Bible Sacy/Job

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   6.   7.   8.   9.   10.   11.   12.   13.   14.   15.   16.   17.   18.   19.   20.   21.   22.   23.   24.   25.   26.   27.   28.   29.   30.   31.   32.   33.   34.   35.   36.   37.   38.   39.   40.   41.   42.   Livres


JOB.



IL y avait en la terre de Hus un homme qui s’appelait Job. Cet homme était simple et droit de cœur ; il craignait Dieu, et fuyait le mal.

2 Il avait sept fils et trois filles.

3 Il possédait sept mille moutons, trois mille chameaux, cinq cents paires de bœufs et cinq cents ânesses. Il avait de plus un très-grand nombre de domestiques ; et il était grand et illustre parmi tous les Orientaux.

4 Ses enfants allaient les uns chez les autres, et ils se traitaient chacun à leur jour. Ils envoyaient prier leurs trois sœurs de venir manger et boire avec eux.

5 Et lorsque ce cercle des jours de festin était achevé, Job envoyait chez ses enfants, et les purifiait ; et se levant de grand matin, il offrait des holocaustes pour chacun d’eux. Car il disait en lui-même : Peut-être que mes enfants auront commis quelque péché, et qu’ils auront offensé Dieu dans leur cœur. C’est ainsi que Job se conduisait tous les jours de sa vie.

6 Or les enfants de Dieu s’étant un jour présentés devant Je Seigneur, Satan se trouva aussi parmi eux.

7 Le Seigneur lui dit : D’où viens-tu ? Il lui répondit : J’ai fait le tour de la terre, et je l’ai parcourue tout entière.

8 Le Seigneur ajouta : N’as-tu point considéré mon serviteur Job, qui n’a point d’égal sur la terre, qui est un homme simple et droit de cœur, qui craint Dieu et fuit le mal ?

9 Satan lui répondit : Est-ce en vain que Job craint Dieu ?

10 N’avez-vous pas remparé de toutes parts et sa personne, et sa maison, et tous ses biens ? N’avez-vous pas béni les œuvres de ses mains ? et tout ce qu’il possède ne se multiplie-t-il pas de plus en plus sur la terre ?

11 Mais étendez un peu votre main, et frappez tout ce qui est à lui, et vous verrez s’il ne vous maudira pas en face.

12 Le Seigneur répondit à Satan : Va, tout ce qu’il a est en ton pouvoir ; mais je te défends de porter la main sur lui. Et Satan sortit aussitôt de devant le Seigneur.

13 Un jour donc que les fils et les filles de Job mangeaient et buvaient ensemble dans la maison de leur frère aîné,

14 un homme vint tout d’un coup dire à Job : Lorsque vos bœufs labouraient, et que vos ânesses paissaient auprès,

15 les Sabéens sont venus fondre tout d’un coup, ont tout enlevé, ont passé vos gens au fil de l’épée; et je me suis sauvé seul pour venir vous en dire la nouvelle.

16 Cet homme parlait encore, lorsqu’un second vint dire à Job : Le feu du ciel est tombé sur vos moutons, et sur ceux qui les gardaient, et il a tout réduit en cendres ; et je me suis sauvé seul pour venir vous en dire la nouvelle.

17 II n’avait pas achevé de parler, qu’un troisième vint dire à Job: Les Chaldéens se sont divisés en trois bandes ; ils se sont jetés sur vos chameaux, et les ont enlevés ; ils ont tué tous vos gens, et je me suis sauvé seul pour venir vous en dire la nouvelle.

18 Cet homme parlait encore, quand un quatrième se présenta devant Job, et lui dit : Lorsque vos fils et vos filles mangeaient et buvaient dans la maison de leur frère aîné,

19 un vent impétueux s’étant levé tout d’un coup du côté du désert, a ébranlé les quatre coins de la maison, et l’ayant fait tomber sur vos enfants, ils ont été accablés sous ses ruines, et ils sont tous morts. Je me suis échappé seul pour venir vous en dire la nouvelle.

20 Alors Job se leva, déchira ses vêtements, et s’étant rasé la tête, il se jeta par terre, et adora Dieu,

21 et dit : Je suis sorti nu du ventre

        1. de ma mère, et je retournerai nu dans le

sein de la terre. Le Seigneur m’avait tout donné, le Seigneur m’a tout ôté  ; il n’est arrivé que ce qu’il lui a plu  ; que le nom du Seigneur soit béni !

22 Ainsi dans tout cela Job ne pécha point par ses lèvres, et il ne dit rien contre Dieu qui fût indiscret.



OR les enfants de Dieu s’étant un jour présentés devant le Seigneur, et Satan étant venu aussi parmi eux se présenter devant le Seigneur,

2 le Seigneur lui dit : D’où viens-tu ? Il lui répondit : J’ai fait le tour de la terre, et je l’ai parcourue tout entière.

3 Le Seigneur lui dit encore : N’as-tu point considéré mon serviteur Job, qui n’a point d’égal sur la terre, qui est un homme simple et droit de cœur, qui craint Dieu et fuit le mal, et qui se conserve encore dans l’innocence, quoique tu m’aies porté à m’élever contre lui pour l’affliger sans qu’il l’ait mérité ?

4 Satan lui répondit : L’homme donnera toujours peau pour peau, et il abandonnera volontiers tout ce qu’il possède, pour sauver sa vie :

5 mais étendez votre main, et frappez ses os et sa chair, et vous verrez s’il ne voue maudira pas en face.

6 Le Seigneur dit à Satan : Va, il est en ta main : mais ne touche point à sa vie.

I Satan étant donc sorti de devant le Seigneur, frappa Job d’une effroyable plaie, depuis la plante des pieds jusqu’au sommet de la tete.

8 Et Job s’étant assis sur un fumier, ôtait avec un morceau d’un pot de terre la pourriture qui sortait de ses ulcères.

9 Alors sa femme vint lui dire : Quoi ! vous demeurez encore dans votre simplicité ? Maudissez Dieu, et mourez.

10 Job lui répondit : Vous parlez comme une femme qui n’a point de sens. Si nous avons reçu les biens de la main du Seigneur, pourquoi n’en recevrons-nous pas aussi les maux ? Ainsi dans toutes ces choses Job ne pécha point par ses lèvres.

11 Cependant trois amis de Job apprirent tous les maux qui lui étaient arrivés, et étant partis chacun de leur pays, vinrent le trouver, Eliphaz de Théman, Baldad de Suh, et Sophar de Naamath. Car ils s’étaient donné jour pour venir ensemble le voir et le consoler.

12 Lors donc que de loin ils eurent levé les yeux pour le considérer, ils ne le reconnurent point ; et ayant jeté un grand cri, ils commencèrent à pleurer. Ils déchirèrent leurs vêtements, ils jetèrent de la poussière en l’air pour la faire retomber sur leur tête.

13 Ils demeurèrent avec lui assis sur la terre durant sept jours et durant sept nuits, et nul d’eux ne lui dit aucune parole : car ils voyaient que sa douleur était excessive.



APRÈS cela Job ouvrit la bouche, et maudit le jour de sa naissance,

2 et il parla de cette sorte :

3 Puisse périr le jour auquel je suis né, et la nuit en laquelle il a été dit : Un homme est conçu !

4 Que ce jour se change en ténèbres, que Dieu ne le regarde non plus du ciel, que s’il n’avait jamais été ! qu’il ne soit point éclairé de la lumière !

5 Qu’il soit couvert de ténèbres et de l’ombre de la mort ! qu’une noire obscurité l’environne, et qu’il soit plongé dans l’amertume !

6 Qu’un tourbillon ténébreux règne dans cette nuit ! qu’elle ne soit point comptée parmi les jours de l’année, ni mise au nombre des mois !

7 Que cette nuit soit dans une affreuse solitude, et qu’elle ne soit jamais jugée digne de louange !

8 Que ceux qui maudissent le jour la maudissent, ceux qui sont près de susciter Léviathan !

9 Que les étoiles soient obscurcies par sa noirceur ! qu’elle attende la lumière, et qu’elle ne la voie point, et qu’elle ne jouisse point des premiers rayons de l’aurore !

10 parce qu’elle n’a point fermé le sein qui m’a porté, et qu’elle n’a point détourné de moi les maux qui m’accablent.

11 Pourquoi ne suis-je point mort dans le sein de ma mère ? pourquoi n’ai-je point cessé de vivre aussitôt que j’en suis sorti  ?

12 Pourquoi m’a-t-on reçu sur les genoux  ? pourquoi ai-je été nourri du lait de la mamelle ?

13 Car je dormirais maintenant dans le silence, et je me reposerai dans mon sommeil,

14 avec les rois et les consuls de la terre, qui durant leur vie se bâtissent des tombeaux dans les solitudes,

15 ou avec les princes qui possèdent l’or, et qui remplissent d’argent leurs maisons.

16 Je n’aurais point paru dans le monde, non plus qu’un fruit avorté dans le sein de la mère, ou que ceux qui ayant été conçus n’ont point vu le jour.

17 C’est là que les impies cessent d’exciter des tumultes  ; et c’est là que trouvent le repos ceux dont les forces sont épuisées par les travaux de cette vie.

18 C’est là que ceux qui étaient autrefois enchaînés ensemble, ne souffrent plus aucun mal, et qu’ils n’entendent plus la voix de ceux qui exigeaient d’eux des travaux insupportables.

19 Là les grands et les petits se trouvent égaux, là l’esclave est affranchi de la domination de son maître.

20 Pourquoi la lumière a-t-elle été donnée à un misérable, et la vie à ceux qui sont dans l’amertume du cœur  ?

21 qui attendent la mort, et la mort ne vient point  ; qui la cherchent comme s’ils creusaient dans la terre pour trouver un trésor,

22 et qui sont ravis de joie lorsqu’ils ont enfin trouvé le tombeau.

23 Pourquoi la vie a-t-elle été donnée à un homme qui marche dans une route inconnue, et que Dieu a environné de ténèbres ?

24 Je soupire avant de manger, et les cris que je fais sont comme le bruit d’un débordement de grandes eaux ;

25 parce que ce qui faisait le sujet de ma crainte m’est arrivé et que ce que j’appréhendais est tombé sur moi.

26 N’ai-je pas toujours conservé la retenue et la patience ? N’ai-je pas gardé le silence ? Ne me suis-je pas tenu dans le repos  ? Et cependant la colère de Dieu est tombée sur moi.



ALORS Eliphaz de Théman, prenant la parole, dit à Job :

2 Vous trouverez peut-être mauvais si nous vous parlons  ; mais qui pourrait retenir ses paroles en une telle rencontre ?

3 Vous en avez autrefois instruit plusieurs, et vous avez soutenu les mains lasses et affaiblies.

4 Vos paroles ont affermi ceux qui étaient ébranlés, et vous avez fortifié les genoux tremblants.

5 Et maintenant à peine la plaie est-elle venue sur vous, que vous perdez courage  ; Dieu vous frappe, et vous êtes dans le trouble.

6 Où est cette crainte de Dieu ? où est cette force, cette patience, et cette perfection qui a paru dans toutes vos voies ?

7 Considérez, je vous prie, si jamais un innocent est péri, ou si ceux qui avaient le cœur droit ont été exterminés.

8 Ne voyons-nous pas au contraire que ceux qui travaillent tant à faire des injustices, qui sèment les maux et qui les recueillent,

9 sont renversés tout d’un coup par le souffle de Dieu, et sont emportés par le tourbillon de sa colère  ?

10 Le rugissement du lion, et la voix de la lionne, ont été étouffés, et les dents des lionceaux ont été brisées.

11 Le tigre est mort, parce qu’il n’avait point de proie, et les petits du lion ont été dissipés.

12 Cependant une parole m’a été dite en secret, et à peine en ai-je entendu les faibles sons qui se dérobaient à mon oreille.

13 Dans l’horreur d’une vision de nuit, lorsque le sommeil assoupit davantage tous les sens des hommes,

14 je fus saisi de crainte et de tremblement, et la frayeur pénétra jusque dans mes os.

15 Un esprit vint se présenter devant moi, et les cheveux m’en dressèrent à la tête.

16 Je vis quelqu’un dont je ne connaissais point le visage, un spectre parut devant mes yeux, et j’entendis une voix faible comme un petit souffle, qui me dit :

17 L’homme osera-t-il se dire juste en se comparant à Dieu  ? et sera-t-U plus pur que celui qui l’a créé ?

18 Ceux mêmes qui servaient Dieu n’ont pas été stables, et il a trouvé du déréglement jusque dans ses anges.

19 Comment donc ceux qui habitent dans des maisons de boue, qui n’ont qu’un fondement de terre, ne seront-ils pas beaucoup plutôt consumés et comme rongés des vers  ?

20 Du matin au soir ils seront exterminés  ; et parce que nul d’eux n’a l’intelligence, ils périront pour jamais.

21 Ceux qui seront restés de leurs races seront emportés, et ils mourront, parce qu’ils n’ont point eu la sagesse.



APPELEZ donc à votre secours, s’il y a quelqu’un qui vous réponde, et adressez-vous à quelqu’un des saints.

2 Certes il n’y a que l’insensé qui se donne la mort par l’indignation qu’il conçoit contre la prospérité des méchants  ; et il n’y a que les petits esprits qui se consument par l’envie qu’ils portent au bonheur des injustes.

3 J’ai vu l’insensé qui paraissait affermi par de profondes racines, et j’ai dans l’instant donné ma malédiction à tout son vain éclat.

4 Ses enfants, loin de trouver leur salut, seront foulés aux pieds à la porte de la ville, et il ne se trouvera personne pour les délivrer.

5 Celui qui mourait de faim, mangera le blé de cet insensé ; l’homme armé s’emparera de lui comme de sa proie, et ceux qui séchaient de soif, boiront ses richesses.

6 Rien ne se fait dans le monde sans sujet, et ce n’est point de la terre que naissent les maux.

7 L’homme est né pour le travail, comme l’oiseau pour voler.

8 C’est pourquoi j’adresserai mes prières au Seigneur, et je parlerai avec confiance à Dieu,

9 qui fait des choses grandes et impénétrables, des choses miraculeuses et qui sont sans nombre :

10 qui répand la pluie sur la face de la terre, et qui arrose d’eau tout l’univers  ;

11 qui élève ceux qui étaient abaissés, qui console et guérit ceux qui étaient dans les larmes  ;

12 qui dissipe les pensées des méchants, et qui les empêche d’achever ce qu’ils avaient commencé ;

13 qui surprend les faux sages dans leur propre finesse, et qui renverse les desseins des injustes.

14 Au milieu du jour ils trouveront les ténèbres, et ils marcheront à tâtons en plein midi, comme s’ils étaient dans une profonde nuit.

15 Mais Dieu sauvera le pauvre des traits de leur langue, et de la violence des injustes.

16 Le pauvre ne sera point trompé dans son espérance, et l’iniquité demeurera muette.

17 Heureux l’homme que Dieu corrige lui-même ! Ne rejetez donc point le châtiment du Seigneur.

18 Car c’est lui qui blesse, et c’est lui qui rétablit  ; c’est lui qui frappe, et c’est sa main qui guérit.

19 Après vous avoir affligé six fois, il vous délivrera ; et le mal ne vous touchera pas une septième fois.

20 Il vous sauvera de la mort pendant la famine, et de l’épée pendant la guerre.

21 Il vous mettra à couvert des traits de la langue perçante ; et si l’affliction survient, vous ne l'appréhenderez point.

22 Vous rirez au milieu de la désolation et de la famine, et vous ne craindrez point les bêtes de la terre.

23 Mais les pierres des champs seront d’accord avec vous, elles ne vous blesseront point  ; et les bêtes sauvages seront douces pour vous.

21 Vous verrez la paix régner dans votre maison, et la tenant dans l’ordre par le soin que vous en aurez, vous la gouvernerez d’une manière irréprochable.

25 Vous verrez votre race se multiplier, et votre postérité croître comme l’herbe de la terre.

26 Vous entrerez riche dans le sépulcre, comme un monceau de blé qui est serré en son temps.

27 Voilà ce que nous ont appris les réflexions les plus sérieuses, et cela est très-véritable  ; écoutez-le donc, et le repassez dans votre esprit.



JOB répondit en ces termes :

2 Plût à Dieu que les péchés par lesquels j’ai mérité la colère de Dieu, et les maux que je souffre, fussent mis les uns avec les autres dans une balance !

3 Ceux-ci surpasseraient les autres de toute la pesanteur du sable de la mer ; c’est pourquoi mes paroles sont pleines de douleur.

4 Car je sens que le Seigneur m’a mis en butte à ses flèches : l’indignation qu’il répand sur moi épuise mes esprits, et les terreurs qu’il me donne m’assiègent et combattent contre moi.

5 L’âne sauvage crie-t-il lorsqu’il a de l’herbe ? ou le bœuf mugit-il lorsqu’il est devant une auge pleine de fourrage ?

6 Peut-on manger d’une viande fade, qui n’est point assaisonnée avec le sel ? ou quelqu’un peut-il goûter ce qui fait mourir celui qui en goûte ?

7 Ce que mon âme refusait auparavant de toucher, m’est offert maintenant pour me servir de nourriture.

8 Plaise au Seigneur que ce que je demande soit accompli, et qu’il m’accorde ce que j’attends ;

9 qu’après avoir commencé, il achève de me réduire en poudre  ; qu’il laisse aller sa main pour me couper jusqu’à la racine  ;

10 et que dans ces douleurs extrêmes dont il m’accablera sans m’épargner, il me reste au moins cette consolation, que je ne contredise jamais en rien aux ordonnances de celui qui est souverainement saint !

11 Car quelle est ma force, pour pouvoir subsister dans ces maux ? ou quelle sera ma fin, pour me conserver dans la patience ?

12 Ma force n’est point la force des pierres, et ma chair n’est pas de bronze.

13 Je ne trouve en moi aucun secours, et mes propres amis m’ont abandonné.

14 Celui qui voyant souffrir son ami n’en a point de compassion, abandonne la crainte du Seigneur.

15 Mes propres frères ont passé devant moi, comme un torrent qui s’écoule avec rapidité dans les vallées.

16 Ceux qui craignent la gelée, seront accablés par la neige.

17 Ils périront au temps qu’ils commenceront à s’écouler  ; dès que la chaleur viendra, ils tomberont du lieu où ils étaient, comme une eau qui se fond et s’écoule.

18 Ils vont par des sentiers embarrassés, ils marchent sur le vide, et ils périront.

19 Considérez les sentiers de Théma, les chemins de Saba, et attendez un peu.

20 Ils sont confus, parce que j’ai toujours espéré ; ils sont venus jusqu’à moi, et ils ont été couverts de confusion.

21 Vous ne faites que de venir, et aussitôt que vous voyez la plaie dont j’ai été frappé, vous en avez de l’horreur.

22 Vous ai-je dit : Apportez-moi quelque chose, ou donnez-moi de votre bien  ;

23 ou, Délivrez-moi de la main de celui qui m’afflige, et tirez-moi de la puissance des forts ?

24 Instruisez-moi, et je me tairai ; et si j’ai fait quelque faute par ignorance, faites-le-moi connaître.

25 Pourquoi formez-vous des médisances contre des paroles de vérité, puisque nul d’entre vous ne peut me reprendre avec justice ?

26 Vous n’étudiez dans vos discours qu’à trouver des moyens d’accuser les autres, et vous ne faites que parler en l’air.

27 Vous vous jetez sur un homme abandonné comme un orphelin, et vous vous efforcez d’accabler votre ami.

28 Mais achevez ce que vous avez commencé ; prêtez l’oreille, et voyez si je mens.

29 Répondez, je vous prie, sans contention  ; et en parlant, jugez des choses selon la justice.

30 Alors vous ne trouverez point d’iniquité sur ma langue, ni de folie dans ma bouche.



LA vie de l’homme sur la terre est une guerre continuelle, et ses jours sont comme les jours d’un mercenaire.

2 Comme un esclave soupire après l’ombre pour se reposer, et comme un mercenaire attend la fin de son ouvrage  ;

3 ainsi je ne vois dans ma vie que des mois vides et sans fruit, et je n’y compte que des nuits pleines de travail et de douleur.

4 Si je m’endors, je dis aussitôt, Quand me lèverai-je ? et étant levé j’attends le soir avec impatience, et je suis rempli de douleurs jusqu’à la nuit.

5 Ma chair est couverte de pourriture et d’une sale poussière ; ma peau est toute sèche et toute retirée.

6 Mes jours ont été retranchés plus vite que le fil de la toile n’est coupe par le tisserand, et ils se sont écoulés sans me laisser aucune espérance.

7 Souvenez-vous, Seigneur ! que ma vie n’est qu’un souffle, et que mes yeux ne reverront plus les biens de ce monde.

8 Celui qui m’a vu jusqu’à cette heure ne me verra plus : vous avez arrêté sur moi votre œil sévère, et je ne pourrai subsister devant vous.

9 Comme une nuée se dissipe et passe sans qu’il en reste de trace ; ainsi celui qui descend sous la terre ne remontera plus.

10 Son âme ne reviendra plus dans sa maison, et le lieu où il était ne le reconnaîtra plus.

11 C’est pourquoi je ne retiendrai pas ma langue plus longtemps ; je parlerai dans l’affliction de mon esprit, j’exprimerai dans l’amertume de mon cœur mes réflexions.

12 Suis-je une mer, ou une baleine, pour avoir été enferme par vous comme dans une prison ?

13 Si je dis en moi-même, Mon lit me consolera peut-être, et m’entretenant avec mes pensées je me reposerai sur ma couche ;

14 vous me tourmenterez par des songes, et vous me troublerez par d’horribles visions.

15 C’est pourquoi je choisirais plutôt de mourir d’une mort violente, et il vaudrait mieux que mes os fussent réduits en poudre.

16 J’ai perdu toute espérance de pouvoir vivre davantage : épargnez-moi, Seigneur ! car mes jours ne sont qu’un néant.

17 Qu’est-ce que l’homme pour mériter que vous le regardiez comme quelque chose de grand ? et comment daignez-vous appliquer votre cœur sur lui ?

18 Vous le visitez le matin, et aussitôt vous le mettez à l’épreuve.

19 Jusqu’à quand ne m’épargnerez-vous point, et ne me donnerez-vous point quelque relâche, afin que je puisse un peu respirer  ?

20 J’ai péché : que ferai-je pour vous apaiser, ô Sauveur des hommes ? Pourquoi m’avez-vous mis en butte à tous vos traits, et dans un état où je suis à charge à moi-même  ?

21 Pourquoi n’ôtez-vous point mon péché, et ne me pardonnez-vous point mon iniquité ? Je vais m’endormir dans la poussière du tombeau, et quand vous me chercherez le matin, je ne serai plus.



ALORS Baldad de Sun, prenant la parole, dit à Job :

2 Jusqu’à quand direz-vous toutes ces choses, et votre bouche proférera-t-elle des paroles qui sont comme un vent impétueux ?

3 Dieu est-il injuste dans ses jugements ? et le Tout-Puissant renverse-t-il la justice ?

4 Quoique vos enfants, après avoir péché contre lui, aient été livrés à la juste peine de leur iniquité  ;

5 pour vous néanmoins, si vous vous empressez d’aller à Dieu, et de conjurer par vos prières le Tout-Puissant,

6 si vous marchez devant lui avec un cœur pur et droit, il se lèvera aussitôt pour vous secourir, et il récompensera votre justice par la paix qu’il fera régner dans votre maison.

7 Il augmentera de telle sorte tout ce que vous avez eu de grandeur jusqu’alors, que votre premier état ne paraîtra rien en comparaison du second.

8 Interrogez les races passées  ; consultez avec soin les histoires de nos pères.

9 (Car nous ne sommes que d’hier au monde, et nous ignorons beaucoup de choses, parce que nos jours s’écoulent sur la terre comme l’ombre.)

10 Et nos ancêtres vous enseigneront ce que je vous dis : ils vous parleront, et vous découvriront les sentiments de leur cœur.

11 Le jonc peut-il verdir sans humidité  ? ou peut-il croître sans eau ?

12 A peine est-il dans sa vigueur, que sans qu’on le cueille, il sèche plutôt que toutes les herbes.

13 Telle est la voie de tous ceux qui oublient Dieu  ; et c’est ainsi que périra l’espérance de l’hypocrite.

14 Il sera forcé à la fin de condamner lui-même sa folie, et ce qui fait sa confiance ne sera que comme une toile d’araignée.

15 Il voudra s’appuyer sur sa maison, et elle n’aura point de fermeté  ; il fera ses efforts pour la soutenir, et elle ne subsistera point.

16 Il est comme une plante qui a quelque fraîcheur avant que le soleil se lève, et qui pousse sa tige aussitôt qu’il est levé  ;

17 ses racines se multiplient dans un tas de pierres, et elle demeure ferme au milieu des cailloux :

18 si on l’arrache de sa place, le lieu même où elle était la renoncera, et lui dira : Je ne vous ai jamais connue.

19 C’est donc là à quoi se réduit toute la prospérité de l’hypocrite : il se sèche sur la terre, afin que d’autres prennent sa place.

20 Mais Dieu ne rejettera point celui qui est simple, et il ne tendra point la main aux méchants :

21 jusqu’à ce que la joie se répande sur votre visage, et les chants d’allégresse sur vos lèvres :

22 alors ceux qui vous haïssaient seront couverts de confusion, et la maison des impies ne subsistera plus.



JOB répondit à Baldad :

2 Je sais assurément que cela est ainsi, et que l’homme, si on le compare avec Dieu, ne sera point juste.

3 S’il veut disputer contre Dieu, il ne pourra lui répondre sur une seule chose de mille que Dieu pourra lui objecter.

4 Dieu est sage et tout-puissant : qui lui a résisté, et est demeuré en paix ?

5 C’est lui qui transporte les montagnes, et ceux mêmes qu’il renverse avec elles dans sa fureur ne s’en aperçoivent pas.

6 C’est lui qui remue la terre de sa place, et qui fait que les colonnes sont ébranlées.

7 C’est lui qui commande au soleil, et le soleil ne se lève point  ; et qui tient les étoiles enfermées comme sous le sceau.

8 C’est lui qui a formé seul la vaste étendue des cieux, et qui marche sur les flots de la mer.

9 C’est lui qui a créé les étoiles de l’Ourse, de l’Orion, des Hyades, et celles qui sont plus proches du Midi.

10 C’est lui qui fait des choses grandes et incompréhensibles, des choses miraculeuses qui sont sans nombre.

11 S’il vient à moi, je ne le verrai point ; et s’il s’en va, je ne m’en apercevrai point.

12 S’il interroge tout d’un coup, qui osera lui répondre ? ou qui pourra lui dire : Pourquoi faites-vous ainsi  ?

13 C’est un Dieu à la colère duquel nul ne peut résister  ; et ceux mêmes qui gouvernent le monde fléchissent sous lui.

14 Qui suis-je donc moi pour lui répondre, et pour oser lui parler ?

15 Quand il y aurait en moi quelque trace de justice, je ne répondrais point, mais je conjurerais mon juge de me pardonner.

16 Et lors même qu’il aurait exaucé ma prière, je ne croirais pas qu’il eût daigné entendre ma voix.

17 Car il me brisera quand il lui plaira, comme d’un coup de foudre, et il multipliera mes plaies sans que j’en sache même la raison.

18 Il ne me laisse pas seulement respirer, et il me remplit d’amertume.

19 Si l’on implore quelque puissance, il est tout-puissant ; si l’on en appelle à la justice d’un juge, il n’y a personne qui osât rendre témoignage en ma faveur.

20 Si j’entreprends de me justifier, ma propre bouche me condamnera ; si je veux montrer que je suis innocent, il me convaincra d’être coupable.

21 Quand je serais juste et simple, cela même me serait caché, et ma vie me serait à charge à moi-même.

22 Tout ce que j’ai dit se réduit à ce principe : Dieu afflige le juste aussi bien que l’impie.

23 S’il frappe de plaies, qu’il me tue tout d’un coup, et qu’il ne se rie pas des peines des innocents.

24 La terre est souvent livrée entre les mains de l’impie ; et alors il couvre d’un voile les yeux des juges : si ce n’est pas lui, qui est-ce donc  ?

25 Les jours de ma vie ont passé plus vite qu’un courrier : ils se sont évanouis sans que j’y aie goûté aucune douceur.

26 Ils ont passe avec la même vitesse que des vaisseaux qui portent du fruit, et qu’un aigle qui fond sur sa proie.

27 Lorsque je dis en moi-même, Je ne parlerai plus pour me plaindre ; je sens que mon visage se change aussitôt, et que la douleur me déchire.

28 Je tremblais à chaque action que je faisais, sachant que vous ne pardonnez pas à celui qui pèche.

29 Si après cela je passe pour un méchant, pourquoi aurais-je travaillé en vain  ?

30 Quand j’aurais été lavé dans de l’eau de neige, et que la pureté de mes mains éclaterait ;

31 votre lumière, Seigneur ! me ferait paraître à moi-même tout couvert d’ordure, et mes vêtements m’auraient en horreur.

32 Car je n’aurai pas à répondre à un homme semblable à moi, ni à contester avec lui comme avec mon égal.

33 Il n’y a personne qui puisse reprendre les deux parties, ni mettre sa main entre les deux.

34 Qu’il retire donc sa verge de dessus moi, et que sa terreur ne m’épouvante pas.

35 Je parlerai alors sans l’appréhender : car dans la crainte où je suis, je ne puis répondre.



MA vie m’est devenue ennuyeuse : je m’abandonnerai aux plaintes contre moi-même, je parlerai dans l’amertume de mon âme.

2 Je dirai à Dieu : Ne me condamnez pas  ; faites-moi connaître pourquoi vous me traitez de la sorte.

3 Pourriez-vous vous plaire à me livrer à la calomnie, et à m’accabler, moi qui suis l’ouvrage de vos mains ? Pourriez-vous favoriser les mauvais desseins des impies ?

4 Avez-vous des yeux de chair, et regardez-vous les choses comme un homme les regarde ?

5 Vos jours sont-ils semblables aux jours de l’homme, et vos années sont-elles comme ses années,

6 pour vous informer de mes iniquités, et faire une exacte recherche de mon péché ;

7 et pour savoir que je n’ai rien fait d’impie, n’y ayant personne qui puisse me tirer d’entre vos mains ?

8 Ce sont vos mains, Seigneur ! qui m’ont formé ; ce sont elles qui ont arrangé tontes les parties de mon corps : et voudriez-vous après cela m’abîmer en un moment ?

9 Souvenez-vous, je vous prie, que vous m’avez fait comme un ouvrage d’argile  ; et que dans peu de temps vous me réduirez en poudre.

10 Ne m’avez-vous pas fait d’abord comme un lait qui se caille, comme un lait qui s’épaissit et qui se durcit ?

11 Vous m’avez revêtu de peau et de chair, vous m’avez affermi d’os et de nerfs.

12 Vous m’avez donné la vie et comblé de bienfaits  ; et la continuation de votre secours a conservé mon âme.

13 Quoique vous teniez toutes ces choses cachées en vous-même, je sais néanmoins que vous vous souvenez de tout.

14 Si j’ai péché, et si vous m’avez épargné sur l’heure, pourquoi ne permettez-vous pas que je sois au moins à présent purifié de mon iniquité ?

15 Si j’ai été méchant, malheur à moi ! et si je suis juste, je ne lèverai point la tête, étant accablé d’affliction et de misère.

16 Vous vous saisirez de moi à cause de mon orgueil, comme une lionne se saisit de sa proie, et vous me tourmenterez de nouveau d’une terrible manière.

17 Vous produisez contre moi des témoins, vous multipliez sur moi les_ effets de votre colère, et je suis assiégé de maux comme d’une armée.

18 Pourquoi m’avez-vous tiré du ventre de ma mère ? Plût à Dieu que je fusse mort, et que personne ne m’eût jamais vu !

19 J’aurais été comme n’ayant point été, n’ayant fait que passer du sein de ma mère dans le tombeau.

20 Le peu de jours qui me restent, ne finira-t-il point bientôt ? Donnez-moi donc quelque relâche, afin que je puisse un peu respirer dans ma douleur :

21 avant que j’aille, sans espérance d’aucun retour, en cette terre ténébreuse, couverte de l’obscurité de la mort ;

22 cette terre de misère et de ténèbres, où habite l’ombre de la mort, où tout est sans ordre, et dans une éternelle horreur.



SOPHAR de Naamath parla ensuite de cette sorte :

2 Celui qui se répand en tant de paroles, n’écoutera-t-il pas à son tour ? et suffira-t-il d’être un grand parleur pour paraître juste ?

3 Faut-il que tous les hommes se taisent pour vous entendre seul ? et après vous être moqué des autres, n’y aura-t-il personne qui vous confonde ?

4 Car vous avez dit à Dieu : Ma conduite est pure, et je suis sans tache devant vos yeux.

5 Qu’il serait à souhaiter que Dieu parlât lui-même avec vous, et qu’il ouvrît sa bouche,

6 pour vous découvrir les secrets de sa sagesse et la multitude des préceptes de sa loi, et pour vous faire comprendre qu’il exige beaucoup moins de vous, que ne mérite votre iniquité !

7 Prétendez-vous sonder ce qui est caché en Dieu, et connaître parfaitement le Tout-Puissant ?

8 Il est plus élevé que le ciel  ; comment y atteindrez-vous ? Il est plus profond que l’enfer, comment pénétrerez-vous jusqu’à lui ?

9 La longueur de la terre et la largeur de la mer nous étonnent ; mais il s’étend au delà de l’une et de l’autre.

10 S’il renverse tout, s’il confond toutes choses ensemble, qui pourra s’opposer à lui ?

11 Car il connaît la vanité des hommes ; et l’iniquité étant présente à ses yeux, ne la considère-t-il pas attentivement ?

12 L’homme vain s’élève d’orgueil en lui-même, et il se croit né libre comme le petit de l’âne sauvage.

13 Mais pour vous, vous avez endurci votre cœur, et cependant vous élevez vos mains vers Dieu.

14 Si vous bannissez l’iniquité de vos œuvres, et si l’injustice ne demeure point dans votre maison  ;

15 vous pourrez élever alors votre visage comme étant sans tache : vous serez stable, et vous ne craindrez point ;

16 vous oublierez même la misère où vous aurez été, et elle passera dans votre souvenir comme un torrent d’eau qui s’est écoulé.

17 Lorsque votre vie semblera être à son couchant, vous paraîtrez comme le soleil dans l’éclat de son midi  ; et lorsque vous vous croirez perdu, vous vous lèverez comme l’étoile du matin.

18 L’espérance qui vous sera proposée vous remplira de confiance  ; et entrant dans le sépulcre, vous dormirez dans une entière assurance.

19 Vous serez en repos sans que personne vous trouble, et plusieurs vous supplieront de les regarder favorablement.

20 Mais les yeux des méchants se consumeront d’envie ; les impies périront sans ressource ; et les choses où ils avaient mis leur espérance, deviendront l’horreur et l’abomination de leur âme.



JOB reprenant la parole, lui dit :

2 N’y a-t-il donc que vous qui soyez hommes ? et la sagesse mourra-t-elle avec vous ?

3 J’ai du sens aussi bien que vous  ; et je ne vous suis point inférieur : car qui est celui qui ignore ce que vous savez  ?

4 Celui qui devient comme moi l’objet des railleries de son ami, invoquera Dieu, et Dieu l’exaucera : car on se moque de la simplicité du juste.

5 C’est une lampe que les riches regardent avec mépris  ; mais qui est prête à luire au temps que Dieu a marqué.

6 Les maisons des voleurs publics sont dans l’abondance, et ils s’élèvent audacieusement contre Dieu, quoique ce soit lui qui leur a mis entre les mains tout ce qu’ils possèdent.

7 Interrogez les animaux, et ils vous enseigneront ; consultez les oiseaux du ciel, et ils seront vos maîtres.

8 Parlez à la terre, et elle vous répondra, et les poissons de la mer vous instruiront.

9 Car qui ignore que c’est la puissance de Dieu qui a fait toutes ces choses ?

10 lui qui tient dans sa main l’âme de tout ce qui a vie, et tous les esprits qui animent la chair des hommes.

11 L’oreille ne juge-t-elle pas des paroles, et le palais, de ce qui a du goût ?

12 La sagesse est dans les vieillards, et la prudence est le fruit de la longue vie.

13 Mais la sagesse et la puissance souveraine est en Dieu  ; c’est lui qui possède le conseil et l’intelligence.

14 S’il détruit une fois, nul ne pourra édifier ; s’il tient un homme enfermé, nul ne pourra lui ouvrir.

15 S’il retient les eaux, tout deviendra sec ; et s’il les lâche, elles inonderont la terre.

16 La force et la sagesse résident en lui ; il connaît et celui qui trompe, et celui qui est trompé.

17 Il fait tomber ceux qui donnent conseil aux autresen des pensées extravagantes, dont la fin est malheureuse  ; et il frappe d’étourdissement les juges.

18 Il ôte le baudrier aux rois, et il ceint leurs reins avec une corde.

19 Il fait que les pontifes sont privés de leur gloire, et que les grands tombent par terre.

20 Il fait changer de langage à ceux qui enseignaient la vérité, et il retire la science des vieillards.

21 Il fait tomber les princes dans le mépris et la confusion ; il relève ceux qui avaient été opprimés.

22 Il découvre ce qui était caché dans de profondes ténèbres, et il produit au jour l’ombre de la mort.

23 Il multiplie les nations, et les perd ensuite ; et il les rétablit après leur ruine.

24 Il change le cœur des princes qui sont établis sur les peuples de la terre : il les trompe, et les fait marcher inutilement par des routes égarées.

25 Ils iront à tâtons comme dans les ténèbres, au lieu de marcher dans la lumière du jour, et il les fera chanceler à chaque pas, comme s’ils étaient ivres.



J’AI vu de mes yeux toutes ces choses  ; je les ai entendues de mes oreilles, et je les ai toutes comprises.

2 Ce que vous savez, ne m’est point inconnu, et je ne vous suis pas inférieur.

3 Mais je veux parier au Tout-Puissant, et je désire m’entretenir avec Dieu,

4 en faisant voir auparavant que vous êtes des fabricateurs de mensonges, et des défenseurs d’une doctrine corrompue.

5 Et plût à Dieu que vous demeurassiez dans le silence, afin que vous pussiez passer pour sages !

6 Ecoutez donc ce que j’ai à dire contre vous ; prêtez l’oreille au jugement que mes lèvres prononceront.

7 Dieu a-t-il besoin de votre mensonge, ou que vous usiez de déguisements pour le défendre ?

8 Est-ce que vous prétendez favoriser Dieu ? et faites-vous des efforts pour le justifier ?

9 Cela peut-il plaire à Dieu, lui à qui rien n’est caché ? ou se laissera-t-il surprendre, comme un homme, à vos tromperies ?

10 C’est lui-même qui vous condamnera, puisque ce n’est que par dissimulation que vous défendez ses intérêts.

11 Aussitôt qu’il fera paraître sa colère, il vous épouvantera, et il vous accablera par la terreur de son nom.

12 Votre mémoire sera semblable à la cendre, et vos têtes superbes ne seront plus que comme de la boue.

13 Demeurez un peu dans le silence, afin que je dise tout ce que mon esprit me suggérera.

14 Pourquoi déchiré-je ma chair avec mes dents ? et pourquoi ma vie est-elle toujours comme si je la portais entre mes mains ?

15 Quand Dieu me tuerait, je ne laisserais pas d’espérer en lui ; et je m’accuserai néanmoins de toutes mes fautes en sa présence.

16 Et il sera lui-même mon Sauveur : car aucun hypocrite n’osera paraître devant ses yeux.

17 Rendez-vous donc attentifs à mes paroles, prêtez l’oreille aux vérités cachées que je vais vous dire.

18 Si ma cause était jugée, je sais que je serais reconnu innocent.

19 Qui est celui qui veut entrer avec moi en jugement ? Qu’il vienne : car pourquoi me laisserai-je consumer sans avoir parlé pour ma défense ?

20 Je vous demande, Seigneur ! seulement deux choses, et après cela je ne me cacherai point de devant votre face.

21 Retirez votre main de dessus moi, ne m’épouvantez point par la terreur de votre puissance.

22 Appelez-moi, et je vous répondrai  ; ou permettez que je vous parle, et daignez me répondre.

23 Combien ai-je commis d’iniquités et de péchés ? Faites-moi voir mes crimes et mes offenses.

21 Pourquoi me cachez-vous votre visage ? et pourquoi me croyez-vous votre ennemi ?

25 Vous faites éclater votre puissance contre une feuille que le vent emporte, et vous poursuivez une paille sèche.

26 Car vous donnez contre moi des arrêts très-sévères  ; et vous voulez me consumer pour les péchés de ma jeunesse.

27 Vous avez mis mes pieds dans les ceps ; vous avez observé tous mes sentiers, et vous avez considéré avec soin toutes les traces de mes pas :

28 moi qui dans un moment ne serai que pourriture, et qui deviendrai comme un vêtement mangé des vers.



L’HOMME né de la femme vit très-peu de temps, et il est rempli de beaucoup de misères.

2 II naît comme une fleur, qui n’est pas plutôt éclose qu’elle est foulée aux pieds  ; il fuit comme l’ombre, et il ne demeure jamais dans un même état.

3 Et vous croirez, Seigneur ! qu’il soit digne de vous d’ouvrir seulement les yeux sur lui, et de le faire entrer en jugement avec vous ?

4 Qui peut rendre pur celui qui est né d’un sang impur ? n’est-ce pas vous seul qui le pouvez ?

5 Les jours de l’homme sont courts  ; le nombre de ses mois et de ses années est entre vos mains ; vous avez marqué les bornes de sa vie, et il ne peut les passer.

6 Retirez-vous donc un peu de lui, afin qu’il ait quelque repos, jusqu’à ce qu’il trouve comme le mercenaire la fin désirée de tous ses travaux.

7 Un arbre n’est point sans espérance : quoiqu’on le coupe, il ne laisse pas de reverdir, et ses branches poussent de nouveau.

8 Quand sa racine serait vieillie dans la terre, quand son tronc desséché serait mort dans la poussière,

9 il ne laissera pas de pousser aussitôt qu’il aura senti l’eau, et il se couvrira de feuilles comme lorsqu’il a été planté.

10 Mais quand l’homme est mort une fois, que son corps séparé de son esprit est consumé, que devient-il ?

11 De même que si les eaux d’une mer ou d’un lac se retiraient, et si les fleuves abandonnant leur lit se séchaient ;

12 ainsi quand l’homme est mort une fois, il ne ressuscitera point jusqu’à ce que le ciel soit consume et détruit ; il ne se réveillera point, et il ne sortira point de son sommeil.

13 Qui pourra me procurer cette grâce que vous me mettiez à couvert, et me cachiez dans l’enfer, jusqu’à ce que votre fureur soit entièrement passée, et que vous me marquiez un temps où vous vous souviendrez de moi ?

14 L’homme étant mort une fois, pourrait-il bien vivre de nouveau ? Dans cette guerre où je me trouve tous les jours de ma vie, j’attends que mon changement arrive.

15 Vous m’appellerez, et je vous répondrai ; vous tendrez votre main droite à l’ouvrage de vos mains.

16 Je sais que vous avez compté tous mes pas : mais pardonnez-moi mes péchés.

17 Vous avez mis mes offenses eu réserve comme dans un sac cacheté ; mais vous avez guéri mon iniquité.

18 Comme une montagne se détruit en tombant, et comme un rocher est arraché de sa place ;

19 comme les eaux cavent les pierres, et comme l’eau qui bat contre la terre la consume peu à peu : c’est ainsi que vous perdez l’homme.

20 Vous l’avez affermi pour un peu de temps, afin qu’il passât ensuite pour jamais ; vous changerez son visage, et vous le ferez sortir de ce monde.

21 Que ses enfants soient dans l’éclat, ou dans l’ignominie, il ne connaîtra ni l’un ni l’autre.

22 Sa chair pendant qu’il vivra sera dans la douleur, et son âme déplorera elle-même son état.



APRÈS cela Eliphaz de Théman répondit à Job, et lui dit :

2 Le sage doit-il dans ses réponses parler comme en l’air, et remplir son cœur d’une chaleur inconsidérée ?

3 Vous accusez dans vos discours celui qui ne vous est point égal, et vous parlez d’une manière qui ne peut vous être que désavantageuse.

4 Vous avez détruit, autant qu’il est en votre pouvoir, la crainte de Dieu, et vous avez banni toutes les prières qu’on doit lui offrir.

5 Car votre iniquité a instruit votre bouche, et vous imitez les discours des blasphémateurs.

6 C’est votre propre bouche qui vous condamnera, et non pas moi, et ce seront vos lèvres qui répondront contre vous.

7 Etes-vous le premier homme qui ait été créé ? et avez-vous été formé avant les collines  ?

8 Etes-vous entré dans le conseil de Dieu ? et sa sagesse sera-t-elle inférieure à la vôtre ?

9 Que savez-vous que nous ignorions ? et quelle lumière avez-vous que nous n’ayons pas ?

10 Il y a parmi nous des hommes vénérables par leur grand âge et par leur vieillesse, et il y en a de beaucoup plus anciens que vos pères.

11 Serait-il difficile à Dieu de vous consoler ? Mais vous l’en empêchez par l’emportement de vos paroles.

12 Pourquoi votre cœur conçoit-il de si hauts sentiments de lui-même, en sorte que l’égarement même de vos yeux témoigne l’orgueil de vos pensées  ?

13 Pourquoi votre esprit s’enfle-t-il contre Dieu, jusqu’à proférer de si étranges discours ?

14 Qu’est-ce que l’homme pour être sans tache devant Dieu, et pour paraître juste étant né d’une femme ?

15 Entre ses saints mêmes, il n’y en a aucun qui ne soit sujet au changement, et les cieux ne sont pas purs devant ses yeux.

16 Combien plus l’homme qui boit l’iniquité comme l’eau, est-il abominable et inutile !

17 Ecoutez-moi, et je vous dirai ce que je pense  ; je vous rapporterai ce que j’ai vu.

18 Les sages publient ce qu’ils savent, et ils ne cachent point ce qu’ils ont reçu de leurs pères  ;

19 à qui seuls cette terre a été donnée, et qui l’ont défendue des courses des étrangers.

20 L’impie croît en orgueil de jour en jour, et le nombre des années de sa tyrannie est incertain.

21 Son oreille est toujours frappée de bruits effrayants  ; et au milieu même de la paix il s’imagine toujours qu’on forme contre lui de mauvais desseins.

22 Quand il est dans la nuit, il n’espère plus le retour de la lumière, et il ne voit de tous côtés que des épées nues.

23 Lorsqu’il se remue pour chercher du pain, il se voit près d’être accablé parle jour des ténèbres.

24 La vue de l’adversité l’épouvante, et les malheurs qu’il se figure l’assiègent, comme un roi qui se prépare à donner bataille.

25 Car il a porté sa main contre Dieu, et il s’est roidi contre le Tout-Puissant.

26 Il a couru contre Dieu la tête levée, il s’est armé d’un orgueil inflexible.

27 La graisse a couvert tout son visage, et elle lui pend de tous côtés.

28 Il a fait sa demeure dans des villes désolées, dans des maisons désertes, qui ne sont plus que des monceaux de pierres.

29 Il ne s’enrichira point, son bien se dissipera en peu de temps, et il ne poussera point de racine sur la terre.

30 Il ne sortira point des ténèbres qui l’environnent ; et s’il étend ses branches, la flamme de la colère de Dieu les brûlera ; un seul souffle de sa bouche l’emportera.

31 Il ne croira point, dans la vaine erreur qui le possède, qu’il puisse être racheté d’aucun prix.

32 Il périra avant que ses jours soient accomplis, et ses mains se sécheront.

33 Il se flétrira comme la vigne tendre qui ne commençait qu’à fleurir, et comme l’olivier qui laisse tomber sa fleur.

3i Car tout ce qu’amasse l’hypocrite sera sans fruit, et le feu dévorera les maisons de ceux qui aiment à recevoir des présents.

35 Il conçoit la douleur, et il enfante l’iniquité, et son cœur s’occupe à inventer de nouveaux pièges.



JOB répondit à Eliphaz, et lui dit :

2 J’ai entendu souvent de pareils discours ; vous êtes tous des consolateurs importuns.

3 Ces discours en l’air ne finiront-ils jamais ? et qu’y a-t-il de plus aisé que de parler de la sorte ?

4 Je pourrais aussi moi-même parler comme vous : et plût à Dieu que votre âme fût au même état que la mienne !

5 Je vous consolerais aussi par mes discours, et je témoignerais sur mon visage ce que je ressentirais pour vous  ;

6 je vous fortifierais par mes paroles, et je vous épargnerais dans tout ce qui sortirait de ma bouche.

7 Mais que ferai-je ? Si je parle, ma douleur ne s’apaisera point ; et si je demeure dans le silence, elle ne me quittera point.

8 Ma douleur me presse et m’accable maintenant, et tous les membres de mon corps sont réduits à rien.

9 Les rides qui paraissent sur ma peau, rendent témoignage de l’extrémité où je suis  ; et un homme s’élève en même temps contre moi, pour me contredire et me résister en face par de faux discours.

10 Il s’est armé contre moi de toute sa fureur ; il a grincé les dents en me menaçant ; mon ennemi m’a envisagé avec un regard terrible.

11 Ils ont ouvert leurs bouches contre moi, et en me couvrant d’opprobres, ils m’ont frappé sur la joue, et se sont rassasiés de mes peines.

12 Dieu m’a fait tomber sous la puissance de l’injuste, il m’a livré entre les mains des impies.

13 J’ai été tout d’un coup réduit en poudre, moi qui étais si puissant autrefois. Le Seigneur m’a fait plier le cou sous sa verge, il m’a brisé, et il m’a mis comme en butte à tous ses traits.

14 Il m’a environné des pointes de ses lances, il m’en a percé les reins de toutes parts  ; il ne m’a point épargné, et il a répandu mes entrailles sur la terre.

15 Il m’a déchiré, il m’a fait plaie sur plaie, il est venu fondre sur moi comme un géant.

16 J’ai étendu un sac sur ma peau, et j’ai couvert ma tête de cendres.

17 Mon visage s’est bouffi à force de pleurer, et mes paupières sont couvertes de ténèbres.

18 J’ai souffert tout cela sans que ma main fût souillée par l’iniquité, lorsque j’offrais à Dieu des prières pures.

19 Terre, ne couvre point mon sang, et que mes cris ne se trouvent point étouffés dans ton sein.

20 Car le témoin de mon innocence est dans le ciel, et celui qui connaît le fond de mon cœur réside en ces lieux sublimes.

21 Mes amis se répandent en paroles ; mais mes yeux fondent en larmes devant Dieu.

22 Que je souhaiterais qu’un homme pût se justifier devant Dieu, comme il peut se justifier devant un homme comme lui !

23 Car mes années coulent et passent vite, et je marche par un sentier par lequel je ne reviendrai jamais.



TOUTES mes forces sont épuisées, mes jours ont été abrégés  ; et il ne me reste plus que le tombeau.

2 Je n’ai point péché, et cependant mon œil ne voit rien que de triste et d’affligeant.

3 Délivrez-moi, Seigneur ! et me mettez auprès de vous ; et après cela que la main de qui que ce soit s’arme contre moi.

4 Vous avez éloigné leur cœur de l’intelligence ; c’est pourquoi ils ne seront point élevés.

5 Il promet du butin à ses compagnons ; mais les yeux de ses enfants tomberont dans la défaillance.

6 Il m’a rendu comme la fable du peuple, et je suis devenu à leurs yeux un exemple de la justice de Dieu.

7 Le chagrin m’obscurcit les yeux, et les membres de mon corps sont comme réduits à rien.

8 Les justes sont épouvantés de cet état où je suis, et l’innocent s’élèvera contre l’hypocrite.

9 Le juste demeurera toujours ferme dans sa voie, et celui qui a les mains pures en deviendra plus fort.

10 Revenez donc tous, et convertissez-vous, je vous en prie, et je vous ferai voir qu’il ne se trouve point de sage parmi vous.

11 Mes jours se sont écoulés, et toutes les pensées que j’avais, ayant été renversées, ne servent qu’à me déchirer le cœur.

12 Elles ont changé la nuit en jour, et j’attends que la lumière reparaisse après les ténèbres.

13 Quand j’attendrai jusqu’au bout, le tombeau sera ma maison, et je me suis préparé mon lit dans les ténèbres.

14 J’ai dit à la pourriture, Vous êtes mon père ; et aux vers, Vous êtes ma mère et ma sœur.

15 Où est donc maintenant toute mon attente ? et qui est celui qui considère ma patience ?

16 Tout ce que je puis espérer descendra avec moi dans le plus profond du tombeau ; croyez-vous qu’au moins en ce lieu je puisse avoir du repos ?



BALDAD de Sun répondit à Job, et lui dit:

2 Jusqu’a quand vous répandrez-vous en tant de paroles ? Comprenez auparavant, et après cela nous parlerons.

3 Pourquoi passons-nous dans votre esprit pour des animaux sans raison ? et pourquoi n’avez-vous que du mépris pour nous ?

4 Si vous êtes résolu de perdre votre âme dans votre fureur, la terre serat-elle abandonnée à cause de vous ? et les rochers seront-ils transportés hors de leur place ?

5 La lumière de l’impie ne s’éteindrat-elle pas ? et la flamme qui sort de son feu ne sera-t-elle pas sans éclat ?

6 La clarté qui luisait dans sa maison sera obscurcie ; et la lampe qui éclairait au-dessus de lui perdra sa lumière.

7 Avec toute sa force il ne marchera qu’à l’étroit et avec peine  ; et ses conseils le feront tomber dans le précipice.

8 Car il a engagé ses pieds dans les rets, et il marche au milieu du filet.

9 Son pied sera pris dans ce filet, et la soif le brûlera par ses ardeurs.

10 Le piège qu’on lui a préparé est caché sous la terre, et on lui tend un appât le long du sentier.

11 Les terreurs l’assiégeront de toutes parts, et l’envelopperont dans ses démarches.

12 La faim changera sa force en langueur, et son estomac n’ayant point de nourriture deviendra tout faible.

13 La mort la plus terrible dévorera l’éclat de son teint, et elle consumera toute la force de ses bras.

14 Les choses où il mettait sa confiance seront arrachées de sa maison ; et la mort le foulera aux pieds comme un roi qui le dominera.

15 Les compagnons de celui qui n’est plus, habiteront dans sa maison, et on y répandra le soufre.

16 Ses racines qui tendaient en bas se sécheront, ses branches qui montaient en haut seront retranchées.

17 Sa mémoire périra de dessus la terre, et on ne parlera plus de son nom avec honneur dans les places publiques.

18 On le chassera de la lumière dans les ténèbres, et il sera transporté hors de ce monde.

19 Sa race ne subsistera plus  ; il n’aura point de postérité parmi son peuple, et il n’en restera rien dans son pays.

20 Ceux qui viendront apres lui, seront étonnés de sa perte, et les hommes de son temps en seront saisis d’horreur.

21 Ainsi sera désolée la maison de l’injuste, et la demeure de celui qui ne connaît point Dieu.



LORS Job répondit à Baldad, et lui dit :

2 Jusqu’à quand affligerez-vous mon âme, et me tourmenterez-vous par vos discours ?

3 Voilà déjà dix fois que vous voulez me confondre, et que vous ne rougissez point de m’accabler.

4 Quand Je serais dans l’ignorance, mon ignorance ne regarde que moi seul.

5 Mais vous vous élevez contre moi, et vous prétendez que l’état humiliant où je suis réduit, est une preuve que je suis coupable.

6 Comprenez au moins maintenant que ce n’est point par un jugement de justice que Dieu m’a affligé, et m’a frappé de ses plaies.

7 Si je crie dans la violence que je souffre, on ne m’écoutera point ; si j’élève ma voix, on ne me rendra point justice.

8 Le Seigneur a fermé de toutes parts le sentier que je suivais, et je ne puis plus passer ; et il a répandu des ténèbres dans le chemin étroit par où je marchais.

9 Il m’a dépouillé de ma gloire, et il m’a ôté la couronne de dessus la tête.

10 Il m’a détruit de tous côtés, et je péris ; il m’a ôté toute espérance, comme à un arbre qui est arraché.

11 Sa fureur s’est allumée contre moi, et il m’a traite comme son ennemi.

12 Il est venu accompagné de ses soldats ; ils m’ont foulé aux pieds, et ils ont assiégé ma tente de toutes parts.

13 Il a écarté mes frères loin de moi, et mes amis m’ont fui comme ceux qui m’étaient les plus étrangers.

14 Mes proches m’ont abandonné, et ceux qui me connaissaient plus particulièrement m’ont oublié.

15 Mes domestiques et mes servantes m’ont regardé comme un inconnu, et je leur ai paru comme un étranger.

16 J’ai appelé mon serviteur, et il ne m’a point répondu, lors même que je le priais en lui parlant de ma propre bouche.

17 Ma femme a eu horreur de mon haleine, et j’usais de prières envers les enfants qui sont sortis de moi.

18 Les insensés mêmes me méprisaient, et je ne les avais pas plutôt quittés, qu’ils médisaient de moi.

19 Ceux du conseil desquels je me servais autrefois m’ont eu en exécration, et celui que j’aimais le plus, s’est déclaré mon ennemi.

20 Mes chairs ont été réduites à rien, mes os se sont collés à ma peau, et il ne me reste que les lèvres autour des dents.

21 Ayez pitié de moi, vous au moins ! qui êtes mes amis, ayez pitié de moi : car la main du Seigneur m’a frappé.

22 Pourquoi me persécutez-vous comme Dieu, et vous plaisez-vous à vous rassasier de ma chair ?

23 Qui m’accordera que mes paroles soient écrites ? Qui me donnera qu’elles soient tracées dans un livre ;

24 qu’elles soient gravées sur une lame de plomb avec une plume de fer, ou sur la pierre avec le ciseau  ?

25 Car je sais que mon Rédempteur est vivant, et que je ressusciterai de la terre au dernier jour,

26 que je serai encore revêtu de ma peau, et que je verrai mon Dieu dans ma chair ;

27 que je le verrai, dis-je, moi-même et non un autre, et que je le contemplerai de mes propres yeux. C’est là l’espérance que j’ai, et qui reposera toujours dans mon cœur.

28 Pourquoi donc dites-vous : Persécutons-le, et cherchons en lui des prétextes pour le décrier ?

29 Fuyez donc de devant l’épée qui vous menace, parce qu’il y a une épée vengeresse de l’iniquité ; et vous devez savoir qu’il y a un juge au-dessus des hommes.



SOPHAR de Naamath répondit ensuite à Job, et lui dit

2 C’est pour cela qu’il me vient pensées sur pensées, et que mon esprit est diversement agité.

3 J’écouterai les reproches que vous me faites  ; mais l’esprit d’intelligence qui est en moi répondra pour moi.

4 Voici ce que je sais, et ce qui a toujours été vrai depuis que l’homme a été créé sur la terre :

5 C’est que la gloire des impies passe bien vite, et que la joie de l’hypocrite n’est que d’un moment.

6 Quand son orgueil s’élèverait jusqu’au ciel, et que sa tête toucherait les nues  ;

7 il périra à la fin, et il sera rejeté comme un fumier ; et ceux qui l’avaient vu, diront : Où est-il  ?

8 Il s’évanouira comme un songe dont on a perdu le souvenir, et il disparaîtra comme un fantôme que l’on voit durant la nuit.

9 L’œil qui l’avait vu ne le verra plus, et le lieu où il était ne le reconnaîtra plus.

10 Ses enfants seront accablés de pauvreté, et ses propres mains lui rendront le mal qu’il a fait aux autres.

11 Les dérèglements de sa jeunesse pénétreront jusque dans ses os, et se reposeront avec lui dans la poussière.

12 Car lorsque le mal est doux à sa bouche, il le cache sous sa langue.

13 Il ménage cette viande, il ne cesse de la goûter, et la retient dans sa bouche.

14 Le pain qu’il mange se corrompra dans son estomac, et se changera dans ses entrailles en un fiel d’aspic.

15 Il rejettera les richesses qu’il avait dévorées, et Dieu les arrachera de ses entrailles.

16 Il sucera la tête des aspics, et la langue de la vipère le tuera.

17 Il ne verra point couler sur lui les ruisseaux d’un fleuve, ni les torrents de miel et de lait.

18 Il souffrira les peines des maux qu’il a faits, et n’en sera pas consumé, et l’excès de ses tourments égalera celui de ses crimes.

19 Car il a dépouillé les pauvres, et il les a foulés aux pieds ; il leur a ravi leurs maisons, qu’il n’avait pas fait bâtir. 20 Son cœur a toujours été insatiable  ; et après qu’il a obtenu ce qu’il avait tant désiré, il n’a pu en jouir.

21 Il n’est rien resté de ses repas : c’est pour cela qu’il ne lui demeurera rien de tous ses biens.

22 Après qu’il se sera bien soûlé, il se trouvera dans des étouffements qui le déchireront, et les douleurs l’accableront de toutes parts.

23 Après qu’il aura pris plaisir à remplir son estomac de viandes, Dieu l’attaquera dans sa fureur, et fera pleuvoir sur lui ses traits et ses foudres.

24 S’il fuit d’un côté les pointes de fer, il sera percé par un arc d’airain.

25 L’épée tirée du fourreau, l’épée foudroyante le percera cruellement ; des ennemis effroyables passeront et repasseront sur lui.

26 Les ténèbres les plus épaisses sont cachées dans le secret de son âme : il sera dévoré par un feu qui ne s’allume point ; et celui qui sera laissé dans sa tente, sera pénétré d’affliction.

27 Les cieux révéleront son iniquité, et la terre s’élèvera contre lui.

28 Les enfants de sa maison seront exposés à la violence, ils seront retranchés au jour de la fureur de Dieu.

29 C’est le partage que Dieu réserve à l’impie ; c’est le prix qu’il recevra du Seigneur pour ses paroles.



JOB répondit ensuite à Sophar, et dit :

2 Ecoutez, je vous prie, mes paroles, et changez de sentiment.

3 Souffrez que je parle ; et après cela moquez-vous, si vous voulez, de ce que je dis.

4 Est-ce avec un homme que je prétends disputer ? N’est-ce pas avec grand sujet que je m’afflige ?

5 Jetez les yeux sur moi, et soyez frappés d’étonnement, mettez le doigt sur votre bouche.

6 Pour moi quand je me souviens de mon état, j’en suis épouvanté, et j’en tremble de tout mon corps.

7 Pourquoi donc les impies vivent-ils si heureusement ? Pourquoi sont-ils si élevés et si remplis de richesses  ?

8 Ils voient leur race fleurir et se conserver devant leurs yeux  ; ils sont environnés d’une grande troupe de leurs proches et de leurs petits-enfants.

9 Leurs maisons jouissent d’une profonde paix, et la verge de Dieu ne les touche point.

10 Leurs vaches conçoivent et conservent leur fruit, elles s’en déchargent sans avorter jamais.

11 On voit sortir en foule de leurs maisons leurs enfants qui dansent et qui sautent en se jouant.

12 Ils tiennent des tambours et des harpes, et ils se divertissent au son des instruments de musique.

13 Ils passent leurs jours dans les plaisirs, et en un moment ils descendent dans le tombeau.

14 Ils disent à Dieu : Retirez-vous de nous, nous ne voulons point connaître vos voies.

15 Qui est le Tout-Puissant pour nous obliger à le servir  ? et si nous le prions, quel bien nous en reviendra-t-il  ?

16 Mais que les pensées de ces impies soient loin de moi, puisque les biens dont ils jouissent ne sont point en leur puissance.

17 Combien de fois aussi voyons-nous que la lumière des impies s’éteint tout d’un coup, et qu’il leur survient un déluge de maux, lorsque Dieu les accable de douleurs, et leur partage les effets de sa fureur ?

18 Ils deviennent comme la paille que le vent dissipe, et comme la poussière qui est enlevée par un tourbillon.

19 Dieu fera passer aux enfants la peine du père ; et après l’avoir puni selon son impiété, alors il lui fera comprendre la grandeur de son crime.

20 Il verra de ses propres yeux sa ruine entière ; et il boira de la fureur du Tout-Puissant.

21 Car que lui importe ce que deviendra sa maison après lui, si Dieu lui retranche la moitié de ses années  ?

22 Qui entreprendra d’enseigner à Dieu quelque chose, lui qui juge les grands de la terre ?

23 Un homme meurt fort de corps, sain, riche et heureux,

24 dont les entrailles étaient chargées de graisse, et les os pleins et comme arrosés de moelle ;

25 un autre meurt dans l’amertume de son âme, et sans aucun bien :

26 et néanmoins ils dormiront tous deux dans la poussière du sépulcre, et ils seront tous deux mangés des vers.

27 Je connais bien vos pensées, et les jugements injustes que vous faites de moi.

28 Car vous dites : Qu’est devenue la maison de ce prince  ? et où sont maintenant les tentes des impies  ?

29 Consultez le premier de ceux que vous trouverez dans le chemin, et vous verrez qu’il connaît cette même vérité :

30 Que le méchant est réservé pour le moment où il doit périr, et que Dieu le conduira jusqu’au jour où il doit répandre sur lui sa fureur.

31 Qui le reprendra en sa présence de ses voies injustes ? et qui lui rendra le mal qu’il a fait ?

32 Il sera porté un jour au tombeau, et il demeurera pour jamais parmi la foule des morts.

33 Sa présence a été agréable sur le rivage du Cocyte ; un nombre innombrable de personnes l’y ont précédé, et il y entraînera tous les hommes après lui.

31 Comment donc voulez-vous me donner une vaine consolation, puisque j’ai fait voir que ce que vous dites est contraire à la vérité ?



ELIPHAZ de Théman, prenant la parole, dit à Job :

2 L’homme peut-il être comparé à Dieu, quand même il aurait une science consommée ?

3 Que sert à Dieu que vous soyez juste ? ou que lui donnerez-vous, quand votre conduite sera sans tache ?

4 Vous craindra-t-il lorsqu’il vous accusera et qu’il viendra pour vous juger ?

5 Et ne trouvera-t-il pas plutôt en vous des dérèglements très-grands et une infinité d’actions injustes ?

6 Vous avez enlevé sans raison des gages à vos frères, et vous avez dépouillé de leurs vêtements ceux qui par là sont demeurés nus.

7 Vous avez refusé de l’eau à celui qui était abattu de lassitude, et du pain à celui qui souffrait la faim !

8 Vous vous êtes mis en possession de la terre que vous avez, par la force de votre bras, et vous vous la conserviez comme étant le plus puissant.

9 Vous avez renvoyé la veuve les mains vides, et vous avez détruit tout l’appui des orphelins.

10 C’est pour cela que vous vous trouvez environné de pièges, et frappé tout d’un coup de trouble et de crainte.

11 Et vous pensiez ne devoir point tomber dans les ténèbres, ni être accablé par un impétueux débordement d’eaux  ?

12 Ne considérez-vous point que Dieu est plus élevé que le ciel, et qu’il est beaucoup au-dessus des astres ?

13 Et vous dites : Que peut connaître Dieu ? Il juge des choses comme au travers d’un voile.

14 Il est environné d’un nuage ; il ne considère point ce qui se passe parmi nous, et il se promène dans le ciel d’un pôle à l’autre.

15 Voulez-vous suivre la route des siècles anciens, et marcher sur les traces de ces impies,

16 qui ont été emportés par une mort précipitée, et que le déluge a renversés jusqu’aux fondements ?

17 qui disaient à Dieu, Retirez-vous de nous ; et qui s’imaginaient que le Tout-Puissant ne pouvait rien contre eux,

18 quoique ce fût lui qui eût comblé leurs maisons de biens. Mais loin de moi les pensées de ces impies.

19 Les justes les verront périr, et s’en réjouiront ; et l’innocent leur insultera.

20 Ce qu’ils avaient élevé, n’a-t-il pas été détruit ? et le feu n’en a-t-il pas dévoré les restes  ?

21 Soumettez-vous donc à Dieu, et rentrez dans la paix ; et vous vous trouverez comblé de biens.

22 Recevez la loi de sa bouche, et gravez ses paroles dans votre cœur.

23 Si vous retournez au Tout-Puissant, vous serez rétabli de nouveau, et vous bannirez l’iniquité de votre maison.

24 Il vous donnera au lieu de la terre, le rocher ; et au lieu de la pierre, des torrents d’or.

25 Le Tout-Puissant se déclarera contre vos ennemis, et vous aurez des monceaux d’argent.

26 Vous trouverez vos délices dans le Tout-Puissant, et vous élèverez votre visage vers Dieu.

27 Vous le prierez, et il vous exaucera, et vous vous acquitterez de vos vœux avec joie.

28 Vous formerez des desseins, et ils vous réussiront ; et la lumière brillera dans les voies par lesquelles vous marcherez.

29 Car celui qui aura été humilié, sera dans la gloire ; et celui qui aura baissé ses yeux, sera sauvé.

30 L’innocent sera délivré  ; et il le sera, parce que ses mains auront été pures.



JOB parla ensuite de cette sorte :

2 Mes paroles sont encore pleines d’amertume, et la violence de ma plaie est beaucoup au-dessus de mes gémissements.

3 Que je souhaiterais de savoir comment je pourrais aller trouver Dieu, et me présenter jusqu’à son trône !

4 J’exposerais ma cause devant lui, et je remplirais ma bouche de mes plaintes :

5 afin que je susse ce qu’il me répondrait, et que je comprisse ce qu’il pourrait me dire.

6 Je ne voudrais point qu’il me combattît de toute sa force, ni qu’il m’accablât par le poids de sa grandeur.

7 Je souhaiterais qu’il ne proposât contre moi que l’équité et la justice, et j’espérerais gagner ma cause devant un tel juge.

8 Mais que ferai-je ? Si je vais en orient, il ne paraît point ; si je vais en occident, je ne l’aperçois point.

9 Si je me tourne à gauche, je ne puis l’atteindre ; si je vais à droite, je ne le verrai point.

10 Mais il connaît lui-même ma voie, et il m’éprouve comme l’or qui passe par le feu.

11 Mon pied a suivi ses traces, j’ai été fidèle à garder sa voie, et je ne m’en suis point détourné.

12 Je ne me suis point écarté des commandements qui sont sortis de ses lèvres, et j’ai caché dans mon sein les paroles de sa bouche.

13 Car il est et subsiste lui seul. Nul ne peut empêcher ses desseins, et il fait absolument tout ce qu’il lui plaît.

14 Quand il aura accompli sur moi sa volonté, il lui reste encore beaucoup d’autres moyens semblables.

15 C’est pourquoi le trouble me saisit en sa présence, et lorsque je le considère, je suis agité de crainte.

16 Dieu a amolli mon cœur, et le Tout-Puissant m’a épouvanté.

17 Car je ne me suis point perdu en l’oubliant au milieu des ténèbres qui m’environnent, et l’obscurité où je suis n’a point mis un voile sur mon visage.



LES temps n’ont point été cachés par le Tout-Puissant ; mais ceux qui le connaissent, ne connaissent point ses jours.

2 II y en a qui passent au delà des limites de leurs terres, qui ravissent les troupeaux, et les mènent dans leurs pâturages.

3 Ils saisissent l’âne des pupilles, et ils emmènent pour gage le bœuf de la veuve.

4 Ils renversent la voie des pauvres, et ils oppriment tous ceux qui sont humbles et doux sur la terre.

5 D’autres sont comme des ânes sauvages dans le désert, ils vont au butin comme à leur ouvrage ; ils cherchent leur proie dès le matin, pour donner de quoi vivre à leurs enfants.

6 Us moissonnent le champ qui n’est point à eux, et ils vendangent la vigne de celui qu’ils ont opprimé par violence.

7 Ils renvoient les hommes tout nus, et ils ôtent les habits à ceux qui n’ont pas de quoi se couvrir pendant le froid,

8 qui sont percés par les pluies des montagnes, et qui se trouvant sans vêtements se mettent à couvert sous les rochers.

9 Ils ravissent le bien des pupilles par force, et ils dépouillent le pauvre peuple.

10 Ils arrachent jusqu’à quelque peu d’épis à ceux qui sont nus, qui vont sans habits et meurent de faim.

11 Ils se reposent sur le midi au milieu des tas de fruits de ceux qui après avoir foulé le vin dans leurs pressoirs sont dans la soif.

12 Ils font soupirer les hommes dans les villes : les âmes blessées poussent leurs cris au ciel, et Dieu ne laissera point ces désordres impunis.

13 Us ont été rebelles à la lumière ; ils n’ont point connu les voies de Dieu, et ils ne sont point revenus par ses sentiers.

14 Le meurtrier se lève dès le matin, il tue le faible et le pauvre, et il dérobe la nuit comme un larron.

15 L’œil de l’adultère épie l’obscurité de la nuit ; il dit : Personne ne me verra. Et il se couvre le visage

16 Il perce les maisons dans les ténèbres, à l’heure qu’ils s’étaient donnée pendant le jour, et ils n’ont point connu la lumière.

17 Si l’aurore paraît tout d’un coup, ils croient que c’est l’ombre de la mort, et ils marchent dans les ténèbres comme dans le jour.

18 Il est plus léger que la surface de l’eau  ; mais qu’il soit maudit sur la terre, et qu’il ne marche point par le chemin de la vigne.

19 Qu’il passe des eaux froides de la neige à une chaleur excessive, et que son péché le conduise jusqu’aux enfers.

20 Que la miséricorde le mette en oubli, que les vers soient sa douceur et ses délices  ; qu’on ne se souvienne point de lui, mais qu’il soit arraché comme un arbre qui ne porte point de fruit.

21 Car il a nourri celle qui était stérile et qui n’enfantait point, et il n’a point fait de bien à la veuve.

22 Il a fait tomber les plus forts par sa puissance  ; et lorsqu’il sera le plus ferme, il ne s’assurera point de sa vie.

23 Dieu lui a donné du temps pour faire pénitence, et il en abuse pour devenir encore plus superbe  ; mais les yeux de Dieu sont sur ses voies.

24 Ces personnes s’élèvent pour un moment ; et après cela ils ne subsistent plus ; ils seront humiliés comme toutes choses ; ils seront emportés et retranchés comme le haut des épis.

25 Si cela n’est ainsi, qui pourra me convaincre de mensonge dans ce que je dis, et accuser mes paroles devant Dieu  ?



BALDAD de Suh parla ensuite à Job, en ces termes :

2 Celui-là seul est puissant et redoutable, qui fait régner la paix dans ses hauts lieux.

3 Peut-on compter le nombre de ses soldats ? et sur qui sa lumière ne se lève-t-elle point ?

4 L’homme comparé avec Dieu peut-il être justifié ? et celui qui est né d’une femme paraîtra-t-il pur devant lui ?

5 La lune même ne brille point, et les étoiles ne sont pas pures devant ses yeux ;

6 combien moins le sera l’homme qui n’est que pourriture, et le fils de l’homme qui n’est qu’un ver ?



ALORS Job répondit à Baldad, et lui dit :

2 Qui prétendez-vous assister ? est-ce un homme faible  ? ou soutenez-vous quelqu’un qui n’ait pas le bras assez fort ?

3 A qui donnez-vous conseil  ? est-ce à celui qui n’a pas assez de sagesse ? et voulez-vous ainsi signaler votre prudence ?

4 Qui entreprenez-vous d’enseigner ? n’est-ce pas celui qui a créé les âmes et les esprits ?

5 Les géants mêmes, et ceux qui habitent avec eux, gémissent devant lui sous les eaux.

6.L’enfer est nu devant ses yeux, et l'abîme n’a point de voile pour se couvrir devant lui.

7 C’est lui qui fait reposer le pôle du septentrion sur le vide, et qui suspend la terre sur le néant.

8 C’est lui qui lie les eaux dans les nuées, afin qu’elles ne fondent pas sur la terre tout à la fois :

9 qui empêche que son trône ne paraisse à découvert, et qui répand au devant les nuages qu’il a formés :

10 qui a renfermé les eaux dans leurs bornes, pour y demeurer tant que durera la lumière et les ténèbres.

11 Les colonnes du ciel tremblent devant lui, et il les fait trembler au moindre clin d’œil.

12 Sa puissance a rassemblé les mers en un instant ; et sa sagesse a dompté l’orgueil de cet élément.

13 Son esprit a orné les cieux, et l’adresse de sa main puissante a fait paraître le Serpent plein de replis.

14 Ce que nous venons de dire n’est qu’une petite partie de ses œuvres. Si ce que nous avons entendu est seulement comme une goutte, en comparaison de ce que l’on peut en dire, qui pourra soutenir l’éclat du tonnerre de sa grandeur ?



JOB prenant encore la parole, et usant du même discours figuré, continua en ces termes :

2 Je prends à témoin le Dieu vivant qui m’a ôté tout moyen de justifier mon innocence, et le Tout-Puissant qui a rempli mon âme d’amertume,

3 que tant que j’aurai un souffle de vie, et que Dieu me laissera la respiration,

4 mes lèvres ne prononceront rien d’injuste, et ma langue ne dira point de mensonge.

5 Dieu me garde de vous croire équitables ! tant que je vivrai, je ne me désisterai point de la défense de mon innocence.

6 Je n’abandonnerai point la justification que j’ai commencé à faire de ma conduite : car mon cœur ne me reproche rien dans toute ma vie.

7 Que celui qui se déclare mon ennemi, passe lui-même pour un impie, et que celui qui me combat, soit regardé comme un injuste.

8 Car quelle est l’espérance de l’hypocrite, s’il ravit le bien d’autrui par son avarice, et que Dieu ne délivre point son âme ?

9 Dieu entendra-t-il ses cris, lorsque l’affliction viendra fondre sur lui ?

10 Ou pourra-t-il trouver sa joie dans le Tout-Puissant, et invoquer Dieu en tout temps  ?

11 Je vous enseignerai avec le secours de Dieu ; je ne vous cacherai point ce qui est renfermé dans le Tout-Puissant.

12 Mais vous le savez déjà tous ; et pourquoi donc vous répandez-vous inutilement en de vains discours ?

13 Voici le partage de l’homme impie devant Dieu, et l’héritage que le Tout-Puissant réserve pour les violents.

14 Quand ses enfants seraient en grand nombre, ils passeront tous au fil de l’épée, et ses petits-enfants ne seront point rassasiés de pain.

15 Ceux qui resteront de sa race seront ensevelis dans leur ruine, et ses veuves ne le pleureront point.

16 S’il fait un monceau d’argent comme de terre, s’il amasse des habits comme il ferait de la boue :

17 il est vrai qu’il les préparera  ; mais le juste s’en revêtira, et l’innocent partagera son argent.

18 Il s’est bâti, comme le ver, une maison  ; et il s’est fait une cabane, comme le gardien d’une vigne.

19 Lorsque le riche s’endormira en mourant, il n’emportera rien avec lui  ; il ouvrira les yeux, et il ne trouvera rien.

20 Il sera surpris de la pauvreté comme d’une inondation d’eaux, il sera accablé de la tempête au milieu d’une nuit profonde.

21 Un vent brûlant le saisira et l’emportera, et l’enlèvera de sa place comme un tourbillon.

22 Dieu enverra sur lui plaie sur plaie, et ne l’épargnera point : il fera tout son possible pour s’enfuir de ses mains.

23 Celui qui verra le lieu d’où il est tombé, frappera des mains, et sifflera en lui insultant.



L’ARGENT a un principe et une source de ses veines, et l’or a un lieu où il se forme.

2 Le fer se tire de la terre ; et la pierre étant fondue par la chaleur se change en airain.

3 Il a borné le temps des ténèbres  ; il considère lui-même la fin de toutes choses, et la pierre même ensevelie dans l’obscurité et dans l’ombre de la mort.

4 Le torrent divise d’avec le peuple voyageur et étranger, ceux que le pied de l’homme pauvre a oubliés, et qui sont hors de la voie.

5 La terre d’où le pain naissait comme de son lieu, a été renversée par le feu.

6 Le saphir se trouve dans ses pierres, et ses mottes sont de l’or.

7 L’oiseau a ignoré la route pour y aller, et l’œil du vautour ne l’a point vue.

8 Les enfants des marchands n’y ont point marché, et la lionne n’y a point passé.

9 L’homme a étendu sa main contre les rochers, il a renversé les montagnes jusque dans leurs racines.

10 Il a ouvert les pierres pour en faire sortir les ruisseaux, et son œil a vu tout ce qu’il y a de rare et de précieux.

11 Il a pénétré jusqu’au fond des fleuves, et il a produit au jour les choses les plus secrètes.

12 Mais où trouvera-t-on la sagesse ? et quel est le lieu de l’intelligence ?

13 L’homme n’en connaît point le prix, et elle ne se trouve point en la terre de ceux qui vivent dans les délices.

14 L’abîme dit, Elle n’est point en moi  ; et la mer, Elle n’est point avec moi.

15 Elle ne se donne point pour l’or le plus pur, et elle ne s’achète point au poids de l’argent.

16 On ne la mettra point en comparaison avec les marchandises des Indes, dont les couleurs sont les plus vives, ni avec la sardonique la plus précieuse, ni avec le saphir.

17 On ne lui égalera ni l’or ni le cristal, et on ne la donnera point en échange pour des vases d’or.

18 Ce qu’il y a de plus grand et de plus élevé, ne sera pas seulement nommé auprès d’elle ; mais la sagesse a une secrète origine d’où elle se tire.

19 On ne la comparera point avec la topaze de l’Ethiopie, ni avec les teintures les plus éclatantes.

20 D’où vient donc la sagesse ? et où l’intelligence se trouve-t-elle  ?

21 Elle est cachée aux yeux de tous ceux qui vivent ; elle est inconnue aux oiseaux mêmes du ciel.

22 La perdition et la mort ont dit : Nous avons ouï parler d’elle.

23 C’est Dieu qui comprend quelle est sa voie ; c’est lui qui connaît le lieu où elle habite.

24 Car il voit le monde d’une extrémité à l’autre, et il considère tout ce qui se passe sous le ciel.

25 C’est lui qui a donné du poids aux vents  ; et c’est lui qui a pesé et mesuré l’eau.

26 Lorsqu’il prescrivait une loi aux pluies, lorsqu’il marquait un chemin aux foudres et aux tempêtes  ;

27 c’est alors qu’il l’a vue, qu’il l’a découverte, qu’il l’a préparée, et qu’il en a sondé la profondeur.

28 Et il a dit à l’homme : La parfaite sagesse est de craindre le Seigneur, et la vraie intelligence est de se retirer du mal.



JOB prenant encore la parole, continua son discours, et dit :

2 Qui m’accordera d’être encore comme j’ai été autrefois, dans ces jours heureux où Dieu prenait lui-même soin de me garder  ;

3 lorsque sa lampe luisait sur ma tête, et que dans les ténèbres je marchais à la lueur de sa lumière :

4 comme j’étais aux jours de ma jeunesse, lorsque Dieu habitait en secret dans ma maison,

5 lorsque le Tout-Puissant était avec moi, et toute ma famille autour de moi  ;

6 lorsque je lavais mes pieds dans le beurre, et que la pierre répandait pour moi des ruisseaux d’huile ;

7 lorsque j’allais prendre ma place à la porte de la ville, et que l’on me préparait un siège élevé dans la place publique ?

8 Les jeunes gens me voyant se retiraient par respect, et les vieillards se levant se tenaient debout ;

9 les princes cessaient de parler, ils mettaient le doigt sur leur bouche  ;

10 les grands s’imposaient silence, et leur langue demeurait comme attachée à leur palais.

11 L’oreille qui m’écoutait me publiait bienheureux, et l’œil qui me voyait me rendait témoignage, en publiant

12 que j’avais délivre le pauvre qui criait, et l’orphelin qui n’avait personne pour le secourir.

13 Celui qui était près de périr me comblait de benédictions, et je remplissais de consolation le cœur de la veuve.

14 Je me suis revêtu de la justice ; et l’équité que j’ai gardée dans mes jugements, m’a servi comme d’un vêtement royal et d’un diadème.

15 J’ai été l’œil de l’aveugle, et le pied du boiteux.

16 J’étais le père des pauvres, et je m’instruisais avec un extrême soin des affaires que je ne savais pas.

17 Je brisais les mâchoires de l’injuste, et je lui arrachais sa proie d’entre les dents.

18 Je disais : Je mourrai dans le petit nid que je me suis fait, et je multiplierai mes jours comme le palmier.

19 Je suis comme un arbre dont la racine s’étend le long des eaux, et la rosée se reposera sur mes branches.

20 Ma gloire se renouvellera de jour en jour, et mon arc se fortifiera dans ma main.

21 Ceux qui m’écoutaient, attendaient que j’eusse parlé, et ils recevaient mon avis avec un silence plein de respect.

22 Ils n’osaient rien ajouter à mes paroles, et elles tombaient sur eux comme les gouttes de la rosée.

23 Ils me souhaitaient comme la campagne sèche attend l’eau du ciel, et leur bouche s’ouvrait pour m’entendre, comme la terre s’ouvre aux pluies de l’arrière-saison.

24 Si je riais quelquefois avec eux, ils ne pouvaient pas le croire, et la lumière de mon visage ne tombait point à terre.

25 Si je voulais aller parmi eux, je prenais ma place au-dessus de tous  ; et lorsque j’étais assis comme un roi au milieu des gardes qui m’environnaient, je ne laissais pas d’être le consolateur des affligés.



MAIS maintenant je suis méprisé par des personnes plus jeunes que moi, dont je n’aurais pas daigné autrefois mettre les pères avec les chiens de mon troupeau,

2 dont la force et le travail des mains était moins que rien à mon égard, et qui étaient même regardés comme indignes de la vie ;

3 des gens tout secs de faim et de pauvreté, qui allaient chercher ce qu’ils pourraient ronger dans un désert, dont l’affliction et la misère avaient défiguré le visage  ;

4 qui mangeaient l’herbe et les écorces des arbres, et qui se nourrissaient de racines de genévrier ;

5 qui allaient ravir ces choses dans le fond des vallées, et qui en ayant trouve quelqu’une, y accouraient avec de grands cris  ;

6 qui habitaient dans les creux des torrents, dans les cavernes de la terre, ou dans les rochers  ;

7 qui trouvaient même leur joie dans cet état, et qui faisaient leurs délices d’être sous les ronces et les épines :

8 ces hommes dont les pères sont des insensés, ces hommes de la dernière bassesse, qui sont le mépris et le rebut de la terre, sont ceux qui m’insultent.

9 Je suis devenu le sujet de leurs chansons, je suis l’objet de leurs railleries.

10 Ils m’ont en horreur, et ils fuient loin de moi  ; ils ne craignent pas de me cracher au visage.

11 Car Dieu a ouvert son carquois pour me percer de douleur, et il a mis un frein à ma bouche.

12 Aussitôt que j’ai commencé à paraître, mes maux se sont élevés à côté de moi  ; ils ont renversé mes pieds, et me surprenant ils m’ont accablé comme sous leurs flots.

13 Ils ont rompu les chemins par où je marchais  ; ils m’ont dressé des pièges, et ils ont eu sur moi l’avantage : et il ne s’est trouvé personne pour me secourir.

14 Ils se sont jetés sur moi, comme par la brèche d’une muraille et par une porte ouverte, et ils sont venus m’accabler dans ma misère.

15 J’ai été réduit dans le néant : vous avez emporté comme un tourbillon ce qui m’était le plus cher, et ma vie a passé en un moment comme un nuage.

16 Mon âme est maintenant toute languissante en moi-même, et je suis tout pénétré des maux qui m’accablent.

17 Mes douleurs pendant la nuit transpercent mes os, et les vers qui me dévorent ne dorment point.

18 Leur multitude consume mon vêtement ; et ils m’environnent et me serrent comme le haut d’une tunique.

19 Je suis devenu comme de la boue, je suis semblable à la poussière et à la cendre.

20 Je crie vers vous, Ô mon Dieu ! et vous ne m’écoutez point  ; je me présente à vous, et vous ne me regardez pas.

21 Vous êtes changé et devenu cruel envers moi, et vous employez la dureté de votre main pour me combattre.

22 Vous m’avez élevé, et me tenant comme suspendu en l’air, vous m’avez laissé tomber et brisé entièrement.

23 Je sais que vous me livrerez à la mort, où est marquée la maison de tous ceux qui vivent.

24 Mais vous n’étendez pas néanmoins votre main pour les consumer entièrement : car lorsqu’ils sont abattus, vous les sauvez.

25 Je pleurais autrefois sur celui qui était affligé, et mon âme était compatissante envers le pauvre.

26 J’attendais les biens, et les maux sont venus fondre sur moi ; j’espérais la lumière, et les ténèbres m’ont enveloppé.

27 Un feu brûle dans mes entrailles sans me donner aucun repos ; les jours de l’affliction m’ont prévenu.

28 Je marchais tout triste, mais sans me laisser aller à l’emportement ; je me levais tout d’un coup, et faisais retentir ma voix au milieu du peuple.

29 J’ai été le frère des dragons, et le compagnon des autruches.

30 Ma peau est devenue toute noire sur ma chair, et mes os se sont desséchés par l’ardeur qui me consume.

31 Ma harpe s’est changée en de tristes plaintes, et mes instruments de musique en des voix lugubres.



J’AI fait un accord avec mes yeux, pour ne penser pas seulement a une vierge.

2 Car autrement quelle union Dieu aurait-il pu avoir avec moi  ? et quelle part le Tout-Puissant me donnerait-il à son céleste héritage ?

3 Dieu ne perdra-t-il pas le méchant ? et ne rejettera-t-il pas celui qui commet l’injustice  ?

4 Ne considère-t-il pas mes voies ? et ne compte-t-il pas toutes mes démarches ?

5 Si j’ai marché dans la vanité et le mensonge, et si mes pieds se sont hâtés pour tendre des pièges aux autres  ;

6 que Dieu pèse mes actions dans une juste balance, et qu’il connaisse la simplicité de mon cœur.

7 Si mes pas se sont détournés de la voie, si mon cœur a suivi l’attrait de mes yeux, et si quelque souillure s’est attachée à mes mains  ;

8 que je sème, et qu’un autre mange ce que j’aurai semé, et que ma race soit retranchée de la terre jusqu’à la racine.

9 Si l’agrément d’une femme a séduit mon cœur, et si j’ai dressé des embûches à la porte de mon ami  ;

10 que ma femme soit déshonorée par un autre, et qu’elle soit exposée à une prostitution honteuse.

11 Car l’adultère est un crime énorme et une très-grande iniquité.

12 C’est un feu qui dévore jusqu’à une perte entière, et qui extermine jusqu’aux moindres rejetons.

13 Si j’ai dédaigné d’entrer en jugement avec mon serviteur et avec ma servante, lorsqu’ils disputaient contre moi :

14 car que ferai-je, quand Dieu s’élèvera pour me juger, et lorsqu’il me demandera compte de ma vie, que lui répondrai-je ?

15 Celui qui m’a créé dans le sein de ma mère, n’a-t-il pas aussi créé celui qui me sert ? et n’est-ce pas le même Dieu qui nous a formés tous deux ?

16 Si j’ai refusé aux pauvres ce qu’ils voulaient, et si j’ai fait attendre en vain les yeux de la veuve  ;

17 si j’ai mangé seul mon pain, et si l’orphelin n’en a pas mangé aussi ;

18 (car la compassion est crue avec moi dès mon enfance, et elle est sortie avec moi du sein de ma mère :)

19 si j’ai négligé de secourir celui qui n’ayant point d’habits mourait de froid, et le pauvre qui était sans vêtement ;

20 si les membres de son corps ne m’ont pas béni, lorsqu’ils ont été réchauffés par les toisons de mes brebis ;

21 si j’ai levé la main sur le pupille, lors même que je me voyais le plus fort dans l’assemblée des juges :

22 que mon épaule tombe étant désunie de sa jointure, et que mon bras se brise avec tous ses os.

23 Car j’ai toujours craint Dieu comme des flots suspendus au-dessus de moi, et je n’ai pu en supporter le poids.

24 Si j’ai cru que l’or était ma force, et si j’ai dit à l’or le plus pur, Vous êtes ma confiance ;

25 si j’ai mis ma joie dans mes grandes richesses, et dans les grands biens que j’ai amassés par mon travail  ;

26 si j’ai regardé le soleil dans son plus grand éclat, et la lune lorsqu’elle était la plus claire ;

27 si mon cœur alors a ressenti une secrète joie, et si j’ai porté ma main à ma bouche pour la baiser ;

28 (ce qui est le comble de l’iniquité, et un renoncement du Dieu très-haut : )

29 si je me suis réjoui de la ruine de celui qui me haïssait, si j’ai été ravi de ce qu’il était tombé dans quelque mal :

30 car je n’ai point abandonné ma langue au péché pour faire des imprécations contre celui qui ne m’aimait pas.

31 Si les gens de ma maison n’ont pas dit de moi : Qui nous donnera de sa chair, afin que nous en soyons rassasiés ?

32 L’étranger n’est point demeuré dehors, ma porte a toujours été ouverte au voyageur.

33 Si j’ai tenu mon péché secret, comme les hommes font d’ordinaire, et si j’ai caché mon iniquité dans mon sein ;

34 si la grande multitude m’a épouvanté, ou si j’ai été effrayé par le mépris de mes proches ; si je ne suis pas au contraire demeuré dans le silence, sans sortir de la porte de ma maison.

35 Qui me donnera une personne qui m’entende, afin que le Tout-Puissant écoute ce que je désire lui représenter, et que celui qui juge, écrive tout lui-même dans un livre ?

36 afin que je porte ce livre sur mon épaule, et que je le mette autour de ma tête comme une couronne :

37 à chaque pas que je ferai j’en prononcerai les paroles, et je le présenterai comme à mon prince.

38 Si la terre que je possède crie contre moi, et si ses sillons pleurent avec elle ;

39 si j’en ai mangé les fruits sans donner d’argent, et si j’ai affligé le cœur de ceux qui l’ont cultivée :

40 qu’elle produise pour moi des ronces au lieu de froment, et des épines au lieu d’orge !

Ainsi finit le discours de Job.



APRÈS cela les trois amis de Job cessèrent de lui répondre, voyant qu’il continuait à se croire juste.

2 Et alors Eliu, fils de Barachel de Buz, de la famille de Ram, entra dans une grande colère, et se fâcha contre Job, de ce qu’il assurait qu’il était juste devant Dieu.

3 Il s’irrita aussi contre ses amis, de ce qu’ils n’avaient rien trouvé de raisonnable pour répondre à Job, mais qu’ils s’étaient contentés de le condamner.

4 Eliu attendit donc que Job eût cessé de parler, parce qu’il était moins âgé que ceux qui lui avaient répondu.

5 Mais voyant qu’ils n’avaient pu tous trois répondre à Job, il fut transporté de colère.

6 Et voici la manière dont Eliu, fils de Barachel, de la race de Buz, leur parla : Je suis le plus jeune, et vous êtes plus vieux que moi : c’est pourquoi je suis demeuré la tête baissée, sans oser seulement dire mon avis.

7 Car je m’attendais qu’un âge si avancé vous donnerait des paroles, et que le grand nombre de vos années vous instruirait de la sagesse.

8 Mais, à ce que je vois, quoique l’esprit soit dans tous les hommes, c’est l’inspiration du Tout-Puissant qui donne l’intelligence.

9 Ce ne sont pas toujours ceux qui ont vécu longtemps qui sont les plus sages, et la lumière de la justice n’est pas toujours le partage de la vieillesse.

10 C’est pourquoi je vous dirai : Ecoutez-moi, et je vous ferai voir quelle est ma sagesse.

11 J’ai attendu que vous eussiez achevé de parler  ; j’ai voulu voir, tant que vous avez disputé contre Job, quelle pouvait être votre sagesse.

12 Je me suis contenté de vous regarder, tant que j’ai cru que vous diriez quelque chose ; mais, à ce que je vois, nul d’entre vous ne peut convaincre Job, ni répondre à ce qu’il a dit.

13 Ce serait en vain que vous diriez peut-être : Nous avons trouvé le secret de la vraie sagesse : C’est Dieu qui l’a rejeté, et non l’homme.

14 Ce n’est point à moi que Job a adressé la parole ; et ce ne sera point selon vos raisonnements que je lui répondrai.

15 Les voilà intimidés, ils n’ont plus rien à répondre, ils se sont eux-mêmes fermé la bouche.

16 Puis donc que j’ai attendu, et qu’ils n’ont point parlé, et qu’ils sont demeurés muets et sans réponse ;

17 je parlerai aussi à mon tour, et je ferai voir quelle est ma science.

18 Car je suis plein des choses que j’ai à dire, et mon esprit est comme en travail, voulant enfanter toutes les pensées qu’il a conçues.

19 Mon estomac est comme un vin nouveau qui n’a point d’air, qui rompt les vaisseaux neufs où on le renferme.

20 Je parlerai donc pour respirer un peu, j’ouvrirai mes lèvres, et je répondrai.

21 Je n’aurai d’égard pour personne ; et je n’égalerai point l’homme à Dieu.

22 Car je ne sais combien de temps je subsisterai sur la terre, et j’ignore si celui qui m’a créé ne m’ôtera point bientôt du monde.



ECOUTEZ donc, Job, mes paroles, et soyez attentif à tous mes discours.

2 J’ai ouvert ma bouche, afin que ma langue vous fasse entendre distinctement les paroles qu’elle aura formées.

3 Mes discours sortiront de la simplicité de mon cœur, et mes lèvres ne prononceront que la pure vérité.

4 C’est l’Esprit de Dieu qui m’a créé, et c’est le souffle du Tout-Puissant qui m’a donné la vie.

5 Répondez-moi, si vous pouvez, et opposez vos raisons aux miennes.

6 Dieu est mon créateur comme il est le vôtre, et j’ai été formé de la même boue.

7 Mais vous ne verrez en moi rien de merveilleux qui vous épouvante ; et vous n’y trouverez pas non plus une éloquence qui vous accable.

8 Vous avez dit devant moi, et je vous ai entendu, lorsque vous prononciez ces paroles :

9 Je suis pur et sans péché  ; je suis sans tache, et il n’y a point d’iniquité en moi :

10 car Dieu a cherché des sujets de plainte contre moi ; c’est pourquoi il a cru que j’étais son ennemi :

11 il a mis mes pieds à la chaîne ; il a observé toutes mes démarches.

12 C’est donc en cela même que vous avez montré que vous n’êtes pas juste : car je vous réponds que Dieu est plus grand que l’homme.

13 Disputez-vous contre lui, parce qu’il n’a pas répondu à toutes vos paroles ?

14 Dieu ne parle qu’une fois, et il ne répète point ce qu’il a dit.

15 Pendant les songes, dans les visions de la nuit, lorsque les hommes sont accablés de sommeil, et qu’ils dorment dans leur lit ;

16 c’est alors que Dieu leur ouvre l’oreille, qu’il les avertit et les instruit de ce qu’ils doivent savoir :

17 pour détourner ainsi l’homme du mal qu’il fait, et pour le délivrer de l’orgueil ;

18 pour tirer son âme de la corruption, et pour sauver sa vie de l’épée qui le menace.

19 Il le châtie encore par la douleur qu’il souffre dans son lit  ; et il fait sécher tous ses os.

20 Dans cet état il a le pain en horreur, et la nourriture qu’il trouvait auparavant délicieuse, devient l’aversion de son âme.

21 Toute sa chair se consume, et ses os qui étaient couverts paraissent à nu.

22 Il se voit près de la corruption, et sa vie est menacée d’une mort prochaine.

23 Si un ange choisi entre mille parle pour lui, et qu’il annonce l’équité de l’homme,

24 Dieu aura compassion de lui, et il dira à ses ministres : Délivrez-le, afin qu’il ne descende point dans la corruption ; j’ai trouvé lieu de lui faire grâce.

25 Sa chair est consumée par les maux qui sont la peine de ses péchés ; qu’il retourne aux jours de sa jeunesse.

26 Il priera Dieu de lui pardonner, et Dieu lui sera favorable ; il verra sa face avec un ravissement de joie, et Dieu justifiera de nouveau cet homme.

27 En regardant les autres hommes, il leur dira : J’ai péché, j’ai vraiment offensé Dieu, et je n’en ai point été châtié, comme je le méritais.

28 Il a ainsi délivré son âme, afin qu’elle ne tombât point dans la mort, mais qu’en vivant elle jouît de la lumière.

29 Voilà tout ce que Dieu fait à l’égard de chacun des hommes, en les reprenant jusqu’à trois fois,

30 pour rappeler leurs âmes de la corruption, et pour les éclairer de la lumière des vivants.

31 Job, soyez attentif et écoutez-moi ; soyez dans le silence pendant que je parle.

32 Si vous avez quelque chose à dire, répondez-moi, parlez : car je veux bien vous donner lieu de vous justifier.

33 Si vous n’avez rien à répondre, écoutez-moi ; demeurez dans le silence, et je vous enseignerai la sagesse.



ELIU continuant encore de parler, prononça ce qui suit :

2 Sages, écoutez mes paroles  ; savants, soyez attentifs :

3 car l’oreille juge des discours par l’ouïe, comme le palais juge des viandes par le goût.

4 Convenons ensemble de ce qui est selon la justice, et voyons entre nous ce qui doit être regardé comme le meilleur.

5 Car Job a dit : Je suis juste, et Dieu ne me traite pas selon l’équité.

6 II y a de la fausseté et de l’abus dans le jugement que l’on a porté contre moi  ; je suis percé de flèches très-cuisantes sans que j’aie péché.

7 Où trouvera-t-on un homme semblable à Job, qui insulte à Dieu avec une impiété qu’il avale comme l’eau ;

8 qui marche avec ceux qui commettent l’iniquité, et qui se joint avec les impies ?

9 Car il a dit : L’homme ne sera point agréable à Dieu, quand même il aurait couru dans sa voie.

10 Vous donc qui avez du sens et de la sagesse, écoutez-moi : L’impiété est infiniment éloignée de Dieu ; et l’injustice, du Tout-Puissant :

11 car il rendra à l’homme selon ses œuvres, et il traitera chacun selon le mérite de sa vie.

12 Certainement Dieu ne condamne point sans sujet, et le Tout-Puissant ne renverse point la justice.

13 A-t-il donc commis à quelque autre le soin de la terre ? et qui est celui qu’il a établi pour gouverner au lieu de lui le monde qu’il a créé ?

14 S’il le regardait dans sa rigueur, il attirerait à soi dans l’instant l’esprit qui l’anime.

15 Toute chair périrait en même temps, et tous les hommes retourneraient en cendre.

16 Si vous avez donc de l’intelligence, écoutez ce que l’on vous dit, et soyez attentif à mes paroles :

17 Peut-on guérir celui qui n’aime point la justice  ? Et comment condamnez-vous avec tant de hardiesse celui qui est souverainement juste  ?

18 lui qui dit à un roi, Vous êtes un apostat  ; qui appelle impies les grands, lorsqu’ils le sont ;

19 qui n’a point d’égard à la personne des princes  ; qui n’a point eu de considération pour le tyran lorsqu’il disputait contre le pauvre : parce que sa main a fait tous les hommes.

20 Ils mourront tout d’un coup, et au milieu de la nuit les peuples seront tout remplis de trouble ; ils passeront, et le violent sera emporté sans qu’on voie la main qui le frappe.

21 Car les yeux de Dieu sont sur les voies des hommes, et il considère toutes leurs démarches.

22 II n’y a point de ténèbres, il n’y a point d’ombre de la mort, qui puissent dérober à ses yeux ceux qui commettent l’iniquité.

23 Car il n’est plus au pouvoir de l’homme de venir en jugement devant Dieu.

24 Il en exterminera une multitude innombrable, et il en établira d’autres en leur place.

25 Car il connaît leurs œuvres, et c’est pour cela qu’il répandra sur eux une nuit obscure, et qu’il les brisera.

26 Il les frappera de plaies comme des impies, à la vue de tout le monde,

27 eux qui ont fait un dessein formé de se retirer de lui, et qui n’ont pas voulu comprendre toutes ses voies :

28 en sorte qu’ils ont fait monter jusqu’à lui les cris de l’indigent, et qu’il a entendu la voix des plaintes des pauvres.

29 Car s’il donne la paix, qui est celui qui le condamnera ? S’il cache une fois son visage, qui pourra le contempler dans sa conduite sur toutes les nations en général, et sur tous les hommes  ?

30 C’est lui qui fait régner l’homme hypocrite, à cause des péchés du peuple.

31 Puis donc que j’ai parlé de Dieu, je ne vous empêcherai point de parler aussi.

32 Si je suis tombé dans quelque erreur, enseignez-moi  ; si ce que j’ai dit n’est pas selon la justice, je ne dirai rien davantage.

33 Dieu ne vous redemandera-t-il point compte de ce que je puis avoir dit contre la justice, qui vous a déplu ? car c’est vous qui avez commencé à parler, et non pas moi. Si vous savez quelque chose de meilleur, parlez vous-même.

34 Que des personnes intelligentes me parlent, et qu’un homme sage m’écoute.

35 Mais Job a parlé inconsidérément, et il ne paraît point de sagesse dans ses discours.

3(5 Mon Père! que Job soit éprouvé jusqu’à la fin, ne cessez point de frapper un homme injuste ;

37 parce qu’il ajoute le blasphème à ses péchés : qu’il soit cependant pressé de nouveau par nos raisons, et qu’après cela il appelle Dieu en jugement par ses discours.



ELIU dit encore ce qui suit : 2 Croyez-vous, Job, avoir eu une pensée raisonnable en disant : Je suis plus juste que Dieu  ?

3 Car vous avez dit en lui parlant : Ce qui est juste ne vous plaît point : ou quel avantage retirerez-vous si je pèche ?

4 Je répondrai donc à vos discours, et à vos amis aussi bien qu’à vous.

5 Levez les yeux au ciel, voyez, et contemplez combien les cieux sont plus hauts que vous.

6 Si vous péchez, en quoi nuirez-vous à Dieu ? et si vos iniquités se multiplient, que ferez-vous contre lui ?

7 Si vous êtes juste, que donnerez-vous à Dieu ? ou que recevra-1-il de votre main  ?

8 Votre impiété peut nuire à un homme semblable à vous, et votre justice peut servir à celui qui est comme vous enfant de l’homme.

9 Ils crieront à cause de la multitude des calomniateurs, et ils se répandront en pleurs à cause de la domination violente des tyrans.

10 Et nul d’eux ne dit : Où est le Dieu qui m’a créé, qui fait que les siens lui chantent pendant la nuit des cantiques d’actions de grâces ?

11 qui nous rend plus éclairés que les animaux de la terre, et plus instruits que les oiseaux du ciel.

12 Ils crieront alors, et il ne les exaucera point, à cause de l’orgueil des méchants.

13 Ce ne sera donc point inutilement que Dieu écoutera leurs cris ; et le Tout-Puissant considérera avec attention la cause de chaque personne.

14 Lors même que vous avez dit de Dieu, Il ne considère point ce qui se passe ; jugez-vous vous-même en sa présence, et l’attendez.

15 Car il n’exerce pas maintenant toute sa fureur, et il ne punit pas les crimes dans sa sévérité.

10 C’est donc en vain que Job ouvre la bouche, et qu’il se répand en beaucoup de paroles sans science.



ELIU ajouta encore, et dit :

2 Ecoutez-moi un peu, et je vous découvrirai ce que je pense : car j’ai encore à parler pour Dieu.

3 Je reprendrai mon discours dès le commencement, et je prouverai que mon Créateur est juste.

4 Car il est certain qu’il n’y a point de mensonge dans mes discours, et vous serez convaincu qu’ils enferment une parfaite science.

5 Dieu ne rejette point les puissants, étant puissant lui-même.

6 Mais il ne sauve point les impies, et il fait justice aux pauvres.

7 Il ne retirera point ses yeux de dessus le juste, et il établit les rois sur le trône pour toujours, et les conserve dans leur élévation.

8 Si quelques-uns sont dans les chaînes, et resserrés par les liens de la pauvreté,

9 Dieu leur découvrira leurs œuvres et leurs crimes, parce qu’ils ont été violents.

10 II leur ouvrira aussi l’oreille pour les reprendre, et il leur parlera, afin qu’ils reviennent de leur iniquité.

11 S’ils l’écoutent et qu’ils observent ce qu’il leur dit, ils passeront tous les jours en joie, et leurs années en gloire.

12 Mais s’ils ne l’écoutent point, ils passeront par le tranchant de l’épée, et ils périront dans leur folie.

13 Ceux qui sont dissimulés et doubles de cœur, attirent sur eux la colère de Dieu : ils ne crieront point lorsqu’ils seront dans les chaînes.

14 Leur âme mourra d’une mort précipitée, et leur vie aura le même sort que les efféminés et les exécrables.

15 Dieu tirera le pauvre des maux qui l’accablent, et il lui ouvrira l’oreille au jour de l’affliction.

16 Après vous avoir sauvé de l’abîme étroit et sans fond, il vous mettra fort au large ; et vous vous reposerez à votre table, qui sera pleine de viandes très-délicieuses.

17 Votre cause a été jugée comme celle d’un impie ; mais vous gagnerez votre cause, et l’on vous rendra la justice que vous demandez.

18 Que la colère donc ne vous surmonte point pour vous porter à opprimer l’innocent, et que la multitude des dons ne vous détourne point de la droite voie.

19 Abaissez votre grandeur sans que l’affliction vous y porte ; abaissez encore ceux qui abusent de l’excès de leur puissance.

20 N’allongez point la nuit et le temps du sommeil, afin que les peuples puissent monter jusqu’à tous au lieu de ces personnes puissantes.

21 Prenez garde de ne vous point laisser aller à l’iniquité : car vous avez commencé de la suivre, après que vous êtes tombé dans la misère.

22 Ne voyez-vous pas que Dieu est infiniment élevé dans sa puissance, et que nul de ceux qui ont imposé des lois aux hommes ne lui est semblable ?

23 Qui pourra approfondir ses voies ? ou qui peut lui dire : Vous avez fait une injustice ?

24 Souvenez-vous que vous ne connaissez point ses ouvrages, dont les hommes ont parlé dans leurs cantiques.

25 Tous les hommes le voient ; mais chacun d’eux ne le regarde que de loin.

26 Certes Dieu est grand : il passe toute notre science, et ses années sont innombrables :

27 lui qui après avoir enlevé jusqu’aux moindres gouttes de la pluie, répand ensuite les eaux du ciel comme des torrents,

28 qui fondent des nues, dont toute la face du ciel est couverte :

29 lui qui étend les nuées quand il lui plaît pour s’en servir comme d’un pavillon ;

30 qui fait éclater du ciel ses foudres et ses éclairs, et couvre la mer même d’une extrémité à l’autre.

31 Il exerce ainsi ses jugements sur les peuples, et distribue la nourriture à un grand nombre d’hommes.

32 Il cache la lumière dans ses mains ; et lui commande ensuite de paraître de nouveau.

33 Il fait connaître à celui qu’il aime, que la lumière est son partage, et qu’il pourra s’élever jusqu’à elle.



C’EST pour cela que mon cœur est saisi d’effroi, et qu’il sort comme hors de lui-même.

2 Ecoutez avec une profonde attention sa voix terrible, et les sons qui sortent de sa bouche.

3 Il considère tout ce qui se passe sous le ciel, et il répand sa lumière jusqu’aux extrémités de la terre.

4 Un grand bruit s’élèvera après lui, il tonnera par la voix de sa grandeur ; et après même qu’on aura entendu sa voix, on ne pourra la comprendre.

5 Dieu se rendra admirable par la voix de son tonnerre. C’est lui qui fait des choses grandes et impénétrables  ;

6 qui commande à la neige de descendre sur la terre, qui fait tomber les pluies ordinaires de l’hiver, et les eaux impétueuses des grands orages  ;

7 qui met comme un sceau sur la main de tous les hommes, afin qu’ils reconnaissent leurs œuvres.

8 La bête rentrera dans sa tanière, et elle demeurera dans sa caverne.

9 La tempête sortira des lieux les plus cachés, et le froid, des vents d’aquilon.

10 La glace se forme au souffle de Dieu, et les eaux se répandent ensuite en grande abondance.

11 Le froment désire les nuées, et les nuées répandent leur lumière.

12 Elles éclairent de toutes parts sur la face de la terre, partout où elles sont conduites par la volonté de celui qui les gouverne, et selon les ordres qu’elles ont reçus de lui ;

13 soit dans une tribu étrangère, ou dans une terre qui soit à lui, soit en quelque lieu que ce puisse être, où il veut répandre sa miséricorde, et où il leur aura commandé de se trouver.

14 Job, écoutez ceci avec attention ; arrêtez-vous, et considérez les merveilles de Dieu.

15 Savez-vous quand Dieu a commandé aux pluies de faire paraître la lumière de ses nuées ?

16 Connaissez-vous les grandes routes des nuées, et la parfaite science de celui qui les conduit ?

17 Vos vêtements ne sont-ils pas échauffés, lorsque le vent du midi souffle sur la terre ?

18 Vous avez peut-être formé avec lui les cieux, qui sont aussi solides que s’ils étaient d’airain ?

19 Apprenez-nous ce que nous pourrons lui dire : car pour nous autres nous sommes enveloppés de ténèbres.

20 Qui pourra lui rendre raison des choses que je viens de dire ? Si quelque homme entreprenait d’en parler, il serait comme absorbé par la grandeur du sujet.

21 Mais maintenant ils ne voient point la lumière ; l’air s’épaissit tout d’un coup en nuées  ; et un vent qui passe les dissipera.

22 L’or vient du côté de l’aquilon  ; et la louange que l’on donne à Dieu, doit être accompagnée de tremblement.

23 Nous ne pouvons le comprendre d’une manière digne de lui  ; il est grand par sa puissance, par son jugement et par sa justice ; et il est véritablement ineffable.

24 C’est pourquoi les hommes le craindront ; et nul de ceux qui se croient sages, n’osera envisager sa grandeur.



ALORS le Seigneur parla à Job du milieu d’un tourbillon, et lui dit :

2 Qui est celui-là qui enveloppe de grands sens sous des paroles peu réfléchies ?

3 Ceignez vos reins comme un homme ferme ; je vous interrogerai, et vous me répondrez.

4 Où étiez-vous quand je jetais les fondements de la terre ? dites-le-moi, si vous avez de l’intelligence.

5 Savez-vous qui en a réglé toutes les mesures, ou qui a tendu sur elle le cordeau ?

6 Savez-vous sur quoi ses bases sont affermies, ou qui en a posé la pierre angulaire ?

7 Où étiez-vous lorsque les astres du matin me louaient tous ensemble, et que tous les enfants de Dieu étaient transportés de joie ?

8 Qui a mis des digues à la mer pour la tenir enfermée, lorsqu’elle se débordait en sortant comme du sein de sa mère,

9 lorsque pour vêtement je la couvrais d’un nuage, et que je l’enveloppai s d’obscurité comme on enveloppe de bandelettes les petits enfants ;

10 lorsque je l’ai resserrée dans les bornes que je lui ai marquées, que j’y ai mis des portes et des barrières,

11 et que je lui ai dit : Vous viendrez jusque-là, et vous ne passerez pas plus loin, et vous briserez ici l’orgueil de vos flots ?

12 Est-ce vous qui depuis que vous êtes au monde, avez donné les ordres à l’étoile du matin, et qui avez montré à l’aurore le lieu où elle doit naître  ?

13 Est-ce vous qui tenant en votre main les extrémités de la terre, l’avez ébranlée, et en avez comme secoué et rejeté les impies ?

14 La figure empreinte se rétablira comme l’argile, et elle demeurera comme un vêtement.

15La lumière des impies leur sera ôtée : et leur bras, quelque élevé qu’il puisse être, sera brisé.

16 Etes-vous entré jusqu’au fond de la mer ? et avez-vous parcouru les réduits les plus secrets de l’abîme ?

17 Les portes de la mort vous ont-elles été ouvertes ? les avez-vous vues, ces portes noires et ténébreuses ?

18 Avez-vous considéré toute l’étendue de la terre ? Déclarez-moi toutes ces choses, si vous en avez la connaissance.

19 Dites-moi quelle est la voie qui conduit où habite la lumière, et quel est le lieu des ténèbres :

20 afin que vous conduisiez cette lumière et ces ténèbres chacune en son propre lieu, ayant connu le chemin et les routes de leur demeure.

21 Saviez-vous alors que vous deviez naître ? et connaissiez-vous le nombre de vos jours ?

22 Etes-vous entré dans les trésors de la neige ? ou avez-vous vu les trésors de la grêle,

23 que j’ai préparés pour le temps de l’ennemi, pour le jour de la guerre et du combat ?

24 Savez-vous par quelle voie la lumière descend du ciel, et la chaleur se répand sur la terre ?

25 Qui a donné cours aux pluies impétueuses, et un passage au bruit éclatant du tonnerre,

26 pour faire pleuvoir dans une terre qui est sans homme, dans un désert où personne ne demeure,

27 pour inonder des champs affreux et inhabités, et pour y produire des herbes vertes ?

28 Qui est le père de la pluie ? et qui a produit les gouttes de la rosée ?

29 Du sein de qui la glace est-elle sortie ? et qui a produit la gelée qui tombe du ciel ?

30 Les eaux se durcissent comme la pierre, et la surface de l’abîme se presse et devient solide.

31 Pourrez-vous joindre ensemble les étoiles brillantes des Pléiades, et détourner l’Ourse de son cours ?

32 Est-ce vous qui faites paraître en son temps sur les enfants des hommes l’étoile du matin, ou qui faites lever ensuite l’étoile du soir ?

33 Savez-vous l’ordre et les mouvements du ciel  ? êtes-vous l’auteur des influences qu’il exerce sur la terre ?

34 Elèverez-vous votre voix jusqu’aux nues, et répandront-elles aussitôt sur vous leurs eaux avec abondance ?

35 Commanderez-vous aux tonnerres, et partiront-ils dans l’instant ? et en revenant ensuite, vous diront-ils : Nous voici  ?

36 Qui a mis la sagesse dans le cœur de l’homme ? ou qui a donné au coq l’intelligence ?

37 Qui expliquera toute la disposition des cieux ? ou qui fera cesser l’harmonie du ciel ?

38 Lorsque la poussière se répandait sur la terre, et que les mottes se formaient et se durcissaient, où étiez-vous ?

39 Prendrez-vous la proie pour la lionne ? et en rassasierez-vous la faim de ses petits,

40 lorsqu’ils sont couchés dans leurs antres, et qu’ils épient les passants du fond de leurs cavernes ?

41 Qui prépare au corbeau sa nourriture, lorsque ses petits crient vers Dieu, et qu’ils vont errants, n’ayant rien à manger ?



SAVEZ-VOUS le temps auquel les chèvres sauvages enfantent dans les rochers ? ou avez-vous observé l’enfantement des biches ?

2 Avez-vous compté les mois qu’elles portent leur fruit  ? et savez-vous le temps auquel elles s’en déchargent ?

3 Elles se courbent pour faire sortir leur faon, et elles le mettent au jour en jetant des cris et des hurlements.

4 Leurs petits ensuite se séparent d’elles pour aller chercher leur nourriture  ; et étant sortis ils ne reviennent plus à elles.

5 Qui a laissé aller libre l’âne sauvage  ? et qui lui a rompu ses liens ?

6 Je lui ai donné une maison dans la solitude, et des lieux de retraite dans une terre stérile.

7 Il méprise toutes les assemblées des villes, il n’entend point la voix d’un maître dur et impérieux.

8 Il regarde de tous côtés les montagnes où il trouvera ses pâturages, et il cherche partout des herbages verts.

9 Le rhinocéros voudra-t-il bien vous servir ? et demeurera-t-il à votre étable ?

10 Lierez-vous le rhinocéros aux traits de votre charrue, afin qu’il laboure, et rompra-t-il après vous avec la herse les mottes des vallons ?

11 Aurez-vous confiance en sa grande force ? et lui laisserez-vous le soin de votre labour ?

12 Croirez-vous qu’il vous rendra ce que vous aurez semé, et qu’il remplira votre aire de blé ?

13 La plume de l’autruche est semblable à celle de la cigogne et de l’épervier.

14 Lorsqu’elle abandonne ses œufs sur la terre, sera-ce vous qui les échaufferez dans la poussière ?

15 Elle oublie qu’on les foulera peut-être aux pieds, ou que les bêtes sauvages les écraseront.

16 Elle est dure et insensible à ses petits, comme s’ils n’étaient point à elle ; elle a rendu son travail inutile sans y être forcée par aucune crainte.

17 Car Dieu en ceci l’a privée de sagesse, et ne lui a point donné l’intelligence.

18 A la première occasion elle court élevant ses ailes ; elle se moque du cheval et de celui qui est dessus.

19 Est-ce vous qui donnerez au cheval sa force, ou qui lui ferez pousser ses hennissements ?

20 Le ferez-vous bondir comme les sauterelles, tandis que le souffle si fier de ses narines répand la terreur ?

21 Il frappe du pied la terre, il s’élance avec audace, il court au-devant des hommes armés.

22 Il ne peut être touché de la peur ; le tranchant des épées ne l’arrête point.

23 Les flèches sifflent autour de lui, le fer des lances et des dards le frappe de ses éclairs.

24 Il écume, il frémit, et semble vouloir manger la terre  ; il est intrépide au bruit des trompettes.

25 Lorsque l’on sonne la charge, il dit, Allons ! il sent de loin l’approche des troupes  ; il entend la voix des capitaines qui encouragent les soldats, et les cris confus d’une armée.

26 Est-ce par votre sagesse que l’épervier se couvre de plumes étendant ses ailes vers le midi ?

27 L’aigle à votre commandement s’élèvera-t-elle en haut, et fera-t-elle son nid dans les lieux les plus élevés ?

28 Elle demeure dans des pierres, dans des montagnes escarpées, et dans des rochers inaccessibles.

29 Elle cherche de là sa proie, et ses yeux perçants découvrent de loin.

30 Ses petits sucent le sang, et en quelque lieu que paraisse un corps mort, elle fond dessus.

31 Le Seigneur parla de nouveau à Job, et lui dit :

32 Celui qui dispute contre Dieu, se réduit-il si facilement au silence ? Certainement quiconque reprend Dieu, doit lui répondre.

33 Job répondit au Seigneur :

31 Puisque, j’ai parlé avec trop de légèreté, comment pourrai-je répondre ? Je n’ai qu’à mettre ma main sur ma bouche. 35 J’ai dit une chose que je souhaiterais n’avoir point dite ; et une autre encore  ; et je n’y ajouterai rien davantage.



LE Seigneur parlant à Job du milieu d’un tourbillon, lui dit : 2 Ceignez vos reins comme un homme ; je vous interrogerai, et répondez-moi.

3 Est-ce que vous prétendez détruire l’équité de mes jugements, et me condamner moi-même pour vous justifier ?

4 Avez-vous comme Dieu un bras tout-puissant ? et votre voix tonne-t-elle comme la sienne ?

5 Revêtez-vous d’éclat et de beauté, montez sur un trône élevé, soyez plein de gloire, et parez-vous des vêtements les plus magnifiques.

6 Dissipez les superbes dans votre fureur, et humiliez les insolents par un seul de vos regards.

7 Jetez les yeux sur tous les orgueilleux, et confondez-les ; brisez et foulez aux pieds les impies dans le lieu même où ils s’élèvent.

8 Cachez-les tous ensemble dans la poussière ; ensevelissez leurs visages, et les jetez au fond de la terre.

9 Et alors je confesserai que votre droite a le pouvoir de vous sauver.

10 Considérez Béhémoth que j’ai créé avec vous ; il mangera le foin comme un bœuf.

11 Sa force est dans ses reins  ; sa vertu est dans le nombril de son ventre.

12 Sa queue se serre et s’élève comme un cèdre ; les nerfs de cette partie qui sert à la conservation de l’espèce sont entrelacés l’un dans l’autre.

13 Ses os sont comme des tuyaux d’airain , ses cartilages sont comme des lames de fer.

14 Il est le commencement des voies de Dieu : celui qui l’a fait, appliquera et conduira son épée.

15 Les montagnes lui produisent des herbages : c’est là que toutes les bêtes des champs viendront se jouer.

16 Il dort sous l’ombre dans le secret des roseaux, et dans les lieux humides.

17 Les ombres couvrent son ombre ; les saules du torrent l’environnent.

18 Il absorbera le fleuve, et il n’en sera point étonné ; il se promet même que le Jourdain viendra couler dans sa gueule.

19 On le prendra par les yeux comme un poisson se prend à l’amorce, et on lui percera les narines avec des pieux.

20 Pourrez-vous enlever Léviathan avec l’hameçon, et lui lier la langue avec une corde ?

21 Lui mettrez-vous un cercle au nez ? et lui percerez-vous la mâchoire avec un anneau ?

22 Le réduirez-vous à vous faire d’instantes prières, et à vous dire des paroles douces ?

23 Fera-t-il un pacte avec vous ? et le recevrez-vous comme un esclave éternel ?

24 Vous jouerez-vous de lui comme d’un oiseau ? et le lierez-vous pour servir de jouet à vos servantes ?

25 Ferez-vous que vos amis le coupent par pièces, et que ceux qui trafiquent le divisent par morceaux ?

26 Remplirez-vous de sa peau les filets des pêcheurs, et de sa tête le réservoir des poissons ?

27 Mettez la main sur lui : souvenez-vous de la guerre, et ne parlez plus.

28 Il se verra enfin trompé dans ses espérances, et il sera précipité à la vue de tout le monde.



JE ne le susciterai point par un effet de cruauté. Car qui est-ce qui peut résister à mon visage ?

2 Qui m’a donné le premier, afin que je lui rende ce qui lui est dû ? Tout ce qui est sous le ciel, est à moi.

3 Je ne l’épargnerai point ; je ne me laisserai point fléchir ni à la force de ses paroles, ni à ses prières les plus touchantes.

4 Qui découvrira la superficie de son vêtement ? et qui entrera dans le milieu de sa gueule ?

5 Qui ouvrira l’entrée de ses mâchoires ? La terreur habite autour de ses dents.

6 Son corps est semblable à des boucliers d’airain fondu ; il est couvert d’écailles qui se serrent et se pressent.

7 L’une est jointe à l’autre sans que le moindre souffle passe entre deux.

8 Elles s’attachent ensemble, et elles s’entretiennent, sans que jamais elles se séparent.

9 Lorsqu’il éternue, il jette des éclats de feu, et ses yeux étincellent comme la lumière du point du jour.

10 Il sort de sa gueule des lampes qui brûlent comme des torches ardentes.

11 Une fumée se répand de ses narines, comme d’un pot qui bout sur un brasier.

12 Son haleine allume des charbons, et la flamme sort du fond de sa gueule.

13 La force est dans son cou, et la famine marche devant lui.

14 Les membres de son corps sont liés les uns avec les autres  ; les foudres tomberont sur lui sans qu’il s’en remue d’un côté ni d’autre.

15 Son cœur s’endurcira comme la pierre, et se resserrera comme l’enclume sur laquelle on bat sans cesse.

16 Lorsqu’il sera élevé, les anges craindront, et dans leur frayeur ils se purifieront.

17 Si on le veut percer de l’épée, ni l’épée, ni les dards, ni les cuirasses ne pourront subsister devant lui.

18 Car il méprisera le fer comme de la paille, et l’airain comme un bois pourri.

19 L’archer le plus adroit ne le mettra point en fuite ; les pierres de la fronde sont pour lui de la paille sèche.

20 Le marteau n’est encore pour lui qu’une paille légère, et il se rira des dards lancés contre lui.

21 Les rayons du soleil seront sous lui, et il marchera sur l’or comme sur la boue.

22 Il fera bouillir le fond de la mer comme l’eau d’un pot, et il la fera paraître comme un vaisseau plein d’onguents qui s’élèvent par l’ardeur du feu.

23 La lumière brillera sur ses traces ; il verra blanchir l’abîme après lui.

24 Il n’y a point de puissance sur la terre qui puisse lui être comparée, puisqu’il a été créé pour ne rien craindre.

25 Il ne voit rien que de haut et de sublime  ; c’est lui qui est le roi de tous les enfants d’orgueil.



JOB répondit au Seigneur, et lui dit :

2 Je sais que vous pouvez toutes choses, et qu’il n’y a point de pensée qui vous soit cachée.

3 Qui est celui-là qui cache les desseins de Dieu sous des paroles dont il n’a pas l’intelligence ? C’est pourquoi j’avoue que j’ai parlé indiscrètement, et de choses qui surpassaient sans comparaison toute la lumière de ma science.

4 Ecoutez-moi, disais-je, et je parlerai  ; je vous interrogerai, et répondez-moi, je vous prie.

5 Mais alors j’avais seulement entendu parler de vous  ; maintenant je vous vois de mes propres yeux.

6 C’est pourquoi je m’accuse moi-même, et je fais pénitence dans la poussière et dans la cendre.

7 Le Seigneur ayant parlé à Job de cette sorte, dit à Eliphaz de Théman : Ma fureur s’est allumée contre vous et contre vos deux amis : parce que vous n’avez point parlé devant moi dans la droiture de la vérité comme mon serviteur Job.

8 Prenez donc sept taureaux et sept béliers, et allez à mon serviteur Job, et offrez-les pour vous en holocauste. Job, mon serviteur, priera pour vous ; je le regarderai et l’écouterai favorablement, afin que cette imprudence ne vous soit point imputée  ; parce que vous n’avez point parlé dans la droiture de la vérité comme mon serviteur Job.

9 Eliphaz de Théman, Baldad de Sun, et Sophar de Naamath, s’en allèrent donc, et firent ce que le Seigneur leur avait dit  ; et le Seigneur écouta Job en leur faveur.

10 Le Seigneur aussi se laissa fléchir à la pénitence de Job, lorsqu’il priait pour ses amis, et il lui rendit au double tout ce qu’il possédait auparavant.

11 Tous ses frères, toutes ses sœurs, et tous ceux qui l’avaient connu dans son premier état, vinrent le trouver et mangèrent avec lui dans sa maison. Ils lui témoignèrent leur compassion, et ils le consolèrent de toutes les afflictions que le Seigneur lui avait envoyées, et ils lui donnèrent chacun une brebis et un pendant d’oreille d’or.

12 Mais le Seigneur bénit Job dans son dernier état encore plus que dans le premier, et il eut quatorze mille brebis, six mille chameaux, mille paires de bœufs, et mille ânesses.

13 Il eut aussi sept fils, et trois filles :

14 et il appela la première Jémima, la seconde Cassia, et la troisième Kérenhappouc.

15 Il ne se trouva point dans tout le reste du monde de femmes aussi belles que ces filles de Job ; et leur père leur donna leur part dans son héritage comme à leurs frères.

16 Job vécut après cela cent quarante ans ; il vit ses fils et les enfants de ses fils jusqu’à la quatrième génération, et il mourut fort âgé et plein de jours.


◄   Esther sommaire Psaumes   ►