Bouts rimés (O. C. Élisa Mercœur)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes d’Élisa Mercœur, Texte établi par Adélaïde AumandMadame Veuve Mercœur (p. 241).


BOUTS RIMÉS [1].

Viens, c’est l’heure et j’attends ; ma légère nacelle
Jette au miroir du lac une image fidèle ;
Sur les flots, rafraîchis par les baisers du soir ;
On respire un parfum aussi doux que l’espoir.
La feuille du rivage à peine se balance ;
Viens, avec tes soupirs, parler dans le silence.
As-tu peur d’être vue, alors que c’est la nuit ?
Viens, l’écho qui s’endort n’entend plus aucun bruit ;
Car tes accens d’amour, de joie, ou de tristesse,
Du zéphir et des fleurs semblent une caresse.


(1837.)

  1. Ces bouts rimés furent remplis à l’instant même. On lui avait également imposé à Élisa la première lettre de chaque vers.