Biographies de l’honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau/Chapitre XVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

XVI.

Premières habitations du Village d’Industrie.


Aux environs du moulin, avaient été élevées, en peu de temps, plusieurs élégantes habitations que l’on voit encore sur la rue De Lanaudière, appelée alors « le chemin de St. Paul. »

Ces demeures étaient celles du meunier, celle du Dr. Leodel occupée actuellement par Mme Chaput, celle de M. François Panneton, et enfin, celle de M. Joliette devenue la résidence actuelle de madame Édouard Scallon.

En outre, à travers les éclaircis de la forêt, l’œil apercevait épars ça et là, une quinzaine de chantiers occupés par les travailleurs. Quelques-uns d’entre ces derniers, commençaient à y amener leurs familles.

Les cabanes qu’ils habitaient, construites à la hâte, et presque sans aucune dépense, convenaient à la situation des nouveaux colons, car à cette époque, où le terrain était encombré de débris, de branchages, d’abattis d’arbres, des incendies fréquents balayaient tout sur leur passage. C’était à peine, si les habitants pouvaient sauver de la conflagration les quelques pièces de leur modeste mobilier.

Mais la ruine d’un chantier était peu de chose. On en était quitte pour un jour de travail auquel prenait part toute la colonie. C’est à qui montrerait le plus de zèle, le plus d’empressement à secourir le pauvre incendié.

Qu’il était beau ce dévouement ! On aurait dit une famille tendrement unie ! Touchante union ! Bienveillante sympathie ! Honorable cordialité qui fait encore aujourd’hui, le caractère distinctif des citoyens de Joliette !

En ces vertus, comme en beaucoup d’autres qui les honorèrent, les anciens habitants de l’Industrie ne faisaient qu’imiter la générosité du seigneur Joliette dont la bourse, ainsi que celle de toute la noble famille seigneuriale, était ouverte à toutes les infortunes.