Bulletin de la société géologique de France/1re série/Tome I/Séance du 10 janvier 1831

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


N° 4. ─ JANVIER 1831


──────


Neuvième Séance. — 10 janvier 1831.


M. Cordier occupe le fauteuil comme président.

Après la lecture et l’adoption du procès-verbal de la dernière séance, on passe à la correspondance.

M. Lesson écrit que c’est par erreur que l’on a porté son nom sur la liste des membres de la société.

Le président proclame membres de la société

MM.

Jules Tessier à Anduse (Gard) présenté par MM. Delcros et Michelin.

Thirria, ingénieur des mines à Vesoul (Haute-Saône) présenté par MM. Brochand de Villiers et de Beaumont.

Eugène de Bassano à Paris, présenté par MM. Cambessédes et Élie de Beaumont.

Il est fait hommage à la société des ouvrages suivans :

1° De la part de MM. A. Sedgwick et Roderick, Impey, Murchison, de leur Esquisse sur la structure des Alpes Autrichiennes ; mémoire accompagné de coupes et extrait des I Annales de philosophie pour 1830. 2° De la part de MM. Dufrénoy et Élie de Beaumont, de leurs mémoires pour servir à une description géologique de la France, in-8°, avec plusieurs coupes, Paris, 1830.

Il est présenté à la société la 2e livraison des fossiles du Wurtemberg, par M. de Zieten, cahier qui ne contient que des ammonites.

2° La carte géologique manuscrite du Vicentin par M. Pasini. On y trouve indiqués le steaschiste, toutes les formations du sol secondaire à l’exception du lias, le calcaire secondaire, le porphyre pyroxénique, les basaltes, le trachyte des Monts Euganéens, et la dolérite en filons.

La société décide qu’il n’y aura pas d’élections cette année.

MM. de Roissy, Defrance et Clément Mullet sont nommés commissaires pour examiner les comptes du trésorier.

M. Boué, dans le discours suivant, résume les travaux de la société et présente un tableau des progrès de la géologie pendant l’année expirée.

Messieurs.

Vous avez adopté dans le réglement administratif de la Société un article qui porte que, dans la première séance de janvier, un des secrétaires présente un résumé des travaux de la Société pour l’année expirée et qu’un membre du bureau ou du conseil expose les progrès de la géologie et de ses applications pendant cette époque.

Vous avez eu ainsi le but de montrer l’utilité de notre association et de donner un intérêt particulier au bulletin de nos séances ; MM. les secrétaires et les fonctionnaires de la Société, mes collègues, m’ont laissé aujourd’hui cette tâche d’autant plus difficile que vu l’existence si récente de notre association, je me trouve sans précédens pour me guider et que je n’ai eu que quelques semaines pour tracer cet aperçu scientifique. Néanmoins pénétré de l’intérêt d’un semblable travail non seulement pour les membres de la Société, mais encore pour le grand public, je ne me suis pas laissé effrayer par la besogne et j’ai eu toute confiance dans votre indulgence. Si mon plan vous paraît fautif, trop vaste ou bien trop restreint, vos justes critiques serviront à ceux de nos confrères qui seront chargés par la suite de semblables travaux, ou à moi-même si l’on ne me juge pas incapable une seconde fois. D’un autre côté, je soumets à votre bienveillance tous les jugemens que j’ai portés sur divers points difficiles de la géologie. L’impartialité était mon but, si je l’ai manqué, il n’en faut accuser que la faiblesse humaine et non pas l’intention du juge.

Mon travail se divise en cinq parties, dont le résumé des travaux de la société forme, pour ainsi dire, la préface. Ce compte rendu achevé, il m’a semblé que la société serait bien aise de savoir le nombre des sociétés d’histoire naturelle, qui, s’occupant de géologie, ont pris naissance tout récemment. La récapitulation des publications, soit de ces sociétés, soit d’autres associations d’individus m’a paru aussi à sa place dans ce discours sur les progrès de la géologie. Après cela je passe à l’énumération des principaux travaux géologiques dans les deux hémisphères pendant l’année, qui vient de s’écouler. Je fais suivre ensuite un exposé des principaux points de la géologie et de la géognosie, qui ont été traités pendant l’année 1830 et qui ont fixé l’attention des savans et reculé les bornes de la science. Enfin je termine par quelques mots sur les puits forés comme une des applications les plus immédiates de la géologie et les plus utiles à l’avancement de cette science.

Vous savez, Messieurs, que la Société n’a encore tenu que huit séances qui ont été occupées par la lecture de huit mémoires et en partie par des annonces nouvelles, des élections et des discussions sur l’administration de la Société.

M. Dufrénoy nous a lu des fragmens d’un mémoire sur les caractères particuliers que présente le terrain de craie dans le sud de la France et sur les pentes des Pyrénées.

Nous avons eu deux mémoires sur la Gallicie, l’un par M. Lill, ]’autre par un de nos secrétaires. Vous vous rappelez que l’auteur du premier s’est occupé des roches anciennes et du sol tertiaire supérieur, tandis que l’autre mémoire était principalement consacré à la description des molasses et de l’argile salifère.

M. Constant Prévost nous a lu des considérations sur la valeur attachée aux diverses expressions suivantes : époque ancienne et époque actuelle époque anté-diluvienne et post-diluvienne, époque anté-historique, période saturnienne et période jovienne.

M. Fleuriau de Bellevue a lu la suite d’une notice sur la température du puits artésien entrepris à La Rochelle. Un des secrétaires a communiqué des observations concernant un mémoire sur les Alpes autrichiennes par MM. Sedgwick et Murchison.

L M. Robert nous a fait connaître un gîte ossifère près de Nancy, et M. Desnoyers la présence des Cyclades dans le calcaire d’eau douce d’Etampes. M. de Beaumont a lu un mémoire sur la direction et l’âge relatifs des montagnes serpentineuses de la Ligurie en réponse à une note de M. Laurent Pareto. Enfin M. Prévost a protesté contre les conséquences théoriques que MM. de la Beche et Buckland ont voulu tirer d’un lit argileux à troncs d’arbres en partie droits, dépôt intercalé entre des calcaires à Portland.

Après avoir exposé la substance de chacun de ses travaux,


Table manquante.



M. B. procède à l’énumération des publications périodiques et intéressantes pour la géologie, qui ont commencé l’an passé dans les différentes parties du globe. Il compare ensuite le nombre complet des ouvrages de ce genre avec celui des publications semblables qui existaient soit avant 1818, soit avant 1816.

Le tableau ci-joint offre le résumé de cette partie de son discours.

Il s’est formé en 1830 onze nouvelles sociétés s’occupant plus ou moins de géologie, savoir : quatre en Angleterre (l’Institut de Preston dans le Lancashire, la Société d’histoire naturelle de Newcastle, la Société philosophique de Scarborough et celle d’lnverness) ; une en France ; trois au Canada (l’lnstitut Boethick à Terre-Neuve, la Société littéraire de Quebec et la Société d’histoire naturelle de Montréal) ; une aux États-Unis (celle de l’institut d’Albany) ; une à la Havane (la Société économique des amis du pays) ; et une au Cap de Bonne-Espérance (la Société philosophique de l’Afrique méridionale).

M. B. présente le catalogue raisonné de tous les travaux de géographie géognostique, qui ont eu lieu, à sa connaissance, pendant l’année expirée. Il trouve que 198 ouvrages ou mémoires de ce genre méritent d’être mentionnés, et se trouvent dans le Bulletin universel de M. de Férussac. Ils sont distribués dans les différens pays du monde, conformément au tableau suivant :

10 mémoires     concernant   l’Écosse.
2 ouvrages l’Angleterre.
15 mémoires
1 mémoire l’Irlande.
3 ouvrages la France.
17 mémoires
6 mémoires la Belgique
2 ouvrages le grand duché de Bade.
2 mémoires
2 mémoires le pays de Hesse-Darmstadt.
1 mémoire le Wurtemberg.
2 mémoires la Bavière.
3 mémoires la Saxe royale.
1 mémoire la Silésie.
1 ouvrage le Brandebourg.
1 mémoire     concernant   la Prusse.
1 ouvrage le Harz.
4 mémoires la Hesse.
1 ouvrage le Mecklembourg.
1 mémoire
2 ouvrages l’Allemagne en général.
1 ouvrage la Bohème.
2 mémoires l’archiduché d’Autriche.
5 mémoires ou notices le Salzbourg.
2 mémoires la Styrie.
2 mémoires la Carinthie.
1 mémoire la Croatie.
2 mémoires les Carpathes.
2 mémoires la Gallicie.
4 mémoires la Suisse.
1 ouvrage
1 mémoire le royaume de Naples.
1 ouvrage les États romains.
2 mémoires la Toscane.
3 mémoires la Ligurie.
2 mémoires le Milanais.
1 mémoire le Modénais.
2 mémoires les États Vénitiens.
1 ouvrage l’Italie en général.
4 mémoires la Sicile.
4 mémoires l’Espagne.
1 mémoire la Grèce.
3 ouvrages le royaume de Pologne.
2 mémoires
5 mémoires la Russie européenne.
2 mémoires l’Oural.
1 ouvrage
3 mémoires la Sibérie.
1 ouvrage
1 mémoire les bords de la mer Caspienne.
2 notices le Caucase.
2 notices la Géorgie.
1 notice l’Arménie.
1 notice la Finlande.
2 mémoires la Suède.
1 mémoire le Danemark.
1 mémoire le Spitzberg.
1 mémoire     concernant   les îles Féroë.
1 ouvrage la Norwége.
1 mémoire l’Islande.
2 ouvrages Les États du pacha d’Égypte.
3 notices
2 mémoires l’État d’Alger.
2 notices le Cap de Bonne Espérance.
2 mémoires les États-Unis.
3 mémoires le Canada.
1 ouvrage le Brésil.
1 notice la Terre des États.
1 notice l’île de Juan Fernandez.
1 notice la Nouvelle-Hollande.
1 notice la Nouvelle Galles du sud.
3 mémoires l’Océanie.
1 mémoire le Kamtschatka et le N.-O.
de l’Amérique.
12 mémoires les possessions anglaises
aux Indes.
1 mémoire le Camaon.
1 mémoire l’Arracan.
3 notices l’Himalaya.
1 notice les royaumes d’Ava et de Siam.
1 notice l’île de Barren.
1 notice la Chine.

Le reste de ce mémoire est réservé pour une des prochaines séances.


──────