Bible Sacy/Lamentations

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   Livres


LAMENTATIONS DE JÉRÉMIE.
________




Après que le peuple d’Israël eut été mené en captivité et que Jérusalem fut demeurée entièrement déserte, le prophète Jérémie fondant en larmes s’assit, et fit ces lamentations sur Jérusalem, soupirant dans l’amertume de son cœur, et disant avec de grands cris :

(Aleph.) Comment cette ville si pleine de peuple est-elle maintenant si solitaire et si désolée ? Ma maîtresse des nations est devenue comme veuve ; la reine des provinces a été assujettie au tribut.

2 (Beth.) Elle n’a point cessé de pleurer pendant la nuit, et ses joues sont trempées de larmes : de tous ceux qui lui étaient chers, il n’y en a pas un qui la console ; tous ses amis l’ont méprisée, et sont devenus ses ennemis.

3 (Ghimel.) La fille de Juda s’est retirée en d’autres pays, à cause de la servitude insupportable qui l’affligeait : elle a demeuré parmi les nations, et elle n’y a point trouvé de repos : tous ses persécuteurs se sont saisis d’elle dans son extrême douleur.

4 (Daleth.) Les rues de Sion pleurent, parce qu’il n’y a plus personne qui vienne à ses solennités : toutes ses portes sont détruites : ses prêtres ne font que gémir : ses vierges sont toutes défigurées de douleur ; et elle est plongée dans l’amertume.

5 (Hé.) Ses ennemis se sont élevés au-dessus d’elle ; ceux qui la haïssaient se sont enrichis, parce que le Seigneur l’a condamnée, à cause de la multitude de ses iniquités : ses petits enfants ont été emmenés captifs devant l’ennemi qui les chassait.

6 (Vav.) Tout ce que la fille de Sion avait de beau lui a été enlevé : ses princes sont devenus comme des béliers qui ne trouvent point de pâturage, et ils sont allés tout faibles et languissants devant l’ennemi qui les poursuivait.

7 (Zaïn.) Jérusalem s’est souvenue des jours de son affliction, de ses prévarications, et de tout ce qu’elle avait eu dans les siècles passés de plus désirable, lorsque son peuple tombait sous la main ennemie, sans qu’il y eût personne pour la secourir ; ses ennemis l’ont vue, et ils se sont moqués de ses jours de repos.

8 (Cheth.) Jérusalem a commis un grand péché : c’est pourquoi elle est devenue errante et vagabonde : tous ceux qui l’honoraient l’ont méprisée, parce qu’ils ont vu son ignominie ; et elle a tourné son visage en arrière, en gémissant.

9 (Teth.) Ses souillures ont paru sur ses pieds, et elle ne s’est point souvenue de sa fin : elle a été prodigieusement abaissée, sans qu’elle ait de consolateur. Seigneur ! considérez mon affliction, parce que l’ennemi s’est élevé avec orgueil.

10 (Jod.) Les ennemis ont porté leurs mains à tout ce qu’elle avait de plus désirable : car elle a vu les nations entrer dans son sanctuaire, les nations au sujet desquelles vous aviez ordonné qu’elles n’entreraient jamais dans votre assemblée.

11 (Caph.) Tout son peuple est dans les gémissements, et cherche du pain : ils ont donné tout ce qu’ils avaient de plus précieux pour trouver de quoi soutenir leur vie : voyez, Seigneur ! et considérez l’avilissement où je suis réduite.

12 (Lamed.) O vous tous qui passez par le chemin ! considérez, et voyez s’il y a une douleur semblable à la mienne : car le Seigneur m’a traitée selon sa parole au jour de sa fureur, comme une vigne qu’on a vendangée.

13 (Mem.) Il a envoyé d’en haut un feu dans mes os, et il m’a châtiée : il a tendu un rets à mes pieds, et il m’a fait tomber en arrière : il m’a rendue toute désolée et tout épuisée de tristesse pendant tout le jour.

14 (Noun.) Le joug que m’ont attiré mes iniquités m’a accablée tout d’un coup : la main de Dieu en a fait comme des chaînes, qu’il m’a mises sur le cou : ma force a été affaiblie : le Seigneur m’a livrée à une main de laquelle je ne pourrai jamais me défaire.

15 (Samech.) Le Seigneur a retiré du milieu de mon peuple tout ce que j’avais d’hommes de cœur : il a fait venir contre moi le temps qu’il avait marqué pour réduire en poudre mes soldats choisis : le Seigneur a foulé lui-même le pressoir à l’égard de la vierge fille de Juda.

16 (Aïn.) C’est pour cela que je fonds en pleurs, et que mes yeux répandent des ruisseaux de larmes; parce que celui qui devait me consoler en me redonnant la vie, s’est retiré loin de moi : mes enfants sont perdus, parce que l’ennemi est devenu le plus fort.

17 (Phé.) Sion a étendu ses mains, et il n’y a eu personne pour la consoler : le Seigneur a ordonné aux ennemis de Jacob de venir l’attaquer de toutes parts : Jérusalem est devenue au milieu d’eux comme une femme souillée de ses impuretés.

18 (Tsadé.) Le Seigneur est juste, parce que je me suis attiré sa colère en désobéissant à sa parole : peuples, écoutez tous, je vous en conjure, et considérez ma douleur : mes vierges et mes jeunes hommes ont été menés en captivité.

19 (Coph.) J’ai appelé mes amis, et ils ont trompé mon espérance : mes prêtres et mes vieillards ont été consumes dans la ville lorsqu’ils voulaient chercher quelque nourriture pour soutenir leur vie.

20 (Resh.) Seigneur ! considérez que je suis dans l’affliction : mes entrailles sont émues, mon cœur est renversé dans moi-même, parce que je suis remplie d’amertume. L’épée tue mes enfants au dehors, et l’on voit au dedans de moi une image de la mort.

21 (Shin.) Ils ont su que je suis dans les gémissements, et il n’y a personne qui me console : tous mes ennemis ont appris mon malheur, et ils se réjouissent de ce que vous m’avez réduite en cet état : mais quand le jour sera arrivé auquel vous devez me consoler, ils deviendront semblables à moi.

22 (Thau.) Que tout le mal qu’ils ont commis se présente devant vous : traitez-les comme une vigne qu’on vendange, comme vous m’avez traitée à cause de toutes mes iniquités : car mes soupirs se redoublent sans cesse, et mon cœur est accablé de douleur.



(ALEPH.) Comment le Seigneur a-t-il couvert de ténèbres dans sa fureur la fille de Sion ? Comment a-t-il fait tomber du ciel en terre la fille d’Israël qui était si éclatante ? Comment ne s’est-il point souvenu au jour de sa fureur de l’arche sainte qui est son marchepied ?

2 (Beth.) Le Seigneur a renversé tout ce qu’il y avait de beau dans Jacob, et il n’a rien épargné : il a détruit dans sa fureur les remparts de la fille de Juda ; il les a jetés par terre ; il a profané son royaume et ses princes.

3 (Ghimel.) Il a brisé dans le transport de sa fureur toute la force d’Israël : il a retiré sa main droite de devant l’ennemi ; et il a allumé dans Jacob comme un feu dont la flamme dévorante a couru de toutes parts.

4 (Daleth.) Il a étendu son arc comme un ennemi ; il a affermi sa main droite comme un homme qui attaque ; il a tué tout ce qu’il y avait de beau dans la tente de la fille de Sion ; il a répandu sa colère comme un feu.

5 (Hé.) Le Seigneur est devenu comme un ennemi : il a renversé Israël : il a fait tomber toutes ses murailles ; il a détruit ses remparts ; et il a rempli d’humiliation les hommes et les femmes dans le sein de la fille de Juda.

6 (Vav.) Il a renversé sa propre tente comme un jardin qu’on détruit ; il a démoli son tabernacle : le Seigneur a fait oublier dans Sion les fêtes et les jours de sabbat ; il a livré les rois et les prêtres à l’opprobre et à l’indignation de sa fureur.

7 (Zaïn.) Le Seigneur a rejeté son autel ; il a donné sa malédiction à son sanctuaire : il a livré entre les mains des ennemis les murs de ses tours ; et ils ont jeté des cris en la maison du Seigneur, comme dans une fête solennelle.

8 (Cheth.) Le Seigneur a résolu d’abattre la muraille de la fille de Sion ; il a tendu son cordeau, et il n’a point retiré sa main que tout ne fût renversé : le boulevard est tombé d’une manière déplorable ; et le mur a été détruit de même.

9 (Teth.) Ses portes sont enfoncées dans la terre ; il en a rompu et brisé les barres : il a banni son roi et ses princes parmi les nations : il n’y a plus de loi, et ses prophètes n’ont point reçu de visions prophétiques du Seigneur.

10 (Jod.) Les vieillards de la fille de Sion se sont assis sur la terre, et demeurent dans le silence. Ils ont couvert leur tête de cendre ; ils se sont revêtus de cilices ; les vierges de Jérusalem tiennent leur tête baissée vers la terre.

11 (Caph.) Mes yeux se sont affaiblis à force de verser des larmes ; le trouble a saisi mes entrailles : mon cœur s’est répandu en terre en voyant la ruine de la fille de mon peuple, en voyant les petits enfants et ceux qui étaient à la mamelle tomber morts dans les places de la ville.

12 (Lamed.) Ils disaient à leurs mères, Où est le blé ? où est le vin ? lorsqu’ils tombaient dans les places de la ville comme s’ils eussent été blessés à mort, et qu’ils rendaient leurs âmes entre les bras de leurs mères.

13 (Mem.) A qui vous comparerai-je, ô fille de Jérusalem ? à qui dirai-je que vous ressemblez ? Où trouverai-je quelque chose d’égal à vos maux ? et comment vous consolerai-je, ô vierge fille de Sion ? Le débordement de vos maux est semblable à une mer : qui vous donnera quelque remède ?

14 (Noun.) Vos prophètes ont eu pour vous des visions fausses et extravagantes, et ils ne vous découvraient point votre iniquité pour vous exciter à la pénitence ; mais ils ont eu pour vous des rêveries pleines de mensonge, et ils ont vu, à ce qu’ils disaient, la fuite de vos ennemis.

15 (Samech.) Tous ceux qui passaient par le chemin ont frappé des mains en vous voyant. Ils ont siffle la fille de Jérusalem en branlant la tête, et disant : Est-ce là cette ville d’une beauté si parfaite, qui était la joie de toute la terre ?

16 (Phé.) Tous vos ennemis ont ouvert la bouche contre vous : ils ont sifflé, ils ont grincé les dents, et ils ont dit : Nous la dévorerons : voici ce jour que nous attendions ; nous l’avons trouvé, nous l’avons vu.

17 (Aïn.) Le Seigneur a fait ce qu’il avait résolu : il a accompli ce qu’il avait arrêté depuis longtemps : il vous a détruite sans vous épargner ; il vous a rendue un sujet de joie à vos ennemis, et il a relevé la force de ceux qui ne pensaient qu’à vous affliger.

18 (Tsadé.) Leur cœur a crié au Seigneur, sur les murailles de la fille de Sion : Faites couler de vos yeux jour et nuit un torrent de larmes ; ne vous donnez point de relâche, et que la prunelle de votre œil ne se taise point.

19 (Coph.) Levez-vous, louez le Seigneur dès le commencement des veilles de la nuit : répandez votre cœur comme de l’eau devant le Seigneur : élevez vos mains vers lui pour l’âme de vos petits enfants qui sont tombés morts de faim à tous les coins des rues.

20 (Resh.) Voyez, Seigneur ! et considérez quel est le peuple que vous avez ravage de cette sorte : est-il donc possible que les mères soient réduites à manger le fruit de leurs entrailles, à manger de petits enfants qui ne sont pas plus grands que la main ? Est-il possible que les prêtres et les prophètes soient tués dans le sanctuaire même du Seigneur ?

21 (Shin.) Les enfants et les vieillards sont étendus morts sur la terre le long des rues : mes vierges et mes jeunes hommes sont tombés sous l’épée ; vous les avez tués au jour de votre fureur ; vous les avez percés de coups, sans être touché de compassion.

22 (Thau.) Vous avez fait venir des gens comme en un jour solennel pour m’épouvanter de toutes parts : il ne s’est trouvé personne qui pût échapper, et qui fût excepté dans ce jour de la fureur du Seigneur : ceux que j’ai nourris et élevés ont été consumés par mes ennemis.



(ALEPH.) Je suis un homme qui vois quelle est ma misère, étant sous la verge de l’indignation du Seigneur.

2 (Aleph.) Il m’a conduit, et il m’a amené dans les ténèbres et non dans la lumière.

3 (Aleph.) Il a tourné et retourné sans cesse sa main sur moi pendant tout le jour.

4 (Beth.) Il a fait vieillir ma peau et ma chair; il a brisé mes os.

5 (Beth.) Il a bâti autour de moi, il m’a environne de flel et de peine.

6 (Beth.) Il m’a mis en des lieux ténébreux comme ceux qui sont morts pour jamais.

7 (Ghimel.) Il a élevé un mur autour de moi pour m’empêcher de sortir ; il a appesanti mes fers.

8 (Ghimel.) En vain je crierais vers lui, et je le prierais ; il a rejeté ma prière.

9 (Ghimel.) Il a fermé mon chemin avec des pierres carrées; il a renversé mes sentiers.

10 (Daleth.) Il est à mon égard comme un ours prêt à se jeter sur sa proie, et comme un lion qui l’attend dans un lieu caché.

11 (Daleth.) Il a renversé mes sentiers, il m’a brisé, il m’a laissé dans la désolation.

12 (Daleth.) Il a tendu son arc, et il m’a mis comme en butte à ses flèches.

13 (Hé.) Il a lancé dans mes reins toutes les flèches de son carquois.

14 (Hé.) Je suis devenu le jouet de tout mon peuple, le sujet de leurs chansons pendant tout le jour.

15 (Hé.) Il m’a rempli d’amertume ; il m’a enivré d’absinthe.

16 (Vav.) Il m’a rompu les dents sans m’en laisser une seule ; il m’a nourri de cendres.

17 (Vav.) La paix a été bannie de mon âme ; j’ai perdu le souvenir de toute joie.

18 (Vav.) J’ai dit en moi-même : Enfin c’est fait de moi, et l’espérance que j’avais au Seigneur s’est évanouie.

19 (Zaïn.) Souvenez-vous de la pauvreté où je suis, de l’excès de mes maux, de l’absinthe et du flel où je suis plongé.

20 (Zaïn.) Je repasserai toujours ces choses dans ma mémoire, et mon âme s’anéantira en elle-même.

21 (Zaïn.) Ce souvenir que j’entretiendrai dans mon coeur, deviendra le sujet de mon espérance.

22 (Cheth.) Si nous n’avons point été perdus entièrement, c’est l’effet des miséricordes du Seigneur; c’est parce que nous avons trouvé en lui un fonds de bonté inépuisable.

23 (Cheth.) Vous me faites tous les jours de nouvelles grâces. O Seigneur ! que vous êtes fidèle dans vos promesses !

24 (Cheth.) Le Seigneur est mon partage, dit mon âme en elle-même ; c’est pour cela que je l’attendrai.

25 (Teth.) Le Seigneur est bon à ceux qui espèrent en lui ; il est bon à l’âme qui le cherche.

26 (Teth.) Il est bon d’attendre en silence le salut que Dieu nous promet.

27 (Teth.) Il est bon à l’homme de porter le joug dès sa jeunesse.

28 (Jod.) Il s’assiéra, il se tiendra solitaire, et il se taira, parce qu’il a mis ce joug sur lui.

29 (Jod.) Il mettra sa bouche dans la poussière, pour concevoir ainsi quelque espérance.

30 (Jod.) Il tendra la joue à celui qui le frappera; il se rassasiera d’opprobres.

31 (Caph.) Car le Seigneur ne nous rejettera pas pour jamais.

32 (Caph.) S’il nous a rejetés, il aura aussi compassion de nous selon la multitude de ses miséricordes.

33 (Caph.) Son coeur ne se porte pas volontiers à humilier et à rejeter les enfants des hommes.

34 (Lamed.) Briser et fouler aux pieds tous ceux qui sont dans les liens sur la terre ;

35 (Lamed.) écarter la justice qu’un homme peut attendre du tribunal du Très-Haut,

36 (Lamed.) et condamner injustement un homme dans le jugement de sa cause; c’est ce que le Seigneur ne connaît point.

37 (Mem.) Qui est celui qui a dit qu’une chose se fît, sans que le Seigneur l’ait commandée ?

38 (Mem.) Est-ce que les maux et les biens ne sortent pas de la bouche du Très-Haut ?

39 (Mem.) Pourquoi l’homme murmure-t-il pendant sa vie, l’homme qui souffre pour ses péchés ?

40 (Xoun.) Examinons avec soin nos voies ; cherchons ce qu’elles ont de mauvais ; et retournons au Seigneur.

41 (Xoun.) Elevons au ciel nos cœurs avec nos mains vers le Seigneur.

42 (Xoun.) Nous avons agi injustement ; nous nous sommes attiré votre colère, Seigneur ! c’est pourquoi vous êtes devenu inexorable.

13 (Samech.) Vous vous êtes caché dans votre fureur, et vous nous avez frappés, vous nous avez tués sans nous épargner.

44 (Samech.) Vous avez mis une nuée au devant de vous, afin que notre prière ne passe point.

45 (Samech.) Vous m’avez mis au milieu des peuples comme une plante que vous avez arrachée et rejetée.

46 (Phé.) Tous nos ennemis ont ouvert la bouche contre nous.

47 (Phé.) La prophétie est devenue notre frayeur, notre filet et notre ruine.

48 (Phé.) Mon œil a répandu des ruisseaux de larmes en voyant la ruine de la fille de mon peuple.

49 (Aïn.) Mon œil s’est affligé et ne s’est point tu, parce qu’il n’y avait point de repos,

50 (Aïn.) jusqu’à ce que le Seigneur jetât les yeux sur nous, et nous regardât du ciel.

51 (Aïn.) Mon œil m’a presque ôté la vie à force de pleurer sur le malheur de toutes les filles de Jérusalem.

52 (Tsadé.) Ceux qui me haïssent sans sujet, m’ont pris comme un oiseau qu’on prend à la chasse.

53 (Tsadé.) Mon âme est tombée dans la fosse, et ils ont mis sur moi une pierre.

54 (Tsadé.) Un déluge d’eau s’est répandu sur ma tête, et j’ai dit : Je suis perdu.

55 (Coph.) J’ai invoqué votre nom, ô Seigneur ! du plus profond de l’abîme.

56 (Coph.) Vous avez entendu ma voix ; ne détournez point votre oreille de mes gémissements et de mes cris.

57 (Coph.) Vous vous êtes approché de moi au jour où je vous ai invoqué ; vous m’avez dit : Ne craignez point.

58 (Resh.) O Seigneur ! vous avez pris la défense de la cause de mon âme, vous qui êtes le Rédempteur de ma vie.

59 (Resh.) Vous avez vu, ô Seigneur ! leur iniquité contre moi ; faites-moi vous-même justice.

60 (Resh.) Vous avez vu toute leur fureur, et tous les mauvais desseins qu’ils ont contre moi.

61 (Shin.) Vous avez entendu, Seigneur ! les injures qu’ils me disent, et tout ce qu’ils pensent contre moi.

61 (Shin.) Vous avez entendu les paroles de ceux qui m’insultent, et ce qu’ils méditent contre moi pendant tout le jour.

63 (Shin.) Considérez-les, soit qu’ils se reposent, soit qu’ils agissent, et vous trouverez Que je suis devenu le sujet de leurs chansons.

61 (Thau.) Seigneur ! vous leur rendrez ce qu’ils méritent, selon les œuvres de leurs mains.

65 (Thau.) Vous leur mettrez comme un bouclier sur le cœur, par le travail dont vous les accablerez.

66 (Thau.) Vous les poursuivrez dans votre fureur, et vous les exterminerez, ô Seigneur ! de dessous le ciel.



(ALEPH.) Comment l’or s’est-il obscurci ? comment a-t-il change sa couleur qui était si belle ? Comment les pierres du sanctuaire ont-elles été dispersées aux coins de toutes les rues ?

2 (Beth.) Comment les enfants de Sion qui étaient si éclatants, et couverts de l’or le plus pur, ont-ils été traités comme des vases de terre, comme l’ouvrage des mains du potier ?

3 (Ghimel.) Les bêtes farouches ont découvert leurs mamelles et donné du lait à leurs petits ; mais la fille de mon peuple est cruelle comme une autruche qui est dans le désert.

4 (Daleth.) La langue de l’enfant qui était à la mamelle s’est attachée à son palais dans son extrême soif : les petits ont demandé du pain, et il n’y avait personne pour leur en donner.

5 (Hé.) Ceux qui se nourrissaient des viandes les plus délicates sont morts dans les rues ; ceux qui mangeaient au milieu de la pourpre ont embrassé l’ordure et le fumier.

6 (Vav.) L’iniquité de la fille de mon peuple est devenue plus grande que le péché de la ville de Sodome, qui fut renversée en un moment sans que la main des hommes ait eu part à sa ruine.

7 (Zaïn.) Ses nazaréens étaient plus blancs que la neige, plus purs que le lait, plus rouges que l’ancien ivoire, et plus beaux que le saphir.

8 (Cheth.) Maintenant leur visage est devenu plus noir que les charbons : ils ne sont plus connaissables dans les rues : leur peau est collée sur leurs os, elle est toute desséchée, et elle est devenue comme du bois.

9 (Telh.) Ceux qui ont été tués par l’épée ont été plus heureux que ceux qui sont morts par la famine ; parce que ceux-ci ont souffert une mort lente, étant consumés par la stérilité de la terre.

10 (Jod.) Les femmes tendres et compatissantes ont fait cuire leurs enfants de leurs propres mains : leurs enfants sont devenus leur nourriture dans la ruine de la fille de mon peuple.

11 (Caph.) Le Seigneur a satisfait sa fureur ; il a répandu son indignation et sa colère ; il a allumé un feu dans Sion qui l’a dévorée jusqu’aux fondements.

12 (Lamed.) Les rois de la terre et tous ceux qui habitent dans le monde, n’auraient jamais cru que les ennemis de Jérusalem, et ceux qui la haïssaient, dussent entrer par ses portes.

13 (Mem.) Cela est arrivé à cause des péchés de ses prophètes, et des iniquités de ses prêtres, qui ont répandu au milieu d’elle le sang des justes.

14 (Noun.) Ils ont erré dans les rues comme des aveugles; ils se sont souillés du sang qui y était répandu ; et ne pouvant faire autrement, ils levaient leurs robes.

15 (Samech.) Retirez-vous, vous qui êtes souillés, leur criaient les autres ; retirez-vous, allez-vous-en, ne nous touchez point : car ils se sont querellés, et dans l'émotion où ils étaient, on a dit parmi les nations : Le Seigneur n’habitera plus parmi eux.

16 {Phé.) Le Seigneur les a écartés dans sa colère ; il ne les regardera plus : ils n’ont point eu de respect pour le visage des prêtres, ni de compassion pour les vieillards.

17 (Aïn.) Lorsque nous subsistions encore, nos yeux se sont lassés dans l’attente d’un vain secours, en tenant nos regards attachés sur une nation qui ne pouvait nous sauver.

18 (Tsadé.) Nos pas ont glissé en marchant dans nos rues : notre fin s’est approchée, nos jours se sont accomplis ; parce que le terme de notre vie était arrivé.

19 (Coph.) Nos persécuteurs ont été plus vites que les aigles du ciel ; ils nous ont poursuivis sur les montagnes ; ils nous ont tendu des pièges dans le désert.

20 {Resh.) Le Christ, le Seigneur, l’esprit et le souffle de notre bouche, a été pris à cause de nos péchés, lui à qui nous avions dit : Nous vivrons sous votre ombre parmi les nations.

21 (Shin.) Réjouissez-vous et soyez dans la joie, ô fille d’Edom ! vous qui habitez dans la terre de Hus : la coupe viendra aussi jusqu’à vous; vous en serez enivrée, et vous serez mise à nu.

22 (Thau.) O fille de Sion ! la peine de votre iniquité est accomplie : le Seigneur ne vous transportera plus hors de votre pays. O fille d’Edom ! il visitera votre iniquité, il découvrira vos péchés.



Prière du prophète Jérémie.


SOUVENEZ-VOUS, Seigneur ! de ce qui nous est arrivé : considérez et regardez l’opprobre où nous sommes.

2 Notre héritage est passé à ceux d’un autre pays, et nos maisons à des étrangers.

3 Nous sommes devenus comme des orphelins qui n’ont plus de père; nos mères sont comme des femmes veuves.

4 Nous avons acheté à prix d’argent l’eau que nous avons bue ; nous avons payé chèrement le bois que nous avons brûlé.

5 On nous a entraînés les chaînes au cou, sans donner aucun repos à ceux qui étaient las.

6 Nous avons tendu la main à l’Egypte et aux Assyriens, pour avoir de quoi nous rassasier de pain.

7 Nos pères ont péché, et ils ne sont plus ; et nous avons porté la peine de leurs iniquités.

S Des esclaves nous ont dominés, sans qu’il se trouvât personne pour nous racheter d’entre leurs mains.

9 Nous allions chercher du pain pour nous dans le désert, au travers des épées nues, et au péril de notre vie.

10 Notre peau s’est brûlée et s’est noircie comme un four, à cause de l’extrémité de la faim.

11 Ils ont humilié les femmes dans Sion, et les vierges dans les villes de Juda.

12 Ils ont pendu les princes de leurs propres mains ; ils n’ont point respecté le visage des vieillards.

13 Ils ont abusé des jeunes hommes par un crime abominable, et les enfants sont morts sous le bois.

14 Il n’y a plus de vieillards dans les assemblées des juges, ni de jeunes hommes dans les concerts de musique.

15 La joie de notre cœur est éteinte, nos concerts sont changés en lamentations.

16 La couronne est tombée de notre tête : malheur à nous parce que nous avons péché !

17 C’est pourquoi notre cœur est devenu triste, nos yeux ont été couverts de ténèbres ;

18 parce que le mont de Sion a été détruit, et que les renards y courent en sûreté.

19 Mais vous, Seigneur ! vous demeurerez éternellement ; votre trône subsistera dans la suite de tous les siècles.

20 Pourquoi nous oublierez-vous toujours ? pourquoi nous abandonnerez-vous si longtemps ?

21 Convertissez-nous à vous, Seigneur ! et nous nous convertirons : renouvelez nos jours comme ils étaient au commencement ;

22 quoique vous nous ayez rejetés si loin de vous, et que votre colère contre nous soit extrême.


◄   Jérémie sommaire Ezéchiel   ►