Mozilla.svg

Astronomie populaire (Arago)/VIII/06

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
GIDE et J. BAUDRY (Tome 1p. 324-327).

CHAPITRE VI

formes des constellations


Aucun dessin précis des anciennes constellations ne nous est parvenu. Nous ne connaissons leur forme que par des descriptions écrites, souvent d’une manière fort abrégée. Une description en paroles ne saurait remplacer un dessin, surtout quand il s’agit de figures complexes ; par conséquent il règne quelque incertitude sur la forme, la position, la place véritable des figures d’hommes, d’animaux et d’objets inanimés qui composaient les astérismes des anciens astronomes grecs ; aussi, quand on a voulu les reproduire sur les sphères ou les cartes modernes, a-t-on rencontré des difficultés réelles. Ajoutons que des altérations avouées ont été introduites par certains astronomes, entre autres par Ptolémée, dans les constellations admises avant lui, et notamment dans celles données par Hipparque. Ptolémée dit (voyez l’Almageste, liv. vii, chap. v) qu’il a été déterminé dans ces changements par le besoin de donner une plus exacte proportion aux figures et de les mieux adapter aux situations réelles des étoiles. Ainsi dans la constellation de la Vierge, dessinée par Hipparque, certaines étoiles correspondaient aux épaules, Ptolémée les place dans les côtes, afin de ramasser davantage l’astérisme.

Les dessinateurs ou peintres qui ont voulu reproduire les anciens astérismes se sont livrés à leur imagination sans trop avoir égard aux descriptions des astronomes. Cette remarque s’applique particulièrement aux artistes qui contribuèrent à illustrer les diverses éditions de l’ouvrage d’Hyginus.

Nous avons cru devoir reproduire ici les dessins les plus habituels des constellations adoptées par les astronomes de tous les temps. Ces dessins que l’on voit dans les figures 100 et 101, ne sont bons d’ailleurs que pour fixer des noms dans la mémoire ; nous avons vu précédemment (ch. ii) comment on détermine astronomiquement les places respectives des principales étoiles.

Partons du pôle boréal dans l’hémisphère septentrional (100), et marchons de gauche à droite, en sens contraire du mouvement diurne apparent, de manière à nous éloigner de plus en plus du centre pour nous rapprocher de la circonférence de l’équateur ; nous rencontrerons toutes les constellations de notre hémisphère dans l’ordre suivant :

La Petite Ourse, Le Lézard,
Le Dragon, Les Honneurs de Frédéric,
Céphée, Andromède,
Cassiopée, Le Triangle,
Le Renne, Le Petit Triangle,
Le Messier, La Mouche,
La Girafe, Persée,
La Grande Ourse, La Tète de Méduse,
Les Lévriers, Le Cocher,
Le Cœur de Charles II, Les Chevreaux,
Le Bouvier, Le Télescope d’Herschel,
Le Quart de cercle mural, Le Lynx,
La Couronne Boréale, Le Petit Lion,
Hercule, La Chevelure De Bérénice,
La Massue, La Vierge,
Le Rameau et Cerbère, Le Mont-Ménale,
La Lyre, Le Serpent,
Le Cygne, Ophicchus,
Le Taureau royal de Poniatowski, Les Pléiades,
L’Aigle, Les Hyades,
Antinous, La Harpe de Georges,
La Flèche, L’Éridan,
Le Renard et l’Oie, Orion,
Le Dauphin, La Licorne,
Le Petit Cheval, Les Gémeaux,
Le Verseau, Le Petit Chien,
Pégase, Le Cancer,
Les Poissons, Les Deux Anes et Præsepe,
Le Bélier, L’hydre femelle,
La Baleine, Le Sextant d’Uranie,
Le Taureau, Le Lion.

En tout 62 constellations.

Plaçons-nous de même au centre du plan sur lequel est projeté l’hémisphère austral, et marchons encore de gauche à droite ; nous rencontrerons (101) toutes les constellations qui s’y trouvent dans l’ordre suivant :

L’Octant, Le Centaure,
Le Caméléon, Le Loup,
La Mouche australe, Le Compas,
L’Oiseau Du Paradis, Le Triangle austral,
Le Paon, L’Êquerre et la Règle,
L’Indien, L’Autel,
Le Toucan, Le Télescope,
Le Petit Nuage, La Couronne australe,
L’hydre male, Le Sagittaire,
La Montagne de la Table, Le Microscope,
Le Grand Nuage, La Grue,
Le Réticule Rhomboïde, Le Phénix,
La Dorade, L’Éridan
    (en très-petite partie sur l’hémisphère boréal),
Le Chevalet du Peintre,
Le Poisson Volant, L’Horloge,
Le Navire, Le Burin,
Le Chêne de Charles II, La Colombe,
La Croix du Sud, Le Lièvre,
Le Grand Chien, Le Verseau
L’Atelier de Typographie,     (en partie sur l’hémisphère boréal),
La Boussole, L’Aérostat,
Le Loch, Le Poisson austral,
Le Chat, L’Atelier du Sculpteur,
La Machine pneumatique, La Baleine
L’hydre femelle     (en partie sur l’hémisphère boréal),
    (en partie sur l’hémisphère boréal), Les Poissons
La Coupe,     (en partie sur l’hémisphère boréal),
Le Corbeau, La Machine électrique,
La Vierge Le Fourneau chimique,
    (en partie sur l’hémisphère boréal), La Harpe de Georges
Le Solitaire,     (en partie sur l’hémisphère boréal),
La Balance, Le Sceptre de Brandebourg,
Le Scorpion, Orion
Ophiuchus     (en partie sur l’hémisphère boréal),
    (en partie sur l’hémisphère boréal), L’Épée,
Le Serpent Le Baudrier,
    (en partie sur l’hémisphère boréal), La Licorne
L’Écu de Sobieski,     (en partie sur l’hémisphère boréal),
Antinoüs Le Sextant d’Uranie
    (en partie sur l’hémisphère boréal),     (en parti sur l’hémisphère boréal),
Le Capricorne, Le Lion
    (en partie sur l’hémhispère boréal),

Soit 55 constellations n’ayant aucune de leurs parties sur l’autre hémisphère.

Dans les cartes 100, 101, 102, 103, les projections du ciel étoilé sont faites sur un plan mené tangentiellement au pôle boréal de la sphère céleste ou perpendiculaire en ce point à l’axe du monde.