Barzaz Breiz/1846/Chants des Noces/Bilingue-Pauvres

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Barzaz Breiz, édition de 1846
Chants des Noces



IV


CHANT DES PAUVRES.


( Dialecte de Tréguier. )



IV.


Nous avons choisi une maîtresse, nous n’aimons qu’elle ; nous ne trouvons de plaisir que quand nous sommes avec elle ; parler près d'elle est notre bonheur et notre désir ; en elle est toute notre pensée, nous ne nous soucions que d’elle.

Notre maîtresse est belle et pleine de bonté ; c’est la plus belle créature qu’il y ait en sa paroisse ; et comme elle est jolie, elle est aimable aussi, et c’est par là qu’elle est venue à bout de gagner notre cœur ;

Ses pieds sont vifs et légers, sa personne si charmante ! ses yeux comme deux gouttes de rosée, sa physionomie si gaie, si éveillée ! Quand nous sommes tristes et chagrins, hélas ! ou malades, aussitôt que nous entendons sa voix, la joie naît dans nos cœurs.


________