Chants populaires de la Basse-Bretagne/La Jeune Fille Vaniteuse

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LA JEUNE FILLE VANITEUSE
________


  S’il vous plaît, vous écouterez
Un gwerz nouvellement composé ;

  Un gwerz nouvellement composé,
Qui a été fait à une jeune fille

  Laquelle avait eu une robe de toile blanche,
Dont l'aune coûtait cinq écus.

  Quand la robe neuve fut faite,
Elle plut à la jeune fille.

  Au lieu d’aller prier Dieu,
Elle restait à l’admirer,

  Un jour qu’elle était à l’admirer,
Le Diable lui apparut ;

  Le Diable apparut devant elle,
Sous la forme d’un jeune gentilhomme qui la salua.

  Et il lui dit alors :
— Je voudrais avoir cette robe-là,

  Cette robe-là et son propriétaire
Font l’objet de mes désirs.

  Et au bout de trois jours après,
La jeune fille était morte.

  Et quand elle fut morte et ensevelie,
Et mise dans le cercueil ;

  Et mise dans le cercueil,
Sept hommes forts n’auraient pu la porter.

  Vint alors quelqu’un qui dit :
— Il faut ouvrir le cercueil !

  Et quand on eut ouvert le cercueil,
On n’y trouva rien ;

  On n’y trouva rien,
Si ce n’est un lièvre entravé ;

  Si ce n’est un lièvre qui était entravé,
Et une vipère qui le gardait !


  Dur eût été le cœur de celui qui n’eût pleuré,
S’il eût été sur le lieu,

  En entendant le cri horrible
Qu’elle jeta, en tombant dans le puits de l’enfer !

  — Chrétiens et chrétiennes,
Gardez-vous du péché de gloire (de vanité) ;

  Songez à la couronne d’épine
Qu’on mit à Jésus sur la tête.

  Jeunes filles, je vous en prie,
Ne commettez pas le péché de cachotterie ;

  Ne commettez pas le péché de cachotterie,
Car le Diable est curieux.


Chanté par Marguerite Philippe.
Aout 1870.