Bible Sacy/Aux Galates

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   6.   Livres


ÉPITRE DE SAINT PAUL


AUX


GALATES.
________



PAUL, apôtre, non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus-Christ, et Dieu, son Père, qui l’a ressuscité d’entre les morts ;

2 et tous les frères qui sont avec moi : aux Eglises de Galatie.

3 Que la grâce et la paix vous soient données par la bonté de Dieu le Père, et par notre Seigneur Jésus-Christ ;

4 qui s’est livré lui-même pour nos péchés, et pour nous retirer de la corruption du siècle présent, selon la volonté de Dieu, notre Père ;

5 à qui soit gloire dans tous les siècles des siècles ! Amen !

6 Je m’étonne qu’abandonnant celui qui vous a appelés à la grâce de Jésus-Christ, vous passiez sitôt a un autre évangile.

7 Ce n’est pas qu’il y en ait d’autre ; mais c’est qu’il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile de Jésus-Christ.

8 Mais quand nous vous annoncerions nous-mêmes, ou quand un ange du ciel vous annoncerait un évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème !

9 Je vous l’ai dit, et je vous le dis encore une fois : Si quelqu’un vous annonce un évangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème !

10 Car enfin est-ce des hommes, ou de Dieu, que je recherche maintenant d’être approuvé ? ou ai-je pour but de plaire aux hommes ? Si je voulais encore plaire aux hommes, je ne serais pas serviteur de Jésus-Christ.

11 Je vous déclare donc, mes frères, que l’Évangile que je vous ai prêché, n’a rien de l’homme ;

12 parce que je ne l’ai point reçu, ni appris d’aucun homme, mais par la révélation de Jésus-Christ.

13 Car vous savez de quelle manière j’ai vécu autrefois dans le judaïsme, avec quel excès de fureur je persécutais l’Église de Dieu, et la ravageais ;

14 me signalant dans le judaïsme au-dessus de plusieurs de ma nation et de mon âge, et ayant un zèle démesuré pour les traditions de mes pères.

15 Mais lorsqu’il a plu à Dieu, qui m’a choisi particulièrement dès le ventre de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce,

16 de me révéler son Fils, afin que je le prêchasse parmi les nations, je l’ai fait aussitôt, sans prendre conseil de la chair et du sang ;

17 et je ne suis point retourné à Jérusalem, pour voir ceux qui étaient apôtres avant moi ; mais je m’en suis allé en Arabie, et puis je suis revenu encore à Damas.

18 Ainsi trois ans s’étant écoulés, je retournai à Jérusalem pour visiter Pierre ; et je demeurai quinze jours avec lui ;

19 et je ne vis aucun des autres apôtres, sinon Jacques, frère du Seigneur.

20 Je prends Dieu à témoin, que je ne vous mens point en tout ce que je vous écris.

21 J’allai ensuite dans la Syrie et dans la Cilicie.

22 Or les Églises de Judée qui croyaient en Jésus-Christ, ne me connaissaient pas de visage.

23 Ils avaient seulement entendu dire : Celui qui autrefois nous persécutait, annonce maintenant la foi qu’il s’efforçait alors de détruire.

24 Et ils rendaient gloire à Dieu de ce qu’il avait fait en moi.



QUATORZE ans après, j’allai de nouveau à Jérusalem avec Barnabé, et je pris aussi Tite avec moi.

2 Or j’y allai suivant une révélation que j’en avais eue, et j’exposai aux fidèles, et en particulier à ceux qui paraissaient les plus considérables, l’Évangile que je prêche parmi les gentils ; afin de ne perdre pas le fruit de ce que j’avais déjà fait, ou de ce que je devais faire dans le cours de mon ministère.

3 Mais on n’obligea point Tite, que j’avais amené avec moi, et qui était gentil, de se faire circoncire.

4 Et la considération des faux frères, qui s’étaient introduits par surprise dans l’Église, et qui s’étaient glissés parmi nous, pour observer la liberté que nous avons en Jésus-Christ, et nous réduire en servitude,

5 ne nous porta pas à leur céder, même pour un moment ; et nous refusâmes de nous assujettir à ce qu’ils voulaient, afin que la vérité de l’Évangile demeurât parmi vous.

6 Aussi ceux qui paraissaient les plus considérables (je ne m’arrête pas a ce qu’ils ont été autrefois, Dieu n’a point d’égard à la qualité des personnes) ; ceux, dis-je, qui paraissaient les plus considérables, ne m’ont rien appris de nouveau.

7 Mais au contraire, ayant reconnu que la charge de prêcher l’Évangile aux incirconcis m’avait été donnée, comme à Pierre celle de le prêcher aux circoncis ;

8 (car celui qui a agi efficacement dans Pierre pour le rendre apôtre des circoncis, a aussi agi efficacement en moi pour me rendre apôtre des gentils ;)

9 ceux, dis-je, qui paraissaient comme les colonnes de l’Église, Jacques, Céphas et Jean, ayant reconnu la grâce que j’avais recue, nous donnèrent la main, à Barnabé et à moi, pour marque de la société et de l’union qui était entre eux et nous, afin que nous prêchassions l’Évangile aux gentils, et eux aux circoncis.

10 Ils nous recommandèrent seulement de nous ressouvenir des pauvres : ce que j’ai eu aussi grand soin de faire.

11 Or Céphas étant venu à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible.

12 Car avant que quelques-uns qui venaient de la part de Jacques fussent arrivés, il mangeait avec les gentils ; mais après leur arrivée, il se retira, et se sépara d’avec les gentils, craignant de blesser les circoncis.

13 Les autres Juifs usèrent comme lui de cette dissimulation, et Barnabé même s’y laissa aussi emporter.

14 Mais quand je vis qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Évangile, je dis à Céphas devant tout le monde : Si vous qui êtes Juif, vivez comme les gentils, et non pas comme les Juifs, pourquoi contraignez-vous les gentils de judaïser ?

15 Nous sommes Juifs par notre naissance, et non du nombre des gentils, qui sont des pécheurs.

16 Et cependant, sachant que l’homme n’est point justifié par les œuvres de la loi, mais par la foi en Jésus-Christ, nous avons nous-mêmes cru en Jésus-Christ, pour être justifiés par la foi que nous aurions en lui, et non par les œuvres de la loi ; parce que nul homme ne sera justifié par les œuvres de la loi.

17 Mais si, cherchant à être justifiés par Jésus-Christ, nous sommes aussi nous-mêmes trouvés pécheurs, Jésus-Christ sera-t-il donc ministre du péché ? Dieu nous garde de le penser !

18 Car si je rétablissais de nouveau ce que j’ai détruit, je me ferais voir moi-même prévaricateur.

19 Mais je suis mort à la loi par la loi même, afin de ne vivre plus que pour Dieu. J’ai été crucifié avec Jésus-Christ ;

20 et je vis, ou plutôt ce n’est plus moi qui vis, mais c’est Jésus-Christ qui vit en moi ; et si je vis maintenant dans ce corps mortel, j’y vis en la foi du Fils de Dieu, qui m’a aimé, et qui s’est livré lui-même à la mort pour moi.

21 Je ne veux point rendre la grâce de Dieu inutile. Car si la justice s’acquiert par la loi, Jésus-Christ sera donc mort en vain.



Ô GALATES insensés ! qui vous a ensorcelés, pour vous rendre ainsi rebelles à la vérité, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été représenté, ayant été lui-même crucifié en vous ?

2 Je ne veux savoir de vous qu’une seule chose : Est-ce par les œuvres de la loi, que vous avez reçu le Saint-Esprit, ou par la foi que vous avez entendu prêcher ?

3 Êtes-vous si insensés qu’après avoir commencé par l’esprit, vous finissiez maintenant par la chair ?

4 Sera-ce donc en vain que vous avez tant souffert ? si toutefois ce n’est qu’en vain.

5 Celui donc qui vous communique son Esprit, et qui fait des miracles parmi vous, le fait-il par les œuvres de la loi, ou par la foi que vous avez entendu prêcher ?

16 selon qu’il est écrit d’Abraham, qu’il crut ce que Dieu lui avait dit, et que sa foi lui fut imputée à justice.

7 Sachez donc, que ceux qui s’appuient sur la foi, sont les vrais enfants d’Abraham.

8 Aussi Dieu, dans l’Écriture, prévoyant qu’il justifierait les nations par la foi, l’a annoncé par avance à Abraham, en lui disant : Toutes les nations de la terre seront bénies en vous. !

9 Ceux qui s’appuient sur la foi, sont donc bénis avec le fidèle Abraham.

10 Au lieu que tous ceux qui s’appuient sur les œuvres de la loi, sont dans la malédiction, puisqu’il est écrit : Malédiction sur tous ceux qui n’observent pas tout ce qui est prescrit dans le livre de la loi.

11 Et il est clair que nul par la loi n’est justifié devant Dieu ; puisque, selon l’Écriture : Le juste vit de la foi.

12 Or la loi ne s’appuie point sur la foi ; au contraire, elle dit : Celui qui observera ces préceptes, y trouvera la vie.

13 Mais Jésus-Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, s’étant rendu lui-même malédiction pour nous, selon qu’il est écrit, Maudit est celui qui est pendu au bois ;

14 afin que la bénédiction donnée à Abraham fût communiquée aux gentils en Jésus-Christ, et qu’ainsi nous reçussions par la foi le Saint-Esprit qui avait été promis.

15 Mes frères, je me servirai de l’exemple d’une chose humaine et ordinaire : Lorsqu’un homme a fait un testament en bonne forme, nul ne peut le casser, ni y ajouter.

16 Or les promesses de Dieu ont été faites à Abraham, et à celui qui devait naître de lui. Il ne dit pas, À ceux qui naîtront de vous ; comme s’il eût parlé de plusieurs ; mais comme parlant d’un seul, À celui qui naîtra de vous ; qui est Jésus-Christ.

17 Ce que je veux donc dire est, que Dieu ayant fait un testament en bonne forme en faveur de Jésus-Christ, la loi qui n’a été donnée que quatre cent trente ans après, n’a pu le rendre nul, ni en abroger la promesse.

18 Car si c’est par la loi que l’héritage nous est donné, ce n’est donc plus par la promesse. Or c’est par la promesse que Dieu l’a donné à Abraham.

19 À quoi servait donc la loi ? Elle a été établie pour faire connaître les prévarications que l’on commettait en la violant, jusqu’à l’avènement de celui qui devait naître d’Abraham et que la promesse regardait. Et cette loi a été donnée par le ministère des anges, et par l’entremise d’un médiateur.

20 Mais il n’y a point de médiateur quand un seul s’engage : or Dieu traitant avec Abraham est le seul qui s’engage.

21 La loi est-elle donc opposée aux promesses de Dieu ? Nullement. Car si la loi qui a été donnée avait pu donner la vie, on pourrait dire alors avec vérité, que la justice s’obtiendrait par la loi.

22 Mais la loi écrite a comme renfermé tous les hommes sous le péché ; afin que ce que Dieu avait promis, fût donné par la foi en Jésus-Christ par ceux qui croiraient en lui.

23 Or, avant que la foi fût venue, nous étions sous la garde de la loi, qui nous tenait renfermés, pour nous disposer à cette foi qui devait être révélée un jour.

24 Ainsi la loi nous a servi de conducteur, pour nous mener comme des enfants a Jésus-Christ ; afin que nous fussions justifiés par la foi.

25 Mais la foi étant venue, nous ne sommes plus sous un conducteur, comme des enfants ;

26 puisque vous êtes tous enfants de Dieu par la foi en Jésus-Christ.

27 Car vous tous qui avez été baptisés en Jésus-Christ, vous avez été revêtus de Jésus-Christ.

28 Il n’y a plus maintenant ni de Juif, ni de gentil: ni d’esclave, ni de libre ; ni d’homme, ni de femme ; mais vous n’êtes tous qu’un en Jésus-Christ.

29 Si vous êtes à Jésus-Christ, vous êtes donc la race d’Abraham, et les héritiers selon la promesse.



JE dis de plus : Tant que l’héritier est encore enfant, il n’est point différent d’un serviteur, quoiqu’il soit le maître de tout ;

2 mais il est sous la puissance des tuteurs et des curateurs, jusqu’au temps marqué par son père.

3 Ainsi, lorsque nous étions encore enfants, nous étions assujettis aux premières et plus grossières instructions que Dieu a données au monde.

4 Mais lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, formé d’une femme, et assujetti a la loi,

5 pour racheter ceux qui étaient sous la loi, et pour nous rendre enfants adoptifs.

6 Et parce que vous êtes enfants, Dieu a envoyé dans vos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie : Mon Père ! mon Père !

7 Aucun de vous n’est donc plus maintenant serviteur, mais enfant. S’il est enfant, il est aussi héritier de Dieu par Jésus-Christ.

8 Autrefois, lorsque vous ne connaissiez point Dieu, vous étiez assujettis à ceux qui par leur nature ne sont point véritablement dieux.

9 Mais maintenant, après que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de lui, comment vous tournez vous vers ces observations légales, défectueuses et impuissantes, auxquelles vous voulez vous assujettir par une nouvelle servitude ?

10 Vous observez les jours et les mois, les saisons et les années.

11 J’appréhende pour vous, que je n’aie peut-être travaillé en vain parmi vous.

12 Soyez envers moi comme je suis envers vous ; je vous en prie, mes frères. Vous ne m’avez jamais offensé dans aucune chose.

13 Vous savez que lorsque je vous ai annoncé premièrement l’Évangile, ç’a été parmi les persécutions et les afflictions de la chair ;

14 et que vous ne m’avez point méprisé, ni rejeté, à cause de ces épreuves que je souffrais en ma chair ; mais vous m’avez reçu comme un ange de Dieu, comme Jésus-Christ même.

15 Où est donc le temps où vous vous estimiez si heureux ? Car je puis vous rendre ce témoignage, que vous étiez prêts alors, s’il eût été possible, à vous arracher les yeux mêmes pour me les donner.

16 Suis-je donc devenu votre ennemi, parce que je vous ai dit la vérité ?

17 Ils s’attachent fortement à vous ; mais ce n’est pas d’une bonne affection, puisqu’ils veulent vous séparer de nous, afin que vous vous attachiez fortement à eux.

18 Je veux que vous soyez zélés pour les gens de bien dans le bien, en tout temps, et non pas seulement quand je suis parmi vous.

19 Mes petits enfants, pour qui je sens de nouveau les douleurs de l’enfantement, jusqu’à ce que Jésus-Christ soit formé en vous,

20 je voudrais maintenant être avec vous pour diversifier mes paroles selon vos besoins : car je suis en peine comment je dois vous parler.

21 Dites-moi, je vous prie, vous qui voulez être sous la loi, n’avez-vous point lu ce que dit la loi ?

22 Car il est écrit qu’Abraham eut deux fils, l’un de la servante, et l’autre de la femme libre.

23 Mais celui qui naquit de la servante, naquit selon la chair ; et celui qui naquit de la femme libre, naquit en vertu de la promesse de Dieu.

24 Tout ceci est une allégorie. Car ces deux femmes sont les deux alliances, dont la première, qui a été établie sur le mont Sina, et qui n’engendre que des esclaves, est figurée par Agar.

25 Car Sina est une montagne d’Arabie, qui représente la Jérusalem d’ici-bas, qui est esclave avec ses enfants ;

26 au lieu que la Jérusalem d’en haut est vraiment libre ; et c’est elle qui est notre mère.

27 Car il est écrit : Réjouissez-vous, stérile, qui n’enfantiez point ; poussez des cris de joie, vous qui ne deveniez point mère : parce que celle qui était délaissée, a plus d’enfants que celle qui a un mari.

28 Nous sommes donc, mes frères, les enfants de la promesse, figurés dans Isaac.

29 Et comme alors celui qui était né selon la chair, persécutait celui qui était né selon l’esprit, il en arrive de même encore aujourd’hui.

30 Mais que dit l’Écriture ? Chassez la servante et son fils : car le fils de la servante ne sera point héritier avec le fils de la femme libre.

31 Or, mes frères, nous ne sommes point les enfants de la servante, mais de la femme libre ; et c’est Jésus-Christ qui nous a acquis cette liberté.



TENEZ-VOUS-EN là, et ne vous mettez point sous le joug d’une nouvelle servitude.

2 Car je vous dis, moi, Paul, que si vous vous faites circoncire, Jésus-Christ ne vous servira de rien.

3 Et de plus, je déclare à tout homme qui se fera circoncire, qu’il est obligé de garder toute la loi.

4 Vous qui voulez être justifiés par la loi, vous n’avez plus de part à Jésus-Christ ; vous êtes déchus de la grâce.

5 Mais pour nous, selon l’impression de l’Esprit de Dieu, c’est en vertu de la foi que nous espérons recevoir la justice.

6 Car en Jésus-Christ, ni la circoncision, ni l’incirconcision, ne servent de rien, mais la foi qui est animée de la charité.

7 Vous couriez si bien ; qui vous a arrêtés pour vous empêcher d’obéir à la vérité ?

8 Ce sentiment dont vous vous êtes laissés persuader, ne vient pas de celui qui vous a appelés.

9 Un peu de levain aigrit toute la pâte.

10 J’espère de la bonté du Seigneur, que vous n’aurez point à l’avenir d’autres sentiments que les miens ; mais celui qui vous trouble, en portera la peine, quel qu’il soit.

11 Et pour moi, mes frères, si je prêche encore la circoncision, pourquoi est-ce que je souffre tant de persécutions ? Le scandale de la croix est donc anéanti ?

12 Plût à Dieu que ceux qui vous troublent, fussent même retranchés du milieu de vous !

13 Car vous êtes appelés, mes frères, à un état de liberté ; avez soin seulement que cette liberté ne vous serve pas d’occasion pour vivre selon la chair ; mais assujettissez-vous les uns aux autres par une charité spirituelle.

14 Car toute la loi est renfermée dans ce seul précepte : Vous aimerez votre prochain comme vous-même.

15 Si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne vous consumiez les uns les autres.

16 Je vous le dis donc : conduisez-vous selon l’esprit, et vous n’accomplirez point les désirs de la chair.

17 Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’esprit, et l’esprit en a de contraires à ceux de la chair, et ils sont opposés l’un à l’autre ; de sorte que vous ne faites pas les choses que vous voudriez.

18 Si vous êtes poussés par l’esprit, vous n’êtes point sous la loi.

19 Or il est aisé de connaître les œuvres de la chair, qui sont la fornication, l’impureté, l’impudicité, la dissolution,

20 l’idolâtrie, les empoisonnements, les inimitiés, les dissensions, les jalousies, les animosités, les querelles, les divisions, les hérésies,

21 les envies, les meurtres, les ivrogneries, les débauches, et autres crimes semblables, dont je vous déclare, comme je vous l’ai déjà dit, que ceux qui commettent ces crimes, ne seront point héritiers du royaume de Dieu.

22 Les fruits de l’esprit, au contraire, sont la charité, la joie, la paix, la patience, l’humanité, la bonté, la longanimité,

23 la douceur, la foi, la modestie, la continence, la chasteté. Il n’y a point de loi contre ceux qui vivent de la sorte.

21 Or ceux qui sont à Jésus-Christ, ont crucifié leur chair avec ses passions et ses désirs déréglés.

25 Si nous vivons par l’Esprit, conduisons-nous aussi par l’Esprit.

26 Ne nous laissons point aller à la vaine gloire, nous piquant les uns les autres, et étant envieux les uns des autres.



MES frères, si quelqu’un est tombé par surprise en quelque péché, vous autres qui êtes spirituels, ayez soin de le relever dans un esprit de douceur ; chacun de vous faisant réflexion sur soi-même, et craignant d’être tenté aussi bien que lui.

2 Portez les fardeaux les uns des autres ; et vous accomplirez ainsi la loi de Jésus-Christ.

3 Car si quelqu’un s’estime être quelque chose, il se trompe lui-même, parce qu’il n’est rien.

4 Or que chacun examine bien ses propres actions ; et alors il trouvera sa gloire en ce qu’il verra de bon dans lui-même, et non point en se comparant avec les autres.

5 Car chacun portera son propre fardeau.

6 Que celui que l’on instruit dans les choses de la foi, assiste de ses biens en toutes manières celui qui l’instruit.

7 Ne vous trompez pas, on ne se moque point de Dieu.

8 L’homme ne recueillera que ce qu’il aura semé : car celui qui sème dans sa chair, recueillera de la chair la corruption et la mort ; et celui qui sème dans l’esprit, recueillera de l’esprit la vie éternelle.

9 Ne nous lassons donc point de faire le bien, puisque si nous ne perdons point courage, nous en recueillerons le fruit en son temps.

10 C’est pourquoi, pendant que nous en avons le temps, faisons du bien à tous, mais principalement à ceux qu’une même foi a rendus comme nous domestiques du Seigneur.

11 Voyez quelle lettre je vous ai écrite de ma propre main.

12 Tous ceux qui mettent leur gloire en des cérémonies charnelles, ne vous obligent à vous faire circoncire, qu’afin de n’être point eux-mêmes persécutés pour la croix de Jésus-Christ.

13 Car eux-mêmes qui sont circoncis, ne gardent point la loi ; mais ils veulent que vous receviez la circoncision, afin qu’ils se glorifient en votre chair.

14 Pour moi, à Dieu ne plaise que je me glorifie en autre chose qu’en la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est mort et crucifié pour moi, comme je suis mort et crucifié pour le monde !

15 Car en Jésus-Christ la circoncision ne sert de rien, ni l’incirconcision, mais l’être nouveau que Dieu crée en nous.

16 Je souhaite la paix et la miséricorde à tous ceux qui se conduiront selon cette règle, et à l’Israël de Dieu.

17 Au reste, que personne ne me cause de nouvelles peines : car je porte imprimées sur mon corps les marques du Seigneur Jésus.

18 Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, mes frères, demeure avec votre esprit ! Amen !