1914-1916/À la Belgique

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1914-1916 : poésies
Mercure de France (p. 31-32).


À LA BELGIQUE


Je te revois, avant l’orage et la tempête,
Assise noblement en ta robe de paix
Alors que serpentait sur son brocart épais
La dentelle légère, impalpable et parfaite ;

Sous les riches joyaux dont se parait ta tête,
Tu semblais opulente et superbe à jamais,
Ô Belgique, et, les yeux calmes, tu souriais
Au carillon joyeux de l’heure qu’il répète.


Aujourd’hui, sous le fer d’un brutal agresseur,
Tu gis nue et blessée en ta chair. Ô ma sœur,
Je te salue en ton héroïque détresse,

Mais bientôt, sur le front des hordes à genoux,
Nous ferons se lever une aube vengeresse,
De la couleur du sang que tu versas pour nous.


Novembre 1914.