Abrégé du dictionnaire grec-français/Φ

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Υ
Χ  ►

Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/927 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/928 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/929 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/930 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/931 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/932 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/933 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/934 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/935 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/936 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/937 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/938 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/939 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/940 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/941 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/942 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/943 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/944 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/945 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/946 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/947 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/948 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/949 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/950 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/951 Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/952 une prép. : εὖ πεφυκέναι πρός τι, Xén. avoir d’heureuses dispositions pour qqe ch. ; πεφυκέναι έπί τινι, Eur. πρός τι, être disposé pour qqe ch. ou porté à qqe ch.; avec un inf. : πεφύκασι δ’ἄπαντες άμαρτάνειν, Thc. tous les hommes ont une disposition natu­relle à commettre des fautes; πεφύκασιν ὑπό τούτων κρατεῖσθαι, Xén. les hommes sont naturellement faits pour être dominés par ces besoins (la faim, la soif, etc.) [R. Φυ, croître, pousser; cf. lat. fui, fore, fio, fetus, fecundus, etc.].

φώ, ή, ής, ώμεν, etc. sbj. prés, de φημί.

φωίς-Φώς, φωΐβος-φωβός (ή) tache de brû- lure sur la peau [φάος]. Φωκακύς, εως (ό) att. c. φωκαιεύς. Φώκαια, ας (ή) Phôkaea (Phocée, auj. Fokia) ville sur la côte d’Ionie. φωκαικύς, κως (ό) habitant de Phocée [Φώ­ καια], ! φωκαιήθκν, adv. de Phocée [Φώκαια, - θεν], φωκαΊς, ίβος, adj. f . Phocéenne [Φώκαια], ’• φοκα’ιτης, ou, adj. m. de Phocée : Φ. στα- j τήρ, THC. monnaie phocéenne [Φώκαια]. ι φωκεύς, εως, pl. épq. -ήες, att. -ής, io: . εες (ό) habitant de la Phocide, Phocidien ou Phocéen [Φωκίς], Φώκη, ης (ή) phoque, veau marin, cétacé amphibie. I φωκικός, ή, όν, de Phocide; phocidien, pho­ céen [Φωκίς]. | φωκίς, Ιβος : 1 adj. f . de Phocide, phoci- dienne II 2 subst. ή Φωκίς (s. e . χώρα) la Phocide, contrée de la Grèce. Φωκίων, ωνος (ό) Phôkiôn (Phocion) général et homme d’État athénien. φώκται, ών (al) sorte de mets [φώγω, faire rôtir]. Φωλας,’άβος, adj. f . situé dans une cavité, φωλκία, ας (ή) 1 habitation dans une caverne dans une tanière || 2 sorte de maladie des ours [φωλεύω]. Φωλεός, oû (ό) trou, tanière, caverne où sé- journent les animaux sauvages; p. ext. gîte sauvage pour les hommes. Φώλκυσις, εως (ή) c. φωλεία [φωλεύω]. Φωλεύω, se glisser ou se tapir dans un trou, dans une cavité; p. anal, s’enfoncer dans la solitude [φωλεός]. Φωλεώβης, ης, ες, semblable à une caverne, à une tanière [φωλεός, - ωδης]. Φωλία, ας (ή) c. φωλεία. φωναντα, contr. de φωνάεντα, dor. c. φωνή­ εντα, de φωνήεις. Φων-ασκκω-ώ, exercer sa voix, s’exercer au chant ou à la déclamation et suivre un ré­ gime approprié [φωνή, άσκέω]. Φωνασκία, ας (ή) action de s’exercer au chant ou à la déclamation, soin qu’on prend de sa voix en suivant un régime conve­ nable [φωνή, άσκέω], Φωνασκικός, ή, όν, qui concerne l’art d’exercer ou d’entretenir la voix [φωνασκός]. Φων-ασκός, oû (ό) maître de chant ou de déclamation, litt. celui qui exerce la voix [φωνή, άσκέω]. Φωνεω-ώ (f. ήσω, ao . έφώνησα, pf. πεφώνηκα; pass. ao . έφωνήθην, pf. πεφώνημαι) : A faire entendre un son de voix, particul. émettre un son de voix clair ou fort, doit : i en pari, de pers. : 1 parler haut, dire d’une voix forte, élever la voix : φ. φίτιν, SOPH. prononcer une parole; ό’πα φ. OD . faire résonner sa voix; μέγα φ. Escm.. μέγιστα φωνέειν, HDT. élever la voix haut, très haut; abs. pousser des cris de joie || 2 parler : φωνήσας προσηύδα, II . ayant Dris la parole, il dit en s’adressant à, etc.; abs. adresser la parole à haute voix : τινι, à qqn, appelei ou interpeller qqn || 3 ordonner, comman- der, prescrire, avec une prop. inf. || 4 par- ler de, acc . || II en pari, d’animaux, crier II III en pari, d’instruments de musique, résonner, retentir || IV en pari, des sons eux-mêmes, résonner || B appeler, d’où appeler par son nom, acc. [φωνή]. Φωνή, ής (ή) A son; particul. son clair et fort, d’où : I en pari, de pers. : 1 voix, particul. voix claire et forte || 2 faculté ou droit de parler, usage de la parole II 3 cri || 4 voix dans le chant ; au plur. notes de la voix H 5 son articulé || II voix des animaux : 1 cri d’un animal || 2 chant des oiseaux || III son des instruments || B p. suite, lan- gage, d’où : 1 en gén. manière de s’expri- mer H 2 langue propre à un peuple, idiome; particul. dialecte || 3 langue propre à une classe d’hommes, particul. langue des ora- teurs H 4 maxime, sentence || C mot, expres- sion [φημί]. Φωνήεις, ήεσσα, ήεν, qui rend des sons, sonore; particul. : 1 qui parle, doué de la parole || 2 qui résonne par soi-même, qui rend un son : τά φωνήεντα Υοάμματα, ou simpl. τά φο^νήεντα, les lettres qui ont un son par elles-mêmes, c. à d. les voyelles [φωνή]. . Φώνημα, Ατος (τό) 1 son de voix || 2 parole, discours [φωνέω]. Φωνητικός,-- ή, όν, qui concerne le son ou la parole [φωνέω]. Φώρ, gén. Φωρός (ό) voleur [φέρω, cf. lat. fur et fëro]. Φώρασις, κως (ή) découverte d’un voleur ou d’un objet volé J/ρωράω]. Φωράω-ώ : 1 faire des perquisitions pour dé- couvrir un objet volé || 2 prendre sur le fait un voleur, ou p. ext. un malfaiteur qqconque; d’où au pass. être pris sur le fait : Έλληνικόν εΤναι πεφωράσθαι, PLUT . être pris sur le fait, convaincu d’être par- tisan des Grecs [φώρ]. Φωριαμός, οΰ (ό, poster, ή) coffre pour serrer des vêtements. Φώριος, ος, ov, qui provient d’un vol; τα φωρια, produit d’un vol [φώρ]. Φώς, gén. Φωτός (τό) lumière : I au propre ; particul. : 1 lumière du soleil || 2 lumière du jour : έτι φωτός δντος, PLAT, comme il faisait encore jour; κατά φώς, XÉN. dans le jour; είς φώς παριέναι, PLUT, OU φαίνεσΟαι, SOPH. paraître à la lumière du jour; εις φώς λέγειν, SOPH. dire ouvertement; τό φώς οράν, SOPH. βλέπειν, EUR. voir la lumière du jour, c. à d. vivre || 3 lumière des étoiles et de la lune || 4 lumière du feu, d’où feu || 5 lumière des flambeaux, des torches. d’où lumières ou torches || II au plur. τά φώτα, jours d’une maison, fenêtres || III fig. : 1 publicité, vie publique || 2 lumière (de la vérité, etc.) || 3 bonheur, joie, salut || 4 gloire, parure [contr. de φάος].

φώς, φωτός (, qqf. ) poét. c. ἀνήρ, homme, d’où : 1 (ὁ, ἡ) être humain, homme ou femme : φωτῶν γένος, Eschl. la race des hommes ; particul. mortel, p. opp. aux dieux || 2 () homme de haut rang, en parl. des héros, des chefs, des grands : au sens collect. troupe de guerriers [φύω].

φῴς, gén. φῳδός () v. φωίς.

φωσσώνιον ou φωσώνιον, ου (τὸ) mouchoir de toile [dim. du préc.].

φωσφόρεια, ων (τὰ) (s. e. ἱερά) fête aux flambeaux en l’honneur de certaines divinités [φωσφόρος].

φωσ·φόρος, ος, ον, qui apporte ou qui donne la lumière : ὁ φωσφόρος ἀστήρ, Plut., l’étoile du matin, c. à d. la planète Vénus, qui apporte ou annonce la lumière du jour [φῶς, φέρω].

Φωσώνιον, v. φωσσώνιον.

φωτ·αγωγός, ός, όν, qui amène la lumière subst. ἡ φ. (s. e. θυρίς) fenêtre [φῶς, ἄγω].

Φωτεινός, ή, όν, lumineux || Cp. -ότερος, sup. -ότατος [φῶς].

φωτίγγιον, ου (τό) dim. du suiv.

φῶτιγξ, ιγγος (ό ou ή) sorte de fifre.

φωτίζω (f. ίσω, att. -ιῶ, ao. ἐφώτισα) : 1 intr. jeter de la lumière || 2 tr. éclairer, illuminer [φῶς].

φωτισμός, οῦ (ό) action d’éclairer, d’où lumière qui vient d’un astre [φωτίζω].

φωτο·ειδής, ής, ές, semblable à la lumière [φῶς, εἶδος].