Ce que dit le pain

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chants révolutionnairesAu bureau du Comité Pottier (p. 54-55).



CE QUE DIT LE PAIN



À Léon Ottin.


J’entends les plaisants répéter :
Que dit le pain quand on le coupe ?
Bien aisé serait d’écouter.
Rien d’éloquent comme la soupe.
Fleur de froment ou sarrasin
À notre estomac qu’il convie,
Savez-vous ce que dit le pain ?
Savez-vous ce que dit le pain ?
Il dit : « Mangez, je suis la vie ! »

Qui sait ce que coûte le blé,
Hors les bœufs reprenant haleine
Et l’homme au visage brûlé
Qui creuse un sillon dans la plaine ?
Au grand monde inutile et vain
Qui, sans travailler le savoure,
Savez-vous ce que dit le pain ?
Savez-vous ce que dit le pain ?
Il dit : « Gloire au bras qui laboure ! »

Le progrès veut nos dévouements,
But large impose tâche amère.

Hélas ! tous les enfantements
Font saigner les flancs de la mère.
Pour stimuler l’effort humain,
Pour retremper une âme veule,
Savez-vous ce que dit le pain ?
Savez-vous ce que dit le pain ?
Il dit : « J’ai passé sous la meule ! »

Travailleurs, quand verras-tu clair ?
Ta boulangère est dame Usure :
Mais pas plus que le jour et l’air
Le pain ne veut qu’on le mesure.
Au long vertige de la faim,
Quand la misère est condamnée,
Savez-vous ce que dit le pain ?
Savez-vous ce que dit le pain ?
Il dit : « Fais ta grande fournée ! »

Nous pompons nos gouttes de sang
Dans les sucs de la nourriture ;
Notre corps, toujours renaissant,
S’assimile ainsi la nature.
Quand il devient par cet hymen
Cerveau qui médite et chair rose,
Savez-vous ce que dit le pain ?
Savez-vous ce que dit le pain ?
Il dit : « C’est mon apothéose ! »


1867.