Chansons populaires de la Basse-Bretagne/La chanson des souliers

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LA CHANSON DES SOULIERS
____


   Dimanche matin, quand je me levai,
La maison de ma maîtresse j’aperçus.

   O palafron, fron, fron,
J’aperçus la maison de ma maîtresse.

   Et moi de chausser mes souliers,
Et d’aller la voir avec précipitation.

   Au seuil de la porte quand je fus arrivé,
Ma maîtresse était déjà couchée.

   Je fourrai le nez dans le trou de la clé,
Je vis ma maîtresse dans son lit,

   Et moi de jeter mes chaussures au milieu de la maison,
Et de faire un bond jusqu’auprès d’elle.

   Le lendemain matin, quand je me levai,
Du diable si je retrouvai une seule chaussure.

   — Dites-moi, ma bonne maîtresse,
N’avez-vous pas vu mes sabots ?

   L’un sans semelle, l’autre sans pointe ?
Je suis ruiné, s’ils sont perdus.

   Si vous allez dimanche à la foire de Langoat,
Rapportez-moi une paire de sabots.



  Voilà dix-huit deniers ;
Rapportez deux liards à la maison ;

(Employez) deux autres liards dans l’emplette d’une paire de sabots,
Deux liards à faire bonne chère.


Françoise Mao. Pleudaniel. —
__________