Chants populaires de la Basse-Bretagne/Jeanne Derrien

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



JEANNE DERRIEN
________



I

Le vieux Derrien disait
À sa fille Jeanne, un jour :
— Ma fille Jeanne, si vous m’aimez,
À l’aire-neuve, vous n’irez pas.

— S’en fâche qui voudra,
À l’aire-neuve j’irai ;
S’il y a des sonneurs (ménétriers), je danserai,
Avec mon bel ami Yves Guillou.


II

Jeanne Derrien disait
À Yves Guillou, dans l’aire-neuve :
— Si vous me défendez bien aujourd’hui,
Je vous épouserai dans la suite.

Le seigneur du Réchou disait,
En arrivant à l’aire-neuve ;
— Bonjour à tous dans cette aire-neuve,
Jeanne Derrien où est-elle ?

— Elle est là-bas, au coin des danses,
Avec son bel ami Yves Guillou.
Quand le seigneur du Rechou entendit (cela),
Il se rendit près des danses.

Le seigneur du Réchou disait
À Yves Guillou, en ce moment :
— Retire-toi de là, fripon,
Celle-là n’est pas ton affaire !

— S’il est vrai que j’ai friponné,
Je n’ai jamais léché vos plats ;
Si j’avais un bout de gourdin,
Je vous ferais, vite, déguerpir !

…………………………………………………………

Cruel eût été le cœur de celui qui n’eût pleuré,
S’il eût été à l’aire-neuve,
En voyant l’aire rougir
Par le sang des gentilshommes qui coulait ;

Par le sang des gentilshommes qui coulait,
Yves Guillou les tuant….
…………………………………………………………
…………………………………………………………

III

Yves Guillou disait
En arrivant chez le vieux Derrien :
— Voici votre fille, vieux Derrien,
Si elle est revenue à la maison, c’est grâce à moi.

Le vieux Derrien dit
À sa fille, quand il entendit (cela) ;
— Prenez, ma fille, ces clefs-ci,
Et donnez-lui le prix d’un chapeau neuf ;

Donnez-lui le prix d’un chapeau neuf,
Avec deux plumets dessus.
— Ce n’est pas ainsi qu’il arrivera,
Il aura votre fille Jeanne !

— Seigneur Dieu, serait-il possible
Que possédant cinq cents écus de rente,
Un boisseau de froment par jour,
Tu épouses le fils d’un menuisier !

— S’en fâche qui voudra,
C’est Yves Le Guillou que j’aurai ![1]
……………………………………………………………


Chanté par Jeanne Le Gall,
Servante à Keramborgne (Plouaret) — 1849.








  1. Cette pièce semble imitée de celles qui précédent sur le marquis de Locmaria ; à moins qu’elle ne soit la première en date, et qu’au lieu d’être une imitation elle ait été imitée, ce que je ne saurais décider. Les manoirs du nom de Réchou sont assez communs dans les Côtes-du-Nord.