflinc- tionem Rationis (nempe rationis Ratiocinitœ) ; & quia nullam agnofco rationis Ratiocinantis, hoc efi, quœ non habeat fundamentum in rébus (neque enim quicquam pojfumus cogitare abfque fundamento), idcirco in illo ar-

3o ticulo vcrbum Ratiocinatae non addo. Nihil autem aliud

a. Page i'Jo (Edit. 1642).

�� � j $o Correspondance. i, 529.530.

mihi videtur in hâc materiâ parère dificultatem, niji quod non fatis dijîinguamus res extra cogitationem nojîram exijlentes, à rerum ideis, quœ funt in nojlrâ cogitatione-. Ita, cum cogito ejjentiam trianguli, & exijientiam eiufdem trianguli, duce ijlœ cogitationes, quatcnus funt cogita- '■> iiones,etiam objecliuè fumptœ,modaliter differunt, Jiriélè fumendo nomen modi;fed non idem ejî de triangulo extra cogitationem exijlente, in quo manifejium mihi videtur, ejjentiam & exijientiam nullo modo dijiingui; & idem ejl de omnibus vniuerfalibus ; vt, cum dico, Petrus ejî homo, 10 cogitatio quidem quâ cogito Petrum, differt modaliter ab eâ quâ cogito hominem, fed in ipfo Petro nihil aliud ejî ejfe hominem quam ejfe Petrum, &c. Sic igitur pono tan~ tum très dijiinéîiones : Reaiem, quœ ejl inter duas fub- Jlantias; Modalem, & Formalem, fiue rationis ratioci- <5 natœ; quœ tamen très, Jî opponantur dijlinclioni rationis Ratiocinantis, dici poffunt Reaies, & hoc fenfu dici po- terit ejfentia realiter dijiingui ab exijlentiâ. Vt etiam, cum per ejjentiam intelligimus rem, prout ejl obiecliuè in intelleclu, per exijientiam vero rem eandem , prout 20 ejl extra intelleclum, manifejium ejl Ma duo realiter dijiingui.

Ainfi quafi toutes les controuerfes de la Philofo- phie ne viennent que de ce qu'on ne s entend pas bien les vns les autres. Ex'cufez fi ce difcours eft trop ^ confus; le Meflager va partir, & ne me donne le temps que daiouter icy que ie me tiens extrêmement voftre obligé de la fouuenance que vous auez de moy, & que ie fuis, &c.

�� � i, 3 9 . GDXIX. — Janvier 1646. ^51

CDXIX.

Descartes a Elisabeth.

lEgmond, janvier 1646.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 10, p. 39-44.

« A Madame Elizabeth, Princesse Palatine, etc. ■>, sans date. Mais c'est la réponse à la lettre CDXII, p. 335 ci-avant, du 3o f no- vembre 1645 ; et cowtne Elisabeth se plaint, dans le post-scriptutn de sa lettre du 2 y décembre 1645 {p. 341, l. 2), que Descartes ne lui ait pas encore répondu, celle-ci serait des premiers jours de janvier 1646.

Madame,

le ne puis nier que ie n'aye efté furpris d'apprendre que voflre Altefle ait eu de la fafcherie, iufqu'à en eftre incommodée en fa fanté, pour vne chofe que 5 la plus grande part du monde trouuera bonne, & que plusieurs fortes raifons peuuent rendre excufable enuers les autres 3 . Car tous ceux de la Religion dont ie fuis (qui font, fans doute, le plus grand nombre dans l'Europe), font obligez de l'approuuer, encore

10 mefme qu'ils y viiTent des circonstances & des motifs apparens qui fulTent blâmables; car nous croyons que Dieu fe fert de diuers moyens pour attirer les âmes à foy, & que tel eft entré dans le Cloiflre, auec vne mauuaife intention, lequel y a mené, par après,

■ s vne vie fort fainte. Pour ceux qui font d'vne autre créance, s'ils en parlent mal, on peut recufer leur iu-

a. Voir ci-avant p. 335,1. 11.

�� � j^2 Correspondance. i, ! 9-4o.

gement; car, comme en toutes les autres affaires, tou- chant lefquelles il y a diuers partis, il eft impoflïble de plaire aux vns, fans déplaire aux autres. S'ils con- fiderent qu'ils ne feroient pas de la Religion dont ils font, fi eux, ou leurs pères, ou leurs ayeuls n'auoient 5 quitté la Romaine, ils n'auront pas fuiet de fe moc- quer, ni de nommer inconftans ceux qui quitent la leur.

Pour ce qui regarde la prudence du fiecle, il eft vray que ceux qui ont la fortune chez eux, ont raifon >o de demeurer tous autour d'elle, & de ioindre leurs forces enfemble pour empefcher qu'elle n'échape ; mais ceux de la maifon defquels elle eft fugitiue, ne font, ce me femble, point mal de s'accorder à fuiure diuers chemins, afin que, s'ils ne la peuuent trouuer '5 tous, il y en ait au moins quelqu'vn qui la rencontre. Et cependant, pource qu'on croit que chacun d'eux a plufieurs refources, ayant des amis en diuers partis, cela les rend plus confiderables, que s'ils eftoient tous engagez dans vn feul. Ce qui m'empefche de pouuoir 20 imaginer que ceux qui ont efté autheurs de ce confeil, ayent en cela voulu nuire à voftre Maifon. Mais ie ne prétens point que mes raifons puiffent empefcher le reffentiment de voftre AltefTe ; i'efpere feulement que le temps l'aura diminué, auant que cette lettre vous *5 foit prefentée, & ie craindrois de le rafraifchir, fi ie m'étendois dauantage fur ce fuiet.

C'eft pourquoy ie parle à la difficulté que voftre AltefTe propofe touchant le libre arbitre 3 , duquel ie tafcheray d'expliquer la dépendance &. la liberté par 3o

a. Voir ci-avant p. ?36, 1. 14.

�� � i,4o-4i. CDX1X. — Janvier 1646. j^j

vne comparaifon. Si vn Roy qui a deffendu les duels, & qui fçait tres-affurément que deux Gentils-hommes de fon Royaume, demeurans en diuerfes villes, font en querelle, & tellement animez l'vn contre l'autre, que

5 rien ne les fçauroit empefcher de fe battre s'ils fe ren- contrent ; fi, dis-ie, ce Roy donne à l'vn d'eux quelque commiffion pour aller à certain iour vers la ville où eft l'autre, & qu'il donne aufli commiffion à cet autre pour aller au mefme iour vers le lieu où eft le pre-

10 mier, il fçait bien aflurément qu'ils ne manqueront pas de fe rencontrer, & de fe battre, & ainfi de contre- uenir à | fa defenfe, mais il ne les y contraint point pour cela ; et fa connoiflance, & mefme la volonté qu'il a eue de les y déterminer en cette façon, n'empefche

i5 pas que ce ne foit aufli volontairement & aufli li- brement qu'ils fe battent, lors qu'ils viennent à fe rencontrer, comme ils auraient fait s'il n'en auoit 11 rien fceu, & que ce fuit par quelqu'autre occafion qu'ils fe fuffent rencontrez, & ils peuuent aufli iufte-

20 ment eltre punis, pour ce qu'ils ont contreuenu à fa defenfe. Or ce qu'vn Roy peut faire en cela, touchant quelques actions libres de fes fuiets, Dieu, qui a vne prefcience & vne puillance infinie, le fait infaillible- ment touchant toutes celles des hommes. Et auant

25 qu'il nous ait enuoyez en ce monde, il a fceu exacte- ment quelles feroient toutes les inclinations de noftre volonté ; c'eft luy-mefme qui les a mifes en nous, c'elt luy aufli qui a difpofé toutes les autres chofes qui font hors de nous, pour faire que tels &

a. Clers. : s'ils n'en avoient.

b. Clers. : qu'elles.

Correspondance. IV. 45

�� � 3 5-4 Correspondance. i,4«-4*.

tels obiets fe prefentaffent à nos fens à tel &. tel tems, à l'occafion defquels il a fceu que noftre libre arbitre nous determineroit à telle ou telle chofe ; & il l'a ainfi voulu, mais il n'a pas voulu pour cela l'y contraindre. Et comme on peut diftinguer en ce Roy deux differens 5 degrez de volonté, l'vn par lequel il a voulu que ces Gentils-hommes fe battifTent, puis qu'il a fait qu'ils fe rencontraffent, & l'autre par lequel il ne l'a pas voulu, puis qu'il a défendu les duels; ainfi les Théologiens distinguent en Dieu vne volonté abfoluë & indepen- io dante, par laquelle il veut que toutes chofes fe faffent ainfi qu elles fe font, & vne autre qui efl relatiue, & qui fe raporte au mérite ou démérite des hommes, par laquelle il veut qu'on obe'ùTe à fes Loix.

Il eft befoin auffi que ie diftingue deux fortes de i5 biens, pour accorder ce que i'ay cy deuant écrit (à fça- uoir qu'en cette vie nous auons toufiours plus de biens que de maux) a auec ce que V. AlteiTe m'obiede touchant toutes les incommoditez de la vie. Quand on confidere l'idée du bien pour feruir de règle à nos ac- 20 tions, on le prend pour toute, la perfection qui peut eftre en la chofe qu'on nomme bonne, & on la compare à la ligne droite, qui eft vnique entre vne infinité de courbes aufquelles on compare les maux. C'eft en ce fens que les Philofophes ont coutume de dire que 25 bonum cjî ex intégra caufd, malum ex quouis defeélu. Mais quand on confidere les biens & les maux qui peuuent eftre en vne mefme chofe, pour fçauoir l'ef- time qu'on en doit faire, comme i'ay fait lors que i'ay parlé de l'eftime que nous deuions faire de cette 3o

a. Cf. p. 337, 1 t.

�� � t, 42-43. CDXIX. — Janvier 1646. 555

vie, on prend le bien pour tout ce qui s'y trouue dont on peut auoir quelque commodité, & on ne nomme mal que ce dont on peut receuoir de l'incommodité; car pour les autres défauts qui peuuent y eftre, on ne

5 les compte point. Ainfi., lors qu'on offre vn employa quelqu'vn, il confidere d'vn coflé l'honneur & le pro- fit qu'il en peut attendre, comme des biens, & de l'autre la peine, le péril, la perte du temps, & autres telles chofes, comme des maux; et comparant ces

10 maux auec ces biens, félon qu'il trouue ceux-cy plus ou moins grands que ceux-là, il l'accepte ou le refufe. Or ce qui m'a fait dire, en ce dernier fens, qu'il y a toufiours plus de biens que de maux en cette vie, c'eft le peu d'état que ie croy que nous deuons faire

i5 de toutes les chofes qui font hors de nous, & qui ne dépendent point de noftre libre arbitre, à comparai- fon de celles qui en dépendent, lefquelles nous pou- uons toufiours rendre bonnes, lors que nous en fça- uons bien vfer ; & nous pouuons empefcher, par leur

20 moyen, que tous les maux qui viennent d'ailleurs, tant grands qu'ils puiûént eftre, n'entrent plus auant en noftre ame que la trifteflé que y excitent les Co- médiens, quand ils reprefentent deuant nous quelques adions fort funeftes ; mais i'auoùe qu'il faut eftre fort

25 philofophe, pour arriuer iufqu'à ce point. Et toutes- fois ie croy aufli que mefme ceux là qui fe laiffent le plus emporter à leurs parlions, iugent toufiours, en leur intérieur, qu'il y a plus de biens que de maux en cette vie, encore qu'ils ne s'en aperçoiuent pas eux-

3o mefmes ; car bien qu'ils appellent quelquefois la mort à leur fecours, quand ils fentent de grandes douleurs,

�� � J$6 Correspondance. 1,43.

c'eft feulement afin quelle leur aide à porter leur far- deau, ainfi qu'il y a dans la fable, & ils ne veulent point pour cela perdre la vie; ou bien, s'il y en a quel- ques-vns qui la veuillent perdre, & qui fe tuent eux- mefmes, c'eft par vne erreur de leur entendement, & 5 non point par vn iugement bien raifonné, ny par vne opinion que la nature ait imprimée en eux, comme eft celle qui fait qu'on préfère les biens de cette vie à fes maux.

La raifon qui me fait croire que ceux qui ne font 10 rien que pour leur vtilité particulière, doiuent aufli bien que les autres trauailler pour autruy a , &. tafcher de faire plaifir à vn chacun, autant qu'il eft en leur pouuoir, s'ils veulent vfer de prudence, eft qu'on voit ordinairement arriuer que ceux qui font eftimez i5 officieux & prompts à faire plaifir, reçoiuent auffi quantité de bons offices des autres, mefme de ceux qu'ils n'ont iamais obligez, lefquels ils ne receuroient pas, fi on les croyoit d'autre humeur, & que les peines qu'ils ont à faire plaifir, ne font point fi grandes 20 que les commoditez que leur donne l'amitié de ceux qui les connoiflent. Car on n'atend de nous que les offices que nous pouuons rendre commodément, & nous n'en attendons pas dauantage des autres ; mais il arriue fouuent que ce qui leur courte peu, nous 2 5 profite beaucoup, & mefme nous peut importer de la vie. Il eft vray qu'on perd quelquefois fa peine en bien faifant, & au contraire qu'on gagne à mal faire ; mais cela ne peut changer la.regle de la prudence, laquelle ne fe raporte qu'aux chofes qui arrivent le plus fou- 3

u. Voir ci-avant p. 33-, 1. i5.

�� � 1,43-44- CDXX. — 12 Janvier 1646. 357

lient. Et pour mov, la maxime que i'ay le plus ob- feruée en toute la conduite de ma vie, a efté de fuiure feulement le grand chemin, & de croire que la prin- cipale finette eft de ne vouloir point du tout vfer 5 de fineffe. Les loix communes de la focieté, lefquelles tendent toutes à fe faire du bien les vns aux autres, ou du moins à ne fe point faire de mal, font, ce me femble, fi bien établies, que quiconque les fuit fran- chement, fans aucune diffimulation ny artifice, mené

10 vne vie beaucoup plus heureufe & plus affurée, que ceux qui cherchent leur vtilité par d'autres voyes, lefquels, à la vérité, reùffiffent quelquefois par l'igno- rance des autres hommes, & par la faueur de la For- tune; mais il arriue bien plus fouuent qu'ils y man-

• 5 quent, & que, penfant s'établir, ils fe ruinent. Ceft auec cette ingénuité & cette franchife, laquelle ie fais profeffion d'obferuer en toutes mes actions, que ie fais aufli particulièrement profelîion d'eftre, &c.

��CDXX.

Descartes a Clerselier.

[Egmoiuf, 12 janvier 1646. [A. Baili et], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II. p. 279-280.

« Le premier de ces ouvrages {deux petits ouvrages qu'il fit à Egmond, l'hyver de 1645-1646) e'toit la Réponfe qu'il avoitfi long- tèms refufée au livre des Injlances de M. Gaffendi. Il la fit, non pas fur le livre de M. Gaffendi qu'il avoil lie avec un peu trop de négli- gence, & dans la ré/olution de n'y rien trouver qui eut befoin de

�� � ^8 Correspondance.

réponfe [en marge : Bornii Epift. pag. 489 oper. Gailend. tom. 6]*; mais fur des extraits fidelles que quelques amis communs avoient faits des endroits qui méritoient le plus d'être réfute\. Il envoya celte Ré- ponfe à Monfieur Clerfelier, qui pre'paroit une édition françoife defes Méditations, avec les Objeâions & les Réponfes, tant de la traduclion de M. le Duc de Lûmes que de la ftenne b . Sa lettre d'envoy étoit dattée du 12 de Janvier de l'an 1646; & fur la connoijfance qu'il avoit de la manière dont Monfieur Clerfelier en ufoit avec M. Gaf- fendi, qui étoit aitjji de fes amis, il voulut le prévenir fur quelques termes qui pourroient luy paroilre un peu durs L en marge : Leur. MS. du 12 Janvier i<">4(> à Clerfelier. // le pria de confidérer qu'il n'avoit pu traiter fou adverfaire plus civilement

après les injures de fon gros livre cLInilances,

£■ qu'il auroit pu faire encore toute autre chofe, s'il n'avait eu le def- fein de l'épargner. Il luy recommanda, fur toutes clwfes, de ne laijjer glifjer le nom de M. Gajjendi en aucun endroit de la nouvelle édition qu'il entreprenoit, ny dans ce qu'il luy envoyoil contre fes Infiances, afin de luy ôter tout fujet de fe plaindre qu'on l'eût voulu defhonorer. » (Baillet, II, 279-280.)

La phrase continue parle passage rapporté ci-avant lettre CDXI11, p. 338. Voir la suite ci-après, lettre du 23 février 164'i.

��CDXX1.

Descartes a ***.

[Egmond], février 1646. I exte de l'édition latine, tome II, epist. 18, p. 96-97.

« Réponse à vn Imprimé, qui a pour Tiltre, De duobus Circulis. » Version », dit simplement Clerselier, t. II, lettre 18, p. 145-14- . La date est ainsi indiquée à la fin : « En Février 1646. )

a. Voir ci-avant, p. 238, éclaircissement .

b. Voir plus haut p. 193-104.

�� � h, 143-14G.. CDXXI. — Février 1646. ^9

Difficilius mihi videtur huius quaeftionis difficulta- tem agnofcere, quàm, vbi cognita eft, eam extricare. Quifquis cnira confiderat duos effe motus in rotâ plane diftindos, redum fcilicet & circulàrem, quo- 5 rum alter, nempe redus, nihil plane confert ad eius circumuolutionem, fed folus eam totam fimul promo- uet fecundum lineam redam fupra planum fubiedum, omnes & fingulas eius partes seque celeriter mo- uendo; alter vero nihil confert ad eam ita promo-

10 uendam fupra planum fubiedum, fed folus omnes & fingulas eius partes circa ipfius axem voluit, non ta- men eâdem celeritate, fed remotiores ab axe cele- rius quàm viciniores, ita vt hse tantumdem temporis impendant in breui fuo circuitu abfoluendo, quàm

■ 5 illse in ampliori ; mirari certe j non poteft, quôd om- nes rotae partes geque longam lineam fupra planum fubiedum defcribant, & tamen non aeque celeriter in gyrum vertantur. Videt enim iftos duos motus effe diuerfos, & à fe mutuo plane independentes. Imo

20 etiam videt hoc plane efle neceflarium, adeo vt pro miraculo effet, fi aliter accideret : cùm enim motus redus in omnibus rotae partibus fit aequalis, circu- laris autem inrequalis in partibus quse inaequaliter ab axe diftant, neceffe eil, dum omnes fimul aequali ce-

2 5 leritate feruntur motu redo, vt inaequali ferantur motu circulari. Vnde igitur orta eil difficultas ? Forte ex eo, quùd ilti duo motus diuerfi pro vno eodemque habeantur. credaturque vulgo rotas curruum femper œqualem fuae circumferentiae lineam in piano fubiedo

3o defcribere ; quod tamen nunquam, nifi cafu, accurate verum effe poteft. Caufa enim promotionis fecun-

�� � j6o Correspondance. m, 146-147.

dum lineam re&am eft vis equorum currum trahen- tium, aut alia fimilis; caufa autem circumuolutionis eft, quôd rota;, pondère fuo planum non accuratiffime laeuigatum prementes, ei aliquo modo adhaereant; quae duae caufze, cùm fint omnino diuerfae, vix vn- 5 quam pofîunt habere effeftus plane aequales.

Mirum autem mihi videtur aliquem vti rarefa&ionis exemplo ad iftam difficultatem, quae meoiudicio nulla eft, explicandam ; facilius enim intelliguntur duo mo- tus diueril, quorum vnus alio celerior eft (quod folum 10 hîc fpe&andum occurrit), quàm ifta rarefa&io, vul- gari modo concepta, quae certe à me intelligi plane non poteft.

Inlibelli iftius pag. 6, dicitur vnamquamque partent minoris circuli vnam tantùm plani fubiecli partent tan- i5 gère. | Quod falium eft; nam, fi ille circulus lineam duplo maiorem fuâ circumferentiâ in piano defcri- bat, vnaquaeque iftius circumferentiae pars duas plani partes fibi aequales tangit ; fi triplo, très, &c. Nec mirum eft eandem lineam fieri fucceftiue duarum li- 20 nearum commune fegmentum; quia primo applica- tur vni, deinde alteri, vt, cùm ambulo per plateam, meum corpus fît commune fegmentum omnium linea- rum, quae à centro terrae ad omnes illius plateae partes duci poftunt. 25

Pag. 8. Ad haec verba : Qud enim proportione maiùs vel minus fpatium rclinquerel ? refpondeo : eà propor- tione, quâ vis impellens ad motum re&um maior eft, vel minor, quam impellens fiue determinans ad cir- cularem. Et nego lineam re&am perfe&e congruere 3o

21 primo] 1 {Fdit. ht.). — 27 eft] ex (Edit. lat.).

�� � 11,14- CDXXI. — Février 1646. }6i

cum circulari : vt enim perfe&e congruat, debent fin- gula; partes vnius fingulis alterius eodem tempore congruere, non autem fucceffiue. Nec fimile eft exem- plum panni, pag. 9, quia fingularum vlnarum appli- 5 catio fit tota fimul, non autem hîc fingularum par- tium.

Pag. 1 1 . Nemo relinquit quodnon habet, eft fophifma. Nec enim calamus habet lineas quas relinquit in chartâ, cùm motu fuo eas ducit. Et falfa funt quae

«o ibi fequuntur.

Pag. 16 & 17. Diftin&iones inter rarefaélionem fuc- cejjiuam & permanentem, item inter motum naturalem & per accidens, funt fi&itiœ, nec habent vllum in re- rum veritate fundamentum. Ex quibus reliqua omnia

• 5 facile diluuntur.

Febr., anno Dom. 1646.

��L'imprime sur lequel, dans la lettre qui précède, Descartes a porté son jugement, n'a point été retrouvé, et nous n'avons d'autre part aucune indi- cation ni sur l'auteur, ni sur le lieu de l'impression. On ne peut, par suite, former aucune conjecture relative au correspondant qui avait demandé l'opinion de Descartes.

Evidemment le sujet de l'imprimé était Yaporie du ch. ib des Méca- niques d'Aristote (cf. t. II, p. 436, et Véclaircitsement, p. 450) : « On de- » mande comment, lorsque deux cercles ont un même centre, la révolu- » tion par roulement se t'ait, pour le plus grand comme pour le plus petit, » suivant des lignes égales, tandis que, si on les fait rouler isolément, les » lignes correspondant à leur révolution sont entre elles comme les gran- » deurs (diamètres) de ces cercles. Déplus, comment, lorsque le centre est 1 le même pour les deux cercles, la ligne correspondant à la révolution » par roulement est tantôt de la grandeur (de la circonférence) du petit » cercle, tantôt de celle du grand cercle. »

��Correspondance. IV. 46

��

362
Correspondance.


CDXXII.


Descartes a Clerselier.


Egmondl, 23 février 1646.

[A. Baiilet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, tome II, p, 2S0.

Suite du passage rapporté lettre CDXX, p. 357-358 ci-avant.

« M. Clerfelier obtint encore depuis, que non feulement le nom de M. Gajfendi paraitrait partout par fa permission, mais qu'il adoucirait dans sa traduction certains termes de M. Descartes, qui, bien que tolérables en Latin, auraient été capables de choquer en nôtre langue M. Gajfendi, qu'il voulait raccommoder pour une bonne fois avec M. Descartes. Ce fécond service fut estimé ce qu'il valait par M . Descartes, qui par une lettre du 23 de Février 1646 [en marge : Lettr. MS. du 23 Févr.] remercia M. Clerfelier de vouloir bien être tout à la fois son Traducteur, son Apologiste & son Médiateur. » (Bailler, II, 280.)


CDXXIII.


Descartes a Mersenne.


Egmond, 2 mars 1646.


Texte de l'exemplaire de l'Institut, tome III, lettre S^, p. 487-489.

« La 56 des lettres de M. de la Hire » Inst.). Le n" 56 est écrit au-dessus de 28 barré, numéro d'un classement primitif à rebours. C'est le n' [49) de dom Poirier. L'original n'a pas été retrouvé, et la lettre reste incomplète, comme nous l'apprend la note marginale de l'exemplaire de l'Institut : « Voyez le reste de cette lettre dans la 56 e de M. de la Hire », tandis que Clerselier continue par la pièce CDXXIII bis ci-après. Au sujet de cette dernière, un autre annotateur nous dit :

« Il me parait que le reste de cette lettre est celle
III, 487-488.
363
CDXXIII. — 2 Mars 1646.

dont M. Desc. parle en haut de cette page [p. 364, l. 8] et qui doit être datée du 22* février 1646. Ce n'est pourtant qu'une conjecture, mais elle n'est pas tout à fait mal fondée. » Mais si l'on examine bien ce que dit Descartes, il est beaucoup plus probable : i" que la lettre que, huit jours avant la présente (le 23 février), il avait écrite négligemment et sans garder de minute, se trouve complètement perdue; 2 que la pièce CDXXIII bis, minute incorrecte à divers égards, est bien une première rédaction de la fin de la pré- sente lettre, mais que Descartes avait complètement refondu cette fin, sous une forme que nous ne connaissons pas. Il y aurait d'autant plus d'intérêt à retrouver l'original disparu.

Mon Révérend Père,

Encore qu'il n'y ait que huit jours que je vous ai écrit[10], je trouve deux choses dans votre dernière, auxquelles je ne veux pas différer de répondre.

La première est que M. de Roberval dit que je n'ai pas résolu le lieu de Pappus, & qu'il a un autre sens que celui que je lui ai donné. Sur quoi je vous supplie très-humblement de lui vouloir demander, de ma part, quel est cet autre sens, & qu'il prenne la peine de le mettre par écrit, afin que je le puisse mieux entendre. Car, puis qu'il dit qu'il s'est offert de me le démontrer, lors que j’étais à Paris[11] , (comme, de fait, je crois qu'il m'en a dit quelque chose, mais je ne sais plus du tout ce que c'est)[12], il ne me doit pas refuser cette faveur ; & afin de l'y obliger d'autant plus,

je m'offre, en récompense, de l'avertir des principales fautes que j'ai remarquées dans son Aristarque[13].
364
III, 488.
Correspondance.

L’autre point de votre lettre, auquel je ne veux pas différer de répondre, est la question touchant la grandeur que doit avoir chaque corps, de quelque figure qu’il soit, étant suspendu en l’air par l’une de ses extrémités, pour y faire ses tours et retours égaux à ceux d’un plomb pendu à un filet de longueur donnée. Car je vois que vous faites grand état de cette question, et je vous en ai écrit si négligemment, il y a huit jours, que même je ne me souviens pas de ce que je vous en ai mandé, aussi que vous ne m’auriez proposé qu’un seul cas. La règle générale que je donne en ceci eft que, comme il y a un centre de gravité dans tous les corps pesants, il y a aussi dans les mêmes corps un centre de leur agitation, lorsqu’ils se meuvent étant suspendus par l’un de leurs points, et que tous ceux en qui ce centre d’agitation est également distant du point par lequel ils sont suspendus, font leurs tours et retours en temps égaux, pourvu toutefois qu’on excepte ce que la résistance de l’air peut changer dans cette proportion : car elle retarde bien plus les corps de matière légère, et ceux dont la figure est fort éloignée de la sphérique, que les autres...



Page 363, I. 18. — Pour critiquer l'Aristarchus[14] de Roberval (voir ci-après, lettre CDXXX, p. 396), Descartes n’attendit pas que le profes-

10 m’auiez] m’en auiez.—

13-16 pesans... qui] qui descendent librement en l’air à cause de leur pesanteur, ainsi tous ceux qui sont meus autour de quelque point par la même pesanteur, ont un centre de leur agitation, et que tous les corps qui -

21 de... légère] légers.—

23 autres.

La suite de cette lettre, dans Clerselier, constitue notre lettre CDXXIII bis ci-après.
365
CDXXIII. — 2 Mars 1646.

seur lui envoyât ses observations sur la Géométrie, ce qu’au reste il ne fit jamais, en sorte que nous ignorons la nature et la portée de celles dont il s’agit ici. A la vérité, dans une lettre de Carcavi à Descartes, du 9 juillet 1649 (Clers., III, p. 442), nous voyons une remarque de Roberval touchant un passage de la Géométrie, p. 326, I. 3, et concernant indirectement la question de Pappus. Roberval parait, en effet, avoir cherché en cet endroit la raison de cette circonstance que Descartes ne donne qu’une seule conique pour le lieu à quatre droites, tandis que ce lieu comprend un système de deux coniques. Une lettre de Mersenne à Constantin Huygens, du 17 mars 1648 [Œuvres complètes de Christian Huygens, I, i883, p. 84) nous apprend qu’on prétendait, à Paris, que ce lieu n’avait pas été résolu par M. Descartes en toute son étendue. Roberval qui, dès 1640 (voir sa lettre à Fermat du 4 août 1640, Œuvres de F., II, 1894, p. 301, 8), avait approfondi la question, devait avoir reconnu, sans peine, le défaut de la solution de Descartes. Mais, quelqu’important que nous puisse paraître aujourd’hui ce défaut, ce n’était point une de ces erreurs tangibles sur lesquelles les géomètres d’alors cherchaient, dans leurs disputes, à s’attaquer. En tout cas, il s’agissait, en 1646, de toute autre chose, puisque Descartes dira (lettre ci-après à Mersenne, du 12 octobre 1646) que ce n’était rien qui concernait la géométrie, mais seulement la grammaire, ou que Roberval faisait quelque équivoque ou transposait quelque virgule pour dire que lui, Descartes, n’avait pas bien pris le sens de Pappus.

Nous sommes, de la sorte, renvoyés à l’examen du texte que Descartes donne d’après la version latine de Commandin. Or il n’y a qu’un passage obscur (Géométrie, p. 305, 1. 10-14) :

« Quod si ad plures quam quatuor, punctum contingetlocos non adhuc » cognitos, sed lincas tantum dictas ; qualcs autem sint, vel quant habeant » proprietatem, non constat : "earum unam, neque primam, et quee mani- » festissima videtur, composuerunt ostendentes utilem esse. »

Descartes ((p. 307) traduit (assez librement) que les anciens avaient imaginé une ligne qu’ils montraient être utile à la question, mais qui semblait la plus manifeste, et qui toutefois n’était pas la première.

Sur quoi il combine une divination qu’on peut représenter comme suit. Soient

X = 0, Y = 0, Z = 0, U = 0, V = 0,

les équations de cinq lignes droites, λ un coefficient constant, et

XYZ + λ UV = 0,

l’équation générale du lieu à cinq lignes, d’après la définition de Pappus ; le cas que celui-ci aurait regardé comme le premier, et le cas traité par les anciens comme le plus manifeste, correspondraient, l’un au parallélisme des droites X, Y, Z, U (V leur étant perpendiculaire), l’autre au parallélisme de X, Y, U, V (Z leur étant perpendiculaire).

— Voir Géométrie, p. 335 à 339.
366
III, 488.
Correspondance.

Évidemment, cette restitution pouvait être critiquée, au point de vue grammatical, même sans connaître le texte grec, que d’ailleurs Roberval avait pu consulter sur un manuscrit. En fait, ce texte est incertain et obscur ; dans son édition de Pappus (Berlin, Weidmann, 1876, p. 678-679), Fr. Hultsch le donne sous la forme suivante :

(Texte grec ci-contre)

Ce que je traduis, dans un sens totalement différent de celui de Descartes :

« Il n’y a pas une de ces lignes, pas même celle qui pourrait sembler la plus simple, pour laquelle on ait fait la synthèse et montré l’intérêt qu’elle peut présenter. »

Mais, selon toute probabilité, Roberval devait plutôt interpréter, d’après la lettre du texte de Commandin et celle des manuscrits grecs, dans le sens que les anciens a avaient imaginé une ligne dont ils montraient l’utilité, mais qui ne semblait ni la première ni la plus simple ». Sa critique n’avait en toux cas d’intérêt que s’il y avait joint, à son tour, une divination particulière sur cette ligne supposée connue des anciens. — (T.)

CDXXIII bis.

Descartes à Mersenne.

[Egmond, 2 mars 1646]

Texte de Clerselier, tome III, lettre 85 (fin), p. 488-491.

Voir le prolégomène de la lettre précédente, à laquelle ce morceau paraît faire suite comme première rédaction abandonnée au moment de la transcription. On peut suspecter la formule de salutation finale, que la minute ne devait pas porter.

Or pour trouver ce centre d’agitation, je donne les règles suivantes :

1. Si le corps n’a qu’une dimension sensible, comme AD, que je suppose être un cylindre qui a si peu de grosseur qu’il n’y a que sa largeur seule à considérer, B

��A

/ »

/

i t

E

��.> c

��111,488-489. CDXXIII bis. — 2 Mars 1646. )Gj

fon centre d'agitation eft en l'endroit de ce corps qui paffe par le centre de grauité du triangle ABC, lors qu'il décrit ce triangle par fon mouuement, à fçauoir au 5 point E qui laifle vn tiers de la longueur A D vers la bafe.

2. Si ce corps a deux dimen- fions fenfibles, comme le plan triangulaire ABC, dont ie fup- D

jo pofe les coftez A B & A C eftre égaux, & qu'il fe meut autour du point A, & enfemble de l'aiffieu FG, en forte que la ligne BC eft toufiours parallèle à cet aiiïieu, alors fon centre d'agitation eft dans le point de la ligne A D perpendiculaire à fa bafe B C,

i5 lequel paffe par le centre de gra- uité de la pyramide que décrit ce triangle, lors qu'il fe meut en cette façon, à fçauoir au point O ; en forte que O D eft vn quart de la

20 ligne AD. Et il eft à remarquer

que, foit qu'on fuppofe la bafe de cette pyramide (laquelle bafe eft vne partie quadrangulaire d'vne fuperficie cylindrique) fort eftroite, foit qu'on la fup- pofe fort large, pourueu qu'aucun de fes coftez n'ex-

25 cède le demy cercle, le centre de grauité y diuife toufiours la perpendiculaire en mefme façon.

j. Si ce plan triangulaire ABC fe meut autour du point A en vn autre fens, à fçauoir autour de l'aiffieu [AD] a perpendiculaire à FG, en forte que les points

a. A D peut avoir été ajouté à tort par Clerselier; l'axe, perpendiculaire au plan de la figure, n'avait pas besoin d'être désigné par des lettres.

��� � x68 Correspondance. lu, 4»9--i9o.

B & C s'entrefuiuent, alors, pour trouuer fon centre d'agitation, ie ne le cherche plus dans la ligne AD, mais dans lvn des coftez AB ou AC, & ie décris le

trapèze HIKL, dont le diamètre

HKeft égal au cofté AB ou AC, s

"\ & toutes les lignes droites qu'on

  • \ y peut infcrire en les ordonnant à

'X T angles droits à ce diamètre, comme 7^ ~-~-X^i 1 1 , 22, } ) & yj, font égales à au-

K tant de parties de circonférences io

de cercles ayans leurs centres au point A, qui peuuent eftre infcrites dans le triangle ABC, & qui diuifent les coftez en mefme raifon que H K, comme font" 11,22, xx & 77. Puis i'imagine que | ce trapèze, eftant meu quelque peu (c'eft à dire en forte que chacun de fes i5 points décriue moins qu'vn demy cercle) autour du point H & de l'aiflieu F G, décrit vn folide qui a fix faces, duquel folide ie cherche le centre de grauité, & ie dis que le point du diamètre H K, qui palfe par ce centre de grauité en décriuant ce folide, eft le centre ao d'agitation demandé.

4. Enfin, fi le corps duquel on demande le centre d'agitation a trois dimenfions fenfibles, de quelque figure qu'il puifle eftre, comme ABCD, pour le trouuer, ie décris premièrement vne figure platte, 25 comme HIKLMN, dont les deux moitiez HIKL & HNML doiuent eftre égales & femblables, & le dia- mètre HL égal au diamètre du plus grand cercle que

a. Clers. : font. — Le texte est évidemment mal établi, à la suite d'une correction incomplète. Il faut entendre « et qui divisent les côtés (A R et » BC), comme les droites correspondantes, 1 1, 22, 33, 77, divisent HK. > .

�� � iii,49o-49'- CDXX1II bis. — 2 Mars 1646. }6o

décriue ce corps ADCB, lors qu'il fe meut autour du centre A : à fçauoir, il doit eftre égal à la ligne A E, fi ce corps fe meut autour de l'aiffieu F G, & il doit eftre égal à la ligne AC, s'il fe meut autour d'vn autre aif- 5 fieu qui couppe FG à angles droits ; & toutes les li- gnes droites qu'on peut décrire dans cette figure

F H G

��10

��i5

��20

����a *r— --A..

��HIKLMN, ordonnées à angles droits au diamètre HL, comme IN, KM, &c, doiuent auoir entre elles mefme proportion que les fuperficies cylindriques qui font des fedions de ce corps ABCD, faites par des cylindres décrits autour du mefme aiffieu, autour du- quel il fe meut, & qui diuifent fon diamètre en fem- blables parties: par exemple, fi ce corps fe meut au- tour de l'aiffieu F G, qu'il y ait mefme proportion entre les lignes IN & KM, qu'il y a entre les parties des fuperficies cylindriques reprefentées par les lignes 1 B & D2 infcrites dans ce corps, & que IN & KM diuifent HL en mefme raifon que iB & D2 di- uifent AE, & ainû des autres. Puis i'imagine que cette fuperficie HIKLMN, eftant meuë quelque peu (c'eft à dire en forte que chacun de fes points falTe moins qu'vn demy cercle) autour de l'aiffieu F H G, décrit vn folide, duquel folide ie cherche le centre de grauité,

��Correspondance. IV.

�� � )jo Correspondance. 111,49'-

& ie dis que le point du diamètre HL qui pafle par ce centre de grauité en décriuant ce folide, par exemple, le point O, diuife HL en mefme raifon que ce centre d'agitation demandé diuife AE, le diamètre du corps donné. le nadioûte point les raifons de tout cecy, car il ne me refte ny temps ny papier. le fuis,

Mon R. P.,

Voftre tres-humble & tres-obeïffant feruiteur, descartes.

��Si l'on examine la détermination de la distance du centre d'agitation à l'axe (c'est-à-dire de la longueur du pendule simple synchrone) dans les deux premiers cas étudiés par Descartes, — pendule composé formé par une droite homogène dont une extrémité est suspendue à l'axe d'oscilla- tion ou par un triangle isoscèle homogène dont le sommet est suspendu à cet axe et dont la base lui est parallèle, — on reconnaît que la solution est numériquement exacte, tandis que le langage de Descartes est au moins peu précis, et que, d'autre part, il semble dénoter une erreur singulière.

Descartes parle en effet, dans le premier cas, du triangle ABC, alors qu'il entend le secteur circulaire A B D C; il parle, dans le second cas, de la pyramide décrite par le triangle ABC, alors qu'il s'agit d'un corps dont non seulement la base est une partie de surface cylindrique, ainsi qu'il le dit d'ailleurs, mais dont deux faces (décrites par les côtés AB et AC) sont des portions de surfaces coniques. Descartes se sert donc, dans un sens très large, des mots triangle et pyramide ; mais quand il parle de la détermination du centre de gravité de ce triangle ou de cette pyramide, il faut entendre, pour l'exactitude du résultat, que leur base doit être consi- dérée comme infiniment petite, tandis qu'il énonce que le résultat est indé- pendant de la dimension supposée pour la base (poutvu qu'elle ne dépasse pas le demi-cercle ou le demi-cylindre). L'erreur est palpable; et comme, d'autre part, elle n'a point été relevée par Roberval, on doit penser qu'après avoir commis l'inadvertance sur sa minute, Descartes l'aura corrigée dans la lettre envoyée à Mcrsenne.

En tout cas, si l'on désigne par m la masse de chaque élément du pen- dule composé, par p la distance de cet élément à l'axe d'oscillation, enfin par / la longueur du pendule simple synchrone, il est aisé de voir que les conclusions de Descartes reviennent à admettre, en général,

/ — ~ MI ?'

Sm;'

�� � CDXXIV. — 2 Mars 1646. )j\

tandis qu'il représente le calcul sommatoire par la recherche d'unt qua- drature ou d'une cubature et par celle d'un centre de gravité. Or cette formule n'estvraie que si le pendule composé est une figure plane oscillant autour d'un axe situé dans son plan. Dans le cas général, au contraire, on doit poser

Swi pcoscc'.

en désignant par a l'angle du rayon j avec la verticale.

Dans la lettre CDXXVII ci-après, adressée à Sir Charles Cavendish le 3o mars 1646, Descartes, se référant à la lettre à Mersennc du 2 mars, reprend le cas général et expose le raisonnement qui l'a conduit à sa théorie. Cavendish avait fait des expériences, en particulier, semble-t-il, sur des triangles isoscèles oscillant autour d'un axe perpendiculaire à leur plan et passant par leur sommet. Soit h la hauteur du triangle, o le demi-angle au sommet, on a alors

��'-?(■+¥)'

��la théorie de Descaries conduit à une valeur plus faible; mais il n'était certainement point en état, pas plus qu'aucun mathématicien de son temps, de calculer exactement cette valeur; il pouvait tout au plus reconnaître que la longueur du pendule synchrone devait, proportionnellement, aug- menter avec l'angle au sommet du triangle (c'est certainement par inad- vertance que, dans la lettre à Cavendish (ci-après, p. 385, 1. 14), l'aug- mentation du rapport inverse est indiquée). Les expériences qui étaient communiquées à Descartes et sur lesquelles il fait des réserves de diverse nature, ne pouvaient donc suffire pour lui faire reconnaître son erreur. (T.)

��CDXXIV.

Descartes a Clerselier.

Egmond, •> mars i(54<>. Copit: MS., Chartres. Bibliothèque de la Ville, 366 (5o8), f« 9.

On lit, en tête de la lettre, dans le MS. : « Extrait d'vne Lettre » escritte par M r Desc. an S r Clerselier », et, d'une antre écriture, une seconde note rajoutée au-dessus : « Cette Lettre est écrite de ta » main de M' Clerselier. » Ce n'était d'abord qu'un extrait, qui allait de la p. Sj2, l. 12 ci-après (Pour la difficulté...) à la

�� � jjz Correspondance.

p. 3j3, l. 4 (... y elt aulfy). Le commencement et la fin n'étaient qu'indiqués, de la manière suivante : «Mons r II n'y aque8 iours &c. », et « le vous ay cnuoyé la copie du priuilege &c. » Mais une demi- feuille, collée après coup en marge de la lettre, donne le commence- ment et la fin en entier, avec cette indication : « Ce fragment est ce » qui manque au commancem' et a la fin de la Lettre que M T Des » Cartes a escrite d'Egmond le 2 mars 1646 a M r Clerselier. » — Cette lettre vient la troisième, dans le recueil MS. de Chartres, des lettres de Descaries sur la Transsubstantiation, après les lettres CCCLXVIIet CDXVII [ci-avant p. 161 et 344).

Monfieur,

Il n'y a que 8 iours, que i'ay eu l'honneur de vous efcrire 3 ; mais vos dernières, que i'ay receues auiour- d'huy, me donnent vn nouueau fuiet de vous remer- cier, pour la peine que vous auez voulu prendre de 5 receuoir les lettres de ma fœur*, laquelle les adreflbit auparauant au Père Merfenne. le ne luy efcris que deux ou trois fois l'an; ainfi i'efpere que vous n'en ferez pas trop importuné.

Pour la difficulté que vous propofez, touchant le 10 S' Sacrement, ie n'ay autre chofe a y refpondre, finon que, fi Dieu met vne fubftance purement corporelle en la place d'vne autre auffy corporelle, comme vne pièce dk>r en la place d'vn morceau de pain, ou vn morceau de pain en la place d'vn autre, il change feu- i5 lement l'vnité numérique de leur matière, en fefant que la mefme matière numéro, qui eftoit or, reçoiue les accidens du pain; ou bien que la mcfme matière numéro, qui eftoit le pain A, reçoiue les accidens du pain B, c'eft a dire qu'elle foit mife fous les mefmes 30 dimenfions, & que la matière du pain B en foit oftée.

a. Lettre CDXXII, p. 362.

�� � CDXX1V. — 2 Mars 1646. )j)

Mais il y a quelque chofe de plus au S 1 Sacrement ; car, outre la matière du corps de Iefus Chrift, qui eft mife fous les dimenûons où eftoit le pain, lame de Iefus Chrift, qui informe cette matière, y eft aufly. 5 le vous ay enuoyé la copie du priuilege *, & ie vous ay mendé mon fentiment, touchant les 5" obie&ions, il y a 8 iours. Et ie fuis voftre très humble & très obeiffant feruiteur,

DES CARTES.

10 N’ayant qu’vne petite lettre a enuoyer au P. Mersenne a , & celle cy eftant encore plus courte, iay cru n’en deuoir pas faire deux pacquets.

Page 3j2, 1. G. — Jeanne Descanes, sœur aînée du philosophe, de trois ans plus âgée que lui, mourut, dit Baillet, I, 6, peu de temps après leur père (inhumé le 20 octobre 1640), et le même Baillet (ci-avant, p. i3o) parle de son mari, Rogier du Crévis, comme veuf, en effet, lors du voyage de 1644 en France. C’est donc à son autre sœur (ou plutôt demi-soeur , Anne Descartes, de quinze ans plus jeune que lui, mariée à M. du Bois- d’Avaugour, que Descartes écrivait en 1646. — A ce propos, lorsque Des- cartes rappelait, en janvier 1641, la perte de deux personnes qui lui étaient très proches, il voulait dire sans doute, non pas son père et sa fille, mais son père et sa sœur ainée (t. III, p. 278, note a).

Page 373, 1. 5. — Le privilège octroyé à Descartes le 4 mai 1637 (voir t. I, p. 38q, éclaircissement), non seulement pour le Discours de la Méthode, plus la Dioptrique, etc., mais encore pour « toutes les œuvres qu’il a composées et qu’il composera, etc. » Le même privilège avait déjà servi pour l’édition des Meditationes en 1641 (bien qu’il n’y soit pas reproduit en entier), et pour celle des Principia en 1644 (il y figure tout au long). Il devait servir encore pour la traduction française des Méditations et pour celle des Principes, qui parurent l’une et l’autre au commence- ment de 1647.

a. Lettre CDXXIII, p. 362. }74 Correspondance.

CDXXV.

Descartes a X***. [?]

Copie AÏS.. Chartres, Bibliothèque de la Ville, 366 (5o8), f« 10.

Cette lettre vient, dans le MS., aussitôt après la précédente, ci- avant p. 3j i . On lit en tête : « Extrait d'vne autre Lettre de » M' Desc. le ne sçay d'où, ny a qui elle est escritle », note qui est de la même écriture que toute la lettre. En outre, l'indication suivante a été rajoutée : * Id. (c'est-à-dire comme à la page précédente du MS., » cette Lettre est écrite de la main) de M r Clerselier. » Bien qu'elle soit placée, dans le MS , la quatrième des lettres de JJescartes sur la Transsubstantiation (voir les trois autres ci-avant, p. 161 , 344 et 3y 1), il ne semble pas qu'elle leur soit postérieure; elle parait même antérieure à la lettre CCCLXV1I, du g février 164S (cf. p. i65, l. ig,etc.,etp.3"5, 1. 10), et certaines expressions la rapprochent plu- tôt de la lettre CCCXLVII, 2 mai 1644 (cf. p. 119, l. 22 et p. 3yS, l. S)". — Une copie MS. du même fragment se trouve à Pari?, Bibliothèque Ma^arine, MS. 2001 [i3gg],f° S4J, avec quelques variantes qui ne doivent pas être relevées, le texte ci-dessous étant écrit de la main de Clerselier et collationné sur l'original.

Quant a la difficulté dont vous me parlez, ie ne voy pas quelle foit autre au regard de ma philofophie, qu'au regard de celle de TEfcole. Car il y a deux prin- cipales queflions touchant ce myftere. L'vne eft com- ment il fe peut faire que tous les accidens du pain de-

a. Il se peut cependant que Descartes ait tenu, même après mars 1646, à ne pas sortir de la réserve qu'il n'avait encore rompue qu'avec le P. Mes- land, et en lui demandant le secret. La même prudence apparaît bien dans la lettre précédente à Clerselier; celle-ci ne lui serait-elle pas également adressée, Clerselier étant revenu sur la question, et Descartes n'ayant pas encore eu assez de confiance en lui pour lui proposer son explication thtfologiquc? (T.J

�� � CDXXV. — ? 575

meurent en vn lieu où le pain n'eft plus, & où il y â vn autre corps en fa place; l'autre efl comment le corps de Iefus Chrift peut eftre fous les mefmes dimenfions où eftoit le pain. 5 I'ay deu refpondre a la première autrement qu'on ne fait dans l'Efcole, a caufe que i'ay vne autre opi- nion de la nature des accidens. Mais, pour la dernière, ie n'ay pas befoin de chercher aucune nouuelle expli- cation; & bien que i'en pufle trouuer quelqu'vne, ie

10 ne la voudrois pas diuulguer, pource qu'en ces ma- tières-la les plus communes opinions font les meil- leures. Ainfy on peut demander a tous les Théolo- giens, comme a moy : Iorfqu'vne fubftance corporelle eft changée en vne autre & que tous les accidens de

i5 la première demeurent, qu'eft ce qu'il y a de changé? Et ils doiuent refpondre, comme moy, qu'il n'y a rien du tout de changé de ce qui tomboit fous les fens, ny, par confequent, rien de ce pour quoy on a donné diuers noms a ces fubflances; car il eft certain que la

20 diuerfité des noms qu'on leur a donnez, ne vient que de ce qu'on a remarqué en elles diuerfes proprietez qui tombent fous les fens.

Au bas de cette lettre, dans le MS. de Chartres, se trouve la note sui- vante, d'une autre main que celle de Clerselier : « Voyez l'objection de » M r Arnaud, qui est sur la fin des 4'" objections page 254, et la response » de M r Des Cartes page 291 du Liure des Méditations. Plus voyez vne 1. autre objection qui est vers le milieu des 6* 5 objections page 417, et la » response de M r Des Cartes page 532 du mesme Liure. » Ces quatre extraits sont ensuite donnés dans le MS., p. 11, 12, 22 et 33. A la fin, p. 26, se trouve cette note : « Icy finit tout ce qu'on a d'Escrits de M r Des » Cartes traittant particulièrement de la Transubstantiatlon. Ce qui suit » sont Lettres, Réponses et Escrits que plusieurs sçauans ont composez a » l'occasion des sentimens de M r Des Cartes sur ce sacré mvstere. n

�� � }~6 Correspondance. '.w-

CDXXVI.

Descartes à Chanut.

[Egmond, 6 mars 1646.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 32, p. 99*101.

« A Monsieur Chanut », dit simplement Clerselier, sans donner de date. Mais l'exemplaire de l'Institut donne la note suivante sur un papier collé : « Elle n'est point datée; mais on void bien, par la lec- » turc de la lettre, que c'est à la fin de l'hyuer de l'an 1646. Or dans » le Catalogue MS. des lettres écrites et receues de M. Chanut, il y » en a une receue de M. D. du 6 mars 1646; et je ne doute point » que ce ne soit celle-cy. Elle est donc fixement datée du G mars » 1646. »

Monfieur,

Si ie m'eftois donné l'honneur de vous écrire autant de fois que i'en ay eu le defir, depuis que vous eftes paflé par ce pays a , vous auriez efté fort fouuent im- portuné de mes lettres ; car il n'y a pas vn iour que ie 5 n'y aye penfé plufieurs fois. Mais i'ay attendu que i'euffe quelque autre occafion pour écrire à Monfieur Braffet, afin qu'il ne luy femblaft pas que ie ne le voulufTe employer que pour faire tenir des paquets; & cette occafion n'eftant pas venue, comme i'auois I0 efperé, ie me propofe d'aller demain à la Haye, & de luy porter celle-cy pour vous eftre adrelfée.

La rigueur extraordinaire de cet hyuer m'a obligé à faire fouuent des fouhaits pour voftre fanté &. pour

a. Voir lettre CDVIII ci-avant, p. 3i8.

�� � J.99-00. CDXXVI. — 6 Mars 1646. )jj

celle de tous les voftres; car on remarque en ce pais qu'il n'y en a point eu de plus rude depuis l'année 1608. Si c'eft le mefme en Suéde, vous y aurez veu toutes les glaces que le Septentrion peut produire. Ce 5 qui me confole, c'eft que ie fçay qu'on a plus de pre- feruatifs contre le froid en ces quartiers-là, qu'on n'en a pas en France, & ie m'affure que vous ne les aurez pas négligez. Si cela eft, vous aurez pafïé la plufpart du temps dans vn poefle, où ie m'imagine

■ o que les affaires publiques ne vous auront pas fi con- tinuellement occupé, qu'il ne vous foit refté du loifir pour penfer quelquefois à la Philofophie. Et li vous auez daigné examiner ce que i'en ay écrit, vous me pouuez extrêmement obliger, en m'auertiflant des

«5- fautes que vous y aurez remarquées. Car ie n'ay en- core pu rencontrer perfonne qui me les ay dites ; & ie voy que la plufpart des hommes iugent li mal, que ie ne me dois point arrefter à leurs opinions; mais ie tiendray les voftres pour des oracles.

20 Si vous auez auffi ietté quelquefois la veuë hors de voftre poefle, vous aurez peut-eftre aperceu en l'air d'autres météores que ceux dont i'ay écrit, & vous m'en pourriez donner de bonnes inftrudions. Vne feule obferuation que ie fis de la neige exagone, en

îS l'année i6j 5 , a efté caufe du Traitté que i'en ay fait*. Si toutes les expériences dont i'ay befoin pour le refte de ma Phyfique me pouuoient ainfi tomber des nues, & qu'il ne me falluft que des yeux pour les connoître,

a. Les Météores, Discours Sixiesmc, p. 223. L'observation était du 5 février t635, et Descartes l'avait conservée dans des notes, qui seront publiées.

Correspondance. IV. 48

�� � 278 Correspondance. i, .00-10..

ie me promettrois de l'acheuer en peu de temps; mais pource qu'il faut auffi des mains pour les faire, & que ie n'en ay point qui y foient propres, ie pers entièrement Tenuie d'y trauailler dauantage.

Ce qui n'empefche pas neantmoins que ie ne cherche 5 toufiours quelque chofe, quand ce ne feroit que vt dofius emoriar, & afin d'en pouuoir conférer en parti- culier auec mes amis, pour lefquels ie ne fçaurois rien auoir de caché. Mais ie me plains de ce que le monde eft trop grand, à raifon du peu d'honneftes gens qui IO s'y trouuent; ie voudrois qu'ils fuflent tous aflemblez en vne ville, & alors ie ferois bien aife de | quitter mon hermitage, pour aller viure auec eux, s'ils me vou- loient receuoir en leur compagnie. Car encore queie fuie la multitude, à caufe de la quantité des imperti- l5 nens & des importuns qu'on y rencontre, ie ne lailTe pas de penfer que le plus grand bien de la vie eft de iouïr de la conuerfation des perfonnes qu'on eftime. le ne fçay fi vous en trouuez beaucoup aux lieux où vous eftes,qui foient dignes de la voftre ; mais, pource 20 que i'ay quelquefois enuie de retourner à Paris, ie me plains quafi de ce que Mefîieurs les Miniftres vous ont donné vn employ* qui vous en éloigne, & ïe vous af- fure que,fi vous y eftiez, vous feriez l'vn des princi- paux fuiets qui me pourroient obliger d'y aller; car *5 c'eft auec vne très -particulière inclination que ie fuis, &c.

Page 378, 1. 23. — Voir ci-avant, p. 3oi, éclaircissement, pour cet em- ploi que -les ministres (Mazarin et Brienne) avaient donné à Chanut. Après ie séjour à Amsterdam, dont il a été question p. 3 1 8 à 320, Chanut alla rejoindre La Thuillerie en Danemark. Tous deux arrivèrent à Stockholm

�� � CDXXVII. — 30 Mars 1646. 379

le 3 1 décembre 1645. Ils écrivirent l'un et l'autre à Mazarin le 6 janvier 1646; La Thuillerie, comme ambassadeur extraordinaire, venait de pré- senter Cbanut à la reine de Suède. Le 3 février, La Thuillerie écrivit encore : « Je parts, Dieu aydant, après demain. . . quittant la Suéde. J'y » laisse M r Chanut instruit de toutes choses, et dans une parfaite estime » de Sa dite Majesté. » Afin d'entretenir cette estime, sans doute, La Thuillerie demande à Mazarin qu'on envoie quelques présents pour la reine : « des monstres peintes, des desabillés parfumez, quelques chevaux » de legcre taille. . . » Enfin, Chanut écrivit le 8 février 1646 : « Le départ » de M. de la Thuillerie me donnant lieu d'attendre les commandemens » de V. Eminence... ». Chanut resta en Suède comme Résident du roi auprès de la reine Christine. Tous ces détails ont été copiés aux Archives des Affaires étrangères, Registre des négociations avec la Suède, année 1646 et suiv., p. 346, 147, 397 et 400.

��CDXXVII. Descartes a Cavendish.

Egmond, 3o mars 1646. Autographe, Bibl. Nat., fr. n. a. 5i6o, f. 3 1-34.

Autographe forme' d'une demi-feuille, remplie des deux cotés (recto 18 lignes, plus V en-tête, verso 2g lignes); d'une feuille entière, pliée en deux (premier feuillet, 2 7 lignes de chaque côté; second feuillet, 28); enfin, d'une demi-feuille, remplie d'un côté seulement (18 lignes, plus la suscription, la date, la signature); de l'autre côté se trouve l'adresse, avec deux cachets de cire rouge, aux initiales R et C entrelacées, et un bout de soie jaune à l'un d'eux. Ecriture très soignée, beaucoup plus que dans les lettres à Mersenne; alinéas bien distincts; Descartes a mis soigneusement à la ligne, ce qu'il ne faisait guère non plus en écrivant à Mersenne. En bas et à gauche de la première page, on lit : 2 y C. « Voye\ la 5?' des MSS. de la Hire », dit l'exemplaire de l'Institut (le 5 a été rajouté après coup et d'une autre main sur un 2 encore visible). N" 71 de dont Poirier. — ■ Les figures manquent; elles se trouvaient sans doute sur une feuille à part. Nous donnerons celles de Clerselier, ainsi que les variantes du texte imprimé, t. III, lettre 66, p. 491-^98, « A Monsieur de Cavendische, Chevalier Anglois ».

�� � 10

��}8o Correspondance. ni, 4 y-49 3 -

Monfieur,

le tiens a beaucoup d'honneur qu'il vous ait pieu me propofer vne queftion, touchant laquelle quelques autres n'ont pu vous fatisfaire. Mais i'ay bien peur de le pouuoir encore moins, pource que mes raifonne- mens ne s'accordent pas auec les expériences que vous auez pris la peine de m'enuoyer; & toutefois ie vous auouë ingenuëment que ie ne puis encore aperceuoir en quoy ils manquent. C'eft pourquoy ie les expofe- ray icy tels qu'ils font, affin de les foumetre a voflre iugement, & que vous me faciez, s'il vous plaift, la faueur de m'inftruire.

Il y a enuiron vn mois que, le R. P. Mercenne m'ayant propofé la mefme difficulté, ie luy fis ref- ponfe a que, comme il y a vn centre de grauité en tous les cors, félon lequel ils defcendent librement en l'air, ainfy ceux qui fe meuuent eftant fufpendus, ont vn centre de leur agitation, lequel règle la durée de ce que vous nommez leurs vibrations, en b forte que tous ceux en qui ce centre d'agitation eft également diftant de l'aiflïeu autour duquel ils fe meuuent, font leurs vibrations en tems égal. Mais i'exceptois néanmoins très expreffement ce que la refiftance de l'air peut changer en cete proportion. Puis, fuppofant qu'on auoit foin, en faifant les expériences, d'euiter cete ,5 reiiftence de l'air, en n'examinant que les figures ou

5 pource que] parce que. — 12, 20 et 24 en] dans. — 26 en] i3 R. P.] Reuerend Père. — &.

a. Lettre CDXXIII ci-avant, p. 362. Cf. lettre CDXXII1 bis, p. 366.

b. Descartes a écrit deux fois le mot en.

��iS

��ÎO

�� � m, 492-49?- CDXXVII. — TfO Mars 1646. }8i

elle n'eft pas fenfible, a caufe que fa quantité ne peut eflre déterminée par raifon, ie m'areftois feulement a chercher ce centre d'agitation par les règles de la Géométrie, lefquelles ie penfe infallibles en ce point; 5 & voycy celle que ie donnois.

Ayant, par exemple, le cors ABCD tant irregu- lier qu'on le voudra fuppofer (ce qui s'entend toute- fois en telle forte que fa figure ne face point que la refiftence de l'air foit fenfible, & que, par confequent,

10 il n'ait pas beaucoup d'épaiffeur), ie détermine, pre- mièrement, l'aiflieu F G, autour duquel ie fuppofe qu'il fait fes vibrations, & la perpendiculaire A E, qui

i5 rencontre cet aiffieu a an- gles droits & paffe par le centre de grauité de ce cors. Puis, imaginant vne infinité de cylindres de di-

20 uerfes grandeurs, qui ont tous pour aifiieu la ligne F G & qui coupent ce cors, ie defcris vne figure plate AHEI, qui a pour diamètre la perpendiculaire AE, & dans laquelle toutes les lignes droites or- données en mefme façon des deux codez a angles

25 droits a cete perpendiculaire, comme font 26 & 1$, ont entre elles mefme raifon que les pyramides dont le fommet eft au point A & qui ont des bafes égales aux parties des fuperficies des cylindres fuf- dits, lefquelles fe trouuent dans ce cors. En forte

îo que, prenant a difcretion dans cete perpendiculaire 4 en] dans. — 5 celle] celles.

��� � AE les poins 1 & 2, l’ordonnée 1 5 ait mefme raifon a l’ordonnée 26 que toute la pyramide A?}*, dont la bafe yj efl partie d’vne fuperficie cylindrique, a la pyramide A 44, qui a auffy pour bafe la fuperficie commune a ce cors & au cylindre qui le coupe aux 5 poins 4,4. Puis enfin ie cherche le centre de grauité de cete figure plate, & ie dis que le centre d’agitation du cors donnéABCD efl dans la perpendiculaire A E, au mefme point ou efl ce centre de grauité. De quov i’adioufleray icy la demonflration. >o

Premièrement, comme le centre de grauité efl tel- lement fitué, au milieu d’vn cors pefant, qu’il n’y a aucune partie de ce cors qui puiffe, par fa pefanteur, détourner ce centre de la ligne fuiuant laquelle il def- cend, dont l’effecT: ne foit empefché par vne autre ’5 partie qui luy efl oppofée & qui a iuflement autant de force qu’elle : d’où il fuit que ce centre de grauité fe meut toufiours, en defcendant, par la mefme ligne qu’il feroit s’il efloit feul, & que toutes les autres par- ties du cors dont il efl le centre fuffent oflées; ainfy, 20 ce que ie nomme le centre d’agitation d’vn cors fuf- pendu, efl le point auquel fe raportent fi également les diuerfes agitations de toutes les autres parties de ce cors, que la force que peut auoir chafcune d’elles a faire qu’il fe meuue plus | ou moins vifle qu’il ne fait, z5 efl toufiours empefchée par celle d’vne b autre qui luy efl oppofée; d’où il fuit auffy (ex definitionè) que ce centre d’agitation fe doit mouuoir autour de l’aiflieu

a. Clerselier a imprimé « A33 », d’accord avec sa figure, et de même à la ligne suivante, a 33 ». — D’après le texte de l’autographe, il faudrait remplacer par un 7 l’un des deux 3 de la figure.

b. Descartes a écrit vn, et Clcrselier imprime aussi vu. iii,494. CDXXVII. — 50 Mars 1646. }8}

auquel il eft fufpendu, auec lamefme vitefïe qu'il feroit fi tout le refte du cors dont il eft partie eftoit ofté, &, par confequent, de mefme viteffe que feroit vn plomb pendu a vn filet a mefme diftance de l'aifîieu FG. ■> Apres cela, ie confidere qu'il n'y a rien qui em- pefche que ce centre d'agitation ne foit au mefme point auquel eft le centre de grauité, ûnon que les parties les plus éloignées de l'aiftieu, autour duquel ce cors fe meut, font plus agitées que celles qui en

10 font plus proches; d'où ie conclus qu'il doit eftre en quelque point de la per- pendiculaire AE, en la-

quelle ie fuppofe qu'eft aufly le centre de grauité,

• 5 pource qu'au regard des 6 ; / """ parties qui font des deux coftez de cete perpendicu- laire également diftantes de l'aiflïeu F G, il n'y a

20 aucune différence entre les proprietez de ces deux centres; mais il doit eftre en vn point de cete perpen- diculaire plus éloigné de cet aiflieu que n'eft celuy de grauité, pource que ce font les parties qui en font les plus éloignées, qui ont le plus d'agitation.

25 Enfin ie confidere que toutes les parties de ce cors, qui font également diftantes de cet aiflieu F G, c'eft a dire qui font en la fuperficie d'vn mefme cylindre, le- quel a aufly F G pour fon aiflieu, font également agi- tées, & que celles qui font en la fuperficie d'vn autre

3o cylindre plus grand, ou plus petit, qui a auffy FGpour 10, 12, 21, 27 et 29 en] dans. — 25 après les] autres ajouté.

��� � 384 Correspondance. 111,494.493.

aiffieu, font plus ou moins agitées, a raifon de ce que le diamètre de leur cylindre eft plus ou moins grand que le diamètre du précèdent, & | par confequent qu'il y a mefme raifon entre la force de l'agitation qu'ont enfemble toutes les parties de ce cors, qui font en la 5 fuperficie du premier cylindre, & celle qu'ont toutes les parties du mefme cors qui font en la fuperficie du fécond, qu'il y a entre les pyramides, ou autres folides de mefme efpece, quels qu'ils foient, qui ont leur 3 bafes égales a ces fuperficies cylindriques, & leur 10 hauteurs égales aux diamètres ou demidiametres des mefmes cylindres. Car la force de leur agitation ne fe mefure pas feulement par leur vitefle,dont la diffé- rence ell reprefentée par les différentes hauteurs de ces folides, mais aufîy par ladiuerfe quantité de leur i5 matière, laquelle eft reprefentée par les diuerfes grandeurs des bafes. D'où il fuit euidenment que le centre de grauité de la figure plate defcrite cy delfus tombe au mefme point, dans la perpendiculaire AE, que le centre d'agitation demandé, qui eft ce que J ° i'auois a demonftrer.

Mais, pource que les expériences que vous m'auez fait la faueur de m'enuoyer, femblent eftre fort éloi- gnées de ce calcul, il faut encore icy que ie tafche d'en dire la raifon, laquelle ie crov procéder de ce que les 25 figures des cors qu'on a examinez rendent la refiftance de l'air fort fenfible. Car, pour les triangles ifofceles, ie m'afTure que, s'ils auoient efté fufpendus par l'angle

5 et 7 en] dans. — 6 celle] celles.

a. Sic pour ce pluriel dans toute la lettre.

�� � m.495-496. CDXXVII. — }o Mars 1646. }8$

oppofé a leur bafe & qu'on les eufl fait mouuoir au- tour d'vn aiffieu auquel cete bafe euft toufiours efté parallèle, on euft trouué, aufly bien en ceux dont l'angle oppofé a la bafe eft de 60 ou 90 ou 1 20 degrez, 5 qu'en celuy de 20, que la perpendiculaire tirée de cet angle fur la bafe euft toufiours eu a peu près la pro- portion de 4 a j auec le plomb, ou, comme vous le nommez, le funependule, dont les vibrations font ifo- crones, fuiuant ce que i'ay cy deuant efcrit au R. P. Mer-

10 cenne a . Mais û on fait mouuoir ces triangles en autre fens, en forte que les angles a la bafe fe hauffent & fe baiffent l'vn après l'autre, & non point également en mefme tems (ce que ie iuge qu'on a fait en vos ex- périences), cete proportion entre la perpendiculaire

1 5 & le funependule doit eftre | beaucoup plus grande que de 4 a }, & elle doit eftre d'autant plus grande que l'angle oppofé a la bafe eft plus obtus, comme. i'auois aufïy mandé au P. M. Et ie penfe que l'expérience qui fuit peut fuffire pour demonftrer que cela ne vient que

20 de la refiftance de l'air.

Si vn bafton, ou autre cors long, comme P Q_, éga- lement gros des deux coftez, eft tellement fufpendu par fon milieu au point A, qu'il foit en parfait équi- libre, il n'y a perfonne qui n'auouë que la moindre

s5 force eft fuffifante pour faire hauffer & baiffer fes deux bouts P & Q_a toute forte d'inclinations, & qu'il n'y a

3 en] dans. — 4 de 90. — — 18 P. M.] Reuerend Père

de 120. — 5 qu'en] que dans. Merlenne. — 25 fes] les. —

— 6 la] fa. — 9 R. P.] Reue- 26 toutes fortes, rend Père. — 10 en] dans vn.

a. Voir ci-avant p. 367, 1. 19.

Correspondance. IV. 49

�� � �}86 Correspondance. m, 496-497-

rien que la retiftance de l'air qui empefche que cete mefme force ne le puiffe aufly haufler & baiiïer auec la mefme viteffe qu'elle fe peut mouuoir eftant feule (car ie comprens icy fous ce nom de refiftence de l'air ce que les autres appelent la tardiueté ou l'inclina- 5 tion au repos qu'ils penfent eftre naturelle a tous les cors; & ie luy donnerois encore vn autre nom, fi i'en- treprenois d'expliquer toute cete matière fuiuant mes

principes, mais cela re- ^ quereroit beaucoup de 10 tems), de façon que, puifque le plomb B at- taché au filet AB, que ie fuppofe égal a la ligne A P ou A Q , fait fes vi- ■ 5 brations en certain tems, fi on attache ce mefme plomb B a l'vn des bouts du bafton Pou Q. (ou bien aufTy en quelque autre endroit que ce foit du demicercle P B Q. , lequel ie fuppofe fi léger qu'il n'apporte en cecy aucun changement qui foitfenfible), il n'y aura rien qui 20 l' empefche de faire fes vibrations aufTy vifte qu'aupa- rauant, finon la refiftance que fait l'air au mouuement de ce bafton; mais on trouuera, par expérience, que fi ce plomb n'eft point fort gros &. pefant, a comparai- fon du bafton, il fera fes vibrations beaucoup plus len- * 5 tement, en le faifant ainfy mouuoir auec | foy, que s il n'eftoit attaché qu'a vn filet. Si donc on fait exacte- ment cete expérience, & qu'après cela on confidere le triangle A CD, tellement fufpendu en A que, lorfque

2 auffy omis. — 12 puifque 18 en] à. — 20 aura] a. — omis. — ib fait] faifant. — 26 foy] luy. — 28 cela omis.

�� � �nr,497- CDXXVII. — jo Mars 1646. 387

fon angle D defcend de G vers E, fon autre angle C monte vers F, on verra clairement qu'il n'y a, la plus part du tems, qu'vne petite partie de ce triangle qui ait de la force pour le mouuoir, &. que tout le refte 5 ne lert qu'a retarder fes vibrations, en mefme façon que le bafton PQ retarde celles du plomb B. Car. au point ou il efl main- tenant, toute fa partie C A E. qui eft au delà de

10 la perpendiculaire AE. & vne autre partie de l'autre cofté, qui luy eft égale, a fçauoir EAN, font en équilibre, ainl'v que les deux coftez du bafton PA & AQ, li bien qu'il ne refte

i5 que DAN qui agiffe & reprefente le plomb B. Et a mefure que l'angle D defcend vers E, cete partie N AD deuient plus petite, & l'autre NAC deuient plus grande, ce qui eftant calculé & adioufté a ce que i'a- uois cy deuani mandé au P. Mercenhe, ie ne doute

20 point qu'il ne s'accorde auec toutes les expériences. pou ru û qu'elles foyent faites exactement.

Mais il y a beaucoup de ehofes a obferuer, arhn de ne fe pas mefprendre en les faifant, & qu'il n'v ait point d'autres additions ou dedudions a faire en ce calcul.

25 Car, premièrement, la longeur du funependule ne doit eftre contée que depuis le principe de fon mouue- ment A iufques au centre d'agitation du plomb B, le- quel n'eft pas fenfiblement différent de fon centre de grauité. Puis, il faut auoir foin que l'epaifleur des

14 PAj A P. — & omis. — t5 qui reprelente. — 16 NAD] DAN. — 19 P.] R. Père.

�� � }88 Correspondance. 111,498.

lames, dont on fait ces triangles, foit fort égale en toutes leurs parties; & que la pointe de l'angle, par lequel ils font fufpendus, fe raporte bien iuftement a l'aiffieu autour duquel ils fe meuuent.

Au refte, Monfieur, i'ay bien peur que vous ne blaf- 5 miez | ma témérité, de ce que i'ofe ainfy déterminer des chofes qui dépendent de l'expérience, fans que i'en aye fait l'efpreuue auparauant ; mais ie vous fu- plie de croyre que c'efl le zèle, que i'ay a vous obéir, qui m'a porté a efcrire icy mon fentiment fans au- 10 cune referue, comme ie fuis auify fans referue,

Monfieur,

Voftre très humble & très obeiflant feruiteur

DESCARTES. >5

D'Egmond, le jo Mars 1646.

A dresse :

A Monfieur Monfieur le Cheualier de

Cauendyflche 20

a Paris.

��Dans celte lettre à Charles Cavendish, Descartes, probablement embar- rassé par les résultats des expériences qui lui étaient communiquées, mais dont nous n'avons pas le détail a , fait une grave réserve sur sa théorie, telle

1 en] dans. — 14 très obeiflant] fidèle. — iG D'Egmond... 1646 en tète de la lettre.

a. On peut cependant consulter les Re/lectiones physico-mathematica du Père Merscnne [Novarum observationum physic.-math. tomus III, Parisiis, 1647, papes 114 à 125).

�� � GDXXVIII. — 17 Avril 1646. 389

que nous la lisons, dans la pièce CDXXIII bis{\o'iT l'éclaircissement, p. 3 jo). Pour le cas général, où le pendule composé n'est pas une figure plane oscillant autour d'un axe situé dans son plan, il admet un retardement (ou une augmentation de la longueur du pendule synchrone) qui serait dû à la résistance de l'air. C'est une argutie, à laquelle il recourt parce qu'il avait précédemment réservé les effets de cette cause; mais il est bien clair que ces effets devraient au contraire être plus sensibles dans le cas de l'oscilla- tion d'une figure plane autour d'un axe situé dans son plan, et d'autre part les explications qu'il donne attribuent à l'air un effet qui doit, tout au con- traire, dans les théories modernes, être attribué à l'inertie. Si, enfin, il in- dique un moyen théorique de calculer Incorrection à apporter, il ne le fait qu'en termes très vagues, comme pour se ménager une nouvelle porte de sortie, et il eût probablement été assez embarrassé d'effectuer en réalité les calculs qu'il propose. Aussi, dès sa lettre suivante à Mcrsenne (ci-après, p. 3g r, 1. 16), déclarcra-t-il i]uc cet empeschement de l'air ne peut Cire déterminé que par l'expérience. (T.-

��CDXXVHI.

Descartes a un Avocat.

Egmond, 17 avril 1646. Autographe, Londres, Brilish Muséum, MS. Harl. 4<»33, f. 132.

Le MS. porte cette seule indication : « Descartes à M"* (an aci- vocate). » Il s'agit d'un avocat d'Utrcchl, dont on ignore le nom.

Monfieur,

Puifque vous aucz vne caufe entre les mains, en laquelle on fait fouuent mention de moy a , & ou il peut arriuer plufieurs incidens que i'ay intereft de fça- 5 uoir, ie vous fuplie de trouuer bon que ie m'adrefle a vous, pour en apprendre le fuccez & les particu- laritez qui me concernent. La profeflîon d'Auocat que

a. Sans doute le procès Schoock-Voet à Utrecht. Voir ci-avant p. 207 et p. 299; et la lettre ci-après, à Wilhem, du i5 juin 1646.

�� � )C}0 Correspondance.

vous faites, & l'équité de ma caufe m'aiïurent que vous ne refuferez pas de me receuoir icy au nombre de vos cliens, outre que la connoiflance que i'ay de voftre courtoifie, & l'amitié que les Mathématiques m'ont fait autrefois auoir auec M r voftre fils, qui les 5 fçauoit en perfe&ion, & euft pu y furpafler tous les autres, s'il euft vefcu,me prometent a que cete occa- fion de m'obliger ne vous fera pas defagreable. le n'eufle toutefois ofé vous fuplierde la prendre, crainte quelle ne vous face acquérir les mauuaifes grâces 10 de Monfieur Voetius, fi ie n'eftois alfuré que vous les auez délia, autant que vous les fçauriez iamais auoir, puifque vous défendez celuy qu'il pourfuit; & il eft fi violent, en tout ce qu'il fait, que ie ne puis croyre que le pouuoir qu'on luy a laiffé vfurper en voftre i5 ville, foit de durée; mais l'obligation que ie vous au- ray, fera éternelle. & ie fuis,

Monfieur,

Voftre très humble &

très acquis feruiteur, 20

DESCARTES.

D'Egmond binnen, le 7/17 Auril 1646.

On adreffe les lettres qu'on prend la peine de m'ef-

crirc

aen M r Adam Spùcker *5

Meefter int Weefhuys

tôt Alckmaer.

a. Avant me prometenf, Descartes avait d'abord écrit, puis barré. mu/far (pour m'affurent).

�� � ni, 519-5*». CDXX1X. — 20 Avril 1646. 391

CDXXIX.

Descartes a Mersknne.

[Egmond], 20 avril 1646. Texte de l'exemplaire de l'Institut, tome III, lettre 93. p. 5ig-523.

« Au R. Père Merfenne. Le 20 Avril 1646 » (Clerselier). « La 58' des MSS. de la Hire » (Inst.). Le N" 58 est récrit sur 26 barré, numéro d'un classement primitif, fait à rebours. C'est le N° (5o) de dom Poirier.

Mon Reuerend Père,

Il y a enuiron trois femaines que i'ay écrit à Mon- sieur de Cauendifche, touchant les difficultez que vous propofez, & ie ne doute point qu'il ne vous faffe 5 voir ma lettre 3 , à caufe que i'y ay fait mention de celle que ie vous auois écrite auparauant touchant le mefme fuiet b . C'eft pourquoy ie n'en diray icy autre chofe, finon que la grande différence qui eft entre les vibrations des triangles fort obtus, ou de

10 ceux qui font | fufpendus par leurs bafes, & le calcul que i'en auois fait pour tous les triangles en gênerai, ne vient que de la caufe que i'auois nommée l'empef- chement de l'air, laquelle, comme i'auois, ce me femble, dit cy-deuant c ,- eft beaucoup plus confide-

iS rable aux triangles obtus qu'aux autres. Or ie croy que la quantité de cet empefchement ne fe peut deter-

9 fort omis.

a. Lettre CDXXVII ci-avant, ;». 379.

b. Lettre CDXXIII, p. 362.

c. Dans la partie perdue de la lettre CDXXIII, Voir plus haut. p. 364.

�� � j<)2 Correspondance. ni, 3ao.

miner que par l'expérience. C'eft pourquoy, pour la rendre moins fenfible , i'auois feulement confideré les triangles fufpendus par vn angle, & dont la bafe demeure toufiours parallèle à l'ailfieu autour duquel ils fe meuuent. Car ie ne prefume pas tant de moy- 5 mefme, que d'entreprendre d'abord de rendre raifon de ce qu'vn autre aura expérimenté; mais ie croy que la principale addrefîe qu'on puiïTe employer, en l'exa- men des expériences, confifte à choifir celles qui dé- pendent de moins de caufes diuerfes, & defquelles on 10 peut le plus aifément découurir les vrayes raifons.

le vous enuoye icy quelques-vnes des fautes que i'ay remarquées dans l'Ariftarque a ,&ie vous diray icy, entre nous, que i'ay tant de preuues de la médiocrité du fçauoir & de l'efprit de fon Autheur, que ie ne i5 puis affez admirer qu'il fe foit acquis à Paris quelque réputation. Car enfin, outre fon inuention de la Rou- lette 11 , qui eft fi facile qu'elle auroit pu eftre trouuée par vne infinité d'autres aufli bien que par luy, s'ils fe fufient voulu employer a la chercher, ie n'ay iamais 20

1-2 pour. . . fenfible omis. — ajouté. — 7 ce. . . aura] tout ce

3 dont la] lors que leur. — qu'on peut auoir. — 16 quelque]

4 toufiours omis. — 5 après tant de. — iq-îos'ils... chercher] meuuentj pour rendre cet em- s'il eftoit arriué qu'ils l'euffent pefchement moins fenfible . cherchée.

a. Voir la lettre suivante. Il s'agit de l'ouvrage : Aristarchi Samii De mundi systemate, partibus et motibus eiusdem, libellus. Adiectœ sunt sE. P. de Roberval Math, scient, in Coll. Reg. Franciœ Profess. notas in eumdem libellum. — Parisiis, apud Guillelmum Baudry, M.DC.XLIV. — Par une rkiton de pure forme, et pour ne pas paraître se prononcer ouvertement pour le système de Galilée, Roberval avait présenté cet ou- vrage comme tiré d'un vieux manuscrit que lui aurait communiqué Pierre Brulart de Saint-Martin.

b. Voir t. HJettrcCXXI, p. 116.

�� � 111,530-531. CDXXIX. — 20 Avril 1646. 30}

rien veu de fa façon, qui ne puifle feruir à prouuer fon infuffifance : comme, premièrement, ce qu'il écri- uit pour défendre la règle de M. de Fermât contre moy a , où il mit plufieurs impertinences; puis, lors 5 qu'il penfoit auoir trouué vne omiffion & vne faute dans ma Géométrie b , où toutesfois il s'efloit trompé dans l'vn & dans l'autre ; puis, lors que ie luv en- uoyay c la folution de trois que/lions qu'il confeiîbit n'auoir pu trouuer, & dont il ne pouuoit pas mefme

10 entendre les folutions, fi Moniieur de Beaune ne luy euft aidé, bien qu'il euft brouillé plufieurs mains de papier, pour tafcher de faire vn petit calcul, que i'y auois obmis à deffein, fans qu'il | en puft venir à bout, le n'adioûte point qu'il n'a iamais fceu trouuer la que-

i5 ftion que Moniieur de Beaune nous propofa à tous, à dont ie n'ay point appris que perfonne, excepté moy, luy ait enuoyé la folution J , car elle eftoit affez difficile. Mais, quand ie n'aurois iamais rien veu de luy que fon Ariflarque, où il fuppofe tanquam ex Mechanicœ,

20 vcl Geometriœ, vel Opticœ principijs notijjima, des chofes qui font appertement fauffes, ie ne pourrois iuger de luy autre chofe, linon qu'il penfe eftre beaucoup plus habile qu'il n'eft, & que c'eft pluftoft en faifant le ca- pable, & en méprifant les autres, qu'il s'ell acquis

2 5 quelque réputation, que. non pas en produifant quelque chofe de fon efprit qui la méritait.

4 impertinences] chofes inu- — 9 n'auoir pu] ne pouuoir. — tiles. — 8 confeffoit] conféra. 16 excepté] que.

a. Ecrit perdu et lettre CXX, t. II, p. io3.

b. Lettre CXX, t. II, p. 114.

c. Lettre CXXXVIII, t. II, p. 307.

d. Lettre CLVI, t. II, p. 5io.

Correspondance. IV. 5o

�� � 394 Correspondance. m. 5™.

Il n'a pas befoin de demander permiffion pour ré- pondre à ce que ie vous enuoye contre fon liure ; car c'eft vne chofe qu'il a droit de faire, encore que ie ne le voudrois pas, comme ie l'auray auffi de dire mon fentiment de ce qu'il a trouué à reprendre dans ma 5 Géométrie, quand ie l'auray veu. Mais iufques icy ie ne fçache point qu'elle contienne aucune chofe que ie vouluffe y auoir changée, ny en quoy ie penfe auoir manqué à l'ordre ou à la vérité des chofes que i'ay écrites. Seulement y ay-ie obmis quantité de chofes, k> qui auroient pu feruir à la rendre plus claire, ce que i'ay fait à deffein, & ie ne voudrois pas y auoir manqué.

Au refte, pour ce que i'ay remarqué, par quelques vnes de vos lettres précédentes, qu'on vous en auoit ,5 parlé auec mépris, ie vous diray encore icy, que ie ne croy pas que ny Moniteur de Roberual, ny aucun de ceux qui ne feront pas plus habiles que luy, foient capables d'apprendre tout ce quelle contient en toute leur vie; & ainfi, que ie n'ay pas befoin de la refaire, 2 ° n'y d'y adioûter rien de plus, pour la rendre recom- mandable à la pofterité. Ce qui m'auoit cy-deuant fait propofer de la refaire, n'eftoit que pour l'éclaircir en faueur des ledeurs ; mais ie voy qu'ils font la pluf- part fi malins, que i'en fuis entièrement degoufté. 2Î

I'ay veu le Bonauentura Cau(alieri)* , eftant dernie-

4 voudrois] vouluffe. — 8 chan- 23 n'eftoit omis. — 26 Caua- gée] mife autrement que ie n'a)- lieri] Cau. fait. — 22 Ce qui] Rien ne. —

a. C'est-à-dire la Geometria indivisibilibus continuorum nova quadàm ratione promota, Auctore Fr. Bonaventura Cavaliero. — Bononia?, typis Clemcntis Ferronii, M.DC.XXXV,

�� � ni,5 2 i-522. CDXXIX. — 20 Avril 1646. 39$

rement à Leyde, mais ie n'ay fait qu'en parcourir les propofitions, pendant vn quart | d'heure, pource que le ieune Schooten, que vous auez veu à Paris, & qui eft maintenant ProfefTeur à Leyde, en la place de fon 5 Pere a , m'affuroit que ce Caualieri ne fait autre chofe que demonftrer, par vn nouueau moyen, des chofes qui ont défia efté démontrées par d'autres, & que ce nouueau moyen n'eft autre que l'vn de ceux dont ie me fuis feruy pour demonftrer la Roulette b , en fuppo- 'o fant que deux triangles curuilignes differens efloient égaux, pource que toutes les lignes droites, tirées en mefme fens en l'vn qu'en l'autre, eftoient égales. Si cela eft la clef qui a commencé d'ouurir l'efprit du Roberual, comme vous m'auez mandé' en quelques i5 lettres, il doit eftre encore fermé à beaucoup de ref- forts. Car i'en fçay mille qui font plus importantes, & il y en a plufieurs en ma Géométrie ; mais il ne les y trouuera pas aifément, puifque,fi chacune n'eft ex- pliquée par vn gros liure, tel que celuy du Caualieri, 20 il ne les aperçoit pas.

M. le Conte ne doit pas douter que ie ne tienne a faueur qu'il ait pris la peine de me faire des obiec- tions c , & que ie ne tâche d'y répondre litôt que ie

7 par d'autres] ailleurs. — 17 il... en] i'en ay mis quan-

i3 après eft, virgule ajoutée. — tité dans. — 18-19 chacun...

13-14 du Roberual] de C. — expliqué. — 19 tel... Caualieri

14-15 mandé. .. lettres, il] écrit omis.— 20 aperçoit] connoift.—

cy-deuant, n'a pas encore toutes 21 à 4, p. 3gb, M. le Conte. . .

les façons qu'elle peut auoir, & le mefme omis. fon efprit. — 16 qui font omis. —

u. Voir ci-avant, p. 339, note a.

b. Voif t. II, p. 257 et suiv.

c. Lettre CDXLII ci-après.

��

396
III. 522.
Correspondance.

les aurai reçues. J’ai connu autrefois M. le Conte, qui était trésorier gênerai de l'extraordinaire des guerres, & bon ami de M. le Vasseur, ami aussi de M. Chanut. Je ne sais si ce fera le même.

Si vous voyez Monsieur Picot, je vous prie de lui dire que j'ai reçu ses lettres, mais que je ne puis encore lui envoyeur la suite de sa version, pour ce que je n'ai encore su trouver un quart d'heure, en tout un an qu'il y a que i'en fuis à cet article, pour éclaircir mes lois du mouvement. Je fuis si dégoûte du métier de faire des livres, que ce m'est de la peine feulement d'y penser. Je ne manquerai pas toutefois de lui envoyer, dans quinze jours, ce qu'il m'a demandé, & je fuis passionnément son seruiteur, comme je suis aussi,

Mon R. P.,

Votre très humble & très obéissant serviteur, Descartes.

CDXXX.

Descartes a Mersenne.

Egmond, 20 avril 1646.

Copie MS., Bibl. Nat., fr. n. a. 5iGo, f. 35 tt 36.

Copie de la main de Mersenne. Une feuille pliée en deux; le premier feuillet est rempli des deux côtes; le second, d'un coté seule-

10 en quelque chofe ajouté fçaurois mettre en aucune façon. avant mes. — loisj règles. — — 14- 1 5 auffi ie fuis,

11-12 ce... penfer] ie ne m'y
III. 523
397
CDXXX. — 20 Avril 1646.


ment; sur l'autre se troupe une adresse : « A Monsieur, Monsieur Millon, Avocat du Parlement, demeurant rue de Tirechappe, aboutissant à la rue St Honoré près des Halles, a Paris. » En bas et à gauche de la première page, on lit : 25 C; en haut et à droite (Si). « Voyez les 59 et 60 des MSS. de La Hire », dit l'exemplaire de l'Institut; ces deux numéros g9 et 60 ont été rajoutés sur d'autres, qu'on peut encore lire, 25 et 24, numéros d'un classement primitif à rebours. C'est la lettre 94, t. III, p. 523-527 , de Clersclier, dont nous donnons les variantes. Or la lettre suivante g5, de Clerselicr, t. III, p. 5 2 y -5 33, qui n'est que la version française de celle-ci, porte, sur l'exemplaire de l'Institut, cette indication : « la 60 de M. de la Hire », et 60 est récrit sur un numéro primitif, 24, qui a été barré. Il pourrait sembler, d'après cela, que la pièce 60 de la collection La Hire contenait la version française, qui, par exception, ne serait point l'oeuvre de Clerselier. Mais l'inventaire de dom Poirier nous apprend, au contraire, (voir t. II, Introd., p. YIII), que cette pièce était l'autographe latin, dont la pièce 58 n'est qu'une copie. Si d'ailleurs Descartes a écrit en latin cette critique de L'Aristarchus[15], c'est que cet ouvrage était aussi en latin, et que, d'autre part, la critique était destinée à circuler.

JEgrù admodum me accingo ad iudicium ferendum de ijs feriptis, de quibus faluâ veritate dicere nil pof- fum, quod eorum autoribus placiturum putem; eâque in re valdè diffimilis fum plerifque alijs, qui tum de-

5 mum filent, cùm nil poffunt inuenire, nec quidem fin- gere, quod reprehendant. Idcirco non fcripfi antehac quid notaiTem in fubdititio illo AriStarcho[16], de quo quid fentirem petieras, < quamuis duo eius exemplaria duabus diuerfis vijs, eo fine à te tranfmiffa, dudum

10 acceperim >. Sed quia iterum vrges, monefque illius autorem dicere fe aliquid mancum in ijs quse de Geo-

i avant le début, la suscription 10 quamuis... acceperim Clers.; Reuerendiffime Pater. — 2 et omis par Mersenne. — 11 ali- 5 nihil. — 7 Ariftacho. — 8- quid mancum] aliquos errores. ^o8 Correspondance. in, 5 2 3-5i 4 -

metriâ ante 9 annos fcripfi reperifle a , vt eum ad id quod mancum putat indicandum inuitem, cogOr hîc paucis exponere quid mihi de eius fcripto videatur.

Quoties aliquid afïumimus ad aliud explicandum, femper id quod aflumimus ifto alio probabilius, eui- 5 dentius, fimpliciufque, vel quocumque modo notius effe débet, alioqui nil lucis ei poteft afferre. Si quis autem pro fingulis quœ voluit exponere, non modo totidem alia aequè ignota, fed multp plura & minus credibilia fuppofuit, ac praeterea ex ijs quse ita fuppo- 10 fuit, ea quse voluit concludere non fequantur, certè pnetendere non débet fe aliquid egregij prseftitifle.

Tria autem duntaxat ad fyftema mundi pertinentia, & alia tria quse propriè ad illud non pertinent, in toto ifto libro notaui, quorum autor caufas reddere cona- i5 tus fit. Primum eft, quôd fol & terra, & aliae infigniores partes vniuerfi, quendam inter fe fitum feruent. Se- cundum, quôd esedem circulariter moueantur. Ter- tium, quod earum tamen motus non fint perfeétè cir- culais, fed aliquid irregularitatis contineant, ad quod 20 vltimum referuntur ea omnia quœ de lunae declina- tione, de apogœis & perigœis, atque de prreceffione sequinodiorum operofè dilferuit.

Alia tria funt, de œftu oceani, de generatione co- metarum, quos tanquam meteora confiderat, & de 25 apparentiâ eorum caudae. Reliqua omnia quce ibi ha- bentur ex Copernico vel Keplero exfcripta funt, &

1 : tj] novcm. — fcripfi] in lu- indicandos. — 7 nihil. — 14 quie cem edidi. — 1-2 idquod... indi- ad illud propriè. — i5 quorum candum] errores illos meosmihi caufas reddere author.

a. Voir plus haut, p. 563, 1. 5-i8.

�� � in, 524. CDXXX. — 20 Avril 1646. 399

nullâ ratione illuftrantur, fed tanquam vera atque in- dubitata fupponuntur : vt, quôd materia Caelorum fit fluida, quôd planetse omnes circa Solem moueantur, quôd etiam terra fit inter planetas; & fimilia. 5 Vt autem primum, quod eft de fitu partium vni- uerfi explicet, fupponit : i° Solem potenter calefacerc, ac materiam, ex quà mundus componitur, effe fluidam, liquidant, permeabilem, diaphanam, quœ vi caloris ma- ioris aut minoris rarior aut denfwr éffici pojfît. 2. Cor-

10 pus denjius immijlum rariori liquido manere non pojîe, fed ferri ad partes liquidi denjiores, fi liquidum ijludfit diuerfœ denfitatis. 3. Toîi mundanœ materia?, & finguli.s eius partibus inejfe quandam proprietatem, vi cuius tota illa materia cogatur in vnum corpus continuum, cuius

i5 partes omnes continuo nifu ferantur ad Je inuicem, fe- feque a rcciprocc attrahant,vt aréîè cohœreant . 4. Denique aliam inejfe prœterea fimilem proprietatem omnibus & (ingulis terra?, aquœ, aërifque partibus, vi cuius ad fe inuicem ferantur, & fe reciprocè attrahant; adeô vt ha;

20 (fimilique etiam modo alise omnes quae aliquos plane- tas componunt, aut circumiacent) lingulse duas eiuf- modi habeant vires, vnam quœ ipfas cum alijs parti- bus fui planetae, aliam quœ eafdem cum reliquis omnibus partibus vniuerfi, coniungat. Quae fané omnia

25 multô minus intelligibilia funt vno illo mundi partium fitu, quem ipforum opevult explicare.

4 quod Terra fit etiam. — Mundanas. — 21 aut circumia- 6 : i°] primo. — 1 1-1 2 iftud di- cent] vel circumdant. — 24 0111- uerfœ fit. — 12 Toti materne nibus omis. — 25 multô omis.

a. Au lieu de seseque, Mersenne a écrit sicque, en corrélation avec vt : mais le texte de Roberval (p. 2, 1. 10 de l'édition de 1647) porte bien seseque. . . vt.

�� � 400 Correspondance. in, 524-525.

Nam, primùm,non magis experientiâ confiât Solem calefacere, mundi materiam efle fluidam, liquidait!, &c.,|atque vi caloris multa corpora poffe rarefieri, quàm conftet eâdem experientiâ Solem & alia fidera eum inter fe fitum habere, quem reuera habent; mul- 5 toque faciliùs intelligimus quomodo ex eo folo quôd ab initio eum fitum habuerint, nec detur ratio cur illum poftea mutarint, fequatur eundem adhuc ab ijs retineri, quàm quomodo Sol calefaciat, & ex eius ca- lore fequatur rarefactio. Videmus enim necelTe fuifTe, 10 vt ab initio omnia corpora aliquem inter fe fitum haberent, & < quia non apparet caufa cur alium po- tiùs quàm hune haberent, > nulla eft etiam quaerenda cur hune habuerint.

Non autem ita videmus folem debuifTe calefacere, «5 nec quid < fit calor, nec quid fit efle fluidum, liqui- dum, permeabile, diaphanum; nec quid > fit rarefac- tio, nec quomodo hœc fequatur ex calore ; quinimo do- cet etiam experientiâ, qusedam corpora vi caloris non rarefieri, fed condenfari, vt videre eft in glacie, quœ, 20 fi modicè incalefcat, vertitur in aquam fe denfiorem.

Atqui longé abfurdius eft quod prseterea fup- ponit, corpus denfius immiftum rariori liquido ma- nere non pofTe, fed ferri ad partes liquidi denfiores. Ad hoc enim intelligendum , necefle eft imaginari 25 vnumquodque corpus, fiue quamlibet particulam

1 primùm] 1. — 3 &c] per- mim ; quid Clers. ; omis par

meabilem, | diaphanum. — 12- Mers. — 20 avant condenfari ]

i3 quia... haberent Clers.; poùùsajouté. — 22-23 après fup-

omis par Mers. — i3 nulla etiam ponitjnempe o/ou/J. — 26quam-

eft. — «6-17 fit calor. .. diapha- libet] vnamquamque.

�� � m, 5î5-5î6. CDXXX. — 20 Avril 1646.

��401

��10

��■ 5

��mundanse materiae, quae altéra fibi contiguâ denfior vel rarior effe poteft, habere in fe ipfâ principium motûs, hoc eft effe animatam anima fibi peculiari ; vulgo enim anima dicitur effe principium motûs.

Denique abfurdiffimum eft quod addit,fingulis par- tibus materise mundanae ineffe quandam proprieta- tem, vi cuius ad fe inuicem ferantur, & reciprocè attrahant; itemque fingulis partibus materiae terref- tris fimilem inefle proprietatem,refpe&u aliarum par- tium terreftrium, quae priorem non impediat. Nam ad hoc intelligendum neceffe eft, non modo fupponere fingulas materiae particulas effe animatas, & quidem pluribus animabus diuerfis, quae fe mutuô non impe- diant, fed etiam iftas earum animas effe cogitatiuas, & plané diuinas,vtpoffint cognofcere quid | fiât in illis locis longé à fe diftantibus, fine vllo internuntio, & ibi etiam vires fuas exercere.

Nam vires iftas taies effe fupponit, vt fi, exempli

��a

���V y

��CL

��■X

��d

et

��gratia, S eft Sol, T terra, a a aër terram ambiens,

��1 materiœ mundanse (de même 6, où Mersenne a écrit mun- danse avant et après materi?e). — Correspondance. IV.

��7 après &] fe ajouté. — 9 avant proprietatem] aliam ajouté. — i5 illis omis.

��5i

�� � 402 Correspondance. m, 5jG-3a 7 .

dd fint partes Cœli denfiores, rr rariores, vt, inquam, fingulae terrai particule tendant verfus dd, atque vt econtra omnes particulse aëris circumfufi tendant ver- fus rr; (licet propter alias vires, quae omnes aëris partes terrae anneclunt, ab inuicem non feiungantur, 5 & ideô maneant fimul fufpenfae inter dd & rr). Quâ autem ratione poflunt fingulœ terras particulae diui- nare fibi tendendura efle verfùs dd, potiùs quàm ver- fus rr, quô totus aer circumfufus tendit? & quâ vi poflunt materiam, quae eft verfùs dd, reciprocè ad fe >o attrahere,nifi praeditae fint cognitione& potentiâ plané diuinâ?

Si liceat hoc pa&o vires quaflibet in ûngulis corpo- ribus imaginari, non erit profeclô difficile aliquas ex- cogitare, quae fint taies vt, ijs pofitis, quiuis datus '5 effedus euidentiffimè fequatur. Sed tamen eae omnes, quas nofter autor fuppofuit, non fufficiunt ad id quod voluit inferendum : nempe, materiam mundanam cogi debere in perfedum globum, in cuius centro fit Sol, qui eam inaequaliter rarefaciat, magis fcilicet prope 20 fe, quàm in alijs locis remotioribus.

Nam | contra ex ijs concludi débet omnes denfiores materiae partes verfus centrum confluere, rariores autem verfus circumferentiam; adeô vt, fi Solis corpus fit aliquo modo durum, quale poftea fupponit, figura »5 mundi debeat efle gibbofa, & Solem habere in fummi- tate illius gibbi. Ita vt fcilicet, fi O fit centrum mundi, ad quod denfifiimae materiae partes confluxerunt, tan-

i avant rr] & ajouté. — modo fit. — 26 &l habere So- 2 terrai T. — 17 author nolter. lem, — 27 Ita fcilicet vt. — 21 alijs omis. — 25 aliquo

�� � ��- c

��m, 52 7 . CDXXXI. — 25 Avril 1646. 40}

tumdem quidem fit materiae inter hoc centrum &

mundi circumferentiam ce, in vnâ parte quàm in alià;

fed nihilominus ifta cir- ,. c

cumferentia remotior fît s >v N

5 à centro, in eâ parte in /

quâeft Sol S, quàm in re-

liquis, quia Sol materiam

omnem fibi vicinam facit

rariorem, maiufque idée 10 fpatium occupantem.

Quse fequuntur in toto reliquo libro meliora non

funt, vt facile, fi vnquam operœ pretium fit, demon-

ftrabo. Sed cum ferè tantùm de quatuor primis eius

paginishîc egerim,fireliquaeodem modoexaminanda i5 fufeiperem, non poffemus fine taedio, ego feribere, tu

légère tam multa. Quapropter hac vice nihil his ad-

dam, nifi me effe Ex affe tuum

DES CARTES.

20 Egmondae, 20 Aprilis anni 1646.

CDXXXI. v

Elisabeth a Descartes.

[La Haye], 25 avril [1646]. Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt, n» 23, p. i3s-i38.

Publiée par Foucher de Careil, p. go-g2, Descartes et la Princesse Elisabeth [Paris, Germer-Baillière, iSjg). Descartes y répond par la lettre suivante, p. 406.

12 vt facile] &. — 19 Des Cartes omis. — 20 anni omis.

�� � 404 Correspondance.

Monfieur Defcarîes,

Le traité que mon frère Philippe a conclu auec la Republique de Venife m'a fait auoir, tout depuis vojlre départ*, vne occupation beaucoup moins agréable que celle que vous m'auie^ laiffée, touchant vne matière qui 5 pajfe ma fcience, a laquelle ie n'eflois appelée que pour fuppleer a l'impatience du ieune homme a qui elle s'adref- foit. Cela m'a empefché iufquicy de me preualoir de la permijjion, que vous m'aue^ donnée, de vous propofer les obfcurités que ma flupidité me fait trouuer en vojlre 10 Traité des paffions, quoy quelles font en petit nombre, puif qu'il faudroit ejlre impaffiblc, pour ne point com- prendre que l'ordre, la définition & les diflinélions que vous donne^ aux paffions, & enfin toute la partie mo- rale du traité, pajfe tout ce qu'on a iamais dit fur ce i5 fuiet.

Mais puifque fa partie phyfique nejl pas fi claire aux ignorants, ie ne vois point comment on peut fauoir les diuers mouuements du fan g, qui caufent les cinq paffions primitiues,puif qu'elles ne font iamais feules. Par exemple, 10 l'amour efl touiours accompagnée de defir & de ioye, ou de defir & de trifleffe, & a mefure qu'il fe fortifie, les

autres croiffent auffi h , au contraire. Comment efl-il

donc pofjible de remarquer la différence du battement de poulx, de la digeflion des viandes, & autres changements 25 du corps, qui feruent a decouurir la nature de ces mou- uements? Aufji celle que vous notés, en chacune de ces

a. Descartes, qui avait été à La Haye le 7 mars (ci-avant, p. 3-6, 1. n), avait sans doute laissé en manuscrit à la princesse Elisabeth une première ébauche de son Traité des Passions de l'âme. Voir ci-avant p. 3?2, 1. 6.

b. Lacune du MS.

�� � CDXXXI. — 2f Avril 1646. 405

paffions, n'efl pas dé me/me en tous les tempéraments : & le mien fait que la trifieffe m'emporte touiours l'ap- pétit, quoy quelle ne foit mejlée d'aucune haine, me venant feulement de la mort de quelque ami. 5 Lorfque vous parle^ des Jignes extérieurs de ces paf- fions, vous dites que l'admiration, iointe a la ioye, fait enfler le poumon a diuerfes fecouffes, pour caufer le rire. A quoy ie vous fupplie d'aiouter de quelle fajfon l'admi- ration (qui, félon voflre dejcription, femble n'opérer que

10 fur le cerueau) peut ouurir fi promtement les orifices du cœur, pour faire cet effet.

Ces pajfwns, que vous note^ pour caufe des foupirs. ne femblent pas touiours l'eflre, puifque la coutume & la repletion de l'eflomac les produifent auffi.

i5 Mais ie trouue encore moins de difficulté a entendre tout ce que vous dites des pafjions, qu'a pratiquer les re- mèdes que vous ordonner^ contre leurs excès. Car com- ment preuoir tous les accidents qui peuuent furuenir en la vie, qu'il eft impofjible de nombrer? Et comment nous

20 empejcher de defirer auec ardeur les chofes qui tendent neceffairement a la conferuation de l'homme (comme la fanté & les moyens pour viure), qui neantmoins ne dé- pendent point defon arbitre? Pour la connoijfance de la vérité, le dejir en efl fi iufie, qu'il ejl naturellement en

2 5 tous les hommes; mais il faudroit auoir vne connoijfance infinie, pour fauoir la iujle valeur des biens & des maux qui ont coutume de nous emouuoir, puijqu'il y en a beau- coup plus quvne feule perfonne ne fauroit imaginer, & qu'il faudra, pour cela, parfaitement connoiflre toutes

3o les chofes qui font au monde.

Puifque vous m'auer L défia dit les principales, touchant

�� � 406 Correspondance.

la vie particulière*, ie me contenterois de fauoir encore vos maximes touchant la vie ciuile h , quoy que celle-là nous rende dépendants de perfonnes Ji peu raifonnables, que iuf- quicy ie me fuis touiours mieux trouuée de me feruir de l'expérience que de la raifon, aux chofes qui la concernent. 5

Vay ejlé Ji fouuent interrompue, en vous efcriuant, que ie fuis contrainte de vous enuoyer mon brouillon, & de me feruir du meffager d'Alcmar, ayant oublié le nom de l'ami , a qui vous voulie^ que i'adrefje mes lettres ; pour cela ie n'ofe vous renuoyer voflre traitté, iufqu'a ce que 10 ie le fâche, ne pouuant me refoudre de hasarder entre les mains d'vn iurogne vne pièce de fi grand prix, qui a donne' tant de fatisfaélion a

Voflre tres-affeclionnéc amie a vous feruir,

ELISABETH. i5

Monjteur Defcartes. , Ce i5j25 Auril.

CDXXXII.

Descartes a Elisabeth.

[Mai 1646.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 11, p. 44-48.

« A Madame Elizabeth, Princesse Palatine, etc. », sans date. Mais c'est la réponse à la lettre précédente, p. 403, du 25 avril 1646. Elle est donc du commencement de mai.

a. Ci-avant p. 265, 281 et 291.

h. Elisabeth et Descartes convinrent de vive voix, en juillet, d'étudier à ce point de vue le Prince de Machiavel (voir ci-après lettre CDXLV). c. Voir p. 390, 1. 25.

�� � 1,44-4^. CDXXXII. — Mai 1646. 407

Madame,

le reconnois, par expérience, que i'ày eu raifon de mettre la gloire au nombre des paffions a ; car ie ne puis m'empefcher d'en eftre touché, en voyant le fa- 5 uorable iugement que fait voftre Altefle du petit traité que i'en ay écrit. Et ie ne fuis nullement furpris de ce qu'elle y remarque auffi des défauts, pource que ie n'ay point douté qu'il n'y en euft en grand nombre, eflant vne matière que ie n'auois iamais cy-deuant

10 étudiée, & dont ie n'ay fait que tirer le premier crayon, fans y adiouter les couleurs & les ornemens qui feroient requis pour la faire paroiftre à des yeux moins clair- voy ans que ceux de voftre Alteffe.

le n'y ay pas mis auffi tous les principes de Phy-

i5 fique dont ie me fuis feruy pour déchifrer quels font les mouuemens du fang qui accompagnent chaque paffion, pource que ie ne les fçaurois bien déduire fans expliquer | la formation de toutes les parties du corps humain; & c'eft vne chofe fi difficile que ie ne

20 l'oferois encore entreprendre, bien que ie me fois à peu prés fatisfait moy-mefme touchant la vérité des principes que i'ay fuppofez en cet écrit. Dont les prin- cipaux font : que l'office du foye & de la rate eft de contenir touûours du fang de referue, moins purifié

25 que celuy qui eft dans les venes; & que le feu qui eft dans le cœur a befoin d'eftre continuellement entre- tenu, ou bien par le fuc des viandes, qui vient directe- ment de l'eftomac, ou bien, à fon défaut, par ce fang qui eft en referue, à caufe que l'autre fang, qui eft

a. Traité des Passions, art. 204.

�� � 408 Correspondance. i, 45-46-

dans les venes, fe dilate trop aifément; et qu'il y a vne telle liaifon entre noftre ame & notre corps, que les penfées qui ont accompagné quelques mouuemens du corps, dés le commencement de noftre vie, les accompagnent encore à prefent, en forte que, fi les 5 mefmes mouuemens font excitez derechef dans le corps par quelque caufe extérieure, ils excitent aufli en l'ame les mefmes penfées, & réciproquement, fi nous auons les mefmes penfées, elles produifent les mefmes mouuemens; et enfin, que la machine de 10 noftre corps eft tellement faite, qu'vne feule penfée de ioye, ou d'amour, ou autre femblable, eft fuffifante pour enuoyer les efprits animaux par les nerfs en tous les mufcles qui font requis pour caufer les diuers mouuemens du fang que i'ay dit accompagner les «5 pafiions. Il eft vray que i'ay eu de la difficulté à dif- tinguer ceux qui appartiennent à chaque paflion, à caufe qu'elles ne font iamais feules ; mais neantmoins, pource que les mefmes ne font pas toufiours iointes enfemble, i'ay tafché de remarquer les changemens qui 20 arriuoient dans le corps, lors qu'elles changeoient de compagnie. Ainfi, par exemple, fi l'amour eftoit touf- iours iointe à la ioye, ie ne fçaurois à laquelle des deux il faudroit attribuer la chaleur & la dilatation qu'elles font fentir autour du cœur; mais, pour ce 25 qu'elle eft aufli quelquefois iointe à la triftefle, & qu'a- lors on fent encore cette chaleur & non plus cette dila- tation, i'ay iugé que la | chaleur appartient à l'amour, & la dilatation à la ioye. Et bien que le defir foit quafi toufiours auec l'amour, ils ne font pas neantmoins 3o toufiours enfemble au mefme degré : car, encore qu'on

�� � i, 4 6. CDXXXII. — Mai 1646. 409

ayme beaucoup, on délire peu, lors qu'on ne conçoit aucune efperance ; & pource qu'on n'a point alors la diligence & la promptitude qu'on auroit, fi le defir eftoit plus grand, on peut iuger que c'eft de luy qu'elle 5 vient, & non de l'amour.

le croy bien que la trifteffe ofte l'apetit à pluûeurs; mais, pource que i'ay toufiours éprouué en moy qu'elle l'augmente 3 , ie m'eftois réglé là deffus. Eti'eftime que la différence qui arriue en cela, vient de ce que le pre-

10 mier fuiet de trifteffe que quelques-vns ont eu au commencement de leur vie, a efté qu ils ne receuoient pas affez de nourriture, & que celuy des autres a efté que celle qu'ils receuoient leur eftoit nuifible. Et en ceux-cy le mouuement des efprits qui ofte l'apetit eft

i5 toufiours depuis demeuré ioint auec la paffion de la trifteffe. Nous voyons auffi que les mouuemens qui accompagnent les autres paflîons ne font pas entière- ment femblables en tous les hommes, ce qui peut eftre attribué à pareille caufe.

20 Pour l'admiration, encore qu'elle ait fon origine dans le cerueau, & ainû que le feul tempérament du fang ne la puiffe caufer, comme il peut fouuent caufer la ioye ou la trifteffe, toutesfois elle peut, par le moyen de l'impreffion qu'elle fait dans le cerueau, agir fur le

2 5 corps autant qu'aucune des autres pallions, ou mefme plus en quelque façon, à caufe que la furprife qu'elle contient caufe les mouuemens les plus promts de tous. Et comme on peut mouuoir la main ou le pié

a. L'exemplaire de l'Institut renvoie à ce passage de Descartes, que Bailler cite en marge, II, 449 : « Adverto me, si tristis sim aut inpericulo » verser, et tristia occupent negotia, altum dormire et comedere avidis- » simè. Si vero laetitiâ distendar, nec edo, nec dormio. » (Fragm. MSS. Correspondance. IV. 52

�� � 410 Correspondance. 1,46-47-

quafi au mefme inftant qu'on penie à les mouuoir, pource que l'idée de ce mouuement, qui fe forme dans le cerueau, enuoye les efprits dans les mufcles qui feruent à cet effet; ainfi l'idée d'vne chofe plai- fante qui furprend l'efprit, enuoye aufîi-toft les efprits 5 dans les nerfs qui ouurent les orifices du cœur; & l'admiration ne fait en cecy autre chofe, linon que, par fa furprife^ elle augmente la force du mouuement qui caufe la ioye, & fait que, les orifices du cœur eftant dilatez tout à coup, le fang qui entre dedans par la >o vene caue, & qui en fort par la vene arterieufe, enfle fubitement le poumon.

Les mefmes fignes extérieurs, qui ont coutume d'ac- compagner les pallions, peuuent bien aufli quelquefois élire produits par d'autres caufes. Ainfi la rougeur du i5 vifage ne vient pas toufiours de la honte ; mais elle peut aufli venir de la chaleur du feu, ou bien de ce qu'on fait de l'exercice. Et le ris qu'on nomme fardonien, n'eft autre chofe qu'vne conuulfion des nerfs du vifage. Et ainfi on peut foupirer quelquefois par coutume, ou 20 par maladie, mais cela n'empefche pas que les foupirs ne foient des fignes extérieurs de la triftefîe & du de- fir, lors que ce font ces paflions qui les caufent. le n'auois iamais oùy dire ny remarqué qu'ils fuflent aufli quelquefois caufez par la repletion de l'eftomac; 25 mais, lors que cela arriue, ie croy que c'eft vn mouue- ment dont la nature fe fert pour faire que le fuc des viandes pafle plus promptement par le cœur, & ainfi que l'eftomac en foit plutoft déchargé. Car les foupirs, agitant le poumon, font que le fang qu'il contient 3o defcend plus ville par l'artère veneufe dans le cofté

�� � 1,47-4*- CDXXXII. — Mai 1646. 411

gauche du cœur, & ainfi que le nouueau fang, com- pofé du fuc des viandes, qui vient de l'eftomac par le foye & par le cœur iufqu'au poumon, y peut aifement eftre receu. 5 Pour les remèdes contre les excez des pallions, i'auoiie bien qu'ils font difficiles à pratiquer, & mefme qu'ils ne peuuent fuffire pour empefcher les defordres qui arriuent dans le corps, mais feulement pour faire que l'ame ne foit point troublée, & qu'elle puifle re-

10 tenir fon iugement libre. A quoy ie ne iuge pas qu'il foit befoin d'auoir vne connoiffance exade de la vérité de chaque chofe, ny mefme d'auoir preueu en parti- culier tous les accidens qui peuuent furuenir, ce qui feroit fans doute impoffible; mais c'eft affez d'en auoir

i5 imaginé en gênerai de plus fafcheux que ne font ceux qui arriuent, & de s'eftre préparé à les fouffrir. | le ne croy pas aufïi qu'on pèche gueres par excez en defirant les chofes neceffaires à la vie; ce n'eft que des mau- uaifes ou fuperfluës que les defirs ont befoin d'élire

20 réglez. Car ceux qui ne tendent qu'au bien font, ce me femble, d'autant meilleurs qu'ils fo"t plus grands; & quoy que i'aye voulu flater mon défaut, en mettant vne ie ne fçay quelle langueur entre les paffions excu- fables 3 , i'eftime neantmoins beaucoup plus la dili-

2 5 gence de ceux qui fe portent touûours auec ardeur à faire les chofes qu'ils croyent eftre en quelque façon de leur deuoir, encore qu'ils n'en efperent pas beau- coup de fruit.

le mené vne vie fi retirée, & i'ay toufiours efté û

a. Traité des Passions, art. 170. Voir, à ce sujet, toute la lettre CDXXXIV ci-après, p. 413.

�� � éloigné du maniment des affaires, que ie ne ferois pas moins impertinent que ce Philofophe qui vouloit enfeigner le deuoir d’vn Capitaine en la prefence d’Hannibal, fi i’entreprenois d’écrire icy les maximes qu’on doit obferuer en la vie ciuile a . Et ie ne doute point 5 que celle quepropofevoftre Alteffe ne foit la meilleure de toutes, à fçauoir qu’il vaut mieux fe régler en cela fur l’expérience que fur la raifon, pource qu’on a rarement à traiter auec des perfonnes parfaitement raifonnables, ainfi que tous les hommes deuroient eftre, 10 afin qu’on pull iuger ce qu’ils feront, par la feule confideration de ce qu’ils deuroient faire; & fouuent les meilleurs confeils ne font pas les plus heureux. C’eft pourquoy on eft contraint de hazarder, & de fe mettre au pouuoir de la Fortune, laquelle ie fouhaite aufli ’5 obeïffante à vos delirs que ie fuis, &c.

CDXXXIII.

Descartes a l’Abbé Picot.

[Egmond], 4 mai 1646.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, t. II, p. 284.

Le passage ci-dessous est la suite et la fin de l’alinéa dont nous avons donné le commencement comme citation de la lettre CDXV ci-avant, p. 341-342.

Descartes n’écrira plus à Mersenne jusqu’au 7 septembre 1646, lettre CDXLVI ci-après. Cette dernière lettre nous apprendra que Mersenne vient de rentrera Paris. Or nous savons, d’autre part, qu’il en était parti en avril ; une lettre qu’il écrivit à Sorbière en Hollande est ainsi datée : « Aurélia- {Orléans), sr aprilis 1646. » (Bibl.

a. Page 406, 1. 2. CDXXXIV. — Mai 1646. 41 j

Nat., copie MS. fr. n. a. 6204, f° sg3.) Pendant les quatre mois qui vont suivre (mai-août), les correspondants de Descartes à Paris seront donc Picot et Clerselier.

«... Mais il [M r De/cartes) fcût depuis [en marge : Leur. MS. du 4 May 1646 à Picot] que Kircher n'avoit point parlé au nom des autres ; et il jugea, par la manière dont on luy marqua les études & les qualité^ de ce Père, qu'il ne devoit pas avoir l'ej prit fort propre à examiner une chofe qui auroit requis beaucoup d'attention, comme il croyoit qu'en demandaient fes écrits. Le Père Kircher ne fut pas long-têms fans changer de fentiment à l'égard de M. Defcartes, dont il rechercha l'amitié par la médiation du P. Merfenne [en marge : Tom. I des leur. MSS. au P. Mersenne, variorum pag. 104]; & M. Defcartes, outre des complimens & des recommandations de luy, reçût encore ce qu'il avoit écrit de la nature & des effets de l'aymau, &y fit quelques obfervations qui fe font trouvées après fa mort parmi fes papiers [en marge : Invent, des pièces MSS. Et t. II des lettr., p. 562]. (Baillet, 11,284.)

Voir ci-avant t. III, p. 524-525, éclaircissement de la lettre CCLXVII, qui nous donne la date vraisemblable de ces observations de Descartes, janvier 1642 plutôt que 1646. Quant à la lettre citée de Kircher à Mer- senne, peut-être Baillet en force-t-il un peu les termes; elle est datée de Rome, « 10 Martij 1648 », et on y lit seulement : « Multa is (Carcavi) re- » tulit de te, de Roberualio, Decartes, Paschale, Gassendo, alijsque ma- » thematicis. » Et à la fin : « Officiosissimam salutem D. Roberualio, » Gassendo Paschali, Naudaeo, Decartes... » [Bibl. Nat., n. a. f. 6204, p. io5-io6.) — De même le fragment de lettre [Clers., t. II, p. 562) au- quel renvoie Baillet, prouve seulement que Descartes avait lu le Magnes sive de Arte magnetica du P. Kircher, mais non pas que celui-ci lui ait fait quelque communication particulière.

��CDXXXIV.

Descartes a Elisabeth.

[Egmond, mai 1646.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 12, p. 49-50.

« A Madame Elizabeth, Princesse Palatine, &c. », dit Clerselier, sans don- er de date. Mais elle parait avoir suivi de près la

�� � 414 Correspondance. r. 49-

CDXXXII', Descartes ayant peut-être été pris de scrupule pour un passage île cette dernière (p. 411, l. 23). — Cependant on pourrait la faire 1 ..monter jusqu'au milieu de mars 1646; après avoir remis à la princesse Elisabeth le Traité des Passions, Descartes, de retour à Egmond, aurait envoyé cette correction, en réfléchissant à quelque objection qui lui aurait été faite à La Haye; celte objection serait seulement rappelée dans le passage précité de la lettre CDXXXII.

Madame,

L'occafion que i'ay de donner cette lettre à Mon- fieur de Beclin, qui m'eft tres-intime amy, & à qui ie me fie autant qu'à moy-mefme, eft caufe que ie prens la liberté de m'y confefTer d'vne faute tres-fignalée 5 que i'ay commife dans le Traité des paffions 3 , en ce que, pour flater ma négligence, i'y ay mis, au nombre des émotions de lame qui font excufables, vne ie ne fçay quelle langueur qui nous empefche quelque- fois de mettre en exécution les chofes qui ont efté 10 approuuées par noftre iugement. Et ce qui m'a donne le plus de fcrupule en cecy, eft que ie me fouuiens que voftre AltefTe a particulièrement remarqué cet endroit 1 , comme témoignant n'en pas defaprouuer la pratique en vn fuiet où ie ne puis voir qu'elle foit i5 vtile. I'auoùe bien qu'on a grande raifon de prendre du temps pour délibérer, auant que d'entreprendre les chofes qui font d'importance ; mais lors qu'vnc affaire eft commencée, & qu'on eft d'accord du prin- cipal, ie ne voy pas qu'on ait aucun profit de chercher 20 des délais en difputant pour les conditions. Car fi l'affaire, nonobftant cela, reuflît, tous les petits auan-

a. Art. i?o. Cf. ci-avant p. 411, 1. 23.

b. Dans un entretien à La Haye? ou dans la partie de la kureCDXXXI, qui manque p. 404. 1. 23:

�� � i,49-5o. CDXXXV. — 15 Mai 1646. 415

tages qu'on aura peut-eftre acquis par ce moyen, ne feruent pas tant que peut nuire le degouft que caufent ordinairement ces délais; &fi elle ne reuffit pas, tout cela ne fert qu'à faire fçauoir au monde qu'on a eu 5 des defieins qui ont manqué. Outre qu'il arriue bien plus fouuent, lors que l'affaire qu'on entreprend eft fort bonne, (que, pendant qu'on en diffère l'exécution, elle s'échape, que non pas lors qu'elle eft mauuaife. C'eft pourquoy ie me perfuade que la refolution & la

10 promptitude font des vertus très neceffaires pour les aflaires déia commencées. Et l'on n'a pas iuiet de craindre ce qu'on ignore ; car fouuent les chofes qu'on aie plus appréhendées, auant que de les connoiftre, fe trouuent meilleures que celles qu'on a defirées.

i5 Ainfi le meilleur eft en cela de fe fier à. la prouidence diuine, & de fe laifler conduire par elle. le m'affure que voftre Alteffe entend fort bien ma penfée, encore que ie l'explique fort mal, & qu'elle pardonne au zèle extrême qui m'oblige d'écrire cecy ; car ie fuis,

20 autant que ie puis eftre, &c.

CDXXXV. Descartes a Cavendish.

Egmond, \b mai 1646. Autographe, Paris, Bibliothèque de l'Institut.

Une feuille, petit format, pliée en deux; le recto seul du premier feuillet est rempli, le verso a été laissé en blatte; l'écriture reprend au recto du second feuillet; au verso se troupe l'adresse, avec deux cachets de cire rouge, aux initiales R et C entrelacées, avec des bouts de soie jaune aux deux. En bas et à gauche de la première page, 23 ;

�� � 416 Correspondance. m, sn-su.

en haut et à droite, 7.2. Le n" 23 est celui d'un classement primitif à rebours. On le retrouve sur l'exemplaire de l'Institut, mais barré et remplacé par un autre numéro, récrit au-dessus, 61 , de la collection de La Hire. Quant à 72, c'est le numéro du classement de dont Poirier. — Variantes d'après le texte imprimé par Clerselier, t. III, lettre go, p. 5n-5i3.

Monfièur, le ne voy rien, dans les queftions que vous auez pris la peine de m'enuoyer de la part du R. P. Mer- cenne, a quoy il ne me femble auoir défia refpondu dans les letres que ie luy ay adreffées a , ou bien en celle que i'ay eu l'honneur de vous efcrire b . Car, pre- mièrement, a ce qu'il dit que les triangles, dont l'angle oppofé a la baze n'efl que de 20 ou 2 5 | degrez, font leur c vibrations en tems égal, foit qu'ils foient fufpendus en la façon que i'ay propofée, foit en celle dont il s'eftoit ferui, ie n'ay autre chofe a refpondre, finon qu'il peut bien n'y auoir point de différence qui foit fenfible par fes expériences, mais qu'il y en a néanmoins fans doute quelque vne, laquelle deuient peu a peu plus fenfible, a mefure qu'on fait l'angle >5 oppofé a la baze plus obtus*.

5-6 les letres... cfcrire] la 12-ij qu'il... foit] que la dif-

Lettre que i'ay eu cy-deuant ference peut bien n'eltre pas.

l'honneur de vous écrire, ou — i3 par] dans. — après mais"

dans celles que ie luy ay ad- qu'il eft certain neantmoins

dreffées. — 7 a omis. — 8 après ajouté. — 14 néanmoins omis.

baze] eft fort aigu, comme lors — 14-16 fans... plus] puis

qu'il ajouté. — 20 ou 25] vingt qu'elle paroift fi cuidemment

ou vingt-cinq. — 1 1 après ferui] aux triangles dont l'angle eft. pour les examiner ajouté. —

a. Lettres CDXXIII et CDXXIII bis, p. ?Ô2 et ?66 ci-avant.

b. Lettre CDXXVII.p. 3 79 .

c. Sic dans l'autographe.

��10

�� � III, 5l2.

��CDXXXV. — ie Mai 1646.

��417

��10

��|5

��20

��Puis, a ce qu'il demande que ie a détermine par règle combien doiuent durer les vibrations des triangles fufpendus a fa façon, iay défia cy deuant refpondu que tout ce qui retarde ces vibrations dauantage qu'en l'autre façon, pour laquelle iay donné vne règle vni- uerfelle, ne vient que de ce que iay nommé l'empef- chement de l'air, la quantité duquel empefchement ie croy ne pouuoir eftre déterminée que par l'expé- rience, & il me femble auoir cy deuant efcrit en quelle forte cete expérience peut eftre faite.

Il veut auffy que ie détermine les vibrations des triangles pendus par la bafe en la façon que iay pro- pofée : a quoy il m'eft ayfé de refpondre que tous les triangles ainfy fufpendus ont leur perpendiculaire double du funependule dont les vibrations font ifocrones. Par exemple b , fi CD eft la perpen- diculaire du triangle qui fe meut autour de laiffieu AB, faifant ED égal a EC, ie dis que CE eft la longeur du funependule ifo- crone. Et cela fuit clairement de la règle que iay donnée; car, prenant a difcretion, en cete perpendiculaire, les poins f & h également

��B

���1 après ie] luy ajouté. — 6- 7 tmpefchement omis. — 8 croy ne] ne croy pas. — que] par le feul raisonnement, mais bien. —

��9 auoir] que i'ay. — 9-10 en. . . forte] la façon dont on peut faire. — 10 peut. . . faite, omis. — 24 en] dans.

��a. Après ie] luy écrit d'abord, puis barré dans l'autographe.

b. La figure ci-jointe manque dans l'autographe; elle était peut-être sur une feuille à part. Nous la donnons d'après Clerselier, qui l'aura trouvée avec la minute.

Correspondance. IV. 53

�� � 4i8

��Correspondance.

��III, Si2-5i3.

��diftans du milieu E, puis menant /g- & hi parallèles a la baie, le rectangle Cfg eft toufiours égal au rec- tangle Chi, & par conséquent la figure dont il fau- droit chercher le centre de grauité, fuiuant ma règle, pour auoir le centre d'agitation de ce triangle, feroit quadrangulaire, & auroit fon centre de grauité au point E*.

Enfin, quand il adioufte que ie | luy die ce qu'il faut faire pour trouuer le centre d'agitation d'vne pyra- mide, ou d'vn cône, pendus par la pointe ou par la bafe, il tefmoigne ne fe pas fouuenir de la règle que i'auois enuoyée, pource qu'elle ne contient autre chofe que ce qu'il faut faire pour a trouuer ce centre en toute forte de corps, & par confequent auffy en ceux la. Et il y peut fort ayfement eftre calculé par Géo- métrie; c'eft pourquoy i'en lairray, s'il vous plaift, le foin a M r de Roberual, pendant que i'attens les in-

��i après menant] les lignes ajouté. — & oints. — i3 et 14 en] dans. — 14- 1 5 Après &. par confequent aufti dans ceux- là, Clerselier ajoute, avec la mention : Cecy eftoit rayé, en marge : A fçauoir, Ion que la pyramide ou le cône eft fufpendu par la pointe, fa hauteur doit eftre à la longueur du funepen- dule comme b à 4, fuiuant ma règle, & elle fe trouuera vraye dans tous les cônes ou pyra- mides dont l'angle qu'on nomme angulus per axem eft fort aigu, à caufe que l'empefchement de

��l'air n'y eft pas fenfible ; mais il n'en eft pas de mefme de ceux ou cet angle eft moins aigu, ay aufti de ceux qui font fufpendus par leur bafe, à caufe que cet empefchement eft alors toufiours fenfible ; ce qui fait que ie n'adjoûte point icy ou eft leur centre d'agitation, qui eftneant- moins fort aifé à trouuer; c'eft pourquoy ie penfe deuoir Lifter a Monfieur de Roberual le foin de les chercher, en attendant les inftrudions. le fuis, — i5 y omis. — 16 lairray] laifleray. — 17 M r ] Monfieur.

��10

��i5

��a. Après pour. Descanes a d'abord écrit, puis barré le.

�� � 10

��HI.5I3. CDXXXV.. — 75 Mai 1646. 419

ilru&ions que vous me faites efperer de fa part. Il ne me fçauroit rien venir de la voftre que ie n'eftime, & ie fuis,

Monfieur,

Voftre très humble & très obeiffant feruiteur,

DESCARTES.

DEgmond, le 15 May 1646.

Adresse :

A Monfieur Monfieur le Cheualier de Cauendvfshe

A Paris.

Page 416, 1. 16. — Voir lettre CDXXV1J, p. 385, 1. 17. Un triangle iso- scèle étant suspendu par son sommet, la façon proposée par Descartes con- sistait à le faire osciller autour d'un axe parallèle à la hase; la façon de Mersenne, autour d'un axe perpendiculaire au plan du triangle. Mersenne n'a pas trouvé de différence entre les deux façons, tant que l'angle au som- met n'a pas dépassé 25°. Cependant, théoriquement, pour cette valeur de l'angle, et pour l'oscillation à la façon de Mersenne, la longueur du pen- dule synchrone (dans le vide et avec un mode de suspension parfait) est plus forte de 16 %.On voit l'imperfection des expériences opposées à Des- cartes.

Dans le passage qui vient immédiatement après, Descartes se refuse dé- finitivement à calculer V empeschement de l'air, c'est-à-dire la correction à faire subir à sa formule pour la mettre d'accord avec l'expérience. Voir Y éclaircissement de la lettre CDXXVII, p. 388.

Page 418, 1. 7. — Descartes donne ici exactement la longueur du pen- dule synchrone pour le triangle oscillant autour de sa base, sa formule générale étant exacte pour ce cas particulier. Voir Y éclaircissement de la lettre CDXXIV, p. 3 7 o.

1 que... faites] qu'il vous a plû me faire. — 5 Voftre] Le. — 8 Date et adresse omises.

�� � 420 Correspondance. 111,49s.

CDXXXVI.

ROBERVAL A CaVENDISH POUR DESCARTES.

[Paris, mai 1646.] Copie MS., Ribl. Nat., fr. n. a. 5 1 6 1 , f» i5-i8.

Variantes du texte de Clerselier, t. III, lettre Sy, p. 4g8-5oS. Cette pièce y figure avec le titre : Obseruation de M r de Roberual sur le suiet de la précédente lettre [ci-avant p. 3~ç\ de Monsieur Descartes à Monsieur Cauendische, où il marque ses fautes.

Nous conuenons de définition, Monfieur De/cartes & moy, touchant le poincl qu'il appelle le centre d'agitation, lequel nous nommons icy le centre de percuj/ion ; mais fa conclufion ejl entièrement différente de la mienne, de la- quelle pourtant i'ay la demon/lration ab/olue. Il y a donc 5 quelque deffaut en fon raifonncment. C'efl ce que ie pre- tens icy vous faire paroi/Ire.

A cet effecl, entre plufieurs figures que ie pouuois choi- fir, ie me fuis arrefié à vn fecleur d'vn cylindre droicl, dans lequel i'efpere vous faire voir fi clairement ce def- \o faut, qu'il vous fera facile de connoifirc qu'il a lieu dans toutes les autres figures folides ; mefmes en toutes les figures planes defqucllcs l'aiffieu du mou u entent n'efi pas dans le plan d icelles, mais perpendiculaire ou oblique à ce plan. Et ie croy M. D. C. trop amateur de la vérité, i5

12 enj dans. — i5 M. D. C] de Clerselier. La copie ne donne Monfieur Dcfcartes. — La figure point la coupe séparée, que nous reproduisons est celle

�� � m,49*499- CDXXXVI. — Mai 1646. 421

pour ne le pas aduouer, s'il prend la peine de conjt- derer mes rai/ons.

\Soitdonc vnfeéleurde cylindre droicl A BCDEFGH, duquel l'aijjieu,tant du cylindre que de l'agitation du fec-

A 1 B

��■ o

�� �s**»»n^^

� � �^S^ /

�*. ^""^^^

� � �^1*^ /

�\ ^**»^.

�\ ê

�\ /

� �P \/yy

�\ ^^^^-h

�i-^V

� � �\ »

�N / /

�\ « 

�/ Ile

�\ \ s

�/ 1 fecicm

��M

���IS

��. KM 01

'flan, hors du feclcur du cylindre

��teur,foit la ligne droite AB; ce feclcur ejlant compris des deux parallélogrammes rectangles A D, A F, qui ont pour cojlé commun VaiJJieu AB; des deux fecleurs de cercles A CGE, BDHF retranche^ des bafcs du cylindre; & de la portion de la fuperficie cylindrique CGEFHD retranchée par ces parallélogrammes & fecleurs de cercles; & ayant diuifé en deux efgalement Vaijfieu A Baupoincl I,

�� � 422 Correspondance. 111.499-500.

foit mené par ce poincl vn plan parallèle aux bafes du cy- lindre, lequel plan coupera le fecleur du cylindre, & la feclion fera vn fecleur de cercle, comme ILNM,efgal & parallèle aux precedens ACGE & BDHF. De ce fec- teur ILNM foient les demy-diametres IL, IM, & l'arc 5 LNM, lequel foit coupé en deux ef gaiement au poincl N, auquel foit mené le demy-diametre IN, & prolongé en dehors vers N, tant que de befoin. Entendons auffy que cette ligne IN foit perpendiculaire à l'horizon, & que A B foit de niueau. Dauantage foit IP les trois quarts 10 de IN, & ayant mené LM, corde de l'arc LNM, foit entendu que, comme l'arc LNM efl à fa corde LM, ainfy les deux tiers du demy-diametre I N foit h 10, portion du mefme demy-diametre. Nous auons demonflré que ce poincl O efl le centre de grauité, tant du fecleur de cylindre i5 AH que du fecleur de cercle ILNM. Que fi, au con- traire, on entend que, comme la corde LM ejl a fon arc LNM, ainfy foit IP {trois quarts de IN) à IQ, portion de IN, nous auons auffy demonflré que le poincl Q fera le centre de percuffwn ou d'agitation, tant du fecleur de 20 cylindre AH que du fecleur de cercle ILNM.

Toutesfois, fuiuant le raifonnement de M. D. C, il faudroit que ce centre de percuffwn ou d'agitation, tant du fecleur de cylindre A H que du fecleur de cercle ILNM, fufi au poincl P, qui efl aux trois quarts de la 2 5 ligne IN, & ce, en tout fecleur grand ou petit, mefmes au demy-cylindre & au dcmy-cercle. Ce qui efl tout con- traire à noflre raifonnement, qui fait voir que le véritable centre Q ejl toufwurs plus efloigné de I que P, & ce, d'au-

8 tant que de] autant qu'il en cit. — 22 M. D. C.l Monfieur Def- cartev — 20 de II d'I.

�� � m.soo-âo,. CDXXXVI. — Mai 1646. 42}

tant plus que le fecleur approchera plus près d'vn demy- cylindre, ou d'vn demy-cercle, n'ejlant pas toutes fois plus grand ; iufques la que, Ji l'arc ejloit d'vn quart plus grand que fa corde, le centre de percufjion du fecleur feroit N, 5 & l'arc eflant encore plus grand, ce centre feroit hors le fecleur, au delà de N.

Mais noflre demonflration efl trop longue pour ce lieu ; voyons donc le deffaut de celle de M. D. C, ainfy que nous nous fommes propofe^. Et pour ce faire, me-

10 nons des poincls L, M, les lignes droicles LS, M S, qui touchent l'arc LMN, & qui fe rencontrent au poincl S, dans le demy-diametre IN prolongé; partant les angles IL S, I M S feront droicls. De mef me, ayant pris dans l'arc LNM deux autres poincls T, V,efgalcment efloigne^de

i5 part & d'autre du poincl N, foient menées les touchantes

TR, V R, qui s'entrecoupent au poincl R, dans le mefme

demy-diametre IN prolongé. Et ainfy derechef, ayant

mené les demy -diamètres I T, IV, les angles I TR, I VR

feront droicls. Il en fera de mefme de tous les poincls

20 ejhigne^ ef gaiement de part & d'autre du poincl N. Enfin, par les lignes A B & I N,foit mené vn plan A BHG, qui coupera le fecleur AH en deux autres fecleurs efgaux, & formera le reclangle A BHG, duquel les cojle^ A G & BH couperont auffy en deux efgalement les fecleurs de

2 5 cercles A CGE & BDHF, & par les poincls G, N, H foient

menées des lignes droicles qui touchent les arcs CE, L M,

DF, lef quelles touchantes foient ZG4, XN Y, & 6 H j, qui

feront perpendiculaires aux demy-diametres A G, I N,B H.

1-2 d'vn demy cercle ou d'vn — 8 M. D. C] Monfieur Def- demy cylindre. — 4 du lecleur cartes. — 24 de] des. omis. — avant N] le point ajouté.

�� � 424 Correspondance. ni. 5oi-3oi.

M. D. Cartes fait donc NX efgale à N Y. Puis, dans le demy-diametre ou perpendiculaire IN, avant pris tel autre poincl qu'on voudra, comme le poincl 3. & pa r ce poincl entendant vne autre fuperficie cylindrique a l'entour de Vaiffieu A B, il veut que, comme la pyramide dont le 5 fommet ejl I, & la bafe efgale à la fuperficie cylindrique CGHF, ejl à la pyramide dont le fommet ejl I, & la bafe efgale à la fuperficie cylindrique pajfant par 3, & comprife dans le fecleur AH, ainfy foit l'ordonnée NX à vne autre 3-8 qui luy foit parallèle; & ainfy d'rne >o infinité d'autres poincls que Von pourra entendre ejlre trouue^ comme ce poincl 8. Par tous lefquels poincls vne figure plate eflant deferite de part & d'autre de fon dia- mètre IN qui la coupe en deux efgalement, il prétend que le centre de grauité de cette figure platte fera le >* centre d'agitation du fecleur A H, ou de tout autre.^orps, pour lequel on aura fuiuy les règles de cette confiruclion. Or il ejl clair que les pyramides dont il parle font icy entre elles, comme le quarré de NI au quarré de 13; & partant l'ordonnée XN ejlant a 8-3 comme ces pyra- »o mides, ceft à dire comme le quarré NI au quarré 13, le centre de grauité de la figure platte (qui ejl icy vn triligne aigu parabolique) fera au poincl P, qui, félon fon intention, feroit auffy le centre d'agitation du fecleur A H.

Son raifonnement efi que toutes les parties qui font î5 en la fuperficie de quelque cylindre droit duquel A B efi l'aiffieu,font efgalement agitées; & que celles qui font en la fuperficie d'vn autre cylindre plus grand ou plus petit, qui a auffy AB pour aijfieu, font plus ou moins

i Monfieur Dcfcartcs. — 8 paf- eU ajouté. — i3 P omis. — 20

fant] qui pall'e. — après &] qui et 28 en] dans.

�� � iii,5o»-5o3. CDXXXVI. — Mai 1646. 425

agitées, à raifon de ce que leur diftance de VaiJJieu A B ejî plus ou moins grande. D'où s'enfuit qu'il y a me/me raifon entre la force d agitation qu'ont enfemble toutes les parties de ce corps, qui Jont en la fuperficie du 5 premier cylindre, & celles qu'ont toutes les parties du mefme corps, qui font en la fuperficie du fécond cy- lindre, qu'il y a entre les pyramides qui ont leurs bafes efgales à ces fuperficies cylindriques, & leurs hauteurs ef gales aux demy-diametres des mefmes cylindres; d'où

10 il fuit euidemment, (dit-il), que le centre de grauité de la figure plate defcritc cy deffus, tombe au mefme poinél, dans la perpendiculaire IN, que le centre d agitation demandé. Le deffaut de ce raifonnement efl qu'il confidere l agi- tation feule des parties du corps agité, oubliant la direc-

' 5 tion de l agitation de chacune de ces parties ; laquelle direction change, & efl différente en tous les poincls qui jont inefgalement ejloigne^du plan vertical A H,quoy que ces poinéls foient en vne mefme fuperficie cylin- drique a î entour de l'aiffieu AB. Car la direclion du

  • o poinél L, pour exemple, efl la touchante LS,foit que ce

poinél agité pouffe de L vers S, ou qu'au contraire, il tire vers la partie oppofée. Pareillement, la direclion du poinél M efl M S, la di\reclion du poinél T ef TR,la di- reclion du poinél V efl V R, &c. Tellement que, quoy que

2 5 l'agitation de tous ces poincls foit efgale, toutesfois la dif- férence de leur direclion change l'effecl de cette agitation pour deux chefs. Le premier, quà lefgardde la perpendi- culaire IN, ils tirent ou pouffent par des poincls differens R, S, &c. Le fécond, que leurs lignes de direclion font

3o des angles inefgaux auec cette perpendiculaire. En vn mot

4 en] dans (de même 6, 16, 18). — 20 pour] par. — 29 R, S] S, R. Correspondance. IV. 54

�� � 426 Correspondance. m, 5o?.

de tous les poincls qui font en la fuperficie cylindrique CGHF, il ny a que ceux qui font dans la ligne G H, qui agijfent & faffent leur effort par le poincl N fur la perpendiculaire IN, tous les autres le faifant en dehors entre N & S. Et partant, le centre d'agitation de tous 5 ces poincls, cefl à dire de cette fuperficie, efl aufji entre N. & S, & non pas au poincl N, comme il le faudroit pour faire que le raifonnement de M, D. C. fufl bon. De faicl, pour auoir ce centre, il faut entendre que comme lare LM eft à fa corde LM, ainfy le demy-dia- 10 mètre INfoit à 15, & le point 5 fera le centre demandé. Que fi on fait le m ef me pour toutes les autres fuperficies cylindriques, a ïentour de ïaiffieu AB, moindres que CGHF, & comprifes dans le fecleur A H, on viendra à vne conclufion toute autre que celle de M. D. C. i5

le paffe fouhs filence que, dans toute autre ligne que IN, pourueu quelle foit menée du poincl I dans le plan ILN M, on peut affigner vn centre de percuffion, & que tous ces centres font dans vn lieu.

le paffe encore que, quoy que le centre de percuffion ou 20 d agitation fufl affigné comme deffus, il ne paroijl pas qu il fufl la règle ou dijlance requife pour les Vibrations ou balancement des corps, auquel balancement le centre de grauité contribue quelque chofe,auffy bien que le centre d agitation. Car ce centre de grauité efl la caufe de la î5 reciprocation de ce balancement de droicle a gauche & de gauche à droicle; veu que, s'il n'y auoit que l'agita- tion, le mouuement feroit continuel d'vne mefme part a l'en tour de ïaiffieu.

1 en] dans. — 4 le] fe. — 8 et faict] Et de l'ait. — 11 1 5] 1 S. i5 Monfieur Defcartes. — m De — 5] S. — 23 ou balancemens.

�� � HI.504. CDXXXVI. — Mai 1646. 427

| Toutes/ois, iufquesicy, les expériences fe font accordées daffe^ près auec mes conclu/tons du centre d'agitation ; d'où iay conclu que le centre d'agitation y contribué plus que le centre de grauité.

��5 Le centre de percuffion d'vne ligne droite AB tournant circulairement autour du point fixe A, par Monfieur de Roberual en 1646 a .

��Soit la ligne A B, indéfiniment diuifée es points A, G, F, E, B, &c. Confiderant la force d agitation de chacun de ces points, il efl certain

��IO

��1$

��25

���que leurs forces font en- tr elles comme leurs agita- tions, ou comme leurs vi- tcjfes ou chemins, c'ejl à dire, comme les arcs fem- blablesBCD,ELH,FMI, &c.,font entreux.

C efl a dire, comme les diflances ou rayons du point

immobile A iufques a chacun arc, telles que font A B,

20 AE, A F, &c, ou encore comme les fouflendantes B D,

EH, FI, &c, ou encore comme les lignes du triangle

ABD.

Or, comme lefdites lignes BD, EH, FI, &c. font en- tr" elles, ainfi leurs forces de pefanteur font entr elles [par les elemens de Mechaniques, fi on les prend pour des puijfances de femblable direclion) ; donc les forces des agi~

a. Ce titre et le fragment qui suit sont donnés par Clerselier, t. III, p. 5o4-5o5. comme faisant partie de la lettre qui précède. Ils ne se re- rouvent pas d ans la copie.

�� � 428 Correspondance. m, 5o 4 -5os.

tarions des points B, E, F, &c: de la ligne A B, font entr'elles comme les forces de pefanteur des lignes BD, EH, FI, &c. font entr elles.

Et partant, le centre des forces d'agitation de la fomme des points B, E, F, \ &c. (cejl à dire de toute la ligne 5 AB) ejl femblablement pofé, entre les points extrêmes A & B, que le centre de pefanteur de toutes les lignes BD, EH, FI, &c {c'eft à dire du triangle ABD) entre la ligne extrême BD & le point A, comme a de- monflré Lucas Valerius dans fon traité De centro 10 grauitatis.

Or le centre de pefanteur du triangle A BD diuife A P en Q, en fo r te que A Q ejl double de P Q. Donc auffi O, centre d'agitation de la droite AB, diuife A B en O, en forte que AO ejl double de BO. Partant ejl i5 trouué le centre d'agitation d'vne droite AB, ce qu'il falloit, &c.

��Dans la pièce qui précède, Roberval a traité le cas d'un secteur de cy- lindre droit, oscillant autour de son axe, cas pour lequel la formule géné- rale donnée par Descartes dans ses lettres CDXXIII bis et CDXXVII est erronée. Roberval ne parait pas avoir eu connaissance de la lettre CDXXIII bis ; sa solution est exacte, et elle constitue un de ses plus sérieux titres de gloire. Mais il est à remarquer qu'il présente sa théorie comme s'appliquant à la détermination du centre de percussion, et qu'il met en doute si, en principe, la distance à l'axe de ce centre correspond bien a la longueur du pendule synchrone. II semble donc, lui aussi, se ménager une porte de sortie, pour l'éventualité d'un désaccord entre sa théorie et l'expérience.

La pièce qui termine les Observations, n'en fait point partie ; elle doit y avoir été jointe comme se rapportant au mémesujèt, mais il n'est pas dou- teux que Roberval ne l'ait communiquée à Cavendish.

�� � in, 5o5. CDXXXVII. — 15 Juin 1646. 429

CDXXXVII.

Desoartls a Cavlndish.

Egmond, 1 5 juin 164(1.

Texte de l'exemplaire de l'Institut, tome III, lettre 88, p. 5o3-5o8, et lettre un (fini, p. ("123-624.

« A Monsieur ***. Réponse à la précédente » (c'est-à-dire à notre lettre CDXXXVI, p. 420), dit Clerselier, sans donner de nom ni de date. L'exemplaire de l'Institut donne le nom, « Cavendish ou Can- dische », et la date, « d'Egmond, le 1 5 juin 1646 », avec cette note « lettre 62 MS. de la H ire » (le 6 de 62 a été récrit sur un 2, le nombre primitif étant 22). La fin de cette lettre est imprimée ail- leurs, comme fin de la lettre 1 1 g de Clerselier, t. III, p. 62J-624; les deux lettres étant du même jour, les minutes qui ne portaient, ni l'une ni l'autre, le nom du destinataire, auront été confondues en partie. — Variantes d'après le texte de Clerselier.

Moniteur,

le vous remercie tres-humblement de la faueur qu'il vous a plù me faire de m'enuoyer les obiecr.ions de Monfieur de Roberual; & pour ce qu'il n'y a rien

5 au monde que ie fouhaitte tant que d'eftre inftruit &. auertv de mes fautes, ie fuis toufiours bien-aife de voir les écrits de ceux qui ont deflein de me re- prendre, le vous remercie aufli de ce qu'il vous plaift me permettre de n'y répondre qu'à mon loilir,mais ie

10 ne voy pas qu'il m'ait donné de la matière pour m'oc- cuper beaucoup de temps; car il n'y a que l'explica- tion de fa figure qui rende fon écrit vn peu long; il euft pu en épargner les deux tiers, & rendre fon dif-

�� � �4}o Correspondance. m, 5o5-5o6.

cours plus clair & facile, fans rien diminuer de la force de fes raifons, fi, au lieu de fon fedeur de cy- lindre, il n'euft propofé que le fecteur de cercle ILNM.

Sa première obiedion, qui eft 5 que mon raifonnement doit eftre ^ defedueux, puifque'i'en tire vne autre conclufion j qu'il ne fait du lien, lequel il veut que ie reçoiue pour très-certain, fans me dire toutesfois quel il eft, >o ne prouue à mon égard autre chofe, finon qu'il pré- tend que ie défère dauantage à fon' authorité qu'à mes raifons.

Sa féconde & dernière obiedion eft, que ie confidere l'agitation feule des parties du corps agité, oubliant la l5 direction de l'agitation de chacune de fes parties, laquelle direction il dit deuoir eftre confiderée pour deux chefs: le premier, quà l'égard de la perpendiculaire IN, ils tirent ou pouffent par des points differcns; le fécond, que leurs lignes de direction font des angles inégaux au ce cette 2 ° perpendiculaire.

A quoy ie répons facilement, en niant qu'il faille icy confiderer que cette diuerfe direction fe rapporte à vne certaine perpendiculaire, & les deux raifons dont il vfe pour le prouuer, prefuppofant qu'il faille 25 confiderer vne telle perpendiculaire, n'ont aucune force, & font détruites auec elle. Car, bien que la per-

i &] & plus. — 2 de fonj du. fuppofant... telle] n'étant fon-

— 3 n'euftl euft feulement. — dées que fur la détermination

que omis. — io toutesfois me de cette. — 27 font détruites 1

dire. — 1 1- 12 prétend veut. — s'euanouid'ent. 17 direction omis. — 2?-a6 pre-

�� � m, 5o6-3o 7 . CDXXXVII. — i$ Juin 1646. 451

pendiculaire de l'efpace dans lequel fe font les vibra- tions, c'eft à dire la ligne menée du point auquel le mobile efl fufpendu vers le centre de la terre, & auffi celle de ce mobile menée du mefme point vers le point

5 où eft fon centre de grauité, lors qu'il eft fans agita- tion, doiuent eftre confiderées pour examiner la gran- deur de fes vibrations, ou bien l'empefchement que celles de fes parties qui font en équilibre font au mou- uement de celles qui n'y font pas, ou chofes fem-

10 blables; toutesfois, il eft euident qu'au regard de fon agitation, il n'y a en luy aucune perpendiculaire plus confiderable que les autres, veu que toutes celles de fes parties qui font en mefme diftance de l'aifîieu fur lequel il tourne, fe meuuent également vifte, &. font

i5 par | confequent également agitées. Et M. de Roberual femble auoir deûa reconnu cette vérité, lorfqu'il a dit que dans toute autre ligne que I N on peut ajfigner vn centre de percujfion, en quoy ie fuis d'accord auec luy. Et la raifon de cela eft que tous les points de ce plan,

20 qui font également diftans du point I, font autant agi- tez l'vn que l'autre, & le lieu dans lequel font tous ces centres eft la circonférence d'vn cercle. C'eft pour- quoy, eftant amateur de la vérité, il doit auoùer qu'il s'eft mépris, fi, dans fa prétendue demonftration pour

u/4 menée] tirée. — 2 au- reconnu cette vérité, quand il a

quel] par lequel. — 5-6 eft... mis fur la fin de fon écrit que

agitation] n'eft attaché à rien. ajouté. — i3 en] dans vne. —

— 6-7 grandeur] quantité. — diftance] fuperficie, également

7 bien omis. — 12 toutes ajouté diftantes. — 1 5 - 17 Et... que

avant les autres. — après autres] omis. — [9 de cela omis. —

lignes menées du point I dans le 20 autant] également. — 2 1 l'vn

plan ILNM, & que Monfieur que l'autre omis. de Roberual femble auoir défia

�� � 4)2 Correspondance. m, 5o 7 .

mefurer l'agitation des diuers points d'une mefme fuperficie cylindrique, il les a rapportez à quelque perpendiculaire déterminée, au regard de laquelle cette agitation fuft inégale. le trouue auiîi qu'il s'eft mépris en penfant que le centre de grauité du mobile 5 contribue quelqu'autre chofe à la mefure de fes vibra- tions, que ne fait le centre d'agitation : car le mot de centre de grauité eft relatif aux corps qui fe meuuent librement, ou bien qui ne fe meuuent point du tout ;

6 pour ceux qui fe meuuent autour d'vn aiffieu auquel 10 ils font attachez, ils n'ont aucun centre de grauité au regard de cette pofition & de ce mouuement, mais feulement vn centre d'agitation. C'eft pourquoy, au lieu de dire que le centre de grauité ejl caufe de la re- ciprocation de droite à gauche, il deuoit feulement dire ■ 5 que c'eft la grauité ou pefanteur du mobile qui en eft caufe, fans parler du centre de cette grauité, lequel n'eft en ce cas qu'vne chimère. Et ce qu'il dit icy paffer fous filence ne fait rien contre moy ; car, par la défi- nition du centre d'agitation que i'ay donnée, & de *° laquelle il dit conuenir auec moy, tous les corps dans qui ce centre eft également diftant de laiffieu autour duquel ils fe meuuent, font leurs vibrations

en temps égal.

Maintenant, Monfieur, ie vous fupplie de vouloir 25

4 le trouue auflï] Comme auffi qu'autre corps fans fe mouuoir;

ie trouue. — 5 en penfant] où de façon que ceux qui font

il a penfé. — 6 contribuait. — lùfpendus à quelque aiffieu, au-

7 ne fait] ce qu'y contribue. tour duquel ils fe meuuent. — — 9 après librement] en l'air 18 après n'eft] rien ajouté. — ajouté. — 9-1 1 ne. . . attachez, icy omit.

ils] font appuyez fur quel-

�� � in,|o£5o«, CDXXXVII. — 15 Juin 1646. ' 45 j

iuger auquel des deux raifonnemens ie dois pluftoft croyre, ou bien au mien propre, qui me paroift tres- vray & tres-clair, & qui a efté examiné par Monfieur de Roberual, fans qu'il y ait rien pu trouuer à redire

5 en quoy ie ne voye tres-clairement qu'il s'eft mépris; ou bien au fien, lequel ie n'ay | point veu, & dans lequel neantmoins, par ce peu qu'il en a déclaré, ie remarque deux fautes bien fignalées : l'vne, qu'il imagine vne perpendiculaire, à laquelle il rapporte

10 différemment l'agitation des diuerfes parties du mo- bile qui font dans vne mefme fuperficie cylindrique, laquelle agitation toutefois eft égale en toutes, à caufe qu'elles fe meuuent également ville, & que c'eft en la feule viteffe que confifte leur agitation;

i5 l'autre, qu'il imagine aufli vn centre de grauité où il n'y en a plus, pource qu'il eft changé en celuy de l'agitation .

|Pour b ce qui eft de la difficulté que vous me faites

l'honneur de me propofer touchant l'Optique c , ie ré-

jo pons qu'il eft tres-vray que les rayons qui viennent

de l'obiet doiuent eftre diucrgentes, ou au moins pa-

2 croyre] donner créance. — fois] neantmoins. — 14 la] cette,

paroift] femble très euident &. — 16 plus] point. — 16-17 ce ~

— 3 & tres-clair omis. — après luy d'agitation. le fuis, 7?;/ de la

efté] veu & ajouté. — 1 2 toute- lettre.

a. « La suite de cette lettre est dans la 62 des lettres de M. de la Hire. » (Inst.) Le numéro primitif était 22, le 6 de 62 étant récrit sur un 2.

b. Toute cette fin. a été cousue par Clerselier à la lettre 119 (ci-après CDXXXVIII, p. 435). Mais on lit en marge de l'exemplaire de l'Institut : a Cet alinéa, jusqu'à la tin, est de la lettre 88 de ce volume, comme on le » peut voir par le MS. que i'ay de M. de la Hire. »

c. Cf. ci-avant lettre CCLXXXVI, t. III, p. 585.

Correspondance. IV. 55

�� � 4M

��Correspondance.

��III, 6j:'-6î4.

��B

��ralleles, lors qu ils entrent dans l'œil, & non point conuergente.s, pour rendre la vifion diftincte; d'où il fuit que, fi le verre conuexe AB fait que les rayons qui viennent du point D foient conuergentcs & s'affemblent au point C. l'œil, citant mis au point C, ne pourra 5

voir distinctement l'obiet mis au point D. Mais ce mefme verre qui fait que les rayons qui viennent du point D s'af- femblent au point C, fait auffî 10 que ceux qui viennent d'vn autre point plus proche, par exemple, du point E, font paral- lèles, ou diuergens, lors qu'ils entrent dans l'œil mis au point 1 5 C, non pas exactement comme ils doiuent eftre en venant tous d'vn mefme point, mais auec li peu de différence qu'elle n'eft aucunement fenfibie. C eft 20 pourquoy l'obiet eftant mis au point E pourra eftre veu aflez diftin&ement par l'œil C ; et mefme l'obiet eftant au point D pourra'eftre veu par l'œil mis au point F ; de forte que, û on met l'obiet vn 25 peu plus proche de ce verre, comme vers E, ou bien qu'on en recule l'œil vn peu dauantage, comme vers F, alors les rayons qu'il enuoyera* vers l'œil de chaque point, feront à peu prés parallèles, ou bien diuergentes, non pas a la vérité comme s'ils venoient exactement 3o d'vn mefme point ; mais il s'en faudra fi peu, que

��� � iii,6 3 4-6». CDXXXVIII. — 15 Juin 1646. 475

cela nempefchera pas la vifion d’eftre allez diftin&e. le fuis,

Monfieur,

Voftre tres-humble & tres-obeïffant 5 feruiteur, descartes.

CDXXXVIII.

Descartes a Wilhem.

Egmond, 15 juin 1646.

Autographe, Leyde, Bibliothèque de l’Université.

Une feuille, moyen format, pliée en deux ; la lettre occupe tout le premier feuillet, recto et verso (18 et 22 lignes), et le recto du second (15 lignes, plus là suscription, la date, la signature): Point d’adresse; mais, outre que cette lettre a été conservée dans la collection des lettres à Wilhem, à quel autre que Wilhem, secrétaire du Prince d’Orange, et oncle du jeune Christian Huygens, Descartes aurait-il pu l'écrire, rapportant des faits (p. 436, l. 2 et l. 8) quiintéressaient son correspondant à ce double titre? — Wous donnerons les variantes du texte imprimé par Clerselier, t. III, lettre 1 1 g, p. 622- 623, sans date et sans nom de destinataire (« A Monsieur *** »), et avec une finale qui appartient à la lettre précédente (p. 433, l. 17). Foucher de Careil a publié l’autographe, t. II, p. 3g-42, Œuvres inédites de Descartes (Paris, Ladrange, 1860), ainsi que Bierens de Haan et Korteweg, t. I,p. 14, Correspondance de Christiaan Huygens (La Haye, Nijhoff, 1888).

Monfieur,

le vous remercie très humblement des letres que vous m’auez fait la faueur de m’enuoyer & des nouuelles dont il vous a pieu me faire part. Mr Pell

9 M r Pell] Monfieur Pollot. vient aufly de m’efcrire d’Amfterdam, qu’il a efté appelé par vos letres, de la part de fon Alteffe, a la profeflion en Pbilofophie & Mathématiques a Breda *. le me refiouis d’apprendre qu’on veuille ainfy faire fleurir les fciences en vne ville, ou i’ay autrefois efté 5 foldat.

Il y a quelque tems que le Profefleur Schooten m’enuoya vn efcrit, que le fécond fils de M r de Zuylichem * auoit fait, touchant vne inuention de Mathématique qu’il auoit cherchée; & encore qu’il n’y euft ’° pas tout a fait trouué fon conte (ce qui n’eftoit nullement eftrange, pource qu’il auoit cherché vne chofe qui n’a iamais efté trouuée de perfonne), il s’y eftoit pris de tel biais, que cela m’affure qu’il deuiendra excelent en cete fcience,en laquelle ie ne voy prefque ’5 perfonne qui fçache rien.

Pour Voetius, c’eft vn perfonnage auquel ie ne penfe plus du tout; fes iniquitez font fi euidentes & ont efté li manifeftement decouuertes par fa propre efcriture, que ie ne croy pas qu’il y ait d’orenauant aucun 20 homme de bien, qui veuille auoir amitié auec luy, ny qui face eftat de tout ce qu’il fçauroit dire ou efcrire. Si, nonobftant cela^ on veut qu’il foit Ecclejiarum Bel-

1 me vient d’écrire. — d’Am- cherché] cherchoit. — i3 efté]

fterdam omis. — 2 vos letres] pu eftre. — 17 Voetius] le fieur

voftre moyen. — 2-3 de la part N. — auquel] en qui. — 18 ini-

de fon Alteffe omis après letres, qyitez] entreprises. — euidentes]

ajouté après Mathématiques. — décriées. — 18-19 &... elcri-

3 a Breda omis. — 5 en] dans. ture omis. — 21 de bien] vn peu

— 7 Schooten omis. — 8 que le] raifonnable. — qui. . . ny omis.

du. — 9 auoit fait omis. — i i - — 23 Si] Que fi. 12 nullement] pas. — 12 auoit

�� � iH,6«-fe3. CDXXXVIH. — 15 Juin 1646.

��w

��10

��i5

��gicarum decus & ornamentum, ainfy qu'il fe qualifie foy mefme a , & qu'on l'eftime plus necelTaire a voftre Eglife que S 1 Iean Baptifle n'a efté a celle de tous les chreftiens, ainfy que fouftienent quelques vns de fes idolaftres, & que, pour ce fuiet, on luy veuille donner vn o&roy, pour médire impunément de qui | bon luy femble, a caufe que S 1 Iean a nommé les Iuifs engeance de vipères, ce n'efl pas a moy a m'en formalifer; car ie voy qu'il s'adreffe a d'autres, qui ont incomparable- ment plus de pouuoir que ie n'en ay. le n'auois point fceu qu'il euft rien fait imprimer contre M" les Cha- noines 15 ; mais Schoock me femble fi froid a foutenir fa propre caufe, que ie ne le iuge pas fort propre a dé- fendre la leur. Mefme ie ne fçay fi la nouuelle qu'on me vient d'apprendre eft vraye ou non; mais on m'ef- crit qu'il a perdu fon procès a Vtrecht, faute d'auoir pu vérifier ce qu'il auoitdit .

��1 foy] luy. — 3 et 7 S 1 ] faint.

— 6 pour... qui] de dire tout ce que. — 7 a nommé] n'a point feint d'appeler. — 8-9 car... a] puis qu'il en attaque tant.

— 10 ie n'en ay] moy, ie ne dois pas trouuer eftrange, s'il ne m'épargne pas non plus ; ie dois pluftoit croire qu'il a cet oclroy particulier de parler d'vn chacun comme bon luy femble, & qu'il n'eft pas permis

��de dire la vérité de fes vices, mefme lors qu'on y eft contraint par iuftice, ainfi que m'apprend fon procez contre Sc<hooc- kius>, fans qu'on fe mette au hazardd'eftre condamné parceux qui le maintiennent. — 1 1 M"] Meffieurs. — 12 Schoock] Sch. — foutenir] défendre. — 14 Et mefme. — 17 ce... dit] les chofes qu'il auoit produites.

��a. Cf. ci-avant p. 3oo, 1. 5.

b. « Chanoines Laïcs mariez et Calvin(istes) reformez d'Vfrecht. V. la lettre MS. à Tobie d'André de février 1645. » (Inst.) Voir ci-avant, p. i55.

c. Voir ci-avant lettre CDXXVIII, p. 389.

�� � 4 7 8 Correspondance. ih,6j3.

Quoy qu'il en foit, permetez raoy que ie vous die icy, en liberté, que, lorfque i'auois efcrit contre Voe- tius, le droit du ieu eftoit qu'il me refpondift aufly par efcrit, & non pas qu'il implorait le fecours de fon magiftrat, comme il a fait; mais lorfqu'il efcrit contre 5 vn des membres des Eftats de fa Prouince, le droit du ieu eft qu'on luy face fon procès, & non pas qu'on s'amufe a faire des liures contre luy. Le trop de rete- nue de ceux qui ont vn iufte pouuoir, & le trop d'au- dace de ceux qui le veulent vfurper, eft toufiours ce >o qui trouble & qui ruine les republiques. le fuis,

Monfieur,

Voftre très humble & très obeifTant feruiteur,

DESCARTES. >5

D'Egmond, le i <j Iuin 1646.

Page 436, J. 3. — L'Ecole Illustre de Bréda fut fondée en 1646 et inau- gurée en 1647. Les Curateurs, au nombre de trois, André Rivet, Cons- tantin Huygens, le père, et Johannes Polyander, furent nommés le 1 7 sep- tembre 1646. Voir l'opuscule intitulé Jnauguratio Illustris Scholœ ac Illustris Collegii Auriaci, a Celsissimo Potentissimoque Arausionensium Principe, Frederico Henrico, in vrbe Bredana erectorum, cum Orationi- bus solemnibus ipsà Inaugurationis die seqq. aliquot habitis (Breda?, ex Officine Joannis a Waesberge, CIDIDCXLVII, in-4 ). Suivent, en effet, plusieurs discours, dont un de John Pell. Clerselier, n'ayant que la mi- nute de cette lettre, avec l'initiale P seulement, a complété Pollot, et Bail- let dans sa Vie de Mons. Des-Cartes, a suivi cette leçon. D'où ces remarques de Christian Huygens, le grand Huygens, sur le livre de Baillet en 1691, publiées par V. Cousin, Fragments Philosophiques, t. II, p. 1 55— 1 56 (3° édit., Paris, Ladrange, i838):

« P. 297. Je ne sçay qui a pu si mal informer l'autheur que de dire que

2-3 Voetius] luy. — 6 fa] la. par un long alinéa qui appar-

— 8 contre luy des liures. — tient à la lettre précédente, ci-

11-16 le... 1646.] omis. Cler- avant p. 433, l. ij, à p. 435,

selier continue, p. 623-624, l>5.

�� � CDXXXVIII. — 15 Juin 1646. 459

» M. Pollot auroit esté professeur à Breda. Rien n'est plus faux. M. Pol- » lot n'y a jamais songé. Il estoit gentilhomme de M. le prince d'Orange, » Fr. Henry. Je doute s'il savoit le latin. Il allègue le tome II des lettres » de Descartes, p. 3o8. Il faut le voir. »

« Ibidem. Un autre aussi grand abus, en ce qu'il dit que j'ay esté un » des trois curateurs de l'Académie de Breda, fondée en 1646. C'estoit » mon père. Je n'avois alors que dix-sept ans. Il prend la lettre de mon » père, escritedu camp au pais de Waes, pour la mienne. Je ne fus jamais » au camp. »

« P. 290. Il veut derechef que M. Pollot ait esté professeur à Breda, et » qu'il ait rendu cette Université cartésienne : ce qui est faux. Il allègue » le tome III des lettres de Descartes, p. 622. M. Descartes y dit qu'on » luy mande que M. Pollot est appelé à la profession, mais je crois qu'il » y a un nom pour un autre. »

« Ibidem. Je ne sache point aussi qu'il y ait eu un professeur du nom de » Joorson, du moins en 1647. Quand je vins à Breda, il n'y estoit point, » ni du depuis. » (Le nom était mal imprimé, pour Jonsson, voir ci-après lettre CDXLVI, du 7 septembre 1646.)

« Ibidem. Il me fait derechef Curateur de l'Université de Breda. J*avois » dix-sept ans seulement. Il est vray que j'avois estudié la géométrie et Pana- » lyse de M. Descartes sous Schooten pendant un an à Loyden. Mais je » n'avois point eu M. Pel pour maistre, sinon que j'entendis-deux ou trois » de ses leçons publiques à Breda »

« P. 299. Ce n'est pas moy, mais ce doit avoir esté mon père, qui a i) rendu tesmoignage de mon frère aîné et de moy, et non pas de mon ca- » det. Ce frère aîné était auprès de mon père à l'armée. Il avoit appris n conjointement avec moy à Leyde de Fr. Schooten; mais ses emplois, où » il entra jeune, ne lui permirent pas de continuer l'estude des mathéma- » tiques ; et mon cadet n'y sçut jamais rien, n'ayant point d'inclination » pour cela. De sorte que c'est un abus de dire que nous sommes tous » devenus grands mathématiciens, et c'est faire trop d'honneur à mov » aussi bien qu'à mes frères. Tous les éloges qui suivent ici de M. Des- » cartes sont sans doute de mon père et non pas de moy. »

Page 436, 1. 9. — Les deux fils aînés de Huygens, Constantin (né le 10 mars 1628) et Christian (né le 14 avril 1629), étaient partis le 11 mai 1645, pour aller étudier à Leyde. « n Maij. Discedunt Leidam Constan- tinus et Christianus meus. » (Dagboek, p. 42.) Le 12 mai, ils furent ins- crits comme étudiants à l'Université. Deux jours avant leur départ, le 9, leur père avait rédigé à leur intention une règle, Norma studiorum et vitce reliquœ prœscripta Constantino et Christiano Hugeniis, Academiam Lei- densem adituris, où on lit : « A décima ad undecimam (horam) Schoo- » tenio mathematico operam dabunt. » [Œuvres complètes de Christiaan Huygens, 1888, t. I, p. 4.) En novembre 1646, Christian alla seul étudier à Bréda [ib., p. 29; cf. Y éclaircissement ci-dessus). Il étudia donc sous

�� � 440 Correspondance. i. i"

Franz Schooten, le fils.de mai 1643, jusqu'à la fin de l'année scolaire 1646. Auparavant il avait eu pour maître de mathématique Stampioen de Jonge (ib. p. 5). — Quant à l'écrit de Christian Huygens, envoyé par Schooten à Descartes, et que celui-ci accueille un peu comme il avait fait l'essai de Pascal en 1640 (ci-avant t. III, p. 47, 1. 11), les savants éditeurs de Huygens ne l'ont pas retrouvé, et D.-J. Korteweg comptait un peu sur nous pour cela ; jusqu'à présent nous n'avons pas été plus heureux que lui.

��CDXXXIX.

Descartes a Chanut.

Egmond, i5 juin 1646. Texte de Clerselier, tome I, lettre 33, p. ioi-ioï.

Sans date dans Clerselier. Mais l'exemplaire de l'Institut donne, de mains différentes, les trois notes suivantes : t /• (en marge) » i5 juin 1646. Fixement datte'e dans les lettres addressées à » M r Chanut. — 2 (ib.) D Egmond. Cette lettre est entièrement » conforme a celle qui se trouite dans les Registres des lettres receues » en 1646 par M' Chanut. — 3° (sur petit papier collé) Elle estjixe- » ment datée d' Egmond, le 1 5 juin 1646. Voye\ les dates des lettres » de M. Chanut et les lettres MSS. » — Enjin Baillet, dans La Vie de Mons. Des-Cartes, t. II, p. 280, cite cette lettre avec la note sui- vante en marge : « le i5 de juin 1646-».

Monfieur,

l'ay efté bien aife d'aprendre, par les lettres que vous m'auez fait l'honneur de m'écrire", que la Suéde n'eft pas û éloignée d'icy qu'on n'en puifTe auoir des nouuelles en peu de femaines, & ainfi que ie pourray auoir quelquefois le bon-heur de vous entretenir par écrit, & de participer aux fruits de l'étude à laquelle

a. Lettre perdue. C'était la réponse à la CDXXVI', du 6 mars, p. 3/6 ci-avant.

�� � i. ioi-ioî. CDXXXIX. — 15 Juin 1646. 441

ie vous- vois préparé. Car, puis qu'il vous plaift de prendre la peine de reuoir mes Principes &. de les examiner, ie m'aflure que vous y remarquerez beau- coup d'obfcuritez & beaucoup de fautes, qu'il m'im- 5 porte fort de fçauoir, & dont ie ne puis efperer d'eftre auerty par aucun autre fi bien que par vous. le crains feulement que vous ne vous dégouftiez bien-toft de cette le&ure, à caufe que ce que i'ay écrit ne conduit |que de fort loin à la Morale, que vous auez choifie

10 pour voftre principale étude.

Ce n'eft pas que ie ne fois entièrement de voftre auis, en ce que vous iugez que le moyen le plus afîuré pour fçauoir comment nous deuons viure, eft de con- noiftre, auparauant, quels nous fommes, quel eft le

i5 Monde dans lequel nous viuons, & qui eft le Créateur de ce Monde, ou le Maiftre de la maifon que nous ha- bitons. Mais, outre que ie ne pretens ny ne promets, en aucune façon, que tout ce que i'ay écrit foit vray, il y a vn fort grand interualle entre la notion générale

20 du Ciel & de la Terre, que i'ay tafché de donner en mes Principes, & la connoifTance 3 particulière de la Nature de l'Homme, de laquelle ie n'ay point encore traitté. Toutesfois, afin qu'il ne femble pas que ie veuille vous détourner de voftre deflein, ie vous diray,

25 en confidence, que la notion telle quelle de la Phy- fique,que i'ay tafché d'acquérir, m'a grandement feruy pour établir des fondemens certains en la Morale; & que ie me fuis plus aifement fatisfait en ce point qu'en plufieurs autres touchant la Médecine, aufquels i'ay

3o neantmoins employé beaucoup plus de tems. De façon

a. Clers. : reconnoissance.

Correspondance. IV. 56

�� � 442 Correspondance. i, io»-io3.

qu'au lieu de trouuer les moyens de conferuer la vie, i'en ay trouué vn autre, bien plus aifé & plus fur, qui efl de ne pas craindre la mort a ; fans toutesfois pour cela eftre chagrin, comme font ordinairement ceux dont la fageffe efl; toute tirée des enfeignemens d'au- 5 truy, & appuyée fur des fondemens qui ne dépendent que de la prudence & de l'autorité des hommes.

le vous diray de plus que, pendant que ie laifle croiftre les plantes de mon iardin, dont i'attens quelques expériences pour tafcher de continuer ma 10 Phyfique, ie m'arrefte auffi quelquefois à penfer aux queftions particulières de la Morale. Ainfi i'ay tracé cet hyuer vn petit Traitté de la Nature des Paffions de l'Ame b , fans auoir neantmoins deflein de le mettre au iour, & ie ferois maintenant d'humeur à écrire encore i5 quelque autre chofe, fi le dégouft que i'ay de voir com- bien il y a peu de perfonnes au monde qui daijgnent lire mes écrits ne me faifoit eftre négligent. le ne le feray iamais en ce qui regardera voftre feruice : car ie fuis de cœur & d'affe&ion, &c. 20

��CDXL.

Descartes a Clerselier.

[Egmond, juin ou juillet 1646.] Texte de Clerselier, tome I, lettre 118, p. 534-537.

Sans date dans Clerselier; mais trois passages de cette lettre per- mettent de la dater. 1° Descartes réclame les objections de M. Le

a. Voir ci-avant t. II, p. 552, p. 23-28.

b. Voir ci-avant p. 404, Lu,

�� � i, 534. CDXL. — Juin ou Juillet 1646. 44}

Conte (p. 44S, l. 9-J0), que Mersenne lui avait annoncées {ci-avant, lettre du 20 avril 1646, p. 3g5, l. 21); et ces objections furent envoyées par Clerselier, fin de juillet 1646, puisque Descartes y répondit le 2g août (voir le prolégomène de la lettre CDXLII ci- après). La présente lettre serait donc de juin ou du commencement de juillet. 2 Elle contient une discussion de « l'Achille de Zenon » (p. 445, l. 14); or Descartes, écrivant à Mersenne le 7 sept. 1646, rappellera qu'il a envoyé une telle discussion à Clerselier, il y a quelque temps. Et ce second renseignement nous renvoie à la même date de juin ou juillet 1646. 3" Enfin Descartes parle de « l'espé- rance qu'il a d'estre bien-tost à Paris » (p. 443, l. 2), et nous verrons, lettre suivante (p. 448, l. 2), qu'au moins à un certain moment, il avait fixé au i3 juillet la date de son départ pour ce voyage qu'il devait d'ailleurs différer jusqu'à l'année suivante. Comme il ne précise point ce jour pour Clerselier, auquel il n'a cependant pas écrit depuis « desia quelque tems », «7 est probable que la présente lettre est d'une date un peu antérieure. Mais il semble difficile de la faire remonter jusqu'au iS juin. — D'autre part, cette annonce d'un prochain voyage semble en contradiction avec la demande des objec- tions de Le Conte, et on pourrait croire d'abord que deux lettres ont été cousues ensemble (chose improbable cependant, puisqu'il s'agit de lettres adressées à Clerselier, qui devait en avoir conservé l'original). Mais on peut supposer aussi que, dans une lettre précédente, à la- quelle répond Descaries, Clerselier avait parlé des objections de Le Conte, à qui il avait lui-même remis un exemplaire des Principia (voir lettre CDXLII ci-après); Descartes lui fait savoir qu'il a déjà été informé de ces objections par Mersenne, et qu'il les attend; mais il ne demande pas expressément qu'on les lui envoie en Hollande; il s'en rapporte à Clerselier, à qui ces objections doivent être remises, et qu'il tiendra au courant de ses projets.

Monfieur,

L'efperance que i'ay d'eftre bien-toft à Paris eft caufe que ie fuis moins foigneux d'écrire à ceux que i'efpere auoir l'honneur d'y voir. Ainû il y a défia quelque tems que i'ay receu celle que vous auez pris la peine de mecrire; mais i'ay penfé que vous ne vous fouciez pas fort d'auoir réponfe à la queftion

�� � 444 Correspondance. i, 534-535.

qu'il vous a plû m'y propofer, touchant ce qu'on doit prendre pour le premier principe, à caufe que vous y auez défia répondu mieux que ie ne fçaurois faire.

I'adioute feulement que le mot de principe fe peut prendre en diuers fens, & que c'eft autre chofe de 5 chercher vne notion commune, qui foit fi claire & û générale qu'elle puifTe feruir de principe pour prouuer l'exiftence de tous les Eftres, les Entia, qu'on con- noiftra par après ; & autre chofe de chercher vn EJîre, l'exiftence duquel nous foit plus connue que celle 10 d'aucuns autres, en forte qu'elle nous puifTe feruir de principe pour les connoiftre.

Au premier fens, on peut dire que impoffibile ejî idem ftmul effe & non effe eft vn principe, & qu'il peut généralement feruir, non pas proprement à faire con- 1 5 noiftre l'exiftence d'aucune chofe, mais feulement à faire que, lors qu'on la connoift, on en confirme la vérité par vn tel raifonnement : // eft impoftible que ce qui vft ne foit pas; or ie connois que telle chofe eft ; donc ie connois qu'il eft impoftible qu'elle ne foit pas. Ce 20 qui eft | de bien peu d'importance, & ne nous rend de rien plus fçauans.

En l'autre fens, le premier principe eft que noftre Ame exifte, à caufe qu'il n'y a rien dont l'exiftence nous foit plus notoire. *5

I'adioute aufli que ce n'eft pas vne condition qu'on doiue requérir au premier principe, que d'eftre tel que toutes les autres propofitions fe puiflent réduire & prouuer par luy ; c'eft aflez qu'il puifTe feruir à en trouuer pluiieurs,& qu'il n'y en ait point d'autre dont 3o il dépende, ny qu'on puiffe plutoft trouuer que luy.

�� � i, 535-s:<6. CDXL. — Juin ou Juillet 1646. 44c

Car il fe peut faire qu'il n'y ait point au monde aucun principe auquel feul toutes les chofes fe puiflent ré- duire ; & la façon dont on réduit les autres propofi- tions à celle-cy : impojfjibile ejî idem Jîmul ejje & non

5 ejfe, eft fuperfluë & de nul vfage ; au lieu que ç'eft

auec très grande vtilité qu'on commence à s'affurer de

l'exijîence de Dieu, & en fuite de celle de toutes les

créatures, par la conjideration de fa propre exijience.

Le Père Merfenne m'auoit mandé que Monfieur le

<o Conte a pris la peine de faire quelques obiedions con- tre ma Philofophie a ; mais ie ne les ay point encore veuës. le vous prie de l'affurer b que ie les attens, & que ie tiens à faueur qu'il ait pris la peine de les écrire. L'Achille de Zenon ne fera pas difficile à foudre, fi

«5 on prend garde que, fi à la dixième partie de quelque quantité on adioute la dixième de cette dixième, qui eft vne centième, & encore la dixième de cette der- nière, qui n'eft qu'vne milliefme de la première, & ainfi à l'infiny, toutes ces dixièmes iointes enfemble,

20 quoy qu'elles foient fupofées réellement infinies, ne compofent toutesfois qu'vne quantité finie, fçauoir vne neufiéme de la première quantité, ce qui peut facilement eftre demonftré. Car, par exemple, fi de la

��G

-t-H-

��A CBF D B

ligne AB on ofte la dixième partie- du cofté qui eft vers 25 A, à fçauoir AC, & qu'au mefme temps | on en ofte

a. Voir ci-avant p. 395, 1. 21.

b. M. Le Conte, et non le P. Mersenne qui était absent de Paris depuis le mois d'avril (ci-avant p. 412, 1. av.-d.), et qui ne rentrera qu'au mois d'août (voir ci-après lettre CDXLVI, du 7 septembre).

�� � 446 Correspondance. i, 536.

huid fois autant de l'autre cofté, à fçauoir BD, il ne refte entre deux que CD, qui eft égal à AC ; puis de- rechef, fi de CD on ofte fa dixième partie vers A, à fçauoir CE, & huid fois autant de l'autre 3 cofté, à fçauoir DF, il ne reliera entre deux que EF, qui eft 5 la dixième de la toute C D ; & fi on continue indéfi- niment à ofter du cofté marqué A vn b dixième de ce qu'on auoit ofté auparauant, & huid: fois autant de l'autre cofté, on trouuera toufiours, entre les deux dernières lignes qu'on aura oftées, qu'il reftera vne 10 dixième partie de toute la ligne dont elles auront efté oftées, de laquelle dixième on pourra derechef ofter deux autres lignes en mefme façon. Mais fi on fupofe que cela ait efté fait vn nombre de fois a&uellement infiny, alors il ne reftera plus rien du tout entre les ' 5 deux dernières lignes qui auront ainfi efté oftées, & on fera iuftement paruenu des deux coftez au point G, fupofant que A G eft la neufiéme partie de la toute AB, & par confequent que BG eft oduple de A G. Car, puifque ce qu'on aura ofté du cofté de B aura tou- 20 jours efté oduple de ce qu'on aura ofté du cofté de A, il faut que laggregatum, ou la fomme de toutes ces lignes oftées du cofté de B, qui toutes enfemble com- pofent la ligne BG, foit aufli oduple de A G, qui eft l'aggregé de toutes celles qui ont efté oftées du cofté 25 de A. Et, par confequent, fi à la ligne AC on adioufte CE, qui eft fa dixième partie, & de plus vne dixième de cette dixième, & ainfi à l'infiny, toutes ces lignes iointes enfemble ne compoferont que la ligne A G,

a. Clers. : nostre.

b. Lire : une -

�� � i, 536-53 7 . CDXLI. — Juillet 1646. 447

qui eft la neufiéme de la toute AB, ainfi que i'auois entrepris de demonftrer.

Or, celaeflant fceu, fi quelqu'vn dit quvne tortue qui a dix lieues d'auance fur vn cheual, qui va dix fois 5 auffi ville qu'elle, ne peut iamais eftre deuancée par luy, à caufe que, pendant que le cheual fait ces dix lieues, la tortue en fait vne de plus, & que, pendant que le cheual fait cette lieuë, la tortue auance encore de la dixième partie d'vne lieuë, & ainfi à l'infiny ; il 10 faut répondre que véritablement le cheual ne la deuan- |cera point, pendant qu'elle fera cette lieuë & cette dixième & ■— & - 1 - &c. de lieuë, mais qu'il ne fuit pas

100 1000 ^ r

de là qu'il ne la deuance iamais, pource que cette ~- & -L & — n e font que - d'vne lieuë, au bout de la-

100 IOOO T y '

i5 quelle le cheual commencera de la deuancer. Et la caption eft en ce qu'on imagine que cette neufiéme partie d'vne lieuë eft vne quantité infinie, à caufe qu'on la diuife par fon imagination en des parties

��infinies. le fuis infiniment, &c.

��CDXLI.

Elisabeth a Descartes.

[La Haye, juillet 1646.} Copie MS., Rosendaal, près Arnhem, Collection Pallandt, 11° -j6, p. 149-151.

Publiée par Foucher de Careil, Descartes et la Princesse Elisabeth (Paris, Germer-Baillière, iSjg), p. loj-iog. Sans date; mais Elisabeth parle de deux prochains départs, celui de Descartes pour la France, « le i3 de ce mois », et le sien propre pour l'Allemagne.

�� � 448 Correspondance.

Comme elle arriva à Berlin le ij septembre {lettre CDXL1X ci- après), elle dut partir, au plus tard, sur la fin d'août, et la présente lettre pourrait être du commencement d'août. Mais Descartes n'au- rait pas remis un voyage en France (que d'ailleurs il ne fit pas) jusqu'au mois d'août, et nous savons qu'en 1644 il était parti en juin (ci-avant p. 10S et p. i2j); en 1647, il partira au mois de juin, et en 1648, au mois de mai. Enfin, Elisabeth fait allusion à un malheur (p. 44g, l- 4-5) qui détermina son brusque départ, ou plutôt son exil, et la date de ce malheur (voir éclaircissement) est du 20 juin 1646. La présente lettre a donc été écrite au commencement de juillet.

Monjieur De/cartes,

Puifque vojîre voyage ejl arrejlé pour le 3""/i3 de ce mois, il faut que ie vqps reprefente la promeffe que vous rriaue\ faite de quitter voflre agréable folitude, pour me donner le bonheur de vous voir, auant que mon parte- 5 ment dicy m'en fajfe perdre ï efperance pour 6 ou y mois, qui ejl le terme le plus efloigné que le congé de la Reine ma mère, de M. mon frère*, & le fenliment des amis de nojlre maifon ont prefcrit a mon abfence*. Mais il me feroit encore trop long, fi ie ne majfeurois que vous y 10 continuerez la charité de me faire profiter de vos Mé- ditations par vos lettres, puifque, fans leur affijlance, les froideurs du nord & le calibre des gens auec qui ie pourrois conuerfer, efleindroit ce petit rayon defens com- mun que ie tiens de la nature, & dont ie reconnois Ivfage i5 par voflre méthode. On me promet en Allemagne ajje^ de loifir & de tranquillité pour la pouuoir efludier, &

10 affeurois] aperceuois (F. de C).

a. Charles-Louis, le chef de la Maison Palatine, depuis la mort de son père, Frédéric, roi de Bohême, le 18 nov. i6?2, son frère aîné s'étant noyé par accident, le 17 janvier 1629.

�� � CDXLI. — Juillet 1646. 449

ie ri y amené de plus grands îrefors, rfou ie pretens tirer plus de fatisfaclion, que vos efcrits. Vefpere que vous me permettre^ d'emporter celuy des payions, encore qu'il n'a efié capable de calmer ceux 3 que nojlre dernier mal- 5 heur auoit excité. Il faloit que vojlre prefence y aportoit b la cure, que vos maximes ni mon raifonncment riauoient pu appliquer. Les préparations de mon voyage & les af- faires de mon ff ère Philippe, ioint a vne complaifance de bienfeance pour les plaifxrs de ma tante, m'ont empefché 10 iufquicy de vous rendre les remercimens que ie vous de- mis pour Vvtilité de cette vijite; ie vous prie de les rece- uoir à cette heure de

Vojlre très affectionnée amie a vousferuir,

ELISABETH.

i5 M. De/cartes,

le fuis obligée d enuoyer celle cy par le mejfager, parce que fa promtitude m'ejl plus necejfaire, a cette heure, que fa feureté.

Page 448, 1. 9. — Sur le « malheur » qui fut cause de ce départ forcé de la princesse Elisabeth, nous avons deux documents:

i» Baillet, en 1691., Vie de Mons. Des-Cartes, II, 2??-2?4, raconte le fait, et cite en marge une « Leur. MS. de M. de la Salle à M. Legrand ». Dans sa Préface, p. xxv : « C'est de M. de la Salle, dit-il, Chambellan » ordinaire du feu Roy de Suéde que l'on tient la plupart des choses qui » regardent la personne de l'illustre Princesse disciple de nôtre Philo- » sophe. » Et en marge, au même endroit : « C'est luy qui, par ordre du » feu Roy de Suéde, accompagna le Prince Adolphe frère de ce Roy et » Oncle de celui qui règne aujourd'huy, dans ses voyages d'Allemagne et » d'Italie, avec la qualité d'Envoyé extraordinaire, et qui a eu depuis de » très-grandes habitudes dans toute la Maison Palatine de la branche de » Weldens. » M. de la Salle pouvait donc être bien renseigné, quoique

a. Lire : celles ou ce ?

b. Lire : aportast?

Correspondance. IV. 57

�� � 4$o Correspondance.

son témoignage soit postérieur de plus de quarante ans au fait en ques- tion, sa lettre à l'abbé Legrand étant de 1684 à 1690 (voir notre Intro- duction, t. I, p. xlvii-xlviii).

a Elle (la Princesse Elisabeth) demeura en Hollande », dit Baillet, « jus- » qu'à la mort du sieur d'Espinay Gentil-homme François, qui avoit été n obligé de se retirer de son pais pour éviter les effets de la jalousie d'un » grand Prince qu'il servoit, au sujet d'une Demoiselle de Tours, qu'il « prétendoit épouser. Ce Gentil-homme avoit beaucoup de ces qualitez » de l'esprit et du corps, qui servent à gagner l'estime et l'affection des » autres, et il ne fut pas long-tems en Hollande sans s'attirer de nou- » velles jalousies qui le firent assassiner en plein jour à la Haye dans le n marché aux herbes par le Prince Philippe cadet de toute la maison » Palatine. Le bruit courut alors qu'une action. si noire avoit été con- » certée sur les conseils de la Princesse Elizabeth. La Reine sa mère, qui » prenoit beaucoup de part à cette affaire, en conceut tant d'horreur, que, » sans se donner la patience d'en examiner le fonds, elle chassa sa fille » avec son fils de chez elle, et ne voulut jamais les revoir de sa vie. Le » Prince Philippes se retira à Bruxelles, et s'étant attaché au service » d'Espagne, il fut tué à la bataille de Rétel, étant à la tête d'un régiment » de cavalerie. La Princesse Elizabeth se retira à Grossen, auprès de » l'Electrice douairière de Brandebourg sa parente, où elle demeura pen- » dant un tems assez considérable, ne s'occupant guéres que de la Philo- » sophie dont elle faisoit ses plus profondes méditations. Elle vivoit avec » la fille de la douairière, qui étoit la sœur du jeune Electeur de Bran- « debourg Frédéric Guillaume, et qui fut mariée depuis au Lantgrave » de Hesse-Cassel Guillaume. Durant ce séjour- elle se fit un plaisir de « former l'esprit et le coeur de cette jeune Princesse; elle l'instruisit avec » tant de succès, qu'elle en fit une personne d'un très-grand mérite» Le » mariage qui se fit ensuite entre l'Electeur de Brandebourg et la fille du » Prince d'Orange Frédéric Henry, avec laquelle notre Princesse Philo- » sbphe avoit eu d'étroites liaisons pendant tout le tèms de sa demeure à » la Haye, luy donna de fréquentes occasions d'aller à Berlin chez les n nouveaux mariez, et d'y faire d'assez longs séjours, mais toujours à la » compagnie de la douairière mère de l'Electeur. »

20 Tallemant des Réaux, dans ses Historiettes, chapitre intitulé M. d'Or- léans [Gaston), t. II, p. 287-289, 3" édit. Monmerqué et Paulin Paris (Paris, Techencr, 1854), avait déjà raconté le même fait. Or les Historiettes sont de 1657, au plus tard, et Tallemant avait pu apprendre la chose, soit à propos d'Anne de Gonzague, mariée en France depuis 1645 à un frère d'Elisabeth (voir ci-avant p. 337, éclaircissement), soit à propos de la sœur d'Elisabeth, la princesse Louise-Hollandine, réfugiée à Paris, après s'être sauvée de La Haye, le 17 décembre 1657, avec un officier français du nom de Laroque (elle abjura le 25 janvier i658, voir ci-après lettre CDXLV prolégomène). Tallemant cite d'ailleurs M"" de Longueville : précisément cette année 1646, partie de Paris le 20 juin, elle arriva à

�� � CDXLI. — Juillet 1646. 451

Munster, le 26 juillet, après avoir passé par la Hollande; et du 20 août au 12 septembre elle revint faire un tour en Hollande, où elle vit à la Haye la reine de Bohême. Tallemant raconte d'abord que l'Espinay, gentil- homme de Normandie (Jacques d'Espinay, sieur de Vaux et de Mezieres), favori de Gaston, duc d'Orléans, fut chassé par celui-ci, pour l'avoir sup- planté auprès de sa maîtresse Louise Roger de la Marbelière, familiè- rement Louyson Roger. Cette disgrâce arriva en mai i63g (voir, pour la date, Lettres de Jean Chapelain, 1880, t. I, p. 426-427):

« L'Espinay chassé », continue Tallemant, « s'en alla en Hollande, où il » eut facilement accez chez la reyne de Bohême. Comme il y entra avec » la réputation d'un homme à bonne fortune, il y fut tout autrement » regardé qu'un autre; et, dans l'ambition de n'en vouloir qu'à des prin- » cesses ou a des maistresscs de princes, on dit qu'il cajolla d'abord la » mère, et après la princesse Louyse, car les Louyses estoient fatales à ce » garçon. On dit que cette fille devint grosse, et qu'elle alla pour ac- » coucher à Lcyde, où l'on n'en faisoit pas autrement la petite bouche. » La princesse Elisabeth, son aisnée, qui est une vertueuse fille, une fille » qui a mille belles connoissances et qui est bien mieux faite qu'elle, ne » pouvoit souffrir que la Reyne sa mère vist de bon rcil un homme qui » avoit fait un si grand affront à leur maison. Elle excita ses frères contre » luy ; mais l'Electeur [Charles-Louis, Electeur palatin, dépossédé, puis » rétabli en 164S) se contenta de luy jetter son chapeau à terre, un jour » qu'estant à la promenade à pié, il s'estoit couvert, par ordre de la » Reyne, à cause qu'il pleuvoit- un peu. Mais le plus jeune de tous, » nommé Philippe, ressentit plus vivement cette injure, et un soir, proche » du lieu où l'on se promené à la Haye, il attaque l'Espinay, qui estoit » accompagné de deux hommes, et luy n'en avoit pas davantage. Ils se » battirent quelque temps : il survint des gens qui les séparèrent. Tout » le monde conseilla à l'Espinay de se retirer, mais il n'en voulut jamais » rien faire. Enfin, un jour qu'il avoit disné chez M. de la Tuillerie » (ajouté en marge : Gaspard Coignet, comte de Courson, sieur de la » Thuillerie, mort en i653), ambassadeur de France, il sortit avec des » Loges. Si l'on cust creu que le prince Philippe eust osé le faire assas- » sincr en plein iour, on h'eust pas manqué de le faire accompagner, et il' » s'en fallut peu que M. de la Vicuville, qui avoit aussv disné chez l'Am- » bassadeur, ne prist le mesme chemin. Il fut donc attaqué par huit ou » dix Anglois, en présence du prince Philippe. Des Loges ne mit point » l'espée à la main ; l'Espinay seul se défendit le mieux qu'il put ; mais il » fut percé de tant de coups que les espées se rencontroient dans son » corps. Il voulut tascher à se sauver, mais il tomba; toutefois il fit » encore quelque résistance à genoux, et enfin il rendit l'esprit. »

« Pour ce qui est de la princesse Louyse, M"' de Longucville escrivoit » de la Haye, où elle la vit, allant à Monsier : « J'ay veû la princesse » Louyse, et je ne croy pas que personne envie à l'Espinay la couronne s de son martyre. » Pour la reyne de Roheme, on croit seulement qu'elle

�� � 4$ 2 Correspondance.

» estoit bien aise que sa fille se divertist. L'Espinay estoit bien à la » Cour du prince d'Orange, qui n'estoit pas fasché qu'il fut souvent avec » son filz ; il avoit l'esprit adroit, et asseurement il y auroit fait quelque » fortune. »

Enfin, sur la liberté d'aller et venir, «t aussi de manières, de la prin- cesse Elisabeth en Hollande, nous avons le témoignage de Sorbière, p. 102-104 des Sorberiana (Toloss, MDCXCI).

« Elisabeth de Bohême. De mon tems, qui étoit 1642, en Hollande, » c'étoit un divertissement des Dames d'aler en bateau de la Haie à Delft » ou à Leyde, habillées en bourgeoises, et mêlées parmi le vulgaire, afin 1 d'ouïr les discours que l'on tiendroit des Grands, sur le propos des- » quels elles jettoient la compagnie. Et il arrivoit souvent qu'elles oioient » diverses choses qui les touchoient, et même leur galanterie aiant » quelque chose d'extraordinaire, elles ne revenoient gueres sans trouver » quelque cavalier qui leur ofroit son service, et qui au débarquer se » voioit bien trompé de la petite espérance qu'il avoit conçue que ce » fussent des courtisanes; parce que toujours un carosse les attendoit. » Elizabet, l'ainée des Princesses de Bohême, étoit quelquefois de la » partie. On racontoit merveilles de cette rare personne : qu'à la con- » noissance des langues elle ajoutoit celle des sciences ; qu'elle ne s'amu- » soit point aux vétilles de l'école, mais vouloit connoître les choses clai- » rement ; que pour cela elle avoit un esprit net et un jugement solide ; » qu'elle avoit pris plaisir à ouïr Descanes; qu'elle le lisoit fort avant » dans la nuit; qu'elle se faisoit faire des dissections et des expériences ; » qu'il y avoit en son Palais un Ministre tenu pour Socinien. Son âge » sembloit de vingt ans; sa beauté et sa prestance étoient vraiment d'une » héroïne. Elle avoit trois sœurs et cinq frères : Frédéric, Robert, Mau- » rice, Edouard, Philippe ; Louise, Henriette, Sophie. »

Notons que Descartes, qui s'était rendu à la Haye après le meurtre de L'Espinay (p. 449, 1. 5), y retourna au reçu de cette lettre (voir ci-après lettre CDXLV). Ce fut sa dernière entrevue avec Elisabeth, qu'il ne de- vait plus revoir.

��CDXLII.

[Clerselier] a Descartes.

[Paris, juillet 1646.] Texte de l'édition latine, tome II, epist. i3, p. 42-66.

Clerselier ne donne qu'une version française de cette lettre, t. Il, lettre i3, p. 6g-ioi , « A Monsieur Descartes », sans date. Mais on

�� � ii. 6 9 . CDXLII. — Juillet 1646. 45}

trouve, dans l'exemplaire de l'Institut, cette note écrite à la main : « Par la lettre manuscrite de M. Descartes à M. Clerselier, datée » du 29 août 1646, il appert que M. Descartes avoit reçu dans le » paquet de M. Clerselier, trois semaines auparavant, par le minis- » tere du sieur Petit, les objections de M. le Comte. Ainsi elles » avoient été envoyées de Paris le 20 juillet 1646. » Dans une autre note du même exemplaire, t. I, p. 534, an sujet de notre lettre CDXL ci-avant, il est fait mention, dans les mêmes termes, de cette « lettre » manuscrite à M. Clerselier, fixement datée du 2g août 1646 », et qui accompagnait les réponses de Descartes aux objections de M. Le Conte, reçues il y a trois semaines. Mais l'annotateur en conclut que ces objections ont été envoyées « le 16 juillet 1646, jour de poste ». Que ce soit le 16 ou le 20, l'envoi est certainement de juillet.

Cette longue lettre i3' comprend d'abord un billet d'envoi, en français, qui est de Clerselier. Ce ne serait donc pas Mersenne qui aurait, le premier, sollicité les objections de Le Conte (cf. lettre CDXXIX du 20 avril, ci-avant, p. 3g5, l. 21); en tout cas Mer- senne partit ensuite pour un voyage dont il ne revint qu'en août [voir lettre CDXL VI ci-après, 7 sept.); et, en son absence, c'est Clerselier qui reparle à Descartes de ces objections (voir ci-avant, p. 445, l. 9-10), et c'est à Clerselier qu'il enverra ses propres réponses le 2g août (lettre CDXLIV ci-après). Voir toutefois /'éclaircissement.

Nous n'imprimerons comme lettre à Descartes que le billet de Clerselier. Tout le reste est une longue controverse entre Le Conte, Picot et même Clerselier : objections du premier, réponses du se- cond, instances du premier et remarques du troisième. Tout cela ne s'adresse pas proprement à Descartes, bien que finalement il se soit fait juge du débat. — Clerselier ne reproduit pas, à propos des dif- férents articles, les figures des Principes. Nous ferons comme lui; ces figures ne doivent pas plus être reproduites ici que le texte complet des passages discutés. On retrouvera les unes et les autres dans l'édition même des Principes.

Les numéros de 1 à XV , placés en manchette, ont été ajoutés à la main dans l'exemplaire de l'Institut.

Monjieur, le vous écriuis dernièrement* que, félon vos ordres,

a. Lettre perdue, qui semble être celle à laquelle répond la lettre CDXL de Descartes, p. 442 ci-avant.

�� � 4$4 Correspondance. 11,69-70.

i'auois prefcnte à Monjîeur le Conte vn Exemplaire de vos Principes de Philofophie, que cette belle & nouuelle doclrine nous auoit donné plujieurs fois fuiet d'entretien & d'admiration ; que, dans les conuerfations que V auois eues à diuerfes reprises auec luy, il m auoit fouuent pro- 5 pofé des difficulté^ fur quelques points de vojlre Liure, que i'auois trouuées fort conjiderables , & qui meri- toient bien deflre m if es fur le papier ; que ie ï en auois prié, & mefme preffé ; & qu enfin 1 auois obtenu de luy qu'il les rédiger oit par écrit en forme dObicclions. Vous 10 maue^ témoigné, Monfieur, que vous auie^ vn très-grand dejir de les voir ; ie vous les envoyé par cet ordinaire, pour fatisfaire a vojlre curiofitc. l'y ay ioint aufji les réponfes claires & iudicieufes qu'vn de vos amis & des miens*, auquel ie les auois communiquées, a voulu prendre i5 la peine d'y faire.

« Objectiones Domini le Conte, Artic. 54 part. 3, Princip. : Creuit

autem, etc. »

« Traditis à Domino Descartes Pnncipijs, et eorum motibus assen- » tiendo, | mihi videtur, si ita creuit initio materia primi démenti, illam » debere adhuc indesinenter crescere, ob eundem perpetuum semper mo- » tum globulorum secundi elementi ; qui sibi ipsis etiam nunc occurrentes » et sese corrodentes, debent, vt olim, assidue minui, et per consequens » augere semper primum elementum, et hoc modo corpus Solis et rixarum » continuo crescere deberet; quod tamen non apparet. »

« Responsio Clarissimi Viri Domini Picot. »

« Optime aduertit Vir Cl. generari quotidie nouam materiam primi

  • elementi, sed debuit quoque animaduertere, art. 2 quarto; partis, haec

n verba : Sed cum particulœ striattr. etc.. sibi niutuo adhœrerent. sicque » m materiam terlij elementi verterentur, etc., et sic vidisset astra non >• ideo crescere. »

a. Claude Picot, ou l'abbé Picot, comme on le verra ci-après.

�� � h.70-7». CDXLII. — Juillet 1646. 4$ 5

��« Instantia Domini le Conte. »

« Solutio plane satisfacit; ex primo enim elemento tertium generatur,et » etiam aliquoties primi ac tertij elementi materia in materiam secundi » conuertitur, et ita secundum elementum reparatur, vt Dominus Des- » cartes annotauit, et pag. 140, art. 100, dicit tertium elementum crescere » non posse in immensum. »

« Art. 83 et seq. part. 3. Princip. : Et primo quidem, etc. « II

« Hic non probatur globulos cœlestes velocius in circumferentia vnius a vorticis moueri circulariter, quam circa médium; id est, in nostro vor- » tice, quam versus Saturnum; sed solum ostenditur grauiores et maiores >> globulos alijs minoribus superiores euadere, dum conantur omnes à » centro recedere; et ita posse fieri vt quidam casteris citius moueantur » versus extrema vnius vorticis, motu recto vel quasi recto, sed non circu- » lari. Et si dicatur motum illorum circularem accelerari ab illo conatu » recedendi à centro sui motûs, quaero cur lex ista non est generalis per » totum vnum vorticem, et quae ratio diuersitatis et tarditatis circa certam r> distantiam, vt versus Saturnum. »

« Videturque nunc ob motus per tôt mille annos praeteritos, quod glo- » buli cœlestes ita deberent esse accommodati, vt grauiores et solidiores » sint alijs superiores ; nec amplius hac de causa ordinem deberent mutare » (nisi forte per accidens), sed solum totius vorticis motum circularem » sequi. »

« Exemplum in figura pag. sequ. adductum nihil habet simile globulis » secundi elementi: cum enim illi ordinem mutant, ex via angustiori in » latiorem transeunt, scilicet cum recedunt à centro ad circumferentiam » euntes. In hac vero figura contrarium reproesentatur. »

« Responsio*. »

« Isto articulo vult autor ostendere, quomodo globuli quamuis magni- » tudine ajquales, vt supposuerat, moueantur celerius vni alijs, quod reete » demonstrat; nec dubium est, quin superiores moueantur celerius inferio- » ribus vitra spha;ram Saturni,cum superiores eodem tempore plus spatij » percurrant, quam inferiores. Non autem recte infert Vir Clarissimus, » solidiores alijs debere euadere superiores, quia autor non vult globulos » istos, quo sunt crassiores, magis recedere à centro vorticis, sed eos so- » lummodo, qui sunt magis agitati; hoc est cum contingit vt minus ma- >. gnitudine superentur ab alijs, qui infra sunt, quam illos celeritate » superant. »

a. Clerselier : Réponse de M' Picot.

�� � 4^6

��Correspondance. h, 7»-74-

��Instant ta.

��« Sed non possunt magis agitari quidam globuli caeteris, nisi à soliditate ■ maiori; aut illa agitatio erit accidentalis, et per consequens parui mo-

  • menti. »

« Prsecipua autem huius secundae obiectionis difficultés, quœ non satis » clare proposita fuit, in hoc consistit, quod non video, cur, verbi gratia, » omnis materia quae mouetur circulariter circa Solem, ab ipso Sole » vsque ad certum terminum, ex. ca., Saturnum, debeat gradatim retar- » dari; transactoque illo termino, vnde noua huic materiae celeritas posset » aduenire, vt gradatim ad extremitatem vsque vorticis dicti Solis accele- » rari circulariter mouendo possit. »

« Supposuit-enim Dominus Descartes totius materia: particulas diuisas » circa propria sua centra separatim moueri, et earum particiilarum innu- » merabilem quantitatem circa quœdam puncta interuallis derinitis sepa- » rata, vt sunt centra fixarum, circulari; et ex his duabus suppositionibus i omnes apparentias saluare promisit. />

« In hoc vero articulo et sequentibus vult probare materiam ccelestem » moueri celerius versus centrum etcircumferentiam,quam circa médium » aut certum terminum : cuius propositionis existimo illum debuisse po- m tius suppositionem adhuc petere, quam illius rationem dare conari. » Nullâ enim lege naturae aut motus, nec vllo experimento illud potest » confirmari, videturque motûs ita compositi contemplationem et inuen- » tionem ab autore excogitatam fuisse, vt secundum suam hypothesin Co- » metarum apparentias saluaret, et etiam Planetarum suorum librationem » et loca, vbi eos locat. »

» Quaero igitur cur vniformiter à centro vorticis vnius vsque ad circum- » ferentiam motus circularis aut gradatim non acceleratur, id est cum » mensurà certâ et regulatâ, aut gradatim non minuitur; aut cur circulos » suos non absoluit eodem tempore vnius vorticis tota materia; et quae » ratio diuersitatis et tarditatis circa certam distantiam à centro. »

« Aduersus artic. 84 huius tertiae partis, posset dici, quod etiamsi ma- » teria solaris moueatur velocissime, et posset secum rapere globulos » ccelestes sibi vicinos, quia tamen isti globuli cum xthere circumfuso, » qui ex striatis ramentis, aëre, maculis, et aliis minutijs, vt alibi dictum » est*, primi et tertij démenti paucissimae agitationis capacibus componi- » tur, sunt permixti, non deberent tam celeriter moueri circa Solis sphx- » ram, quam longius ab illa, vbi impedimenta talia cessant. »

III « Art g5 part. 3 Princip. : Atque hinc, etc. »

« Imo mihi videtur quod versus polos deberent potius apparere illae so-

• lares maculae, quam versus Eclipticam, cum fruatur rapidiori motu

a. Cf. Principia, III, art. too.

�� � u.74-75- CDXLII. — Juillet 1646. 457

» Solis materia versus Eclipticam, quam versus polos, vti dicitur artic. 84. » Vitra enim motus mille toti Solis corpori communes praeualet circulari » celeritate Ecliptica. Sed vbi est motus violentior, ibi etiam est excussio » continua fortior, secundum leges naturae et motûs; nascentes ergo ma- » culae in Ecliptica deberent ab illa recedere et excuti versus polos; adde » quod etiam materia primi elementi, globuli secundi, et aether contiguus » Solis corpori, citiori adhuc motu rapiuntur versus Eclipticam, quam » versus polos. »

« Si autem accidat aliquas maculas nasci versus polos, ab illis nullo modo » recedere deberent propter motum in Ecliptica vclocissimum, aditum » versus suas partes arcentcm, et talem recessum illis prohibentem. »

a Et hoc modo Sol et alia sidéra maculis deberent tegi versus polos, » non autem versus partes Ecliptica;. Contrarium tamen apparet in ma- » culis nostri Solis. »

« Hocque adhuc exemplo hic allato confirmatur : videmus enim in » liquoribus bullientibus spumam ad ebullitionem excuti, et vbi liquor » minus mouetur et bullit, spumam pelli : eodemque modo materia Solis » ebulliens in Ecliptica spumam et maculas in partes minus motas et bul- » lientes deberet pellere. »

« Responsio. »

« Non video cur velit Vir Clarissimus polos tegi materia macularum; k cum enim istae minutiae, ex quibus macula; componuntur, ab Eclipticis » aliorum vorticum ferantur motu recto, sunt satis agitatae,cum deueniunt » ad Solem, et eius corpus ingrediuntur per polos, vt non haereant in » polis, sed transeant vsque ad certam distantiam, priusquam istam agi- » tationem amittant, quam forte non amitterent nisi permiscerentur cum » materia Solis, quae cum sit magis agitata et ad motum apta, eas expellit » versus circumferentiam : hoc est potius versus Eclipticam quam versus »■ polos, quia noua materia, quae similiter ingreditur Solem, maculas illas » versus Eclipticam propellit, quod confirmatur toto articulo 96. Nec » refert quod motus in Ecliptica sit velocior ; manifestum est enim, quod » macularum materia minus impedit agitationem materiae Solaris, cum » sunt in exteriori superficie, quam cum sunt intra, et ideo materia recens » Solem ingressa, quia est minus defaecata et ad motum ineptior, subito » versus superiora reijcitur. »

« [Instantia. • « Ad libitum iudicet et plaudat lector. »

« Obseruatio Domini C* ad obiectionem contra art. g5 part. 3. » « In eo conueniunt autor et obiectans, quod materia macularum Solis

a. L'exemplaire de l'Institut complète le nom : Clerselier.

Correspondance. IV. - 58

�� � 458

��Correspondance. ii, 7 5- 77 .

��» emittatur circa Eclipticarapartesque vicinas, vtpotecitatiores; sed exinde » contendit obiectans, quod illœ maculas debeant versus polos defluere » siue excuti, vel protrudi, propter eiusdem motus rapiditatem in Eclip- u tica et vicinis partibus.quod est contra mentem autoris. »

« Sane, si illa materia macularum insideret corpori Solis, postquam ab » intimo extrusa est, vt corpora grauia terras adhasrent, non est dubium, » quin statim ab Ecliptica polos versus conflueret, vt probat experientia » spumae vtrinque allata. Sed ex sententia autoris illa materia semel ex- » cussa aetheri libero permittitur,in vicinia tamen Solis, et cum illo aethere » girat, ejus motui obsecundans; neque subest ratio cur ad polos congre- » getur. »

« Quare vero non eueniat, vt versus polos collecta illa materia generet u maculas, recte ostendit defensor autoris. »

« Art. 108 part. 3 Princip. : Ita igitur r efc. »

« Est contra ordinem naturae, quod particulœ striatae transeant potius « per maculam, quam per aërem; nam facilius est omnibus corporibus » transire inter corpora minus opaca, quam per plus opaca.magisque ideo » motui aliorum resistentia. Et ex Domino Descartes, art. 106 eiusdem » partis, particulae striatae veniunt ab vna vorticis extremitate, et formant » sibi meatus, nempe ab A vsque ad illud x, quod est vitra d. Quid igitur » impedit, ne eosdem meaius sibi etiam efforment ex eodem dicto x vsque » ad B, polum oppositum? Nam aether, globuli secundi elementi, et ma- » teria primi eadem facilitate ab illis possunt permeari; nec opus est vt » mutent strias suas et mouendi assuetos modos, vt iter continuent; con- » fectumque iter, quando peruenerunt ab A vsque ad sidus, xquale est » omnino huic quod superest à sidère vsque ad B. »

« Nec seruire potest responsio art. 1 1 3, scilicet facilius esse transire per » maculas, quam per xtherem circumfusum, quoniam œther motui glo- >• bulorum secundi elementi obsequitur et situm eumdem non seruat; » mouentur enim globuli secundi elementi et aether à sideris partibus d » vsque ab B, ijsdem plane motibus quibus ab A vsque ad f. »

a Imo vero, si haec responsio valeret, particlilx striatx deberent potius » transire ex vna extremitate poli vnius vorticis ad aliam, quam compo- » nere paruum vorticem articulo 108 propositum; nam versus polos » parum et eodem modo mouentur duo prima elementa et aether, versus » vero Eclipticam alio et multo velociori; ideoque facilius erit striatis » continuare suos motus versus polum oppositum, quam reuerti per » aethera et globulos secundi elementi versus Eclipticam, vbi motus est » valde diuersus à polis, et vbi globuli secundi elementi et aether situm » continuo mutant propter rapidi motûs velocitatem. »

« Deinde, cum ex art. 106 non a puncto, sed ab ampla coeli regione, et » non ad solum sidus, sed ad totum spatium comprehensum inter Q et H, » tendant et transeant particulœ striatae, quomodo poterunt hae striatae

�� � n,77-79- CDXLII. — Juillet 1646. 459

» regredi, vt supra dictum paruum vorticem forment? Striatis enim à polo » verbj gratia A, vnde primo processerunt. venientibus occurrent, et op- » ponentur eis in isto reditu. nec non etiam alijs striatis ex aduerso polo B » redeuntibus; quod valde difficile erit conciliare. »

| « Responsio *. »

« Imo est secundum ordinem naturae ; nam in macula inueniuntur plures » meatus per quos transire possint. quam in acre: nec refcrt quod aër n transmittit lumen facilius quam macula;, quoniam potest praebere trans- » itum actioni, quae efficit lumen, non autem particulis striatis, qux «•quamuis numerentur inter primum elementum. non tamen sunt minu- » tissimse, vt auctor alibi ostendit 1 ". Quod autem particulae, quce venerunt » ab A vsque ad x. non possint transire vsque ad B, ratio est manifesta: » quia omnia interualla, per qua; possint transire. implentur minutijs n primi elementi, quae venientes à vorticibus vieillis tendunt à B ad A, » casque propcllunt ca vi, qua onines tendunt ad A: qua; cum sit fortior, » non est mirum, si eas cogunt regredi versus polum, per quam ingressae » sunt. Quamuis autem aether et globuli celerius moueantur versus Eclip- » ticam, non ideo débet concluderc \'ir Cl. eas igitur debere transire » rectà lineà versus polum oppositum, sed solummodo istas particulas » difficilius transire inter xtherem et isios globulo*. quam per maculam; 9 quod verum est, et ideo Autor demunstrauit maiorem partem illarum » particularum, cum terrain ingressx sunt per vnum polum, regredi ad » ipsum per terras crustam interiorem. »

• egredientes reuerti per aetherem circumfusum x x cogunt, nec sinunt » eas rectâ via versus B, polum oppositum, transire. »

<• Huic responsioni dico, quod striatae et aliae innumerae primi elementi » minutiae, à coeli regionibus A versus omne spatium inter C et H corn- n prehensum tendentes, debent impedire reuersionem istafn ; et quicquid » affertur ad reddendam rationem istius reuersionis probabilius dicitur » pro contrarias partis confirmatione. Nam, primo, omnia interualla, quae

a. « Répon • M r Picot. » (/w*f.)

b. Art. io3, part. 3.

c. Art. 37 et sqq. part. 2.

�� � 460

��Correspondance. ii, 79-*'-

��» non occupantur à globulis cœlestibus, plena sunt minutijs et striatis » partibus primi elementi, tam versus polos, quam versus alias sideris » partes. Secundo, striatx, qux veniunt à poli partibus A, et etiam alix » primi elementi minutix fortiori vi tendunt ad spatia comprehensa inter » Q et sidus, aut H et sidus, quam quxdam illarum qux ab ipsismet poli » partibus venientes transiere per médium sidus I, et reuertuntur, vt rur- » sus per/ ingrediantur dictum sidus; hoc est, postquam striatx ab A « venientes transierunt sidus I, et incipiunt reuerti ex d per aërem cir- » cumfusum ad/, non possunt habere easdem vires ad mouendum, quas » haberent, si à recta via, reuersionis istius causa, non aberrassent ; » hacque de causa striatx et minutix qux veniunt ab A ad H aut Q, et » qux à via sua recta non t'uerunt ita impeditx, maiori vi tendunt saltem » usque ad illud H et Q, quam illx qux sidus ingressae et ex parte illius » d egressx reuertuntur ad/, illudque ex legibus motus initio huius libri » traditis est manifestum. Longius enim sunt particulx illx striatx ab » origine sui motûs, quando transierunt sidus et plus itineris confece- » runt, quando redeuntes sunt iuxta eH aut gQ, quam illx qux ibidem » recta via à vorticibus vicinis processerunt.et sidus non offenderunt in via. » Quod si dicatur striatas regredientes alia sibi exeauasse foramina, dis- » tincta ab illis foraminibus, qux inseruiunt striatis ex polo, vnde vtrxque » processerunt, rectà venientibus, hoc etiam possunt operari omnes » striatx, vt ex vnopolo ad alium oppositum rectà pergerent. »

« Denique, si qux- alia ratio sit, qux confirmet opinionem ab Autore » propositam, pariter huic instantix laucre poterit. »

« Dominas C â . contra art. 106' tertiœ partis Princip. »

« Re bene pensitata, fateor me non videre qua vi adigantur striatx, qux » ab A venientes pertransiere sidus I, vt in hemispherium gfe regre- » diantur. »

« Sed, si attentius legantur verba Autoris eodem art. 108, patebit eum » non statuere, vt omnes illx striatx aliqua certa vi propcllcnte retroce- n dant ; sed innuit motum aliquem erraticum et exlegem, quo alix ab » xthere soluuntur in minutias, alix in cœlum arripiuntur (qux BCilicel » in partibus Eclipticx vicinis repertx t'uerunt), alix denique veluu casu » delatx in hemispherium gfe per eosdem meatus macularum istarum » sidus ingrediuntur. »

« Verùm ea vis est obiectionis, vt videatur prxcludere viam regressui, » illumque etiam motum erraticum et exlegem excludere; nisi forte di- » camus aërem maculx circumfusum minus rapide moucri, magisque » peruium esse striatis partibus quam cœlum, striatasque ab A venientes » non esse in agminc tam conferto, vt regredientibus à B motu illo erra- » tico semper obuix sint. Audiam libenter quid respondeat Autor. »

a. M. Clerselier [Irtst.].

�� � H. 8. s?. CDXLII. — Juillet 1646. 461

��« Artic. 11g part. 3. »

« Difficultas est circa motum et locum fixae in Planetam et Cometam » degencrantis ; etenim, quando sidus arripitur ab alio vortice, deberet » potius arreptum illud sidus remanere in circumferentia vorticis arri- » pientis, quam vlterius progredi, quia materia cœlestis in extremitatibus » velocius mota, quam in alijs locis, vsque ad certum terminum débet » corpora vorticem ingredientia arcere. »

« Si dicatur illud sidus vsque ad certum ter r, -'*"um per motum sibi pro- » prium, aut quouis alio modo ci imp« j5 Um, impelli, esto ; sed sempcr » débet | post aliquod tcmpus repelli ad dictam circumferentiam vorticis » abripientis, vitra quam non poiesl amplius reccdere, quia circum tene- » tur ab alijs vorticibus contiguis. Ea est enim lex naturae, corpora sci- » licet maiora et grauiora, circa aliquod centrum se moueniia, longius à » centro sui motus recedere, quam leuiora ; si res ita se habet, nunquam » videre debcmus Planetas, sed semper Cometas, aut saltcm Planetoe • omnes deberent esse in eadem cxtremitatc vorticis, à quo fuere primiîm » abrepti, vt et Cometœ. »

« Non igitur deberet Planeta ingredi alium vorticem, et quando quo- » uis modo ingressus est, deberet eijci in locis vbi materia illius vorticis » minus est agitata, scilicct versus Saturnum in nostro vortice ; sicut » enim aquac currentes, si sinunt aliquod corpus heterogeneum ingredi » suum alueum, reijciunt illud postea ad loca, vbi aqua minus moue- » tur, cuiuscunque haec corpora sint soliditatis, magnitudinis et tigurs, » ita, etc. »

« Nec satisfacit responsio in scqucntibus adducta*, posse aliquod » nempe sidus esse minus aptum ad motus imprcssos retinendos, quam » istiusmodi globulos secundi elementi, si, verbi gratia, materia istius ■ sideris extenderctur vt nia, aut auri folia. »

i Constat enim ex ante dictis b astra esse solida, quia receptum lumen » remittunt ; constat esse rotunda ; constat fixant non posse suum vorti- » cem amittere, nisi incrustatam, vt ita loquar, multis maculis, quae sunt » solida corpora reuerberantia lucem; ideoque grauia, solida, et perma- » gna sunt astra ; et maior vel minor in eis grauitas, soliditas, extensio, » causa tantum esse potest, cur tardius vel citius pelluntur ad extrema » vorticis in quo sunt inuoluta; sed non impediet ne tandem aliquando » ad illa perueniant, materia primi et secundi elementi pedetentim et con- » tinuo iunctis viribus dicta astra pellente : non enim est imaginabilis illa » multis interuallis separata Planetarum libratio, et vellem exemplum » aliquod simile in rerum natura videre. »

« Sicut enim videmus in exemplis art. 122 allatis, auri vel plumbi mas-

a. Art. 121 et sqq.

b Art. 1 10 et 1 18 part. 3.

�� � 462

��Correspondance. h, 83-85.

��» sam posse induere taies figuras, vt sit minoris agitationis capax, quam » globus ligneus minoris ponderis, et tamen istam ponderis vel figura; » inaequalitatem non impedire quominus haec massa et illud lignum per » aërem demissa perueniant ad eundem terminum, nempe ad terram » (quia, si tardius vel citius, nihil refert), ita, etc. »

« Influente aqua, hoc etiam videmus, corpora scilicet, quae in illa na- » tant, semper ad oras eius extremas deferri citius vel tardius, forte » secundum figuras plus vel minus impulsionis recipienda; capaces; ita » astra quae in nostro vortice natant, deferri tandem debent, cuiuscunque » sint figurae aut soliditatis, vsque ad extremas ^ras nostri vorticis, vitra » quas non possunt magis pelli, retenta scilicet ab alijs vorticibus, vt dic- • tum est : et si in vortice, in quo sunt, sint aliqua loca vbi ma;°ria minus » moueatur, versus illa debent eijci, et ibi remanere. »

Qualescunque denique sint alij Planetas, notum est terram, quam » incolimus, esse rotundam, densissimam, solidam et magnam, et secun- » dum leges naturaî et motûs supra citatas*, debere pelli vsque ad circum- » ferentiam vorticis nostri Solis, nec quiescere posse donec illuc perue- » nerit, aut saltem vsque ad Saturni sphaeram, vbi motus est lentior. »

« Vltimo, si terra nostra fuerit aliquando sidus, et maculis tecta, et à » Sole abrepta, vsque ad terminum in quo nunc est, ad illum accessit; » secundum ea quae dicta sunt, videtur quod deberet quotidie a Sole rece- » dere, nam soliditas maior in aliquo sidère rapto est causa cur magis » recédât a sidère rapiente ; quod autem debeat terra nostra esse nunc » solidior, quam olim, inde patet, quia materia primi elementi in centro » suo inclusa paulatim pluribus maculis tegitur, et in illo centro non » potest renouari facile à noua materiâ, propter illas maculas, quae non » tam libère particulis primi elementi transitum prœbent, vt olim facie- » bant, antequam vniuer6aliter tegerentur. Deinde ab habitantibus con- » culcata solidior semper redditur ; quod aeque potest dici, ac dicitur a » D. Descartes b directionem magnetis ab hominibus mutari, et tamen « multi Astrologi affirmant contrarium, scilicet quod terra ad Solem ac- » cedit, et multum iam accessit. »

« Responsio ' . »

« Non videtur Vir Cl. satis attendisse ad ea quas autor dicit de corpo- » ribus pellucidis, et de grauitate. Quomodo enim sidus abreptum ab » alio vortice maneret libratum versus circumferentiam ipsius vorticis à » quo abreptum est, si I globuli qui sunt versus circumferentiam ipsius » vorticis sunt magis agitati, ideoque leuiores, quam istud sidus? Nec « video cur, cum semel ita est libratum, tendat longius à centro, aut ac- » cedat ad centra m. Quod autem subiungit a^ira esse solidiora particulis

a. Art. 37-54 part. 2.

b. Art. 169 part. 4.

c. « Réponse de M. Picot. » (Clers.)

�� � u.85-86. CDXLII. — Juillet 1646. 463

» cceli, quia lumen rerlectunt, non aduertit quod quxdam corpora, etsi » pellucida, magis apta sunt ad motum, quam opaca, quod demonstratur » art. i2i, 122, i23 a . Et quia in fluminibus videmus festucas et alia cor- » pora ad motum inepta pelli versus littora, debebat concludere ideo » astra debere expelli versus centrum, non autem versus circumferentiam » vorticis; cuius rei ratio est, quod, cum partes aquae sint magis agitatœ, » quam istae festucae, tendunt magis ad continuandum suum motum se- » cundum lineam rectam, et ideo eas expellunt à suo cursu, et propellunt » versus littora. Videbit autem quomodo Planeta non perueniat ad cen- » trum, sed suspensus maneat ad quandam distantiam, et demonstratio- » nem huius rei, si légat art. i6o b . »

« Terram autem. quam incolimus, non esse solidissimam sciet, si at- » tendat ad eius formationem, et facile possumus concipere alia corpora » longe magis solida ; nec dubium est quin esse possint in rerum natura ; » an autem successu temporis possit fieri Planetam aut longius à centro » vorticis recedere, aut fortasse accedere ad illud, talis disquisitio non » est huius loci. Quod autem subiungit homines, eam premendo, posse » eam reddere solidiorem, non credet, si attendat ad vires hominum, et » vim materiae ccelestis eam circumfluentis. Verum Autor idem quod Vir » Clar. videtur innuere, sub finem tertij art. partis 4 ; sed alise debent » esse causae propter quas materia, quae est intus versus I, non ita con- » densetur, nec omnes sciri possunt ; quamobrem, cum sciamus terram » esse suspensam ad distantiam quam obtinet, hoc rit, sine dubio, quia » talem habet proportionem cum globulis cœlestibus eam circumrluen- » tibus. Nec est verum quod materia primi elementi, qux- est versus cen- » trum, non renouatur ; nam ingreditur semper noua per polos terras, » simul cum particulis striatis, sed non expurgatur vt in Sole. »

« Contra fig. art. 120 part. 3. » VI

« Circa motum Cometa;, in figura huius pagina; depictum, posset ali- » quis qua_'rere, quid tandem fiet de illo Cometa. Semper aeternumque » migrare de vortice in vorticem, et motu extraordinario moueri, non » videtur rationi consentaneum ; ex altéra parte, Cometarum soliditas, » figura et magnitudo non est idonea ad descendendum vsque ad termi- » num sideris alicuius satis vicinum, vt possit illius esse Planeta. Quid »> tandem igitur de tali Cometa accidet ? mouebiturne semper per diuersos » vortices, an potius in vno quam in alio remanebit ? Namque descripta

  • Cometa; soliditas, et omnium vorticum eadem materia eiusque materia;

» similes motus non permittunt vni potius quam alteri vortici, huic Co- » metae, vt Planeta fiât, locum prœbere ; nulla enim in vorticibus, nisi » paruitate et magnitudine, est disparitas, vt alibi dictum est. »

a. Part. 3,

b. Ib. Lire : art. 140.

�� � 464

��Correspondance. 11, s 7 -88.

��t Responsio. »

« Est autem sollicitus de Cometae motu, quia illum putat extraordina- » rium, cum sit regularis et ordinarius, et talis vt, si omnium vorticum » dispositio ab humano ingenio cap posset, Cometae possent praedici » aeque ac Luna» Eclipses. »

« Art. i4<) part. 3 Princip. »

« Si deferatur Luna à materia cœli terram ambiente, et propter suam » molem minorem terra sit motûs celerioris capax, non apparet ratio cur » Luna existens in A non continuet cursum suum vsque ad terram, et » ipsam non percutiat ; et, quando peruenit ad C, cur non debeat à terra » multum recedere, pergendo scilicet versus Z. Nullus enirp est modus a concipiendi quo pacto contra motum cœlestis materiae, quae celerius » quam terra et Luna mouetur (vt dicitur in fine pag. 219 1 ), et quae » Lunam versus illud Z defert, possit ipsa Luna in contrarias partes re- » uerti ; nempe ab illo C, per D, ad A; duobus enim motibus contrarijs » eodem tempore et in oppositas partes directis moueretur, ijsdem plane » similibus, qui ab Astronomis Solem et astra moueri volentibus effin- » guntur, et cum ratione reiectis ab alijs terrse motum tribuentibus. »

« Deinde art. 1 53 dicitur, materiam cœli lentius ferri inter C et A, >• quam inter B et D ; quod tamcn mihi videtur repugnare praescriptae » legi omnibus vorticibus communi b : quo enim materia vicinior est S, » id est Soli vel alteri sideri, eo velocius fertur mouendo ; et secundum » hanc | regulam materia, quae est versus D, velocius ferri débet, quam » illa quae est in A et C ; et haec citius quam altéra, quae est in B ; quia à » Sole vsque ad Saturnum minuitur motûs velocitas ; haecque difficultas » maior erit, si Luna et terra, à materia cœlesti vorticis Solis omni ex i> parte circumdatae, mouentur. Nec mihi satis constat an secundum Do- « minum Descartes ita ambae moueantur et circumdentur; an vero etiam » nunc sint adhuc inuolutae à materia illa cœlesti, quam habebant, ante- » quam abriperentur à Solis vortice ? »

« Responsio'. »

« Ratio quae impedit ne Luna, cum est vicina terra-, ita prope accédât >> ad eam, vt ipsam tangat, est materia cœlestis, quae, cum Luna accedit » ad A, tantum dat ipsi agitationis, vt recédât à terra et peculiarem vorti- <> cem formet. Ratio autem cur non longius recédât versus Z, quando est » ad C, est, quod in illo vortice facilius mouetur, quam extra, quoniam

a. Art. 49 part. 4.

b. Art. 84 et 148 part. ?.

c. « Réponse de M r Picot. » (Inst.)

�� � 11,88-go. CDXLII. — Juillet 1646. 465

» materia cœlestis est ibi magis agitata; nec verum est quod ideo Luna

» feratur contra motum materix cœlestis : quinimo obsequitur eius mo-

» tui, simulque cum terra et toto vortice ab ipsa materia cœlesti per Eclip-

» ticam deferturanni spatio. Quod autem materia cœlestis tardius feratur

» inter C et A, quam inter B et D, rationi valde consentaneum est, ei

» experiri licet in Huminibus, quorum aqua eo celerius Huit quo alucus

« minus patet; et quamuis materia cœlestis, quo plus accedit ad Solem,

» eo celerius vertatur in gyrum, | non ideo plus incedit secundum lineam

» rectam, quia globuli istius materix plus superantur magnitudine à su-

» perioribus, quam eos superant velocitate. »

« Art. g quarto? partis Princip. » VIII

« Débet corpus M à centro I remoueri saltcm vitra aërem A et B, » secundum prius dicta'; et experientia ctiam nos doect corpora cœlestia » facile per aërem transirea paruà vi impulsa; et si corpus M sit terra, » aut etiam corpus aliquod solidius, et A B sit aër, quid impediet ne sal- » tem excutiantur partes terne vitra aërem à motu materix primi ele- » menti in I inclusi ? Et conrirmatur ex eo quod corpus terrx, secundum » prius dicta h , non totum simul gencratum est, sed per partes paulatim; » et illx partes quoeunque modo fuerint compositx, paucique motûs ca- » paces, tamen oportuit ad veram terram, vt nunc est, periieiendam, ipsa- » rum aliquas prius factas fuisse solidas, et deinde alias atque alias; » hocque ita non potuit fieri sine excussione hinc inde per aërem, et » etiam per cœlum, à motu rapido primi élément! in I existent!. »

« Nam quamuis diceretur terram in principio su* generationis fuisse, » sicut globum ex molli lana conrlatuni, l'actam, non tamen est imagi- » nabile, quod non possit hac de causa moucri et excuti, saltem per » aërem vicinum ; nam aër illà semper minus est solidus, et sic saltem » vitra dictum aërem locum suum quxrere debebat, nec stare debuit in » loco vbi hic esse describitur, scilicet tani prope centrum sideris I. »

« Nec refert terram à materia cœlesti ipsam ambiente, | et non à materia » primi clementi in centro suo inclusa moueri, vt dicitur art. 22. In pr*- » senti enim difncultatc terra consideratur in initio sux generationis, » nec adhuc absumpta ab alio vortice, quando scilicet mouebatur à ma- » teria sui ipsius vorticis, et maculis incipiebat tegi, proximaque erat » migrare in vorticem nostri Solis. »

« Responsio c . »

« In terra versus Solem delapsura maculx, qux erant sparsœ ad quan- » dam distantiam, et xtherem componebant, fuerunt compressx à vi alio-

a. Art. 60 et 85 part. 3.

b. Art. 1-14 part. 4.

c. « Réponse de M r Picot. » (fnst.)

Correspondance. IV. 59

�� � 4 66

��Correspondance. ii, 90-93.

��» rum vorticum, et sic plures cortices effecerunt, qui aut sunt continui,

» mm constant partibus ramosis inter se annexis, aut eorum materia po-

» test esse fluida in quibusdam locis, si constat partibus quarum figura;

»> sint lubricae. Ratio autem cur et lubricae partes et eae qua; simul sunt

» annexa; non recédant ab I versus A et B, est quod partes, qua; sunt

» versus A et B, sint ipsis magis agitatae. Quamuis enim quae sunt ad M

» sint crassiores, tamen cum facilius agitationem quam habent possint

» communicare tenuioribus, quam abillis vllam recipere, tenuiores debent

» semper moueri, crassiores autem expelli versus centrum. Idque expe-

» rientiâ confirmatur : nam globus ferreus tormento expulsus in altum,

» plus habet agitationis quam aër, quem sub se relinquit; sed quia istam

» agitationem paulatim communicat partibus aëris, nec vllam ab illis

» recipit, | tandem vbi agitationem omnem. quam habuerat à primo ele-

» mento, in ipsas transtulit, ab ipsis et materia coelesti pellitur versus

» centrum, hoc est versus terram. »

IX « Ad figurant art. 5o partis 4. »

« Materia primi et secundi elementi, sicut et aër, facile replent omnia » loca à crassioribus corporibus derelicta, et secundum hanc legem, b quando Luna est in B, non débet potius premere aërem et alia duo » elementa prima versus terram, quam versus cœlum, vbi possunt illa » Huere; imo facilius est duobus istis subtilibus démentis, et aëri, super » Lunam ascendere et moueri, quam in distantem et crassam terram im- » petum facere, à centro illam remouere, et aquas deprimere. »

« Et videtur attendenti quod, si Luna ad vnum vsque milliare prope » terram accederet, nihil hac de causa aliud in terra noui deberet appa- » rere, nisi quod aër et materia coelestis in loca à Luna derelicta succe- » derent, et supra illam Huèrent. »

« Et quamuis concederetur aërem et materiam cœlestem à Luna versus » terram impelli, deberent tamen potius ad latera terra; C et A, 7 et 5 » effugere, quam dictos motus aquis et terra; cum violentia causare ; aër enim cedit facilius, quam terra et aqua. »

« Si paruus vortex Terra; et Luna; aheneo muro esset inclusus, et mate- » ria cœlestis non haberet libéras hinc inde ei patentes vias, Lunaque, » vel aliud corpus simile, hune paruum vorticem de nouo ingrederetur, » talem hoc modo forte motum aquis et terrae posset imprimere ; sed » vndique materia; cœlesti et aëri liber est rluxus, aditus et exitus ; Luna- » que in rerum natura locum suum semper alicubi occupante, nulla est » ratio, cur ipsa talem motum materia; | cœlesti et aëri aduersus aquas et » terram possit imprimere. Nec video cur necesse sit, vt premantur aër et » materia cœlestis inter Lunam et Terram; sufficit enim, si Luna accédât » plus solito Terram, vt aliqux partes aëris et cœlestis materiae supra •> Lunam ascendant et fluant. »

c Si in canali aqua fluente pleno, et verbi gratia quatuor vlnarum lati-

�� � ii, 9 î-94- CDXLII. — Juillet 1646. 467

» tudinis, duos globos ligneos è regione ponerem, ita vt distarent ab inui- » cem duabus vlnis, tantum aquae inter hos globos flueret, quantum duae » vlnae possent capere. Si vero approximentur hi duo globi, aut vnus illo- » rum, ita vt non distent amplius ab inuicem nisi vnica vlna, quid acce- • det inde, nisi quod aliquœ partes aquae, quae fluebant inter hos globos, » postea fluent versus littora? Nullus enim motus nouus débet apparere » in aqua aut globis, quia nihil de nouo canalem ingreditur; et si aqua » fluens est vndique xqualiter agitata et fluens, dicti etiam globi à se » œqualiter seiuncti fluent. »

« Responsio*. »

« Si attendisset Vir Clarissimus ad naturam grauitatis, vidisset quod » terra vndique inuoluitur materia cœli eodem modo, ac si inuolueretur » muro aheneo ; partes enim, quae sunt in isto vortice, ita sunt libratx, » vt sine aliqua causa non possint euagari ; nullam autem hic assignat » Vir Clar. Cur autem terra centrum assidue mutet ob prœsentiam Lunx, » [ demonstratum est eodem articulo, vbi dicit Autor locum terra; non » determinari in isto vortice, nisi ab aequalitate materiae cœlestis. Simi- » liter demonstratum cst b , cum spatium, inter quod Huit materia cœlestis, » redditur angustius, eam ibi celerius fluere ; quod autem non admittit » ideo magis premere superflciem aëris et aquae, id nullà cum ratione » negat; nam experientia testatur, quod vbi corpus fluidum comprimi- » tur, effluit versus locum vbi minus comprimitur. »

« Art. 5o part. 4. » X

« Aqua maris in maiori parte littorum nec regulariter nec modo adra- » tionem sui motûs reddendam facili, mouetur. Multa enim maria sunt » sine aestu ; in quibusdam quatuor horas ascendit mare, et octo descendit: » in alijs septem ascendit et quinque descendit. In noua Francia, vt à » cumplurimis in illas regiones navigantibus nautis mihi assertum est. » sine vlla régula nota mouetur mare, praesertim circa terras; aestus enim » per octo dies aliquando in vnam partent fluunt, et postea duas tantum » horas in aduersam; aliquando ter aut quater mutantur aestus in vnico » die; in fluminibus tamen Sancti Laurentij et alijs sunt magis ordinati. »

« Art. 5i part. 4. » XI

« In solstitijs œstus sunt maiores quam inter solstitia et a;quinoctia, et » tamen secundum rationem hîc allatam deberent cestus magis ac magis » vsque ad solstitia minuere; et magis semper crescere à solstitijs vsque » ad asquinoctia, quod est contra experientiam. | Nam œstus solstitiorum » sunt maiores, quam aestus qui sunt medij inter solstitia et œquinoctia. »

a. « Réponse de M r Picot. » (Inst.)

b. Art. 49 part. 4.

�� � 468

��Correspondance. u, 94-95.

��« Responsio ad art. 5o . »

��« Possunt esse varietates in fluxibus et refluxibus; et quamuis plures » afferri possint, nulla est qua; sit vera, de quâ non possit reddi ratio ex » ijs quae iam sunt explicata; sed non oportet fidem adhibere narrationi- » bus, nisi sint factae ab hominibus peritis, et qui rem attente exami- » narint. »

Responsio ad art. Sx. »

« Audiui semper à nautis et alijs obseruatoribus, aestus esse maiores in » aequinoctijs, nec video cur contrarium affirmât Vir Cl. »

XII « Art. 53 part. 4. »

« Ex nauigationum obseruationibus constat, aërem et aquam in multis

» terras partibus versus Occidentem ferri; attamen si ex antedictis liceat

» colligere omnes motus aëri et materiae cœlesti concessos, contrarium

» deberet apparere. »

« Dictum estenim multis in locis", terram motu diurno à materia cœ-

» lesti ipsam ambiente et eius poros permeante moueri; et in articulis 22

» et 49 part. 4, materia illa cœlestis aliquanto celerius quam Luna et

» terra, quas secum defert, mouetur. Alia adhuc additur in eodem art. 49

» materiae cœlesti terram circumdanti celeritas, propter spatium angus-

» tius; omnesque sic motus materiae cœlestis terram ambientis tendunt

» versus Orientem; quomodo igitur aduersus illos omnes eadem materia,

» | aër, et aqua in Occidentem, partes se. contrarias, poterunt ferri, vt in

» rei veritate feruntur. Prasterea hic motus aquae et aëris versus Occiden-

» tem, vt in praesenti loco descriptus, nihil differt à motu reciprocationis

» Oceani, et deberet in spatio sex horarum cum duodecim minutis quar-

» tam partem terra; conficere, et postea in aduersam partem recurrere,

» quod tamen non ita accidit. Sic, e. g., si homo esset in E et iret versus

» F, sentiret aërem alio modo ipsum flabellare, quam si ille idem esset in

» F et iret versus G, vt cum attentione figuram contemplando quisque

• potest iudicarc; cessât enim, eundo ex F versus G, causa protuberationis

» Domini Descartes, quia largius est spatium G 7 quam F 6. »

« Responsio. *

« Verum est quod materia cœlestis terram voluit circa proprium » axem, sed hoc non impedit, quominus Luna faciat vt aër et aqua n versus Occidentem semper protuberent; et quia saepe in eo Vir Claris- » simus peccat, quod crédit in diuersis motibus esse contrarietatem, débet ). notare, quod motus motui non est contrarius, sed determinatio in vnam n partem determinationi in oppositam est contraria. »

a. Art. 1 5 1 part. 3 et art. 22 part. 4.

�� � ii, 9 5-97- CDXLII. — Juillet 1646. 469

« In hoc differt iste motus a reciprocatione aestûs, quod, cùm Luna in- » cedat ab Occidente in Orientem, pellat aquas a partibus Orientalibus « ad Occidentaliores fluxu continuo; nec video cur non debeat esse conti- » nuus, cum ea sit natura corporum contiguorum, vt, cum sint fluida, » quoties vnum premitur, premit vicinum, et sic consequenter. »

« Ad fig. art. i55 part. 4. » XIII

« Plus virtutis hîc conceditur particularum striatarum reuersioni, quam » | prima; illarum incessioni; antequam enim separaretur ille magnes per » longum siue polos in duas partes, particulae primi elementi striatas » dirigebant eum secundum earum inccssum, nunc vero secundum ea- » rundem recursum, cuius mutationis non datur ratio : videturque parti- » culas illas striatas esse ancipites et in vtrumque paratas; si enim con- » trarium appareret, et segmentum illud libère suspensum eandem (quam » ante sectionem habebat) seruaret directionem,dici posset quod particulae » illae striatae, easdem omnino assuetas vias percurrendo, eodem etiam » modo dirigèrent segmentum illud magnetis, ac si non esset à suo toto » diuisum. »

« Illud autem quod accidit tam magnetibus et ferro tacto, quam seg- » mento in hac praesenti figura proposi'to, superpositis, si inter se alio » situ disponantur, non apparebit. Si enim dux pyxides in vno piano ap- » proximentur, earum acus illam eandem partem, quam soient, ad Sep- » tentrionem conuertent; si vero vna super alteram ponatur iuste et di- » recte, tune inter se qua;stionem agitabunt quaenam illarum suam » directionem ad Septentrionem fortius seruabit; altéra enim, et forte illa » quae est minoris virtutis, cogetur meridiem, polum antea sibi inimicum, » respicere; quomodo autem ista diuersitas conciliabitur, si motibus par- « ticularum striatarum omnia tribuamus? n

| « Responsio *. »

« Nulla virtus noua tribuitur particulis striatis; sed cum eae, quae egre- » diuntur ex segmento maiori AB, sint Australes, debent inuertere supe- » rius ab, et ita illud disponere vt ingrediantur per a et egrediantur per b, » si quidem A est polus Australis per quem ingrediuntur Australes, quae j> ab inferiori segmento egrediuntur per B, quaeque proinde non possunt » in superius ingredi per b, siquidem est Borealis, et aptus ad recipiendas » Boréales. Et quia istud segmentum superius est filo appensum, ideo ita » facile ab ijs inuertitur, vt per partem a transire possint. Quod autem » istae pyxides, cum sunt in eodem piano, aspiciant ambae Septentrionem, « vt prius, hinc fit, quod sint satis remotae et virtus ista non communi- » cetur, nisi intra certum quoddam spatium. Manifestum est enim quod » particulae striatae Australes, quae egrediuntur per partem Borealem

a. « Réponse de M r Picot. » (Inst.)

�� � 470 Correspondance. ii, 97-99.

» vnius acus, debent ingredi in aliam acum per Australem, et egredi per » Borealem. »

XIV « Art. i63 part. 4. »

<i Ferrum compactum, arcte cusum, temperatum et laeuigatum non de- » béret eadem facilitate vias prasbere striatis, atque si cum tanta arte non » esset malleis et aqua compressum. Particulae enim striatae sunt corpora; » malleus vero, temperatura et laeuigatio poros transitûs obturant, | et » difficiliores deberent particulis striatis reddere vias; et per consequens » ferrum minus percussum deberet virtutes magnetis facilius induere, » quam magis cusum, quod tamen non est conforme experimentis. Igitur » non à particulis striatis petenda est ratio, cur vilius ferrum non recipiat » vim magneticam tam facile, quam perfectius, aut chalybs. »

« Responsio*. »

« Quamuis chalybs sit politus, quia tamen semper habet tôt meatus, vt » plures particulae striatae in eos possent ingredi, quam reuera ingrediun- » tur, quia in isto aëre non sunt in magna copia, non impedit earum » affectum malleus aut laeuitas, quia semper plurcs supersunt,quam vulgo » sunt in viliori ferro, et qui supersunt, sunt perfeetiores ob rationes » allatas ab Autore. »

XV « Art. 1 "j4 part. 4. »

« Rotula ferrea gyretur versus Occidentem, et à magnete ita mota » attrahatur; appensa tanget magnetem in puncto, et diu gyrabit; alia » adhuc postea huic rotula versus Orientem gyrans, et in puncto illam » tangens, ambae rotulae | in contrarias partes ita volutae circuitus multos » absoluent, vt experiri licet. Sed quomodo particulae striatae poterunt » transire per ambas illas rotulas? vna enim illarum, propter diuersum » et contrarium ab altéra motum, opponetur transitui dictarum striata- » rum; nam si vnius motus est conueniens, alterius erit necessario con- » trarius. Exemplo res illa clara fiât. Si cochlea vertatur modo conue- » nienti vt transeat per foramen strijs ad eam rccipiendam aptis cxcauatum, » et illud foramen ita sulcatum moueatur, verbi gratia, versus Occidentem, » et iuuet hoc modo ingressum cochlea; istius; proculdubio si contrario » modo moueatur illud foramen, versus scilicet Orientem, impedict illius » cochleae ingressum, vt consideranti patet. In paruo torculari hoc expe- » riri licet; non enim cochlea ingredi poterit in foramen sulcarum torcu- » laris, nisi sit immobile illud foramen, aut suo motu iuuet ingressum » cochlea;; motu enim contrario dictum ingressum impediet. »

« Istoe igitur rotulx magneti immoto appensa; non poterunt ambœ vias » striatis particulis prxbere, et per consequens alia quasrenda est ratio

a. « Rrponse de M r Picot. » (Inst.)

�� � ii, 99-roi. CDXLII. — Juillet 1646. 471

» attractionis et diuturnae suspensionis istarum rotularum ; idemque » posset obijci de vnica rotula modo versus Orientem, modo versus Occi- » dentem gyrante; nam vno duorum modorum non débet tam facile gy- » rare, quam alio; quod tamen est contra experientiam. »

« Sed tarde animaduerto, Reuerendissime Pater Mersenne, me patien- » tia tua nimium abuti, et haec [ pauca scribendo tibi multa taedia parare. » Te tamen hîc monitum esse velim, me desiderijs tuis obtemperando » haec omnia scripsisse, et si expectationem tuam non adimpleui, tibi » ipsimet satisfactlonem integram debere; nec etiam tibi mirum esse vi- » deatur, si doctrinae nouitas, mensque intelligentiœ communis et duras, » pluribus in locis sublimem Autoris sensum non permiserint accipere; » idque mihi lectori rudi te condonaturum spero. »

« Responsio*. »

« Nondum vidi experimentum -quod affert Vir Clarissimus; sed quam- » uis duae rotulae diuersis modis contortae gyrareni, vna in Orientem, alia » in Occidentem, partes striata; non minus ingrederentur in vnam, quam » in aliam, quia ipsaemet semper gyrant vnae in vnam partem, alise in con- » trariam, et quod solummodo poterat obijci, nempe quod motus rectus » istarum particularum deberet reddcre rotulas immobiles, hoc recte sol- » vit Autor eodem articulo. »

« Si quid aliud Virum Clarissimum moratur, si indicare voluerit, rem » mihi faciet gratissimam, et, quantum potero, ipsi satisfacere conabor; » nam eorum quae hue vsque ab eo sunt obiecta (si ad ea quae respondi » attendat), inueniet sine dubio solutionem in ijs contineri. »

« Quod hîc obijcit sub finem, nempe quod cochlea, etc., hinc fit, quod » non animaduerterit, istos meatus in ferrea rotula, quas gyrat, debere » considerari vt immobiles, si quidem vni respectu aliorum non mouen- » îuf; et si essent mille torcularia in vno cubiculo, quorum striae essent » diuersimode inuersae et sulcatae, in quameunque partem totum cubicu- » lum moueretur, | jion minus ingrederentur cochleae in meatus ad eas » recipiendas aptos, dummodo omnia ista torcularia non mouerentur alio » motu, quam isto communi. »

��Baillet revient sur cette controverse à propos d'une lettre postérieure du 9 novembre 1646 et de la mort du P. Nicéron (22 sept. 1646). Il paraît d'ailleurs ignorer que Mersenne fut absent de Paris mai-août 1646, et rap- porte au mois de juin ce qui remontait à avril ou mars.

« La perte que M. Descartes fit personnellement, dans la mort du » P. Niceron, fut réparée en quelque sorte par l'acquisition nouvelle d'un

a. « Réponse de M 1 Picot. » (Inst.)

�� � 472 Correspondance.

» autre amy que Messieurs Chanut, Clerselier et Porlier luy firent faire à » Paris. Cet amy étoit le Comte [en marge : Antoine], Conseiller du Roy, » Secrétaire et Controlleur général de l'ordinaire des guerres [en marge : » Lettr. MS. à Clerselier, du g Novemb. 1646}. Le P. Mersenne, qui » étoit de toutes les habitudes et de toutes les liaisons qu'avoit M. Des- » cartes, particulièrement en France, étoit entré dans celle-cy dés le mois » de Iuin de l'an 1646, par la commission qu'il avoit reçue de faire pré- » sent, de sa part, d'un exemplaire de ses Principes à M. le Comte. Le » présent n'étoit pas tout à fait des-intéressé, de la part de ce Père, qui par » la passion qu'il avoit d'établir la Philosophie Cartésienne par toute la » terre, tâchoit de luy susciter toutes les difficultez qui pouvoient luy » faire obstacle, pour avoir lieu de les faire dissiper par son Auteur. M. le » Comte avoit embrassé cette Philosophie, parce qu'il n'en avoit point » trouvé de meilleure ; mais demeurant d'accord des principes, il n'avoit » pas laissé de rencontrer des difficultez sur des points particuliers, que le • Père Mersenne l'obligea de réduire en objections qu'on pût envoyer à » M. Descartes. Elles furent communiquées à l'Aobé Picot avant que de » faire le voyage de Hollande. » (Baillet, II, 3oi.)

Il est évident que Baillet a regardé comme étant de Mersenne le billet d'envoi des Objections de Le Conte (plus haut p. 453), billet qui nous paraît devoir être restitué à Clerselier. Cependant on a pu voir, par le dernier alinéa de Le Conte, que les Objections sont adressées à Mersenne et semblent bien avoir été rédigées sur sa demande, tandis que l'auteur du billet d'envoi déclare que c'est lui-même qui en a demandé et obtenu la rédaction. Mais il n'est guère admissible que Mersenne ait écrit ce billet en avril avant son départ et que l'envoi en ait été retardé jusqu'en juillet. On croira plutôt que le dernier alinéa, qui s'adresse à Mersenne, a été convenu avec Clerselier (qui ne tenait pas à se mettre en avant), et que les mois de mai et de juin ont été pris par les réponses de Picot, les instances de Le Conte et les observations de Clerselier. Ou bien encore cet alinéa faisait partie d'une première rédaction, qui datait du mois d'avril, et dans laquelle les objections, instances, etc., n'ont été insérées qu'après coup, en mai et juin.

�� � CDXLIII. — 25 Août 1646. 47 7

CDXLIII.

Chanut a Descartes. Stockholm, 25 août 1646.

[A. Baillet], La Vie de Monsieur Des-Cartes, tome II, p. 243 (A) et p. 280-281 (B).

Réponse à la lettre CDXXXIX du 1 5 juin, p. 440 ci-avant. « [En marge : Lett. MS. de Chanut datée du 25 Août 1646] : »

le vous écris avec tant de confiance, qu'il fembleroit à A qui ne me connoîtroit pas, ou qu'une étroite amitié de quarante années, ou que quelque égalité ou reffemblance dans les inclinations m auroit donné cette liberté. Pour ce 5 dernier, j'avoue' qu'il y a une Ji grande dijlance de vos penfées aux miennes, & que je me fens Ji foible auprès de vous, que l'on feroit trompé de penfer que vous mai- majjie-^ par rejfemblance. Quanta l'autre, je ne vous puis plus celer que mon cœur ejl tellement porté a vous aimer 10 & à vous refpeéler, que, fi je n'ay les mérites d'une longue affeélion, j'en ay au moins la chaleur & la fermeté, avec l'efpérance que le têms me donnera ce feul avantage qui me manque pour vivre avec vous comme je le defire.

(Baillet, II, 243.)

« L'autre ouvrage qui occupa M. Descartes durant l'hyver de cette B année, au défaut de ses expériences de Botanique, étoit un petit traité de la nature des Passions de l'Ame. Son dessein n'étoit pas de faire quelque chose de fini, qui méritât de voir le jour, mais seulement de s'exercer sur la Morale pour sa propre édification, et de voir si sa Phvsique pourroit luy servir, autant qu'il l'avoit espéré, pour établir des fondemens certains dans Correspondance. IV. 60

�� � 474 Correspondance.

la Morale. C'est ce qu'il manda quelques mois après à M. Chanut, qui luy répondit de Stockholm en ces termes \en marge : Lett. MS. de Chanut du a 5 Août 1646] : »

J'ay eu beaucoup de ioye de voir dans vôtre lettre vn

changement de ce dégoût que vous me témoignâtes à

Am/terdam*. Puifque vous ave^ écrit quelque chofe des

Pafjions de l'Ame, vous n'êtes plus en colère contre nous :

vous ne vous tiendrez pas de nous faire encore plus de 5

bien. Car je crois que je raifonne bien, jugeant quil

n'ejl pas pofjible que ces aclions les plus communes de

V Ame foient exactement connues, qu'on n'ait donné une

grande atteinte à la nature de l'Ame même, & à fa liai [on

avec le corps, qui font des myftéres jufques à préfent fort 10

cache^.

(Baillet, II, 280-281.)

��CDXLIV.

Descartes a [Clerselier] pour M. Le Conte.

[29 août 1646.] Texte de l'édition latine, tome II, epist. xiv. p. 67-7C.

Clerselier, tome II, lettre 14, p. 101-1 10, donne une «version » française, avec ce titre : Brève Réponse de M r Descartes aux Ob- jections et Instances de M. le Conte, après la lettre i3 {notre lettre CDXLII, p. 4S2 ci-avant). La date manque aussi bien à cette version qu'au texte latin. Mais nous sai-ons (voir le prolégo- m'ene de ladite lettre CDXLII) que ces réponses ont été envoyées le 2 g août 1646, avec une lettre à Clerselier, laquelle d'ailleurs est perdue. Et ce renseignement se trouve confirmé par un passage de la lettre CDXL VI ci-après, du 7 septembre : « le n'escris point a

a. Voir ci-avant lettre CDVIII, p. 3 18.

�� � ii, ioi. CDXLIV. — 29 Août 1646. 47^

» M. de Clairccllier, pource qu'il n'y a pas long temps que ie luy ay » enuoyé ma response a M. le Conte. » {P. Soi, l. g.)

Outre les raisons générales que nous avons de croire que, pour les lettres en latin {voir notre Introduction, t. I, p. xxv-.\.wi) f le texte de l'édition latine est bien le texte authentique, nous avons ici une raison particulière. Baillet, dans sa Préface de la Vie de M r Descartes, p. xxx-xxxi, raconte que M. de Raey, prié de dire ce qu'était devenu « un paquet de papiers et de lettres », laissé par Descartes en Hol- lande à son départ pour la Suède, protesta « qu'il ne luy restoit » qu'une seule lettre de tous les papiers de Monsieur Descartes, et » que cette lettre même se trouve imprimée (en marge : c'est la XIV du 2 tom.) dans le recueil que nous en avons ». Ce passage est -cité d'une lettre, datée du iS avril 16 go, de Van Limborch, qui s'était adressé à Jean de Raey, de la part de Baillet ou de Legrand. Or la lettre XIV du 2' tome est précisément la réponse aux objections de Le Conte, et nul doute que Raey, qui prépara l'édition latine de Descartes en Hollande, n'ait publié, au tome II des Epistolae en 1668, le texte authentique qu'il possédait.

��Brevis Responsio Autoris

ad obiectiones et 1nstantias

Domini Le Conte.

Omitto primam obiecrJonem, quia dicit à Domino 5 Picot iam plane effe fatisfactum 3 .

Ex fecundâ, cognofco me non fatis explicuifle men- tem meam in artic. 8} . Neque enim ibi oflendere volui çrauiores & maiores globulos alijs minoribus fuperiores euadere h . Quinimo nullam in ijs grauitatem fuppofui, 10 nullamque differentiam ratione foliditatis ; fed cona- tus fum probare duntaxat fingi non pofle illos fuiiTe initio tam aequales in foliditate, magnitudine & motu, quin inaequalitas poftmodum reperiretur, faltem in

a. Ci-avant p. 455, 1. 2.

b. Page 455, 1. 10-1 1.

�� � 476 Correspondance. ii, io.-ioa.


motu ; quam inaequalitatem demonftraui ex eo quod plures fimul tranfire debeant per vias modo anguf- tiores, modo latiores, & quod aliqui ex ijs, qui eadem celeritate mouentur,cum tranfeunt perviam latiorem, debeant alios praecedere cum perueniunt ad anguftio- 5 rem, ficque incipere celerius moueri, vt patet ex al- lato exemplo in fig. art. 83 part, y Duafque rationes attuli, quibus probatur vias per quas tranfeunt effe modo anguftiores,modo latiores : vnam,quia vortices circumiacentes non funt aequales; alteram,quia locus 10 vorticis, in quo funt, débet effe j anguftior è regione centri cuiufque ex vorticibus vicinis, quàm è regione aliarum partium. Sic videre licet, in figura art. 116 part, j, globulos, qui circulariter aguntur in vortice AEIO, tranfire per anguftius fpatium inter S & N, >5 quàm inter S & F, quia iili vortices non funt aequales; itemque per anguftius fpatium inlinea re&a, quae duci poteft ab S ad F, quàm inter S & E. Iam verô propter hoc vnum quod quidam globuli alijs aliquando velo- cius incipiant moueri (quamuis de caetero fingantur 20 effe aequales), perfpicuum effe putaui, ex legibus mo- tus ante traditis, illos retinere poftea illam celerita- tem, quandiu non datur caufa quas ipfam tollat, & ideo debere occupare locum fuperiorem, fiue remo- tiorem à centro vorticis, quàm fit circulus H Q, 25

Nullamque pono difFerentiam inter motum & mo- tum , ex eo quod vnus fit redus , alius circularis , quemadmodum facere videtur Dominus Le Conte ; nec etiam inter agitationem accidentalem & non acciden- talem, vt habet in fua inftantia a , quoniam, à quacun- îo

a. Page 456, 1. 3.

�� � h, io2-io3. CDXLIV. — 29 Août 1646. 477

que demum caufa & quantumuis accidentali corpus aliquod fit agitatum, nunquam débet poftea agita- tionem fuam araittere, nifi detur alia caufa quse illam tollat; ifta autem eadem agitatio efficiet, vt moueatur 5 motu circulari aeque bene ac motu refto, fi detur caufa quse illam ad hoc determinet; atque figura circularis cuiufque vorticis & alij circumftantes vortices funt caufae, quae déterminant motum globulorum, in vno- quoque vortice contentorum, ad hoc vt fit circularis.

10 Eadem autem ratio quse probat globulos remotiores à centro cuiufque vorticis celerius moueri quàm in- feriores vfque ad certum terminum, probat vice verfà | iftos inferiores tardius moueri ; quare verô ab ifto termino vfque ad centrum vorticis aliter fiât, alia ratio

i5 eft, de quâ poftea.

Caeterum non inficior, iftas motuum in materia cœ- lefti difFerentias vtiles elle ad Planetarum & Come- tarum phaenomena explicanda, idque me impuliffe ad eas accurate examinandas; fed hoc non impedit

20 quominus exiftimem earum veritatem iuxta leges mechanicae ex prima meâ hypothefi recte eife de- monftratam.

Ad id quod additur aduerfus articulum 84 a ,refpon- deo materiam macularum & aetheris, Soli circumfu-

25 fam, effe quidem pauciflimae agitationis capacem, hoc eft, motum fibi inditum non pofTe diu retinere, fi alia circumiacentia corpora répugnent, fed nihilominus eam facilius fequi motum materiae folaris, quàm eun- dem fequantur globuli fecundi elementi, quemadmo-

3o dum videmus feftucas, folia & plumas à ventis faci-

a. Page 456, 1. 3i.

�� � 478 Correspondance. u, 103-104.

lius rapi quàm lapides, qui tamen etiam funt maioris agitationis capaces quàm feftucae.

Ad ea quœ obieéîa funt contra art. g5*.

Rede quidem obie&um fuit, in liquoribus bullien- tibus fpumam ab ebullitione excuti verfus partes, in 5 quibus minor eft motus; fed etiam optime refponfum idcirco materiam macularum excuti à Sole verfus cœlum, quia in eo minor eft motus quàm in Sole ; & quidem verfus cœli Eclipticam, potius quàm ver- fus polos, propterea quod noua materia per polos 10 verfus Solem indefinenter fluens maculas iftas verfus Eclipticam propellit, quod fortaffe clarius fiet hoc

exemple Concipiamus

j&v.yjM duos fluuios, qui fluant

ïj$£ vnus ab A verfus S, i5

\içh',i\ alius à B verfus S , | &

^V"^-^-^^^^^^£V r ^v; illorum aquas fibi mu-

-^^_^^^.\^X^^^^r tuo * n ^ occurrentes,

iV^i'/n ibique vim sequalem

{{■V,\^ habentes, magnamfof- 20

iZ/dî^W fam de/g excauaffe,

in qua ûmul mixtœ ver- tantur in gyrum, atque inde effluant verfus M & Y, putemufque ex aquarum iftarum mutua collifione, quaî fit in fpatio defg, generari multum fpumae ; 2 5 vnde facile intelligemus hanc fpumam non poffe ire verfus A nec verfus B, hoc eft verfus polos, fed debere gyrare aliquandiu fuper aquam quse eft in

a. Page 456, III.

�� � ii, loties. CDXLIV. — 29 Août 1646. 479

S, atque inde effluere verfus M & Y, hoc eft verfus Eclipticam.

Ad art. iOj8 a .

Opacitas alicuius corporis non impedit quominus

5 alia corpora per illud poffint tranûre, fed eius denfi- tas fme durities duntaxat, quse tamen ipfa etiam non impedit, cum in illo corpore funt meatus fatis magni ad ifta alia corpora recipienda. Sic particule ftriatae facilius tranfeunt per meatus macularum quantumuis

10 denfarum, quàm per aërem circumfufum; efl enim maior denfitas particularum iftius aèris, quàm parti- cularum materiœ primi elementi, quae fola in meati- bus iftis reperitur.

Quod proponitur in inftantiâ b , facile folui poteft

i5 exemplo duorum fluuiorum mox allato; û enim aqua fluuij ab A ad S venientis effet alterius coloris quàm aqua fluuij alterius, poffemus vifu deprehendere par- ticulas aquae ab A venientesjpergere vitra pundum S, vfque ad exiguam aliquam diftantiam, qualis eft ab S

20 ad d, atque ex d reuerti per g & e verfus/^ ficque par- uum vorticem componere; &eodem modo alias aquse particulas à B ad S venientes pergere vfque ad f, non autem vlterius verfus A. Quod non differt ab ijs quae de particulis ftriaiis à me difta funt.

25 Ad art. 1 ig.

Nihil mihi occurrit quod addam refponfioni hîc

a. Page 458, IV.

b. Page 459.

�� � 480 Correspondance. 11, 105-106.

datse a , nifi quod fuperficie's terrae quam incolimus non habeat altitudinem fiue craflitiem, nifi forte duorum triumue milliarium, quae perexiguaeft, fi comparetur ad eius cauitatem internam, cuius diameter eft plus quàm bis mille milliarium. Si autem ex plumbo vel 5 auro, aliâue materiâ quantumuis ponderofâ, fieret fphsera concaua, cuius crafiïties non maiorem haberet proportionem ad diametrum cauitatis quàm 2 ad 2000, fphaera illa, cum globo folido eiufdem materiae com- parata, effet valde leuis. An autem nunc in cauitatibus «o terrae aliquid maculis fimile generetur, necne, non definiui in articulo j quartae partis, in quo egi de eâ re ; poffunt enim afferri rationes pro & contra. De- nique, quod homines calcantes terram reddant ipfam folidiorem, mihi non fit verifimile ; motus enim eft i5 caufa rarefadionis, potius quàm condenfationis; & videmus in carnibus & lignis, alijfque quibuflibet cor- poribus, cum putrefcunt, & animalia in ipfis gene- rantur, ea | non idcirco reddi denfiora, fed potius rariora. 20

Ad fig. art. 120.

Non etiam hîc habeo quod addam b , nifi quod aeque facile videatur poffe intelligi, Cometam, per varios vortices tranfeundo, maximos quofdam circuitus per- agere, atque Planetam circa centrum vnius eiuf- 2 5 demque vorticis femper gyrare , donec tandem , vt omnia mutabilia funt in mundo, & Cometae, & Pla- netae, & ipfae ftellae fixae deftruantur.

a. Page 462.

b. Page 464.

�� � h, 106-107. CDXLIV. — 20 Août 1646. 481

Ad art. 14g 3 .

Lima non fertur contra motum materise cœleftis, fed ei plane obfequitur, quamuis non omnem eius celeritatem acquirat; & haec ratio eft, cur non pro- 5 grediatur ab A verfus T : cùm enim terra & omnis materia cœleftis, contenta in vorticè ABCD, vertatur circa centrum T, Luna, quae ab iftâ materiâ cœlefti defertur, débet etiam circa idem centrum T gyrare, non autem verfus illud ferri; & cum peruenit ad C,

10 non débet difcedere verfus Z, fed retorqueri verfus D, quia materia cœleftis, in quâ continetur, ipfam eo ducit.

Et quamuis didum fit materiam cœleftem, quae circa Solem gyrat, eo celerius ferri, quo Soli vicinior eft,

■ 5 non inde fequitur, partes iftius materiae cœleftis con- tentas in exiguo vortice ABCD, quando funt verfus D, debere celerius circa Solem ferri, quàm quando funt verfus B; quia cum eae omnes, quae in exiguo vortice ABCD contmentur, confentiant in alium mo-

20 tum circa centrum T, quo motu nunc accedunt ad Solem, nunc ab eo recedunt, quantum ad eam motûs accelerationem attinet, quam a Sole mutuantur, non fpe&andse funt tanquam ab inuicem difiun&ae, fed tanquam componentes vnicum corpus, quod totum

2 5 fimul anni fpatio vertitur circa centrum S.

Nec refert, fi putemus vel non putemus Terram & Lunam adhuc inuolui eâdem materia cœlefti, quâ in- uoluebantur antequam circa Solem gyrarent; modo

a. Page 464.

Correspondance. IV. 61

�� � 482 Correspondance. h, 107.108.

tantum fciamus materiam,quâ nunc inuoluuntur, non poffe effe valde diuerfam ab eâ quae eft verfus K & L ; cum enim fit fluida, fi eius particulse effent multo te- nuiores, magis accédèrent verfus S; fi multo craf- fiores, magis ab S recédèrent. & alire in earum loca 5 fuccederent.

Adfig. art. C) part. 4*.

Ex ijs quse de grauitate fcripta funt, facile poteft intelligi,quare corpus M non debeat vlterius recedere à centro I ; non enim nego quin omnes partes iftius 10 vorticis M recedere conentur ab I, fed nego illas poffe aliquem locum inuenire in quem recédant, quia omnis alia materia circumiacens conatur etiam recedere à centro I, & maiorem ad hoc habet vim, quàm iftud corpus M. ,5

Adfig. art. 5o part. 4.

Reéte hîc refponfum eft b ,materiam vorticis ABCD non minus fuis limitibus contineri, quàm fi effet in- clufa muro aheneo.

Quantum ad canalem aquà fluente plénum, fi ei 20 imponatur corpus durum I, cuiufcunque materice, modo non moueatur, vel, quod eodem redit, tardius moueatur quàm aqua, ficut Luna tardius gyrat quàm materia cœleftis cum inuolucris, prœfentia iftius globi j efficiet, vt aqua magis premat latera iftius canalis in 25

a. Page 46s.

b, Page4<'-7,

�� � ii. io8. CDXLIV. — 20 Août 1646. 48}

A& B, quàm in alijs locis; atque ideo, fi haec latera facile flecli poffunt, quemadmodum terra facile à centro fuo dimouetur, non- A

nihil incuruabuntur in A & B, V^X^^M^I^^C^ 5 ibique canalis latior fiet ; non ^^s^^=^é}'^t^ z ^. autem fortaffe magis fledlentur B

in B quàm in A; fed non video quid inde contra ea, quœ à me fcripta funt, concludatur.

Ad art. 5i pari. 4.

10 Diuerlitates littorum, finuum & vcntorum, rationes fufficientes fubminiftrant ad omnes reftuum varietates explicandas. Non autem memini me vnquam legiffe vel audiuifTe maiores effe œftus in folftitijs, quàm in- ter aequinodia & folftitia ; mihique effet gratiffimum

i5 fcire à quibus fit hoc obferuatum ; quamuis tamen non mirer, fi forte aliquibus in locis verum effe deprehen- datur, quia poffunt caufae permultae ad seflus maiores minorefue reddendos concurrere.

Ad art. 53 part. 4 b .

20 Omnes motus terrse, materiee cœleflis & aquae & aëris, ab Occidente in Orientera a nobis recenfiti, non impediunt alium motum aquœ & aëris ab Oriente ad Occidentem a nobis etiam recenfitum, qui fit a con- tinua Lunœ preflione; faciliufque hune, quàm illos

25 alios motus, fenfu deprehendimus, quamuis fit ijs

a. Page 467-468.

b. Page 468.

�� � 484 Correspondance. n, 108-109.

longe tardior, quia mouemur etiam nos iftis alijs motibus, non autem illo vno; eâdem ratione quâ, fe- dentes in naui,melius percipimus motum teftitudinis à prora verfus puppim in eadem naui tardiffime gra- dientis, quàm motum in partem oppofitam ipfius na- 5 uis, quamuis multo velociorem.

Adfig. art. 1 55 part. 4".

Plus virtutis concedimus particularum ftriatarum reuerfioni, cum fcilicet ex vno magnetis fatis validi fegmento per aliud reuertuntur, quàm primae eorum 10 itioni, cum fcilicet ex terne polis verfus magnetem eunt; cuius ratio eft, quod terram putemus efle ma- gnetem valde debilem, propter rationem art. 166 alla- tam, & magnetem, de quo hîc loquimur, multo fortio- rem efle fupponamus, putemufque plures particulas '5 flriatas congregari circa iftum magnetem, quàm alijs in locis circa terram, & ideo plus virium habere. Ad experimentum ex Hydrographiâ Patris Fournier b peti- tum c fatis mihi videtur refpondifle Dominus Picot.

Ad art. 1 63 part. 4. *o

Ferrum compaélum, aréîe cufum, tempcratum, lœuiga- tum, ôc. d . Multa hîc fimul iunguntur, quae mihi vi- dentur efle diftinguenda. Ferrum enim temperatum in-

a. Page 469.

b. Hydrographii. contenant la Théorie et la Practique de toutes les parties de la Navigation. Composé par le Père Georges Fovrnier, de la Compagnie de Jésus. (Paris, Michel Solv, M.DC.XLIII, fol. pp. 932.)

c. Page 469-470.

d. Page 470, XIV.

�� � ii, lo-j-no. CDXLV. — Septembre 1646. 485

duratum facilius tranfitum praebet particulis ftriatis, quàm non ita induratum, quia meatus habet magis ordinatos, vt alicubi explicui 3 . Ferrum vero lœuigatum non facilius nec difficilius particulas ftriatas admittit,

5 quàm non laeuigatum; fed ipfse, ex vno eius polo egredientes, ordinatius ad alium eius polum reuer- tuntur; vnde fit vt vis magnetica maior appareat in ferro vel magnete laeuigato, & oblongam fecundum axem atque vniformem figuram habente. quàm in

10 rudi & informi. Quantum autem ad ferrum malleo compaclum & compreffum, non puto fuiffe vnquam obferuatum illud facilius particulas ftriatas admittere, quàm quod non eft ita compacrum; quinimo, fi poftn quam temperatum eft, protinus malleo tundatur,

i5 amittit omnem duritiem temperaturà acquifitam, vt fabri nonnulli mihi affirmarunt, atque procul dubio ita minus aptum fit ad particulas ftriatas admit- tendas.

��CDXLV.

Descartes a Elisabeth.

[Egmond, septembre 1646.

Texte de Clerselier, tome I, lettre i3, p. 5o-56.

« A Madame Elizabeth, Princesse Palatine, etc. », dit Clerselier, sans donner de date; mais la réponse d'Elisabeth {lettre CDL ci-après) étant datée du 10 octobre 1646, celle-ci est de septembre, sinon même d'août 1646.

a. Art. 143 et 144 part. 3.

�� � 486 Correspondance. 1,50-51.

Madame,

I'ay lu le liure dont voftre AltefTe m'a commandé de luy écrire mon opinion*, & i'y trouue plufieurs préceptes qui me femblent fort bons; comme en- trautres au 19 & 20 chapitres : Qu'vn Prince doit 5 toujîours éuiter la haine & le mépris de fes fuieis, & que l'amour du peuple vaut mieux que les forterejfes*. Mais il y en a auffi plufieurs autres que ie ne fçaurois aprou- uer. Et ie croy que ce en quoy l'Auteur a le plus manqué, efl qu'il n'a pas mis afTez de diftin&ion entre 10 les Princes qui ont acquis vnEftat par des voyes iuftes, & ceux qui l'ont vfurpé par des moyens illégitimes; & qu'il a donné à tous, généralement, les préceptes qui ne font propres qu'à ces derniers *. Car comme, | en baftiflant vne maifon dont les fondemens font û i5 mauuais qu'ils ne fçauroient foutenir des murailles hautes & épaifTes, on efl obligé de les faire foibles & baffes, ainfi ceux qui ont commencé à s'établir par des crimes font ordinairement contrains de continuer à commettre des crimes, & ne