Chansons populaires de la Basse-Bretagne/René Lambal (deuxième version)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


RENÉ LAMBAL
(DEUXIÈME VERSION)
____


I

   René Lambal, le garçonnet,
Va tous les jours, après son souper ;

   Va tous les jours, après son souper,
Conduire ses chevaux (aux champs), tout seul.

II

   Renée le Fur disait
A son frère aîné, un jour fut :

   — René Lambal a été ici,
Je ne sais comment me débarrasser de lui.


   — Ma sœurette, obéissez-moi,
Obéissez-moi et vous l’attraperez.

   Allez filer dans la chambre blanche,
Tendez un piège dans votre giron,

III

   René Lambal bonjourait,
Chez le vieux le Fur, quand il arrivait :

   — Bonjour et joie à tous, en cette maison !
A-t-on fini de souper ici ?

   — Oh ! oui, René, on a soupé,
Approchez-vous du côté du feu.

   — Bonjour et joie à tous, en cette maison !
Ma douce jolie, où est-elle ?

   — Elle est eu train de filer, dans la chambre blanche ;
René Lambal, allez près d’elle.

   Près d’elle quand il est arrivé,
Tourner le rouet il est allé ;

   Il a passé son bras au cou de sa fille,
Et (fourré) son autre main dans son giron ;

   Quand sa main dans le giron est allée,
Le petit piège s’est détendu.

   — Seigneur Dieu ! mon pauvre cœur,
Elle a des dents, la chienne de ma maîtresse !

   A mesure que René s’avance par la route,
Il s’arrête pour considérer la marque des dents ;

   A mesure que René s’avance par le pré,
On peut suivre ses traces, au sang (qui tombe).

IV

   René Lambal disait
A sa mère, chez lui quand il arrivait :

   — Faites-moi mon lit, faites-le commode,
Car mon petit cœur est mal à l’aise ;

   Mon petit cœur est mal à l’aise ;
Elle a des dents, la chienne de ma maîtresse !


__________