Chansons populaires de la Basse-Bretagne/La chanson du boucher

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LA CHANSON DU BOUCHER
____


   Un jeune boucher de la Roche,
(Je ne vous dirai pas son nom),

   Se leva un jour, au matin,
Pour aller à la foire, à Corlay.

   Quand il entra dans la foire,
Il marchanda une vieille génisse.

   On fixa le prix total
A la somme de dix-huit réaux.

   Comme elle montait la côte de l’Étang-Neuf,
Son vieux jarret tremblait.

   Le gars tire à lui, le chien mord (par derrière,)
La vieille vache finit par avancer.

   Quand le boucher a gravi le sommet de la côte,
Il se met à chanter et à siffler.

   Et il disait, par son sifflet :
« Si la vieille vache arrive jusqu’à la maison,



   « Si la vieille vache arrive jusqu’à la maison,
« Je vendrai cinq écus chaque quartier ! »

   Quand il passa devant l’hôtellerie,
Il attacha la vache contre la maison.

   — « Hôtelier, donnez-moi une chopinée !
M’est avis que j’ai fait une bonne foire. »

   Et l’hôtelier disait
Au jeune boucher, alors :

   « — Paie ton écot, et t’en retourne chez toi,
Te voilà passé maître-boucher.

   Ta vieille vache est là tombée à plat,
Les quatre pieds allongés,

   Elle a allongé les quatre jambes,
Et est à moitié mangée par ton chien !...


Françoise Bideau. Pleudaniel’, sept. 1888.
__________