Biographie nationale de Belgique/Tome 3/BURY, Guillaume DE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Tome 2 Tome 3 Tome 4  ►



BURY (Guillaume DE), ou BURIUS, écrivain ecclésiastique de la congrégation de l’Oratoire, né à Bruxelles le 16 decembre 1618, et décédé à Malines le 30 avril 1700. Il appartient par sa naissance à une des familles les plus honorables : son grand-père maternel, Guillaume Vander Motten, fut nommé jusqu’à quatorze fois conseiller de la ville de Bruxelles. Burius, après avoir terminé ses classes d’humanités, entra chez les Oratoriens en 1639, enseigna pendant quelque temps la poésie, puis quitta la congrégation. Faisant, en 1644, un voyage en Italie et se trouvant à Rome, il y vit accidentellement, affichée sur les murs de la ville éternelle, l’annonce de la vacature d’un bénéfice de la fondation faite par le chanoine Zellaer, à l’église métropolitaine de Malines, bénéfice dont la collation appartenait, cette fois, au souverain pontife. Il se hasarda à le demander, et l’obtint non sans surprise. De retour en Belgique, il alla se fixer à Malines, où il devint bientôt chanoine, car l’année même de sa nomination (1645) les prébendes de la fondation Zellaer furent converties en canonicats par l’archevêque Jacques Boonen. En 1696, il permuta son canonicat contre un bénéfice simple que possédait un certain Antoine Blondeau. Il ne survécut que trois ou quatre ans à cette permutation, et mourut à l’âge de quatre-vingt-deux ans. Sa devise : De buri ad sceptrum, faisait allusion à son nom de famille (buris signifie manche de charrue). Il a laissé quelques ouvrages estimés, qui, pour la plupart, font preuve de bon goût littéraire et d’une connaissance approfondie des antiquités ecclésiastiques. En voici la liste : 1° Strena poetica serenissimo Archiduci Leopoldo oblata. 1647; vol. in-12. C’est un poëme adressé au prince au moment où il prenait possession du gouvernement. — 2° Jubilæum quarti sæculi collegii canonicorum Zelleriensum fundati anno 1260 in sancti Rumoldi Mechliniæ. Mechliniæ, Joannes Jaye, 1660; vol. in-4° de 18 pages. L’auteur y célèbre, en vers latins et flamands, le quatre-centième anniversaire des fondations de prébendes faites par le chanoine Zellaer. — 3° Chartabella metro-rythmica inscripta illustrisimo Domino D. Joanni van Wachtendonck, Mechliniensis archiepiscopo. Mechliniae, 1668, vol. in-12. Cette Chartabella, que Foppens (ms. de la bibliothèque royale, n° 17607) nomme aussi Calendarium, est sans doute une espèce de calendrier rimé. — 4° Laudetur sanctissimum, Sacramentum tribus in hostiis, tribus jam sæculis Bruxellœ miraculosum. Mechliniæ, typis Joannis Jaye, 1670; vol. in-8° de 15 pages orné d’une vignette représentant le Saint-Sacrement de Miracle. — 5° Bruxellensium jubilus sanctissimo Sacramento trecentis annis miraculoso, scriptus a Guilielmo de Bury. Mechliniæ, Joannes Jaye, 1670; vol. in-8°. Cet opuscule, cité par Paquot, ne serait-il pas le même que le précèdent? — 6° Illustrissimo domino Alphonso de Berghes, septimo Mechliniæ archiepiscopo post sex agnatos infulis conspicuos, post sex prævias dignitates, inter trs episcopos et tres episcopandos, anno CIʔIʔCLXXI, dominica Septuagesimæ inaugurato... Votum septenarium. Bruxellæ, Martinus de Bossuyt, 1671; vol in-4°. — 7° Brevis Romanorum Pontificum notitia paucis daclarans, qui Ecclesiæ ritus, a quibus instituti, vel quid notabile sub singulis actum : subditur unicuique Pontifici metrica epiconographia. Accedit onomasticon quo voces obscuriores in officio ecclesiastico... hinc inde occurrentes etymologice explicantur. Mechliniae, apud Joannem Jaye, 1675; vol. in-8° de xvi-296-110-xii pages. Burius a placé en tête de cet ouvrage une lettre adressée au clergé de l’église métropolitaine de Malines, où il rappelle tout ce que les souverains pontifes ont fait en faveur du culte de saint Rombaut. On y trouve des articles bien traités; mais aussi, çà et là, des erreurs assez considérables. La Notitia et l’Onomasticon furent plusieurs fois réimprimés, nous citerons entre autres les éditions de Padoue (1726), d’Augsbourg (1727) et de Venise (1761). — 8° Summorum Urbis et Orbis Pontificum epiconographia, sive imaginum inscriptio non uno metri genere delineata, etc. Lovanii, 1684; vol. in-12 de 63 pages. Ce volume n’est qu’un extrait de l’ouvrage précédent. L’auteur y a ajouté une série d’épigrammes latines sous le titre de : Patientissimis in album arthriticorum conscriptis fratribus, eorumque, in patientiæ exemplis præbendis, fortissimis ac jucundissimis coryphæis, fortitudinem et hilaritatem in tolerando precatus, ejusdem sodalitii sub invocatione sanctorum tutelarium juliani, Gaudentii et Hilarii, ultra annos triginta, non tamen continuos, uno alteroque, imo et tertio, interdum feriatus confrater, ne in tam egregia congregatione siutius asymbolus compareat, inter remissiones et ferias infirmitatis; dum uti Damasus (anagr. Ad musas) subinde diverteret, tædiosi temporis fallendi gratia, effusa, vel confusa potius, pœmatia hæc, arthritidis lavamenta, L. M. D. D. Guilielmus Burius. Ces vers, composés par l’auteur pendant qu’il souffrait de la goutten et qui occupent dix pages du volume, ne sont pas sans mérite, ils montrent que Burius avait un caractère enjoué. — 9° Beschryving van den boeren krygh gheschiedt omtrent de capelle van Bruynen Cruysse, op den 3 maert MDCXLVIII tusschen den Baron de Clinchamps, colonel van een regiment Loreynsche voetgangers ende tusschen een groot getal boeren van Sinte-Catlyne-Waver ende andere omliggende parochien, aengeleyt door Jan Cadodder, door G. D. B. Tot Mechelen, by Hendrick Jaye, 1648; vol. in-12. — Burius a encore composé plusieurs petits poëmes, destinés à être placés, selon la mode du temps, en tête d’ouvrages publiés par des amis. La troisième édition du Legatus de Frédéic de Marselaer contient une de ces pièces. Il composa également sa propre épitaphe; elle commence par un chronogramme. La voici :

gVILIeLMUs De bVrI.

NATUS EO, NUMERUS QUEM NOMINIS INDICAT, ANNO
BRUXELLIS DECIMA SEXTA LUCENTE DECEMBRIS
AD ANNO MDCXLV PRESBYTER ET CANONICUS
FUND. ZELL. ECCL. METROP. MECHL.
A SEDE APOSTOLICA PROVISUS,
ADDICTUS STUDIO GRÆCO PARITERQUE LATINO.
MODICO SUO SACERDOTIO CONTENIUS
VIXIT USQUE AD ANNUM MDCC.
QUI LEGIS HAEC, PROPERANS, NON SIT TIBI DICERE LOMGUM:

MORTUUS IN SANCTA PACE QUIESCAT. AMEN.
E.-H.-J. Reusens.

Paquot, Mémoires, éd. in-fol. II, p. 452. — Supplementum ad bibliothecam Belgicam. J.-F. Foppens, manuscrit de la Bibliothèque royale, n° 17607.