75%.png

Analyse du Kandjour/Gyut/22

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Léon Feer.
Texte établi par Musée Guimet, Paris (Tome 2p. 348-351).
VOLUME XXII. — (Ja)

Quinze ouvrages distincts :

1. Devî jâlî mahâ mâyâ-tantra nâma, tib. Lha-mo-sgyu-hphrul-dra va-chen-mo jes bya-vahi rgyud, ལྷ་མོ་སྒྱུ་འཕྲུལ་དྲ་བ་ཆེན་མོ་ཞེས་བྱ་བའི་རྒྱུད​ (folios 1-47). Tantra de Devi-jâli mahâ-mâyâ. — Rituel et mysticisme.

2. Tib. Gsang-vahi sñing-po de-kho na-ñid-nges-pahi-bla-ma-chen-po, གསང་བའི་སྙིང་པོ་དེ་ཁོ་ན་ཉིད་ངེས་པའི་བླ་མ་ཆེན་པོ (folios 47-83) : « Essence de mystères. L’Être suprême véritablement grand. » La salutation est en ces termes : Adoration à Com-dan-das Kun-tu-zang-po, Ye-çes bla-ma Chen-poBhagavân Samanta bhadra, le suprême Seigneur de la sagesse).

3. Mañjuçri karma cattvar-cakra guhya-tantra, tib. Hjam dpal-las bji hkhor-lo gsang-vahi-rgyud, འཇམ་པལ་ལས་བཞི་འཁོར་ལོ་གསང་བའི་རྒྱུད​ (folios 83-102) : « Les quatre œuvres de Mañjuçrî, tantra sur le cakra (roue) mystérieux » ; l’ouvrage se continue, par un appendice, jusqu’au folio 107. Termes de la salutation : Adoration à Hjam-dpal Ye-çes Sems dpah (Sk. Mañjuçrî jñâna sattva). Sujet : Mysticisme et morale.

4. Sarva-tathâgata-budanuttara-guhya vanoṣi açvottama vina samata tantra nâma, tib. De vjin-gçegs pa thams-cad kyi-dgongs-pa, bla-na-med-pa gsang-va, rta mchog-rol-pahi-rgyud-chen-po jes bya-va, དེ་བཞིན་གཤེགས་པ་ཐམས་ཅད་ཀྱི་དགོངས་པ ། བླ་མ་མེད་གསང་བ ། རྟ་མཆོག་རོལ་པའི་རྒྱུད་ཆེན་པོ་ཞེས་བྱ་བ (folios 107-179) : « L’esprit (ou la pensée) de tous les Tathâgatas, le plus grand des mystères, tantra appelé « le beau cheval qui se divertit ». Salutation : Adoration à Dpal-rdo-rje sems-dpah (Çri vajra-sattva). Sujet : Mysticisme et morale. — Exposé par le suprême Buddha Dorje-Dzin (Sk. Vajradhara), à la demande du Bodhisattva Chakna-Dorje (Sk. Vajrapâni). Description de mandalas, cérémonies, mantras, provinces de plusieurs Buddhas et leurs perfections. Folio 150. Comment représenter les cinq Buddhas Vairocana etc., avec leurs symboles (tib. Phyag-rgya, Sk. Mudra) dans un mandala.

5. Çrî Heruka kârunâ kridita tantra guhya gambhira uttama nâma tib. Dpal-he-ru-ka-sñing-rje-rol-pahi-rgyud — Gsang-va-zab-mohi mchog-ces-bya-va, : དཔལ་ཧེ་རུ་ཀ་སྙིང་རྗེ་རོལ་པའི་རྒྱུད – གསང་བ་ཟབ་མོའི་མཆོག་ཅེས་བྱ་བ (folios 179-285) : « Tantra de Cri Heruka (nom d’un Buddha) sur la manifestation de compassion, ou le plus profond mystère ». Adoration à Dpal-rdo-rje-sems-dpah (Sk. Çri-Vajra-Sattva). Sujet : Théologie mystique. Description des mandalas, cérémonies et mantras, comme celui-ci : « Om ! Çri Heruka mahâ vajra sarva duṣṭam samaya mudra praveçaya Çri Heruka Hum Phat (folio 207).

6. Sarva pañca amṛta sâra siddhi mahâ-ruka hṛdayâna, tib. Thams-cad-bdud-rtsi lngahi rang-vjin — Dngos-grub-chen-po-ñe vahi sñing-po-mchog, ཐམས་ཅད་བདུད་རྩི་ལྔའི་རང་བཞིན – དངོས་གྲུབ་ཆེན་པོ་ཉེ་བའི་སྙིང་པོ་མཆོག (folios 285-287). Ils sont tous (les cinq Buddhas) comme les cinq espèces d’Amṛta, une essence qui approche du grand être parfait. — Salutation : Adoration à Dpal kun-tu-bzang-po (Sk. Çri-samanta-bhadra). Sujet : la nature ou l’essence du Buddha.

7. Amṛta rasayana etc., etc. Essence d’ambrosie (folios 287-293). Remèdes contre les maladies tant physiques que morales. — Les moyens d’acquérir cette ambroisie.

8. Adraya Bhagavân mahâ Râja, tib. Bcom-ldan-hdas-gñis-med-kyi rgyal-po-chen po la phyag hts’al-lo, བཅོམ་ལྡན་འདས་གཉིས་མེད་ཀྱི་རྒྱལ་པོ་ཆེན་པོ་ལ་ཕྱག་འཚལ་ལོ (folios 293-294) : « Adoration à (ou j’adore) Bhagavat, le souverain le plus parfait. » — Quelques cérémonies mystiques.

9. Phala mahâ-dara-pañca[1], tib. Hbras-bu chen-po lnga-bsgral-va, འབྲས་བུ་ཆེན་པོ་ལྔ་བསྒྲལ་བ (folios 294-299). Explication des cinq fruits (ou conséquences). — Quelques cérémonies et mantras.

10. Tathâgata-pañca-buddhânâm nama, tib. Rigs-lnga-bde-var gçegs-la-phyag-ht’sal-lo, རིགས་ལྔ་བདེ་བར་གཤེགས་ལ་ཕྱག་འཚལ་ལོ (folios 299-301). Adoration aux cinq Sugatas (Tathâgatas ou Buddhas) : sur les moyens d’obtenir la délivrance finale, et l’état d’union avec l’Être suprême — ou sur le Mahâ Yoga.

11. Amṛta kundhatali, tib. Bdud-rtsi-hkhyit, བདུད་རྩི་འཁྱིལ​ : « L’amas de nectar (comme un petit étang). — Description de mandalas et de quelques cérémonies.

12. Amṛta kalaça siddhi, tib. Bdud rtsi-bum-pahi lung, བདུད་རྩི་བུམ་པའི་ལུང​ (folios 303-308). Instruction sur le vase de nectar. — Quelques cérémonies et mantras.

13. Bhagavan Mañjuçri etc., tib. Bcom ldan-hdas-hjam-dpal, བཅོམ་ལྡན་འདས་འཇམ་དཔལ​ (folios 308-310). Éloge à Mañjuçri par plusieurs Buddhas et dieux.

14. Vajra mantra Dhirusanti mara tantra nâma, tib. Drag-sngags-hdus-pa-rdo-rje-rtsa-vahi rgyud-ces-bya-va, དྲག་སྔགས་འདུས་པ་རྡོ་རྗེ་རྩ་བའི་རྒྱུད་ཅེས་བྱ་བ (folios 310-369). Cérémonies et mantras pour acquérir des facultés surhumaines. Traduit par Padma sambhâva (tib. Padma-hbyung-gnas པད་མ་འབྱུང་གནས​) et Bairotsana, au temps de Khri-srong dehu tsan.

15. Loka-stotra-pûja tantra nâma manobhika santaka, tib. Hjig-rten mchod-bstod-sgrub-pa-rtsa-vahi-rgyud-çes bya-va, འཇིག་རྟེན་མཅོད་བསྟོད་སྒྲབ་པ་རྩ་བའི་རྒྱུད་ཅེས་བྱ་བ (folios 369-397). Tantra original sur les moyens d’obtenir ou d’acquérir Celui auquel le monde offre des sacrifices et adresse des louanges, ou sur l’union avec l’Esprit suprême ». Termes de la salutation : « Adoration au suprême Buddha Com-ldan-das Dorje Dzin (Sk. Bhagavân Vajradhara).


Nota. — Les titres de quelques-uns des plus petits ouvrages de ce volume ont été écrits et traduits inexactement. En général, tous ces ouvrages sont de peu d’intérêt. — Ici finit le dernier volume de la classe Rgyut et de tout le Kah-gyur.
En terminant, je désire faire observer au lecteur que les noms propres de Buddhas, Bodhisattvas, dieux, démons, pays, villes, etc., etc., quoique se présentant dans le texte en tibétain, ont été souvent reproduits en sanskrit et quelquefois en sanskrit et en tibétain simultanément avec le secours du vocabulaire sanskrit-tibétain que j’ai à ma disposition. De même aussi, au lieu de Bcom-ldan-hdas (Bhagavat), j’ai souvent écrit Çâkya.


P.-S.. Je rappelle, de mon coté, que beaucoup de remarques et de rectifications, qui auraient pu être faites au cours de cette analyse, ont été rejetées dans les appendices, principalement dans l’Index des titres d’ouvrages et dans l’Index des noms propres, pour ne pas trop multiplier les notes mises au bas des pages. (L. F.) 
  1. Correction de Stana, etc. ; le premier mot du titre de l’ouvrage précédent (n° 8), est non moins fautivement écrit Pujaya, je le remplace par Adraya ; voir à la fin de l’analyse la note de Csoma. (L. F.)