Chansons populaires de la Basse-Bretagne/Le clerc Riwall

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LE CLERC RIWAL
____


I

   Monsieur le comte de Kergudon
(Est) le plus joli jeune homme du canton ;

   Il est homme de sagesse, homme de prudence,
Le plus beau des jeunes gens.

   Il a choisi pour maîtresse
Une douce jolie, une héritière ;

   Une douce jolie, une héritière,
Qui n’est ni noble, ni bourgeoise.

   La petite héritière disait
A sa cruelle marâtre, un jour fut :

   — Astiquez mes boucles d’argent,
Que j’aille danser avec mon doux joli.

   — Ce n’est pas pour danser avec un clerc
Que vous avez revêtu votre habit blanc.

   Monsieur le comte de Kergudon,
Voilà celui que vous aimez en votre cœur.

   — Ce n’est pas le possesseur de trente mille écus de rente
Qui épousera une fille de ma sorte.

II

   Monsieur le comte disait
A son valet d’écurie, ce jour-là :

   — Préparez-moi mon carrosse,
Je n’irai pas au pardon à pied.

   Monsieur le comte bonjourait,
A l’aire-neuve quand il arrivait.

   — Bonjour et joie à tous en bande !
Qui est celle-là avec son habit blanc ?


   Qui est celle-là avec son habit blanc ?
Elle danse (légère) comme un pois [1].

   — Celle-là est l’héritière jolie,
Qui danse avec son envie (son amoureux).

   Le comte, sitôt qu’il a entendu,
Son chapeau de dessus sa tête il a ôté ;

   Son chapeau de dessus sa tête il a ôté,
Le petit clerc il a salué :

   — Et salut à vous, petit clerc,
Me donneriez-vous la petite héritière,

   Pour faire une danse et une promenade,
A mon côté, dans l’aire-neuve ?

   Le petit clerc, quand il a entendu,
Au seigneur a répondu :

   — Bien que ce soit avec moi qu’elle est à l’aire neuve,
Je ne commande pas à sa volonté.

   L’héritière, quand elle a entendu,
A étreint le clerc à pleins bras.

   — Ce n’est pas ici notre premier baiser,
Mais je crois que c’est le dernier.

   Le petit clerc, quand il a entendu,
A saigner du nez a commencé,

   Et, de regret à l’héritière,
Là sur la place il est mort.

   Monsieur le comte, qui est un homme compatissant.
Le fait transporter chez son père.

   — Devant vous tous, petits et grands,
J’emmène cette fille jolie ;

   Je l’installerai dans la chambre de madame.
Et la nommerai « de Kergudon » !

III

   Monsieur le comte disait,
De son carrosse quand il descendait :


   — Mettez la rôtissoire au feu
Pour préparer à l’héritière son souper ;

   Pour préparer à l’héritière son souper,
(Un souper) de trois sortes de viandes, au lieu d’une seule.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

__________


  1. Allusion à la légèreté avec laquelle les pois sautent et dansent, dans l’eau qui bout.